Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-9

Texte intégral

  • 1 « Les Rebelles », 17e Rendez-vous de l’histoire, Blois, 9-12 octobre 2014. Les Cahiers d’histoire o (...)

1« Rebelles », le mot est devenu subitement omniprésent dans notre univers social et politique. Que ce soit dans la chanson, le cinéma ou dans la littérature, ou plus dramatiquement dans l’actualité politique. Le mot résonne fort, et fortement polyphonique. Polysémique peut-on dire d’emblée. D’où le choix sans doute des organisateurs des Rendez-vous de l’histoire de Blois pour la session 2014 1.

  • 2 « Rebelle » est le nom de la jeune héroïne d’un film d’animation des studios Pixar (2012) ; « Belle (...)
  • 3 Parmi les livres très récents, Suzie la rebelle : dans la Grande Guerre de Sophie Marvaud, Paris, N (...)

2Du côté du plus léger, une héroïne sympathique des studios Disney, une chanteuse qui dans un nouvel album fait encore une fois rimer « rebelle » avec « belle » 2. Occurrences qui disent bien qu’en dépit du sombre contexte politique et d’une étymologie qui renvoie au retour de la « guerre », re-bellis, le mot porte toujours dans la langue française de notre début de xxie siècle une séduisante nuance d’insoumission, un tantinet coquette, surtout bien sûr quand celle-ci est pensée au féminin. Les enfants aussi sont d’émouvants « rebelles », comme l’attestent les titres de livres pour la jeunesse ou de séries télévisées 3. Le premier sens donné par le Larousse est d’ailleurs encore celui de la résistance de l’enfant à l’ordre des adultes. Cette insoumission est volontiers solitaire, marquée d’un soupçon de naïveté ou d’innocence enfantine ou infantile, selon le versant choisi, cette insoumission renvoie aussi volontiers à une distinction de personnages hors du commun.

  • 4 La recherche « rebelles syriens » sur google fait apparaître 945 000 résultats environ pour les seu (...)
  • 5 Voir notamment le dossier de Regards, automne 2014, « Le repli sur sol », introduction de Roger Mar (...)

3Pourtant les « rebelles » de nos journaux télévisés ne sont pas de jeunes aventuriers singuliers. Ce sont des forces sociales, des portions de peuples qui, sur des bases nationales, ethniques, religieuses et sociales, contestent les pouvoirs en place, le plus souvent les armes à la main. Du côté de la faible médiatisation, Contes rebelles vient de sortir cette année 2014 pour célébrer les vingt ans du soulèvement zapatiste. Mais cette révolte apparaît presque désormais comme une histoire ancienne et lointaine. Depuis les rebelles ont pris une place plus cruciale aux yeux des puissances du monde. Les images de « rebelles » qui apparaissent à l’appel du mot sur un moteur de recherche sont celles d’hommes en armes, en Afrique surtout et, plus récemment, en Syrie 4 ou sous la forme des « rebelles » dits « pro-russes » en Ukraine. Les rebelles en question ne sont pas des « âmes rebelles » (encore que la recherche quasiment individualisée des candidats au départ en Syrie, menée actuellement par le gouvernement français, puisse suggérer cette dimension), il s’agit bien d’oppositions politiques clivant les populations en intenses guerres civiles, sur fond de démantèlement généralisé des états-nations hérités du xixe et du xxe siècle 5.

4C’est sur fond de ce retour à la dimension sociale de l’action des « rebelles » que nous proposons ici ce dossier sur les « rebelles au travail ». Non pas histoire de la résistance au travail, du droit à la paresse, qui circule aussi dans les courants socialistes au xixe comme au xxe siècle, comme hors contexte le titre pourrait le suggérer, mais histoire plus rude des conflits dans le travail, des formes diverses de résistance, de l’insoumission, de la revendication.

  • 6 Anne Jollet (dir.), « Comment les historiens parlent-ils du travail ? », Cahiers d’histoire. Revue (...)
  • 7 L’association a été présentée dans « Aux sources de l’histoire », « Pour une histoire du travail !  (...)
  • 8 Parmi bien d’autres prises de position fortement médiatisées, http://www.europe1.fr/economie/air-fr (...)

