Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’ouvrière rebelle au travail : objet ou sujet des discours féministes dans les années 1968 ?

Fanny Gallot
p. 87-99

Résumé

Dans les années 1968, dans un contexte d’« insubordination ouvrière » et de développement du mouvement féministe de la deuxième vague, nombreuses sont les militantes féministes cherchant à s’adresser aux ouvrières en lutte afin de les entraîner dans leur mobilisation. Dans le discours de ces militantes, relayé entre autres par leur presse, se dessinent les contours d’une figure d’ouvrière rebelle au travail et prenant la parole, posant des questions relevant de la vie privée, discutant de l’avortement et de la contraception. À partir de ces figures d’ouvrières en grève s’élaborent des orientations stratégiques autour de l’articulation entre le mouvement de libération des femmes et la lutte de classes. Dans quelle mesure les ouvrières sont-elles associées à ces débats ?

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

ouvrières, féminisme, 1968, grève

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle

Schlagwortindex :

ouvrières, féminisme, 1968, grève

Palabras claves :

ouvrières, féminisme, 1968, grève
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour plus d’informations sur ce congrès, le compte rendu est disponible en ligne sur Gallica : http (...)
  • 2 Michelle Zancarini-Fournel, « Les féminismes : des mouvements autonomes ? », dans éliane Gubin, Cat (...)
  • 3 Christine Bard, Les filles de Marianne : histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, Fayard, 1995, p (...)
  • 4 Michelle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, coll. « Repères », n˚ 338, 2002, (...)
  • 5 Jocelyne Chabot, Le syndicalisme féminin chrétien en France de 1899 à 1944 : pratiques et discours (...)

1Dès le milieu du xixe siècle, les premiers groupements féministes se préoccupent de la façon dont ils doivent s’adresser aux ouvrières et au mouvement ouvrier en général. Ainsi Hubertine Auclert (1848-1914), déléguée au troisième congrès ouvrier tenu à Marseille et rassemblant le mouvement socialiste en octobre 1879 1, réussit à faire adopter un vœu qui est un « pacte d’alliance des féministes avec la classe ouvrière » 2. Cependant, les féministes éprouvent des difficultés à s’adresser aux ouvrières et en 1921 Cécile Brunschvicg estime qu’« il y a encore beaucoup à faire dans les milieux ouvriers » et que « les femmes se méfient de nous. Elles nous en veulent d’être des “bourgeoises” et s’appliquent à créer des barrières artificielles entre nous » 3. En effet, au tournant du xxe siècle, face à l’exploitation patronale, les ouvrières sont peu sensibles aux discours féministes et cherchent surtout à améliorer leur sort quotidien en tentant par exemple « d’échapper à la condition ouvrière4 ». Dans la hiérarchie subjective des dominations, ces revendications féministes sont alors perçues comme secondaires par les ouvrières, ce qui tend à perdurer jusqu’aux années 1968 bien que certaines d’entre elles s’engagent dans le syndicalisme 5.

  • 6 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68 : essai d’histoire politique des usines(...)

2Cependant, la préoccupation féministe qui consiste à s’adresser aux ouvrières demeure et redouble dans les années 1968, s’inscrivant dans une période de redéploiement des mouvements féministes à l’occasion du combat pour le droit à l’avortement et d’« insubordination ouvrière 6 ». L’enjeu est alors la construction du « nous les femmes », sujet du féminisme, qui s’adresse à toutes les couches de la population et parmi celles-ci aux ouvrières, en cherchant lorsque cela est possible à contourner les organisations du mouvement ouvrier hostiles, telles que la CGT ou le PCF principalement. Dans leurs rencontres avec les ouvrières, ces féministes cherchent donc à rendre compte de leurs points communs en tant que femmes. Elles fabriquent du même coup une figure particulière de rebelle au travail permettant une élaboration théorique articulant la lutte de classes au mouvement autonome des femmes. Pour autant, si la parole des ouvrières, leur vie privée est mobilisée, dans quelle mesure ces discours féministes rencontrent-ils les préoccupations des ouvrières alors en grève ? Participent-elles aux élaborations théoriques dont elles sont les actrices essentielles ?

  • 7 Du côté des films féministes, il nous a semblé intéressant d’étudier Collectif, Grèves de femmes à (...)

