Navigation – Plan du site
DOSSIER

Expressions de la rébellion : institutions, organisation et individus

Fanny Gallot et David Hamelin
p. 13-19

Texte intégral

  • 1 Anne Jollet (coord.), « Comment les historiens parlent-ils du travail ? », Cahiers d’histoire, revu (...)
  • 2 Alain Cottereau, « Théories de l’action et notion de travail. Note sur quelques difficultés et quel (...)
  • 3 Il est à noter que dans les universités anglo-saxonnes les labour studies ont toute leur place, tou (...)
  • 4 David Hamelin, « Pour une histoire du travail ! », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n (...)

1Depuis une petite quinzaine d’années, plusieurs articles à vocation synthétique, comportant parfois des visions contradictoires, ont permis de mesurer cet étrange paradoxe 1 : bien que le travail, à condition d’en définir précisément l’objet 2, constitue a priori un fait majeur de nombreuses sociétés, et non simplement celles des xixe et xxe siècles, la discipline historique, tout du moins en France 3, a largement délaissé cet objet pourtant central, même si au xxe siècle on peut noter des périodes de flux modéré et de reflux, sans qu’il soit possible de parler pourtant de l’existence d’un « âge d’or ». Ceci étant, tout en constatant le relatif désintérêt, ou plutôt la non-reconnaissance des recherches sur le travail dans la diversité de ses formes, la constitution en juin 2013 de l’Association française pour l’histoire des mondes du travail (AFHMT 4), et son succès immédiat auprès de nombreux chercheurs et chercheuses, ont permis de mesurer qu’il y avait à la fois nombre de recherches récentes ou de travaux en cours sur cet objet d’étude et un fort intérêt pour les auteurs de ces enquêtes à se réunir dans un cadre collectif pour promouvoir cette approche. L’AFHMT est arrivée en définitive à un moment opportun, en permettant de « faire sortir du gué » travaux et chercheurs isolés et méconnus, et laissant augurer d’une période plus faste pour les historiens du travail. En observant les Rebelles au travail, ce dossier entend apporter une contribution à ce renouveau historiographique, dont est le produit et que promeut l’AFHMT, dans la mesure où sont abordés ici deS mondeS du travail envisagés dans leur dimension historique tout en se situant dans un dialogue avec d’autres sciences humaines et sociales (sociologie, sciences politiques, littérature, etc.).

  • 5 Ludivine Bantigny, http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/08/22/30456949.html
  • 6 Xavier Crettiez et Isabelle Sommier (dir.), La France rebelle, tous les mouvements et acteurs de la (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Michelle Perrot, Les ouvriers en grève, 1871-1890, Paris-La Haye, Mouton, 1974, 900 p., rééd. Paris (...)
  • 9 Stéphane Sirot, La grève en France. Une histoire sociale, xixe-xxe siècles, Paris, Éditions Odile J (...)
  • 10 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, (...)
  • 11 François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industri (...)
  • 12 Vincent Bourdeau, François Jarrige et Julien Vincent, Les luddites. Bris de machines, économie poli (...)
  • 13 Nicolas Le Magne, « L’Alltagsgeschichte : l’anthropologie historique allemande », Notionnaire, Pari (...)
  • 14 Alf Lüdtke, Histoire du quotidien, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994, 344  (...)
  • 15 Anne-Marie Arborio, Yves Cohen, Pierre Fournier, Nicolas Hatzfeld, Cédric Lomba et Séverin Muller ( (...)
  • 16 Frédéric Chauvaud, « La conflictuosité en histoire », Les Cahiers du GERHICO, n° 3, 2002, p. 7-18.

