Navigation – Plan du site
DOSSIER

Transgression du domaine de la lutte : quelle « insubordination ouvrière » dans les grèves des « années 68 » ?

Stéphane Sirot
p. 101-117

Texte intégral

  • 1 Voir la recension de Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho : l’historiographie de 68 », Revue intern (...)
  • 2 Id., L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, (...)
  • 3 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 13.
  • 4 Ibid., p. 12.

1Le 40e anniversaire de Mai 68 a donné libre cours à une riche production scientifique 1. À cette occasion, la vague de grèves qui a alors secoué les usines et les conflits du travail de la décennie suivante ont bénéficié d’une relecture a priori originale. Le minutieux ouvrage de Xavier Vigna est le navire amiral de ce renouveau 2. Dans son sillage semble s’être imposée l’idée selon laquelle l’époque, dite des « années 68 », est marquée par une séquence d’« insubordination ouvrière ». Cette notion est entendue comme « le fait que de très nombreux ouvriers ne se soumettent plus, ou difficilement, à l’ordre usinier, à ses contraintes et à sa hiérarchie » 3. Au fond, ce moment serait une « vaste période de contestation dans le monde occidental des années 60 et 70 avec 1968 comme pivot » ; dans le cas de la France, le printemps de cette dernière année ouvrirait « un cycle d’insubordination ouvrière et le déploiement d’une politique ouvrière qui s’achève en 1979, avec la terrible défaite des sidérurgistes à Longwy et Denain » 4.

  • 5 Ibid., p. 89.
  • 6 Michelle Perrot, Jeunesse de la grève. France, 1871-1890, Paris, Le Seuil, 1984.
  • 7 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 326. Il est fait référence à notre ouvrage, La grève (...)

2Dans le champ de la pratique gréviste, ce phénomène s’illustrerait par de multiples facettes, telles que la critique des stratégies syndicales, la remise en question du pouvoir patronal et de la discipline de l’usine, les occupations de l’espace de production ou encore les séquestrations de représentants de la hiérarchie. Bref, la période aurait été propice à une « seconde jeunesse de la grève » 5, selon l’expression autrefois mise à l’honneur pour caractériser les conflits de 1871-1890 6, bien plus éruptifs et violents que par la suite, échappant largement au contrôle d’organisations ouvrières balbutiantes et rompant avec la vie toute de labeur du producteur. En conséquence, l’observation du regain de contestation de la fin des Trente Glorieuses orienterait vers des « conclusions [qui] nuancent la thèse de Stéphane Sirot, selon lequel le troisième âge de la grève, qu’il fait commencer après 1945, se marquerait dans une diffusion de la pratique gréviste, une institutionnalisation et un apaisement croissant des conflits du travail. » 7 Alors qu’au fur et à mesure de ses « âges », la grève s’est fonctionnalisée, codifiée voire ritualisée, 1968 et ses suites marqueraient une sorte de parenthèse de rébellion renouvelée.

  • 8 Voir par exemple les dossiers « Le mouvement ouvrier en mai 68 », 1970-3, « Les grèves », 1973-4, o (...)

3Les caractéristiques ainsi mises en exergue et les interrogations posées par la physionomie des mouvements sociaux des « années 68 » sont somme toute anciennes. Les débats sur leur forme et leur sens émergent à chaud, y compris dans le champ scientifique, sous la signature de sociologues. Par exemple, dès la première moitié des années 1970, une salve d’études publiées par Sociologie du travail interroge les modes de déclenchement et de conduite des grèves, leur contenu revendicatif ou encore la teneur des pratiques 8. Le fil rouge est à peu près toujours identique : quelle part de continuité, quelle dose de rupture ou de singularité ? Quelle intensité transgressive ou, pour reprendre la vulgate d’aujourd’hui, quelle insubordination des salariés en général et des ouvriers en particulier ?

4Dans le cadre de la pratique conflictuelle et de l’espace imparti au présent article, une esquisse de réponse à ces questions peut être apportée, notamment à la relecture des travaux de ces sociologues, par l’observation du rapport des salariés aux syndicats, de la substance des demandes qu’ils expriment et des modalités d’action dont ils usent.

Une transgression de l’ordre syndical ?

5L’ampleur de l’ébullition politique et sociale de mai-juin 1968 et de ses lendemains soulève la question de la place et du rôle des contre-pouvoirs du salariat. À un moment où les syndicats sont désormais assez solidement intégrés, peuvent-ils être à l’origine de la rébellion des travailleurs ou sont-ils débordés par leur impertinence ? Parviennent-ils à canaliser les énergies, à imprimer à la conduite quotidienne des conflits la direction souhaitée ?

  • 9 Claude Durand, dans « Débat autour de l’article de Ch. Tilly et E. Shorter », Annales ESC, vol. 28, (...)

6Dans la foulée du printemps 1968, certains de ses acteurs puis de ses analystes ont évoqué la « spontanéité de l’éclosion du mouvement de Mai » 9, dont la généralisation aurait échappé aux appareils syndicaux. Cette idée, aux atours de faux débat, a cependant vite été écornée.

  • 10 Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales. L (...)
  • 11 Sophie Camard, « Comment interpréter les statistiques des grèves ? », Genèses, n° 47, 2002/2, p. 12 (...)
  • 12 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 31.
  • 13 Christine Fauré, Mai 68 en France ou la révolte du citoyen disparu, Paris, Les Empêcheurs de penser (...)

7D’abord, un mouvement social de cette ampleur ne résulte pas d’une décision d’état-major, à l’instar de la quasi-totalité des vagues de grèves des xixe et xxe siècles. Même à l’hiver 1947-1948, l’un des rares contre-exemples à partiellement opposer à ce paradigme, c’est après les premiers accès de colère ouvrière que la CGT promeut et organise un conflit généralisé qui reçoit un fort écho 10. Du reste, hormis à de très furtifs instants, le mouvement syndical en France n’a jamais été assez puissant ou homogène pour prétendre décréter sans dynamique préalable une cessation du travail interprofessionnelle concertée, nationale, reconductible et donc durable. Il lui est surtout possible, quelles que soient les époques, d’attiser les braises d’une mobilisation naissante ou de la tempérer. Au fond, il est raisonnable de souscrire au principe selon lequel « ni choc émotionnel sans lendemain, ni conflit maîtrisé de bout en bout par les organisations syndicales, la grève en France prend toujours un caractère un peu “sauvage” » 11, tant à l’échelle locale que nationale. C’est pourquoi il semble somme toute singulier de considérer qu’en 1968, parler de « grève générale serait […] erroné », au prétexte qu’« il n’y a pas de mot d’ordre de grève générale ou de constitution d’un Comité central de grève comme en novembre 1947 » 12. Sans compter que dans un premier temps, « la conception syndicale, attachée à un fort encadrement des mécontentements sociaux et à la centralisation des institutions représentatives du monde du travail, fut prise de court par un mouvement dont les groupes initiateurs et les situations ne furent pas immédiatement identifiables » 13.

