Navigation – Plan du site
DOSSIER

Entrer en rébellion : la grève de Saint-Nazaire en 1955 dans le témoignage de Louis Oury

Éliane Le Port
p. 69-85

Résumé

Cet article retrace les principaux épisodes de rébellion de la grève de Saint-Nazaire en 1955, à travers le témoignage de Louis Oury, Les prolos. Jeune ouvrier métallurgiste aux chantiers navals de Penhoët, d’origine rurale, étranger au monde de l’usine, ignorant les traditions de lutte du mouvement ouvrier, Louis Oury pose un regard à la fois précis et décalé sur les principaux événements de 1955. Témoin fasciné, il s’arrête longuement sur les formes et les modalités de la contestation ouvrière révélant ainsi plusieurs registres de la rébellion : revendications, remise en cause de l’autorité patronale, violence des affrontements avec les forces de l’ordre, actes incendiaires notamment. Notre contribution s’intéresse aussi à un double basculement : celui d’une grève où la violence emprunte au registre symbolique de la guerre et le basculement du témoin qui devient alors acteur de la révolte.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Peneff, « Autobiographies de militants ouvriers », Revue française de science politique, 29e a (...)

1Le sociologue Jean Peneff, dans les enquêtes qu’il réalise au milieu des années 1970 auprès de militants ouvriers de la métallurgie dans la région nantaise 1, note l’importance des luttes politiques et syndicales et d’un thème lié aux deux précédents dans leurs récits, celui des affrontements avec les forces de l’ordre. Parmi les mouvements sociaux évoqués dans les entretiens, la grève des chantiers navals de Penhoët à Saint-Nazaire entre février et août 1955 est une de celles qui laissent une trace très vive dans la mémoire ouvrière locale.

  • 2 Chaque réalisation est accompagnée d’une fiche de travail qui indique le temps qu’on lui attribue. (...)
  • 3 Au cours de la grève, l’unité syndicale s’organise autour de Jules Busson (CGT), Paul Malnoé (CGT-F (...)

2La grève donne lieu à plusieurs séquences de luttes et de mobilisations dont l’intensité, les formes, les acteurs mais aussi les lieux varient au cours du conflit. Le mouvement est impulsé par les soudeurs à qui il est demandé d’effectuer désormais un boni 2, alors qu’ils sont tributaires, dans leur travail, des chaudronniers. En quelques semaines, la mobilisation s’amplifie : des revendications salariales et la révision de la convention collective s’ajoutent à la contestation de cette nouvelle organisation du travail imposée aux soudeurs. Alors que les ouvriers multiplient les débrayages à Penhoët, plusieurs négociations ont lieu entre la direction des chantiers et les trois principaux représentants syndicaux 3, mais l’impossibilité d’entente (les syndicats demandent 30 % d’augmentation, le patron propose 4,7 %) généralise la grève à toutes les corporations de la Navale. À partir du 21 juin, le mouvement se radicalise et donne lieu, jusqu’à la fin du conflit, à plusieurs épisodes de rébellion au cours desquels les ouvriers prennent pour cible le pouvoir patronal d’une part, les forces de l’ordre d’autre part : les bâtiments de la direction sont pris d’assaut, les échauffourées avec les forces de l’ordre se multiplient, des ateliers sont occupés, des incendies sont déclenchés.

  • 4 Louis Oury, Les prolos, Nantes, Éditions du Temps, 2005 [1re éd. 1973, Denoël ; 2e éd., 1983, Temps (...)
  • 5 Sur le déroulement des événements de 1955 et sur le « syndicalisme d’action directe » qui caractéri (...)

3La grève de 1955 et les actes de rébellion qui l’accompagnent seront analysés à travers le témoignage de Louis Oury intitulé Les prolos 4. Né en 1933, Louis Oury a travaillé pendant plus de vingt-cinq ans sur les chantiers navals : chaudronnier pendant dix ans à Saint-Nazaire, il devient ensuite dessinateur industriel puis ingénieur d’ordonnancement à Nantes. Ce récit, dans le corpus des témoignages écrits par les ouvriers, est tout à fait singulier : l’auteur se caractérise comme un « rural », et prétend ne rien connaître du monde ouvrier lorsqu’il commence à travailler. Catholique très pratiquant, il revient à plusieurs reprises sur l’imprégnation de son milieu familial par cette culture. Il revendique par ailleurs une inculture politique et syndicale et une méconnaissance du mouvement ouvrier. Quand les ouvrières et les ouvriers prennent la plume pour témoigner d’un parcours, même si le militantisme ne constitue pas le cœur du récit, la plupart insistent sur l’évidence d’un engagement. à l’inverse de nombreux autres témoignages écrits ouvriers qui insistent sur l’évidence d’un engagement, Les prolos n’est pas un récit militant : la grève ne se traduit pas pour Louis Oury par une prise de conscience idéologique, et dans le récit du conflit, l’auteur ignore les traditions de lutte, notamment celles liées à l’anarcho-syndicalisme qui caractérise l’estuaire de la Loire 5.

4C’est donc un récit initiatique que donne à lire Louis Oury, dans la mesure où il entre dans un monde dont les codes et les valeurs lui sont en partie inconnus : ne se sentant pas ouvrier, il tente de le devenir. Or, pour ausculter ce qu’il présente comme un monde étranger, il pose un regard aigu et précis sur les événements dont il est témoin, notamment ceux qui caractérisent la rébellion ouvrière : il décrit avec force détails les bruits de la protestation, la confusion, les réactions collectives de refus et de mécontentement, les regroupements et leurs incessantes reconfigurations, tout comme l’impulsivité ou le jaillissement d’actions contestataires, attestant que la violence fut un élément structurant de la grève.

  • 6 Deux témoignages ouvriers évoquent des situations de rébellion pendant les occupations d’usine en 1 (...)

