Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

La contribution d’un anticolonialiste français : repères sur la trajectoire de Jean-Louis Hurst (1935-2014)

Didier Monciaud
p. 161-171

Texte intégral

  • 1 Cf. Luc Cédelle, « Mort du journaliste Jean-Louis Hurst, “Le Déserteur” de la guerre d’Algérie », L (...)
  • 2 Sincères remerciements à Annick Hurst et Mogniss H. Abdallah pour leur aide. Le contenu de ce texte (...)

1Jean-Louis Hurst, figure de l’anticolonialisme en France, est décédé le mardi 13 mai 2014 à Paris 1. Cette dynamique et forte personnalité est connue pour sa désertion de l’armée française en pleine guerre d’Algérie et son engagement dans le soutien au FLN et à l’indépendance algérienne 2.

Origines d’une trajectoire et premiers pas

  • 3 Cf. Martin Evans, Mémoires de la guerre d’Algérie, Paris, L’Harmattan, 2008.

2Jean-Louis Hurst est né le 18 septembre 1935 à Nancy dans une famille catholique. Son père, officier réserviste, est mobilisé en 1939. Refusant la défaite de 1940, ce dernier part avec sa famille en Algérie pour rejoindre les militaires désirant continuer le combat. Il va ensuite participer aux combats en Italie et en France à la tête d’une unité composée d’Algériens. À la fin de la guerre, la famille retourne à Colmar où le père travaille à la préfecture. Jean-Louis Hurst devient ami avec un nationaliste algérien, qui lui fait découvrir les réalités du colonialisme 3. Il s’éloigne alors de son père favorable à la guerre d’Indochine, passant d’une admiration envers lui à une révolte profonde.

Un voyage décisif au Proche-Orient

  • 4 L’architecte français Jean Walter (1883-1957) a fondé en 1939 les bourses « Zellidja » attribuées à (...)

3Après son baccalauréat, Jean-Louis Hurst bénéficie d’une bourse « Zellidja » créée par l’architecte Jean Walter 4. Cela lui permet de séjourner six mois en 1953 au Proche-Orient. Il visite ainsi l’État d’Israël, le Liban, la Jordanie et l’Égypte. Dans l’État d’Israël, il découvre avec sympathie les kibboutzim, mais il prend conscience dans le même temps du drame des réfugiés palestiniens. Il épouse leur cause, assimilant les Israéliens aux colons d’Algérie. Il « rencontre » aussi le communisme et le nationalisme arabes, en particulier auprès d’Égyptiens et de réfugiés palestiniens.

  • 5 Remerciements à sa petite-fille Ariane Pinto, pour nous avoir fait connaître ce texte. Jean-Louis H (...)

4Ce voyage-séjour s’avère décisif. « Je me suis trouvé moi-même », écrira-t-il plus tard dans un texte autobiographique 5. Ce mystique y perd la foi : « Ce n’est pas Dieu qui crée les hommes, ce sont les hommes qui ont créé Dieu… Parce qu’ils en ont besoin, besoin de se transcender ».

  • 6 Cf. L’École libératrice, 30 novembre 1956.

5À son retour en France en 1954, il est choqué de voir son père accablé par la défaite de Dien-Bien-Phu. Il commence en octobre 1955 une formation d’instituteur à Aix-en-Provence, puis débute l’année suivante dans le Haut-Rhin. Opposant à la guerre d’Algérie, il adhère au PCF à Aix-en-Provence. Jeune instituteur, il milite dans les JC et le SNI du Haut-Rhin. Il devient un responsable syndical départemental et national du « travail jeune » 6.

Une désertion

  • 7 Sur cette figure, cf. André Mandouze, Mémoires d’outre-siècle. Tome I : D’une résistance à l’autre, (...)

6En mars 1957, désirant agir au sein de l’armée suivant la ligne du PCF, il résilie son sursis et effectue son service militaire. Après ses classes, ce jeune sous-lieutenant effectue un stage dans les transmissions à Laval. Il est très isolé et ne rencontre qu’un seul soldat opposé à la guerre : Gérard Meïer. Il est tenté par la désobéissance, qu’il refuse toutefois. Au début de l’année 1958, il est affecté à l’état-major de l’armée française en Allemagne, à Baden-Baden, où il est chargé de l’instruction des appelés. En mai 1958, il intercepte des messages des putschistes d’Alger à l’attention des officiers en Allemagne. Il penche de plus en plus vers la désertion. Il rencontre alors André Mandouze 7. Cet ancien résistant responsable du journal clandestin Témoignage Chrétien, devenu maître de conférences en latin à la faculté des lettres d’Alger de 1946 à 1956, est rappelé en France en raison de ses positions pour l’indépendance de l’Algérie.

  • 8 Voir Hervé Hamon, Patrick Rotman, Les Porteurs de valises. La résistance française face à la guerre (...)
  • 9 Francis Jeanson est un journaliste et philosophe français (1922-2009). Cf. L’Algérie hors la loi, e (...)
  • 10 Cf. Gilles Perrault, Un homme à part, Paris, Bernard Barrault, 1984 ; « Crise et avenir de la solid (...)
  • 11 Jean-Louis Hurst, Préface mars 1991, op. cit., p 11.
  • 12 Voir Daho Djerbal, L’Organisation spéciale de la fédération de France du FLN, Alger, éditions Chiha (...)

