Navigation – Plan du site
DOSSIER

De la vase aux pavés, la grève des terrassiers havrais en 1900

Hélène Rannou
p. 21-32

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Chaline dans Gabriel Désert (dir.), La Normandie de 1900 à nos jours, Toulouse, Privat, (...)
  • 2 Le maire Théodule Marais est élu en mai 1896 et représente la liste du Comité républicain démocrati (...)
  • 3 « Au pays de Schneider : prolétariat et militants ouvriers de la Commune à nos jours, colloque du C (...)

1C’est à la fin du mois de mai 1900 qu’éclate au Havre, « oasis industrielle » 1 depuis les années 1890, la grande grève des terrassiers. Figures ouvrières emblématiques, puisqu’ils participent quotidiennement à l’essor de la ville portuaire, les terrassiers havrais effectuent des travaux de déblaiement, de nivelage, de fouille, afin de modifier le relief d’un terrain, de réaliser ou de renforcer certains ouvrages. Ils travaillent le plus souvent dans la boue, la vase et l’eau des égouts. Leur lutte, impulsée et coordonnée par la Bourse du travail nouvellement implantée, intervient moins d’un mois après les premiers accrocs entre l’institution ouvrière, aux mains des syndicalistes révolutionnaires, et la municipalité républicaine démocratique 2. Elle mobilise plus de 2 000 ouvriers et s’étale sur 60 jours. Localement, cette grève est l’amorce d’un pic de mobilisations pour cette même année et s’inscrit dans la lignée des longs et rudes mouvements ouvriers tels ceux du Creusot 3. Par ailleurs, elle établit les bases organisationnelles des luttes ouvrières havraises futures. Cette mobilisation, qui troue l’opacité de l’univers des travailleurs de la terrasse en 1900, nous donne alors clairement à percevoir les rives de la formation progressive et efficiente du mouvement ouvrier havrais.

  • 4 Peter Schöttler, Naissance des Bourses du travail, Un appareil idéologique d’État à la fin du xixe (...)

2La création au Havre d’une Bourse du travail 4 à la fin de l’année 1897 permet aux syndicalistes révolutionnaires de donner une cohérence à l’organisation ouvrière locale et d’asseoir leur modèle syndical fondé sur une tactique, l’action directe, une stratégie, la grève générale, et un projet de société visant l’émancipation des travailleurs. À travers la grève des terrassiers, il s’agit donc de revenir sur le rôle de la Bourse du travail havraise, non seulement dans l’animation de cette lutte mais également dans la définition d’une identité ouvrière subversive. Avant de nous intéresser aux acteurs de cette grève emblématique, nous nous interrogerons sur le répertoire d’actions adopté par les terrassiers en lutte. Puis nous verrons de quelle façon les répressions étatiques et patronales vont s’étager face à ces velléités et ces voix qui s’élèvent. Enfin nous nous attacherons à mettre en lumière les portées locales de cette mobilisation.

Devenir et demeurer visible, une arme organisationnelle pacifique

  • 5 Jean Soulas, « Les étapes de l’évolution du Havre de 1789 à nos jours », dans Les Annales de géogra (...)
  • 6 Association française pour l’avancement des sciences, 43e session, sous la direction de MM. Borel, (...)
  • 7 Théorisée principalement par Fernand Pelloutier, propagée antérieurement par l’anarchiste Tortelier (...)
  • 8 Archives municipales de la ville du Havre, FCI2, carton 7, liasse 6 : Grèves, terrassiers : grève g (...)

3Dès la fin du xixe siècle, la ville du Havre, chef-lieu d’arrondissement de la Seine-Maritime, située à la pointe sud-est du Pays de Caux, connaît un essor économique considérable couplé d’une explosion démographique de premier ordre 5. Elle s’affirme dès lors comme une grande cité moderne (réseau du tout-à-l’égout, hôpitaux, maternité, eau courante, service de lutte contre le feu, tramway électrique…) où l’urbanisation rapide génère des dynamiques économiques nouvelles 6. Au début de l’année 1900, le port du Havre subit de nombreuses transformations. Ainsi la construction d’une nouvelle entrée, d’un nouvel avant-port puis d’un quai d’escale, est prévue afin de servir les ambitions de la ville. Les entrepreneurs font conséquemment appel à une main-d’œuvre nombreuse : des ouvriers bretons, ainsi qu’une partie des terrassiers qui venaient de participer aux travaux de l’Exposition universelle. Ces ouvriers travaillent douze heures par jour, dans la vase ou des caissons situés en dessous du niveau de la mer. Leur labeur est harassant car extrêmement physique, mais n’octroie pas de conditions de vie décentes. Ils sont faiblement rétribués : les terrassiers qui travaillent à l’air libre touchent un salaire de 38 centimes de l’heure, et il faut compter 48 centimes pour ceux exerçant dans les caissons. Le 23 mai 1900, les 140 terrassiers occupés au creusement d’une cale sèche se mettent en grève, bien déterminés à améliorer leur sort. Ils revendiquent une augmentation de douze centimes de l’heure, toutes fonctions confondues. La grève séduit puis se propage rapidement aux autres chantiers locaux, jusqu’à ce qu’une grève générale 7 des terrassiers soit votée au Havre lors d’une réunion à la Bourse du travail le 28 mai 8.

