Navigation – Plan du site
LES CAHIERS RECOMMANDENT

Les Cahiers recommandent…

Chloé Maurel, Héloïse Morel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart
p. 243-253

Texte intégral

Expositions

1Le musée d’Histoire de Marseille fait peau neuve

2Entièrement rénové, le musée d’Histoire de Marseille s’étend sur plus de 15 500 m2, constituant ainsi l’un des plus grands musées d’histoire en Europe ! L’architecture de ce lieu situé tout près du Vieux-Port allie la nature, le site archéologique et le musée grâce à sa façade en verre sérigraphié.

3

4L’exposition permanente sur l’histoire de Marseille est passionnante. Elle retrace l’histoire de la cité phocéenne, plus ancienne ville de France, créée il y a plus de 2 600 ans. La partie sur l’Antiquité est particulièrement riche, avec nombre d’objets datant du ve siècle avant notre ère. On y voit aussi des œuvres d’art sur le Moyen Âge et la Renaissance, comme un beau portrait du roi René, dernier souverain de la Provence indépendante à la fin du xve siècle. Plusieurs œuvres témoignent aussi de l’épidémie de peste qu’a subie Marseille en 1720. La partie sur le xixe siècle montre le dynamisme du port de Marseille en ce temps-là et l’activité industrielle de la ville (tuiles, sucre, pâtes…).

5La partie sur le xxe siècle est particulièrement intéressante. On y voit, grâce à de nombreux documents historiques, l’arrivée des différentes vagues d’immigration, comme les Arméniens fuyant le génocide de 1915 (ils seront concentrés dans des camps comme le camp Oddo et resteront sans papiers jusqu’en 1948) puis les Russes blancs, suivis des Italiens et des Espagnols fuyant les dictatures, ainsi que les « travailleurs coloniaux ». Le prestige de Marseille au début du xxe siècle est illustré par les expositions coloniales de 1906 et de 1922 et le pont transbordeur, qui a fasciné des photographes et des cinéastes comme les frères Lumière et Laszlo Moholy-Nagy, ou encore avec le quartier de l’Estaque qui a tant inspiré les peintres du fauvisme comme Braque.

6La période de la Seconde Guerre mondiale est très intéressante, avec le rôle de l’Américain Varian Fry, arrivé à Marseille en 1940 et qui a « exfiltré » des artistes et des intellectuels antifascistes vers les États-Unis. Plusieurs petits films documentaires contenant des extraits de films ou des photographies d’époque, visionnables sur des écrans de télévision, enrichissent l’exposition. On y observe notamment l’évacuation du quartier du Vieux-Port, destiné à être bombardé par les Allemands, ou des petits films sur des femmes marseillaises résistantes, comme Berthie Albrecht, fondatrice du mouvement de résistance « Combat » en 1941 à Marseille, Hélène Cogoluegnes, née en Serbie dans une famille juive, résistante communiste, Mireille Lauze, résistante communiste, ou Germaine Poinso-Chapuis, résistante chrétienne, première femme en France à devenir ministre. Des petits films ou des photos illustrent et documentent aussi l’inauguration de la Cité radieuse du Corbusier en 1952 et la construction du grand ensemble de logements de la Rouvière, situé sur les hauteurs dans les collines de Marseille, achevée dans les années 1960, ainsi que l’arrivée de nombreux rapatriés d’Algérie à Marseille en 1962. L’exposition présente aussi des extraits de films de fiction se déroulant à Marseille, comme La vieille dame indigne de René Allio, de 1965, qui montre l’émancipation d’une vieille dame après la mort de son mari, s’ouvrant à la vie moderne.

7Une exposition captivante grâce à son caractère très documenté et sa présentation moderne et interactive !

8À voir aussi à Marseille : au musée MUCEM, l’exposition temporaire « Splendeurs de Volubilis. Bronzes antiques du Maroc et de Méditerranée » jusqu’au 25 août 2014, une belle exposition fondée sur le prêt d’une partie des trésors nationaux de la collection de bronzes antiques du Maroc découverts à Volubilis (patrimoine mondial de l’Unesco), qui illustre bien le langage commun des élites méditerranéennes de l’Antiquité, de Tyr à Carthage, de la mer Noire à Marseille ; et l’exposition « Le monde à l’envers. Carnavals et mascarades d’Europe et de Méditerranée », jusqu’au 25 août 2014 également, qui présente la tradition, toujours renouvelée jusqu’à nos jours, des carnavals, mascarades rurales et parades urbaines.

9À voir en profitant du TGV qui relie Marseille à Paris en 3 heures !