3Afin de restituer ce que produit la rencontre d’ouvrières et de militantes féministes de la deuxième vague, nous avons eu recours à une sélection d’articles sur les ouvrières dans la presse féministe des années 1970. Nous avons choisi d’étudier les articles du journal Tout ! parmi les revues féministes, bien qu’il ne s’agisse pas d’un journal uniquement féministe, certains de ces articles étant repris dans le Torchon Brûle, journal du Mouvement de libération des femmes (MLF). De surcroît, certains articles se répondent d’un journal à l’autre. En outre, nous avons sélectionné plusieurs articles émanant du courant féministe dit « Lutte de classe » dont les différentes mouvances se sont dotées d’organes de presse spécifiques, parce que les textes sur les ouvrières y sont nombreux. Ainsi, nous étudions Les Pétroleuses ou Femmes en lutte, créées en 1974. Nous nous appuyons également sur trois films – Grèves de femmes à Troyes, 1971 ; Monique (LIP I, 1973) ; Christiane et Monique (LIP V, 1976) – tournés 7 par des féministes dans des usines en grève dans les années 1968, qui se caractérisent par de longs échanges avec les ouvrières. L’analyse de cette production féministe permet d’appréhender comment la prise de parole dans l’espace public, la remise en cause des rôles sexués – favorisée par le développement de discussions collectives sur le privé – ainsi que les revendications liées à l’avortement et à la contraception sont inégalement reçues par les ouvrières. Enfin, nous reviendrons longuement sur un débat entre féministes autour du lien entre la lutte des classes et la lutte des femmes par articles de presse interposés à partir de l’analyse de la grève des ouvrières de la bonneterie Bessin et Salson de Troyes en 1971.

S’adresser aux ouvrières pour restituer leur parole

  • 8 Liliane Kandel le confirme en soulignant « à l’intérieur des mouvements d’extrême gauche », la « fa (...)
  • 9 Sylvie Chaperon, « La radicalisation des mouvements féminins français de 1960 à 1970 », Vingtième S (...)
  • 10 Bibliothèque de documentation et d’information contemporaine (BDIC), « Interview de 3 travailleuses (...)
  • 11 Bibl. nat., « Nous sommes en mouvement, nous avons envie de savoir comment font les autres », Femme (...)
  • 12 Centre Simone de Beauvoir, Collectif, Grèves de femmes à Troyes, op. cit.
  • 13 Carole Roussopoulos, Christiane et Monique (LIP V), 1976, in Carole Roussopoulos, Nicole Brenez, Je (...)
  • 14 BDIC, « Interview de 3 travailleuses par le groupe femmes de Dunkerque », FTL, mai 1976, n° 9.
  • 15 BDIC, « Être exploitée », Les Pétroleuses, avril 1975, n° 3.
  • 16 Bibl. Nat., « Nous sommes en mouvement, nous avons envie de savoir comment font les autres », Femme (...)

4C’est parce que le tropisme ouvrier reste essentiel au lendemain du mouvement de mai-juin 1968 que des militantes féministes vont à la rencontre des ouvrières. Issues de la mouvance révolutionnaire, maoïste ou trotskyste entre autres, cherchant à disputer l’hégémonie aux organisations traditionnelles du mouvement ouvrier (CGT et PCF principalement), c’est une façon pour elles, si ce n’est de s’implanter, du moins d’être en contact direct avec la « classe ouvrière » 8 et en particulier les femmes, alors largement délaissées malgré la « reprise féministe » 9 dans les années 1960. C’est pourquoi, dès le début des années 1968, ces militantes féministes vont à la rencontre des ouvrières, afin de restituer leur parole dans leur presse, et encouragent les femmes à s’exprimer dans l’espace public. Considérant qu’il n’y personne de mieux placé que les ouvrières pour parler de ce qu’elles vivent, les articles sont souvent des entretiens retranscrits 10 ou encore des paroles réorganisées selon des thématiques choisies par les féministes 11. De même, les films prennent principalement la forme de conversations entre les réalisatrices et les ouvrières 12, voire de conversations entre les ouvrières filmées par les réalisatrices 13. Par ailleurs, chacun des articles du corpus est ponctué de citations d’une Raymonde, d’une Évelyne ou encore d’une Marie-France 14. L’usage des prénoms favorise une certaine familiarité de la lectrice avec les ouvrières, qui participe du mécanisme d’identification que ces militantes féministes cherchent à développer entre les femmes, moteur de la construction du « nous les femmes », le nom du père ou du mari étant occulté. Pour accéder à cette parole, elles se rendent sur place, là où les luttes qu’elles souhaitent relater ont cours, plutôt que d’en résumer les enjeux, y compris féministes, en seconde main. Les chapeaux des articles se terminent par exemple par « des femmes du groupe femmes travailleuses et du groupe femmes du quartier Mirail sont allées interviewer les ouvrières de chez Guichard » 15 ou encore « nous en avons rencontré à Alençon » 16. En menant elles-mêmes leurs enquêtes, ces militantes aspirent à ne pas se laisser piéger par les discours dominants et ainsi pouvoir rendre compte de la dimension féministe de la lutte.