  • 9 Lettre sous forme d’affiche adressée aux habitants du Havre. Archives départementales de Seine-Mari (...)
  • 10 L’historien Stéphane Sirot souligne : « À mesure que la grève prend sa substance de fait social et (...)
  • 11 Le 7 juillet, par exemple, après la rixe opposant les terrassiers et les forces de l’ordre, dans la (...)
  • 12 Par exemple, lors de la grève des métallurgistes havrais en août 1922, l’entraide ouvrière permet l (...)
  • 13 Le terme « promenade » est probablement utilisé par les forces de l’ordre dans leurs rapports afin (...)
  • 14 Tels ceux de la Jetée, de la Floride et de la Cale sèche.
  • 15 La présence des femmes des terrassiers grévistes, puis de leurs enfants, permet ainsi au mouvement (...)
  • 16 Archives départementales de Seine-Maritime, carton 10M335.
  • 17 Stéphane Sirot, La grève en France, Une Histoire sociale (xixe-xxe siècle), Paris, Odile Jacob, 200 (...)
  • 18 Robert Shorter, Charles Tilly, Strikes in France, London Cambridge University Press, 1974.
  • 19 Michelle Perrot, Les ouvriers en grève, France 1870-1890, op. cit., p. 571.

4Dès le début de la mobilisation, les grévistes assurent la légitimité, la visibilité et la durée de leur démarche en quêtant et en chantant face aux usines de la ville et à l’intérieur des débits de boisson. Ils mettent également un point d’honneur à rallier à leur cause la population, mais surtout les terrassiers qui ont peur de délaisser leur travail. Ainsi, ils placardent en ville une affiche justifiant leur combat, dont nous pouvons citer l’extrait suivant : « Vous savez tous que nos revendications sont justes et indiscutables, vous savez aussi que nous ne pouvons vivre, nous, nos femmes et nos enfants, avec les maigres salaires qui nous sont alloués : salaires de famine » 9. La précarité des terrassiers, soulignée publiquement, attire vers elle la compassion de la population havraise, en proie au même lot de tourments et qui se solidarise avec cette corporation dès les premiers jours du conflit 10. Cette solidarité est nécessaire, voire vitale, puisque toute rétribution est suspendue pour les grévistes et leur famille. Elle se manifeste notamment par l’organisation de meetings de soutien au sein de la Bourse du travail 11. Le succès de cette entraide inscrit cette forme de lutte dans la tradition militante locale sur le temps long 12. De juin à juillet, les « promenades » 13 d’ouvriers grévistes ne cessent de se multiplier et ce, en dépit du fait que les principaux chantiers 14 sont surveillés et gardés par les gendarmes. Elles deviennent même quotidiennes et y rassemblent femmes et enfants, suivant l’appel de la Bourse du travail et du bureau du syndicat des terrassiers 15. Ces promenades sont définies comme pacifiques par les travailleurs, mais perçues par la municipalité havraise comme des tentatives de débauchage d’ouvriers non grévistes. En réalité, ces promenades sont réellement pacifiques, étant donné qu’aucun incident n’est à déplorer lorsqu’elles se déroulent. C’est alors l’occasion pour les ouvriers de se rassembler, de se montrer, de se soutenir et de faire la quête tout en chantant. Ces promenades appellent en outre les ouvriers non grévistes à rejoindre le mouvement afin de former un tout solidaire. Toutefois, nous restons loin des actions musclées effectuées au sein même des ateliers pour aller chercher les non grévistes. Effectivement, si c’est le plus souvent par la parole que les ouvriers grévistes arrivent à débaucher leurs camarades, ils emploient également la force. Certains viennent casser les outils de travail à l’atelier, d’autres emmènent de force les non grévistes à l’extérieur des ateliers et les mêlent parfois à la foule composant les défilés quotidiens. Quelques non-grévistes sont même enfermés directement au sein de la Bourse du travail, véritable support logistique de cette grève, afin qu’ils ne puissent accomplir leurs tâches journalières 16. Généralement, ces actions se déroulent dans la matinée. Le but est bien de s’assurer que la grève bloque les ateliers et par conséquent limite les rendements financiers du patronat, afin de le faire plier face aux revendications de la masse ouvrière. Les efforts des ouvriers grévistes pour inciter les non-grévistes à débrayer sont l’occasion la plus favorable au développement de la violence 17. Cette violence est utilisée à dessein comme moyen de communication ou d’organisation 18. Pour l’historienne Michelle Perrot, l’emploi de la violence n’est ni fortuit, ni gratuit, et naît plutôt de l’obstacle que constitue la résistance des patrons 19.

Les femmes comme maillon essentiel de la résistance à l’ordre établi ?

  • 20 Pour le 9 juillet 1900, par exemple : « État nominatif des individus arrêtés pour faits de grève : (...)
  • 21 En réalité, la révolte féminine ne se nourrit pas « de chiffres ou d’images lointaines, mais de fai (...)
  • 22 Le terme « ménagère » est employé par les recenseurs au xixe siècle pour désigner les femmes qui n’ (...)

5Le débauchage des ouvriers non grévistes n’est pas qu’une affaire d’hommes et plusieurs femmes ne demeurent pas en coulisses. Certaines sont même arrêtées par la police, tout comme leurs compagnons et camarades de lutte, pour « entrave à la liberté du travail » et souvent même pour « coups et blessures » à l’égard d’agents de police. Elles paraissent animées par le désir d’améliorer leur condition sociale et expriment, par leurs actes, leur volonté de voir triompher la solidarité ouvrière 20. Elles assistent aux réunions, entrent dans les débits pour chanter avec les grévistes, font la quête pour maintenir la grève, distribuent la soupe aux grévistes et à leur famille. Mais là où les femmes se distinguent, c’est lors des promenades quotidiennes ouvrières, lorsqu’elles défilent aux bras de leurs compagnons, de leurs frères, de leurs pères ou de leurs fils. Sensibles au contexte, solidaires, elles mesurent le caractère immédiat de l’oppression et l’importance des revendications 21. Dans les régions industrielles, comme la Seine-Inférieure, il se forme des communautés de ménagères qui constituent l’arrière-plan des conflits sociaux 22.