2Mais qu’est-ce qu’être rebelle ? Ludivine Bantigny souligne que « les rebelles, par-delà leur extrême diversité dans le temps et l’espace, ont du moins un point commun : le rejet d’un ordre imposé et supposé partagé qu’ils voient comme une domination, voire une sujétion » 5. Il s’agit là d’une posture d’ordre philosophique, qui peut se décliner sous différentes formes allant du refus à la contestation en passant par la révolte. Cette posture peut s’accompagner d’actions, collectives ou individuelles, violentes ou non, et elle produit des effets allant de l’isolement à l’admiration en passant par la stigmatisation, voire la répression 6. Se constituent alors des figures de rebelles dont la littérature et le cinéma sont férus, ayant souvent « quelque chose du héros romantique » 7. Derrière elles et eux, se cachent des rebelles du quotidien, au travail en particulier. Qu’il soit possible ou non de les nommer, ils et elles ont agi pour dire non. Dans l’historiographie récente, le travail a été traité dans ses dimensions conflictuelles et notamment dans le monde salarié ou industriel avec le prisme particulier de la grève. Aux travaux fondateurs de Michelle Perrot 8 ont succédé, plusieurs années après, ceux de Stéphane Sirot 9 puis de Xavier Vigna 10. Plus récemment, d’autres pratiques telles que les résistances et les violences face à l’intrusion du machinisme 11, en particulier le luddisme 12, viennent accroître la compréhension des différentes formes d’insoumission aux logiques patronales ou économiques. Une autre approche, développée par les historiens d’outre-Rhin, inscrit certaines formes de résistance au travail dans des pratiques quotidiennes (Alltagsgeschichte 13). Cette histoire développée et promue par l’historien allemand Alf Lüdtke 14 a trouvé des résonances en France, donnant lieu, par exemple, à l’ouvrage Observer le travail dans lequel il s’agit de déplacer « les regards vers les pratiques de travail, en combinant les approches historienne et ethnographique » 15. La rébellion au travail, envisagée dans ce cadre, peut ainsi prendre plusieurs dimensions, tant individuelles que collectives. Elle permet d’appréhender les formes de freinage collectif, l’absentéisme, le refus des heures de travail supplémentaires, les ambiances défavorables au travail et à la productivité, et encore plus récemment l’animation de médias sociaux critiques. En cela, une approche de la quotidienneté du conflit social favorise la prise en compte de ce que Frédéric Chauvaud appelle la « conflictuosité » 16 et dont l’objet est de saisir des conflits invisibles mais structurants et favorisant différentes formes de régulation sociale.

  • 17 Alice Krieg-Planque, « Un lieu discursif : “Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas”. Étu (...)
  • 18 Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), « Ouvrières, ouvriers », Clio-Femmes, Genre, His (...)
  • 19 Fabrice Boudjaaba (dir.), Le travail et la famille en milieu rural : xvie-xxie siècles, Rennes, PUR (...)

3Les articles rassemblés ici situent leurs investigations essentiellement dans le cadre français, à l’exception de celui de Stéfanie Prezioso portant sur la situation italienne durant la Première Guerre mondiale. Les lieux de rébellion au travail sont divers, allant du local – l’usine chez Mélanie Roussel, ou la ville, en l’occurrence Le Havre, pour Hélène Rannou – au national, en passant par le « for intérieur » dans le cadre de la contribution d’Éliane Le Port. Mais c’est aussi la manière dont des « lieux discursifs 17 » participent à modeler et à faire circuler une certaine image de rebelle au travail, avec la presse féministe ou les discours d’amnistie, qui est étudiée. Au-delà de la grève, les sept contributions à ce dossier renseignent sur les pratiques individuelles et collectives de résistance au travail, qu’il s’agisse du répertoire d’actions, des revendications exprimées et des violences qui les caractérisent, qu’elles soient explicites ou cachées. Finalement, ces contributions rendent compte de la diversité des figures rebelles. S’il est encore souvent question d’hommes, des femmes grévistes ou compagnes de grévistes solidaires font leur apparition, s’inscrivant dans le renouvellement historiographique mettant en avant la pluralité des acteurs et actrices de la rébellion au travail : des femmes 18, des paysans 19, mais aussi des travailleurs et des travailleuses ayant des contrats de travail diversifiés.

4Plus précisément, ce dossier permet de rendre compte de la pluralité des visages, des lieux et des pratiques de la rébellion au travail. Il couvre une longue période allant du milieu du xixe siècle aux années 1970. Loin de la figure canonique de l’ouvrier en grève ou participant à des manifestations, ce sont différents métiers, des hommes et des femmes, des actions diverses et des lieux différents qui sont mis à contribution pour penser les institutions régulant la rébellion au travail, son organisation collective ou encore son expression individuelle.