5Aborder le travail s’inscrit dans un renouveau historiographique, comme le rappellent dans leur introduction les coordonnateurs du dossier, Fanny Gallot et David Hamelin. Renouveau historiographique que les Cahiers d’histoire ont appelé de leurs vœux en consacrant un dossier à la question dès 2001 6, en multipliant les approches depuis, renouveau volontariste, notamment favorisé par la jeune Association française du travail et des ouvriers, dont sont membres actifs les coordonnateurs du dossier 7. Et aborder le travail en se plaçant du point de vue de celles et ceux qui travaillent, dans les moments où la contradiction des intérêts éclate en conflit, nous a semblé tout particulièrement urgent en ces temps où les mouvements de grève peuvent être sentencieusement présentés à l’opinion comme des atteintes à l’économie nationale et comme des menaces pour les travailleurs plus démunis, à l’opposé d’un heureux « partage des richesses » mis en œuvre par le patronat 8.

  • 9 Jean Nicolas, La France rébellionnaire. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Par (...)

6Entrer dans le sujet par le registre sémantiquement ambigu des « rebelles », thématique reprise aux initiateurs des Rendez-vous de l’histoire 2014, permet de penser la proximité des luttes ouvrières du monde industriel, des rébellions et « rébellionnaires » de l’époque moderne, si bien valorisés par Jean Nicolas, et en même temps de favoriser des lectures ouvertes à la diversité des formes du conflit qui ont pu se développer à l’intérieur des entreprises dans la France du xxe siècle 9.

7De la grève massive s’inscrivant dans la vie collective de l’ensemble de la cité comme espace de solidarité, ainsi qu’elle est évoquée dans le présent dossier par Hélène Rannou à propos des terrassiers havrais, aux micro-résistances dans le cadre même du travail des ouvriers de chez Saint Frères, analysées par Mélanie Roussel, toute une gamme d’actions plus ou moins collectives apparaît. Les auteurs/es mettent aussi en évidence la diversité des perceptions des acteurs des conflits, reprenant à Michel de Certeau l’idée d’« éthique de la ténacité », qui désigne les « mille manières de refuser à l’ordre établi le statut de loi, de sens ou de fatalité ».

  • 10 Le débat est notamment structuré autour de la thèse de l’historien Xavier Vigna, L’insubordination (...)

8Ainsi, Éliane Le Port évoque les hésitations de l’ancien paysan, Louis Oury, face à la violence ouvrière lors de la grève de 1955 aux chantiers navals de Saint-Nazaire, mais aussi le rôle intégrateur au collectif ouvrier de ces pratiques violentes et leur dimension psychologiquement libératrice. « Les siècles de servitude de mes ancêtres remontent du tréfonds de mon âme pour me pousser au défoulement libérateur », écrit l’ouvrier dans l’analyse de son engagement. Affirmation de soi émancipatrice à travers l’action collective, c’est aussi ce qu’évoquent les ouvrières étudiées par Fanny Gallot dans leurs réflexions sur les liens complexes avec les militantes féministes. Deux articles du dossier prennent davantage de champ par rapport aux perceptions des acteurs et se placent dans la perspective de la violence d’État contre les mouvements sociaux, dans l’Italie en guerre de 1915-1918, évoquée par Stéfanie Prezioso, comme dans la France de la Troisième République revenant sur les condamnations des Communards tout en multipliant les condamnations pour faits de grève et de protestations sociales, que Stéphane Gacon étudie ici à travers les débats d’amnistie. Le dossier aborde aussi le versant historiographique de ce renouveau d’attention aux rebelles dans le travail à travers la contribution de Stéphane Sirot, qui discute dans son article, à propos des grèves des années 1970, la notion d’« insubordination » et la rupture dans les formes de mobilisation mises en avant dans les travaux récents d’autres historiens 10.

9On retrouve ce renouveau des lectures des historiens, en même temps que des objets de recherche, dans le texte proposé par « Chantiers ». Le jeune chercheur Mathieu Dubois y propose une relecture du fonctionnement et des prises de position des JC (Jeunesses communistes) autour de Mai 68, remettant en cause l’idée devenue convenue de leur obsolescence et évoquant les formes de renouvellement et d’adaptation des JC aux nouvelles caractéristiques sociales de la jeunesse dans les années 1970.

10« Métiers » poursuit ses investigations du côté de l’histoire de la guerre d’Algérie et de son historiographie, prenant place dans le renouvellement de nos connaissances sur cette guerre. Dans une riche notice, à la fois hommage et travail historien, Didier Monciaud propose un retour sur la vie militante et l’engagement sans faille dans la lutte pour l’indépendance de l’Algérie de Jean-Louis Hurst, décédé il y a quelques mois. Cette chronique se poursuivra dans le prochain numéro des Cahiers à travers, notamment, l’évocation du courageux travail d’investigation et d’écriture historienne de Jean-Luc Einaudi, lui aussi récemment disparu. Cet accompagnement à distance d’une actualité historiographique par trop marquée du sceau des anniversaires permet d’approfondir l’appropriation des événements par la diversité des approches et un tempo qui leur restitue leur durée. Ainsi tenterons-nous de procéder avec la même approche distanciée à propos de la Grande guerre ou de la Libération, ou encore du grand Jaurès, au cours de la prochaine année.

