Navigation – Plan du site
DOSSIER

Italie 1915-1918 : communion nationale ou guerre de classes ?

Stéfanie Prezioso
p. 33-47

Résumé

À l’heure où la fascination esthétisante pour « l’horreur » semble gagner des adeptes en nombre toujours croissant, tant d’un point de vue historiographique que des différents usages publics et politiques qui en sont faits, cette contribution vise à repenser la guerre en tant qu’espace social signifiant. Elle s’inscrit en effet dans des dynamiques sociales et politiques « ordinaires ». Elle ne peut, dans cette optique, faire abstraction de la compréhension de l’ordre social existant avec son lot d’oppression, mais aussi de refus et de révolte. Cette contribution se propose d’envisager, à partir du cas italien, un cas limite trop souvent oublié dans l’historiographie européenne du premier conflit mondial, les pratiques mais aussi les représentations sociales du conflit, afin de saisir ce que la guerre peut apporter à la compréhension de la conflictualité sociale au début du XXe siècle. Mais aussi de chercher à savoir comment les « résistances » ouvertes ou celées qui s’expriment au cours de la guerre faite et vécue transforment le rapport des soldats à leur groupe social.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos le numéro spécial de la revue Agone, n° 53, 2014.
  • 2 François Buton, André Loez, Nicolas Mariot, Philippe Olivera, « L’ordinaire de la guerre », Agone, (...)

1Aborder l’expérience de guerre dans un numéro spécial consacré aux rebelles au travail peut paraître étrange, en particulier à un moment où la guerre de 1914-1918 semble se résumer à une série de « mots totem » subsumant les caractéristiques paroxystiques du conflit. L’ordinaire de la guerre, décrit pourtant avec force détails par les combattants, s’efface au profit des conditions exceptionnelles dans lesquelles ont été placés les hommes en guerre 1. La « violence », l’« enfer », l’« effroi » jouent le rôle de métonymie de l’expérience des tranchées auxquelles sont associés froid, faim, poux, dénuement et odeurs pestilentielles… toutes choses vraies mais auxquelles on ne peut ni ne doit réduire l’expérience de guerre 2.

  • 3 Bertrand Méheust, La nostalgie de l’occupation, Paris, La Découverte, 2012.
  • 4 Enzo Traverso, La violence nazie. Une généalogie européenne, Paris, La Fabrique, 2002, ainsi que Ph (...)

2À l’heure où la fascination esthétisante pour l’horreur semble gagner des adeptes en nombre toujours croissant, tant d’un point de vue historiographique que des différents usages publics et politiques qui en est fait, il devient donc de plus en plus urgent de repenser la guerre en tant qu’espace social signifiant 3. Il s’agit ainsi de saisir ce qu’Enzo Traverso nommait la « généalogie de l’événement », c’est-à-dire à la fois ce qui tient de ses prémices, de ses conditions d’existence, mais aussi ce qu’il rend visible, en termes de rupture et de potentialités sociales, politiques, culturelles 4.

  • 5 François Buton, André Loez et alii., art. cit., p. 7.
  • 6 Giovanna Procacci, « Introduzione », dans Ead (dir.), Stato e classe operaia in Italia durante la P (...)
  • 7 Par exemple, A. Gramsci, « Il dovere di essere forti », Avanti !, edizione piemontese, 25 novembre (...)

3Pour le dire plus simplement, la guerre, toute « extra-ordinaire » qu’elle soit, s’inscrit dans des dynamiques sociales et politiques « ordinaires » ; elle n’en demeure pas moins révélatrice du « fonctionnement des sociétés », mieux encore et pour le dire avec un collectif d’historiens du CRID 14-18 (Collectif de recherches et de débats sur la guerre de 1914-1918), « les conflits ne sont pas séparables des sociétés qui les produisent » 5. La guerre n’est pas seulement « révélation » mais aussi « innovation » 6. Dans cette optique, l’expérience de guerre s’inscrit dans la compréhension de l’ordre social existant où contrôle, domination, contrainte, conformisme et obéissance jouent un rôle cardinal. Mais aussi où la solidarité, le refus et la révolte se consignent comme des réponses aux logiques opprimantes auxquelles hommes et femmes doivent faire face dans le monde social ordinaire. Ceci est d’autant plus pertinent si l’on envisage le monde du travail, et en particulier l’usine, profondément modifié par la guerre elle-même. Ainsi le leader communiste italien Antonio Gramsci relèvera avec pertinence durant le conflit et immédiatement après l’homologie entre l’usine et la guerre de tranchée 7.

  • 8 Eric J. Leed, « Class and Disillusionment in World War I », Journal of Modern History, n° 50/4, déc (...)
  • 9 Emilio Lussu, « Sardegna e autonomismo (Contributo allo studio del federalismo) », Giustizia e Libe (...)
  • 10 Voir André Loez, Nicolas Mariot, « Brassage des corps et distances sociales… », art. cit., p. 17.
  • 11 Géraldine Bois, « Le consentement à la domination littéraire. Degré et diversité de ses formes chez (...)

4Au cours du conflit et durant l’entre-deux-guerres, ces questions ont été au cœur des analyses visant à comprendre quelle avait été la nature de la connaissance, mais aussi de la conscience sociale acquises par les combattants durant le conflit 8. L’image de la tranchée comme lieu de brassage social s’opposait à la conception de ceux qui, comme le socialiste révolutionnaire sarde Emilio Lussu, y voyaient le début d’une prise de conscience de soi des paysans opprimés, « comme l’avait été la fabrique pour les ouvriers » 9. Il s’agissait alors d’affirmer soit que la guerre avait ramené les « classes dangereuses » vers la nation, discours largement répandu dans l’Italie fasciste, soit qu’elle avait constitué l’étape nécessaire de la conscientisation des masses et par là même des processus révolutionnaires dans et au sortir du conflit. Ces problèmes sont aujourd’hui toujours débattus par celles et ceux qui cherchent à comprendre dans quelle mesure la guerre a durablement transformé les hommes qui y ont pris part, et dans quelle mesure « l’identité combattante » a momentanément obscurci ou au contraire durablement éclairé les identités et les écarts sociaux « maintenus et déplacés » durant le conflit 10. Cette contribution se propose d’envisager, à partir du cas italien, un cas limite trop souvent oublié dans l’historiographie européenne du premier conflit mondial, les pratiques mais aussi les représentations sociales du conflit afin de saisir ce que la guerre, fait exceptionnel où le civil se transforme en soldat, peut apporter à la compréhension de la conflictualité sociale au début du xxe siècle. Mais aussi de chercher à savoir comment les résistances ouvertes ou scellées qui s’expriment au cours de la guerre faite et vécue transforment le rapport des soldats à leur groupe social. Pour ce faire, cette contribution envisage récits et correspondances de combattants italiens, bien consciente par ailleurs que la plupart des sources auxquelles l’historien peut accéder aisément sont le produit d’une minorité de combattants instruits (intellectuels, militants, etc.). L’image de la troupe qui en ressort est donc nécessairement biaisée. Difficile dans ces circonstances de pouvoir prétendre rendre compte de l’expérience des plus humbles, à moins de considérer l’expérience de guerre comme un tout. Ceci est d’autant plus vrai si l’on considère en particulier la conflictualité sociale. En effet, pour interroger pleinement ce que la rébellion de classe fait au soldat et ce que la guerre vécue fait à la conflictualité sociale, il faudrait pouvoir analyser cette expérience non seulement du point de vue du refus, mais aussi, comme le propose notamment Nicolas Mariot en s’inspirant de Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, des « moments d’oubli des hiérarchies ou d’indifférence à leur endroit », c’est-à-dire ces moments où les hommes de la troupe s’adaptent à la nouvelle situation sociale imposée par la guerre et où il ne s’agit, selon Géraldine Bois, ni de « consentement à la domination » ni proprement de refus « en tant qu’il révèle les effets de la domination sur leurs manières de faire et de penser11 ». Les correspondances et récits de guerre sont complétés par les analyses produites à l’arrière et en particulier celles d’Antonio Gramsci qui, au cœur de Turin, ville dans laquelle la conflictualité sociale ne cesse pas et s’amplifie même durant la guerre, cherche à saisir les impacts de la guerre, au front et dans les usines militarisées, sur les luttes de classes.