  • 14 Sabine Erbès-Seguin, « Le déclenchement des grèves de mai, spontanéité des masses et rôle des syndi (...)
  • 15 Ibid., p. 178.
  • 16 Ibid., p. 179.
  • 17 Pierre Dubois et alii, Grèves revendicatives ou grèves politiques ? Acteurs, pratiques, sens du mou (...)
  • 18 Sabine Erbès-Seguin, « Le déclenchement… », op. cit., p. 179.
  • 19 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 132.

8Ensuite, la critique de l’ordre productif portée par les « années 68 » est propice au questionnement du pouvoir syndical sur l’ordre du conflit social, soit la capacité militante à encadrer une lutte et à l’orienter dans le sens déterminé par les codes coutumiers. En effet, « il est sûr que la mise en cause du système d’organisation de l’entreprise peut être, en même temps qu’une opposition à la direction, une contestation du rôle des syndicats dans le système » 14. L’auteure de cette phrase s’est interrogée sur leur situation lors du démarrage de la plus ample mobilisation gréviste de notre histoire. Certes, l’ordre syndical vacille, « mais il s’est agi le plus souvent de réactions contre le manque d’initiative, le ronronnement, “l’appareil” de certains syndicats » 15, plutôt que d’une mise à distance résolue. Il serait donc excessif d’estimer que l’autorité accordée aux structures militantes s’est trouvée massivement transgressée. Une large part des conflits est d’ailleurs lancée selon les modalités historiques les plus courantes. C’est ce que tend à faire valoir la typologie de Sabine Erbès-Seguin, au demeurant efficiente pour toutes les périodes. Dans la quasi-majorité (près de 49 %) des lieux de travail observés s’applique le « modèle spontané encadré ou pro-syndical » : les salariés ont l’initiative du déclenchement de la grève, mais agissent ensuite très vite avec les syndicats, dont la présence est acceptée sans heurts. Dans quelque 35 % des cas existe le « modèle syndical », où les « travailleurs suivent les syndicats ». Le « modèle spontané extra-syndical ou antisyndical », où l’arrêt de la production « est déclenché par débordement des syndicats et poursuivi en dehors d’eux, parfois contre eux » 16, rassemble une minorité de 16 % des situations. Une étude réalisée à partir d’un échantillon d’entreprises du Nord établit une conclusion convergente, en estimant que près des trois quarts des grèves sont lancées par des syndicalistes, contre 15 % qui se déroulent en dehors d’eux 17. De surcroît, l’apparente spontanéité d’une mise en action peut voiler un engagement de longue haleine, tant il semble avéré que « cette spontanéité est, bien souvent, le fruit d’efforts syndicaux pour “chauffer” la base » 18. La thèse de Xavier Vigna confirme à sa manière ces constats : sur une quinzaine d’années, il ne retient que quatre grèves « sauvages », entendues comme étant à « caractère a- voire antisyndical » 19.

  • 20 Antoine Prost, op. cit., p. 38.
  • 21 Serge Bosc, « Démocratie et consensus dans les grèves », Sociologie du travail, 1973-4, p. 446.
  • 22 Tewfik Allal, Jean-Pierre Buffard, Michel Marié, Thomas Regazzola, « Conflits et travailleurs immig (...)
  • 23 Ibid., p. 35.

9Enfin, durant les « années 68 », la pratique de la démocratie directe ne s’est pas forcément révélée d’un foisonnement tel qu’il aurait été susceptible de bousculer lourdement les modes d’encadrement du cours des conflits par les syndicats. L’existence de comités de grève est récurrente, mais leur emprise réelle sur la conduite des mobilisations semble à l’envi relative, y compris en Mai 20. Puis au début des années 1970, « les comités de grève non formels, c’est-à-dire dont les tâches dépassent les simples problèmes d’organisation, sont en nombre limité […]. Par contre, les directions centralisées, de nature autoritaire, représentent le type de coordination de loin le plus fréquent » 21. La composition desdits comités, même lorsqu’elle est l’émanation d’assemblées générales, ne résulte pas systématiquement d’initiatives des ouvriers en grève. Par exemple, en 1973 chez Renault-Billancourt, au département 38, « les travailleurs immigrés étant peu syndiqués, les syndicats proposent à l’assemblée générale l’élection d’un comité de grève, forme d’organisation qu’ils combattent en général. Les syndicats avancent une liste de noms pour la constitution du comité de grève, qui est approuvée par l’assemblée générale » 22. Certes, à l’inverse, « quand les syndicats proposent un comité de grève, les travailleurs immigrés du département 12 refusent » 23. Des formes de défiance existent donc chez ces OS qui, durant les « années 68 », sont un fer de lance de l’action ouvrière. Malgré tout, il paraît malaisé d’ériger en règle cette attitude qui, au regard des analyses produites sur une myriade de mouvements sociaux, est plutôt à ranger du côté de l’exception. Sans omettre qu’il n’est guère évident, en particulier pour des ouvriers assez peu rompus aux contestations organisées, de les prendre en main de façon tout à fait autonome.

  • 24 Stéphane Sirot, La grève…, op. cit., p. 124-136.

10Quant aux assemblées générales, cette autre expression potentielle de la démocratie directe et de l’autonomie ouvrière, la manière dont Antoine Prost en résume la configuration courante concernant le printemps 1968 rappelle le déroulement classique des réunions de grève, tel qu’on le retrouve au fil du temps des pratiques conflictuelles 24 :

  • 25 Antoine Prost, « Les grèves de mai-juin 1968 », L’Histoire, n° 110, avril 1988, p. 38.

11« Les assemblées générales sont fréquentes, parfois même quotidiennes. Ici ou là, on assiste à de véritables “fêtes de la parole”. Mais les orateurs sont en général désignés à l’avance par le comité de grève et les grévistes ont rarement la parole. Les assemblées ont une fonction d’information plus que de délibération ; elles ratifient les décisions du comité plus qu’elles ne les prennent. » 25

  • 26 Pierre Bourdieu, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences so (...)

