Navigation – Plan du site
FILMS

World Trade Center

d'Oliver Stone (2006)
Didier Monciaud

Texte intégral

1Un film consacré au onze septembre, voilà au départ une perspective bien alléchante. Car ce cinéaste a souvent eu une prédilection pour les questions sensibles ou secrètes. On citera parmi ses réalisations Salvador, Platoon, JFK, Nixon, Né un 4 juillet etc … Les attaques suicides contre les tours jumelles de New York ont suffisamment traumatisé la société américaine pour espérer trouver une réalisation passionnante. En fait, le produit proposé est bien décevant.

2Le scénario repose sur une histoire véridique et le témoignage de deux rescapés. Deux policiers de l’Autorité Portuaire de New York, John MacLoughlin (Nicolas Cage) et Will Jameno (Michael Pena) sont appelés après la première attaque. Ils se retrouvent vite coincés dans les décombres. Ils se trouvaient entre les deux tours lorsque la première s’est effondrée. Gravement blessés, bloqués sous des tonnes de gravas, ils sont piégés. Ils tentent de se soutenir mutuellement. Dehors, l’angoisse monte. Leurs familles sont en émoi dans la banlieue de New York et dans le New Jersey. Donna McLoughlin (Maria Bello), épouse de ce vétéran de la police, a quatre enfants, l’un d’entre eux l’accusant d’indifférence car la famille reste à attendre des nouvelles. Finalement, elle choisira de se rendre à Manhattan pour en savoir plus.

3La femme de Jimeno, la jeune Allison (Maggie Gyllenhaal), est enceinte de cinq mois. Avec ses parents et sa belle-famille, elle attend avec angoisse dans le New Jersey. Ayant été informée à tort que son époux a été sauvé et qu’il est sain et sauf, Allison et ses proches se rendent à Manhattan. Ils apprennent que son mari est toujours prisonnier des ruines.

4Dave Karnes (Michael Shannon), un ancien marine originaire du Connecticut, remet son vieil uniforme et se présente à Ground Zero. En cherchant dans les décombres, il repère les deux captifs qui seront sauvés par des secouristes.

5Le recours à la manipulation émotionnelle est quasi permanent. Par exemple, dans des passages qui semblent bien clichés : “Est-ce que papa rentre à la maison ?” demande la fille d'Allison. “Ils ont fait ce qu'ils devaient faire” déclare-t-on à un autre moment.

6Stone a toujours affirmé que son film n’était en rien politique, qu’il s’agissait juste de l’histoire de deux hommes et leur façon de faire face à leur peur, leur courage pour survivre dans une tragédie.

7Alors pourquoi donc reconstituer de manière impressionnante les débris du World Trade Center ?

8Stone n’a pas cherché à proposer la moindre tentative d’expliquer les causes de cette tragédie. Il est un point sur lequel il était pourtant assez facile de porter un regard critique. L’impréparation de la ville de New York, contrairement aux affirmations de Rudolph Guliani. Cela a coûté la vie à de si nombreux pompiers. Ceux-ci étaient incapables de communiquer entre eux ou avec la police. Dans la tour nord, 121 périrent car ils n’entendirent pas l’ordre d’évacuation, sans parler des civils qui auraient pu être avertis. De même, il aurait pu égratigner ce même Rudolph Giuliani qui fit un véritable hold up émotionnel et médiatique du 11 septembre.

9Sa présentation semble louer la nouvelle situation socio-psychologique qui va émerger à partir de cette catastrophe : une unité nationale et patriotique qui tait et masque les divisions, les contradictions et les tensions.

10Pourtant, ce film non-politique laisse percer ça et là des éléments bien politiques. Un policier du Wisconsin, A Sheboygan, traite les terroristes de “bâtards”. L’ex-marine Karnes fouille les restes des tours en uniforme. Ayant repéré les deux policiers, il leur crie : “Nous sommes des marines. Nous ne vous laisserons pas. Vous êtes notre mission !”. Ailleurs dans le film, Karnes regarde en face et annonce menaçant , «ils vont avoir besoin de bons hommes par ici pour nous venger de cela.”

11Contrairement à certaines critiques, ce film est aux antipodes des thématiques guerrières. Toutefois, il présente la société américaine comme un ensemble uni et soudé. Il prend quasiment la forme d’un hymne aux valeurs patriotiques.

12En fait, les évènements du 11 septembre restent peu ou pas abordés par le cinéma. Et ce film n’y aide pas. Cette veine commémorative ne risque pas de s’éteindre. Cette superproduction est certes une belle réalisation mais finalement bien à l’unisson du discours patriotique dominant de l'époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « World Trade Center », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/388

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page