7Ce jeune militant se retrouve en rupture avec la ligne politique du PCF sur la question coloniale. Le mot d’ordre de « Paix en Algérie » lui paraît flou sur la question de l’indépendance. Il demande à entrer en contact avec les « porteurs de valises » 8, réseaux d’aide au FLN qui, principalement, collectent et transportent des fonds et fournissent de faux papiers. Cela lui permet de rencontrer l’abbé Robert Davezies, Jacques Vignes, Francis Jeanson 9 ou Henri Curiel 10. Encore au régiment, il s’occupe du passage clandestin des frontières 11 au cours de l’été 1958, sous la houlette de Jacques Vignes 12.

  • 13 Maurienne, Le déserteur, Paris, Minuit, 1960, p. 117-118.

8Sa désertion s’effectue en septembre 1958, avant son départ prévu pour l’Algérie. Avant de déserter, Jean-Louis Hurst passe sa dernière permission dans sa famille, mais ne leur fait pas part de sa décision : « Jusqu’au dernier moment, j’ai eu peur de parler : je ne pouvais rien dire, mon père aurait tout fait pour me retenir. Mes jeunes sœurs étaient si adorables et se suspendaient à mon cou. […] Et je les ai quittés comme ça, sur un mensonge » 13. Ensuite, il rompt avec son père jusqu’au décès de celui-ci.

  • 14 Pour des exemples de réfractaires, on citera Alban Liechti, qui refuse deux fois de partir en Algér (...)

9Rejoignant la Suisse, il retrouve des « porteurs de valises » et d’autres réfractaires 14. Henri Curiel lui suggère de créer une organisation de déserteurs et d’insoumis. En 1959, avec Gérard Meïer et Louis Orhant, ils lancent le mouvement Jeune Résistance, qui se présente comme « la tribune mise à la disposition de la jeunesse française résistant à la guerre d’Algérie et au fascisme ». Cette forme d’opposition radicale regroupe plusieurs centaines de militants. Cette initiative est à l’origine, en septembre 1960, du manifeste dit « des 121 », appelé en fait « Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie » et impulsé par Jean-Paul Sartre et François Maspero.

Un roman

  • 15 Maurienne, Le Déserteur, Paris, Minuit, 1960 ; Le Déserteur, préf. de Jean-Louis Hurst, Paris, Many (...)
  • 16 Préface des éditeurs de la première édition, dans Maurienne, op. cit., p. 21.
  • 17 Jean-Louis Hurst, préface mars 1991, op. cit., p. 11.
  • 18 Ibid., p 10.

10En avril 1960, Jean-Louis Hurst publie Le Déserteur aux Éditions de Minuit 15. Officiellement, le manuscrit arrive par la poste 16 : « malgré ce qu’il écrivit en avertissement à la première édition, Lindon – on l’aura deviné – ne reçut jamais mon manuscrit par la poste. C’est Henri Curiel, le dirigeant communiste égyptien, qui le lui remit. » 17 Hurst parle du « culot » des Éditions de Minuit et de leur « vieille tradition d’irréductibilité » 18.

  • 19 Anne Simonin, Les Éditions de Minuit, 1942-1955 : le devoir d’insoumission, Paris, IMEC, 1994, rééd (...)
  • 20 Jean-Louis Hurst, Préface mars 1991, op. cit., p. 11.

11Le pseudonyme choisi par Jérôme Lindon est, non sans humour, une référence implicite à Vercors, fondateur de la maison d’édition pendant la Seconde Guerre mondiale 19. Jean-Louis Hurst évoque cet épisode : « Étonné du très beau pseudonyme de Maurienne que Jérôme Lindon avait mis sur sa couverture, […] c’est simple, pendant la Résistance, nous avions Vercors. Alors pour la suivante, j’ai choisi la vallée d’à côté » 20.

  • 21 Maurice Maschino, Le refus, Paris, François Maspero, 1960.
  • 22 Noël Favrelière, Le désert à l’aube, Paris, Éditions de Minuit, 1960.
  • 23 Jean-Louis Hurst, préface 2005, op. cit., p. 6.
  • 24 Ibid., p. 7.
  • 25 Jean-Louis Hurst, préface mars 1991, op. cit., p. 11.
  • 26 Jean-Louis Hurst, préface 2005, op. cit., p. 7 ;

12Cet ouvrage sort simultanément avec ceux de Maurice Maschino 21 et de Noël Favrelière 22, ce dernier restant à ses yeux « le récit le plus fort sur nos désertions » 23. Il considère la rédaction de ce récit « simplement didactique » 24 comme répondant à un besoin : « Qui sait ? Nous aurions peut-être un jour la force de nous organiser. Il faudrait alors de la littérature pour les casernes. » 25 « Je voulais faire comprendre à ceux de ma génération, aveuglés par les poncifs ineptes de l’époque (ils n’ont pas tous disparu), comment on en arrive, lentement, patiemment, à l’acte extrême : rejoindre l’humanité. » 26