  • 23 Michelle Perrot, Jeunesse de la grève, France, 1871-1890, op. cit., p. 119.
  • 24 Ibid., p. 118.

6L’engagement des femmes aux côtés de leurs conjoints est un gage de vitalité et de durée accrue des conflits. Pourtant, les femmes sont plutôt connues pour freiner les mouvements, comme l’indique Michelle Perrot 23. En effet, elles ignorent souvent les réalités propres au métier de leurs maris et jalousent la vie qui se déroule au sein des ateliers. Elles ne connaissent véritablement que la paye et perçoivent la grève comme une fête dont elles sont exclues. En réalité, l’implication des femmes dans les mouvements ouvriers dépend « du rapport des femmes avec le milieu professionnel de leur mari, de la proximité de l’usine, du caractère immédiat de son oppression » 24. Ici, le rôle positif des femmes des terrassiers n’est pas à contester. Il est utile d’ajouter que la Bourse du travail invite celles-ci à participer à chacune de ses conférences publiques et à chacun de ses meetings. Cette ouverture peut dès lors aussi expliquer un tel engagement de la part des femmes havraises issues du monde ouvrier.

  • 25 Commune voisine, rattachée à la ville du Havre en 1973.
  • 26 Archives départementales de Seine-Maritime, carton 10M335 : Conflits du travail, coalitions, grèves (...)
  • 27 Idem.

7Nous pouvons nous attarder d’ailleurs sur le cas de l’une d’entre elles, une femme particulièrement virulente dans ses actions et qui participe activement à la grève : Albertine Lechevallier. Cette jeune femme de 23 ans en juin 1900, compagne d’un terrassier gréviste, figure parmi les condamnés pour faits de grève, coups et blessures, entraves à la liberté du travail. C’est le 23 juin 1900, vers 7 heures du matin, qu’Albertine Lechevallier, en compagnie d’un groupe de 190 grévistes armés de bâtons, vient à Rouelles25 débaucher les 12 ouvriers d’une usine qui continuaient leur travail en dépit de la grève. Albertine Lechevallier, tout comme ses camarades de lutte, casse les outils de l’atelier sur son passage et s’évertue à préserver l’ardeur du combat commun. À l’arrivée de la police, elle réussit à s’échapper, « les gendarmes au nombre de douze n’étant pas en force contre les 190 grévistes armés de bâtons » 26. Toutefois, identifiée comme étant l’animatrice de cet « assaut », son signalement est tout de suite diffusé et des recherches contre elle sont lancées. Elle est décrite par le commissaire central du Havre comme une femme de taille moyenne, maigre, pâle, ayant les cheveux châtains clairs, habillée de rouge foncé et d’un tablier à carreaux « qui excitait les grévistes » et les rendait « plus agressifs que d’habitude » 27. Elle se fait arrêter trois jours après avec son compagnon terrassier, Anatole Catin, pour mendicité aux passants sous prétexte que la recette était destinée aux grévistes. Albertine Lechevallier est tout de suite reconnue coupable pour les incidents de Rouelles et écope d’une peine de 15 jours de prison à la maison d’arrêt du Havre. Ce personnage féminin est un véritable « porte-voix » de nombreuses femmes appartenant au milieu ouvrier havrais du début du vingtième siècle, dont les luttes auprès des hommes sont souvent oubliées.

La riposte municipale et la mise en place d’un arsenal répressif

  • 28 Michelle Perrot, Jeunesse de la grève, France, 1871-1890, op. cit., p. 153.
  • 29 Idem.

8Ces luttes ouvrières quotidiennes déplaisent fortement à la municipalité qui, le 5 juillet, prend la décision d’interdire les « promenades » des groupes d’ouvriers grévistes, afin d’affaiblir le mouvement. Effectivement, ces rassemblements permettent aux ouvriers d’illustrer leur détermination. Ils leur donnent aussi la possibilité de se soutenir mutuellement, contre la faim notamment mais aussi contre la fatigue et les pressions en tout genre. Nous ne disposons guère d’informations sur la vie privée des ouvriers durant la grève. La plupart du temps, « les commissaires de police scrutent les manifestations et les meetings ; la curiosité se fait plus vive, mais à cette époque, le « reporter » reste un bourgeois qui s’arrête au seuil de la maison ouvrière » 28. Or, une chose est sûre, un tel mouvement de grève à cette époque entraîne la faim et celle-ci « est incommunicable » 29. Le caractère démonstratif de ces « défilés-promenades » gêne les pouvoirs locaux en raison de son extrême visibilité. Il ne fallait pas, pour les autorités, que d’autres corporations, séduites par le mouvement, décident de se mettre en grève. La municipalité s’évertue par conséquent à stopper ces démonstrations de force unitaires, dont seuls les travailleurs dessinent les contours, susceptibles d’entraîner des solidarités interprofessionnelles et des mouvements plus massifs. « L’effet tâche d’huile » semble devoir être évité par tous les moyens.