5L’auteur retrace douze années de son expérience de chaudronnier mais il consacre un peu plus du quart de son récit à la grève, et une trentaine de pages s’arrêtent sur les actes de rébellion qui ont traversé le mouvement. L’importance qu’il accorde aux formes de la révolte ouvrière est d’autant plus intéressante que Louis Oury se vit et se représente comme un ouvrier que ses origines rurales ont soumis à l’ordre. Cet héritage contrarie son rapport à la contestation et diffère sans doute le moment où il devient pleinement acteur de celle-ci. En cela aussi, il se singularise d’autres ouvriers qui, lorsqu’ils décrivent des moments de contestation, insistent sur l’évidence de la rébellion plutôt que sur un rapport contrarié aux luttes 6.

6Nous montrerons les contradictions du regard posé par cet ouvrier atypique sur les ouvriers rebelles et sur la rébellion, ce qu’il révèle de son rapport à l’intégration ouvrière, mais aussi quelles formes et quelles modalités de protestation cela donne à voir. Le récit de Louis Oury fait apparaître plusieurs scènes de rébellion qui sont autant de dimensions de la révolte ouvrière. Une première partie s’arrêtera sur la dimension individuelle, celle qui concerne le témoin lui-même au moment de son entrée dans l’univers industriel. La deuxième partie révèlera les registres d’actions d’une grève qui se transforme en rébellion. Enfin, nous éclairerons le double basculement dont témoigne le récit de Louis Oury : celui d’une grève où la violence emprunte au registre symbolique de la guerre mais aussi le basculement du témoin qui devient alors pleinement acteur de la révolte.

Un témoin réfractaire… à la rébellion ?

Les prolos : genèse d’un témoignage ouvrier

  • 7 Bibliothèque nationale de France (BNF), fonds Louis Oury, NAF 28042, lettre de Jean Freustié à Loui (...)

7Dans Les prolos, Louis Oury retrace un parcours professionnel qui commence à Segré, dans le Maine-et-Loire, se poursuit à Saint-Nazaire, et s’achève par des missions d’ouvrier chaudronnier dans diverses régions. Il consacre deux chapitres à la grève de 1955, qui correspondent à deux séquences du conflit : un premier temps entre avril et juillet 1955 qu’il intitule « La grève », puis un second temps qui commence au retour des congés et dont l’auteur nous présente le principal épisode, « L’émeute », celle du 1er août. Dans son témoignage, il évoque également une reprise d’études pour préparer un CAP de dessinateur industriel, obtenu en 1963. Lorsque le livre paraît en 1973, Louis Oury travaille depuis 1965 en tant que dessinateur dans un bureau d’études mais l’éditeur, sans doute pour donner des gages d’authenticité et de pureté à son récit, lui demande de ne pas signaler ce changement de situation 7.

  • 8 Louis Oury, Métallo, romancier, historien, Pantin, Le Temps des cerises, 2009.
  • 9 Dans Métallo, romancier, historien, Louis Oury revient longuement sur la singularité de son parcour (...)
  • 10 Henri Charrière, Papillon, Paris, Robert Laffont, 1969.
  • 11 Le titre initial, Les damnés de la terre, étant l’œuvre de Frantz Fanon, il rebaptise son témoignag (...)
  • 12 Louis Oury, Métallo…, op. cit., p. 132.
  • 13 Ibid., p. 134.
  • 14 BNF, fonds Louis Oury, NAF 28042, lettres de Jean Freustié à Louis Oury, datées du 14/11/1972 et du (...)

8Après la parution des Prolos, Louis Oury mène une carrière de romancier et quitte les chantiers à la fin des années 1970 pour se consacrer à temps plein à son activité d’écrivain. Dans un témoignage récent, de nature plus autobiographique 8, il revient sur la genèse et le parcours éditorial de son premier témoignage : outre un talent d’écriture selon lui inné 9, il évoque plusieurs révélations dont la lecture de Papillon 10 qui lui fait entreprendre l’écriture d’un premier livre : « son style verbal m’éblouit et le 19 mars 1971 j’entrepris au crayon, sur un cahier d’écolier, la rédaction de Les damnés de la terre 11, mon épouse se chargeant de la frappe sur une machine à écrire » 12. Il mit seize mois à rédiger ce texte qu’il envoya à vingt-deux maisons d’édition. Il reçut de nombreuses réponses négatives et quelques encouragements à réécrire, notamment de la part de Max Gallo (éditions Robert Laffont) que le vocabulaire employé « dérangeait ». Les éditions Denoël acceptèrent le manuscrit que Louis Oury retravailla pendant un mois, sur les conseils de l’écrivain et critique littéraire Jean Freustié : « Ensuite le monsieur me renverrait mon texte en plusieurs envois et surchargé d’observations, me demandant de développer ou de condenser tel ou tel passage » 13. La consultation des archives de Louis Oury montre les modifications apportées par l’éditeur au manuscrit. Jean Freustié supprime des « attaques trop souvent imprécises » contre les étudiants, les bourgeois et « même la classe ouvrière », il ne souhaite pas non plus voir apparaître les anecdotes sur la violence entre les ouvriers, notamment les quelques scènes qui décrivent des bizutages : « Cela déplairait à vos lecteurs certainement », décrète-t-il. Enfin, il tente d’atténuer l’inculture syndicale de Louis Oury dont l’expérience professionnelle se déroule dans un lieu particulièrement marqué par des luttes valorisant l’action syndicale 14. En revanche, Jean Freustié ne modifie en rien le contenu des deux chapitres qui décrivent la grève de 1955.

S’intégrer en terre ouvrière : endurer et construire sa force

  • 15 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 11.
  • 16 Ibid., p. 36.
  • 17 Julian Mischi, Servir la classe ouvrière, Sociabilités militantes au PCF, Rennes, Presses universit (...)
  • 18 Sur le recrutement des « trois peuples ouvriers » des chantiers navals à Saint-Nazaire et sur les c (...)