  • 17 BDIC, « A Ugéco, Nantes », Le Torchon brûle, n° 3.
  • 18 BDIC, « … et pour les luttes de femmes, vive la CGT ! », Tout !, 30 juin 1971, n° 15.

5Quelquefois, la rencontre de féministes avec les ouvrières peut aussi conduire à l’élaboration d’un texte commun, comme c’est le cas à Ugéco (Nantes) : « ce texte, écrit à la suite de réunions-discussions entre des ouvrières d’UGECO et un groupe du MLF Nantes, doit être soumis à discussion et appropriation plus larges dans l’usine. Débarrassé des erreurs de détail qui peuvent encore s’y trouver, il sera diffusé par des ouvrières et des filles du MLF dans d’autres usines de la région nantaise. » 17 Cependant, il arrive que les féministes n’aient pas accès à la parole des ouvrières car la CGT les en empêche. Tandis que deux féministes se rendent à Chaligny pour discuter avec 400 ouvrières en grève en 1971, elles racontent dans Tout ! : « Ça a été vraiment dur de s’entendre dire par des femmes du même âge que nous, les deux premières qu’on a abordées : “on a reçu ordre de ne pas parler à des étrangers”. Ainsi, malgré plusieurs tentatives, elles n’ont “pu adresser une parole à aucune femme” » 18.

  • 19 BDIC, « Lip au féminin », Les Pétroleuses, n° 0.

6Par ailleurs, cette question de la prise de parole des ouvrières ne s’observe pas seulement dans la forme adoptée par les revues et les films, mais aussi dans le contenu des discussions que mènent ces militantes féministes avec les ouvrières. Dans le n° 0 de Femmes en lutte, les membres d’un groupe de femmes du 18e arrondissement vont à la rencontre de quatre femmes de LIP et l’une d’elle raconte : « J’ai fait mon premier meeting la semaine dernière à Choisy-le-Roi. […] Le troisième [soir], c’était pas mal ; on m’a posé une question et au moment où j’allais répondre il m’a coupé la parole. J’ai entendu des femmes dans la salle qui disaient : “Oh, mais est-ce qu’il va la laisser s’exprimer ? La parole aux femmes !” Alors il s’est tu. Là, j’ai senti vraiment qu’il fallait que je parle, parce que les femmes attendaient que je parle, et j’ai parlé beaucoup plus librement. » 19

  • 20 BDIC, « Lip 76 “ce n’est pas le même conflit” », Femmes travailleuses en lutte, juin 1976, n° 10.
  • 21 BDIC, « Interview de 3 travailleuses par le groupe femmes de Dunkerque », Femmes travailleuses en l (...)

7Avec ce témoignage d’une ouvrière de LIP, la revue féministe cherche donc à rendre compte de la confiance en soi que peut produire l’attention explicite accordée à la parole des femmes. En encourageant les ouvrières à parler, les féministes souhaitent les entraîner dans leur propre dynamique, construire ainsi une solidarité de femmes ; or, la prise de parole des ouvrières est difficile, soit parce qu’elle est confisquée par les responsables syndicaux qui bien souvent interviennent à la place des ouvrières lors des mobilisations, soit parce qu’elles ne se sentent pas suffisamment légitimes, ou les deux à la fois. Cependant, certaines revues tendent à hiérarchiser le type de paroles échangées par les ouvrières, soulignant par exemple qu’au cours de la lutte, les femmes discutent « de choses moins futiles », qu’elles ont appris à « parler syndicat, politique, à sortir de leurs préoccupations traditionnelles » 20 et cela, alors même que ces militantes féministes enjoignent les ouvrières à discuter « des problèmes qui se posent dans le ménage, à l’occasion on se donne des conseils » 21. Se comprend ici une forme d’injonction contradictoire de ces militantes féministes qui encouragent à la fois les ouvrières à parler de « choses moins futiles » que leurs « préoccupations traditionnelles » tout en les incitant à évoquer les problèmes « dans le ménage ». En définitive, ce que souhaitent avant tout mettre en avant ces féministes, c’est la politisation des ouvrières qui s’opère dans la lutte, quitte à se faire le relais de certains stéréotypes qui consistent à considérer certaines discussions comme « futiles ». Néanmoins, le plus souvent, les revues féministes valorisent les discussions collectives autour du « privé ».

Le privé pour remettre en cause les rôles sexués ?

  • 22 Michelle Zancarini-Fournel, « Les féminismes : des mouvements autonomes ? », art. cit.
  • 23 Hélène Fleckinger, « Une caméra à soi. Quand les féministes s’emparent de la vidéo », dans Carole R (...)
  • 24 Hélène Fleckinger, « Une caméra à soi. Quand les féministes s’emparent de la vidéo », op. cit.