11Par ailleurs, cette efflorescence de lectures malmène notre pagination. Nous recevons beaucoup d’articles, beaucoup de propositions de chroniques, de comptes rendus. Nous avons diversifié nos rubriques, en introduisant de temps à autre des notices sur la production éditoriale pour la jeunesse. Nous avons fait place aux images. Nous avons récemment créé une rubrique destinée à faire partager l’actualité historienne à travers « Les Cahiers recommandent » que nous concoctent Chloé Maurel et Jean-François Wagniart. Vous retrouverez ici le choix qu’ils proposent. De même, ce numéro fait place à la présence de l’histoire au cinéma avec « Un certain regard », dans lequel Annie Burger présente un documentaire évoquant l’après 68 (décidément bien présent dans notre actualité !) à travers un retour à la terre. Tangui Perron nous invite, lui, à rechercher un autre de ces documentaires bien mal diffusés, où le réalisateur croise la beauté de l’île grecque de Makronissos et l’expression de la souffrance des combattants communistes qui y furent enfermés aux lendemains de la guerre civile.

  • 11 Pour la première partie de cet essai, voir Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « Marx, un spectre q (...)

12Nous avons donc beaucoup à publier. Ce qui explique que les lecteurs devront attendre le prochain numéro des Cahiers, le numéro 126, dont le dossier coordonné par Didier Monciaud sera consacré aux « Rebelles en situation coloniale », pour retrouver « Débats » et la seconde partie du grand essai que nous ont proposé Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin autour de Marx et l’histoire, la philosophie des sciences, ou dit de façon plus englobante, à l’anglo-saxonne, les « science studies » 11. Nous remercions lecteurs, lectrices et auteurs de leur compréhension. Comme abondance de biens ne nuit pas, et que l’état de notre monde appelle bien la vivacité et les croisements des pensées critiques, n’hésitez pas pour autant à continuer à nous proposer lectures, rencontres et perspectives de recherche afin que la revue soit, au-delà de l’extrême diversité des objets et des regards propre à notre temps, un creuset dans lequel la confrontation et le rapprochement des formes ou lieux d’observation font naître des compréhensions globales. Petit à petit… Cheminons ou, plus exactement, pourrait-on dire, travaillons !

Haut de page

Notes

1 « Les Rebelles », 17e Rendez-vous de l’histoire, Blois, 9-12 octobre 2014. Les Cahiers d’histoire ont organisé à Blois deux débats valorisant la dimension de force sociale des rébellions, à propos des « Rebelles au travail » et, en partenariat avec l’association Sortir du colonialisme, « Rebelles en situation coloniale ».

2 « Rebelle » est le nom de la jeune héroïne d’un film d’animation des studios Pixar (2012) ; « Belle et rebelle » est le titre d’une chanson de la chanteuse Juliette, Universal Music France, 2014.

3 Parmi les livres très récents, Suzie la rebelle : dans la Grande Guerre de Sophie Marvaud, Paris, Nouveau Monde éditions, 2014.

4 La recherche « rebelles syriens » sur google fait apparaître 945 000 résultats environ pour les seules images, 13 millions de références pour l’ensemble des pages web.

5 Voir notamment le dossier de Regards, automne 2014, « Le repli sur sol », introduction de Roger Martelli, p. 45.

6 Anne Jollet (dir.), « Comment les historiens parlent-ils du travail ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 83, 2001, 158 p. ; depuis, Yannick Fonteneau (dir.), « Penser le travail à l’époque moderne, xviie-xixe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 110, 2009, 224 p., David Hamelin (dir.), « Aux sources de l’histoire syndicale française. Retour sur les bourses du travail », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 116-117, 2011, 274 p.

7 L’association a été présentée dans « Aux sources de l’histoire », « Pour une histoire du travail ! », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 124, p. 147-158.

8 Parmi bien d’autres prises de position fortement médiatisées, http://www.europe1.fr/economie/air-france-les-pilotes-en-train-de-pleurer-avant-d-avoir-mal-2238311

9 Jean Nicolas, La France rébellionnaire. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002.

10 Le débat est notamment structuré autour de la thèse de l’historien Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

11 Pour la première partie de cet essai, voir Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « Marx, un spectre qui ne hante plus les science studies ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 124, p. 161-182.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 125 | 2014, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3857

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page