9Originaire de la région de Segré, Louis Oury commence à travailler comme chaudronnier après avoir obtenu un CAP. Il débute sa carrière à l’âge de 17 ans dans une usine de chaudronnerie, la SACER. Son témoignage s’ouvre sur le souvenir de cette embauche : « 18 décembre 1950. Je fais mon entrée dans la classe ouvrière » 15. Le récit de cette entrée fait d’emblée ressortir deux mondes que tout oppose selon lui, d’une part le monde rural dont il est issu, d’autre part la classe ouvrière incarnée par une expression récurrente de son témoignage, « les prolos ». Il décrit une région, l’Anjou, « qui fleure bon la douceur de vivre, [où] la classe ouvrière est quasi inexistante » et montre, à travers ses parents, des figures de ruraux soumis et effrayés par la ville : « Il faut dire que j’étais le premier garçon du pays qui partait si jeune vers la ville, et le mot usine était synonyme de canaille et de communiste pour les saintes ouailles que nous étions » 16. Le peuple rural décrit par Oury est en fait marqué par des identités multiples que l’auteur entend séparer tout au long de son récit : son père était journalier agricole mais travaillait également en tant que manœuvre dans le bâtiment et fabriquait, pendant les périodes creuses, des paniers en osier qu’il allait vendre sur les marchés. Il fréquente d’autres ouvriers de la région, des ouvriers professionnels, plus urbains, qui ont l’assurance d’un salaire et d’un emploi pérenne. Poussé par son père qui envie le statut des ouvriers professionnels, c’est cette voie que prendra Louis Oury en devenant chaudronnier. Aux chantiers navals de Saint-Nazaire où il est embauché en décembre 1953, la multiplicité des origines, des parcours professionnels, des lieux de vie des ouvriers ainsi que la persistance des modes de vie ruraux, notamment pour les Briérons 17, construisent également une mosaïque complexe qui dépasse la tradition « ouvriériste » des chantiers navals ou celle de ruraux déconnectés du monde ouvrier dont Louis Oury se voudrait l’incarnation 18.

  • 19 Voir l’analyse de Thierry Pillon, Le corps à l’ouvrage, Paris, Stock, 2012, p. 79-81.
  • 20 Louis Oury, Les prolos, op. cit. p. 19 et p. 32.
  • 21 Xavier Vigna, « Les bizutages dans le monde ouvrier en France à l’époque contemporaine », Clio. Fem (...)

10Le récit de son arrivée dans l’usine de Segré, la SACER (100 ouvriers), révèle un milieu violent dans lequel l’auteur ne voit aucune solidarité : les rivalités entre les anciens, qui n’ont pas reçu de formation, et les arpètes qui ont une formation théorique, sont tendues, les tâches les plus difficiles et les plus ingrates revenant aux nouveaux arrivants. Aux conditions de travail difficiles s’ajoutent les humiliations que les anciens font subir aux jeunes et qui sont des tests déguisés de résistance physique à certaines tâches 19. Son « profond respect de la hiérarchie », sa résignation face à une violence perçue, autant que le « complexe d’infériorité » 20 qu’il éprouve, font durer au-delà de ce qui est habituel cette période de rites de passage 21.

  • 22 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 31.
  • 23 Voir par exemple Joseph Bonato, À la sueur de ton front, Paris, Alsatia, 1960, ou Georges Fontane, (...)
  • 24 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 20, 26 et 62.
  • 25 Ibid., p. 66.
  • 26 Jean Peneff, op. cit., p. 70. Sur cette question, voir aussi Michel Pigenet, « Le physique de l’emp (...)

11Il est d’emblée très sensible à la domination et à l’ascendant de certains ouvriers sur d’autres. Il en décrit toutes les manifestations, avant de raconter l’épisode qui le libère d’un état de subalterne. Description peu commune dans les témoignages ouvriers, il relate sur deux pages un combat à la masse contre un ancien qui n’a de cesse de l’humilier. Il en sort victorieux : « À partir de ce jour, je ne reçus plus de coups de pied au derrière » 22. Ce combat libérateur peut être lu comme une forme de révolte individuelle à un rapport de domination horizontale évoqué par d’autres ouvriers dans leurs témoignages 23. Cet épisode engage très fortement le corps, or Louis Oury a quelques pages sur l’importance de celui-ci et sur la préparation qu’il impose au sien pour s’insérer parmi les ouvriers. Dès son entrée à l’usine, il ne cache pas son admiration devant un corps « bien charpenté », « harmonieusement musclé » ou « harmonieusement bâti » 24. Muscler son corps, l’entraîner, permet d’être mieux intégré parmi les ouvriers, et c’est en quelque sorte par le corps qu’il fait son entrée en « terre » ouvrière. Sous la plume de Louis Oury, la performance sportive n’est jamais loin du combat ou de la force physique et de l’endurance déployées par les ouvriers. La pratique intensive d’un sport, le vélo, lui permettra d’acquérir la maturité et la force, selon lui indispensables à son intégration : « L’effort physique intense qu’il faut poursuivre alors que les membres sont broyés par la douleur, m’apporte une endurance au travail […]. Bientôt je recherche des occasions de faire des efforts violents. Insidieusement je provoque des collègues dans des épreuves d’endurance ». Jean Peneff rappelle combien la force physique et les travaux dangereux sont valorisés par les chaudronniers. Le travail du métal, la force qu’il requiert pour le « dompter » 25, expliquent l’exaltation de la « vigueur corporelle » 26 que l’on retrouve dans les descriptions du témoin Louis Oury.

12Dès son arrivée à Saint-Nazaire en décembre 1953, il est également très attentif aux formes prises par la rébellion et la contestation, qui se manifestent dans le quotidien du travail.

Regarder les ouvriers rebelles

  • 27 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 103.

13Il regarde avec curiosité et admiration les ouvriers qui contestent leurs fiches de travail, ceux qui, contrairement à lui, refusent de venir travailler le dimanche et les jours fériés, ceux qui assument des attitudes rebelles devant les chefs. Il éprouve fascination et répulsion pour Guy, un compagnon de travail qui vient de faire quinze jours de prison pour avoir frappé deux gendarmes et qui réintègre l’atelier en chantant L’Internationale : « Frapper des gendarmes ! Je le soupçonne malgré ses dénégations d’être de connivence avec les bandes communistes, ces voyous qui prêchent la haine et non l’amour du prochain […], ces fainéants toujours en grève. Tous ces jugements sans appel que j’ai tant de fois entendus à la campagne me reviennent en mémoire27 ». Des « jugements sans appel » que Louis Oury reprend pourtant maintes fois dans son livre et qui indiquent ses contradictions et ses tensions internes par rapport aux figures de rebelles qu’il repère, des figures lourdes à porter qu’il n’est jamais certain de vouloir rejoindre, y compris quand il entend des appels à la rébellion collective.