8Que ce soit dans les films ou les revues féministes, une attention importante est effectivement accordée à la vie privée des ouvrières, et ce, particulièrement lors des grèves. L’enjeu est alors de mettre en avant « l’autonomie des individus-femmes, en particulier dans le couple et la famille » 22. Par exemple, la mise en œuvre de « cette dialectique du privé et du collectif » 23 se traduit dans les films féministes par un intérêt particulier des réalisatrices pour ce que la lutte a contribué à modifier dans la « vie quotidienne » des ouvrières, dans « leur rapport à leurs corps et à leur intimité ». C’est pourquoi, comme les revues, ces films indiquent souvent « combien le privé, les problèmes de couple viennent se mêler à la lutte dans le monde du travail » afin de rendre compte d’une part de la double oppression subie par les ouvrières 24, et d’autre part de la façon dont la grève parvient à interroger les rôles de genre.

  • 25 BDIC, « CIP en lutte », Les Pétroleuses, n° 7.
  • 26 BDIC, « Lip au féminin », Les Pétroleuses, n° 0.
  • 27 Ibid.

9Outre la question des « maris », peuvent aussi être soulignés les rôles joués par les parents des ouvrières, comme c’est le cas à la Confection industrielle du Pas-de-Calais (CIP), où les ouvrières en grève de 1975 à 1977 racontent aux féministes de la revue Les Pétroleuses qu’une lettre a été envoyée « aux parents, maris et amis » par la section syndicale CFDT afin de leur demander d’être solidaires de leur lutte 25. Grâce à leur presse, ces féministes rendent également visibles les tâches domestiques assumées par les ouvrières. Par exemple, les féministes de la revue Les Pétroleuses précisent, à propos des ouvrières de Lip qu’elles ont rencontrées en 1973, que celles-ci ont fait « passer au second plan l’ensemble de ces tâches domestiques » pendant la lutte. L’article conclut alors qu’il s’agit d’une manière de « remettre en cause le rôle qui leur est traditionnellement assigné » 26 sous-entendant que de cette façon, les ouvrières s’émancipent aussi en tant que femmes à travers la lutte. Cependant, comme l’évoque Monique Guéranger dans la citation en exergue, des ouvrières de Lip semblent refuser (selon les propos de l’une des interviewées) que la répartition traditionnelle des tâches change « parce que malgré tout il y en a qui veulent rester femme » 27. Cette remarque révèle que certaines ouvrières refusent ce qu’elles perçoivent comme une rupture des frontières de genre, se sentant en sécurité dans ce rôle prédéfini qu’elles n’ont qu’à habiter. Dans leur presse, les militantes féministes cherchent alors à valoriser ce qui, dans la lutte, a permis aux ouvrières de s’émanciper de certains de leurs rôles considérés comme traditionnels, sans toutefois cacher les résistances.

  • 28 Ibid.

10Enfin à l’heure du bilan de la grève des Lip, elles n’hésitent pas à regretter publiquement en 1973 : « Les problèmes qui se sont posés ont été résolus par chacune isolément. À aucun moment de la lutte ils n’ont cessé d’apparaître comme personnels et secondaires par rapport aux objectifs de la grève. […] C’est pourquoi nous pensons qu’à un moment donné ces femmes auraient eu intérêt à se rassembler et à poser les problèmes qu’elles ont toutes plus ou moins ressentis, et dont elles seules peuvent impulser la résolution. » 28

  • 29 Publié en complément de la revue Combat socialiste en Franche-Comté en 1975, il parait aux éditions (...)

11Considérant que les « problèmes » liés au privé ont limité l’implication des ouvrières qui, de surcroît n’ont pas été en mesure de remettre en cause collectivement leurs assignations à des rôles traditionnels, ces militantes féministes n’hésitent pas à tirer des leçons du conflit à la place des ouvrières, probablement afin de préparer de futures mobilisations. Cette discussion des ouvrières de Lip avec Les Pétroleuses a peut-être joué un rôle dans la formation ultérieure de la commission féminine qui a conduit à la publication de Lip au féminin 29. Mais, l’entreprise de « conscientisation » des ouvrières par les militantes féministes consistant à politiser ce qui relève de la sphère privée ne se limite pas aux périodes de grève.

  • 30 BDIC, « Dans les ateliers de femmes, toutes les occasions sont bonnes pour faire l’unité », Femmes (...)