13Ce récit romanesque décrit la trajectoire politique et émotionnelle d’un jeune homme marqué par son père résistant et qui n’accepte pas de participer à l’oppression d’un peuple. On lit l’évolution de trois jeunes appelés, un communiste (l’auteur-narrateur), un catholique progressiste et un personnage de fiction représentant un citoyen de base. Durant leur service en France, avant le départ pour l’Algérie, ils envisagent la façon adéquate de rester en accord avec leurs propres principes et consciences. Différentes formes de refus de cette guerre apparaissent : y aller pour « humaniser » le contingent, refuser de partir, ou rompre radicalement avec la désertion et passer dans la clandestinité. Cette dernière option sera choisie par l’auteur et son compagnon chrétien.

  • 27 Jean-Louis Hurst, préface mars 1991, op. cit., p. 17.
  • 28 Ibid., p. 17.
  • 29 Ibid., p. 17.
  • 30 Ibid., p. 17-18.

14La préface de 1991 révèle l’identité des personnages : Alain (Gérard Meier) ; Henri (Louis Orhant) ; « le Docteur B. qui me radicalise » 27(Mandouze) ; Alexandre (Francis Jeanson) ; Paul (abbé Davezies) ; Tahar (l’acteur Allel el Mouhib). Férid, l’auteur du poème cité deux fois, est en fait le cinéaste René Vautier 28, à la trajectoire étonnante : il a rencontré le dirigeant du FLN Ramdane Abane, a été emprisonné deux ans par les Algériens 29 avant de participer à la fondation du cinéma algérien. L’unique personnage fictif est Bernard, qui se situe entre deux poids lourds : Jean, le communiste contestataire, et Alain, le chrétien progressiste 30.

  • 31 « Maurienne, ce mot était le mythe. Son livre comblait les impatiences de notre génération. », Jean (...)
  • 32 Jean-Louis Hurst, préface mars 1991, op. cit., p. 9.
  • 33 Jean-Marcel Bouguereau, op. cit.

15L’écho du roman est important. « Son livre comblait les impatiences de notre génération », écrit Jean-Marcel Bouguereau 31. Il est diffusé largement sous le manteau par les militants étudiants 32. « Maurienne, le mythe » 33 est au croisement du « trahir les traîtres » de Nizan et de l’utopie tiers-mondiste.

Un procès

  • 34 Jean-Louis Hurst, préface mars 1991, op. cit., p. 9.
  • 35 Ibid., p. 9.
  • 36 Ibid., p. 10.
  • 37 « Attendu que Jérôme Lindon et Hurst Jean-Louis ont été renvoyés devant ce Tribunal sous la prévent (...)

16Ce « roman », dont « il faut croire qu’il était à clefs » 34, est aussitôt saisi. L’auteur et l’éditeur sont poursuivis pour provocation de militaires à la désobéissance. Jean-Louis Hurst souligne : « Malgré le titre, nous n’étions pas accusés de “provocation à la désertion” 35 car cela n’est valable que dans les périodes de guerre, alors que l’on parlait des “événements” en Algérie » 36. L’unique procès intenté aux Éditions de Minuit se conclut en décembre 1961 par la condamnation de Jean-Louis Hurst (par contumace) et Jérôme Lindon 37, chacun à 2 000 NF d’amende, somme importante pour l’époque.

  • 38 Paul-Louis Thirard, Tribune socialiste, 24 février 1962.

17Un témoin évoque cet « épisode grotesque » : « L’aspect mineur du scandale est celui qui apparaît le premier : poursuivre un éditeur sous prétexte qu’il a publié un roman contenant certains traits autobiographiques (ce qui est le cas de bien des romans !) en lui imputant les opinions d’un personnage de ce roman, […] le véritable scandale n’est pas là. Il est d’abord d’entendre des magistrats user, pour arriver à une condamnation, d’une dialectique boiteuse, de citations tronquées, d’affirmations qu’on aimerait croire sincères. “Tout le monde est d’accord contre la torture.”, affirment juges et procureurs. Et de condamner Lindon. » 38

  • 39 Voir Recueil Dalloz, juin 1965, p. 3-8.

18Claude Gallimard, avec le directeur des éditions de la Table Ronde, Roland Laudenbach, est venu témoigner en leur faveur. L’amende est couverte par les éditeurs. Jérôme Lindon fait appel de cette décision, confirmée le 12 juin 1962, la cour d’appel incriminant « la ligne générale des ouvrages » publiés par les Éditions de Minuit. L’arrêt sera cassé par la chambre criminelle de la Cour de cassation, le 30 janvier 1964 39.

  • 40 Jérôme Lindon, cité dans Hervé Hamon et Patrick Rotman, Les Porteurs de valises. La résistance fran (...)

