Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Les JC en 68 : crise ou renouveau ?

Mathieu Dubois
p. 141-158

Résumé

Principal mouvement de jeunesse politique français, les Jeunesses communistes ont longtemps été oubliées par l’historiographie des années 1968 en dehors de la crise de leur branche étudiante (UEC). Ce silence historiographique reflète la vision d’un déclin du PCF dans la jeunesse, que contredit l’afflux de jeunes militants dans le parti et ses organisations dans les années 1970. Au contraire, Mai 68 constitua un moment d’accélération de l’aggiornamento communiste et de relance pour les Jeunesses communistes, dont l’identité fut profondément redéfinie pour s’adapter aux nouvelles attentes et revendications de la jeunesse. L’autonomie croissante accordée par le parti au mouvement fut l’une des clés de cette transformation, tandis que l’évolution sociologique n’entraînait pas seulement la fin d’une tradition d’encadrement de la jeunesse ouvrière héritée du premier xxe siècle, mais également un véritable renouveau militant avec l’arrivée massive d’étudiants et de lycéens fortement politisés.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle

Schlagwortindex :

MJCF, UEC, PCF, jeunesse, mai 68, aggiornamento

Palabras claves :

MJCF, UEC, PCF, jeunesse, mai 68, aggiornamento
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les étudiants communistes, on citera les travaux récents d’Étienne Bordes, Le Désenchantement d (...)
  • 2 Parmi l’abondante bibliographie sur le sujet on renverra simplement ici à la synthèse de Frédérique (...)
  • 3 La plupart des ouvrages s’intéressent essentiellement à l’UEC « italienne » et aux groupes issus de (...)
  • 4 On citera notamment les travaux pionniers de François Audigier sur les jeunes gaullistes, Génératio (...)
  • 5 C’est en particulier le cas en Allemagne autour des travaux de Wolfgang Krabbe, Parteijugend in Deu (...)
  • 6 Hervé Hamon et Patrick Rotman, Génération, t. 2, Les années de poudre, Paris, Éditions du Seuil, 19 (...)
  • 7 Si les archives du parti sont aujourd’hui largement ouvertes aux chercheurs aux archives départemen (...)
  • 8 Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995, p. 333-34 (...)
  • 9 Sur les évolutions sociales du PCF durant la période, voir notamment Bernard Pudal, Prendre parti. (...)

1Où étaient les jeunes communistes en mai 1968 ? La question n’a curieusement jamais été vraiment étudiée 1. Si la crise de l’Union des étudiants communistes (UEC) a fait l’objet de plusieurs travaux 2 et appartient désormais aux prodromes de l’événement dans le récit classique de Mai 68, le principal mouvement de jeunesse politique français, le Mouvement de la jeunesse communiste de France (MJCF), est presque absent de l’histoire du mouvement étudiant 3. Ce silence historiographique illustre d’abord la focalisation de la recherche sur les acteurs les plus médiatisés de Mai 68. À l’inverse, les organisations de jeunesse comme les partis en général n’ont été que très peu étudiés en France 4, alors même qu’ils ont suscité un intérêt précoce dans d’autres pays touchés par le mouvement 5. Ce silence reflète également l’idée d’un déclin du mouvement communiste français diffusée depuis les « années 68 » par les organisations « gauchistes » qui lui étaient hostiles. L’incapacité du PCF à renouveler son rapport à la jeunesse serait à l’origine d’une rupture historique entre le parti et les jeunes. Il s’agit d’ailleurs d’une idée clé de l’ouvrage de Patrick Rotman et Hervé Hamon, Génération : « La génération de 68 a définitivement isolé le parti communiste de la jeunesse, des intellectuels, d’une partie même de la classe ouvrière. Le déclin du PC accompagne strictement, fidèlement sa trajectoire. » 6 L’action des jeunes et étudiants communistes est d’ailleurs souvent réduite à la vision biaisée qu’en eurent leurs adversaires de la gauche étudiante à travers l’épisode de la fuite du député communiste Pierre Juquin, invité par l’UEC sur le campus de Nanterre, aux cris de « Juquin petit lapin ! » Tout en s’appuyant largement sur des sources hostiles au mouvement communiste, cette vision est aussi fortement téléologique en analysant les années 1968 au regard du déclin du PCF dans les années 1980. L’étude des fonds du MJCF et du PCF 7 permet au contraire de retracer l’histoire d’un mouvement de jeunesse en mutation, au cœur de l’aggiornamento lancé par le Parti entre 1964 et 1977 8. Contrairement à leurs adversaires « gauchistes » dont l’ouvriérisme relevait en partie du discours, les JC pouvaient compter, grâce à leurs cercles de quartiers et d’entreprises, sur une implantation historique en milieu ouvrier qui était au cœur de l’identité du mouvement depuis sa fondation. C’est précisément cette identité que le mouvement étudiant allait contribuer à remettre en question et à transformer profondément en quelques années, illustrant l’évolution sociale, mais surtout identitaire, qui sous-tendit l’aggiornamento communiste 9. Il ne s’agira donc pas ici simplement d’analyser les effets de la déprolétarisation des jeunes sur le principal mouvement de jeunesse politique français, mais aussi de souligner l’influence du mouvement étudiant sur la redéfinition de l’identité du MJCF dans les années 1968.

Recomposition et politisation des JC dans les années 1960

  • 10 Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la jeunesse républicaine de France, 1945-1956. Entre organisa (...)
  • 11 AD 93, Comité central du PCF, juin 1956, 1 AV/4681-4686.

2Il sera question ici à la fois des jeunes et des étudiants communistes, dont les diverses branches avaient été rassemblées en 1956 lors de la création du Mouvement de la jeunesse communiste de France. La fondation de ce mouvement marquait déjà une première rupture dans le rapport du PCF à la jeunesse avec l’abandon du modèle de l’encadrement apolitique des jeunes incarné depuis la Libération par l’Union de la jeunesse républicaine de France (UJRF) 10. Le MJCF se composait alors de quatre organisations : l’Union de la jeunesse communiste de France (UJCF), l’Union des jeunes filles de France (UJFF), l’Union de la jeunesse agricole et rurale de France (UJARF) et l’UEC à laquelle étaient confiés à la fois les étudiants et le secteur lycée depuis 1938. Alors que dans l’esprit de la déstalinisation une partie des membres du bureau politique – Marcel Servin et Roger Garaudy – avait alors pris position en faveur d’un mouvement de jeunes sans liens organiques avec le Parti et réellement autonome, le PCF décida de maintenir le mouvement sous la tutelle étroite du responsable du Parti à la jeunesse 11.

  • 12 Frédérique Matonti, « Nous les Garçons et les Filles : un cas limite de réception présumée politiqu (...)
  • 13 Frédérique Matonti et Bernard Pudal, op. cit.
  • 14 Frédérique Matonti et Bernard Pudal, op. cit.