  • 28 Ibid., p. 57.

14Le premier jour de son arrivée à Penhoët, un leader syndical, Jules, prononce un discours enflammé sur les élections, les salaires, la lutte à mener et « pointant un doigt rageur vers le bâtiment de la direction […] martèle sa conclusion : “…et s’il le faut nous prendrons la Bastille !” » 28

15Louis Oury se sent transporté par un « enthousiasme délirant » qu’il se promet de tempérer alors qu’il discute avec un ouvrier, séduit également et impressionné par la réputation qu’a Jules de manipuler les foules.

  • 29 Ibid., p. 55.
  • 30 Voir édouard Lynch, « Les trois âges de la jacquerie : usages de la violence et identités professio (...)

16La capacité de rébellion des ouvriers de la Navale cohabite avec la « force puissante » qui se dégage du « groupe » et avec « la violence qui semble contenue dans l’assistance, comme un ciel orageux porte la foudre » 29. Qu’elle soit explicite ou « contenue », la violence, à lire Louis Oury, est inhérente au milieu ouvrier et oppose celui-ci à sa « vie pastorale » d’antan. C’est oublier que la violence occupe une place centrale dans le monde rural du xixe siècle et jusque dans les mobilisations des années 1950 30.

17L’impression de « masse » qu’il perçoit dès son arrivée, la « foule intègre » dans laquelle il ressent une solidarité immédiate, montrent par ailleurs – ce que rappelle le titre – une « classe » uniforme que Louis Oury voudrait monolithique. Le groupe des « prolos », la violence inhérente ainsi que l’appel à la rébellion dès 1953 (« […] nous prendrons la Bastille ! »), sont aussi des indications prémonitoires et annonciatrices par l’écriture, de la grève et de la contestation à venir un an et demi plus tard. Cette capacité de rébellion qu’il prête aux ouvriers nazairiens et qu’il veut avoir perçue dès son arrivée, travaille sa narration bien avant l’exposé des événements eux-mêmes.

Se rebeller : les registres d’une action collective

Remettre en cause l’autorité patronale : la mise à sac des bureaux et les autodafés contestataires

  • 31 Sur ce sujet et de façon générale sur les formes et les objets de la violence au cours des grèves, (...)

18Ce conflit est resté dans les mémoires notamment pour la violence de certaines actions ouvrières. Celles-ci interviennent assez tardivement dans la grève et sont une réaction à « l’échec des voies légales » et à la résistance patronale 31. Le 20 juin 1955, alors que les quatre étages du bâtiment de la direction sont occupés par plusieurs centaines d’ouvriers, les représentants syndicaux parviennent à les persuader d’évacuer en échange d’une nouvelle réunion avec la direction. Celle-ci refusant de revenir sur sa proposition d’une augmentation salariale de 4,7 %, le lendemain l’ensemble des ouvriers cessent le travail et se dirigent vers les locaux de la direction. Plusieurs centaines d’entre eux, essentiellement des soudeurs, envahissent les bureaux et se livrent à une mise à sac de ceux-ci.

  • 32 Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer : comment une révolution de papier a transformé les soci (...)
  • 33 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 150.
  • 34 Jean Nicolas, La rébellion française, Paris, Folio Histoire, 2008, p. 17.

19Des témoignages ouvriers laissent voir une ligne de démarcation très forte entre deux espaces, les ateliers et les bureaux, qui sont aussi deux mondes : « celui des idées et celui de la matière ; celui des employés et celui des ouvriers » 32. Les marqueurs ne sont pas seulement mentaux, mais aussi spatiaux : les bureaux sont à part des ateliers, souvent au-dessus de ceux-ci, voire dans d’autres bâtiments, en tout cas rarement intégrés aux ateliers ou à côté d’eux. Quand les témoignages ne sont pas silencieux sur ce thème, le regard porté par les ouvrières et les ouvriers sur les cols blancs – et vice-versa – suggère des places différenciées dans l’ordre du travail et des espaces. À Saint-Nazaire, en juin 1955, c’est un lieu hostile, étranger et à ce titre fascinant, que les grévistes envahissent : les actions auxquelles ils se livrent dans les bureaux de la direction vont dans le sens d’un déni du statut, du travail - celui du classement, de l’écriture et de la comptabilité -, mais également des habitus de ceux qui les occupent : « les ouvriers jettent tous les documents qui leur tombent sous la main, […] les dossiers chutent lourdement avant d’être éparpillés en brassées par les gars qui stationnent dans la cour » 33. Des grévistes rassemblent les documents et y mettent le feu. La cantine des ingénieurs est mise à sac, la nourriture, écrasée. Enfin, les occupants vident les bouteilles de champagne en bombardant de bouchons les ouvriers qui stationnent devant les bureaux et assistent à la scène, hilares. C’est aussi que ces actes ne peuvent être lus seulement comme pur désordre « mais comme révélateur d’une cohérence autre » 34, celle du groupe ouvrier qui se reconnaît dans des actions qui sont ici la traduction de représentations partagées par beaucoup d’ouvriers, par exemple l’image d’une direction et de bureaux de gratte-papiers privilégiés et « improductifs ». La scène du champagne, particulièrement, parachève l’inversion très momentanée des places et fait écho à une autre scène, quelques mois plus tôt : alors que Louis Oury assiste pour la première fois au lancement d’un navire, le pétrolier Esso-Paris, il distingue dans une tribune, loin des ouvriers, une cinquantaine de personnalités qui sous les yeux de tous, sabrent une bouteille de champagne, rituel de la direction à chaque baptême de navire. Cette scène suscite des commentaires acerbes, eux aussi ritualisés, d’ouvriers, parmi lesquels se trouve Louis Oury.

  • 35 Jean-Yves Martin, op. cit., p. 74.
  • 36 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 168.
  • 37 Ibid., p. 173.