12En effet, lorsque Femmes travailleuses en lutte revient sur les pratiques des ateliers de femmes qui consistent à offrir des cadeaux à l’occasion des anniversaires ou des mariages, les auteures de l’article écrivent : « En général, la nature des cadeaux est très significative : vaisselle pour le mariage, bijou ou lingerie pour les 20 ans ou les 50 ans… bref tout ce qui rappelle le rôle et la place des femmes dans la société actuelle : femme d’intérieur, et objet qui doit plaire. Là-dessus, on peut engager des discussions. » 30

13L’ambition de ces militantes voulant favoriser la remise en cause des rôles sexués des ouvrières peut donc prendre appui sur les traditions quotidiennes de l’usine, qu’elles utilisent pour enclencher des discussions. Et dans le cadre des conversations relevant du privé, certaines féministes échangent avec les ouvrières qu’elles rencontrent autour des revendications propres des mouvements féministes, comme l’avortement et la contraception. Lorsque des militantes des Pétroleuses se rendent à l’usine Guichard, une usine de confection du côté de Toulouse, elles engagent un débat sur l’avortement et la contraception :

14« On a parlé d’avortement, de contraception dans les journaux. Qu’est-ce que vous en pensez ?

15B : J’aimerais en discuter, je ne suis pas jeune. J’ai 37 ans et il y a des choses qu’on pourrait juger pour les jeunes femmes de maintenant. Moi, je suis pour l’avortement et la femme libre.

16C : Il vaudrait bien mieux prendre la pilule. C’est moins méchant… Tu peux y laisser ta peau.

17B : Tu te rends compte : si tu as une fille de 15 ans et demi qui tombe enceinte et tu te gardes le môme pendant 20 ans…

18D : Y’a quelqu’un qui disait qu’à 13 ans sa fille prend la pilule… […]

19E : Moi aussi, je suis pour l’avortement, car je ne pourrai jamais prendre la pilule : je fais un dosage hormonal […]

  • 31 BDIC, « Être exploitée », Les Pétroleuses, avril 1975, n° 3.

20G : J’ai 22 ans, mes parents sont pour la pilule, mais si je leur dis un jour que je la prends… !! Et pourtant, mes parents sont pour l’avortement, la pilule, la femme libre ! Mais pour leur fille… Si c’était pour fréquenter un garçon sérieusement, ma mère dirait oui, mon père ne le saurait pas. Mais prendre la pilule pour avoir envie de s’amuser. Ah ça non ! » 31

21Dans cet extrait, il faut d’abord mettre en évidence la manière ouverte avec laquelle les militantes féministes lancent le débat, en faisant non pas référence à leur propre orientation sur le sujet, mais à une question d’actualité qu’elles présentent de façon détachée. Elles laissent libre cours aux appréciations des ouvrières, que la revue n’a pas censurées : elles ont retranscrit la parole des ouvrières telle quelle, y compris lorsqu’une voix considère qu’il est possible de laisser sa « peau » dans l’avortement ou sous-entend que le fait de prendre la pilule à treize ans, c’est un peu jeune. S’il est probable que les ouvrières aient euphémisé leur pensée, les propos retranscrits révèlent néanmoins comment les réticences développées dans l’ensemble de la société devant l’avortement et la contraception trouvent un écho auprès des ouvrières.

Une « grève de femmes » à Troyes en 1971 : entre lutte autonome et lutte de classes

  • 32 Centre Simone de Beauvoir, Collectif, Grèves de femmes à Troyes, op. cit.
  • 33 BDIC, « C’est une grève de femmes ! », Tout !, 12 mars 1971, n° 10.

22En février 1971, quatre-vingts ouvrières de la bonneterie Bessin et Salson de Troyes entrent en grève avec occupation afin de lutter contre la fermeture de leur usine, délocalisée « en Afrique32 ». Progressivement, elles négocient, par l’intermédiaire du responsable syndical départemental qui les représente, pour obtenir trois mois d’indemnités en plus du mois qui leur est dû. Elles n’obtiennent finalement qu’un mois et demi. C’est dans ce contexte que des militantes féministes du Mouvement de libération des femmes (MLF) se rendent à Troyes afin d’y tourner un film qui dans sa version longue dure cinquante-cinq minutes. On y voit Doudou, Éliette et une jeune ouvrière, ayant accompagné les réalisatrices derrière l’usine, revenir sur le déclenchement et l’organisation de la grève, mais surtout sur ce que la lutte a changé pour elles, entre elles. Doudou explique par exemple : « j’ai mon mari, quand je rentre, il me regarde et se demande si c’est vrai, il ne me quitte pas des yeux, avec l’air de dire : “c’est ma femme ou c’est pas ma femme ?” Je suis sûre qu’il trouve quelque chose de changé en moi. Moi-même je le ressens, mais lui encore davantage. C’est véridique ce que je dis. » 33

23L’ouvrière cherche ici à rendre compte de la métamorphose individuelle déclenchée par la grève collective qui trouve son expression dans le privé. Par ailleurs, les ouvrières évoquent aussi la solidarité qui s’est développée au cours de la mobilisation et qui a permis de faire tomber différentes barrières entre les ouvrières de l’usine qui se connaissaient à peine avant la mobilisation et dont les différences, par exemple d’une génération à l’autre, étaient montées en épingle. C’est à partir de ce témoignage que s’enclenche une polémique entre des féministes qui se répondent par articles interposés autour de différentes questions : comment analyser la grève de Troyes ? S’agit-il d’une lutte de femmes ou d’une lutte de classes ? Laquelle de ces luttes prime sur l’autre ?