3Une fois retombée l’effervescence exceptionnelle des mobilisations contre la guerre d’Algérie, l’UJCF, l’UJFF et l’UJARF cherchèrent à recruter massivement des jeunes en leur offrant l’accès aux loisirs et à la « culture jeune » en plein essor. Cette nouvelle ligne fut incarnée par la revue du MJCF, Nous les garçons et les filles 12¸ qui parut à partir de 1963 sur le modèle des magazines jeunesse tels que Salut les copains. Cette faible politisation des trois premières organisations du mouvement contrastait avec les luttes politiques internes qui divisaient alors l’UEC 13. Au-delà des affrontements de tendances, ce que l’on nomme depuis la « crise de l’UEC » était largement la conséquence de la déstalinisation à travers la revendication de nouveaux rapports hiérarchiques au sein du mouvement communiste, et en particulier d’une plus grande autonomie des organisations affiliées à l’égard du Parti. L’affrontement entre la direction « italienne » de l’UEC et les orthodoxes fidèles au PCF tourna en faveur des derniers en 1965. Les diverses tendances critiques envers la ligne du Parti furent progressivement évincées au cours de l’année 1966 14.

  • 15 AD 93, fonds Roland Leroy, 263   8, « Document 1 – La préparation de la rentrée » envoyé par le bur (...)

4Le choix effectué alors par le Parti et les orthodoxes ne relevait pas seulement de la mise au pas d’une ligne politique autonome, mais également d’une conception du travail des étudiants et des « intellectuels » en général au sein du mouvement communiste. Refusant de faire des étudiants une élite chargée des évolutions théoriques, ils concevaient au contraire l’UEC comme un instrument de la mobilisation des masses dans le contexte de la massification de l’accès à l’enseignement supérieur. L’objectif de l’organisation était désormais de se donner les moyens d’accomplir « une véritable activité de masse à l’université » 15.

  • 16 Le terme de « confiscation » choisi par Frédérique Matonti et Bernard Pudal apparaît de ce point de (...)
  • 17 Voir notamment Jean Vigreux, « Waldeck-Rochet et les intellectuels – à propos du comité central d’A (...)
  • 18 Le préambule des nouveaux statuts précisait : « La responsabilité des organisations du Mouvement de (...)
  • 19 C’était en particulier le cas des Jeunesses socialistes et des Jeunes républicains indépendants. La (...)

5Certes la reprise en main par le PCF signifiait l’échec d’une tentative d’autonomisation à l’égard de sa ligne, mais il serait inexact d’y voir la fin de toute velléité de transformation des rapports d’autonomie entre le PCF et ses organisations de jeunesse et d’étudiants. Contrairement aux idées reçues, la crise de l’UEC ne marqua pas la fin de l’autonomisation des jeunes communistes, mais l’encadrement de ce processus par le Parti 16. La revendication de davantage d’autonomie par les étudiants communistes des années 1961-1965 conduisit en effet le PCF à accorder progressivement une plus grande marge de manœuvre à ses organisations de jeunes et d’étudiants, dans l’esprit de liberté intellectuelle insufflé lors du comité central d’Argenteuil en mars 1966 17. Parallèlement à la reprise en main de l’UEC, le Parti amorça une relance de l’ensemble du MJCF qui prit forme lors du congrès du mouvement à Saint-Denis en avril 1966. Les nouveaux statuts renforçaient le rôle du secrétariat général du mouvement dans la définition d’une ligne commune et lui accordaient une plus grande autonomie organisationnelle 18. Les limites de ces transformations résidaient toutefois dans l’absence d’autonomie politique des jeunes, dont le travail se limitait à soutenir la ligne du PCF. Le renforcement du secrétariat permettait également de mieux contrôler les différentes unions, en particulier l’UEC. Si cette autonomie organisationnelle pouvait apparaître comme un pis-aller, elle demeurait une exception parmi les organisations de jeunesse politiques françaises, dont la plupart relevaient encore du modèle de la section jeune du Parti 19.

  • 20 AD 93, fonds complémentaire Roland Leroy, 263 J – en cours de classement, dossier « Journée de la j (...)

6Ces transformations statutaires s’accompagnaient de l’adoption par l’ensemble des organisations du mouvement d’une orientation plus politique portée par un nouveau secrétaire général, François Hilsum. Si le MJCF demeura jusqu’en 1968 largement marqué par la mobilisation des jeunes par les loisirs, à l’image de son journal, les JC n’en connurent pas moins un véritable renouveau de leur action politique au cours de l’année 1967. Ce fut en particulier le cas de l’opposition à la guerre du Vietnam. La concurrence des organisations d’extrême gauche, organisées dans les comités Vietnam, incita les jeunes communistes à démontrer leur capacité mobilisatrice lors de la manifestation du 26 novembre 1967, qui réunit plusieurs dizaines de milliers de jeunes à l’appel du PCF et du MJCF 20. Il en alla de même sur le terrain des lycées, où l’UJCF et l’UJFF lancèrent une commission scolaire à la rentrée 1967.

  • 21 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 44, note manuscrite sur les effectifs à partir d’un rapport de Rol (...)
  • 22 Fabien Conord, « Le parti pour enjeu : les jeunes générations de la SFIO dans les années 1960 », da (...)
  • 23 Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF de 1956 à 1968, Paris, PUF, 1983, p. 135-152.

7Si dans de nombreux domaines les JC pouvaient sembler en retard sur les initiatives de leurs concurrents d’extrême gauche, elles constituaient souvent en dehors de Paris et de quelques grandes villes la seule force organisée pour l’engagement des jeunes. L’ampleur du réseau des fédérations et sections que comptait un mouvement revendiquant une quarantaine de milliers d’adhérents en 1967-1968 21 contrastait fortement avec les quelques centaines de militants, essentiellement parisiens, sur lesquels pouvaient compter la JCR, les maoïstes ou même les jeunes et étudiants socialistes 22. L’impression d’un isolement des jeunes et des étudiants communistes à la veille de Mai 68 mérite donc d’être fortement nuancée : même si le MJCF et ses organisations étaient coupés des groupes de jeunesse de gauche, avec lesquels ils partageaient une hostilité réciproque, ils n’en constituaient pas moins de très loin la principale force politique dans la jeunesse. Cette situation était illustrée par le renouveau rapide de l’UEC au sein de l’UNEF. Lors du congrès de l’organisation étudiante à Lyon en juillet 1967, les étudiants communistes purent compter sur huit AGE et seule la coalition de leurs adversaires les empêcha de s’emparer de la direction 23. Quelques mois avant Mai 68, l’UEC n’en était pas moins la principale force au sein d’une UNEF en déclin.

Les jeunes et les étudiants communistes en Mai 68

  • 24 Dans son numéro du 7 avril 1968, l’Humanité revenait sur le mouvement de Nanterre et donnait l’exem (...)
  • 25 Sur les CAL, voir notamment Robi Morder, « Les comités d’action lycéens », Cahiers du GERME, n° 22- (...)