  • 30 Les chants révolutionnaires tels la « Carmagnole » et « Ça ira » remportent un grand succès lors de (...)
  • 31 Le Journal du Havre du 9 juillet 1900.
  • 32 « L’obstacle des forces de l’ordre exerce une contrainte qui oblige les ouvriers à se contenter, à (...)

9Le lendemain de cet arrêté, 450 grévistes marchent dans les rues du Havre en chantant la Carmagnole des terrassiers 30 et en criant « Vive la révolution sociale ! ». Les gendarmes, chargés de faire appliquer l’arrêté, dispersent le cortège et procèdent à 85 arrestations. Cependant, les événements les plus marquants sont ceux qui se déroulent le 7 juillet 1900. En effet, c’est à l’issue d’un meeting au sein de la Bourse du travail, où s’entassent plus de 3 000 personnes, que de graves incidents ont lieu au Havre et font bon nombre de blessés parmi les manifestants. En réalité la police vient forcer l’entrée de l’institution ouvrière, ce qui provoque une importante bagarre entre les ouvriers et les forces de l’ordre. Suite à ces heurts violents, vers minuit, des hommes qualifiés de « bandits » par le Journal du Havre 31 rejoignent le cortège des terrassiers. De là, ils détruisent la devanture de la pharmacie dont le maire du Havre, Théodule Marais, est propriétaire, puis saccagent le magasin. Par ces déprédations, marques « d’une rage impuissante » 32, ces individus tentent d’assouvir leur vengeance. Faute de pouvoir s’en prendre directement au maire, ils limitent leur violence aux biens personnels de celui-ci. Dès lors, les gendarmes à cheval interviennent. Le Courrier du Havre et Le Petit Journal rapportent les images de cet épisode sanglant et n’épargnent pas leur lectorat de la description des hommes dont le crâne est fendu par les sabres de la police lors des affrontements de cette soirée. Ainsi, Le Petit Journal rapporte-t-il :

  • 33 Le Petit Journal du dimanche 8 juillet 1900.

10« Ce sont des coups de sabre qui ont fait des entailles béantes dans les crânes, sur les fronts ou dans les dos. Les malheureux pleurent du sang ; leurs chemises sont toutes rouges. Ils ne disent rien tandis que les agents, leurs adversaires de tout à l’heure, les pansent avec compassion, lavent leurs plaies avec des mains presque maternelles, et c’est là une scène qui n’est pas sans grandeur. » 33

  • 34 L’opposition entre violence ouvrière et violence étatique semble être une constante pour la fin du (...)
  • 35 Si la Bourse du travail du Havre est logée et financée par la municipalité havraise à ses débuts et (...)
  • 36 Archives départementales de Seine-Maritime, carton 10M335.

11Face aux violences des grévistes, pourtant réduites dans leur rayon d’action, un arsenal répressif est engagé. Celui-ci révèle une violence étatique bien plus rude encore 34. En dépit de cette répression municipale et militaire, les ouvriers havrais, qui souhaitent l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie, voient leur ville être peu à peu paralysée par de nombreuses grèves obéissant aux mêmes démarches et schémas contestataires. Les premières notes du chant de la révolte avaient été entonnées par les terrassiers, les beaux jours de l’été 1900 allaient bercer les couplets et refrains des autres corporations ouvrières havraises. Le rôle central de la Bourse du travail, qui recense 7 709 syndiqués en 1900, ne peut être occulté dans ce contexte 35. On relève que 23 grèves ont lieu, à partir de juillet 1900, de façon presque simultanée 36. À titre d’exemple, la grève des charbonniers, déclarée le 26 juillet, qui mobilise 350 personnes et dure sept jours, ou encore la grève du 16 août 1900, durant laquelle 8 800 ouvriers des chantiers navals se déclarent en grève pendant vingt jours.

La mobilisation des terrassiers comme matrice organisationnelle subversive ?

  • 37 En 1901, suite à son éviction, la Bourse du travail du Havre se constitue en Bourse du travail indé (...)
  • 38 Émile Pouget, Le sabotage, Besançon, Éditions de la Cheville ouvrière, 1977.
  • 39 Les terrassiers revendiquent une augmentation de salaire ainsi qu’une amélioration de leur statut. (...)
  • 40 Cet entrepreneur est dénommé Brossier.
  • 41 Archives municipales de la ville du Havre, FCI2, carton 7, liasse 14, Grèves, terrassiers 1909.
  • 42 Archives municipales de la ville du Havre, FCI2, carton 7, liasse 14bis, Grèves, terrassiers 1909.
  • 43 Henri Vallin est né en 1868 à Étretat (Normandie). Il est secrétaire du syndicat du bâtiment du Hav (...)