20L’occupation des locaux de la direction appelés par certains à cette occasion « leur château » 35 et les destructions qui l’accompagnent correspondent à un premier raidissement de la contestation. Parmi les actions de la révolte ouvrière à Saint-Nazaire en 1955, on retrouve à plusieurs reprises la mise à feu d’objets ou de locaux, dont le but est également de contester l’autorité de la direction. Au retour des vacances, fin juillet, le directeur des chantiers envoie une lettre aux ouvriers mariés et pères de famille, pour leur expliquer que des augmentations de salaire auraient été appliquées si les syndicats les avaient acceptées. Alors que les ouvriers n’avaient pas repris la grève après les deux semaines de congés, ce courrier, envoyé au domicile des familles, qui de surcroît met en cause les syndicats et en appelle au bon sens, provoque le contraire de l’effet attendu : « Une clameur monstre surchauffe brutalement l’atmosphère » 36 et les ouvriers organisent un autodafé des lettres dont le feu se propage jusqu’au local du gardien. La destruction du local provoque un tonnerre « d’exclamations joyeuses », les gardiens étant souvent d’anciens gendarmes ou militaires à la retraite que les fonctions de contrôle situent du côté de la direction 37. Quelques jours plus tard, à la fin de la deuxième confrontation avec les forces de l’ordre, le feu est également mis au local du syndicat patronal, un bungalow qui se trouvait sur le terre-plein de Penhoët et dont la présence, subitement, « leur apparaît comme une provocation ».

Spectateurs ou acteurs de la rébellion : y aller ou pas ?

  • 38 Ibid., p. 150.

21La violence de la mise à sac des bureaux est relevée par Louis Oury qui évoque la « loi de quelques excités », rappelant à cette occasion que beaucoup de grévistes, à l’instar des trois leaders syndicaux, « regrettent » (CGT et FO) ou « condamnent » (CFTC) les actes, tout en rejetant la responsabilité sur l’intransigeance patronale. La plupart sont spectateurs de ce mouvement impulsif, décrit comme une scène théâtrale devant laquelle de nombreux ouvriers sont présents : « Je n’ai eu que quelques pas à faire pour me trouver aux premières loges » 38, rappelle Louis Oury.

  • 39 Ibid., p. 147.

22Le récit de la grève intercale des descriptions très précises de toutes les actions menées et de longs passages où le témoin décrit ce qu’il ressent. Il oscille, selon ses termes, entre « exaltation » et « réprobation », l’âme d’un « révolutionnaire » ou celle d’un « fasciste » 39. Au-delà de sa posture contrariée, les descriptions qu’il livre montrent des positions très diverses, qui dépassent l’adhésion collective et permanente que l’on prête à ce mouvement. La majorité des ouvriers sont spectateurs de l’invasion des bureaux mais aussi de la première confrontation avec les CRS, celle du 22 juin. Y aller ou ne pas y aller est une question qui taraude à plusieurs moments Louis Oury et ses camarades d’autant plus que ce mouvement est une « première fois » pour la plupart d’entre eux. Les descriptions laissent ainsi voir une oscillation entre une adhésion décrite comme quasi unanime et des moments où les grévistes sont en retrait, assistent de loin, voire quittent les lieux quand les actions deviennent violentes.

23À plusieurs reprises, Louis Oury évoque sans autres précisions les « camarades », les « copains » qu’il retrouve pendant la grève, avec qui il observe, échange, se déplace. Même si seize ans plus tard, au moment de l’écriture, il donne à voir l’image d’un ouvrier seul, qui observe cette grève avec un regard en surplomb, certains détails indiquent qu’il vit les moments forts de la lutte aux côtés d’autres jeunes ouvriers, avec qui il partage par ailleurs des questionnements sur les modalités de la protestation et sur leur participation aux explosions de violence. Et les deux fois où il décide « d’y aller », c’est par un effet d’entraînement des camarades entre eux qu’il se retrouve au cœur des combats contre les CRS.

Scènes de batailles

« Viens donc avec nous, on va se farcir quelques flics ! »

  • 40 Ibid., p. 154.
  • 41 Ibid., p. 155.
  • 42 Ibid., p. 157.

24Un élément central du témoignage est celui des affrontements particulièrement violents avec les forces de l’ordre. Les CRS apparaissent le mercredi 22 juin, le lendemain de la mise à sac des bureaux, alors qu’une nouvelle négociation salariale a lieu. Ils stationnent devant les bâtiments de la direction, ce qui est perçu comme une provocation par les ouvriers : « la simple vue des uniformes produit sur chacun l’effet de la muleta agitée devant le toro » 40. Ouvriers et CRS restent quelques heures de part et d’autre de la grille, près des cales de lancement des navires. Les esprits s’échauffent lentement, d’autant que de « nombreux gars font la navette entre le lieu de rassemblement et les cafés » 41. En fin de matinée, les ouvriers se mettent à lancer des projectiles - des gravillons et des boulons - puis des pavés sont jetés sur les voitures et les vitres. Ils s’agglutinent devant le portail, parviennent à desceller la grille qui les sépare des policiers et se livrent tout d’abord à un « furieux corps à corps » 42 auquel participe alors Louis Oury : c’est son entrée en rébellion.

  • 43 Ibid., p. 158.
  • 44 Jean Peneff, op. cit., p. 77.
  • 45 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 176.
  • 46 Ibid., p. 157.

25Dépassés par les renforts de CRS, les ouvriers se replient sur le terre-plein de Penhoët où « des milliers de gars attendent la charge […] de pied ferme. » Pour décrire cette scène, Louis Oury mobilise à nouveau les images du sport, le rugby notamment (« Au premier rang une dizaine d’entre eux sont pliés en deux, au coude à coude comme des rugbymen préparant la mêlée » 43), mais également celles du combat, que l’environnement maritime des chantiers associe à l’abordage d’un vaisseau par des corsaires, avec « clameur », « jurons » et « insultes ». Jean Peneff relève l’importance, pour les ouvriers métallurgistes, des souvenirs liés aux affrontements violents, notamment ceux avec les CRS. Selon lui, ils ont « presque valeur initiatique pour les jeunes générations d’ouvriers » 44, ce que confirme le nombre de pages consacrées aux combats dans le récit de Louis Oury. L’auteur reconnaît en effet que si les jeunes écoutent les discours des leaders syndicalistes, la majorité d’entre eux sont en première ligne « dans le seul but de casser la gueule aux flics, et j’appartiens à cette majorité » 45. Le combat semble ici une fin en soi. Avec des termes proches de l’hyperbole, il décrit ce premier moment de confrontation violente comme porteur d’un sentiment d’émancipation et de libération : « Les siècles de servitude de mes ancêtres remontent du tréfonds de mon âme pour me pousser au défoulement libérateur » 46.