19En 1962, les Éditions de Minuit contournent malicieusement la censure en publiant Provocation à la désobéissance, le procès du Déserteur, minutieux compte rendu des débats du procès, « insaisissable celui-là, puisqu’il s’agissait d’un compte rendu de débats judiciaires ! » 40

Après 1962

20À la fin de la guerre, il participe au Comité de coordination des réfractaires anticolonialistes pour obtenir une amnistie collective. Il se livre aux autorités, est emprisonné un court moment, puis réintègre volontairement l’armée le 29 octobre 1962, pour effectuer la fin de son service militaire.

  • 41 Ils divorcèrent en 1984. Elle est décédée en 2012.
  • 42 Ahmed Halfaoui, « Les Hurst : père, mère et fille », Les Débats, 25 mai 2014.
  • 43 Sylvie Braibant, op. cit.
  • 44 Cf. Catherine Simon, Algérie, les années pieds-rouges. Des rêves de l’indépendance au désenchanteme (...)
  • 45 Cf. Didar Fawzy Rossano, Mémoires d’une militante communiste (1942-1990). Du Caire à Alger, Paris e (...)
  • 46 « Le déserteur Jean-Louis Hurst sera enterré demain à Alger », Liberté, 20 mai 2014.

21Il rejoint ensuite sa compagne Heike en Algérie. Ils se marient en octobre 1963 à Alger 41. « Femme aux cheveux rouges », cette militante dynamique « sera restée le phare en pleine mer jusqu’à son dernier regard » 42. Elle devient l’une des grandes plumes de la critique cinématographique 43. Jean-Louis Hurst est ce qu’on dénomme un « pied-rouge » 44, Français établi en Algérie après l’indépendance. En 1964, il participe à plusieurs « chantiers de travail volontaire » sous la direction de l’Égyptienne Didar Fawzy-Rossano 45, notamment dans l’Ouarsenis et en Kabylie. Il enseigne ensuite au collège de Larba Nath Iraten et à l’École des cadets de la révolution de Koléa 46. Déçu par l’évolution du régime et sa dérive autoritaire après le coup d’État de Boumediene, il quitte finalement l’Algérie en juillet 1968 et retourne en France.

  • 47 Lors de ce procès, Buffet et Bontems sont jugés coupables d’avoir égorgé l’infirmière et le surveil (...)
  • 48 Ce film semble avoir été perdu.
  • 49 Cf. « L’affaire Hurst », liasse 6, archives Getaway, juin 2014. En ligne sur le site getaway.eu.org
  • 50 Jean-Claude Girardin, « En marge de l’“affaire Hurst” », Les Temps modernes, août 1972.

22Enseignant en Seine-Saint-Denis, il conserve ce profil critique et iconoclaste. Inspiré des méthodes Freinet, il lance avec sa classe de sixième du collège Degeyter, à Saint-Denis, un projet inspiré du procès de Buffet et Bontemps 47. Il s’agit de se documenter sur le procès de la prise d’otages de la centrale de Clairvaux et de tourner un film : le procès est rejoué en classe 48. « L’affaire Hurst » débute en juin 1972 49. Il est muté à Stains à la suite d’une inspection qui le sanctionne en raison de ce projet. Une campagne de solidarité débute aussitôt. Des élèves de sa classe adressent au maire de Saint-Denis une lettre de soutien, manifestent et font grève. Hurst donne des cours « sauvages » dans le collège. Il entre en conflit avec l’association des parents d’élèves, à l’époque dite « Cornec », la section du PCF et les JC locales. Une manifestation de soutien, le 15 juin 1972 à Paris, regroupe 600 personnes. Il est finalement radié de l’Éduction nationale 50. Il sera officiellement réintégré en 1981.

23Il devient ensuite journaliste au quotidien Libération, en 1973. Il y suit en particulier les questions éducatives, mais réalise des enquêtes sur des thèmes considérés comme « subalternes », comme la vie dans les foyers de travailleurs immigrés et les premières expressions de la jeunesse des banlieues d’origine immigrée. Il est l’un des premiers à s’intéresser et à essayer de faire connaître le combat des travailleurs immigrés.

  • 51 Sylvie Braibant, op. cit.
  • 52 Ibid.

24En décembre 1978, lors de l’agonie du président Boumediene, il est envoyé en Algérie. C’est un véritable choc 51. Il se lance dans le projet d’un ouvrage sur les « pieds-rouges » et signe un contrat avec les éditions Gallimard, mais il n’arrivera pas à le mener à terme. Il s’éloigne de Libération, non sans « douleur intense » 52. En 1980, il informe sur les revendications démocratiques du « printemps berbère » en Algérie.

  • 53 Par exemple, cf. « Notre génération et l’expérience algérienne », Partisans, n° 6, septembre‑octobr (...)
  • 54 Cf. http://www.ina.fr/video/I06065632
  • 55 Le 24 décembre 1980, 300 travailleurs sont déplacés de leur foyer à Saint-Maur pour un bâtiment en (...)