12La grève des terrassiers de 1900, dont le rayonnement ne peut finalement pas être dissocié des actions de la jeune Bourse du travail, paraît être l’étincelle d’un mouvement de contestation plus ample. En effet, il semble que le mouvement ouvrier havrais s’adosse à l’ossature de ce premier conflit afin de définir son identité, ses démarches et pratiques de résistance à l’ordre établi. Quelque temps plus tard, la Bourse du travail, qui s’impose au Havre comme le pôle de référence sociale des syndiqués, leur assurant à la fois visibilité et légitimité, est rendue responsable de la subversion de l’espace industrialo-portuaire. Elle est alors soumise aux foudres de la municipalité, qui ordonne la fermeture de ses portes en 1901, la menant vers l’indépendance et dans les bras d’une direction libertaire 37. Le schéma contestataire de la corporation des terrassiers sort donc renforcé de cette évolution, et ce, dans une temporalité assez restreinte. Ainsi, moins de huit années plus tard, les terrassiers adoptent pleinement le répertoire d’actions propre au syndicalisme révolutionnaire, avec sabotages multiples doublés d’organisation de petits commandos d’action. Théorisé par Émile Pouget 38, le sabotage remporte un franc succès au Havre chez ces travailleurs, qui n’hésitent pas à y avoir recours sur les chantiers lorsque le patronat n’est ouvert à aucune négociation. Lors de la grève des terrassiers de l’été 1909 39, par exemple, dans la nuit du 2 au 3 juillet, 150 grévistes se rendent sur le chantier de l’entrepreneur 40 de l’écluse Bellot-Tancarville, munis de bâtons qu’ils lancent sur les façades de son bureau, en dépit de la présence de quatre gendarmes sur le terrain 41. Cette même nuit, les chantiers des travaux d’adduction d’eau en cours sont sabotés à Harfleur et à Gonfreville-l’Orcher, villes voisines. Les tranchées sont déboisées sur une longueur de 70 mètres et cinq tuyaux de conduite, pesant chacun 1 200 kg, sont roulés puis jetés dedans avec divers matériels 42. Ces attaques répondent non seulement au mutisme patronal, mais également à l’arrestation par les autorités du secrétaire général du syndicat du bâtiment Vallin 43 à la sortie du premier meeting relatif au conflit, aux portes même de la Bourse du travail. De surcroît, elles témoignent de la formation d’une véritable identité professionnelle chez les terrassiers, avec rébellions collectives, solidaires et organisées.

  • 44 En 1913, à direction libertaire, les terrassiers sont syndiqués à 100 % et tentent de maintenir un (...)
  • 45 Par exemple, à la suite du grand conflit national de l’été 1953, la reprise du travail au Havre ne (...)

13La mobilisation des terrassiers de 1900 se présente donc véritablement comme la matrice des subversions collectives locales futures, piochant sans réserve dans le répertoire des actions syndicalistes révolutionnaires. Elle est surtout l’étincelle qui permet à l’ensemble des travailleurs havrais de tracer les contours de leur identité, voire d’institutionnaliser leurs luttes contre l’ordre établi, avec comme trame de fond une solidarité interprofessionnelle alimentée par les acteurs syndicalistes révolutionnaires de la Bourse du travail. En réalité, avec la création d’une telle structure, ces derniers entreprennent de construire sans attendre le « Grand Soir », une contre-société qui s’oppose à l’État et au patronat. La Bourse du travail ne se contente alors pas d’être un lieu qui permet aux travailleurs de lutter, c’est aussi un endroit où de nombreux services sont proposés : placement des travailleurs sans emploi, conseil juridique, enseignement, dispensaire, bibliothèque, coopératives… Malgré les provocations et charges policières quasi systématiques, le mutisme patronal et l’enfermement de syndicalistes notoires afin de briser les élans militants, le syndicat des terrassiers havrais reste jusqu’à la Première Guerre mondiale, avec le syndicat des dockers, l’un des plus puissants piliers du syndicalisme révolutionnaire 44. Il permet à la ville industrialo-portuaire havraise de devenir, pendant des décennies, un bastion syndicaliste puisant toute sa force dans le syndicalisme d’action directe, ses pratiques et ses méthodes 45.

Haut de page

Notes

1 Jean-Pierre Chaline dans Gabriel Désert (dir.), La Normandie de 1900 à nos jours, Toulouse, Privat, collection « Le Passé présent », 1978, p. 45-56.

2 Le maire Théodule Marais est élu en mai 1896 et représente la liste du Comité républicain démocratique, de tendance radicale, opposée au Comité central démocratique, de tendance opportuniste. Voir : Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire. Du négoce à l’industrie, 1800-1914 : le cadre de vie, Le Havre, 1982, p. 243.

3 « Au pays de Schneider : prolétariat et militants ouvriers de la Commune à nos jours, colloque du Creusot, 21-22 mai 1976 », Le Mouvement social, n° 99, numéro spécial, Paris, Les Éditions ouvrières, avril-juin 1977.

4 Peter Schöttler, Naissance des Bourses du travail, Un appareil idéologique d’État à la fin du xixe siècle, Paris, PUF, 1985, et Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique, « Aux sources de l’histoire syndicale française. Retour sur les Bourses du travail », Paris, juillet-décembre 2011, n° 116-117.

5 Jean Soulas, « Les étapes de l’évolution du Havre de 1789 à nos jours », dans Les Annales de géographie, vol. 49, n° 280, 1940, p. 205-213.

6 Association française pour l’avancement des sciences, 43e session, sous la direction de MM. Borel, Laporte et Loir, et avec la collaboration de MM. Barrey, Caillard, Dtoeuf, Falaize, Des Gachons, Lausies, Soclet, Vallée et Viollet, Le Havre en 1914, Le Havre, 1914.

7 Théorisée principalement par Fernand Pelloutier, propagée antérieurement par l’anarchiste Tortelier à la fin des années 1880, la grève générale rompt avec la violence « classique » des révolutions armées. Elle se joue de l’État et refuse toute médiation. La grève générale peut être considérée comme l’apanage des syndicalistes révolutionnaires d’avant-guerre. Voir Jacques Julliard, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, éditions du Seuil, 1971.