  • 47 Louis Oury, Métallo…, op. cit., p. 35-47.
  • 48 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 134.

26Il est possible que ce corps à corps ne le libère pas seulement d’une condition de « serf », mais qu’il fasse également écho aux expériences de guerre de Louis Oury et d’ouvriers de sa génération et des précédentes. Né en 1933, il revient longuement dans un témoignage récent sur la confrontation avec la violence de guerre, la mort, l’exécution des otages de Châteaubriant, ville près de laquelle il se trouvait pendant la guerre, ou encore des trois mois passés en 1941 chez un oncle, ancien poilu mutilé qui se livre à des cérémonies de « caserne », dans lesquelles il rappelle le nom de ses camarades de tranchées, l’appel se terminant par un certain… Oury 47. Il a par ailleurs quitté les chantiers navals en juin 1954 pour aller effectuer son service militaire en Algérie jusqu’en avril 1955. On ne trouve pas d’évocations de cette guerre dans son témoignage, excepté cette anecdote pudique et étonnante dans l’association qu’elle contient : « Mais ce fut le jour de mon retour en métropole que je fis une autre constatation. Ce jour-là, la vue d’un tramway brinquebalant et sonnant la ferraille un kilomètre à la ronde me libéra pleinement, et je m’aperçus que pendant mon séjour en AFN un seul sentiment m’avait animé : la peur » 48. On peut imaginer comment cette peur récente, encore intacte en 1955, a pu jouer dans les épisodes de combat qu’il observa tout d’abord avant de s’y mêler complètement. De façon générale, les guerres, le souvenir de celles-ci, les traces visibles et invisibles qu’elles laissent, traversent sans doute la conflictualité ouvrière, et notamment le conflit de Saint-Nazaire.

27Les représentations guerrières des ouvriers de la navale, mais aussi leurs capacités corporelles, leurs compétences professionnelles ainsi que la connaissance des ateliers et des outils seront intensément mobilisées au cours du dernier épisode violent de cette grève, une nouvelle confrontation avec les forces de l’ordre, qui se déroule sur fond de retour au travail.

Rebelles en leur terrain : le travail au cœur des combats

  • 49 Ibid., p. 150.

28Cette deuxième confrontation, qui dure environ quatre heures, est décrite sur une douzaine de pages et constitue le cœur du second chapitre, « L’émeute ». Ce terme est étonnant pour deux raisons : la première séquence de la grève a déjà donné naissance au moins à deux émeutes, au sens d’un mouvement spontané, collectif et violent. Par ailleurs, il n’est pas certain que les ouvriers spectateurs ou acteurs de ces épisodes auraient repris à leur compte cette expression pour qualifier les débordements de la grève. C’est sans doute que Louis Oury se trouve cette fois au cœur de la rébellion, celle du 1er août, qui voit une bataille particulièrement organisée se dérouler sur plusieurs fronts. Une des particularités de ce moment est l’investissement des ateliers par les ouvriers, ainsi que la mobilisation des outils du travail et des compétences professionnelles pour servir la rébellion. C’est la deuxième fois, au cours de la grève, que le travail fait irruption dans la contestation. Le 21 juin 1955, alors que les soudeurs ont envahi les locaux de la direction, un dirigeant syndical demande à l’équipe devant procéder à la mise à l’eau du navire Esso-France de regagner leur poste. Le « Nous ne sommes pas des saboteurs 49 » mis en avant par le responsable syndical illustre de façon plus générale comment, dans un moment désordonné et a priori incontrôlé, l’outil de travail peut être préservé et respecté. Ce sera également le cas le 1er août, même si la nature de la confrontation et le nombre d’ouvriers mobilisés sont très différents.

  • 50 Ibid., p. 181.
  • 51 Grandes halles industrielles qui servaient à la construction navale.
  • 52 Ibid., p. 175.

29Au cours de cet affrontement, plusieurs milliers de grévistes investissent les ateliers et installent des « barricades » à l’aide de remorques, d’une grue et d’un wagon pour empêcher les forces de l’ordre d’y accéder. Leur « front » 50 organisé, des ouvriers poursuivent « le bombardement des forces de l’ordre » pendant que d’autres se mettent au travail notamment dans l’atelier d’ajustage : « Les cisailles et les poinçonneuses démarrent sous l’impulsion de certains ouvriers. On fabrique des projectiles d’acier et les gars qui s’y emploient manifestent autant de frénésie que s’ils avaient un boni à tirer. […] D’autres groupes, disséminés dans les nefs 51, se sont spécialisés dans le matériel de projection, avec des bandes de caoutchouc ils confectionnent des lance-pierres » 52. Une fois prêtes les armes de jet, la mobilisation s’organise : des grévistes parviennent à déjouer l’attention des CRS et à pénétrer dans la cabine du gardien-chef d’où la commande des sirènes est enclenchée, dans le but « d’ameuter toute la ville et de sensibiliser l’opinion ». Les métallurgistes de Penhoët sont alors rejoints par ceux d’autres chantiers navals et par les ouvriers de l’aviation et du bâtiment.

  • 53 Ibid., p. 181.

30Le deuxième temps de l’affrontement commence avec la « charge » des forces de l’ordre qui tentent de détruire les barricades pour pénétrer dans l’atelier. Ils s’y reprennent à plusieurs reprises face à la résistance et à l’ingéniosité des ouvriers : « Montés sur un muret […], nous voyons les CRS s’engouffrer par centaines dans l’atelier des chaudières. Ma réaction est celle de plusieurs gars : “On y va !” » 53

  • 54 Ibid., p. 178-179.
  • 55 Ibid., p. 178.
  • 56 Ibid., p. 182.
  • 57 Ibid., p. 183.