8C’est dans ces conditions d’un renouveau amorcé mais encore timide de leur politisation que les jeunes et les étudiants communistes furent pris de court par les événements du printemps 1968. L’attention des dirigeants du mouvement était alors focalisée sur la lutte contre les « gauchistes » dans les lycées et les universités. L’épisode de l’invitation de Pierre Juquin à Nanterre le 25 avril 1968 fut l’illustration du décalage entre les revendications des communistes et les aspirations de la jeunesse étudiante. Venu présenter les propositions du PCF sur la « crise de l’université », le député communiste cherchait à canaliser la contestation dans un sens démocratique au profit de sa logique de conquête du pouvoir par les urnes, ce que refusaient catégoriquement les groupes maoïstes de l’UJC-ml, qui le chassèrent de la tribune. Ce décalage s’illustra également sur la question de la mixité dans les cités universitaires, dans laquelle l’UEC ne vit qu’une revendication marginale face à l’enjeu de la construction de nouvelles résidences. Hostile à l’agitation gauchiste, l’UEC se lança même dans une mobilisation en faveur de la tenue des examens, soulignant l’investissement que représentaient les études pour les jeunes issus de milieux populaires et n’ayant pas les moyens de se permettre les frasques des « agitateurs petit-bourgeois » 24. Suivant la même logique, les JC s’opposèrent initialement à la formation des Comités d’action lycéens lancés dans le sillage des comités Vietnam par leurs adversaires de gauche, dont beaucoup étaient issus de la dissidence du secteur « lycées » de l’UEC en 1966 25. La ligne antigauchiste des JC les isolait ainsi du mouvement que contribuaient à faire émerger leurs adversaires.

  • 26 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 9, « Rapport du comité national de l’UEC des 12-13 juillet 1968 ».

9Les premiers jours d’agitation dans le Quartier latin ne modifièrent pas la position des jeunes et des étudiants communistes dans la jeunesse, qui fut encore fragilisée par l’article de Georges Marchais dénonçant « l’anarchiste allemand Cohn-Bendit » dans les colonnes de L’Humanité du 3 mai. Suite à l’évacuation de la Sorbonne, le bureau national de l’UEC réuni à Nanterre se contenta de condamner la décision et les violences policières. En complet décalage avec le mouvement en cours, les étudiants communistes distribuaient alors des tracts en faveur de la tenue des examens 26.

  • 27 Jean Vigreux et Emmanuel Ranc, « La direction et les députés du PCF à l’épreuve de Mai-Juin 68 », d (...)

10Ce positionnement ne s’accompagnait pas moins de profonds doutes qui s’accrurent à mesure que le mouvement prenait de l’ampleur, au cours des jours suivants. Face au succès de la manifestation du 6 mai dans le Quartier latin, les dirigeants de l’UEC (Jean-Michel Catala, Michel Jouet, Gérard Molina, Jean-Claude Dufour, Pierre Zarka) rencontrèrent le soir même les responsables du parti à la jeunesse (René Piquet) et aux intellectuels (Pierre Juquin) dans le local de la librairie Clarté, en face de la Sorbonne. Pour la première fois, le PCF autorisa alors l’une de ses organisations à suivre une ligne différente de la sienne, en prenant part dès le lendemain aux manifestations. Le 7 mai, l’UEC participa à la manifestation se rendant de la place Denfert-Rochereau à celle de l’Étoile. Ce même jour, le bureau politique du parti infléchissait sa position en accentuant ses critiques à l’égard du gouvernement, reconnaissant dans un communiqué la « légitimité du mouvement étudiant », tout en continuant de condamner les agissements des « gauchistes » 27. Si leurs positions restaient encore très prudentes, les étudiants communistes étaient ainsi entrés dans le mouvement, près d’une semaine – six jours – avant le PCF.

  • 28 Nous les garçons et les filles, n° 59, juin-juillet 1968.

11Dans les jours suivants, les JC se joignirent progressivement au mouvement des CAL, que nombre de leurs membres avaient déjà intégrés spontanément. Le 10 mai, les dirigeants de l’UJCF et de l’UJFF donnèrent pour consigne d’intégrer les CAL, qui appelèrent le même jour à se joindre aux manifestations étudiantes. À la veille de la nuit des barricades, les jeunes et les étudiants communistes étaient ainsi entrés dans le mouvement. Le 11 mai, le secrétariat du MJCF appelait à la mobilisation : « Étudiants, lycéens, jeunes travailleurs, dans les prochaines heures, participez massivement aux grèves, aux manifestations, aux meetings : à la protestation de tout notre peuple contre la répression policière. Aujourd’hui 11 mai, toute la jeunesse est solidaire de la masse des étudiants et des lycéens. Le Quartier latin aux étudiants et aux professeurs ! Réouverture de toutes les facultés ! Amnistie immédiate pour tous les emprisonnés ! » 28.

  • 29 Tout en apportant son soutien à l’appel à la grève générale lancé pour le lendemain par les organis (...)

12Restée prudente jusque-là, la mobilisation des jeunes et des étudiants communistes se trouva libérée par l’entrée du PCF et de la CGT dans le mouvement, avec l’appel à la grève générale et aux manifestations lancées pour le 13 mai 29. Le MJCF prit part aux cortèges aux côtés du Parti et fit paraître pour l’occasion des numéros spéciaux de Nous les garçons et les filles et du Nouveau Clarté. Durant la deuxième quinzaine de mai, les jeunes et les étudiants communistes participèrent massivement aux meetings, aux rassemblements, aux manifestations, dans un élan souvent spontané que les directions eurent du mal à encadrer pour empêcher les militants de se joindre aux actions initiées par les « gauchistes ». La difficulté de plus en plus grande de communiquer favorisa également l’autonomisation progressive des directions locales et l’improvisation des actions. De ce point de vue, l’isolement des communistes au sein de la jeunesse était essentiellement le fait du positionnement des directions, mais ne reflétait pas toujours la réalité du militantisme sur le terrain.

  • 30 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 37, « Procès-verbal de la réunion du secrétariat du MJCF les 18 et (...)
  • 31 AD 93, fonds complémentaire Roland Leroy, 263 J – en cours de classement, dossier « UJCF » – « La v (...)
  • 32 En 1969, l’UJCF ne compterait plus que 75 cercles d’entreprise sur l’ensemble du territoire. AD 93, (...)

13D’abord entraînée par l’enthousiasme de la base, l’action du MJCF fut réorganisée lors de la réunion du secrétariat du mouvement les 18 et 19 mai 30. La priorité fut alors donnée à la jeunesse « travailleuse » des usines, non aux étudiants. L’objectif du MJCF était de maintenir l’organisation du mouvement populaire en branches distinctes, en particulier entre intellectuels et ouvriers. Les instructions de la direction rejetaient toute action des étudiants et des lycéens en direction des usines comme y poussaient les « gauchistes ». Travaillant souvent de concert avec les jeunes de la CGT, l’UJCF organisa plusieurs assemblées à l’usine Renault de Billancourt et tenta de relancer la création de cercles d’entreprise 31. Si l’organisation demeurait présente dans les quartiers ouvriers, l’influence de la JC au sein des usines resta toutefois très limitée, dans la mesure où l’organisation n’était plus implantée que dans une petite centaine d’entreprises françaises 32.

  • 33 Ce fut notamment le cas le 22 mai lors des manifestations de protestation contre l’interdiction de (...)