L’entrée en guerre : une « évidence collective » ?

  • 12 André Loez, 1914-1918. Les refus de la guerre, une histoire des mutins, Paris, Gallimard, 2010.
  • 13 Voir Angelo D’Orsi, « Gli interventismi democratici », Passato e Presente, n° 54, 2001, p. 43-58 ; (...)
  • 14 Notamment, Mario Isnenghi, L’Italia in piazza. I luoghi della vita pubblica dal 1848 ai giorni nost (...)
  • 15 Giuliano Procacci, « Appunti in tema di crisi dello Stato liberale e di origini del fascismo », dan (...)

5L’Italie entre en guerre en mai 1915. À la différence de ce qui se produit pour les autres puissances européennes où l’entrée en guerre des soldats-citoyens en août 1914 s’apparente à une « évidence collective » parce que « il y a la guerre », en Italie elle est enjeu de luttes politiques durant une période relativement longue12. Les dix mois qui séparent le début des hostilités de l’entrée en guerre du pays sont le théâtre de conflits ouverts et souvent violents entre les neutralistes, écrasante majorité de la population italienne ouvrière et paysanne, représentés politiquement par les socialistes, les catholiques et les libéraux partisans de Giolitti, et une constellation interventionniste dont, dès novembre 1914, Benito Mussolini et son journal Il Popolo d’Italia deviennent les porte-paroles, fortement minoritaire, rassemblant de jeunes universitaires bourgeois provenant d’horizons politiques les plus divers (nationalistes, républicains, socialistes réformistes, syndicalistes révolutionnaires ou anarchistes 13). Cette bataille politique qui ensanglante les rues de la péninsule constitue le moment phare de la participation « choisie » ou « subie » du peuple italien dans son ensemble à la sphère publique 14. L’Italie entre en guerre profondément lacérée, une division qui ne sera comblée ni par ni durant le conflit, à tel point qu’à la sortie de la guerre, la scène politique italienne rejouera « le conflit entre les partisans et les adversaires d’une guerre qui a déjà eu lieu » 15.

  • 16 Antonio Gibelli, « Nefaste meraviglie. Grande Guerra e apoteosi della modernità », dans Walter Barb (...)
  • 17 Voir Mario Isnenghi, Il mito della Grande Guerra, Bologne, Il Mulino, 1989, p. 23. L’historien méri (...)

6En mai 1915, la guerre apparaît comme « voulue et imposée », par la classe dirigeante italienne et par ceux qui tout au long de la période de neutralité ont revendiqué leur droit à mener l’Italie vers la modernité politique et à « faire entrer les Italiens dans la nation » à coup de baïonnettes 16. Ce qui aux yeux des contemporains pouvait s’apparenter à un « coup d’État » orchestré par une jeunesse bourgeoise « anti-bourgeoise » inquiète, était présenté dans les rangs interventionnistes comme un « nécessaire abus de pouvoir exercé au nom du “peuple” sur une classe dirigeante dépassée et passive » 17. Une ligne de démarcation que l’on peut définir comme « de classe », et qui aura un certain impact sur la manière de gérer la troupe, mais aussi sur les représentations de celle-ci, et par là même sur les expériences de guerre des soldats italiens tout au long du conflit.

  • 18 Les officiers de réserve passent de 19 850 en août 1914 à 153 800 en décembre 1918. Cf. Giorgio Roc (...)
  • 19 Mario Isnenghi, Giorgio Rochat, La Grande Guerra 1914-1918, Florence, La Nuova Italia, 2000, p. 269 (...)
  • 20 Istituto centrale di statistica, Sommario di statistiche storiche italiane 1861-1955, Rome, 1958, p (...)
  • 21 Voir Piero Melograni, Storia politica della Grande Guerra, vol. I, Bari, Laterza, 1977, p. 224.

7Ces jeunes interventionnistes, pour lesquels la guerre représente une occasion politique unique, vont très vite rejoindre les rangs des officiers de réserve, formés en moins de trois mois pour combler la carence des cadres de l’armée italienne 18. En effet, alors que, dans les autres armées belligérantes, une partie non négligeable des officiers de rangs inférieurs proviennent directement de la troupe, en Italie l’élément discriminant pour obtenir ce grade est exclusivement lié au titre d’étude, et donc au statut social du soldat 19. Seule une infime minorité d’Italiens accède à l’enseignement supérieur ; à la veille du conflit, le pays ne compte que 8 étudiants pour 10 000 habitants, face aux plus de 48 % d’analphabètes de 6 ans et plus 20. Moins indifférents à la valeur politique du conflit, ils seraient par là même plus aptes à diriger 21. La conception élitaire du système d’instruction italien amène ainsi la classe dirigeante à « nationaliser » uniquement une catégorie sociale bien déterminée ; quant au reste du peuple, le mot d’ordre du ministre de l’Instruction publique de la fin du xixe siècle, Guido Baccelli, – « instruire le peuple juste ce qu’il faut, l’éduquer autant qu’il est possible de le faire » (istruire il popolo quanto basta, educarlo più che si può) – semble prévaloir.

  • 22 Fernando Schiavetti, « Dinastia e popolo », L’Iniziativa, 8 mai 1915 ; sur Schiavetti voir Stéfanie (...)
  • 23 Voir les dossiers par ville dans Archivio centrale dello Stato (ACS), Pubblica Sicurezza (PS), Divi (...)