  • 34 Ibid.

24Un premier article est publié dans le journal Tout !, le 12 mars 1971 sous le titre : « C’est une grève de femmes ! » Les auteures y érigent cette grève en exemple de ce que tout type de lutte menée par les femmes permet en terme de prise de conscience féministe. Puis, les auteures, et réalisatrices du film, affirment : « Depuis mai 1968, c’est la première fois qu’on se sentait si heureuses parce que tout ce qu’on croyait sur les rapports entre les gens semblait se vérifier auprès d’elles. Parce qu’on arrivait sans masque d’aucune sorte, telles que nous étions, habillées comme nous voulions l’être, et on se comportait comme on en avait envie. On n’a pas eu à composer de personnage, on n’a pas eu à s’adapter à leurs besoins : on est arrivées à la grille et on a parlé avec des femmes de leurs (et de nos) problèmes de femmes, de leurs rapports entre elles, et de ce que nous faisions, nous. […] On a trouvé des filles qui prenaient conscience à travers ce qui leur arrivait (la grève, l’occupation, l’organisation à l’intérieur de l’usine, la solidarité extérieure) de ce qu’avait été leur vie avant. Et de ce qu’elles voulaient qu’elle soit désormais. Nous on se dit maintenant qu’elles étaient en train de trouver leur identité comme nous la nôtre. On n’a pas cherché à parler différemment, à penser différemment parce que nous étions en face d’elles. Nous n’étions pas là pour faire un reportage, ni pour apporter notre ligne politique, nous voulions ressentir et comprendre ce que les femmes vivaient pendant leur grève. […] Nous avons seulement été attentives à elles comme elles l’étaient à nous. Après s’est établie la confiance. » 34

  • 35 Ibid.

25Dans cet extrait, les militantes féministes voient leurs propres aspirations se refléter dans le discours des ouvrières de Troyes. Elles insistent sur leurs similitudes en tant que femmes et assimilent complètement leur propre processus de conscience féministe à celui des ouvrières, allant jusqu’à considérer que l’échange, en parti filmé, qu’elles ont avec les ouvrières constitue une forme de groupe de conscience féministe. Si la grève a favorisé une prise de conscience des ouvrières de ce qu’elles vivent en tant que femmes, les militantes féministes ignorent les enjeux de classe qui les ont conduites à faire grève. Oubliant que c’est le responsable syndical départemental qui a mené la négociation avant d’inviter les ouvrières à cesser leur mobilisation alors qu’elles n’avaient obtenu que la moitié de l’indemnisation réclamée, ces militantes féministes concluent à partir de la grève de Troyes à la nécessaire lutte autonome des femmes « pour retrouver collectivement une identité perdue pour être reconnues enfin, elles d’abord, par les autres, ensuite, comme une force. » 35

  • 36 BDIC, « Troyes », Le Torchon brûle, mai 1971, n° 1.
  • 37 Ibid.

26Deux mois après la publication de cet article, en mai 1971, ces mêmes militantes répondent, dans le premier numéro du Torchon brûle  le journal du Mouvement de libération des femmes – à des propos qui leur ont été tenus par « des militantes traditionnelles accusatrices » qui ont signalé que les réalisatrices du film avaient « “dévoyé” la “conscience de classe” en “conscience féministe”, ce que bien entendu elles trouvaient, a priori “réactionnaire”. » 36 À ces militantes désignées comme des « établies », les auteures du premier article rétorquent que « les ouvrières sont des femmes : leur conscience de classe sera féministe ou ne sera pas », ajoutant que « même ouvrières, on est toujours et avant tout des femmes » et que c’est pour cette raison que « les ouvrières parlent spontanément et avant tout : “d’histoires de femmes” », « c’est leur oppression principale qu’elles racontent ainsi d’où découle le reste » 37. Dans ces propos où le comportement des ouvrières de Troyes est littéralement instrumentalisé par les féministes, aucune ouvrière n’étant sollicitée pour répondre, une hiérarchie des dominations est établie, au sommet de laquelle figure le patriarcat.

  • 38 BDIC, « Lutte des femmes, lutte des classes », Tout !, 29 juillet 1971, reproduction de l’article d (...)
  • 39 Ibid.