12Cette pratique aussi vieille que la grève a notamment pour objet de renforcer la légitimité de l’action des meneurs, tant auprès des salariés que de ceux envers lesquels est dirigée la contestation. En mai-juin 1968 tout comme avant ou après, cette légitimité s’acquiert à la condition d’une discussion collective laissant poindre l’existence d’un fonctionnement ouvert et démocratique, où la libre parole peut se déployer pour construire et afficher la communauté d’expression du groupe revendicatif. On retrouve là « l’effet d’oracle » : « Le porte-parole fait parler le groupe au nom duquel il parle, parlant ainsi avec toute l’autorité de cet absent insaisissable. » 26

  • 27 Hervé Forman, 1967-1968 avant la grève générale : les grèves en France, maîtrise, Paris I, 1983 ; J (...)
  • 28 Comme il est écrit en ouverture de l’article d’Antoine Prost, op. cit., p. 35, encore « vingt ans a (...)
  • 29 L’enregistrement audio est disponible à l’Institut CGT d’histoire sociale.
  • 30 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 243 (« Modérantisme et lutte contre le “gauchisme” » (...)
  • 31 Voir la conclusion de Stéphane Sirot, Le syndicalisme, la politique et la grève. France et Europe, (...)

13La conjoncture des « années 68 » rend plus nécessaire que jamais le déploiement de ce dispositif. Les consignes syndicales sont davantage discutées que d’habitude et appellent donc un surcroît de légitimation. En outre, l’expression gréviste n’est de toute évidence pas aussi facilement contrôlée que lors des conflits routiniers. L’intensité des rapports de forces des « années 68 » sort en effet plus aisément qu’à l’accoutumée des sentiers battus, et les rituels sont parfois ébranlés. D’ailleurs, des cas où les syndicats se trouvent contredits sont relevés, même si aucune étude quantitative ne permet d’être plus précis. Par exemple, lors de l’immédiat avant-printemps 1968 ou au début des années 1970, des salariés émettent des votes hostiles à des mots d’ordre de reprise du travail ou repoussent des protocoles d’accord 27. Le mouvement de mai-juin 1968 lui-même ne s’arrête pas au lendemain des discussions de Grenelle, auxquelles participe l’ensemble des confédérations. Il en va largement ainsi car les concessions obtenues sont insuffisantes pour bien des ouvriers ; cela ne signifie pas pour autant que l’idée même de négociations soit condamnée ou que la participation syndicale à celles-ci soit couramment vécue comme une forme de « trahison » 28. La venue de Benoît Frachon et de Georges Séguy à Renault-Billancourt le 27 mai est l’image forte et archétypique de cet épisode. Lorsque le secrétaire général de la CGT rend compte de Grenelle, c’est le contenu du relevé de conclusions qui est hué par les ouvriers, non le leader syndical en tant que tel 29. Malgré tout, une forme de décalage base-sommet opère sans doute alors. En effet, le champ syndical, dans son expression dirigeante, s’inscrit volontiers dans un schéma classique de sortie de grève. Or, la dynamique de mobilisation du salariat et la part d’euphorie qui l’accompagne relèvent d’un autre type de registre. Mais l’analyse en termes de « modérantisme » 30 de l’action et de la position de la CGT ne paraît guère beaucoup plus opérante que celle placée au niveau de la « trahison ». Dans les deux cas, le jugement de valeur point et, d’ailleurs, en fonction de quels critères objectifs estimer l’un ou l’autre ? Au fond, les organisations de travailleurs, engagées dans le troisième âge de leur histoire 31, celui de leur institutionnalisation, se sont éloignées de l’utopie politique qui a marqué le syndicalisme de la « Charte d’Amiens », pour se recentrer sur la revendication prosaïque. Quand la conjoncture grossit le trait de la relation entre travail revendicatif et perspective politique, la coïncidence entre le degré de satisfaction des ouvriers en lutte et celui des cadres syndicaux d’une génération souvent formée à l’école du Front populaire et de la Libération peut s’en trouver distendue. En l’occurrence, dans la réaction de Billancourt, il y a sans doute moins loin d’une possible incompréhension que d’une hostilité à l’égard de l’ordre syndical. La transgression de ce dernier, sans être négligeable, n’est pas devenue un principe dominant pérenne.

14Si les « années 68 » interrogent l’institutionnalisation du syndicalisme, elles le font tant en matière de conduite des grèves que de contenu revendicatif.

Des griefs qui transgressent l’ordre de l’usine ?

  • 32 Sabine Erbès-Seguin, « Le déclenchement… », op. cit., p. 177.
  • 33 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 145.

15La notion d’insubordination ouvrière comprend la dimension de remise en cause de l’ordre établi au sein de l’espace de travail. Les paroles laborieuses recueillies ici ou là tendent à souligner l’esprit de rébellion d’ouvriers mus par la fièvre sociale : « pour les travailleurs qui se mettent en grève, il s’agit d’abord de s’opposer à l’autorité et aux contraintes dans l’entreprise, et par là d’affirmer leur personnalité en tant que travailleurs » 32. Autrement dit, une « vaste contestation du modèle taylorien de l’organisation du travail » 33 est à l’œuvre.

16En ce sens notamment, les grèves des « années 68 » présenteraient une dimension politique forte, dépassant la pratique revendicative habituelle, historiquement assise, en France, sur le couple salaires/temps de travail. Reste à vérifier quantitativement l’ampleur de la critique du système d’exploitation capitaliste, à mesurer si les griefs formulés traduisent une transgression de l’ordre de l’usine ou s’ils conservent un cadre plutôt balisé par la tradition et l’encadrement syndical.

  • 34 Sami Dassa, « Le mouvement de mai et le système de relations professionnelles », Sociologie du trav (...)

17En ce domaine également, une typologie a tôt été proposée après mai-juin 1968, qui fait ressortir un certain nombre de traits structurels 34. En substance, les revendications syndicales habituelles priment dans les vieilles entreprises où la CGT – ou FO – est bien implantée et profite de la situation pour décrocher une solution à des griefs récurrents. De manière plus originale, d’autres arrêts de travail s’accompagnent de l’exigence d’un droit de regard sur les décisions concernant l’administration du personnel, pour contrecarrer l’arbitraire des détenteurs de l’autorité. Quant aux mobilisations les plus originales, qui interrogent plus formellement les rapports de pouvoir dans l’entreprise et vont jusqu’à parler d’autogestion, elles apparaissent fort minoritaires.