Institutions et régulation

5Certaines contributions à ce dossier posent la question du rôle des institutions dans la régulation de la rébellion au travail. Ainsi, Stéphane Gacon revient sur la Troisième République et les articulations, sinon les interactions, entre la question sociale et l’amnistie. Son approche permet de mieux saisir la manière dont l’amnistie devient progressivement un outil de régulation du conflit social dans une période où la grève devient légale et une arme de choix, tandis que le monde du travail se transforme et se structure sur les plans politique et syndical, et que dans le même temps la répression sociale s’intensifie. Il montre avec précision comment les campagnes d’amnistie produisent des héros et des martyrs, quels que soient leurs courants politiques (communards, anarchistes, communistes), simplifiant souvent à l’extrême les enjeux de la lutte sociale dans la perspective de la construction du mouvement social ou de la défense du parti. De l’autre côté de la barrière, les défenseurs de l’ordre social dénoncent, là aussi avec une continuité déroutante, dans la tradition des « classes dangereuses » du premier xixe siècle, les violences d’un peuple ensauvagé et endoctriné par quelques « meneurs ». De son côté, Stéfanie Prezioso revient sur le premier conflit mondial à partir du cas italien, et montre comment il est à la fois le révélateur des tensions sociales du pays et comment il a pu agir comme catalyseur de celles-ci. Cet article souligne que la guerre ne constitue pas seulement, comme le souhaitent ses promoteurs, un moment de brassage, d’unité nationale, mais conforte les inégalités sociales et renouvelle les clivages. Elle devient le moyen de contenir et de domestiquer ce monde du travail si prompt à la rébellion par l’usage d’une discipline et d’une répression à l’égard des soldats du rang (souvent des ouvriers) inégalées parmi les belligérants. Malgré cette brutalité instituée, et comme le précise Stéfanie Prezioso, que ce soit sur le front ou dans l’espace civil, la contestation sociale accompagnera en définitive cette période de guerre par des grèves, par de la désobéissance militaire, peu de temps avant le Bienno rosso de la fin des années 1910.

6Derrière cette question de la régulation par les institutions de la rébellion au travail, se cache l’enjeu de la violence de la rébellion d’une part et celle de l’institution d’autre part. La violence de la rébellion au travail, qu’elle soit psychologique, symbolique ou physique, est abordée à plusieurs reprises dans ce dossier. Le patronat, les pouvoirs publics ou l’armée, soucieux pour le premier de la réussite de ses affaires (exemple de la société Saint-Frères), pour le second du maintien d’un certain ordre public et pour le troisième la recherche du moyen de discipliner ces potentiels fauteurs de troubles, n’hésitent pas à punir individuellement ou collectivement ces salariés qui tentent, soit de défendre un acquis, soit de pousser vers des droits nouveaux. Bien entendu, la répression dans un État de droit, dans une république aux prétentions sociales, ne peut se justifier ou ne peut constituer une politique publique permanente. En cela, l’amnistie analysée par Stéphane Gacon facilite la réintégration des travailleurs dissidents dans le corps social, tout en rappelant aux vaincus la structuration inégale de la société. Mais la violence peut être adoptée par les travailleurs eux-mêmes en réplique à l’intrusion des forces de l’ordre dans l’espace usinier (Éliane Le Port) ou pour imposer un rapport de forces face au maire du Havre (Hélène Rannou). Dans ces derniers cas, c’est moins la régulation de la violence que sa provocation que les institutions produisent.

Quelle organisation collective ?

7L’organisation collective peut tantôt précéder, tantôt produire la rébellion au travail. C’est ce que montre Hélène Rannou, qui porte son regard sur la grande grève des terrassiers du Havre, qui intervient en mai 1900 et se singularise tant dans la durée que dans le nombre de travailleurs impliqués, marquant durablement les esprits. Cette rébellion collective est à la fois la résultante des pratiques de solidarité ouvrière, qui ont vu naître quelques années plus tôt la Bourse du travail de la ville, mais aussi l’événement qui assure une visibilité et une reconnaissance au syndicalisme révolutionnaire local, et le point d’ancrage d’une décennie de luttes ouvrières dans la ville. Cet épisode local témoigne de la diversité des registres d’action des grévistes (chants, « promenades », saccages…), du poids déterminant des travailleuses dans ce conflit, mais aussi de la volonté énergique des édiles locaux de faire cesser la contestation par l’usage de la force et de la contrainte légale, le conflit salarial devenant un conflit social à l’échelle de toute la ville.