27En juillet 1971, la polémique continue dans Tout !, cette fois. Dans un article intitulé « Lutte des femmes, Lutte des classes », d’autres féministes rappellent que c’est dans une usine en grève que se sont rendues les réalisatrices du film et que si le film a permis d’échanger autour des « problèmes personnels de femmes », « cela n’a eu lieu qu’après qu’elles eurent posé leurs problèmes d’exploitation comme ouvrières » 38. Les auteures de cet article ajoutent que les réalisatrices du film, auteures des premières publications, ont falsifié les faits à cause de leurs « présupposés théoriques » et que « l’expérience de Troyes » montre que « des femmes appartenant à d’autres classes effectuent leur prise de conscience à partir d’un autre type d’oppression » et, dans ce cas, c’est « la remise en cause de l’exploitation capitaliste (déclenchement d’une grève) » qui « prend la forme (déroulement de la grève) d’une remise en cause des rapports patriarcaux quand la lutte est menée uniquement par des femmes », les militantes concluant finalement que « le patriarcat se présente différemment selon la classe à laquelle appartiennent les femmes » 39. Ces féministes tentent donc ici d’élaborer une articulation entre la classe et le sexe. Si elles ne développent pas l’idée que l’« exploitation » est principale tandis que l’« oppression » est secondaire, l’usage différencié des deux mots renvoie aux conceptions marxistes traditionnelles laissant entendre une distinction qualitative entre les deux. Comme dans les articles précédents, les ouvrières ne sont pas directement mises à contribution dans cette élaboration théorique. Leur parole est chaque fois sollicitée comme témoignage, venant servir l’une ou l’autre thèse qui se formalise progressivement au cours des années 1968 et sert donc davantage les luttes internes au mouvement féministe que la définition d’une expérience ouvrière située à l’intersection des dominations de classe et de genre.

28Pour conclure, certaines des revendications féministes, telles que la prise de parole publique, la mise en cause des rôles sexués à travers la politisation du privé et du combat pour le droit à l’avortement et à la contraception, trouvent un écho auprès des ouvrières, entre autres parce qu’elles sont portées par des féministes venant de l’extérieur lors des grèves. Mais le projet de ces militantes préoccupées du sort des ouvrières ne se limite pas à la volonté de diffuser davantage les idées féministes pour lutter contre le patriarcat : dans le même temps s’élabore une orientation cherchant à articuler la lutte de classes à la lutte des femmes. Cependant, si c’est à partir de l’expérience des ouvrières en grève que se pense l’articulation entre lutte des femmes et lutte de classes, elles ne sont pas mises à contribution directement.

29Si nous avons analysé ici la fabrication de la figure de l’ouvrière rebelle au travail dans les discours féministes, il n’en reste pas moins que ces discours ont pu être relayés localement dans les usines, par des militantes féministes quelquefois ouvrières elles-mêmes lorsqu’elles appartenaient à des groupes femmes d’entreprise tel que Femmes travailleuses en lutte, par exemple. Ainsi l’implication féministe de Fabienne Lauret, ouvrière établie de la sellerie de Renault-Flins a été un recours pour ses collègues souhaitant avorter, ce qui a finalement conduit à création d’un groupe du Mouvement pour la liberté de l’avortement et la contraception (MLAC) par l’intermédiaire de la CFDT où elle est investie syndicalement.

Haut de page

Notes

1 Pour plus d’informations sur ce congrès, le compte rendu est disponible en ligne sur Gallica : http://gallica.Bibl.nat.fr/ark :/12148/bpt6k851452/f2.image

2 Michelle Zancarini-Fournel, « Les féminismes : des mouvements autonomes ? », dans éliane Gubin, Catherine Jacques, Florence Rochefort, Brigitte Studer, Françoise Thébaud et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, Éditions de l’Atelier, 2004, p. 232.

3 Christine Bard, Les filles de Marianne : histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, Fayard, 1995, p. 182.

4 Michelle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, coll. « Repères », n˚ 338, 2002, p. 68.

5 Jocelyne Chabot, Le syndicalisme féminin chrétien en France de 1899 à 1944 : pratiques et discours d’une culture féminine, thèse sous la direction de Madeleine Rebérioux, université Paris VIII, Paris, 1998.

6 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68 : essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

7 Du côté des films féministes, il nous a semblé intéressant d’étudier Collectif, Grèves de femmes à Troyes, 1971 ; Carole Roussopoulos, Monique (LIP I, 1973) ; Christiane et Monique (LIP V, 1976), Centre national de la cinématographie-Images de la culture [éd., distrib.], 2008. Voir Carole Roussopoulos, Nicole Brenez, Jean-Paul Fargier, Hélène Fleckinger, et François Bovier, Caméra militante : luttes de libération des années 1970, Genève, Métis Presses, 2010.

8 Liliane Kandel le confirme en soulignant « à l’intérieur des mouvements d’extrême gauche », la « fascination de la lutte des travailleurs. », dans Le féminisme et ses enjeux : vingt-sept femmes parlent, Centre fédéral FEN, Paris, Edilig, 1988, p. 161.