10Et en parlant de trains mythiques : « Il était une fois l’Orient Express », exposition à l’Institut du monde arabe à Paris jusqu’au 31 août 2014.

11Une belle exposition consacrée à ce train qui, de Paris à Istanbul en passant par Venise ou Zagreb, a fait rêver des générations d’Européens à l’heure de l’émergence du tourisme, inspirant aussi des écrivains comme Valery Larbaud ou Agatha Christie. Créé en 1883, il a connu son heure de gloire dans l’entre-deux-guerres, symbolisant le luxe et le raffinement avec des décorations faites par des artistes comme Prou ou Lalique. L’exposition présente certaines des voitures d’époque et reconstitue l’ambiance luxueuse et feutrée du voyage dans ce train de légende.

Livres

12Un antidote contre l’extrême droite

13En ces temps de crise et de montée inquiétante de l’extrême droite dans toute l’Europe, un livre antidote, publié aux éditions de l’Atelier grâce à l’effort conjoint de la Ligue des droits de l’homme, de l’Institut de recherches de la FSU, de la CGT, de la FIDL, de la JOC, du MRAP, de l’UNEF, de l’UNL et de Solidaires : Pour en finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite (2014). L’auteur, le journaliste Pierre-Yves Bulteau, présente plus de 70 phrases typiques que l’on peut entendre autour de soi, faisant le lit de l’extrême droite, comme « il n’y a jamais eu autant d’étrangers en France », « renvoyons les étrangers chez eux, le chômage disparaîtra », « les musulmans veulent imposer leur religion partout », « les travailleurs sans-papiers sont des fraudeurs qui profitent de leur statut de clandestins », « aider les travailleurs sans-papiers à avoir des droits, c’est réduire les droits des autres salariés » ou encore « les juifs ne sont pas les seules victimes de l’histoire, arrêtons de ressasser les épisodes de la Shoah et des chambres à gaz », ou enfin « avec Marine Le Pen, le FN n’est plus raciste, il est devenu républicain ». Ces affirmations sont, chacune à leur tour, minutieusement réfutées, chiffres et faits à l’appui. Un livre salvateur à lire, relire, à offrir et à apprendre pour, face à ces petites phrases insidieuses, trouver les répliques qui font mouche !

14Une critique pertinente et humoristique du monde du travail : Iain Levinson, Tribulations d’un précaire (Liana Levi, 2007)

15Tribulations d’un précaire est le récit autobiographique, écrit avec une plume acérée et un humour décalé, des 42 petits boulots que son auteur a été contraint d’exercer après avoir décroché sa licence de lettres aux États-Unis. « Au cours des dix dernières années, j’ai eu quarante-deux emplois dans six États différents. J’en ai laissé tomber trente, on m’a viré de neuf, quant aux trois autres, ç’a été un peu confus. » Son récit est une critique pertinente du monde du travail et constitue une illustration pleine de justesse de la galère que traversent de nombreux jeunes diplômés dans nos sociétés, du tour de force et de l’énergie qu’ils doivent déployer pour simplement survivre dans nos sociétés capitalistes touchées par la crise où les plus riches deviennent toujours plus riches tandis que les classes moyennes et populaires s’appauvrissent. Entre le découpage de poissons dans un supermarché de luxe, la conduite d’un camion de déménagement ou le tournage d’un film underground, on ne s’ennuie pas et cette critique féroce du capitalisme et de la mondialisation libérale est revigorante.

16Langage et mondialisation : Pierre Legendre (dir.), Tour du monde des concepts, Paris, Fayard, 2014

17La mondialisation engendrerait-elle une homogénéisation de la manière dont nous nous expliquons et nous représentons les grands concepts, ou bien chaque civilisation garde-t-elle sa propre manière de les concevoir ? Les auteurs de ce tour du monde philosophique ont exploré neuf mots-concepts, patiemment façonnés en Europe au fil des siècles : Contrat, Corps, Danse, État, Loi, Nature, Religion, Société, Vérité. Avec érudition, ils étudient comment ces concepts sont compris dans neuf langues non occidentales, comme l’arabe, le persan, les langues africaines du Burkina-Faso et du Gabon, le chinois, l’hindi, ou le turc. Leur réflexion touche ainsi la question de l’interlocution mondiale et de la compréhension internationale.

Bandes dessinées

18Nathalie Ferlut, Ève sur la balançoire, Éditions Casterman, 2013, 128 p.