8Ces officiers « improvisés », comme les définira l’historien italien et engagé volontaire Adolfo Omodeo, seront en contact et en charge directe de cette troupe que certains, comme le républicain interventionniste Fernando Schiavetti, définissent dès avant le conflit comme une « masse soumise et amorphe, qui par manque d’âme et d’éducation n’a pas su libérer son esprit du poids de la lâcheté, des intérêts matériels et de l’égoïsme » 22. Ils deviennent au front la courroie de transmission d’un commandement supérieur obnubilé par l’image d’un peuple en révolte latente qu’il faut faire plier. Dès le début du siècle, les agitations prérévolutionnaires ne laissent en effet présager rien de bon à la classe dirigeante italienne ; les rapports de certains préfets de police durant la période de neutralité sont truffés de références à de supposées menées révolutionnaires visant au renversement de la monarchie 23. Ces craintes, qui réapparaîtront particulièrement au cours de l’année 1917, semblent avoir d’autant plus de fondement que quelques semaines à peine avant le début du conflit, du 7 au 14 juin 1914, l’Italie du Nord, bastion ouvrier de la péninsule, est secouée par une série de grèves et d’agitations. Elles font suite à la mort de trois activistes tués à Ancône par les forces de l’ordre, après une manifestation antimilitariste lancée par l’anarchiste Errico Malatesta. Le mouvement prend très vite un caractère insurrectionnel.

  • 24 [Antonio Gramsci], « Le peuple des singes », L’Ordine Nuovo, 1er janvier 1921. Maintenant dans Anto (...)

9« La “semaine rouge” de juin 1914, semaine de protestation contre les massacres, écrira en 1921 Antonio Gramsci, est la première intervention d’envergure des masses populaires sur la scène politique pour s’opposer directement à l’arbitraire du pouvoir et exercer réellement la souveraineté populaire, qui ne trouve plus la moindre expression à la Chambre des députés. » 24

  • 25 Fernando Schiavetti, « La stampa borghese e la settimana rossa », L’Iniziativa, 27 juin 1914 ; sur (...)
  • 26 André Loez, 1914-1918, op. cit., p. 39 ; voir également R. J. Bosworth, Italy and the Wider World 1 (...)
  • 27 Christophe Charle, La crise des société impériales. Allemagne, France, Grande Bretagne, 1900-1940. (...)
  • 28 Bruna Bianchi, La follia e la fuga, Rome, Bulzoni editore, 2001, p. 160.
  • 29 Scipio Slataper, Scritti politici, p. 255, cité également dans Mario Isnenghi, Il mito, op. cit., p (...)

10Le mouvement est écrasé mais il a fait trembler la bourgeoisie en se profilant comme une première épreuve révolutionnaire aux clairs accents antimilitaristes et antimonarchistes 25. À partir de mai 1915 cependant, la guerre devient ici comme ailleurs « la situation sociale ordinaire » pour les Italiens mobilisés 26. Malgré le refus « intime » ou déclaré du conflit, l’entrée en guerre ne fait guère de doute pour l’écrasante majorité des hommes mobilisés ; elle est bien sûr la « conduite la moins coûteuse », mais elle est aussi la plus, voire la seule pensable 27. L’armée italienne, comme les autres armées belligérantes, compte ainsi peu de réfractaires, soit environ 470 000 pour la période allant du 24 mai 1915 au 2 septembre 1919, dont approximativement 370 000 italiens résidant à l’étranger, sur les quelque 5,7 millions d’hommes mobilisés durant la même période 28. Et comme l’écrivait le volontaire Scipio Slapater, mort au combat en décembre 1915, « il n’y a pas de propagande qui puisse convaincre un peuple à la guerre ; la guerre est une imposition et une résignation héroïque. » 29

Distinction, écarts sociaux, coercition

  • 30 Voir notamment Nicola Labanca, Caporetto : storia di una disfatta, Florence, Giunti editore, 1997, (...)
  • 31 Antonio Gibelli, « Nefaste meraviglie », art. cit., p. 555-56.

11Pour un pays qui compte alors 37 millions d’habitants, la mobilisation est exceptionnelle. Sur la totalité du conflit, 4,2 millions d’hommes sur le front, 600 000 prisonniers, 500 000 blessés, 650 000 morts dont 100 000 prisonniers 30. À tel point que cette guerre, selon Antonio Gibelli, peut être considérée comme une « guerre des Italiens », et l’historien italien de préciser, non en termes de « consentement » mais en termes de « participation » 31. L’ampleur de la mobilisation de la société est bien sûr fonction des objectifs de la classe dirigeante italienne, le premier étant de faire du pays une grande puissance. Le commandement supérieur, avec à sa tête jusqu’en 1917 le général Cadorna, se lance dans une guerre offensive fondée sur l’attaque frontale et la guerre de mouvement.

  • 32 À cet égard, Ernesto Ragionieri, « La storia politica e sociale », dans Storia d’Italia Einaudi : D (...)
  • 33 André Loez, 1914-1918, op. cit., p. 43. Giorgio Mori, « Dall’Unità alla guerra : aggregazione e dis (...)

12Ensuite, le conflit devait offrir l’occasion d’« insérer et intégrer les masses » dans une nation modernisée par et à travers la guerre 32. Cependant, comparée à la France où faire la guerre relève d’une « évidence collective rarement discutable », fondée en grande partie sur « l’efficacité qu’a atteint l’État-nation », l’Italie présente une situation bien différente : diversité du territoire, carences de l’État unitaire dans les politiques de nationalisation, mais aussi de gestion des « Italie », enfin écart entre « pays réel » et « pays légal » constituent autant de barrières à la « modernisation » du pays par les armes 33.

  • 34 Voir Mario Isnenghi, Giorgio Rochat, La Grande Guerra, op. cit., p. 274.
  • 35 Ibid., p. 329.
  • 36 Alessandro Casellato, « Introduzione », dans Adolfo Omodeo, Lettere, op. cit., p. XXVIII.

13La guerre, et en particulier cette guerre-là, peut apparaître alors comme une épreuve d’autant plus incompréhensible que le pays n’avait pas été attaqué et que le gouvernement demandait aux soldats de combattre « pour des objectifs abstraits comme l’honneur, le devoir, les fins nationales » 34, des concepts peu à même de les mobiliser durablement. Il n’est ainsi guère hasardeux d’affirmer que la résignation ou la passivité qui accompagnent le départ des Italiens mobilisés au front ne sont pas une forme de consentement aux buts de guerre mais bien un « seuil au-delà duquel commence la dissension » 35. Tout au long du conflit, ils vont osciller entre résignation et révolte, jusqu’à ce que les conditions de possibilité de cette dernière s’affirment au cours de l’année 1917 36.

  • 37 Giovanna Procacci, « Introduzione », art. cit., p. 16.
  • 38 Luigi Tomassini, « Mobilitazione industriale e classe operaia », dans G. Procacci (dir.), Stato e c (...)
  • 39 Giorgio Rochat, « L’esercito italiano negli ultimi cent’anni », dans Romano Ruggiero, Vivanti Corra (...)