8 Archives municipales de la ville du Havre, FCI2, carton 7, liasse 6 : Grèves, terrassiers : grève générale, états des individus arrêtés, arrivées des troupes, casernement, indemnités, dommages, dépenses ; et Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire. Du négoce à l’industrie, 1800-1914 : le cadre de vie, Le Havre, 1982, p. 333.

9 Lettre sous forme d’affiche adressée aux habitants du Havre. Archives départementales de Seine-Maritime, carton 10M335 : Conflits du travail, coalitions, grèves, Manifestations : Graville-Sainte-Honorine (électricité) ; Gruchet-le-Valasse, Le Havre (tramways, charretiers, maréchaux-ferrants, dockers, ouvriers voiliers, charrons, coiffeurs, compagnie transatlantique du Havre) ; Le Havre (rapport sur la situation, état des ouvriers poursuivis pour fait de grève : dockers, bourreliers, selliers, charbon, manufacture de tabac, Compagnie générale transatlantique, poubelles, ponts-et-chaussées, fabrique de chaux, métallurgie, terrassiers) 1899-1900.

10 L’historien Stéphane Sirot souligne : « À mesure que la grève prend sa substance de fait social et a fortiori s’institutionnalise, elle implique de façon croissante la société ». Voir Stéphane Sirot, La grève en France, Une histoire sociale (xixe-xxe siècle), Paris, Odile Jacob, collection « Histoire », 2002, p. 47.

11 Le 7 juillet, par exemple, après la rixe opposant les terrassiers et les forces de l’ordre, dans la journée même, 5 000 personnes sont présentes lors d’un meeting en soutien aux grévistes. Si 2 000 personnes peuvent assister au meeting à l’intérieur de la Bourse du travail, 3 000 personnes manquent de place et se postent à l’extérieur du bâtiment. Cf. Le Petit Havre du 8 juillet 1900.

12 Par exemple, lors de la grève des métallurgistes havrais en août 1922, l’entraide ouvrière permet la prolongation du mouvement sur plusieurs mois. Archives départementales de Seine-Maritime, série 2Z89, grève générale de 1922 : dossier synthétique sur la grève (20 juin-10 octobre).

13 Le terme « promenade » est probablement utilisé par les forces de l’ordre dans leurs rapports afin de minimiser l’action des terrassiers.

14 Tels ceux de la Jetée, de la Floride et de la Cale sèche.

15 La présence des femmes des terrassiers grévistes, puis de leurs enfants, permet ainsi au mouvement d’être plus visible, de faciliter la quête nécessaire au financement de la grève et surtout d’éviter des charges policières trop sanglantes. La lettre du procureur de la République au procureur général signale, à propos des promenades quotidiennes des grévistes entre 12 h 00 et 14 h 00 au Havre : « Ceux-ci au nombre de 400 ou 500, accompagnés par des femmes, des enfants, parcourent les rues en chantant la Carmagnole des terrassiers et en poussant des cris à la fin de chaque couplet ; des femmes et des hommes munis de tirelires sollicitent la générosité des habitants et suivent les grévistes […]. Il est fort difficile d’empêcher par la force ces promenades il faudrait pour cela avoir sous la main des forces imposantes et ne pas reculer devant une collision qui pourrait avoir les conséquences les plus sérieuses surtout à raison de la présence des femmes et des enfants ». Archives départementales de Seine-Maritime, carton 10M335. Il est possible de constater ici que le pouvoir en place, en dépit de la présence de femmes et d’enfants dans ces rassemblements ouvriers, prévoit la répression du mouvement.

16 Archives départementales de Seine-Maritime, carton 10M335.

17 Stéphane Sirot, La grève en France, Une Histoire sociale (xixe-xxe siècle), Paris, Odile Jacob, 2002, chapitre VI, « La geste gréviste ».

18 Robert Shorter, Charles Tilly, Strikes in France, London Cambridge University Press, 1974.

19 Michelle Perrot, Les ouvriers en grève, France 1870-1890, op. cit., p. 571.

20 Pour le 9 juillet 1900, par exemple : « État nominatif des individus arrêtés pour faits de grève : Louise Debris, 22 ans, trieuse de café, 101 rue Michelet, arrêtée le 9 juillet 1900 pour coups et blessures et entrave à la liberté de travail ; Anna Lebach, 19 ans, dock 88, arrêtée le 9 juillet 1900 pour coups et blessures et entrave à la liberté de travail ; Alexandrine Leguillermie, arrêtée le 9 juillet 1900 pour coups et blessures et entrave à la liberté de travail ; Georgette Lecoeur, arrêtée le 9 juillet 1900 pour coups et blessures et entrave à la liberté de travail ; Marie Cison, arrêtée le 9 juillet 1900 pour coups et blessures et entrave à la liberté de travail ». Archives municipales de la ville du Havre, FCI2, carton 7, liasse 6.

21 En réalité, la révolte féminine ne se nourrit pas « de chiffres ou d’images lointaines, mais de faits concrets, de rancunes quotidiennes, entretenues dans les conversations de voisinage, les rencontres du marché ». Voir Michelle Perrot, Jeunesse de la grève, France, 1871-1890, op. cit., p. 118-119.

