Navigation – Plan du site
FILMS

Munich

de Steven Spielberg (2006)
Didier Monciaud

Texte intégral

1Thriller politique et psychologique, ce film de Spielberg aborde un sujet particulièrement sensible. Suite à la sanglante et médiatique prise d’otage d’athlètes israéliens lors des Jeux Olympiques de Munich en septembre 1972, Golda Meir, la Première Ministre israélienne, décide de lancer une opération secrète de représailles contre les responsables de cette attaque. Un groupe d’agent du Mossad est constitué et chargé de tuer à travers le monde les personnes ayant eu à des degrés divers un rapport avec cette opération. Voilà la situation qu’a choisi d’évoquer Steven Spielberg dans le film.

2Cette opération baptisée Colère de Dieu est confiée à un petit commando de cinq hommes. Elle est dirigée par Avner (Eric Banna), agent du Mossad, fils d’un héros de guerre et ancien garde du corps de Golda Meir, qui attend son premier enfant. Son but est de pourchasser et d’exécuter les treize personnes identifiées comme étant du commando palestinien Septembre Noir.

3Outre Avner, le commando comprend un chauffeur sud-africain Steve (Daniel Craig), un expert en explosif et fabricant de jouets belge Robert (Mathieu Kassovitz), un marchand de livres et d’antiquité et faussaire allemand Hans (Hans Zischler) et un spécialiste de « nettoyage » Carl (Ciaran Hinds).

4Au départ, leur mission financée par un compte dans une banque genevoise repose sur trois conditions : éviter les dommages collatéraux, assurance de l’identité des cibles et conservation des notes de frais pour le responsable financier du Mossad !

5Le début du film est assez long. Pour la première exécution, les acteurs sont très nerveux. Le poète palestinien et traducteur, figure d’un intellectuel doux et calme, vit à Rome. Rentrant chez lui de l’épicerie, il est exécuté dans un flot de … lait … qu’il rapporte de ses courses. S’en suit une série de plans au travers de l’Europe et au Moyen Orient pour la réalisation de leur mission. A Londres, l’un des leurs est tué. A Beyrouth, l’action tourne au carnage avec de nombreuses victimes.

6On voit donc progressivement ces personnages porteurs d’une cause qu’il estime juste se transformer et douter … Ces questions, doutes et inquiétudes concernant leur mission occupent une place importante dans ce récit. Car les agents israéliens en deviennent, à leurs propres yeux, de véritables assassins.

7Les tragiques évènements de Munich sont évoqués sous la forme de réguliers flash-backs. Le six septembre 1972, un commando palestinien, le groupe Septembre Noir, pénètre dans le village olympique et investit le bâtiment où réside la délégation des sportifs israéliens. Deux sont tués lors de l’attaque et neuf pris en otage. Le but initial du commando est de faire un coup d’éclat et d’attirer l’attention sur la cause palestinienne. Il réclame la libération de deux cents prisonniers politiques. Golda Meir refuse. Cette prise d’otages va dégénérer, en partie en raison de la gestion désastreuse des autorités fédérales allemandes.

  • 1 L’Humanité, 25.01.2006.

8Car après de multiples rebondissements et suite à « un énorme cafouillage »1, cela tourne  au massacre. Les otages sont tous tués de même que cinq ravisseurs. Trois sont arrêtés. On pourra trouver bien discrète la critique de Spielberg de cette dimension. Pourtant, on voit clairement que c’est la police allemande qui commença à tirer.

9La présentation des réalités du Mossad est loin d’égaler Les Patriotes d’Eric Rochant en 1994. Le petit rôle d’Yvan Attal, héros de ce précédent film, semble être un clin d’œil. Le film présente les agents cherchant à comprendre le choix de leurs différentes cibles et se posant des questions sur l’utilité de telles exécutions. On reste songeur sur les échanges quasi philosophiques entre les membres de l’équipe sur la justesse de leur mission et leur croissant malaise. Même pris de doute, on peut légitimement trouver singulier de voir des membres de forces spéciales en parler ainsi directement.