19Le sous-titre intitulé « Conte cruel à Manhattan » détonne face à la légèreté et l’allégresse auxquelles renvoie l’image de la balançoire. Cet antagonisme est propre à l’histoire que Nathalie Ferlut relate avec des aquarelles pleines de poésie. Ève sur la balançoire retrace la vie de la première pin-up de l’histoire, Evelyn « Ève » Nesbit, qui devint la muse de plusieurs artistes new-yorkais au xixe siècle. Les photographies d’elle sont encore célèbres, bien que son nom soit oublié.

20L’un de ses mentors était l’architecte du Madison Square Garden, Stanford White, qui finit assassiné par le mari jaloux d’Ève, le milliardaire Harry Thaw. Nathalie Ferlut raconte ce meurtre mais aussi le parcours d’Ève, une jeune adolescente dont le statut fut rabaissé au rang d’objet que l’on admire, que l’on vend, que l’on façonne et que l’on soumet. La bande dessinée amène une réflexion sur la place de la femme, de son adolescence à l’âge adulte, en évoquant le patriarcat et la domination masculine.

21Une BD critique sur le capitalisme : La survie de l’espèce, de Paul Jorion et Grégory Maklès, Futuropolis, 2013.

22Cette BD humoristique vise à décrire et dénoncer la logique folle du capitalisme. Elle montre le rôle des grandes firmes, des agences de notation ou des experts télévisuels, qui nous forcent à fonctionner dans ce système prédateur et sans pitié contraignant les hommes à se plier à l’exploitation, à la concurrence, au management par la terreur. Cette vigoureuse critique du capitalisme fait du bien !

23– Hymne à la résistance de Blanqui à La Nueve

24– Loïc Locatelli-Kournwsky et Maximilien Le Roy, Ni Dieu ni maître, Auguste Blanqui, l’enfermé, Casterman, 2014, 23 €

25– Eddy Vacarro, Maximilien Le Roy et Anne-Claire Thibaut-Jouvray, España la vida, Casterman, 2013, 120 p., 25 €

26– Paco Roca, La Nueve - Les Républicains espagnols qui ont libéré Paris, Delcourt, 2014, 29,95 €

27On devait déjà au dessinateur Maximilien Le Roy des BD très sociales comme Hosni (la Boîte à bulles, 2009), histoire d’un SDF dans la banlieue lyonnaise, ou très engagées comme Dans la nuit, la liberté nous écoute (Le Lombard, 2011) publié avec un entretien d’Alain Ruscio : « Les plaies impérialistes », qui racontait l’engagement d’un jeune français, Albert Clavier, déserteur de l’armée française au côté du Viêt-Minh pour répondre à sa soif de liberté et à ses idéaux communistes. Il y racontait déjà, tout comme dans Ni Dieu ni maître, dont il est le scénariste, une histoire vraie, tirée en grande partie de l’ouvrage autobiographique de Clavier (De l’Indochine coloniale au Vietnam libre. Je ne regrette rien, Éditions Les Indes savantes, 2008).

28Dans cette évocation lyrique de Blanqui, Le Roy s’est associé au dessinateur Loïc Locatelli-Kournwsky pour cette évocation documentée de la vie d’Auguste Blanqui, figure de l’insurrection permanente et du socialisme radical français au xixe siècle. Le scénario de Ni Dieu ni maître est simple : Auguste Blanqui, à soixante-dix ans passés, fait le récit de son existence à un journaliste, Aurélien Marcadet, venu l’interroger dans sa prison en 1877, en vue d’un article.

29Républicain irréductible, viscéralement attaché à la liberté, Blanqui, « l’Enfermé », fréquente depuis plus de 30 ans les prisons françaises. Révolutionnaire intransigeant, il n’a cessé de prôner tout au long de sa vie l’insurrection violente, s’attirant par ses appels aux armes une longue suite de procès et la haine des différents pouvoirs qui le craignent, comme Thiers, refusant de le libérer et de l’échanger contre 74 otages, dont l’archevêque de Paris Georges Darboy, en 1871, de peur qu’il ne devienne le chef charismatique de la Commune. Même si l’ouvrage demeure peu critique sur certains aspects de la pensée de Blanqui (comme l’instauration d’une « dictature révolutionnaire »), il retrace avec empathie la vie de celui qui défendra jusqu’à la fin le principe d’insoumission au pouvoir et à l’État que l’on retrouve résumé encore dans le titre du journal qu’il crée en 1880, un an avant sa mort : Ni Dieu ni maître.