22 Le terme « ménagère » est employé par les recenseurs au xixe siècle pour désigner les femmes qui n’ont pas de travail salarié. Selon Proudhon, qui bénéficie d’une large audience au sein des milieux populaires, les femmes ne peuvent être que « ménagères ou courtisanes ». Les ménagères demeurent le pilier de la cellule familiale ouvrière : entretien du ménage, confection des repas, soins aux enfants, mais aussi couture et lavage pour les autres. Qu’elles soient épouses légitimes ou pas, le rôle des ménagères relève de la véritable gageure, car les ouvriers français évoluent au cœur d’une société dominée par la pénurie. En période de crise, le rôle de la ménagère est magnifié, ses décisions ne sont pas remises en cause. Gestionnaires, pourvoyeuses de nourriture, leurs compagnons reconnaissent leur autorité sur la famille. Évoluant en ville, les ménagères sont souvent dehors, dans les escaliers, dans la cour, dans la rue, au marché, elles maîtrisent l’espace urbain. De plus, elles sont le vecteur des nouvelles du quartier et de la ville. En somme, les ménagères s’illustrent clairement comme les figures insignes des milieux populaires. La Troisième République se situe à l’apogée de l’exaltation de la ménagère. Plus précisément, à l’aube de la Première Guerre mondiale, la production et la diffusion de la « ménagère » comme identité féminine des milieux populaires et de la petite bourgeoisie s’ancre dans les mentalités. Voir Clio HFS, Les mots de l’Histoire des femmes, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2004, p. 61-62 ; Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. 134-135 ; Louise Tilly, Joan Scott, Les femmes, le travail et la famille, Paris, Rivages, Histoire, 1978, p. 162 ; Yannick Ripa, Les femmes, actrices de l’histoire, France, 1789-1945, Paris, Armand Colin, coll. Campus, 2004, p. 69-70 ; Anne-Marie Sohn, Chrysalides, Femmes dans la vie privée (xixe-xxe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, vol. 1, 1996, p. 134 ; Sandrine Roll, De la ménagère parfaite à la consommatrice engagée. Histoire culturelle de la ménagère nouvelle en France au tournant des xixe-xxe siècles, thèse, université de Strasbourg, sous la dir. de R. Rogers, 2008.

23 Michelle Perrot, Jeunesse de la grève, France, 1871-1890, op. cit., p. 119.

24 Ibid., p. 118.

25 Commune voisine, rattachée à la ville du Havre en 1973.

26 Archives départementales de Seine-Maritime, carton 10M335 : Conflits du travail, coalitions, grèves, manifestations : Graville-Sainte-Honorine (électricité) ; Gruchet-le-Valasse, Le Havre (tramways, charretiers, maréchaux-ferrants, dockers, ouvriers voiliers, charrons, coiffeurs, Compagnie transatlantique du Havre) ; Le Havre (rapport sur la situation, état des ouvriers poursuivis pour fait de grève : dockers, bourreliers, selliers, charbon, manufacture de tabac, Compagnie générale transatlantique, poubelles, ponts-et-chaussées, fabrique de chaux, métallurgie, terrassiers) 1899-1900.

27 Idem.

28 Michelle Perrot, Jeunesse de la grève, France, 1871-1890, op. cit., p. 153.

29 Idem.

30 Les chants révolutionnaires tels la « Carmagnole » et « Ça ira » remportent un grand succès lors des manifestations ouvrières havraises. Ici, nous pouvons noter qu’une chanson propre à la corporation des terrassiers est entonnée, la « Carmagnole des terrassiers ». Extraits :

Refrain

Dansons sur la terrasse

À bas les singes, à bas les singes !

Dansons sur la terrasse

À bas les singes et les patrons !

Couplet

Que demande le terrassier ? (bis)

La suppression des gravatiers, (bis)

La guerre aux exploiteurs,

La paix aux producteurs.

Ce sont les prolétaires

À bas les singes, à bas les singes !

Qui fécondent la terre

À bas les singes et les patrons !

(Le Progrès du Havre du 9 juillet 1910).

Dans l’œuvre de Jules Jouy, qui référence les chansons de bataille, nous avons trouvé également La chanson des terrassiers de Louise Michel. Se mêlent ainsi le vocabulaire spécifique de la corporation et le vocabulaire propre à la lutte. Par exemple : « la meute/l’émeute » ; « par terre laissant tomber vos pioches/promenez-vous les mains dans les poches » ; « chantiers/chantez ». L’idée est simple : reprendre les termes propres à la corporation, les adapter sur un air connu de tous et ainsi fédérer le cortège par un enthousiasme collectif. Aujourd’hui encore, ce même procédé est utilisé. Voir Jules Jouy, Chansons de bataille, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1889.

31 Le Journal du Havre du 9 juillet 1900.

32 « L’obstacle des forces de l’ordre exerce une contrainte qui oblige les ouvriers à se contenter, à défaut de l’objectif désiré mais inaccessible, d’un autre, secondaire mais plus proche ». Voir Michelle Perrot, Les ouvriers en grève, France 1870-1890, tome 2, Paris, Mouton, p. 583.

33 Le Petit Journal du dimanche 8 juillet 1900.

34 L’opposition entre violence ouvrière et violence étatique semble être une constante pour la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle. Voir Marco Gervasoni, « L’invention du syndicalisme révolutionnaire en France (1903-1907) », Mil neuf cent, Revue d’histoire intellectuelle, janvier 2006, n° 24, p. 68 ; Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Genève, Labor, 2006.