10La dimension sexuelle est aussi surprenante. Quand le groupe s’en prend à une tueuse belle et troublante, responsable de la mort d’un des leurs, probablement sur la base d’un contrat émanant du KGB. Elle réside sur une péniche aux Pays-Bas. La scène la montre sortant de la douche, elle tente de les distraire en montrant ses seins ! Ils l’abattent à l’aide de silencieux. Le coup de grâce lui est infligé alors qu’elle est sur chaise. Autre exemple, l’agent faisant l’amour avec sa femme, a des flash-backs du massacre de Munich …

11La scène de l’hôtel est incroyable car tellement improbable ! A Athènes, le commanda se retrouve logé avec des Palestiniens qui se cachent sous l’identité de membres de la R.A.F (Fraction Armée Rouge) allemande. Une improbable conversation de nuit s’en suit entre Avner et le chef du groupe palestinien. Ce dernier explique qu’ils ne font que combattre pour son pays, pour disposer d’une patrie.

12Mentionnons brièvement une pointe anti-française, figure répandue depuis quelques années dans le cinéma et la télévision américaine : le rôle diabolique d’informateurs français qui bien sur mangent du fromage de chèvre !

13Ce film ne permet pas de comprendre ce qui a conduit les Palestiniens a recourir à cette violence. Et les atrocités de Munich ne sont qu’un épisode d’une longue série de violence qu’a connue la région. On évoquera les assassinats par les services israéliens en juillet 1972 à Paris d’un journaliste algérien investi dans la cause palestinienne, l’exécution au Liban du journaliste et écrivain palestinien Ghassan Kanafani, dirigeant du FPLP le 8 juillet 1972 ou encore la troisième tentative d’assassinat contre Anis Sayegh, directeur du centre de recherche dépendant de l’OLP le 19 juillet de la même année.

14Etrange omission d’un épisode avéré ne soit pas mentionné : en juillet 1973, à Lillehammer en Norvège, un commando exécutera par erreur Ahmed Bouchikhi, un jeune travailleur immigré marocain, serveur dans un restaurant. Ils le prenaient pour Ali Hassan Salameh, fondateur de la Force 17, garde de Yasser Arafat et considéré comme l’instigateur véritable de l’opération à Munich. Six agents israéliens sont arrêtés et condamnés lors d’un procès à huis clos à de légères peines de prison, entre une et cinq années ! Les principaux responsables « réussiront » à s’échapper dont de hauts responsables du Mossad. Une membre du commando fera un an de prison avant de bénéficier d’une grâce royale … Cela reste l’un des très rares faits avérés de cette opération.

15Le film a suscité de vives polémiques. D’abord de romancer un épisode réel sur lequel on en dispose que de trop rares infirmations fiables. Spielberg et ses scénaristes Tony Kushner et Eric Roth se sont beaucoup appuyés sur le livre de Georges Jones publié en 1994 et intitulé Vengeance : the true story of an israeli counter terrorist. Ce journaliste conservateur et pro-israélien s’appuierait sur les confessions d’un présumé membre du commando israélien. Rien n’atteste une telle affirmation …

16Autre oubli, le Mossad et les responsables israéliens ont mis en cause pour cette opération une série de personnes. On citera par exemple Wadî’ Hadâd, Bâsel al-Kabessi ou Kamâl Nâser. Pourtant aucun de ces militants n’a joué de rôle dans la préparation ou la réalisation de l’attaque. Les deux premiers étaient des cadres du Front Populaire, le troisième responsable à l’information du comité exécutif de l’OLP et indépendant. De même, une série d’autres noms circula. Elle concernait Kamâl ‘Odwân, Mohammas Youssef al-Naggâr, Abu Diâr, Hassan Salâma, ‘Adel Za’îter ou Mahmoud al Homachî. Ceux-ci également n’avaient aucun lien avec l’affaire. En fait, c’est un groupe qui relevait du dirigeant Abou Iyad, connu comme « septembre noir » qui est responsable de cette affaire …

  • 2 Illimité, janvier 2006.