8C’est aussi la question de l’organisation collective, et en particulier syndicale, qu’aborde Stéphane Sirot lorsqu’il discute des conclusions des recherches de Xavier Vigna sur « l’insubordination ouvrière » en revisitant, entre autres, les travaux des sociologues du travail des années 1970 ayant analysé « à chaud » ces événements. Tout en soulignant la richesse et les apports de cette contribution à la recherche sur les « années 1968 », il invite néanmoins à s’extraire d’une vision qu’il juge trop « rupturiste » et trop restreinte sur les plans temporel et spatial, la singularité de Mai 68 devant être interrogée sur la longue période et sur la diversité des mobilisations et pratiques grévistes observables.

Individus rebelles/rébellions individuelles

9Enfin, la rébellion au travail peut aussi s’observer au travers de questionnements ou dans des pratiques individuelles qui s’articulent toujours d’une manière ou d’une autre avec le collectif. Ainsi, Éliane Le Port s’intéresse au témoignage singulier de Louis Oury, publié en 1973 (Les prolos, éditions Denoël). Cet ouvrage comporte 70 pages sur les grèves de 1955 à Saint-Nazaire, ce qui représente plus du quart de son récit. Fils de paysan comme il aime à se caractériser, Louis Oury débute sur les chantiers navals de Penhoët, à Saint-Nazaire en 1953 et décrit un monde étranger, le monde ouvrier, qui sera la première marche de son ascension professionnelle. Ce jeune ouvrier de 22 ans, qui revient tout juste d’Algérie, perçoit la rébellion ouvrière comme une « violence », tout en étant fasciné par le mouvement et par les corps des ouvriers rebelles. Éliane Le Port rend compte de la manière dont il fait son entrée dans le monde ouvrier par ces grèves qu’il décrit avec une rare minutie. L’auteure de cet article s’intéresse à un mouvement social important par l’entremise du regard décalé d’un jeune ouvrier qu’on peut qualifier de « conservateur », très marqué par son identité rurale.

10De son côté, Fanny Gallot rend compte de la manière dont certaines féministes des années 1968 ont pu s’intéresser à la rébellion collective mais aussi privée des ouvrières, et à son articulation. Elle s’intéresse alors aux stratégies à l’œuvre (transcriptions d’entretiens, rédaction de tracts communs entre féministes et ouvrières, attention particulière à la vie privée des ouvrières, rôles sexués…) pour convaincre les ouvrières de s’approprier dans leur combat certains acquis du mouvement féministe en ébullition – prise de parole publique, autonomie des luttes, intérêt pour les questions relatives à la vie privée – et favorisant in fine la fabrication d’une figure d’ouvrière rebelle au travail.

11Enfin, ce sont certaines pratiques individuelles et collectives de rébellion qui sont abordées par Mélanie Roussel, dont la contribution se focalise sur les formes de résistance adoptées en périodes de crises par un groupe ouvrier au sein de la société Saint-Frères, véritable « mastodonte » industriel du textile, dont les dirigeants ont développé un paternalisme social poussé. Pour résister aux licenciements, épisodiquement les salariés se taisent, mais certaines épreuves de force quotidiennes, dissimulées, résident dans la multiplicité des temporalités du quotidien. Dans ce contexte, Mélanie Roussel nous aide à repérer ces « restructurations » qui s’enchaînent et qui sont néanmoins habitées par la rébellion, via des interstices spatio-temporels (par l’intermédiaire du freinage, du sabotage, de la perruque), mais également par le recours à la grève.

Haut de page

Notes

1 Anne Jollet (coord.), « Comment les historiens parlent-ils du travail ? », Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique, n° 83, 2001, 158 p. ; Christian Chevandier et Michel Pigenet, « L’histoire du travail à l’époque contemporaine, clichés tenaces et nouveaux regards », Le Mouvement social, n° 200, juil.-sept. 2002, p. 163-169 ; Georges Hanne, « Histoire et travail : quelques repères et une perspective », Les Cahiers de Framespa, 2/ 2006, mis en ligne le 1er octobre 2006, consulté le 22 août 2014. URL : http://framespa.revues.org/61 ; Michel Pigenet, « Histoire », Dictionnaire du travail, Antoine Bevort, Annette Jobert, Michel Lallement, Arnaud Mis (dir.), Paris, PUF, coll. « Quadrige dicos poche », 2012, p. 366-372.