14Cet impact limité des consignes nationales d’action en direction des entreprises contrastait fortement avec le dynamisme spontané des secteurs universitaires de l’UEC et des cercles lycéens des JC. Organisant des stands dans les universités et se joignant aux commissions de réforme dans les facultés, l’UEC tenta de s’intégrer au mouvement en cours. Certes, les étudiants communistes restèrent parfois isolés face aux multiples groupes radicaux qui leur étaient hostiles 33, mais leur nombre, leurs moyens et leur capacité d’organisation compensèrent souvent ce handicap de départ. Dans les lycées, les jeunes communistes devaient non seulement intégrer les CAL existants et s’emparer de leur direction, mais également en fonder de nouveaux dans l’optique de créer un « comité central des CAL » dont les JC devraient prendre la tête. Si une propagande était envisagée en direction des appelés dans les casernes, le secrétariat du mouvement incitait dans ce domaine à une grande prudence pour éviter de discréditer le mouvement et les communistes en alimentant un discours sur des velléités d’insurrection.

  • 34 Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, op. cit., p. 347-349.
  • 35 Voir le compte rendu de l’action du mouvement dans Nous les garçons et les filles, n° 59, juin-juil (...)
  • 36 Jacques Capdevielle et Henri Rey (dir.), Dictionnaire de Mai 68, op. cit., p. 460.

15À cette phase d’intense mobilisation contestataire succéda une tentative de proposition d’alternative politique, lancée le 24 mai par le commentaire de Waldeck Rochet suite à l’intervention télévisée du général De Gaulle : « Le problème du pouvoir reste posé. Le régime gaulliste a fait son temps, il doit s’en aller. » 34 Le MJCF se mobilisa alors pour la création des « comités d’action de la jeunesse pour un gouvernement populaire d’union démocratique », lancés à l’initiative du Parti dans les usines, les lycées, les universités 35. Cette mobilisation trouva son point d’orgue dans la manifestation du 29 mai, qui réunit trois cent mille personnes place de la Bastille à l’appel de la CGT, du PCF et du MJCF 36. Elle s’effectuait toutefois encore en concurrence avec la proposition de la gauche non communiste formulée deux jours plus tôt à Charléty.

  • 37 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 37, « Compte rendu de la réunion du secrétariat du MJCF le 3 juin (...)
  • 38 Le Monde, 18 juin 1968. Les communistes venaient d’ailleurs d’être débarrassés d’une partie de leur (...)
  • 39 Avec 4,4 millions de voix, soit 20 % des suffrages exprimés, le PCF n’enregistra qu’un léger recul (...)

16La fin de la situation insurrectionnelle le 30 mai ne signifia nullement la démobilisation des jeunes et des étudiants communistes, pour lesquels les élections annoncées les 23 et 30 juin devaient permettre d’imposer un gouvernement populaire. Dans cette perspective, le secrétariat du mouvement se réunit à nouveau le 3 juin 37 pour organiser la participation à la campagne dont l’un des temps forts fut le rassemblement de cinq à quinze mille jeunes à Montreuil le 16 juin, autour des candidats communistes et en présence de Waldeck Rochet et de René Piquet 38. Comme pour l’ensemble de la gauche, la déception suscitée par les résultats fut à la hauteur des espoirs nés dans les semaines précédentes 39.

Les JC au lendemain de Mai 68

  • 40 Nouveau Clarté, n° 25, mai 1970, p. 4.
  • 41 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 44, note manuscrite sur les effectifs à partir d’un rapport de Rol (...)

17« Mai-juin ne fut pas une “crise” parmi tant d’autres, mais le début d’une période historique nouvelle. Nouvelle parce que le nombre, la masse et l’importance des couches nouvellement entrées en lutte posent de manière plus immédiate, plus aiguë, la question de l’alliance, notamment celle des intellectuels avec la classe ouvrière. » Tel est le bilan du mouvement étudiant que dressait Dominique Vidal, alors rédacteur en chef du Nouveau Clarté, dans le numéro de mai 1970 40. Les effectifs du mouvement sortaient d’ailleurs considérablement renforcés de Mai 68, avec 55 000 adhérents revendiqués en novembre 1968+ 41. Cette vision très positive, que conservèrent du mouvement un certain nombre de jeunes dirigeants, contrastait fortement avec l’impression d’échec laissée par la mobilisation au sein du Parti et le profond malaise qui s’ensuivit.

  • 42 « Ce mouvement de masse ne s’est pas reconnu en nous et nous ne nous sommes pas reconnus en lui ». (...)
  • 43 Trente-six intellectuels communistes y avaient affirmé « leur solidarité politique » avec le mouvem (...)
  • 44 Voir notamment Julian Mischi, « Le PCF face au “problème gauchiste” », dans Gilles Richard et Jacqu (...)

18Les grandes lignes du bilan de l’action des communistes durant le mouvement et dans la jeunesse en général furent établies lors de la réunion du comité central du PCF des 8 et 9 juillet 1968. Waldeck Rochet jugea l’influence du Parti en milieu étudiant « certes non négligeable, mais cependant insuffisante, ce qui s’est naturellement ressenti de façon négative dans le dernier mouvement. » 42 Il s’agissait toutefois moins de critiquer l’action de l’UEC que le manque de soutien des responsables du parti envers elle. Surtout, la réunion fut l’occasion d’un débat sur le rapport du parti au « gauchisme », dont la question avait été relancée le 26 mai par le manifeste des intellectuels communistes 43. Alors que Roger Garaudy prônait une stratégie souple de confrontation avec ces adversaires afin d’ouvrir un « dialogue d’un style nouveau avec les masses », Waldeck Rochet réaffirma la ligne de refus systématique de toute implication dans des actions aux côtés des « gauchistes » 44.

  • 45 Archives du MJCF, carton « Années 60-Éducation », Rapport du Comité national d’Ivry les 12-13 juill (...)
  • 46 AD 93, fonds complémentaire Roland Leroy, 263 J « en cours de classement », dossier « UJFF », rappo (...)
  • 47 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 23, rapport présenté par Jean-Claude Le Meur au comité national de (...)

19Quelques jours après le comité central du parti, l’UEC tint son comité national à Ivry, les 12 et 13 juillet. Les étudiants communistes envisagèrent alors trois possibilités pour l’avenir de l’action de l’UEC dans la mobilisation étudiante : la création d’un mouvement politique de « type SDS » ouest-allemand, auquel les communistes devraient tenter de s’intégrer ; la multiplication d’autres mouvements dont il faudrait se tenir à l’écart ; le développement d’un véritable syndicat étudiant de masse, qu’il fallait chercher à susciter 45. De son côté, le comité national de l’UJFF, réuni les 13 et 14 septembre 1968, refusait de voir le mouvement étudiant comme étranger à la mobilisation des jeunes communistes et insista sur leur participation aux mobilisations qui avaient vu le jour depuis l’année précédente, en particulier sur la question du Vietnam 46. Le comité national de l’UJCF se tint quant à lui les 26 et 27 octobre 1968. Il insista notamment sur la nécessité d’unifier et de structurer des luttes que leur caractère épars avait vouées à l’échec en Mai 47. Le mouvement étudiant avait ainsi mis en évidence le manque d’encadrement des actions, l’inefficacité et la désorganisation des manifestations, ainsi que le manque d’action concrète à la base dans certains cercles et la trop faible exploitation du potentiel militant. Pour les trois principales branches du MJCF, Mai 68 avait été un moment de désorganisation, mais aussi d’expérimentation et de libération du militantisme, qui constituait la base d’un renouveau du mouvement.