14Enfin, l’intervention de l’Italie dans la Première Guerre mondiale devait ouvrir l’opportunité à la classe dirigeante de porter un coup d’arrêt au mouvement ouvrier organisé 37. Dans les usines, c’est la discipline militaire qui prévaut, dont les caractéristiques principales sont la suppression des libertés individuelles, l’interdiction de la grève et le contrôle de la mobilité des ouvriers 38. Les salariés, femmes et hommes, travaillent 15 à 16 heures par jour, dans des conditions déplorables, parmi les pires de l’époque. Le chantage du renvoi au front pour les ouvriers qui ne se plieraient pas aux nouvelles conditions de travail constitue l’un des rouages de ce nouveau mode de gestion coercitive. La militarisation des usines laisse à l’armée le soin de réprimer toute forme de dissension, un rôle dont elle est coutumière puisque jusque-là, elle a été presque exclusivement utilisée pour maintenir l’ordre public 39.

  • 40 Voir Filippo Turati, « Agli elettori del Collegio di Milano », Critica sociale, novembre 1919 ; loc (...)
  • 41 Antonio Gibelli, « Nefaste meraviglie », art. cit., p. 558-59.
  • 42 Luigi Albertini, Vent’anni di vita politica, Bologna, Zanichelli, 1952 ; cité également dans Gian L (...)
  • 43 Gian Luigi Gatti, op. cit., p. 82 ; ainsi que Giovanna Procacci, Soldati e prigionieri, op. cit., p (...)
  • 44 Luigi Cadorna, Lettere famigliari, Milan, Mondadori, 1967 ; Vanda Wilcox, « Discipline in the Itali (...)

15Au front, les modalités de l’entrée en guerre de l’Italie, le mot d’ordre ambigu et contradictoire du Parti socialiste italien, « ni saboter, ni adhérer », dissonant par rapport au concert d’adhésion au conflit des partis socialistes européens, et la guerre offensive du général Cadorna, qui provoque d’énormes pertes dans les rangs italiens, légitiment une gestion autoritaire de la troupe 40. L’armée italienne est en effet l’une des armées où la coercition et la discipline sont « plus aveugles et plus féroces qu’ailleurs41 ». Le général Cadorna jouit d’une autorité absolue sur tout le théâtre des opérations, et il fait régner l’ordre d’une main de fer, convaincu que le soldat doit « sacrifier sa vie à la patrie sans discuter » 42. Les combattants italiens subissent les plus dures conditions de toutes les armées belligérantes. Les permissions sont données au compte-gouttes et les rotations dans les tranchées et en première ligne sont considérées « comme un privilège qui devait être concédé seulement dans des situations exceptionnelles » 43. À cela devait s’ajouter l’instrument sans lequel, selon le général Cadorna, rien ne pouvait être accompli, soit la peur 44.

  • 45 Nicola Labanca, Caporetto, op. cit., p. 25.
  • 46 Irene Guerrini, Marco Pluviano, « Italie 1917 », art. cit., p. 79.
  • 47 Vittorio Foa, Questo Novecento, Turin, Einaudi, 1996, p. 96 ; cité également dans Bruna Bianchi, La (...)

16Cadorna confère à l’officier un contrôle absolu sur ses soldats, l’autorisant à passer « directement par les armes les récalcitrants et les lâches » 45. La justice sommaire acquiert alors force de loi ; il réintroduit en outre une pratique disparue depuis longtemps, celle de la décimation 46. Il s’assure enfin d’une allégeance sans faille des juges militaires, afin qu’ils ne cèdent pas au sentimentalisme, laissant très peu de chances aux soldats accusés d’indiscipline ; une pression insupportable à certains juges eux-mêmes, comme un parent de Vittorio Foa qui tente de se suicider après avoir condamné à mort un déserteur et avoir assisté à son exécution 47.

  • 48 Mario Isnenghi, Giorgio Rochat, La Grande Guerra, op. cit., p. 278.
  • 49 Voir Fortunato Minniti, « Primi orientamenti sulla dislocazione delle scelte matrimoniali degli uff (...)
  • 50 Mario Isnenghi, Il mito, op. cit., p. 274. Voir également Giorgio Rochat, « L’efficienza nell’eserc (...)
  • 51 Mario Isnenghi, Il mito, op. cit., p. 286 ; voir également Stéfanie Prezioso, « Obéir pour mieux dé (...)
  • 52 Pour donner un ordre de grandeur, selon Irene Guerrini et Marco Pluviano (« Italie 1917 », art. cit (...)
  • 53 Emilio Lussu, « Sardegna e autonomismo », art. cit.

17Les officiers deviennent des « points de référence obligés » de la troupe 48. Provenant principalement des rangs de la bourgeoisie, ils ont pour la plupart une conscience précise de la position qu’ils occupent dans la société et du rôle qu’ils revêtent dans l’armée, ainsi que de la distance qui les sépare de la troupe, une troupe composée majoritairement de paysans, qu’ils voient avec mépris 49. L’état-major favorise une certaine forme d’institutionnalisation de la fracture sociale, tout en se parant des atours de la communion « égalitaire » face au devoir 50. Même les officiers et sous-officiers que l’on peut définir comme des démocrates au sens large acquièrent très vite la conscience d’avoir un rôle particulier à jouer dans l’organisation de cette « société forcée » où ils sont à la fois « médiateurs de violence sur le peuple et instrument d’un engrenage social […] qui se sert d’eux » 51. Face au mécontentement croissant des soldats, les réponses le plus souvent apportées par l’état-major sont un régime disciplinaire extrêmement dur, où les mauvais traitements institutionnalisés confinent parfois à la torture, les condamnations à des peines de prison extrêmement longues (dont la perpétuité) et à mort (y compris les exécutions sommaires), parmi les plus élevés de toutes les armées belligérantes, et ce même après novembre 1917, la défaite de Caporetto et le remplacement du général Cadorna par Armando Diaz, dont le mérite principal est de s’être intéressé aux conditions de la troupe 52. Ainsi, comme le relèvera plus tard le volontaire de guerre Emilio Lussu : « […] dans la guerre italienne de 1915-1918, deux guerres se sont chevauchées, celle du commandement et des bureaucraties étatiques, marquée par l’obtusité, l’esprit de caste, la mesquinerie, le mépris du facteur humain, et celle du peuple combattant qui […] à travers l’épreuve collective d’une guerre vécue comme un devoir, […] à travers l’expérience même des lacérations continuelles, […] a renforcé sa propre conscience de classe ou [du moins], dans les cas d’arriérations politiques initiales, a conquis le sens de sa propre dignité entrouvrant la voie à un après-guerre ouvert à des issues révolutionnaires. » 53

Guerre de tranchées et conscience de classe

  • 54 Notamment Adolfo Omodeo, « Lettre à son épouse », novembre 1916, dans Id., Lettere, op. cit., p. 15 (...)
  • 55 Antonio Gibelli, La Grande Guerra, op. cit., p. 93 ; ainsi que Vanda Wilcox, « “Weeping tears of bl (...)
  • 56 Nicolas Mariot, « Comment faire une histoire populaire des tranchées ? », Agone, n° 53, 2014, p. 15 (...)