31Deux types de combat apparaissent dans la description que Louis Oury consacre à ces quelques heures. Lorsque les CRS sont en dehors des ateliers, la tentative de prise des « barricades », la présence des « forces de police », leur « front uni au travers de la rue », les « grenades lacrymogènes » 54 évoquent un combat de rue. Écrivant son récit à partir de 1971, c’est mai-juin 68 qui lui sert de parallèle pour décrire la tentative des CRS : « Mais l’usine n’est pas le Quartier latin ! » 55 Lorsque les forces de police investissent les ateliers, Louis Oury mobilise les images et le lexique du combat guerrier. Il décrit alors « un champ de bataille » dans lequel les coups de matraque pleuvent, les corps s’affaissent, les casques tintent : « L’atelier est devenu un étrange capharnaüm. D’abord le bruit […], est celui d’un marché couvert multiplié par dix où tous les participants hurleraient des obscénités et s’insulteraient. Et là-dessus, de temps à autre, l’éclatement d’une grenade et la cascade irritante d’un tas de ferraille qui s’écroule. » 56 Mais il s’agit d’une bataille en terrain inconnu pour les policiers qui se retrouvent dans les espaces de travail des ouvriers, les nefs. Sur quelques pages, Louis Oury décrit la difficulté du combat pour les CRS et leur défaite, d’abord parce qu’ils ne peuvent rien « contre les hommes qui connaissent l’issue de ce labyrinthe de pièces en construction » 57, ensuite parce que les objets quotidiens du travail et les techniques sont habilement transformés en armes par les ouvriers : certains occupent les chemins de roulement des ponts pour ajuster leurs adversaires, d’autres manœuvrent les ponts roulants et font se déplacer les crocs de levage, d’autres encore allument les torches à propane habituellement utilisées pour le chauffage des pièces ou prennent des torches imbibées de mazout qui servent à l’allumage des fours. Ils utilisent également des lance-flammes, et « comme dans les batailles médiévales », des tiges d’acier font office de lances contre lesquelles les matraques ne peuvent rien.

  • 58 Ibid., p. 183-184.

32L’investissement des ateliers par les grévistes, la manipulation et le détournement des outils du travail ainsi que l’ingéniosité déployée dans la fabrication des armes et des projectiles sont sans doute en lien avec les spécificités du travail des métallos : les ouvriers professionnels notamment, pour réaliser leurs tâches, disposent d’une autonomie et d’une relative liberté de mouvement. Les déplacements dans d’autres ateliers leur donnent une connaissance des espaces qu’ils sauront exploiter au moment de la confrontation avec les CRS et qui explique le « repli » de ceux-ci. À quoi s’ajoute l’habitude des efforts physiques intenses et l’endurance des ouvriers. Le combat s’achève sur un constat de vainqueur où, là encore, le registre guerrier est pleinement mobilisé par le témoin Oury : « Leurs officiers doivent constater qu’ils se sont fourvoyés en engageant leurs troupes dans les ateliers et ordonnent la retraite. » 58

  • 59 Xavier Vigna, Histoire des ouvriers en France au xxe siècle, Paris, Perrin, 2012, p. 242.

33La journée du 1er août déboucha sur de nouvelles négociations qui aboutirent, le 16 août, à un référendum sur la fin de la grève après que les ouvriers eurent obtenu une augmentation de 22 % des salaires. Le succès de la grève explique l’effet d’entraînement que le mouvement eut dans la région, notamment à Nantes où débute, dès le 17 août 1955, un conflit lui aussi émaillé de scènes de violence et de heurts avec les forces de l’ordre qui cette fois se solderont par la mort d’un ouvrier du bâtiment. À l’automne, la grève gagne d’autres villes portuaires et quelques industries métallurgiques du nord-est et du centre de la France. Par ailleurs, pour casser « l’ardeur revendicative » née à Saint-Nazaire, des accords d’entreprise sont signés dont certaines clauses limitent la conflictualité sociale 59.

  • 60 Jean Nicolas, op. cit., p. 38.
  • 61 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 196.

34Les épisodes de rébellion à Saint-Nazaire interviennent à mi-parcours d’une grève longue, marquée par la difficulté de faire aboutir la négociation entre les syndicats et la direction des chantiers navals. La diversité du « répertoire émeutier » 60 indique une volonté d’alerter les opinions, de montrer la force d’un collectif, mais signale également l’exaspération des métallurgistes face à ce qui est perçu comme une intransigeance patronale. L’issue de la grève, qui se traduit par l’obtention d’une augmentation qui « dépasse toutes les espérances » 61, montre que les luttes, même violentes, pouvaient déboucher sur la satisfaction des revendications ouvrières et que cette forme de conflictualité était efficace.

35La dissonance culturelle entre Louis Oury et le monde qu’il observe lui permet de poser un regard original sur les principaux épisodes de la grève. Même si l’attention qu’il porte à la contestation ouvrière est travaillée par des contradictions, son témoignage dévoile une construction de la capacité de rébellion que peu d’ouvriers et d’ouvrières donnent à lire dans leur témoignage. Dans son cas, c’est par le vecteur de l’opposition physique qu’il entre en rébellion. Alternative au parcours d’initiation syndicale que l’on trouve plus fréquemment dans les écritures ouvrières, Louis Oury n’en décrit pas moins une forme d’intégration, un rite de passage qui l’insère dans un groupe ouvrier en grève.

Haut de page

Notes

1 Jean Peneff, « Autobiographies de militants ouvriers », Revue française de science politique, 29e année, n° 1, 1979, p. 53-82.

2 Chaque réalisation est accompagnée d’une fiche de travail qui indique le temps qu’on lui attribue. Le boni, qui s’ajoute au salaire de base, est déterminé par le rapport entre le temps alloué sur la fiche et le temps passé par l’ouvrier pour réaliser son travail.