  • 48 Nous les garçons et les filles, n° 62, décembre 1968, p. 6-12.
  • 49 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 42, rapport de Robert Clément au secrétariat du MJCF en date d’oct (...)
  • 50 AD 93, fonds Étienne Fajon, 295 J, Boîte 7, comité central d’Ivry, les 13 et 14 octobre 1969.

20Au-delà des tentatives propagandistes d’enjoliver l’action des organisations durant le mouvement, une vaste discussion sur la façon de mobiliser la jeunesse gagna ainsi toutes les organisations à la rentrée 1968. Elle fut également suscitée par le parti et les directions des organisations à travers des dialogues avec la jeunesse, dont le principal rassembla trois mille jeunes le 30 octobre 1968 à la Mutualité autour de René Andrieu, rédacteur en chef de l’Humanité, René Piquet, responsable à la jeunesse au sein du bureau politique, et Roland Favaro, secrétaire général du MJCF 48. Les deux années qui suivirent le mouvement étudiant furent donc consacrées à une vaste réflexion sur l’identité du MJCF. Cette réflexion paraissait d’autant plus nécessaire que l’afflux massif d’adhérents durant Mai 68 fut suivi d’une chute brutale des effectifs. Dans son rapport préparatoire à la conférence nationale du MJCF, qui devait se tenir les 1er et 2 novembre 1969 à Malakoff, Robert Clément, secrétaire national de l’UJCF, dressait un constat très alarmant, reconnaissant « un affaiblissement considérable » du mouvement dans la jeunesse 49. Prenant conscience du risque de rupture avec la jeunesse, le comité central du PCF réuni à Ivry les 13 et 14 octobre 1969 prit la décision d’une nouvelle réforme du mouvement 50. Tout en refusant toujours de faire de la jeunesse une classe, le parti reconnaissait de plus en plus clairement la spécificité de son engagement et la nécessité d’accorder à ses structures une autonomie plus grande.

  • 51 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 37, « Congrès National du Mouvement de la Jeunesse Communiste de F (...)
  • 52 Déclinant rapidement au début des années 1970, l’UJFF et l’UJARF devaient être supprimées en 1974. (...)
  • 53 Ce nouveau style s’illustra notamment lors du congrès de Montreuil en mai 1973 au cours duquel Geor (...)

21Cette remise en question de l’action des jeunes et des étudiants communistes déboucha sur la refondation du MJCF lors du congrès de Saint-Denis les 4, 5 et 6 décembre 1970. Si le primat absolu de la ligne politique du Parti était maintenu, les nouveaux statuts du mouvement reconnaissaient sa « complète indépendance d’organisation », même si le parti avait finalement refusé la formule proposée par les jeunes dans leur projet : « La jeune génération vient au socialisme par d’autres voies, sous d’autres formes, et dans d’autres conditions que ses aînés, elle doit faire sa propre expérience des luttes politiques. » 51 Poursuivant la logique amorcée en 1966, les statuts renforçaient également le poids du secrétariat général du mouvement au détriment des unions 52. Il s’agissait aussi d’accorder une place à la parole et à l’initiative militante libérées en Mai 68 en faisant désormais des congrès et de leur préparation en amont des moments d’expression pour la base. Si elle était encore toute relative dans la mesure où elle était exclusivement organisationnelle, cette liberté nouvelle accordée par le PCF à son mouvement de jeunes reflétait à la fois sa volonté de rénover le lien avec la jeunesse et sa confiance retrouvée dans les dirigeants de ses organisations qui avaient démontré en Mai 68 leur fidélité absolue au parti. Ces diverses évolutions du MJCF devaient prendre toute leur ampleur au cours des années suivantes, où s’engagea un profond « changement de style » dont le fondement était de libérer les initiatives et la parole des militants 53.

  • 54 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 44, rapport de la commission des mandats du congrès de Saint-Denis

22Cette refondation du MJCF était portée par l’arrivée au sommet de sa hiérarchie d’une nouvelle génération de jeunes dirigeants ayant pour la plupart fait leurs preuves en Mai 68 et qui eurent la charge de renouveler l’identité et la culture politique du mouvement. Au cours des années 1970-1973, un nombre sans précédent d’anciens dirigeants de l’UEC furent élus au bureau du MJCF, en particulier ceux qui avaient tenu les rênes de l’organisation étudiante dans la tourmente de Mai 68. Ce fut notamment le cas de Pierre Zarka, Gérard Molina, Dominique Vidal, Alain Gresh et Jean-Charles Eleb. L’arrivée des anciens de l’UEC à la tête de la JC fut symbolisée par l’accession de Jean-Michel Catala à la fonction de secrétaire général adjoint, puis en 1973 de secrétaire général du mouvement. Pour la première fois dans l’histoire de la JC, un étudiant se trouvait à la tête du mouvement et non plus un ouvrier. Il devait en être de même par la suite de tous les secrétaires généraux du mouvement. Lors du congrès de Saint-Denis en décembre 1970, 44,5 % des délégués étaient des lycéens ou des étudiants contre seulement 30,2 % d’ouvriers, tandis que le rapport était de 34,6 % contre 22 % au conseil national du mouvement 54. Dans le même temps, le recul rapide des cercles d’entreprises et de quartiers au début des années 1970 déplaçait de plus en plus l’activité des JC vers les lycées et les universités. Ce tournant n’était donc pas que symbolique, mais illustrait un véritable changement dans l’identité du mouvement de jeunesse du PCF.

  • 55 Voir le compte rendu de cette réunion dans les archives du MJCF, « UNCAL – années 68-69-70 » ; voir (...)
  • 56 Malgré la profonde division de ses adversaires, l’audience de l’UNCAL demeura toutefois limitée fau (...)
  • 57 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 9, boîte X, dossier 1 : 1969, Lettre de Gaston Plissonnier aux féd (...)
  • 58 L’UNEF - « Unité syndicale » voyait le jour sous le contrôle des trotskystes.
  • 59 L’Express, 14 décembre 1970. Ces chiffres étaient naturellement gonflés, l’UNEF pas plus que l’UEC (...)

23Cette influence croissante des lycéens et des étudiants au sein du MJCF se fit également sentir à travers l’importance politique et militante que prit l’engagement sur le terrain des lycées et des universités, par l’intermédiaire d’organisations fondées dans le sillage de Mai 68. Refusant la transformation des mouvements syndicaux en structures politiques telles que l’envisageaient les « gauchistes », les communistes avaient en effet fondé leurs propres organisations. L’Union nationale des comités d’action lycéens (UNCAL) tint son premier congrès les 19 et 20 juin 1968 suite à la scission des communistes au cours des assises préparatoires des CAL qui s’étaient tenues quatre jours plus tôt à la Sorbonne 55. Suivant la ligne d’un syndicalisme réformiste, la nouvelle organisation était dirigée quasi exclusivement par des membres de l’UJCF et de l’UJFF 56. Il en allait de même au sein de l’UNEF-Renouveau, fondée officiellement en mars 1971 après que l’UEC fut parvenue à mettre en minorité la direction du syndicat étudiant et à provoquer ainsi son éclatement. Majoritaire dans huit AGE, les communistes défendaient la vision d’un syndicat de masse contre celle d’un mouvement politique 57. Immédiatement mobilisée dans les nouveaux cadres de la démocratie étudiante mis en place par la loi Edgar Faure, l’UNEF-Renouveau devint rapidement le principal syndicat étudiant 58. La nouvelle organisation revendiquait officiellement 20 000 membres, dont 12 000 étudiants communistes 59.