18Qu’en est-il en effet de ceux décrits le plus souvent dans la correspondance, les mémoires et les récits de guerre des lettrés comme des « êtres crasseux et hébétés », « bons et primitifs », « apathiques et résignés », « petites bêtes qui doivent sentir constamment l’autorité supérieure pour ne pas devenir des moutons fous » 54 ? Comment rendre compte de l’impact de la guerre sur les rapports de domination en plongeant à la base de la hiérarchie sociale ? Difficile en effet d’approcher ces hommes du peuple, non seulement parce que ce sont sans doute ceux qui se donnent le moins à lire, de par le fort taux d’analphabétisme qui pouvait atteindre plus de 65 % dans les zones rurales et le sud de la péninsule, mais aussi parce que pour l’aborder dans toute sa complexité, il faudrait entreprendre ce que Nicolas Mariot nomme une « histoire populaire des tranchées » 55, c’est-à-dire se « saisir des écrits d’en bas pour eux-mêmes en tant que la manière dont ils sont rédigés dit quelque chose de la façon par laquelle les classes populaires supportent, endurent, voire subissent la guerre » 56 .

  • 57 Eric J. Leed, « Class », art. cit., p. 694.
  • 58 Voir Guy Pedroncini, Les mutineries de 1917, Paris, Puf, 1967 ; Leonard V. Smith, Between Mutiny an (...)

19Cette histoire se heurte à la prégnance du regard porté sur les hommes du peuple par les classes dominantes, miroir déformant des représentations sociales des plus instruits, le plus souvent gradés, vis-à-vis des simples soldats, qui ont tendance à valoriser le fatalisme et la résignation de la troupe et à en déduire mécaniquement l’obéissance, si ce n’est l’adhésion à la guerre elle-même 57. À cela s’ajoute le biais d’une attention exclusivement focalisée sur les « moments » du refus, considérés comme des instants à part, soubresauts marginaux, simples réactions à la manière de mener la guerre 58. Des explications simplificatrices qui ne sauraient s’appliquer, comme tendent à le montrer les éléments avancés jusqu’ici, ni à l’armée italienne, ni à toute autre armée.

  • 59 Santo Peli, Alessandro Camarda, L’altro esercito. La classe operaia durante la prima guerra mondial (...)
  • 60 Voir à nouveau ACS, (PS), Divisione affari generali e riservati, A5G, Prima Guerra mondiale (1914-1 (...)
  • 61 Ibid., p. 89.
  • 62 Tranfaglia, La Prima Guerra, op. cit., p. 90.
  • 63 Stefano Musso, Gli operai di Torino (1900-1920), Milano, Feltrinelli, 1980. Plus récemment P. Rugaf (...)

20Un faisceau de facteurs politiques, économiques, culturels et sociaux, parmi lesquels les expériences endurées collectivement au front et la dégradation des conditions de vie à l’arrière jouent un rôle important, permettent d’approcher les phénomènes d’indiscipline au cours du conflit (refus d’obéissance, mutinerie, insubordination, voies de faits, désertion ou passage à l’ennemi 59), mais aussi de les situer dans le cadre d’un processus historique où la guerre se présente comme potentialité ouverte, facteur d’accélération de la crise des sociétés européennes dans leur ensemble, mais aussi de la prise de conscience de soi des soldats et du groupe qu’ils forment avec les autres. Les actes d’indiscipline ou de révolte, individuels ou collectifs, se produisent en effet dès l’entrée en guerre de l’Italie. Ils atteignent leur acmé au cours du printemps 1917, alors que les nouvelles de Russie arrivent dans la péninsule 60. La situation est à ce moment d’autant plus explosive que, comme le soulignent Irène Guerrini et Marco Pluviano, « la désobéissance militaire [est] non seulement en augmentation, mais qu’elle se [double] de l’agitation » dans le pays 61. Les manifestations contre la guerre et la conflictualité sur les lieux de travail ne cessent pas après mai 1915, malgré la répression, même si elles ralentissent un peu. Au cours de l’hiver 1916-1917 et jusqu’à l’automne 1917, la situation dans le pays devient explosive. Les difficultés d’approvisionnement mettent le feu aux poudres 62. À Turin, le 21 août 1917, la pénurie de pain amène les ouvriers à déclencher une grève générale qui tourne immédiatement à l’insurrection. Le soulèvement dure jusqu’au 25, plusieurs détachements de l’armée envoyés pour la réprimer passent du côté des insurgés. L’insurrection fait plus de 40 morts et environ 200 blessés. Le 25 août, les socialistes turinois diffusent un manifeste appelant les ouvriers à retourner au travail, mais promettant la « revanche »63 .

  • 64 Antonio Gramsci, « Il dovere di essere forti », Avanti !, edizione piemontese, 25 novembre 1918 ; m (...)

21Les phénomènes d’indiscipline dans l’armée italienne et dans le pays, qui « explosent » à la faveur des possibilités ouvertes au cours de l’année 1917, ne sauraient être analysés comme de simples réactions à la « contrainte ». Ils sont bien plutôt le reflet de ce qu’Antonio Gramsci va appeler le « surgissement d’une nouvelle conscience de classe », favorisée non seulement par la forte concentration ouvrière et paysanne dans les tranchées, mais aussi par la hausse du contrôle social de l’État impliquant presque inévitablement la prise de conscience du groupe 64.

  • 65 Antonio Gramsci, « Analogie e metafore », Il Grido del Popolo, 15 septembre 1917 ; cité également p (...)

22« Trois années de guerre, écrit Antonio Gramsci en septembre 1917, ont produit des effets que ceux qui l’ont souhaitée ne pouvaient prévoir. Ils ont mis en mouvement des quantités d’hommes qui […] sentent aujourd’hui des besoins qu’ils ne percevaient pas avant, des besoins vagues, indistincts et non concrétisés par un programme. » 65

  • 66 Eric. J. Leed, « Class and Disillusionment », art. cit., p. 696.
  • 67 Antonio Gramsci, « Il popolo e Wilson », Avanti !, edizione piemontese, XXIII, 7, 7 janvier 1919 ; (...)
  • 68 Antonio Gramsci, « Ouvriers et paysans », L’Ordine Nuovo, 2 août 1919, maintenant dans Id., Écrits (...)