17Mettre sur le même plan les points de vue israéliens et palestiniens a aussi déplu,  notamment parmi les partisans farouches de l’Etat d’Israël. Par exemple, le consul israélien de Los Angeles a dénoncé « une production (… ) superficielle, prétentieuse et problématique car elle place sur le même plan le Mossad et les terroristes palestiniens »2.

  • 3 Le Nouvel Observateur, 9-15.02.2006.
  • 4 Idem.

18Les plus virulentes critiques insistent sur le refus de Spielberg de ne pas soutenir la ligne de fermeté des autorités israéliennes. Ainsi en France, l’historien israélien Elie Barnavi, ancien ambassadeur de l’Etat d’Israël, a lui vu un film qui implicitement mettrait en cause le droit d’Israël à se défendre donc son existence même3. Il cite un exemple, celui du chef du commando du Mossad, qui est ébranlé par leurs exactions et décide finalement de quitter l’Etat d’Israël pour aller s’installer à New York. Il qualifie le scénariste Tony Kushner de « dramaturge d’extrême gauche et juif antisioniste »4. Curieux propos de la part d’un historien réputé et officiellement du camp de la paix ... Qui plus est, Kushner avait auparavant dans son film Angels in America son soutien résolu à l’Etat d’Israël tout en étant critique.

  • 5 Al-Watan, 11.07.2005.
  • 6 Socialist Worker, 28.01.2006.

19D’autres au contraire y ont vu une volonté délibérer d’« humaniser les assassins »5. Le spécialiste britannique John Rose parle de « explorer la conscience troublée des oppresseurs »6 en soulignant l’absence de la voix des opprimés. Spielberg ayant refusé l’offre d’un ancien du commanda, Mohammad Daoud, toujours en vie, de parler de ces évènements.

20Un critique a même jugé que le réalisateur montrait que les Palestiniens étaient naturellement des terroristes7 et servant les projets législatifs répressifs mis en place depuis le onze septembre. Pire encore selon cette approche, la supériorité morale des Israéliens serait clairement énoncée. Violente et bien excessive charge. Le journaliste français, Didier Peron, voit dans cette production un « pensum du remord pacifiste globalement anachronique »8.

  • 9 Le Nouvel Observateur, 26.01-.01.02 2006.

21En fait, ce film exprime les opinions et questions de son réalisateur sur la question moyen orientale. Notamment sur le recours à la violence aveugle. Rien de plus. « A partir de quel moment et dans quelles circonstances peut-on justifier la violence ? »9 comme le demande Jean Daniel. La violence et la politique de répression lui apparaissent comme autant d’impasses. Le film soulève la question de la légitimité des assassinats ciblés. Question toujours d’actualité.

22On croit voir dans ce film l’idée que les revendications palestiniennes ne sont ni comprises ni connues réellement. La scène, plus qu’improbable, de l’hôtel le prouve. Une scène est particulièrement troublante : Avner suggère que les terroristes palestiniens auraient pu être interpellés et jugés. Aussitôt, la question du jugement de ces agents israéliens peut se poser …

23Ce film politique, par delà les polémiques, offre une critique résolue des méthodes du Mossad. Il reste d’abord un film d’action avec une forte dimension psychologique. Véritable voyage dans les états d’âme d’un agent secret qui sent sa progressive dé-humanisation. Certains commentateurs ont évoqué l’aspect Les frères Karamazoz de Dostoïevski ou de Camus dans sa pièce Les justes.

24Cependant, ce film est extrêmement bien fait, Spielberg reste un virtuose. Cette réalisation fait penser aux polars thrillers politiques des années 1970 comme Scorpio (1973) ou Les trois jours du Condor (1975).

Haut de page

Notes

1 L’Humanité, 25.01.2006.

2 Illimité, janvier 2006.

3 Le Nouvel Observateur, 9-15.02.2006.

4 Idem.

5 Al-Watan, 11.07.2005.

6 Socialist Worker, 28.01.2006.

7 Julian Samuel in www.dissidentvoice.org, 04.04.2006.

8 Libération, 25.01.2006.

9 Le Nouvel Observateur, 26.01-.01.02 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Munich », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/386

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page