Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Mère et fille bergères à la campagne. Le retour à la terre dans le sillage de Mai  1968 quarante ans après

Les chèvres de ma mère, film documentaire français de Sophier Audier (2014)
Annie Burger-Roussennac
p. 206-208

Texte intégral

1Le film de Sophie Audier raconte à première vue l’histoire de deux générations de néoruraux, la première arrivée dans le sillage de Mai 1968, aujourd’hui à l’âge de la retraite, la dernière, toujours plus nombreuse, aussi présente aujourd’hui dans les formations agricoles que les héritiers des dynasties paysannes. D’elles, on ne saura au final rien des aspects habituellement documentés (origines, racines, ou des modalités de leur ruralité choisie). Seul le présent de leur rencontre provoquée par les nécessités d’une transmission intéresse la réalisatrice, et cela suffit à éclairer de façon originale et percutante les enjeux des problématiques agricoles actuelles.

L’agriculture au féminin

2La transmission, sujet brûlant, plus d’un tiers des agriculteurs n’ont pas de successeur, se fait ici entre trois femmes et une petite fille. Une exploitation agricole, dont les revenus sont assurés par un troupeau de chèvres laitières, et une forme d’expertise professionnelle acquise sur le tas, passent d’une femme à une autre, sous le regard de la réalisatrice et de sa fille, respectivement fille et petite-fille de la première bergère.

3Les deux agricultrices bergères exercent leur activité de façon indépendante des hommes avec lesquels elles vivent. L’une et l’autre sont en couple, ont des enfants, mais cela ne les définit pas professionnellement. La mère de la réalisatrice est bergère, propriétaire du troupeau et des terres sur lesquelles elle le fait paître. Elle cède son troupeau et ses droits de pâture pour pouvoir bénéficier de ses droits à la retraite agricole. La nouvelle bergère, son successeur, bien qu’en couple, choisit de s’installer seule, à côté de l’exploitation de son compagnon, d’avoir des revenus propres. L’agriculture est leur métier. Elles sont des chefs d’exploitation et décident à ce titre des orientations et des formes de leur production. Si cette norme est entrée dans les mœurs actuelles, il n’en allait pas de même il y a quarante ans quand la mère de Sophie Audier s’est installée. Les femmes de l’agriculture étaient alors statutairement filles ou épouses d’agriculteurs, jamais juridiquement exploitantes agricoles. L’agriculture pour l’État et la société était une affaire de famille et de couple. La force de travail féminine était comptabilisée dans les unités de travail nécessaires, sans que cela donne à la fille ou à la femme l’égalité des bénéfices de l’exercice du métier : la reconnaissance des responsabilités pourtant quotidiennement partagées, l’accès aux droits de l’exploitant. Le combat pour accéder au statut de chef d’exploitation, à égalité avec les hommes, a duré près de trente ans. Rose Marie Lagrave en a longuement analysé les prémices en 1989 dans Celles de la terre. Les droits furent acquis lentement les uns après les autres. Encore récemment, l’installation en GAEC avec leur compagnon leur était interdite. Dans le film, ce combat semble gagné. On peut se demander néanmoins si un jeune homme aurait à surmonter les mêmes refus de permis de construire que la nouvelle bergère.

L’élevage à visage humain

4Comme l’indique le titre même du film, Les chèvres de ma mère, le rapport à l’animal nourricier domestiqué est une des spécificités de cette pratique féminine de l’agriculture.

5Les chèvres, citées au générique avec leurs noms, sont avec les acteurs humains du film des héroïnes à part entière. La fin de l’activité de la mère de Sophie Audier implique la cession du troupeau et la fin du compagnonnage au long cours avec ses chèvres. L’installation de la nouvelle bergère suppose la possession d’un troupeau et de droits de parcours, deux conditions sine qua non pour pouvoir prétendre aux primes et aux prêts indispensables, quand on n’est pas un héritier. Dotées de formations très différentes, l’une s’est formée sur le tas auprès d’un berger traditionnel, l’autre sort d’un lycée agricole, les deux femmes partagent la vision d’une agriculture à échelle humaine. Elles se voient à la tête d’un troupeau de taille réduite, d’une cinquantaine d’animaux, pâturant sous la direction de la bergère. Elles rejettent dans les deux cas le modèle industriel de plus en plus prégnant de l’usine à lait ou à viande des élevages hors-sol, comme la ferme aux mille vaches en débat en Picardie, alignée sur les standards des éleveurs des pays neufs et des agricultures intensives.

6Elles n’ont cependant pas la même vision du lien unissant le berger à son troupeau. La jeune bergère arrive avec un savoir dans lequel l’animal est un numéro, la promesse d’une production quantifiable et d’un revenu annuel chiffrable, deux impératifs catégoriques de l’élevage productiviste, y compris quand il est « raisonné ». La mère de Sophie Audier apparaît comme une éleveuse d’un autre type, plus « traditionnel », plus soucieuse du bien-être animal que de la productivité. Elle n’élève pas des chèvres, mais ses chèvres, inscrites par elles dans un arbre généalogique, loin des normes du Herd Book d’une race. Accompagner les chevrettes de leur naissance à leur mort, en acceptant au nom du lien tissé avec ses animaux de leur ôter personnellement la vie, si la situation, un accident par exemple, l’exige, va de soi. Elle en tire un revenu faible, lui permettant de vivre mais très insuffisant pour couvrir les frais des investissements exigés par le respect des normes agricoles européennes actuelles. Son métier ressemble davantage à un sacerdoce qu’à une profession. La pratique de « la sobriété heureuse » (Pierre Rabhi) exige de réinventer des formes collectives d’organisation du travail.

7Ce qui aurait pu être une simple cession du troupeau devient avec la rencontre de ces deux visions et la naissance d’une relation pédagogique une transmission au sens le plus plein : un processus exaltant et douloureux pour les deux parties prenantes. Sophie Audier propose ainsi, au-delà du monde agricole, une réflexion dans l’air du temps, mais encore rare, questionnant tous les métiers où le professionnel dispose d’un savoir-faire, de tours de main artisanaux, d’une intelligence de la pratique, échappant aux standardisations.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Burger-Roussennac, « Mère et fille bergères à la campagne. Le retour à la terre dans le sillage de Mai  1968 quarante ans après », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 125 | 2014, 206-208.

Référence électronique

Annie Burger-Roussennac, « Mère et fille bergères à la campagne. Le retour à la terre dans le sillage de Mai  1968 quarante ans après », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4028

Haut de page

Auteur

Annie Burger-Roussennac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page