23Il ne s’agit donc pas de faire des tranchées un lieu où les hommes deviennent « instinctivement socialistes » 66, mais de saisir que la guerre en tant qu’espace social met en crise les consciences. La participation à celle-ci a dynamisé les expériences précédentes, le bouillonnement politique, social, et culturel d’avant-guerre 67. Et Antonio Gramsci d’insister : « Les instincts individuels égoïstes se sont émoussés, une âme unitaire commune a pris forme, les sentiments des uns se sont adaptés à ceux des autres, une habitude de discipline sociale est née : les paysans ont conçu l’État dans sa grandeur complexe, dans sa puissance sans limites, dans sa structure compliquée. […] Des liens de solidarité se sont noués qui, autrement, n’auraient pu naître que de plusieurs dizaines d’années d’expériences historiques et de luttes sporadiques : en quatre ans, dans la boue et dans le sang des tranchées, un monde spirituel a surgi, avide de s’affirmer à travers des formes et des institutions sociales durables et dynamiques » 68.

  • 69 Antonio Gramsci, « Il popolo e Wilson », art. cit., p. 484 ; Id., « Il doverse di essere forti », a (...)
  • 70 Santo Peli, Alessandro, Camarda, op. cit.
  • 71 Claudio Natoli, « Crisi organica e rinnovamento del socialismo : il laboratorio degli scritti giova (...)

24Si la guerre ne crée donc pas au sein du peuple une « unité morale, une unité sociale », elle en devient une précondition qui ne pourra se déployer pleinement, comme le relève Gramsci, qu’à partir du retour à la paix, moment « indispensable » pour que les citoyens puissent « connaître la vérité » [et] « s’associer » 69. Les deux années rouges révolutionnaires dites biennio rosso qui suivent la fin du conflit en Italie semblent en effet confirmer les analyses à chaud du militant communiste. Elles deviennent un véritable laboratoire d’innovations politiques et d’organisation ouvrière, pensons aux conseils d’usine de Turin, profitant certes du nouveau climat historique de l’après-guerre italien, mais aussi du patrimoine de luttes accumulées et dynamisées par la guerre faite et vécue. C’est en particulier le cas à partir de l’année 1917, tant et si bien que certains auteurs ont proposé de modifier le concept même de biennio rosso en quadriennio rosso (les quatre années rouges) 70. Cependant, si l’expérience de guerre au front et dans les usines militarisées a des conséquences réelles sur le niveau de conscience et donc sur les formes et l’intensité des batailles sociales dans le bouillonnement politique, social et culturel de la guerre et de l’après-guerre, elle ne saurait en épuiser le sens, comme tend à le montrer la contraction des luttes qui précède l’arrivée du fascisme au pouvoir71. De fait, et au-delà de la question liée au sens large aux raisons de la révolte, il faudrait pouvoir interroger les causes du désengagement qui, dialectiquement, prennent elles aussi racine dans ces mêmes expériences. Seule l’histoire populaire des tranchées, appelées de ses vœux par Nicolas Mariot, pourra en offrir des clés de compréhension.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos le numéro spécial de la revue Agone, n° 53, 2014.

2 François Buton, André Loez, Nicolas Mariot, Philippe Olivera, « L’ordinaire de la guerre », Agone, n° 53, 2014, p. 7-9 ; Rémy Cazals, « 1914-1918 : oser penser, oser écrire », Genèse, n° 46, mars 2002, p. 26-43.

3 Bertrand Méheust, La nostalgie de l’occupation, Paris, La Découverte, 2012.

4 Enzo Traverso, La violence nazie. Une généalogie européenne, Paris, La Fabrique, 2002, ainsi que Philippe Mangeot, Sacha Zilberfarb, « La mémoire des vaincus. Entretien avec Enzo Traverso », 2 octobre 2002, http://www.vacarme.org/article434.html

5 François Buton, André Loez et alii., art. cit., p. 7.

6 Giovanna Procacci, « Introduzione », dans Ead (dir.), Stato e classe operaia in Italia durante la Prima Guerra mondiale, Milan, Franco Angeli, 1983, p. 11. Tous les textes cités ont été traduits de l’italien au français par mes soins.

7 Par exemple, A. Gramsci, « Il dovere di essere forti », Avanti !, edizione piemontese, 25 novembre 1918 ; maintenant dans A. Gramsci, Il nostro Marx (1918-1919). À cura di Sergio Caprioglio, Torino, Einaudi, 1984, p. 417-417.

8 Eric J. Leed, « Class and Disillusionment in World War I », Journal of Modern History, n° 50/4, décembre 1978, p. 680.

9 Emilio Lussu, « Sardegna e autonomismo (Contributo allo studio del federalismo) », Giustizia e Libertà, 9 septembre 1938 ; sur la tranchée comme « brassage social », André Loez, Nicolas Mariot, « Brassage des corps et distances sociales : la découverte du peuple par la bourgeoisie intellectuelle dans les tranchées de 1914-1918 », dans François Bouloc, Rémy Cazals, André Loez (éd.), Identités troublées. Les appartenances sociales et nationales à l’épreuve de la guerre, Toulouse, Privat, 2011, p. 17. Ainsi que Nicolas Mariot, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Seuil, 2013.

10 Voir André Loez, Nicolas Mariot, « Brassage des corps et distances sociales… », art. cit., p. 17.

11 Géraldine Bois, « Le consentement à la domination littéraire. Degré et diversité de ses formes chez les écrivains “les moins reconnus” de l’univers littéraire », Tracés. Revue de sciences humaines, n° 14, 2008, p. 55-76 ; Claude Grignon, Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1989, p. 24 ; cité également dans Nicolas Mariot, « Comment faire une histoire populaire des tranchées », Agone, n° 53, 2014, p. 170.

12 André Loez, 1914-1918. Les refus de la guerre, une histoire des mutins, Paris, Gallimard, 2010.

13 Voir Angelo D’Orsi, « Gli interventismi democratici », Passato e Presente, n° 54, 2001, p. 43-58 ; ainsi que Stéfanie Prezioso, « Identités militantes et identités nationales dans le débat italien d’après-guerre », dans François Bouloc, Rémy Cazals, André Loez (éd.), Identités troublées, op. cit., p. 283-295.

14 Notamment, Mario Isnenghi, L’Italia in piazza. I luoghi della vita pubblica dal 1848 ai giorni nostri, Milan, Mondadori, 1994.

15 Giuliano Procacci, « Appunti in tema di crisi dello Stato liberale e di origini del fascismo », dans Giovanni Sabbatucci (dir.), La crisi italiana del primo dopoguerra. La storia e la critica, Bari, Laterza, 1976, p. 71.

16 Antonio Gibelli, « Nefaste meraviglie. Grande Guerra e apoteosi della modernità », dans Walter Barberis (dir.), Storia d’Italia Annali 18 Guerra e Pace, Turin, Einaudi, 2002, p. 555-556.

17 Voir Mario Isnenghi, Il mito della Grande Guerra, Bologne, Il Mulino, 1989, p. 23. L’historien méridional Gaetano Salvemini parlera de coup d’état interventionniste, « Lezioni di Harvard : L’Italia dal 1919 al 1929 », dans Id., Scritti sul fascismo, vol. I, Milan, Feltrinelli, 1961, p. 385.