35 Si la Bourse du travail du Havre est logée et financée par la municipalité havraise à ses débuts et offre des services comme notamment le placement des ouvriers ou encore les cours professionnels, il est important de souligner le fait que dès le départ, celle-ci ne se cantonne pas à un rôle purement administratif et s’éloigne en cela du caractère exclusivement réformiste qui lui est alloué. En octobre 1900, la Bourse du travail du Havre revendique 7 709 syndiqués dont 480 terrassiers, 182 charpentiers du bâtiment, 117 couvreurs plombiers zingueurs, 446 maçons plâtriers. Voir Archives nationales de Paris, F713619.

36 Archives départementales de Seine-Maritime, carton 10M335.

37 En 1901, suite à son éviction, la Bourse du travail du Havre se constitue en Bourse du travail indépendante. Ses difficultés des premiers temps bénéficient d’un large écho au sein des autres Bourses du travail de France, de la CGT et chez les militants. En 1904 et en 1905, elle reçoit de nombreux dons qui lui permettent à la fois de repayer ses cotisations à la CGT, d’impulser de nouvelles grèves, de créer son propre journal Vérités et de louer en 1907 un bâtiment pouvant accueillir une maison du Peuple. Suite aux pérégrinations de la Bourse du travail indépendante de 1901 à 1906, l’influence des allemanistes perd de sa superbe et l’apparition de Vérités permet aux libertaires de reprendre la poignée, toujours dans l’optique de préserver la puissance du syndicalisme révolutionnaire au Havre.

38 Émile Pouget, Le sabotage, Besançon, Éditions de la Cheville ouvrière, 1977.

39 Les terrassiers revendiquent une augmentation de salaire ainsi qu’une amélioration de leur statut. Six cent quatre-vingt-dix travailleurs du bâtiment appartenant à 16 entreprises havraises font grève du 28 juin au 9 août 1909. Voir Vérités du 1er juillet 1909 et du 1er août 1909.

40 Cet entrepreneur est dénommé Brossier.

41 Archives municipales de la ville du Havre, FCI2, carton 7, liasse 14, Grèves, terrassiers 1909.

42 Archives municipales de la ville du Havre, FCI2, carton 7, liasse 14bis, Grèves, terrassiers 1909.

43 Henri Vallin est né en 1868 à Étretat (Normandie). Il est secrétaire du syndicat du bâtiment du Havre en 1904 et en 1909. Puis, de 1912 à 1914, Vallin est élu secrétaire général de l’Union des syndicats ouvriers du Havre (Archives nationales, F7 13619 et archives départementales de Seine-Maritime, 2Z47). Début août 1909, 12 condamnations pour fait de grève et 21 emprisonnements préventifs sont recensés pour la corporation havraise des terrassiers, soit un total de 308 jours de prison. (Vérités du 1er août 1909). Lors de la réunion des ouvriers terrassiers du 28 juin, à la maison du Peuple, le commissaire de police de la quatrième section se présente et exige, fort de son statut, de pouvoir entrer et assister à la réunion publique. Les ouvriers grévistes refusent son entrée, appuyés par Vallin, le secrétaire général du syndicat du bâtiment qui insiste sur le caractère corporatif, donc privé, de la réunion. Chassé, le commissaire se retire. En conséquence, vers minuit et demi, Vallin est arrêté à sa sortie de la Bourse du travail par la police et conduit à la maison d’arrêt. Ainsi, il est jugé le 5 juillet pour avoir refusé au commissaire son entrée à la maison du Peuple. Vallin écope de dix jours d’emprisonnement et de cinq francs d’amende (Vérités du 1er juillet 1909).

44 En 1913, à direction libertaire, les terrassiers sont syndiqués à 100 % et tentent de maintenir un rapport de force efficace localement grâce à la Bourse du travail indépendante, support logistique de poids. Ces effectifs importants s’expliquent par l’influence des syndicalistes terrassiers sur les membres de leur corporation. Nombreux sont les rapports de police relatant les pressions exercées sur les nouveaux terrassiers (mises en quarantaine, intimidations…) et la valeur accordée aux consignes syndicales (ANF713619 : carton portant sur la Bourse du travail du Havre). En 1913, les terrassiers sont également à la pointe du combat antimilitariste au Havre (oppositions à la loi Millerand) avec à leur tête des militants comme Louis Parisot ou Auguste Benoist, dit « Cantin », figures antimilitaristes de Seine-Inférieure. Cantin est, par exemple, secrétaire des Amis de la Bataille Syndicaliste dès 1911, fer de lance d’un groupe anarchiste sous le titre de Groupe d’études sociales au Havre, et est élu secrétaire du syndicat des terrassiers en 1916 (archives départementales de Seine-Maritime 2Z47 ; Archives nationales de Paris F7 13343 : agitations contre la loi des trois ans 1913-1914, et F7 13619 : carton portant sur la Bourse du travail du Havre).

45 Par exemple, à la suite du grand conflit national de l’été 1953, la reprise du travail au Havre ne s’effectue pas sans heurt. Effectivement, des débrayages de courte durée, de petits sabotages et l’usage de la grève perlée maintiennent une ambiance tendue et perturbent la marche des entreprises (archives départementales de Seine-Maritime, Z 1767, rapports mensuels de la police générale pour le mois de septembre 1953).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Rannou, « De la vase aux pavés, la grève des terrassiers havrais en 1900 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 125 | 2014, 21-32.

Référence électronique

Hélène Rannou, « De la vase aux pavés, la grève des terrassiers havrais en 1900 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3860

Haut de page

Auteur

Hélène Rannou

Doctorante en histoire contemporaine, Laboratoire du GRHIS, Université de Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page