  • 35 Antoine Prost, op. cit., p. 38, qui s’appuie sur Pierre Dubois et alii, op. cit.
  • 36 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 79.
  • 37 Intervention de Guy Groux, table ronde « La grève et 68 sont à l’ordre du jour », US Magazine, supp (...)
  • 38 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 155.

18Ainsi, les revendications d’autogestion existent, mais sans envahir le cœur des différends exprimés. Ce sujet affleure par exemple dans un quart des entreprises du Nord observées ; il devient l’objet du rapport de forces dans environ un cas sur cinq 35. La proportion est conséquente sinon spectaculaire, mais il ne s’agit donc pas d’un but prioritaire dans la plupart des situations. Et encore faut-il s’entendre sur le sens qui lui est donné. S’agit-il, pour les ouvriers et leurs représentants, de s’emparer des usines pour les faire tourner par eux-mêmes et pour eux-mêmes ? En dehors de circonstances particulières, cette thématique contient-elle les prémices de la réclamation ou de l’instauration d’un « pouvoir ouvrier » 36 ? Sans doute est-il utile de faire « attention aux termes. La notion d’autogestion est pleine d’ambiguïté. Ce qu’il y avait de central en 68, c’était la demande de participation à la gestion et au pouvoir au sein des entreprises. Il y avait une immense aspiration à la démocratie sociale, politique et aussi syndicale. » 37 Des aménagements cogestionnaires cruciaux plutôt qu’une demande d’exercice exclusif des responsabilités, en somme. Les exemples de revendications de physionomie franchement radicale paraissent d’ailleurs rares : ainsi, au cours de la première moitié des années 1970, « à deux reprises au moins, des ouvriers envisagent de riposter à des suppressions d’emploi par le “licenciement” des patrons » 38. Deux cas sur une moyenne de près de 4 000 grèves entre 1971 et 1975 peuvent difficilement constituer une généralité, même en admettant qu’il s’agisse de la partie émergée de l’iceberg.

  • 39 Michelle Durand, Yvette Harff, « Panorama statistique des grèves », Sociologie du travail, 1973-4, (...)
  • 40 Ibid., p. 366-368.

19Après le printemps 1968, les revendications les plus classiques semblent en outre reprendre de la vigueur. En 1971, la moitié des griefs émis porte sur les salaires, avec une préférence pour la demande d’augmentations hiérarchisées (28,9 %) plutôt que pour des hausses « impliquant une réduction de l’écart des salaires » 39 (12,2 %). Le thème des conditions de travail rassemble moins de 5 % des réclamations, de même que la question des classifications et des modes de rémunération. Les désaccords avancés en matière de réorganisation du travail et de cadences sont marginaux. Les conflits nés de l’irrespect des droits syndicaux ou de la « répression » patronale sont en revanche plus marqués : ils ressortent dans une grève sur cinq et rassemblent une revendication sur dix 40.

  • 41 Christian Morel, « Physionomie statistique des grèves », Revue française des affaires sociales, 29e(...)

20Peu après, au milieu des années 1970, 59 % des grèves sont classées comme salariales, environ un quart est lié à des difficultés économiques (licenciements, chômage partiel, retard dans le paiement des salaires), tandis qu’une sur dix concerne des conflits de droit (discipline, application des conventions, règlements intérieurs, droits syndicaux…). Seulement moins de 6 % ont trait aux conditions de travail (hygiène et sécurité, organisation hiérarchique, cadences, réduction du temps de travail…) 41.

  • 42 Daniel Furjot, Catherine Noël, « La conflictualité en 1986. Bilan statistique et qualitatif », Trav (...)

21En 1977 encore, le salaire demeure la raison essentielle du déclenchement de près de 70 % des grèves. Ce n’est qu’à partir du début des années 1980 que s’amorce le déclin de cette demande, avec la montée en puissance du problème de la sauvegarde de l’emploi. Quant aux conditions de travail, à la fin des années 1970, elles sont déclarées comme motif essentiel des rapports de forces dans moins de 7 % des cas 42.

  • 43 Sabine Erbès-Seguin, Syndicats et relations de travail dans la vie économique française, Villeneuve (...)
  • 44 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 145.
  • 45 Claude Durand, « Revendications explicites et revendications latentes », Sociologie du travail, 197 (...)
  • 46 Ibid., p. 399.

22Envisagées d’un point de vue statistique, les « années 68 » ne bouleversent donc pas en profondeur la ventilation des revendications. Si les thématiques en relation avec l’ordre industriel (organisation du travail, gestion du personnel, conditions de production, droits syndicaux, gestion de l’entreprise…) progressent, le niveau de la rémunération demeure comme toujours, et de loin, le premier grief. Certes, la revendication salariale « peut constituer, dans certaines circonstances économiques, un équivalent général qui permet aux employeurs d’éviter que soit mise en cause leur liberté de décision et d’orientation économique » 43. Certes encore, les réclamations ouvertement formulées ne disent pas tout : bien des conflits ne peuvent « se lire à l’aune des seules revendications » 44 qui cachent en effet parfois des « raisons latentes » 45 de mise en action. Ces dernières, particulièrement au début des années 1970, touchent au premier chef aux « attitudes de la direction », aux conditions de travail, ou encore à la « gestion de l’entreprise » et à l’« organisation du travail » 46.

  • 47 Antoine Prost, op. cit., p. 40.
  • 48 André Narritsens, « La CGT en Mai », Les Cahiers de l’Institut CGT d’histoire sociale, n° 106, juin (...)

23Il n’en reste pas moins difficile de conclure à une transgression généralisée du corpus revendicatif coutumier qui, elle-même, illustrerait l’épaisseur hégémonique de la critique ouverte du système d’organisation de l’espace de production. De surcroît, chaque revendication explicite ne masque pas une revendication latente. Cela dit, il ne s’agit pas non plus de tordre le bâton en sens inverse. Les revendications des « années 68 », les propos qui émergent du temps libéré par la suspension du labeur ou encore les slogans des manifestants de mai-juin 1968 véhiculent une évidente dimension politique. Même s’il est exprimé minoritairement, le souhait d’une transformation du cadre des relations de travail est plus souvent évoqué qu’auparavant. Le droit syndical dans l’entreprise et la question des modalités de gestion de cette dernière s’installent dans le champ revendicatif. Une volonté de changement est par ailleurs présente dans les manifestations du printemps 1968 : on réclame ici un autre gouvernement, on proteste là contre un pouvoir jugé hermétique au dialogue avec les acteurs sociaux. C’est pourquoi « faire reculer le gouvernement apparaît alors comme la seule façon d’affirmer que les citoyens, dont il ne tient pas compte, existent, majeurs, responsables, égaux » 47. Cela ne suffit cependant pas, en l’occurrence, à marquer avec éclat la recherche d’un renversement radical du système dominant, encore moins au moyen de la pratique gréviste. D’autant plus que les syndicats, la CGT en particulier 48, laissent désormais au champ partisan voire à une éventuelle union de la gauche le soin d’imaginer une possible traduction ou sortie politique des mouvements sociaux.