9 Sylvie Chaperon, « La radicalisation des mouvements féminins français de 1960 à 1970 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1995, n° 48, p. 61-74.

10 Bibliothèque de documentation et d’information contemporaine (BDIC), « Interview de 3 travailleuses par le groupe femmes de Dunkerque », Femmes travailleuses en lutte, mai 1976, n° 9.

11 Bibl. nat., « Nous sommes en mouvement, nous avons envie de savoir comment font les autres », Femmes en mouvements, juillet 1978. En outre, la restitution exacte de cette parole est essentielle pour les féministes : « notre idée était de soumettre l’article aux femmes avec lesquelles nous avons discuté, et à d’autres, avant de le publier, mais nous n’avons pas eu le temps. Nous avons donc rédigé l’article seules, en essayant de faire un compte rendu le plus exact possible. », dans BDIC, « Lip 76 “ce n’est pas le même conflit” », Femmes travailleuses en lutte, juin 1976, n° 10.

12 Centre Simone de Beauvoir, Collectif, Grèves de femmes à Troyes, op. cit.

13 Carole Roussopoulos, Christiane et Monique (LIP V), 1976, in Carole Roussopoulos, Nicole Brenez, Jean-Paul Fargier, Hélène Fleckinger, et François Bovier, Caméra militante, op. cit. Lorsque les réalisatrices du film Grève de femmes à Troyes n’ont pas la possibilité d’aller projeter leur film à Troyes parce qu’elles en sont empêchées par le délégué CGT local qui menace des ouvrières de leur retirer les avantages obtenus, elles le regrettent vivement. BDIC, « C’est une grève de femmes » Tout !, 12 mars 1971, n° 10.

14 BDIC, « Interview de 3 travailleuses par le groupe femmes de Dunkerque », FTL, mai 1976, n° 9.

15 BDIC, « Être exploitée », Les Pétroleuses, avril 1975, n° 3.

16 Bibl. Nat., « Nous sommes en mouvement, nous avons envie de savoir comment font les autres », Femmes en mouvements, juillet 1978.

17 BDIC, « A Ugéco, Nantes », Le Torchon brûle, n° 3.

18 BDIC, « … et pour les luttes de femmes, vive la CGT ! », Tout !, 30 juin 1971, n° 15.

19 BDIC, « Lip au féminin », Les Pétroleuses, n° 0.

20 BDIC, « Lip 76 “ce n’est pas le même conflit” », Femmes travailleuses en lutte, juin 1976, n° 10.

21 BDIC, « Interview de 3 travailleuses par le groupe femmes de Dunkerque », Femmes travailleuses en lutte, mai 1976, n° 9.

22 Michelle Zancarini-Fournel, « Les féminismes : des mouvements autonomes ? », art. cit.

23 Hélène Fleckinger, « Une caméra à soi. Quand les féministes s’emparent de la vidéo », dans Carole Roussopoulos, Nicole Brenez, Jean-Paul Fargier, Hélène Fleckinger et François Bovier, op. cit., p. 41.

24 Hélène Fleckinger, « Une caméra à soi. Quand les féministes s’emparent de la vidéo », op. cit.

25 BDIC, « CIP en lutte », Les Pétroleuses, n° 7.

26 BDIC, « Lip au féminin », Les Pétroleuses, n° 0.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Publié en complément de la revue Combat socialiste en Franche-Comté en 1975, il parait aux éditions Syros en 1977. Cet ouvrage, émanant de la commission femmes de Lip, contient des contributions individuelles et des retranscriptions de discussions collectives.

30 BDIC, « Dans les ateliers de femmes, toutes les occasions sont bonnes pour faire l’unité », Femmes travailleuses en lutte, mai 1976, n° 9.

31 BDIC, « Être exploitée », Les Pétroleuses, avril 1975, n° 3.

32 Centre Simone de Beauvoir, Collectif, Grèves de femmes à Troyes, op. cit.

33 BDIC, « C’est une grève de femmes ! », Tout !, 12 mars 1971, n° 10.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 BDIC, « Troyes », Le Torchon brûle, mai 1971, n° 1.

37 Ibid.

38 BDIC, « Lutte des femmes, lutte des classes », Tout !, 29 juillet 1971, reproduction de l’article du journal Le Torchon brûle.

39 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Gallot, « L’ouvrière rebelle au travail : objet ou sujet des discours féministes dans les années 1968 ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 125 | 2014, 87-99.

Référence électronique

Fanny Gallot, « L’ouvrière rebelle au travail : objet ou sujet des discours féministes dans les années 1968 ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3945

Haut de page

Auteur

Fanny Gallot

CRHEC, UPEC-ESPE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page