25Personnalité engagée 53, il continue de défendre une posture critique et radicale. Alors qu’il est encore à Libération, il s’en prend au maire de Vitry-sur-Seine au cours d’une émission de télévision 54 au moment de l’épisode dit « du bulldozer » 55.

  • 56 Information de Mogniss H. Abdallah. Qu’il soit ici remercié.
  • 57 Cf. Fatiha Dazi-Heni et Catherine Polac, « Chroniques de la vraie base », Politix, n° 12, décembre  (...)

26Jean-Louis Hurst va aussi s’intéresser au « mouvement beur » qui naît 56 à partir de la mobilisation suite à la mort du petit Kader (15 ans) le 16 février 1980 à Vitry-sur-Seine, et des concerts Rock Against Police 57 à Vitry-sur-Seine et à Nanterre (1980-1982). Il participe activement au soutien à la grève de la faim de Christian Delorme, Jean Costil et Hamid Boukhrouma à Lyon contre les expulsions de jeunes immigrés en avril 1981. Il participe aussi au journal Sans Frontière animé par de jeunes radicaux issus de l’immigration entre 1979 et 1986, autour de Saïd Bouziri.

  • 58 Jean-Louis Hurst, « Les somnambules, les affairistes et les inquisiteurs », Le Monde diplomatique, (...)
  • 59 Jean-Louis Hurst, Préface 2005, op. cit., p. 6.
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid.
  • 62 Ibid.
  • 63 Cf. Luis Martinez, La Guerre civile en Algérie, Karthala/Ceri, 1998 ; Benjamin Stora, La guerre inv (...)
  • 64 http://pierrebourdieuunhommage.blogspot.fr/2012/02/pierre-bourdieu-autour-du-comite.html

27Il garde l’Algérie au cœur et n’hésite pas à défendre ses options critiques 58. Les années 1990, « décennie d’horreur » 59, voient l’affrontement violent entre ceux qu’il dénomme « les fous de l’obscurantisme et les sbires de la junte » 60. Certains de ses amis sont touchés : ainsi Tahar Djaout ou Ali Zammoun sont « assassinés » ou « épuisés de tristesses » 61. Écœuré par le cours des événements, il refuse le renouvellement de son passeport algérien 62. Pendant la guerre civile algérienne 63, il s’implique dans le Comité international de soutien aux intellectuels algériens (CISIA) créé en juin 1993 64 et présidé par Pierre Bourdieu. Il s’agit d’apporter un soutien aux intellectuels et aux journalistes algériens après la vague d’assassinats terroristes et les menaces de mort qui les frappent.

  • 65 Jean-Louis Hurst, Préface mars 1991, op. cit., p. 10.

28Se considérant comme un militant révolutionnaire, il maintient son appui aux combats anticolonialistes. Ainsi, il dénonce la guerre du Golfe 65. Modeste sur son itinéraire et sa contribution, il souhaite reposer en Algérie, aux côtés de sa compagne de lutte en faveur de l’Algérie, son épouse et la mère de sa fille Annick.

  • 66 http://lavoixdesidibelabbes.info/emouvantes-funerailles-a-diar-essaada-jean-louis-hurst-enterre-dan (...)
  • 67 Cette militante du FLN a été victime de la torture. Gisèle Halimi et Simone de Beauvoir ont initié (...)
  • 68 http://lavoixdesidibelabbes.info/emouvantes-funerailles-a-diar-essaada-jean-louis-hurst-enterre-dan (...)

29Ainsi, Jean-Louis Hurst est enterré à Alger le mercredi 21 mai 2014, au cimetière chrétien d’El Medania à Diar Essâada. Un drapeau algérien entoure son cercueil. Il bénéficie de funérailles nationales, en présence de représentants du Premier ministre, des ministères des Moudjahidine, de l’Intérieur et des Affaires étrangères, reconnaissance de l’État algérien 66. Une foule importante, comprenant des vétérans de la guerre de libération, des militants de la gauche algérienne et des anonymes, participe aux obsèques. On mentionnera Djamila Boupacha 67, Louisette Ighilahriz, Salima Bouaziz, Annie Steiner, Félix Colozzi, Hocine Zehouane, Mohand Akli Benyounès, l’éditeur Ouadi Boussad, les historiens Daho Djerbal et Mohamed El Korso, ou encore Yasmina Chouaki 68.

  • 69 Pierre Chaulet (1930 -2012) est un médecin algérien d’origine française, engagé avec sa future épou (...)
  • 70 http://lavoixdesidibelabbes.info/emouvantes-funerailles-a-diar-essaada-jean-louis-hurst-enterre-dan (...)

30Luc Chaulet, fils de Pierre et Claudine Chaulet 69, chante Le Déserteur de Boris Vian, accompagné par un chœur de femmes. L’oraison funèbre, lue par Abi Smaïn, directeur central au ministère des Moudjahidine, salue la mémoire d’un « militant des causes justes, qui a pris le parti de la justice et qui a défendu ardemment la révolution algérienne » 70. Mohand Akli Benyounès, ancien responsable de la fédération de France du FLN à Lyon, qui connut Jean-Louis Hurst en 1961, rappelle qu’il avait choisi de se dénommer « le frère des frères ».