  • 49 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 62.
  • 50 Michelle Durand, Yvette Harff, op. cit., p. 373.
  • 51 Stéphane Sirot, La grève…, op. cit., p. 31-36.

24En revanche, dans l’ordre des relations sociales, « un certain compromis fordien est en train de se défaire dans les années 68 » 49. L’échange salaire contre gains de productivité, à l’œuvre durant la belle époque des Trente Glorieuses, est désormais bousculé. Il faut dire que le tournant des années 1960-1970 marque l’essoufflement de la société de croissance et qu’il est ainsi somme toute cohérent que la physionomie des rapports sociaux évolue en conséquence. Ajoutons que la part encore écrasante des revendications salariales montre qu’il n’est pas fait du passé table rase : « à une forte mobilisation, à une participation à la grève quasi exemplaires, à des formes d’action évolutives s’oppose un pattern de revendications traditionnel, n’évoluant que lentement et dans une marge relativement étroite. À des objectifs de grève canalisés s’opposent des formes d’action libératrices » 50. Mais reste là aussi à considérer si les pratiques en usage font éclater les codes établis par l’institutionnalisation à visée régulatrice de la grève, en marche depuis l’après-guerre 51.

Des pratiques de lutte transgressives ?

  • 52 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 96-111.
  • 53 Ibid., p. 90.

25La dimension transgressive qui suinte des conflits des « années 68 » aurait encore pour caractéristique la multiplication des pratiques empreintes d’une radicalité renouvelée, avec un « répertoire élargi d’actions ouvrières » 52 : des « illégalités et violences », des « grèves productives », ou encore « des pratiques militantes inédites » 53.

  • 54 Christian Morel, op. cit., p. 185.

26Les indices d’un niveau de contestation aigu sont conséquents. Ainsi, la décennie 1970 enregistre le plus grand nombre d’arrêts de travail de notre histoire. Toute la panoplie des méthodes de blocage de la production est employée, de l’arrêt continu à la grève bouchon, en passant par le débrayage ou la grève tournante. Le domaine de la conflictualité s’étend par ailleurs avec vigueur à des territoires et à des catégories jusque-là moins rebelles, tels les immigrés, les femmes, les jeunes, les salariés du tertiaire ou quelquefois les cadres. Et du début des années 1960 aux années 1970, la durée moyenne des mobilisations tend à s’allonger 54. Bref, la marmite sociale est en ébullition.

27Il faut pourtant là encore se garder des généralisations. La fréquence et la fonction des actes de violence ou de désobéissance, les pratiques qui fissurent l’autorité patronale ne paraissent pas révéler un degré de transgression majeur relevant du séisme.

  • 55 Xavier Vigna, L’insubordination, op. cit., p. 34 notamment.

28Les violences physiques et symboliques sont certes intenses dans un certain nombre de conflits. Les non-grévistes doivent parfois affronter la colère de leurs camarades. Des sabotages, des mises à sac de bureaux de la direction ont lieu, mais ces actes sont rares, comme le souligne Xavier Vigna. Les exemples d’affrontements vigoureux, voire dramatiques 55, entre forces de l’ordre et grévistes sont moins exceptionnels. Ils surgissent principalement lorsque les pouvoirs publics cherchent à faire cesser des occupations d’usines, à déloger des piquets de grève ou à mettre un terme à des séquestrations. Ces violences d’où sourd la détermination sont d’origine réactive : elles se produisent pour l’essentiel en réponse à une posture coercitive de l’appareil d’État. Autrement dit, l’usage assumé de la force par les salariés en mouvement répond à la raideur du pouvoir politique et ne relève pas de leur initiative. De plus, si tout cela est rapporté à l’ensemble des conflits, il n’y a pas de flambée de violence structurelle.

  • 56 Pierre Dubois, « La séquestration », Sociologie du travail, 1973-4, p. 410.
  • 57 Ibid.
  • 58 Eric Hobsbawn, Labouring Men : Studies in the History of Labour, New York, Basic Books, 1964, p. 7.
  • 59 Ibid., p. 419.
  • 60 Pierre Dubois, « La séquestration… », op. cit., p. 421.
  • 61 Soit la fermeture temporaire d’une entreprise à l’initiative de l’employeur, généralement en réacti (...)

29Quant à l’usage de la séquestration – cette « détention concertée et temporaire d’une ou de plusieurs personnes appartenant à l’encadrement ou à la direction d’une entreprise » 56 – qui semble le mode de rébellion le plus courant, il est quantitativement limité. Une étude fouillée sur l’année 1971 en recense moins d’une centaine sur près de 4 400 grèves, soit une proportion d’environ 2 % 57. De surcroît, cette pratique ressemble fort à une « négociation collective par l’émeute » 58 : lorsque la protestation pacifique est inefficiente ou reçoit l’indifférence de ceux à qui elle est destinée, elle peut se muer en colère chaude. Il y a à l’évidence de l’insubordination dans ces actes, non seulement en raison de leur illégalité, mais aussi parce qu’ils chamboulent les rapports hiérarchiques et que parfois, les contestataires « jouent provisoirement au patron […]. Les grévistes s’approprient symboliquement les attributs du patron : ils s’installent dans son fauteuil, fument ses cigares, boivent son whisky, utilisent son téléphone, dictent des notes à sa secrétaire. » 59 Mais il s’agit en priorité de peser sur l’issue des conflits. La séquestration s’inscrit en effet « comme un instrument dans un processus de bargaining [négociation] : elle cherche à provoquer ou relancer la négociation, en permettant de coincer ceux qui peuvent décider ; elle vise à obtenir des concessions sur les revendications »60. Elle répond aussi parfois à une mesure patronale vécue comme une violence, à l’instar d’un lock-out 61, de l’annonce de licenciements collectifs, de mises à pied ou de l’accélération des cadences. Dans quelques cas, il est espéré que cette forme d’action puisse relancer une mobilisation qui s’étiole.