3 Au cours de la grève, l’unité syndicale s’organise autour de Jules Busson (CGT), Paul Malnoé (CGT-FO) et Nestor Rombeaut (CFTC).

4 Louis Oury, Les prolos, Nantes, Éditions du Temps, 2005 [1re éd. 1973, Denoël ; 2e éd., 1983, Temps actuels].

5 Sur le déroulement des événements de 1955 et sur le « syndicalisme d’action directe » qui caractériserait Saint-Nazaire, voir Jean-Yves Martin, « “Action directe” et négociations dans la grève nazairienne de 1955 », p. 67-82, Le syndicalisme et ses armes, Marseille, Agone, 33, 2005.

6 Deux témoignages ouvriers évoquent des situations de rébellion pendant les occupations d’usine en 1968 : François Le Madec, L’aubépine de Mai - Chronique d’une usine occupée, Nantes, Centre d’histoire du travail, 1988 et Bruno Barth, Le dos rond ou le retour en esclavage, Paris, Gallimard, 1973. Sur les formes de contestation au travail et leur prolongement dans l’écriture, Marcel Durand, Grain de sable sous le capot, Marseille, Agone, 2006.

7 Bibliothèque nationale de France (BNF), fonds Louis Oury, NAF 28042, lettre de Jean Freustié à Louis Oury, le 21/12/1972.

8 Louis Oury, Métallo, romancier, historien, Pantin, Le Temps des cerises, 2009.

9 Dans Métallo, romancier, historien, Louis Oury revient longuement sur la singularité de son parcours et de son œuvre, construite selon lui « à l’insu de son auteur » et qu’il n’a de cesse de décrire comme exceptionnelle.

10 Henri Charrière, Papillon, Paris, Robert Laffont, 1969.

11 Le titre initial, Les damnés de la terre, étant l’œuvre de Frantz Fanon, il rebaptise son témoignage Les prolos.

12 Louis Oury, Métallo…, op. cit., p. 132.

13 Ibid., p. 134.

14 BNF, fonds Louis Oury, NAF 28042, lettres de Jean Freustié à Louis Oury, datées du 14/11/1972 et du 21/12/1972.

15 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 11.

16 Ibid., p. 36.

17 Julian Mischi, Servir la classe ouvrière, Sociabilités militantes au PCF, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, notamment les chapitres 3 et 8.

18 Sur le recrutement des « trois peuples ouvriers » des chantiers navals à Saint-Nazaire et sur les conditions rurales d’existence de beaucoup d’ouvriers, voir Jacky Reault, « Les ouvriers nazairiens ou la double vie », p. 110-125, dans Saint-Nazaire et la construction navale, Saint-Nazaire, écomusée de Saint-Nazaire, 1991.

19 Voir l’analyse de Thierry Pillon, Le corps à l’ouvrage, Paris, Stock, 2012, p. 79-81.

20 Louis Oury, Les prolos, op. cit. p. 19 et p. 32.

21 Xavier Vigna, « Les bizutages dans le monde ouvrier en France à l’époque contemporaine », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 38, 2013, p. 152-161.

22 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 31.

23 Voir par exemple Joseph Bonato, À la sueur de ton front, Paris, Alsatia, 1960, ou Georges Fontane, « Les Quatre Temps » ou la vie d’un mineur cévenol, Molières-sur-Cèze, 1971 (à compte d’auteur).

24 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 20, 26 et 62.

25 Ibid., p. 66.

26 Jean Peneff, op. cit., p. 70. Sur cette question, voir aussi Michel Pigenet, « Le physique de l’emploi. Corps et esprit de corps chez les dockers », dans Christophe Granger (dir.), Histoire par corps. Chair, posture, charisme, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2012, p. 59-76.

27 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 103.

28 Ibid., p. 57.

29 Ibid., p. 55.

30 Voir édouard Lynch, « Les trois âges de la jacquerie : usages de la violence et identités professionnelles dans le syndicalisme agricole au xxe siècle », p. 257-275, dans Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au xxe siècle : enjeux et héritages, sous la dir. de Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard, Nancy, Arbre bleu, 2013.

31 Sur ce sujet et de façon générale sur les formes et les objets de la violence au cours des grèves, voir Michèle Perrot, Les ouvriers en grève, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001, p. 568-587, et Stéphane Sirot, La grève en France, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 163-174.

32 Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer : comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte, 2008, p. 6.

33 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 150.

34 Jean Nicolas, La rébellion française, Paris, Folio Histoire, 2008, p. 17.

35 Jean-Yves Martin, op. cit., p. 74.

36 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 168.

37 Ibid., p. 173.

38 Ibid., p. 150.

39 Ibid., p. 147.

40 Ibid., p. 154.

41 Ibid., p. 155.

42 Ibid., p. 157.

43 Ibid., p. 158.

44 Jean Peneff, op. cit., p. 77.

45 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 176.

46 Ibid., p. 157.

47 Louis Oury, Métallo…, op. cit., p. 35-47.

48 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 134.

49 Ibid., p. 150.

50 Ibid., p. 181.

51 Grandes halles industrielles qui servaient à la construction navale.

52 Ibid., p. 175.

53 Ibid., p. 181.

54 Ibid., p. 178-179.

55 Ibid., p. 178.

56 Ibid., p. 182.

57 Ibid., p. 183.

58 Ibid., p. 183-184.

59 Xavier Vigna, Histoire des ouvriers en France au xxe siècle, Paris, Perrin, 2012, p. 242.

60 Jean Nicolas, op. cit., p. 38.

61 Louis Oury, Les prolos, op. cit., p. 196.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éliane Le Port, « Entrer en rébellion : la grève de Saint-Nazaire en 1955 dans le témoignage de Louis Oury », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 125 | 2014, 69-85.

Référence électronique

Éliane Le Port, « Entrer en rébellion : la grève de Saint-Nazaire en 1955 dans le témoignage de Louis Oury », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3923

Haut de page

Auteur

Éliane Le Port

Professeure au lycée Gaston Bachelard (Paris), doctorante en histoire à l’Université d’Évry-Val d’Essonne, LHEST-IDHE

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page