18 Les officiers de réserve passent de 19 850 en août 1914 à 153 800 en décembre 1918. Cf. Giorgio Rochat, Breve storia dell’esercito italiano dal 1861 al 1943, Turin, Einaudi, 1978, p. 185. Voir également Antonio Gibelli, La Grande Guerra degli Italiani (1915-1918), Milan, Sansoni, 1998, p. 32, ainsi que Gian Luigi Gatti, Dopo Caporetto. Gli ufficiali « P » nella Grande Guerra : propaganda, assistenza, vigilanza, Gorizia, Libreria editrice goriziana, 2000.

19 Mario Isnenghi, Giorgio Rochat, La Grande Guerra 1914-1918, Florence, La Nuova Italia, 2000, p. 269-287.

20 Istituto centrale di statistica, Sommario di statistiche storiche italiane 1861-1955, Rome, 1958, p. 76-78. Tableaux reportés dans Giovanni Sabbatucci, Vittorio Vidotto (dir.), Storia d’Italia. Liberalismo e democrazia 1887-1914, vol. III, Bari, Laterza, 1995, p. 650. Pour ces chiffres et une discussion sur leur fiabilité, Giovanni Vigo, « Gli Italiani alla conquista dell’alfabeto », dans Gabriele Turi, Simonetta Soldani (dir.), Fare gli Italiani. Scuola e cultura nell’Italia contemporanea : la nascita dello Stato nazionale, vol. I, Bologne, Il Mulino, 1993, p. 47-61.

21 Voir Piero Melograni, Storia politica della Grande Guerra, vol. I, Bari, Laterza, 1977, p. 224.

22 Fernando Schiavetti, « Dinastia e popolo », L’Iniziativa, 8 mai 1915 ; sur Schiavetti voir Stéfanie Prezioso, Itinerario di un “figlio del 1914”. Fernando Schiavetti dalla trincea all’antifascismo, Bari, Lacaita, 2004. Voir également Adolfo Omodeo, « Lettre à Vito Fazio-Allmayer, automne 1915 », dans Id., Lettere 1910-1946, Turin, Einaudi, 1963, p. 110.

23 Voir les dossiers par ville dans Archivio centrale dello Stato (ACS), Pubblica Sicurezza (PS), Divisione affari generali e riservati, A5G, Prima Guerra mondiale (1914-1918) ; et par exemple « Ancona, Agitazione pro e contro la guerra (1914) », B. 85, fasc. 189.

24 [Antonio Gramsci], « Le peuple des singes », L’Ordine Nuovo, 1er janvier 1921. Maintenant dans Antonio Gramsci, Écrits politiques vol. 2 (1921-1922). Textes choisis, présentés et annotés par Robert Paris, Paris, Gallimard, 1975, p. 58.

25 Fernando Schiavetti, « La stampa borghese e la settimana rossa », L’Iniziativa, 27 juin 1914 ; sur le caractère périodisant de la « settimana rossa », voir Brunello Vigezzi, « La classe dirigente italiana e la Prima Guerra mondiale », dans Il trauma dell’intervento, 1914-1919, Florence, Valecchi, 1968, p. 70. Voir également Leo Valiani, La lotta sociale e l’avvento della democrazia in Italia 1876-1915, Turin, UTET, 1976, p. 127-133.

26 André Loez, 1914-1918, op. cit., p. 39 ; voir également R. J. Bosworth, Italy and the Wider World 1860-1960, London & New York, Routledge, 1996, p. 66.

27 Christophe Charle, La crise des société impériales. Allemagne, France, Grande Bretagne, 1900-1940. Essai d’histoire sociale comparée, Paris, Seuil, 2001, p. 203 ; Voir aussi André Loez, 1914-1918, op. cit., p. 39 et ss.

28 Bruna Bianchi, La follia e la fuga, Rome, Bulzoni editore, 2001, p. 160.

29 Scipio Slataper, Scritti politici, p. 255, cité également dans Mario Isnenghi, Il mito, op. cit., p. 331.

30 Voir notamment Nicola Labanca, Caporetto : storia di una disfatta, Florence, Giunti editore, 1997, p. 40 ; Giovanna Procacci, Soldati e prigionieri italiani nella Grande Guerra. Con una raccolta di lettere inedite, Rome, Editori Riuniti, 1993 ; Giorgio Rochat, L’Italia nella Prima guerra mondiale. Problemi di interpretazione e prospettive di ricerca, Milan, Feltrinelli, 1976, ainsi que Mario Isnenghi, Giogio Rochat, La Grande Guerra, op. cit.

31 Antonio Gibelli, « Nefaste meraviglie », art. cit., p. 555-56.

32 À cet égard, Ernesto Ragionieri, « La storia politica e sociale », dans Storia d’Italia Einaudi : Dall’Unità ad oggi, vol. IV, tome III, Turin, Einaudi, 1976, p. 1961-2059. Ainsi que Nicola Tranfaglia, La Prima Guerra mondiale e il fascismo, Turin, UTET, 1995, p. 128.

33 André Loez, 1914-1918, op. cit., p. 43. Giorgio Mori, « Dall’Unità alla guerra : aggregazione e disgregazione di un’area regionale », dans Id. (dir.), Storia d’Italia, le regioni dall’Unità ad oggi. La Toscana, Turin, Einaudi, 1986, p. 124. Voir également Isabella Zanni Rosiello (dir.), Gli apparati statali dall’Unità al fascismo, Bologne, Il Mulino, 1976, p. 17.

34 Voir Mario Isnenghi, Giorgio Rochat, La Grande Guerra, op. cit., p. 274.

35 Ibid., p. 329.

36 Alessandro Casellato, « Introduzione », dans Adolfo Omodeo, Lettere, op. cit., p. XXVIII.

37 Giovanna Procacci, « Introduzione », art. cit., p. 16.

38 Luigi Tomassini, « Mobilitazione industriale e classe operaia », dans G. Procacci (dir.), Stato e classe, op. cit., p. 79-102

39 Giorgio Rochat, « L’esercito italiano negli ultimi cent’anni », dans Romano Ruggiero, Vivanti Corrado (dir.), Storia d’Italia : documenti, vol. II, Turin, Einaudi, 1973, p. 1877 et 1879 ; voir également, Id., Breve storia, op. cit., 1978.

40 Voir Filippo Turati, « Agli elettori del Collegio di Milano », Critica sociale, novembre 1919 ; loc. cit. dans Roberto Vivarelli, Storia delle origini del fascismo. L’Italia dalla Grande Guerra alla marcia su Roma, vol. I, Bologne, Il Mulino, 1991, p. 96. Mario Isnenghi, Giorgio Rochat, La Grande Guerra, op. cit., p. 274 ; ainsi que Nicola Labanca, Caporetto, op. cit. ; voir également Piero Pieri, L’Italia nella Prima guerra mondiale (1915-1918), Turin, Einaudi, 1965.