  • 71 Ahmed Halfaoui, « Les Hurst : père, mère et fille », op. cit.

31Après avoir lu un message adressé par Tayeb Belaïz, ministre de l’Intérieur, sa fille Annick Hurst est intervenue, évoquant sa joie d’avoir de tels parents avec « leur engagement et leur foi en la justesse et justice des hommes », car « chacun d’eux m’a appris l’exigence de trouver sa place et son rôle dans l’univers ». Elle garde l’image d’un « guerrier qui est allé jusqu’au bout de ses convictions » 71.

32Citons l’épitaphe qui sera gravée sur la stèle : « J’ai quitté ma famille/j’ai quitté mon pays/Je suis un homme du monde… J’ai quitté ma famille/j’ai quitté mon pays/Je suis une femme du monde… Jean-Louis et Heike Hurst ».

  • 72 http://www.lematindz.net/news/14538-en-hommage-a-j-l-hurst-projection-du-film-les-freres-des-freres (...)

33En hommage, la cinémathèque d’Alger a projeté le documentaire Les frères des frères le lundi 2 juin 2014 72. Annick Hurst a aussi organisé une cérémonie d’hommage au centre culturel algérien, fin juin 2014. Une soixantaine de personnes, dont de nombreux témoins, ont ainsi rendu un dernier hommage à cette figure française audacieuse de l’anticolonialisme.

Haut de page

Notes

1 Cf. Luc Cédelle, « Mort du journaliste Jean-Louis Hurst, “Le Déserteur” de la guerre d’Algérie », Le Monde, 15/05/2014. ; Sylvie Braibant, « Jean-Louis Hurst, le déserteur éternel », 15 mai 2014, http://blog.mondediplo.net/2014-05-15-Jean-Louis-Hurst-le-deserteur-eternel ; Tramor Quemeneur, « HURST Jean-Louis. Pseudonyme pendant la guerre d’Algérie : Maurienne », Le Maitron.

2 Sincères remerciements à Annick Hurst et Mogniss H. Abdallah pour leur aide. Le contenu de ce texte est de ma seule responsabilité.

3 Cf. Martin Evans, Mémoires de la guerre d’Algérie, Paris, L’Harmattan, 2008.

4 L’architecte français Jean Walter (1883-1957) a fondé en 1939 les bourses « Zellidja » attribuées à des jeunes âgés de 16 à 20 ans, ayant un projet de voyage individuel avec un budget limité sur un thème et dans un pays qu’ils ont choisis. Son idée est née de son voyage de 6 000 km effectué en 1899 à bicyclette jusqu’à Istanbul, lorsqu’il était étudiant. « Zellidja » fait référence aux mines de plomb et de zinc qu’il a découvertes en 1924 à Zellidja Sidi Boubker, au Maroc.

5 Remerciements à sa petite-fille Ariane Pinto, pour nous avoir fait connaître ce texte. Jean-Louis Hurst, « Lettre à sa petite fille », avril 2010.

6 Cf. L’École libératrice, 30 novembre 1956.

7 Sur cette figure, cf. André Mandouze, Mémoires d’outre-siècle. Tome I : D’une résistance à l’autre, Paris, 1998, Éd. Viviane Hamy ; Bruno Judic, « André Mandouze, l’Algérie et saint Augustin », Les Cahiers d’EMAM, n° 23, 2014, p. 101-104. Sur l’engagement des intellectuels chrétiens, voir Saddek Benkada, « Henri-Irénée MARROU, André Mandouze, Paul-Albert Février… ou l’engagement politique des intellectuels chrétiens durant la guerre de libération algérienne (1954-1962) », Insaniyat, n° 31, 2006, p. 147-175.

8 Voir Hervé Hamon, Patrick Rotman, Les Porteurs de valises. La résistance française face à la guerre d’Algérie, Paris, Albin Michel, 1979 ; Jacques Charby, Les porteurs d’espoir. Les réseaux de soutien au FLN pendant la guerre d’Algérie : les acteurs parlent, Paris, La Découverte, 2004 ; Sylvain Pattieu, Les camarades des frères. Trotskystes et Libertaires dans la guerre d’Algérie, Paris, Syllepse, 2002. Voir aussi le documentaire de Richard Copans, Les frères des frères (1992).

9 Francis Jeanson est un journaliste et philosophe français (1922-2009). Cf. L’Algérie hors la loi, en collaboration avec Colette Jeanson, Paris, Seuil, 1955 ; Notre guerre, Paris, Éditions de Minuit, 1960 ; La Révolution algérienne, problèmes et perspectives, Milan, Feltrinelli, 1962. Cf. Marie-Pierre Ulloa, Francis Jeanson. Un intellectuel en dissidence de la Résistance à la Guerre d’Algérie, Paris, Berg International, coll. « écritures de l’histoire », 2001. Jeanson apparaît sous le pseudonyme « Alexandre » dans Le déserteur.