2 Alain Cottereau, « Théories de l’action et notion de travail. Note sur quelques difficultés et quelques perspectives », Sociologie du travail, XXXVI, hors série, 1994, p. 73-89.

3 Il est à noter que dans les universités anglo-saxonnes les labour studies ont toute leur place, tout en privilégiant l’interdisciplinarité.

4 David Hamelin, « Pour une histoire du travail ! », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 124, 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 23 août 2014. URL : http://chrhc.revues.org/3805. Le site de l’association est accessible à cette adresse : http://afhmt.hypotheses.org/

5 Ludivine Bantigny, http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/08/22/30456949.html

6 Xavier Crettiez et Isabelle Sommier (dir.), La France rebelle, tous les mouvements et acteurs de la contestation, Paris, Michalon, 2006, 698 p.

7 Ibid.

8 Michelle Perrot, Les ouvriers en grève, 1871-1890, Paris-La Haye, Mouton, 1974, 900 p., rééd. Paris, École des hautes études en sciences sociales, coll. « Les Réimpressions », 900 p.

9 Stéphane Sirot, La grève en France. Une histoire sociale, xixe-xxe siècles, Paris, Éditions Odile Jacob, coll. « Histoire », 2002, 306 p. ; Stéphane Sirot, Le syndicalisme, la politique et la grève. France et Europe : xixe-xxie siècles, Nancy, Arbre bleu éditions, coll. « Le corps social », 2011, 360 p.

10 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, PUR, 2007, 384 p. ; Xavier Vigna et Jean Vigreux (dir.), Mai-juin 1968. Huit semaines qui ébranlèrent la France, Dijon, EUD, 2010, 306 p.

11 François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Rennes, PUR, coll. « Carnot », 2009, 370 p. ; François Jarrige, Face au monstre mécanique. Une histoire des résistances à la technique, Paris, Imho, 2009, 170 p.

12 Vincent Bourdeau, François Jarrige et Julien Vincent, Les luddites. Bris de machines, économie politique et histoire, Maisons-Alfort, éditions è®e, 2006, 160 p.

13 Nicolas Le Magne, « L’Alltagsgeschichte : l’anthropologie historique allemande », Notionnaire, Paris, Encyclopædia universalis, 2005, p. 30-32.

14 Alf Lüdtke, Histoire du quotidien, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994, 344 p.

15 Anne-Marie Arborio, Yves Cohen, Pierre Fournier, Nicolas Hatzfeld, Cédric Lomba et Séverin Muller (dir.), Observer le travail, coll. « Recherches », Paris, La Découverte, 2008, 352 p.

16 Frédéric Chauvaud, « La conflictuosité en histoire », Les Cahiers du GERHICO, n° 3, 2002, p. 7-18.

17 Alice Krieg-Planque, « Un lieu discursif : “Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas”. Étude d’une mise en discours de la morale », Mots. Les langages du politique, 1er mai 2010, no 92, p. 103-120.

18 Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), « Ouvrières, ouvriers », Clio-Femmes, Genre, Histoire, Paris, Belin n° 38, 2013, 368 p. ; Colette Avrane, Ouvrières à domicile : le combat pour un salaire minimum sous la Troisième République, Rennes, PUR, 2013, 300 p. ; Beatrice Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise : Turin, xviiie siècle, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014, 249 p.

19 Fabrice Boudjaaba (dir.), Le travail et la famille en milieu rural : xvie-xxie siècles, Rennes, PUR, 2014, 281 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Gallot et David Hamelin, « Expressions de la rébellion : institutions, organisation et individus », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 125 | 2014, 13-19.

Référence électronique

Fanny Gallot et David Hamelin, « Expressions de la rébellion : institutions, organisation et individus », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3858

Haut de page

Auteurs

Fanny Gallot

Articles du même auteur

David Hamelin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page