  • 62 Jacques Capdevielle et alii, La grève du Joint français. Les incidences politiques d’un conflit soc (...)
  • 63 William J. M. MacKenzie, Pouvoir, violence, décision, Paris, PUF, 1979.
  • 64 Claude Durand, « La violence à Longwy », Sociologie du travail, 1981-2, p. 229.
  • 65 Isabelle Sommier, La violence politique et son deuil, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 199 (...)

30En ces différents sens, la séquestration est un mode de pression fonctionnel et pas forcément prémédité, comme lorsque le 5 avril 1972, des grévistes du Joint français, mécontents des propositions patronales, envahissent la salle de réunion et retiennent les représentants de la direction toute la nuit 62. Cette forme de violence instrumentale63, d’ailleurs assez efficace, est celle d’un contre-pouvoir qui cherche à atteindre des objectifs précis ou à équilibrer un rapport de forces dans une situation « d’impuissance et d’impasse » 64. Y voir une violence fondamentale exposerait au risque de la surinterprétation. D’ailleurs, pour reprendre une formule en partie valable pour l’action gréviste, « si l’on devait résumer l’expérience française de la violence révolutionnaire, il faudrait relever immédiatement sa dimension largement théâtrale et, plus précisément, la distance qui sépare sa retenue, objective, du sens subjectif, très guerrier, qu’en donnèrent alors les acteurs » 65.

  • 66 Boris Gobille, Mai 68, Paris, La Découverte, 2008, p. 37.
  • 67 Cité dans Jacques Kergoat, « Sous la plage, la grève. 1958-1968 : l’histoire de l’explosion ouvrièr (...)

31Il n’empêche que « les occupations d’usines en mai-juin 1968 ont frappé les esprits. On y a vu le signe d’une radicalité ouvrière émancipée du syndicalisme tranquille et des contestations routinières du patronat » 66. Mais outre que la pratique n’est pas nouvelle, l’ampleur et la configuration des occupations rappellent étrangement 1936 : le calme et l’ordre règnent, les activités aux allures festives tuent le temps, le matériel est soigné et les syndicats sont à la manœuvre. Là encore, la dimension fonctionnelle paraît prédominante : on occupe pour empêcher le travail des « briseurs de grève », pour disposer d’un moyen de pression en vue de négociations. Comme le dit un délégué CFDT de chez Peugeot, « l’occupation, c’est une consolidation de la grève pour que l’usine ne tourne pas. C’est une manière de protéger la grève » 67.

  • 68 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 38, donne un unique exemple concret d’occupation où (...)
  • 69 Xavier Vigna, Histoire des ouvriers en France, Paris, Perrin, 2012, p. 251.

32En revanche, les initiatives destinées à signifier explicitement que le pouvoir sur le lieu de production change au moins provisoirement de mains ne semblent pas pléthore 68. Les occupants savent que l’usine est à eux par parenthèse, mais il y a loin de l’enjeu ou de la revendication de propriété. Si implicitement « l’occupation encourage les rêves éveillés d’instauration d’un pouvoir ouvrier dans les usines, d’autant qu’elle autorise des expériences limitées de poursuite ou de reprise de l’activité » 69, ces songes semblent assez modestement se traduire dans le monde réel.

  • 70 Si l’on suit le tableau publié par Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 109.

33À cet égard, les « grèves productives » – cette pratique originale des « années 68 » au cours de laquelle les ouvriers continuent de fabriquer par eux-mêmes et pour eux-mêmes – ne constituent apparemment qu’une vingtaine de cas à partir de l’été 1973 70. Ceux-ci sont spectaculaires, attirent les regards, font parler et écrire, à l’instar du fameux conflit Lip, mais ils ne forment qu’une infime minorité des modalités d’actions. De surcroît, autant que la possible manifestation d’un droit des salariés sur l’usine et ce qu’ils y fabriquent, la pratique participe d’abord et surtout d’une démarche réactive, au demeurant plus proche de l’incarnation d’un droit au travail, dans la mesure où elle intervient très souvent dans des situations de fermeture de l’espace de production, donc de pertes d’emplois. En ce sens, il est préférable d’évoquer un exercice temporaire des responsabilités induit par la conjoncture et nourri par l’esprit frondeur du temps que les prémices d’une prise du Palais d’hiver industriel provoquée par des travailleurs à l’offensive.

34La rébellion exprimée par les pratiques grévistes demeure donc relativement circonscrite, tant dans les objectifs qu’elle sert à exprimer ou à rechercher que dans l’ampleur de sa diffusion. Un climat de tension, de contestation, d’agitation et de désobéissance existe. Les rapports de forces sont volontiers empreints d’une grande dureté, alimentée par l’attitude d’un patronat combatif, voire provocateur, et d’un pouvoir politique qui n’hésite pas toujours, loin s’en faut, à user de la répression. Du côté du monde du travail, dans l’ensemble encadré par les syndicats, la part de radicalité révélée par certaines pratiques atteint l’une de ses fréquences les plus affirmées depuis l’entrée en institutionnalisation de la grève. Mais sans l’annuler ou la nier de manière irrémédiable, en tout cas sûrement pas davantage, par exemple, qu’au cours des années 1947-1955, des « grèves insurrectionnelles » à celles des métallos de Saint-Nazaire et Nantes.

  • 71 Ibid., p. 25 et p. 183.
  • 72 Ibid., p. 233.

35Les « années 68 », dans la longue durée de l’histoire des grèves, présentent d’indiscutables singularités. En revanche, il semble excessif d’aller jusqu’à parler de « rupture » et de « généralisation d’une contestation qui a sans doute traversé l’histoire de l’industrie française » 71. Sauf à sélectionner des conflits confortant des hypothèses en ce sens, ou à considérer que toute grève est insubordination, puisqu’elle ébranle le long fleuve qui se voudrait tranquille du procès de production. Il paraît en revanche plus opportun d’appliquer cette insubordination à l’« aile marchante » 72 du monde ouvrier, sans qu’il soit indispensable d’adhérer à une expression supposant, en creux, l’existence d’une sorte d’avant-garde éclairée.

  • 73 Notamment ibid., Xavier Vigna, Jean Vigreux (dir.), Mai-juin 1968. Huit semaines qui ébranlèrent la (...)
  • 74 Boris Gobille, « L’événement Mai 68. Pour une sociohistoire du temps court », Annales. Histoire, sc (...)