10 Cf. Gilles Perrault, Un homme à part, Paris, Bernard Barrault, 1984 ; « Crise et avenir de la solidarité internationale. Hommage à Henri Curiel », Recherches internationales, n° 52-53, 1998 ; René Gallissot, Henri Curiel : le mythe mesuré à l’histoire, Paris, Riveneuve, 2009. Voir le documentaire de Mehdi Lallaoui, Itinéraire d’un combattant de la paix et de la liberté (2001).

11 Jean-Louis Hurst, Préface mars 1991, op. cit., p 11.

12 Voir Daho Djerbal, L’Organisation spéciale de la fédération de France du FLN, Alger, éditions Chihab, 2012.

13 Maurienne, Le déserteur, Paris, Minuit, 1960, p. 117-118.

14 Pour des exemples de réfractaires, on citera Alban Liechti, qui refuse deux fois de partir en Algérie et purge quatre années d’emprisonnement à partir de juillet 1956, Noël Favrelière, qui déserte en août 1956, fuyant dans le désert (cf. Le désert à l’aube) ou Louis Orhant, militant communiste, qui part après les manifestations de rappelés de septembre 1956.

15 Maurienne, Le Déserteur, Paris, Minuit, 1960 ; Le Déserteur, préf. de Jean-Louis Hurst, Paris, Manya, 1991 ; Le déserteur, Paris, L’Échappée, 2005. La dernière version propose toutes les préfaces. Nous l’utiliserons dans le texte. Jean-Louis Hurst, préface mars 1991, op. cit., p. 9.

16 Préface des éditeurs de la première édition, dans Maurienne, op. cit., p. 21.

17 Jean-Louis Hurst, préface mars 1991, op. cit., p. 11.

18 Ibid., p 10.

19 Anne Simonin, Les Éditions de Minuit, 1942-1955 : le devoir d’insoumission, Paris, IMEC, 1994, rééd. 2008.

20 Jean-Louis Hurst, Préface mars 1991, op. cit., p. 11.

21 Maurice Maschino, Le refus, Paris, François Maspero, 1960.

22 Noël Favrelière, Le désert à l’aube, Paris, Éditions de Minuit, 1960.

23 Jean-Louis Hurst, préface 2005, op. cit., p. 6.

24 Ibid., p. 7.

25 Jean-Louis Hurst, préface mars 1991, op. cit., p. 11.

26 Jean-Louis Hurst, préface 2005, op. cit., p. 7 ;

27 Jean-Louis Hurst, préface mars 1991, op. cit., p. 17.

28 Ibid., p. 17.

29 Ibid., p. 17.

30 Ibid., p. 17-18.

31 « Maurienne, ce mot était le mythe. Son livre comblait les impatiences de notre génération. », Jean-Marcel Bouguereau, L’événement du jeudi, février 1992, quatrième de couverture de l’édition de L’Échappée.

32 Jean-Louis Hurst, préface mars 1991, op. cit., p. 9.

33 Jean-Marcel Bouguereau, op. cit.

34 Jean-Louis Hurst, préface mars 1991, op. cit., p. 9.

35 Ibid., p. 9.

36 Ibid., p. 10.

37 « Attendu que Jérôme Lindon et Hurst Jean-Louis ont été renvoyés devant ce Tribunal sous la prévention : le premier de provocation publique de militaires à la désobéissance, le deuxième de complicité de ce délit [...] [...] PAR CES MOTIFS, statuant par défaut à l’égard de Jean-Louis Hurst et contradictoirement à l’égard de Jérôme Lindon, déclare Lindon coupable du délit de provocation publique de militaires à la désobéissance et Hurst de complicité de ce délit, et par application des articles 23-25, 42-43 de la loi du 29 juillet 1881, 59 et 60 du Code pénal, condamne Lindon à 2 000 NF, Hurst à 2 000 NF, les condamne aux dépens, déclare la Société des Éditions de Minuit civilement responsable de son préposé Lindon. » Tribunal de grande instance du département de la Seine, 17e chambre correctionnelle, audience publique du 20 décembre 1961.

38 Paul-Louis Thirard, Tribune socialiste, 24 février 1962.

39 Voir Recueil Dalloz, juin 1965, p. 3-8.

40 Jérôme Lindon, cité dans Hervé Hamon et Patrick Rotman, Les Porteurs de valises. La résistance française à la guerre d’Algérie, Seuil, coll. « Points-Histoire », 1982, p. 217.

41 Ils divorcèrent en 1984. Elle est décédée en 2012.

42 Ahmed Halfaoui, « Les Hurst : père, mère et fille », Les Débats, 25 mai 2014.

43 Sylvie Braibant, op. cit.

44 Cf. Catherine Simon, Algérie, les années pieds-rouges. Des rêves de l’indépendance au désenchantement (1962-1969), Paris, éditions La Découverte, 2009.

45 Cf. Didar Fawzy Rossano, Mémoires d’une militante communiste (1942-1990). Du Caire à Alger, Paris et Genève. Lettres aux miens, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 167-174.