24Au début des années 1970, les jeunes et étudiants communistes étaient ainsi parvenus à se doter des principales structures syndicales dans les lycées et les universités. Même si leur action demeurait souvent moins visible que les coups d’éclat des organisations d’extrême gauche, ces structures n’en jouaient pas moins un rôle fondamental dans l’évolution des organisations de jeunesse communistes au lendemain de Mai 68. Devenues la priorité des branches du MJCF, elles en constituaient également des viviers et des lieux d’apprentissage, au sein desquels les militants se familiarisaient avec des pratiques politiques et des modes de fonctionnement interne beaucoup plus libres qu’au sein des organisations communistes. Ces organisations devinrent donc rapidement des laboratoires pour le MJCF et ses organisations, y faisant entrer une culture politique héritée des joutes étudiantes et lycéennes.

  • 60 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 44, « Rapport à la conférence nationale du mouvement de la jeuness (...)
  • 61 Roger Martelli, Prendre sa carte : 1920-2009. Données nouvelles sur les effectifs du PCF, Bobigny, (...)
  • 62 Philippe Buton, « Les effectifs des communistes en Europe occidentale depuis 1968 », dans Communism (...)

25L’afflux de lycéens et d’étudiants au sein du MJCF modifiait également le visage du mouvement de jeunesse communiste tout en lui garantissant une rapide croissance. Même si les 70 000 adhérents revendiqués par le secrétaire national en 1974 relevaient largement de la propagande interne 60, les jeunes et étudiants communistes connurent un véritable essor entre 1971 et 1977. Ces années furent également celles d’une forte croissance et d’un rapide rajeunissement des adhérents du parti. Le PCF fut en effet l’un des partis communistes européens qui connut la plus forte augmentation de ses effectifs au tournant des années 1960-1970. Alors qu’il comptait 288 414 membres en 1967, il atteignait 566 492 adhérents en 1978 61. L’afflux de jeunes militants porta largement cette vague d’adhésions. Les membres de 25 ans et moins passèrent ainsi de 9,4 % à 11,8 % entre 1966 et 1979, tandis que la part des 26 à 40 ans augmentait de 33,1 % à 39 %. Les plus de 40 ans devenaient ainsi minoritaires dans le parti 62.

26Loin du déclin prophétisé par ses adversaires, le PCF avait ainsi profité de la politisation des jeunes dans les années 68. Jamais depuis les années 1950 il n’avait rassemblé autant de jeunes et d’étudiants dans ses rangs et ses organisations. À l’opposé de l’image diffusée par ses adversaires, Mai 68 constitua un moment décisif de renouveau pour le parti dans la jeunesse. Certes le PCF cessait d’être la seule force organisée capable d’avoir une audience massive dans la jeunesse, mais le MJCF demeura de loin tout au long des années 1970 le seul mouvement politique de masse dans la jeunesse française. Le mouvement étudiant avait forcé le parti à accélérer le travail de mobilisation des jeunes entamé dans le cadre de son aggiornamento et dont la transformation du MJCF en fut l’un des piliers. L’acceptation progressive par la direction du parti de la redéfinition des pratiques et de l’identité interne de son mouvement de jeunes illustre un processus d’aggiornamento communiste fait de tergiversations, de réflexions internes et de réformes laissant une place croissante à l’autonomie et à l’initiative.

  • 63 Nous les garçons et les filles, n° 57, avril 1968, p. 11-16.
  • 64 Archives de l’Institut national de l’audiovisuel, émission Tribune libre diffusée sur FR3 le 17 avr (...)

27Mai 68 ne constitua donc pas une rupture du PCF avec la jeunesse, mais avec une certaine forme d’encadrement des masses héritée de l’entre-deux-guerres et destinée essentiellement à la politisation des jeunes ouvriers. Les « années 68 » furent une étape décisive dans le passage d’un mouvement de jeunesse ouvriériste à un mouvement plus diversifié composé d’étudiants, de lycéens et de jeunes touchés directement par les difficultés du marché du travail. Quelques semaines avant le mouvement étudiant, Nous les garçons et les filles répondait en avril 1968 à la question « Qu’est-ce qu’un jeune communiste en 1968 ? », en proposant l’image d’un jeune ouvrier de 19 ans n’ayant pas pu poursuivre d’études 63. Sept ans plus tard, lors de l’émission Tribune libre diffusée le 17 avril 1975 sur FR3, le MJCF avait choisi pour se présenter de faire dialoguer avec son secrétaire général, Jean-Michel Catala – étudiant –, trois jeunes du mouvement : Sylvie, lycéenne, Henri, auxiliaire à la Poste, et Murielle, chômeuse 64. Si ces figures militantes n’étaient évidemment pas représentatives des adhérents du mouvement, mais d’un choix de propagande, elles reflétaient surtout la transformation de l’identité des Jeunesses communistes.

  • 65 Bernard Pudal, Prendre parti, op. cit., p. 296. Voir également id., « Le PCF : Aggiornamento commun (...)

28Les JC offrent ainsi un exemple de l’évolution profonde – et durable dans le cas des Jeunesses – de l’identité communiste au cours de l’aggiornamento et du rôle qu’y joua le mouvement de Mai 68. Cette identité accordait une place nouvelle aux lycéens et aux étudiants qui avaient pris la tête du mouvement de jeunes. Autrefois cantonnées dans des tâches théoriques qui avaient conduit à la crise de l’UEC, ces catégories étaient désormais chargées du travail organisationnel de mobilisation des masses au sein d’un mouvement dont l’ambition n’était plus l’encadrement, mais la politisation des jeunes. Cette évolution sociale et identitaire du MJCF ne relevait donc pas simplement de la déprolétarisation des jeunes, mais rejoint les analyses de Bernard Pudal soulignant « l’entrée dans le PCF, après 1968, d’agents sociaux dotés d’un fort capital culturel, progressant rapidement dans toutes les instances dirigeantes du PCF à l’exception de certaines positions clés de l’institution communiste ». Elle mettait « fin à la spécificité de l’aventure communiste en France : la promotion d’une élite militante et dirigeante d’origine populaire dans tous les postes du système d’action communiste » 65. Le renouveau des JC au cours des « années 68 » constitue ainsi un élément clé de la profonde transformation sociologique et identitaire du mouvement communiste dans les années de l’aggiornamento. La difficulté d’ancrer cette transformation dans la culture politique communiste après l’abandon de l’aggiornamento devait amorcer à partir des années 1980 le déclin durable du rapport privilégié qu’avait entretenu historiquement le PCF avec la jeunesse.

Haut de page

Notes

1 Sur les étudiants communistes, on citera les travaux récents d’Étienne Bordes, Le Désenchantement d’un monde. Étudiants et dirigeants communistes dans l’aggiornamento (1969-1981), mémoire de master de l’université Toulouse-Le-Mirail, 2010. Pour un aperçu global des recherches actuelles sur l’histoire des Jeunesses communistes au xxe siècle, voir Guillaume Quashie-Vauclin (dir.), Sur les chemins des jeunes communistes : 1920-2010, actes du colloque organisé au Sénat par le Centre d’histoire sociale de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne [à paraître] ; voir également id., « La jeunesse dure longtemps. Quarante ans d’historiographie des organisations de jeunesse communistes françaises », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 116-117, 2011, p. 195-227.