36Le printemps 1968 et les mobilisations des années 1970 sont d’une diversité foisonnante qui appelle à prendre du recul par rapport aux généralisations. La vague de grèves d’alors est sans doute moins homogène que ses aînées. Les manières de se mettre en mouvement, les aspirations exprimées, les pratiques diffèrent d’un territoire à l’autre, d’une usine à l’autre, d’un salariat à l’autre (secondaire/tertiaire), d’une condition ouvrière à l’autre (qualifiés/OS), d’un sexe à l’autre, d’une origine à l’autre (immigrés/non-immigrés). C’est d’ailleurs l’un des apports des travaux récents que d’insister sur cette pluralité 73. N’y aurait-il pas plusieurs mai-juin 1968 et plusieurs « années 68 » ? Réfléchir en ces termes est plus fructueux que d’organiser l’analyse autour d’une série d’oppositions du type grèves revendicatives/grèves politiques, modérantisme/radicalité, tradition/rupture. Un savant et complexe mélange est à l’œuvre, y compris dans le rapport entre l’ancien et le nouveau 74. C’est d’ailleurs pourquoi replacer la période dans une perspective de long terme aide aussi à contourner les approches tranchées.

  • 75 Voir les moyennes établies par Stéphane Sirot, La grève…, op. cit., p. 33.

37La puissante agitation des ouvriers en particulier et des salariés en général n’est peut-être pas à lire dans le strict cadre des « années 68 », mais plutôt dans celui des Trente Glorieuses de la grève qui court du début de la IVe République à la fin de la décennie 1970. L’institutionnalisation du conflit social ne signifie pas seulement sa fonctionnalisation et sa codification. Elle veut dire également que la pratique revendicative se diffuse à l’ensemble du salariat et atteint progressivement son point culminant 75. 1968 est un paroxysme aux atours partiellement originaux dans un moment durable d’intensité conflictuelle globale qui nous distingue de la plupart des pays voisins ; sans doute cela contribue-t-il par ailleurs à comprendre pourquoi, parmi les particularités du Mai français, s’inscrit notamment une poussée de fièvre revendicative spectaculaire, alors même que la France n’est pas la seule nation industrialisée à connaître un modèle fordien.

  • 76 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Gallimar (...)

38Pour prolonger sur la question revendicative, il pourrait être là aussi pertinent d’élargir le point de vue. Après 1945, les Trente Glorieuses parachèvent le processus de construction de la société salariale. Celle-ci « paraît emportée par un irrésistible mouvement de promotion : accumulation de biens et de richesses, création de positions nouvelles et d’opportunités inédites, accroissement des droits et des garanties, multiplication des sécurités et des protections » 76. Dans ces circonstances, les griefs évoluent avec la solidification de l’horizon immédiat du monde du travail, dont le regard s’en trouve toujours plus dirigé vers l’avenir. La nature des différends salariaux, en particulier, se transforme sensiblement durant ces trois décennies : la demande classique d’augmentation perd de son hégémonie, au profit de doléances plus qualitatives, comme la mensualisation, l’échelle mobile, le contrôle des classifications ou les modes de rémunération. Il semble donc légitime d’estimer que le contenu revendicatif des « années 68 » prend sa place dans ce long cheminement, voire l’accélère, sans nécessairement illustrer une rébellion intrinsèque. La période pousse le qualitatif et rapproche l’action syndicale de l’entreprise : la loi du 27 décembre 1968 qui fait officiellement entrer les syndicats dans l’espace de travail pose les jalons d’une mutation profonde des relations sociales.

  • 77 Stéphane Sirot, 1884, des syndicats pour la République, Lormont, Le Bord de l’eau, 2014.

39Enfin, s’agissant du champ syndical, les « années 68 » gagnent tout autant à être regardées à l’aune du processus d’intégration des organisations du salariat au fonctionnement de l’univers dominant. La légitimation du syndicalisme en tant que corps intermédiaire institutionnalisé et régulateur, pensée par la République dès la fin du xixe siècle 77, l’a incité à s’inscrire en principe d’ordre au sein du système de relations sociales. Au cours d’événements ou de périodes qui demandent de l’imagination politique ou qui, pour le moins, appellent à s’extraire ponctuellement du grief économique immédiat, la capacité des syndicats à représenter les franges du salariat les plus impliquées dans une démarche de rébellion s’en trouve interrogée.

40On l’aura compris, les « années 68 » sont révélatrices d’enjeux structurels de premier ordre pour le syndicalisme et les relations sociales. Une approche problématisée en ce sens reste à construire.

Haut de page

Notes

1 Voir la recension de Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho : l’historiographie de 68 », Revue internationale des livres et des idées, n° 5, mai-juin 2008, p. 17-22.

2 Id., L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007. Voir aussi Vincent Porhel, Ouvriers bretons. Conflits d’usines et conflits identitaires dans les années 68, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

3 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 13.

4 Ibid., p. 12.

5 Ibid., p. 89.

6 Michelle Perrot, Jeunesse de la grève. France, 1871-1890, Paris, Le Seuil, 1984.

7 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 326. Il est fait référence à notre ouvrage, La grève en France. Une histoire sociale (xixe-xxe siècle), Paris, Odile Jacob, 2002.

8 Voir par exemple les dossiers « Le mouvement ouvrier en mai 68 », 1970-3, « Les grèves », 1973-4, ou « Mouvements sociaux d’aujourd’hui », 1974-3.

9 Claude Durand, dans « Débat autour de l’article de Ch. Tilly et E. Shorter », Annales ESC, vol. 28, n° 4, 1973, p. 893.

10 Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales. Les grèves “insurrectionnelles” de 1947-1948, Paris, Syllepse, 1998.

11 Sophie Camard, « Comment interpréter les statistiques des grèves ? », Genèses, n° 47, 2002/2, p. 123.

12 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 31.

13 Christine Fauré, Mai 68 en France ou la révolte du citoyen disparu, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond/Le Seuil, 2008, p. 28.

14 Sabine Erbès-Seguin, « Le déclenchement des grèves de mai, spontanéité des masses et rôle des syndicats », Sociologie du travail, 1970-2, p. 178. L’article s’appuie « sur environ 100 interviews […] réalisées dans une quarantaine d’entreprises de trois branches : métallurgie, textile, industrie chimique, réparties à travers la France » ; voir p. 177, note 1.

15 Ibid., p. 178.

16 Ibid., p. 179.

17 Pierre Dubois et alii, Grèves revendicatives ou grèves politiques ? Acteurs, pratiques, sens du mouvement de mai, Paris, Anthropos, 1971, p. 329-441, en particulier p. 345.

18 Sabine Erbès-Seguin, « Le déclenchement… », op. cit., p. 179.

19 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 132.