46 « Le déserteur Jean-Louis Hurst sera enterré demain à Alger », Liberté, 20 mai 2014.

47 Lors de ce procès, Buffet et Bontems sont jugés coupables d’avoir égorgé l’infirmière et le surveillant de leur établissement pénitentiaire à Clairvaux, au cours d’une prise d’otages, le 21 septembre 1971. L’instruction et le procès montrent que Bontems n’a tué aucun des otages. Cf. www.ina.fr/video/CAF96025436

48 Ce film semble avoir été perdu.

49 Cf. « L’affaire Hurst », liasse 6, archives Getaway, juin 2014. En ligne sur le site getaway.eu.org

50 Jean-Claude Girardin, « En marge de l’“affaire Hurst” », Les Temps modernes, août 1972.

51 Sylvie Braibant, op. cit.

52 Ibid.

53 Par exemple, cf. « Notre génération et l’expérience algérienne », Partisans, n° 6, septembre‑octobre 1962 ; « Déserter pour l’Algérie… et la France », Actualité de l’émigration, n° 97, 9-14 juillet 1987 ; « Le PCF dans la guerre d’Algérie », Courant Alternatif, n° 72, octobre 1997.

54 Cf. http://www.ina.fr/video/I06065632

55 Le 24 décembre 1980, 300 travailleurs sont déplacés de leur foyer à Saint-Maur pour un bâtiment en rénovation à Vitry-sur-Seine à la demande du maire de Saint-Maur, membre de l’UDF et proche de l’extrême droite. La section locale du PCF réagit par une action de commando où quelques militants utilisent une pelleteuse et endommagent un escalier extérieur pour empêcher l’accès. Le maire de Vitry, Paul Mercieca, est mis devant le fait accompli. En désaccord, il accepte de l’assumer politiquement. Cet épisode va avoir un écho médiatique (souvent hystérique) et politique énorme, qui va affecter le PCF et son image, notamment en matière d’immigration et de racisme. Par exemple, voir étienne Balibar, « De Charonne à Vitry », Le Nouvel Observateur, n° 852, 9 mars 1981, dans Les frontières de la démocratie, Paris, éditions La Découverte, 1992.

56 Information de Mogniss H. Abdallah. Qu’il soit ici remercié.

57 Cf. Fatiha Dazi-Heni et Catherine Polac, « Chroniques de la vraie base », Politix, n° 12, décembre 1990, p. 56-57 ; Mogniss H. Abdallah, Rengainez, on arrive ! Chroniques des luttes contre les crimes racistes ou sécuritaires, contre la hagra policière et judiciaire (des années 1970 à aujourd’hui), Paris, éditions Libertalia, 2012.

58 Jean-Louis Hurst, « Les somnambules, les affairistes et les inquisiteurs », Le Monde diplomatique, août 1992.

59 Jean-Louis Hurst, Préface 2005, op. cit., p. 6.

60 Ibid.

61 Ibid.

62 Ibid.

63 Cf. Luis Martinez, La Guerre civile en Algérie, Karthala/Ceri, 1998 ; Benjamin Stora, La guerre invisible : Algérie, années 1990, Paris, éd. Presse de Science Po., 2001.

64 http://pierrebourdieuunhommage.blogspot.fr/2012/02/pierre-bourdieu-autour-du-comite.html

65 Jean-Louis Hurst, Préface mars 1991, op. cit., p. 10.

66 http://lavoixdesidibelabbes.info/emouvantes-funerailles-a-diar-essaada-jean-louis-hurst-enterre-dans-son-pays

67 Cette militante du FLN a été victime de la torture. Gisèle Halimi et Simone de Beauvoir ont initié une campagne de défense de grande ampleur. Cf. Gisèle Halimi, Djamila Boupacha, Paris, Gallimard, 1962.

68 http://lavoixdesidibelabbes.info/emouvantes-funerailles-a-diar-essaada-jean-louis-hurst-enterre-dans-son-pays

69 Pierre Chaulet (1930 -2012) est un médecin algérien d’origine française, engagé avec sa future épouse Claudine aux côtés du FLN. À l’indépendance, ils sont restés vivre en Algérie. Cf. Pierre et Claudine Chaulet, Le choix de l’Algérie : deux voix, une mémoire, Alger, éditions Barzakh, 2012.

70 http://lavoixdesidibelabbes.info/emouvantes-funerailles-a-diar-essaada-jean-louis-hurst-enterre-dans-son-pays

71 Ahmed Halfaoui, « Les Hurst : père, mère et fille », op. cit.

72 http://www.lematindz.net/news/14538-en-hommage-a-j-l-hurst-projection-du-film-les-freres-des-freres-lundi-02-juin-2014-a-18h-a-la-cinematheque-dalger.html

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4005/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « La contribution d’un anticolonialiste français : repères sur la trajectoire de Jean-Louis Hurst (1935-2014) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 125 | 2014, 161-171.

Référence électronique

Didier Monciaud, « La contribution d’un anticolonialiste français : repères sur la trajectoire de Jean-Louis Hurst (1935-2014) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4005

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

CHRHC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page