2 Parmi l’abondante bibliographie sur le sujet on renverra simplement ici à la synthèse de Frédérique Matonti et Bernard Pudal, « L’UEC ou l’autonomie confisquée (1956-1968) », dans Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal (dir.), Mai-Juin 68, Paris, éditions de l’Atelier, 2008, p. 47-61. Il est à noter que ce chapitre est consacré presque exclusivement à la crise de l’UEC et s’arrête à la veille de Mai 68.

3 La plupart des ouvrages s’intéressent essentiellement à l’UEC « italienne » et aux groupes issus de la crise de l’organisation étudiante, délaissant le rôle de l’UEC en Mai 68, et n’évoquent pas du tout les autres branches du MJCF, alors même que d’autres organisations de jeunesse et d’étudiants de moindre importance y figurent (JOC, JEC, ESU, CLERU, UJP, UNI). Voir notamment Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Les Années 1968, le temps de la contestation, Paris, Éditions Complexe, 2000 ; Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Mai 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008 ; Jacques Capdevielle et Henri Rey (dir.), Dictionnaire de Mai 68, Paris, Larousse, 2008.

4 On citera notamment les travaux pionniers de François Audigier sur les jeunes gaullistes, Génération gaulliste : l’Union des jeunes pour le progrès, une école de formation politique (1965-1975), Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2005 ; sur les Jeunesses catholiques, voir Denis Pelletier, La crise catholique : religion, société, politique (1965-1978), Paris, Payot, 2001 ; on renverra enfin à Mathieu Dubois, Génération politique : 68 dans les jeunesses des partis en RFA et en France, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2014 (à paraître).

5 C’est en particulier le cas en Allemagne autour des travaux de Wolfgang Krabbe, Parteijugend in Deutschland : Junge Union, Jungsozialisten und Jungdemokraten 1945-1980, Wiesbaden, Westdeutscher Verlag, 2002 ; sur les Jeunesses communistes italiennes, voir Gianmario Leoni, « I giovani comunisti e « il partito ». La FGCI dal 1956 al 1968 », dans Italia contemporanea, n° 267, 2012, p. 183-210.

6 Hervé Hamon et Patrick Rotman, Génération, t. 2, Les années de poudre, Paris, Éditions du Seuil, 1988, p. 666.

7 Si les archives du parti sont aujourd’hui largement ouvertes aux chercheurs aux archives départementales de Seine-Saint-Denis (AD 93) – en particulier le fonds Roland Leroy –, celles de l’organisation ne sont que très difficilement accessibles et toujours entreposées au siège du PCF à Paris.

8 Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995, p. 333-344.

9 Sur les évolutions sociales du PCF durant la période, voir notamment Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de Sciences Po, 1989, et Frédérique Matonti, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique. La Nouvelle Critique (1967-1980), Paris, La Découverte, 2005.

10 Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la jeunesse républicaine de France, 1945-1956. Entre organisation de masse de jeunesse et mouvement d’avant-garde communiste, Paris, L’Harmattan, 2009.

11 AD 93, Comité central du PCF, juin 1956, 1 AV/4681-4686.

12 Frédérique Matonti, « Nous les Garçons et les Filles : un cas limite de réception présumée politique », dans Isabelle Charpentier (dir.), Comment sont reçues les œuvres ?, Paris, Créaphis, 2006, p. 153-163.

13 Frédérique Matonti et Bernard Pudal, op. cit.

14 Frédérique Matonti et Bernard Pudal, op. cit.

15 AD 93, fonds Roland Leroy, 263   8, « Document 1 – La préparation de la rentrée » envoyé par le bureau national de l’UEC en juillet 1966.

16 Le terme de « confiscation » choisi par Frédérique Matonti et Bernard Pudal apparaît de ce point de vue assez juste (Frédérique Matonti et Bernard Pudal, « L’UEC ou l’autonomie confisquée (1956-1968) », op. cit.).

17 Voir notamment Jean Vigreux, « Waldeck-Rochet et les intellectuels – à propos du comité central d’Argenteuil du PCF (1966) », dans Nouvelles FondationS, n° 3/4, mars 2006, p. 139-141.

18 Le préambule des nouveaux statuts précisait : « La responsabilité des organisations du Mouvement de la jeunesse communiste s’accroît pour déterminer et préciser son orientation d’ensemble afin de créer les conditions pour réaliser un large front de la jeune génération aux côtés des forces ouvrières et démocratiques, à partir d’une orientation et d’une direction politique commune à ses quatre organisations, renforcer l’activité indispensable de l’UJCF, l’UJFF, l’UECF, l’UJARF. » AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 37, Statuts du MJCF – 1966.

19 C’était en particulier le cas des Jeunesses socialistes et des Jeunes républicains indépendants. La fondation de l’UJP par le parti gaulliste en 1965-1966 illustrait également l’évolution vers un modèle d’organisation plus autonome à l’égard du parti, qui rompait avec celui de la section jeune incarnée jusque là par les Jeunes-UNR.

20 AD 93, fonds complémentaire Roland Leroy, 263 J – en cours de classement, dossier « Journée de la jeunesse avec le Vietnam ».

21 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 44, note manuscrite sur les effectifs à partir d’un rapport de Roland Favaro du 13 mars 1970.

22 Fabien Conord, « Le parti pour enjeu : les jeunes générations de la SFIO dans les années 1960 », dans Parlement[s], n° 8, 2007, p. 55-68.

23 Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF de 1956 à 1968, Paris, PUF, 1983, p. 135-152.

24 Dans son numéro du 7 avril 1968, l’Humanité revenait sur le mouvement de Nanterre et donnait l’exemple d’un jeune de l’UEC : « Pierre Level ne peut pas se permettre lui “la fantaisie”. À vingt ans, il est inscrit en deuxième année du premier cycle de philosophie. Ses parents sont fonctionnaires. [… ] « Moi je ne pouvais pas me permettre de redoubler ». »

25 Sur les CAL, voir notamment Robi Morder, « Les comités d’action lycéens », Cahiers du GERME, n° 22-24, décembre 2002 [en ligne] et Didier Leschi, « Mai 68 et le mouvement lycéen », dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 11-13, 1988, p. 260-264.

26 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 9, « Rapport du comité national de l’UEC des 12-13 juillet 1968 ».

27 Jean Vigreux et Emmanuel Ranc, « La direction et les députés du PCF à l’épreuve de Mai-Juin 68 », dans Parlement[s], n° 9, 2008, p. 83.

28 Nous les garçons et les filles, n° 59, juin-juillet 1968.

29 Tout en apportant son soutien à l’appel à la grève générale lancé pour le lendemain par les organisations syndicales, le bureau politique du parti déclarait dans son communiqué du 12 mai 1968 : « Le Parti Communiste Français s’associe sans réserve au juste combat des étudiants. » l’Humanité, 13 mai 1968.

30 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 37, « Procès-verbal de la réunion du secrétariat du MJCF les 18 et 19 mai 1968 ».