41 Antonio Gibelli, « Nefaste meraviglie », art. cit., p. 558-59.

42 Luigi Albertini, Vent’anni di vita politica, Bologna, Zanichelli, 1952 ; cité également dans Gian Luigi Gatti, op. cit., p. 45. Voir également Irene Guerrini, Marco Pluviano, « Italie 1917 : l’été de feu de la désobéissance », dans André Loez, Nicolas Mariot (dir.), Obéir/désobéir : les mutineries de 1917 en perspective, Paris, La Découverte, 2008 ; ainsi que des mêmes auteurs, Le fucilazioni sommarie nella prima guerra mondiale, Udine, Gasparri, 2004 ; Bruna Bianchi, La follia, la fuga, op. cit. ; Giovanna Procacci, Soldati e prigionieri, op. cit. Voir enfin le classique, Enzo Forcella, Alberto Monticone, Plotone di esecuzione, Bari, Laterza, 1968.

43 Gian Luigi Gatti, op. cit., p. 82 ; ainsi que Giovanna Procacci, Soldati e prigionieri, op. cit., p. 134 ; Piero Melograni, Storia politica, op. cit.

44 Luigi Cadorna, Lettere famigliari, Milan, Mondadori, 1967 ; Vanda Wilcox, « Discipline in the Italian army, 1915-1918 », dans Pierre Purseigle (éd.), Warfare and belligerence : Perspectives in First World War studies, Leiden, Brill, 2005, p. 73-100.

45 Nicola Labanca, Caporetto, op. cit., p. 25.

46 Irene Guerrini, Marco Pluviano, « Italie 1917 », art. cit., p. 79.

47 Vittorio Foa, Questo Novecento, Turin, Einaudi, 1996, p. 96 ; cité également dans Bruna Bianchi, La follia, la fuga, op. cit., p. 165.

48 Mario Isnenghi, Giorgio Rochat, La Grande Guerra, op. cit., p. 278.

49 Voir Fortunato Minniti, « Primi orientamenti sulla dislocazione delle scelte matrimoniali degli ufficiali dell’esercito (1861-1906) », dans Esercito e città dall’Unità agli anni trenta, atti del convegno di studi, Perugia 11-14 maggio 1988, tome I, Rome, Ministero per i beni culturali e ambientali, 1989, p. 316.

50 Mario Isnenghi, Il mito, op. cit., p. 274. Voir également Giorgio Rochat, « L’efficienza nell’esercito italiano nella Grande Guerra », Italia contemporanea, n° 206, mars 1997, p. 87-105.

51 Mario Isnenghi, Il mito, op. cit., p. 286 ; voir également Stéfanie Prezioso, « Obéir pour mieux désobéir ? Les volontaires italiens dans la Première Guerre mondiale », dans André Loez, Nicolas Mariot (dir.), Obéir/Désobéir, op. cit., p. 251-265.

52 Pour donner un ordre de grandeur, selon Irene Guerrini et Marco Pluviano (« Italie 1917 », art. cit., p. 82), les tribunaux militaires ont jugé 261 481 soldats, gradés et sous-officiers, soit 6 % du total, et 62,6 % d’entre eux ont été condamnés. Sur Armando Diaz, voir Giorgio Rochat, « Armando Diaz », dans Massimiliano Pavan (dir.), Dizionario Biografico degli Italiani (DBI), Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1991.

53 Emilio Lussu, « Sardegna e autonomismo », art. cit.

54 Notamment Adolfo Omodeo, « Lettre à son épouse », novembre 1916, dans Id., Lettere, op. cit., p. 153.

55 Antonio Gibelli, La Grande Guerra, op. cit., p. 93 ; ainsi que Vanda Wilcox, « “Weeping tears of blood” : Exploring Italian soldiers’ emotions in the First World War », Modern Italy, n° 17/2, 2012, p. 173.

56 Nicolas Mariot, « Comment faire une histoire populaire des tranchées ? », Agone, n° 53, 2014, p. 158.

57 Eric J. Leed, « Class », art. cit., p. 694.

58 Voir Guy Pedroncini, Les mutineries de 1917, Paris, Puf, 1967 ; Leonard V. Smith, Between Mutiny and Obedience. The case of the French Fifth Infantry Division during World War I, Princeton, Princeton University Press, 1994.

59 Santo Peli, Alessandro Camarda, L’altro esercito. La classe operaia durante la prima guerra mondiale, Milan, Feltrinelli, 1980.

60 Voir à nouveau ACS, (PS), Divisione affari generali e riservati, A5G, Prima Guerra mondiale (1914-1918) ; Irene Guerrini, Marco Pluviano, « Italie : été 1917 », art. cit., p. 83.

61 Ibid., p. 89.

62 Tranfaglia, La Prima Guerra, op. cit., p. 90.

63 Stefano Musso, Gli operai di Torino (1900-1920), Milano, Feltrinelli, 1980. Plus récemment P. Rugafiori, « Nella Grande Guerra », dans Nicola Tranfaglia (dir.), Storia di Torino, vol. 8 : Dalla Grande Guerra alla liberazione (1915-1945), Torino, Einaudi, 1998.

64 Antonio Gramsci, « Il dovere di essere forti », Avanti !, edizione piemontese, 25 novembre 1918 ; maintenant dans Id., Il nostro Marx (1918-1919), op. cit.

65 Antonio Gramsci, « Analogie e metafore », Il Grido del Popolo, 15 septembre 1917 ; cité également par Flavio Silvestrini, « Tra fabbrica e trincea… », art. cit., p. 26.

66 Eric. J. Leed, « Class and Disillusionment », art. cit., p. 696.

67 Antonio Gramsci, « Il popolo e Wilson », Avanti !, edizione piemontese, XXIII, 7, 7 janvier 1919 ; maintenant dans Id., Il nostro Marx (1918-1919), op. cit.

68 Antonio Gramsci, « Ouvriers et paysans », L’Ordine Nuovo, 2 août 1919, maintenant dans Id., Écrits politiques vol. 1 (1914-1920). Textes choisis, présentés et annotés par Robert Paris, Paris, Gallimard, 1975, p. 262.

69 Antonio Gramsci, « Il popolo e Wilson », art. cit., p. 484 ; Id., « Il doverse di essere forti », art. cit., p. 415.

70 Santo Peli, Alessandro, Camarda, op. cit.

71 Claudio Natoli, « Crisi organica e rinnovamento del socialismo : il laboratorio degli scritti giovanili di Gramsci », Studi Storici, n° 1, 2009, p. 167-230 ; Leonardo Rapone, Cinque anni che paiono secoli. Antonio Gramsci dal socialismo al comunismo, Rome, Carocci, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéfanie Prezioso, « Italie 1915-1918 : communion nationale ou guerre de classes ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 125 | 2014, 33-47.

Référence électronique

Stéfanie Prezioso, « Italie 1915-1918 : communion nationale ou guerre de classes ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3882

Haut de page

Auteur

Stéfanie Prezioso

Institut d’histoire économique et sociale, Faculté des sciences sociales et politiques, Université de Lausanne (Suisse)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page