20 Antoine Prost, op. cit., p. 38.

21 Serge Bosc, « Démocratie et consensus dans les grèves », Sociologie du travail, 1973-4, p. 446.

22 Tewfik Allal, Jean-Pierre Buffard, Michel Marié, Thomas Regazzola, « Conflits et travailleurs immigrés dans la région parisienne », Sociologie du travail, 1974-1, p. 34.

23 Ibid., p. 35.

24 Stéphane Sirot, La grève…, op. cit., p. 124-136.

25 Antoine Prost, « Les grèves de mai-juin 1968 », L’Histoire, n° 110, avril 1988, p. 38.

26 Pierre Bourdieu, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52-53, juin 1984, p. 52.

27 Hervé Forman, 1967-1968 avant la grève générale : les grèves en France, maîtrise, Paris I, 1983 ; Jean-Marie Clerc, « Les conflits sociaux en France en 1970 et 1971 », Droit social, n° 1, janvier 1973, p. 21.

28 Comme il est écrit en ouverture de l’article d’Antoine Prost, op. cit., p. 35, encore « vingt ans après les faits, deux interprétations s’affrontent : les communistes et la CGT estiment avoir tiré de Mai 68 tout ce qui était possible ; les “gauchistes” et une partie de la CFDT reprochent au PC d’avoir freiné le mouvement et permis ainsi de sauver le pouvoir gaulliste ».

29 L’enregistrement audio est disponible à l’Institut CGT d’histoire sociale.

30 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 243 (« Modérantisme et lutte contre le “gauchisme” »).

31 Voir la conclusion de Stéphane Sirot, Le syndicalisme, la politique et la grève. France et Europe, xixe-xxie siècles, Nancy, Arbre bleu éditions, 2011.

32 Sabine Erbès-Seguin, « Le déclenchement… », op. cit., p. 177.

33 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 145.

34 Sami Dassa, « Le mouvement de mai et le système de relations professionnelles », Sociologie du travail, 1970-3, p. 244-261.

35 Antoine Prost, op. cit., p. 38, qui s’appuie sur Pierre Dubois et alii, op. cit.

36 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 79.

37 Intervention de Guy Groux, table ronde « La grève et 68 sont à l’ordre du jour », US Magazine, supplément au n° 667, 21 mai 2008, p. 27.

38 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 155.

39 Michelle Durand, Yvette Harff, « Panorama statistique des grèves », Sociologie du travail, 1973-4, p. 366.

40 Ibid., p. 366-368.

41 Christian Morel, « Physionomie statistique des grèves », Revue française des affaires sociales, 29e année, 4, octobre-décembre 1975, p. 184 et 195 note 3.

42 Daniel Furjot, Catherine Noël, « La conflictualité en 1986. Bilan statistique et qualitatif », Travail et emploi, n° 34, décembre 1987, p. 60-61.

43 Sabine Erbès-Seguin, Syndicats et relations de travail dans la vie économique française, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires de Lille, 1985, p. 72.

44 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 145.

45 Claude Durand, « Revendications explicites et revendications latentes », Sociologie du travail, 1973-4, p. 394-409.

46 Ibid., p. 399.

47 Antoine Prost, op. cit., p. 40.

48 André Narritsens, « La CGT en Mai », Les Cahiers de l’Institut CGT d’histoire sociale, n° 106, juin 2008, p. 6-11.

49 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 62.

50 Michelle Durand, Yvette Harff, op. cit., p. 373.

51 Stéphane Sirot, La grève…, op. cit., p. 31-36.

52 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 96-111.

53 Ibid., p. 90.

54 Christian Morel, op. cit., p. 185.

55 Xavier Vigna, L’insubordination, op. cit., p. 34 notamment.

56 Pierre Dubois, « La séquestration », Sociologie du travail, 1973-4, p. 410.

57 Ibid.

58 Eric Hobsbawn, Labouring Men : Studies in the History of Labour, New York, Basic Books, 1964, p. 7.

59 Ibid., p. 419.

60 Pierre Dubois, « La séquestration… », op. cit., p. 421.

61 Soit la fermeture temporaire d’une entreprise à l’initiative de l’employeur, généralement en réaction à une grève.

62 Jacques Capdevielle et alii, La grève du Joint français. Les incidences politiques d’un conflit social, Paris, Presses de Sciences po, 1975, p. 81.

63 William J. M. MacKenzie, Pouvoir, violence, décision, Paris, PUF, 1979.

64 Claude Durand, « La violence à Longwy », Sociologie du travail, 1981-2, p. 229.

65 Isabelle Sommier, La violence politique et son deuil, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 89.

66 Boris Gobille, Mai 68, Paris, La Découverte, 2008, p. 37.

67 Cité dans Jacques Kergoat, « Sous la plage, la grève. 1958-1968 : l’histoire de l’explosion ouvrière en Mai 68 reste encore à faire », Critique communiste, n° spécial « Mai 68-Mai 78 », 1er trimestre 1978, p. 65 note 87.

68 Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 38, donne un unique exemple concret d’occupation où est clairement exprimé le « pouvoir ouvrier sur l’usine ».

69 Xavier Vigna, Histoire des ouvriers en France, Paris, Perrin, 2012, p. 251.

70 Si l’on suit le tableau publié par Xavier Vigna, L’insubordination…, op. cit., p. 109.

71 Ibid., p. 25 et p. 183.

72 Ibid., p. 233.

73 Notamment ibid., Xavier Vigna, Jean Vigreux (dir.), Mai-juin 1968. Huit semaines qui ébranlèrent la France, Dijon, EUD, 2010, ou Bruno Benoit et alii (dir.), À chacun son Mai ? Le tour de France de mai-juin 1968, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011 ; voir aussi la synthèse de Boris Gobille, Mai 68, op. cit, p. 42-50.

74 Boris Gobille, « L’événement Mai 68. Pour une sociohistoire du temps court », Annales. Histoire, sciences sociales, 63e année, 2/2008, p. 321-349.

75 Voir les moyennes établies par Stéphane Sirot, La grève…, op. cit., p. 33.

76 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Gallimard, 1999 (1995), p. 522.

77 Stéphane Sirot, 1884, des syndicats pour la République, Lormont, Le Bord de l’eau, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Sirot, « Transgression du domaine de la lutte : quelle « insubordination ouvrière » dans les grèves des « années 68 » ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 125 | 2014, 101-117.

Référence électronique

Stéphane Sirot, « Transgression du domaine de la lutte : quelle « insubordination ouvrière » dans les grèves des « années 68 » ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3957

Haut de page

Auteur

Stéphane Sirot

Historien, Université de Cergy-Pontoise et IEP de Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page