31 AD 93, fonds complémentaire Roland Leroy, 263 J – en cours de classement, dossier « UJCF » – « La vie des cercles aux entreprises », n° 1, juin 1968.

32 En 1969, l’UJCF ne compterait plus que 75 cercles d’entreprise sur l’ensemble du territoire. AD 93, fonds complémentaire Roland Leroy, 263 J 94, document « Idées pour la jeunesse ».

33 Ce fut notamment le cas le 22 mai lors des manifestations de protestation contre l’interdiction de séjour de Daniel Cohn-Bendit, auxquelles les communistes ne pouvaient naturellement pas prendre part.

34 Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, op. cit., p. 347-349.

35 Voir le compte rendu de l’action du mouvement dans Nous les garçons et les filles, n° 59, juin-juillet 1968.

36 Jacques Capdevielle et Henri Rey (dir.), Dictionnaire de Mai 68, op. cit., p. 460.

37 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 37, « Compte rendu de la réunion du secrétariat du MJCF le 3 juin 1968 ».

38 Le Monde, 18 juin 1968. Les communistes venaient d’ailleurs d’être débarrassés d’une partie de leurs turbulents adversaires le 12 juin par la dissolution de onze organisations d’extrême gauche.

39 Avec 4,4 millions de voix, soit 20 % des suffrages exprimés, le PCF n’enregistra qu’un léger recul au premier tour, à l’image de toute la gauche. Le second tour fut par contre catastrophique pour lui, puisqu’il n’obtint finalement que 34 sièges contre 71 en mars 1967.

40 Nouveau Clarté, n° 25, mai 1970, p. 4.

41 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 44, note manuscrite sur les effectifs à partir d’un rapport de Roland Favaro du 13 mars 1970.

42 « Ce mouvement de masse ne s’est pas reconnu en nous et nous ne nous sommes pas reconnus en lui ». Cette phrase prononcée par Roger Garaudy le 8 juillet 1968 lors du comité central du PCF exprime parfaitement le malaise du principal parti de gauche français à l’heure du bilan de Mai 68. AD 93, archives du comité central, 261 J 2 / 44, comité central des 8-9 juillet 1968, intervention de Roger Garaudy lors de la session du comité central le 8 juillet 1968, cité dans Ludivine Bantigny, « Une jeunesse rédemptrice. Interprétations et usages politiques de la contestation (autour de mai-juin 1968) », dans Ludivine Bantigny (dir.), « Les jeunes, sujets et enjeux politiques (France, xxe siècle) », dans Histoire@Politique, Politique, culture, société, n° 4, janvier-avril 2008.

43 Trente-six intellectuels communistes y avaient affirmé « leur solidarité politique » avec le mouvement, et reproché au parti d’avoir freiné celui-ci. Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, op. cit., p. 350.

44 Voir notamment Julian Mischi, « Le PCF face au “problème gauchiste” », dans Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Les Partis à l’épreuve de 68. L’émergence de nouveaux clivages. 1971-1974, Rennes, PUR, 2012, p. 209-222.

45 Archives du MJCF, carton « Années 60-Éducation », Rapport du Comité national d’Ivry les 12-13 juillet 1968 rédigé par Jean-Claude Dufour. Ce rapport apparaît également dans AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 9.

46 AD 93, fonds complémentaire Roland Leroy, 263 J « en cours de classement », dossier « UJFF », rapport du comité national de l’UJFF des 13-14 septembre 1968 par Nicole Garand (secrétaire nationale).

47 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 23, rapport présenté par Jean-Claude Le Meur au comité national de l’UJCF des 26-27 octobre 1968.

48 Nous les garçons et les filles, n° 62, décembre 1968, p. 6-12.

49 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 42, rapport de Robert Clément au secrétariat du MJCF en date d’octobre 1969.

50 AD 93, fonds Étienne Fajon, 295 J, Boîte 7, comité central d’Ivry, les 13 et 14 octobre 1969.

51 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 37, « Congrès National du Mouvement de la Jeunesse Communiste de France – statuts », préambule des statuts – alinéa 3, AD 93, fonds Roland Leroy, 26 J 44, « Projet de statuts du Mouvement de la Jeunesse Communiste de France ».

52 Déclinant rapidement au début des années 1970, l’UJFF et l’UJARF devaient être supprimées en 1974. Seule l’UEC conserva son identité spécifique alors que l’UJCF se confondait désormais avec le MJCF.

53 Ce nouveau style s’illustra notamment lors du congrès de Montreuil en mai 1973 au cours duquel Georges Marchais lança aux jeunes : « Vous devez donner libre cours à votre esprit d’initiative, donner libre cours à votre imagination, donner libre cours à votre enthousiasme. » Le Figaro, 2 mai 1973.

54 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 44, rapport de la commission des mandats du congrès de Saint-Denis.

55 Voir le compte rendu de cette réunion dans les archives du MJCF, « UNCAL – années 68-69-70 » ; voir également Didier Leschi, « Mai 68 et le mouvement lycéen », op. cit., p. 261 et Robi Morder, « Les comités d’action lycéens », op. cit.

56 Malgré la profonde division de ses adversaires, l’audience de l’UNCAL demeura toutefois limitée faute de s’agréger aux mouvements lycéens lancés par l’extrême gauche. Il fallut attendre le mouvement contre la loi Debré en mars 1973 pour voir l’organisation communiste prendre un véritable essor. L’UNCAL revendiquait alors 30 000 membres dans 700 comités.

57 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 9, boîte X, dossier 1 : 1969, Lettre de Gaston Plissonnier aux fédérations en date du 22 janvier 1969.

58 L’UNEF - « Unité syndicale » voyait le jour sous le contrôle des trotskystes.

59 L’Express, 14 décembre 1970. Ces chiffres étaient naturellement gonflés, l’UNEF pas plus que l’UEC ne disposant de tels effectifs.

60 AD 93, fonds Roland Leroy, 263 J 44, « Rapport à la conférence nationale du mouvement de la jeunesse communiste de France à Bagneux les 8 et 9 juin 1974 ».

61 Roger Martelli, Prendre sa carte : 1920-2009. Données nouvelles sur les effectifs du PCF, Bobigny, archives du Parti communiste français, 2010, p. 47.

62 Philippe Buton, « Les effectifs des communistes en Europe occidentale depuis 1968 », dans Communisme, n° 17, 1988, p. 16-17.

63 Nous les garçons et les filles, n° 57, avril 1968, p. 11-16.

64 Archives de l’Institut national de l’audiovisuel, émission Tribune libre diffusée sur FR3 le 17 avril 1975.

65 Bernard Pudal, Prendre parti, op. cit., p. 296. Voir également id., « Le PCF : Aggiornamento communiste et reproduction du corps des dirigeants (1960-1985) », dans Politix, n° 2, 1988, p. 6-12. Voir également Julian Mischi, « Pour une histoire sociale du déclin du PCF », dans Florence Haegel (dir.), Partis politiques et système partisan en France, Paris, Presses de Sciences po, 2007, p. 61-101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Dubois, « Les JC en 68 : crise ou renouveau ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 125 | 2014, 141-158.

Référence électronique

Mathieu Dubois, « Les JC en 68 : crise ou renouveau ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3989

Haut de page

Auteur

Mathieu Dubois

Université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page