30Dans España la vida, Maximilien Leroy s’est associé en 2013 au dessinateur Eddy Vaccaro et à Anne-Claire Thibault-Jouvray pour faire une œuvre très engagée et didactique sur la guerre d’Espagne. Dans ce récit magnifique, il s’agit d’inviter le lecteur à la résistance en mettant en dessin comme l’écrivait Noam Chomsky : « Un exemple de révolution anarchiste sur une grande échelle, le meilleur à mon sens, c’est l’Espagne de 1936. On ne peut pas dire ce qui serait arrivé. On l’a tuée, mais tant qu’elle a duré elle fut un témoignage éloquent de la capacité des pauvres gens de s’organiser, de s’administrer sans coercition, ni contrôle ».

31Ce n’est pas une histoire de désillusion et encore moins de transmission mais une clé, une ouverture sur le futur, dans la tradition de Land and Freedom (Tierra y Libertad, 1994) de Ken Loach, afin de continuer le combat pour l’émancipation individuelle et collective commencée par les républicains espagnols, il y a près de 80 ans déjà. Ce livre brillant, ponctué de rappels réguliers à la culture libertaire (le personnage a le même prénom que Léo Ferré en référence à la chanson « Franco la Muerte », 1964), est d’autant plus réjouissant qu’il est loin du prêche et du discours imposé. Sur les trois dernières planches, Léo embarque en 1940 à Brest pour rejoindre en clandestin l’Angleterre.

32Cette histoire en mouvement (et en planches) continue avec La Nueve à laquelle la journaliste Evelyn Mesquida a consacré un ouvrage, La Nueve, 24 août 1944 : ces républicains espagnols qui ont libéré Paris (Le Cherche Midi, 2011).

33Sur ce sujet, il est utile de voir le film remarquable du documentariste Alberto Marquardt, La Nueve ou les oubliés de la victoire, (Point du jour, France Télévisions, ECPAD, 52 minutes, 2009), disponible en ligne : http://vimeo.com/​16471657.

34Ce roman graphique généreux se situe dans la continuité logique de España la vida. Il met en scène l’échange entre un jeune écrivain qui cherche à exhumer une histoire enfouie et un vieil homme, Miguel Ruiz, déraciné au crépuscule de sa vie qui cherche à oublier son passé douloureux. La technique narrative de l’interview permet au vieux révolutionnaire de sortir de l’anonymat et de retrouver sa fierté. Celui que l’histoire tragique de l’Espagne a obligé à s’exiler et à aller combattre le fascisme sur tous les fronts de la Seconde Guerre mondiale et qui s’est senti rejeté quand la France en 1945 a refusé de soutenir cette poignée de révolutionnaires, survivants de tant de batailles, qui voulaient libérer leur Espagne comme ils l’avaient fait pour la France, leur nouvelle patrie de cœur, peut enfin, à travers ce récit, se réconcilier avec lui-même et assumer ses idéaux. Graphiquement, le dessin de Roca, onirique et réaliste, teinté d’humour dans les dialogues, se traduit par un trait simple et clair. Côté couleur, il a l’art du contre-pied : le passé est illustré en couleur et le présent en sépia et noir et blanc. Roca nous livre une œuvre très personnelle, pleine d’espoir dans sa volonté de faire ressurgir les utopies et les idéaux du passé dont nous avons tant besoin ici et maintenant.

35En ces temps de commémoration du débarquement allié et de la libération de Paris, il serait temps de lever ce voile injuste de l’histoire sur la participation des républicains espagnols, notamment des anarchistes, qui avaient rêvé d’une Europe démocratique et sociale libérée de l’oppression et du fascisme.

36Pour aller plus loin dans ce combat d’aujourd’hui, il faut consulter le site http://24-aout-1944.org (Les républicains espagnols de la « NUEVE » entrent dans Paris). Cette association a pour but de faire connaître et de cultiver la mémoire historique de la libération de Paris en 1944 en liant cette célébration à la participation des antifascistes espagnols de la 2e DB. Elle organise toute une série d’événements (concert, exposition, colloque, pièce de théâtre et projections de films) sur ce thème tout au long de l’été 2014. à ne pas manquer !

Cinéma

37Comme des lions de pierre à l’entrée de la nuit,

38un film documentaire franco-gréco-suisse d’Olivier Zuchuat de 2012, sorti en salles en France en janvier 2014.

39Ce très beau film nous restitue la mémoire vive du camp de concentration de Makronissos où des milliers de combattants et militants de gauche furent emprisonnés durant la guerre civile grecque, de 1947 à 1951. La Grèce a connu une histoire troublée, souvent tragique : deux guerres mondiales, la féroce occupation nazie, une litanie de régimes autoritaires et de dictatures, sans oublier deux mises sous tutelle étrangère, une première fois de 1897 à 1936, et depuis quatre ans par l’austéritaire hydre à trois têtes au doux nom de « troïka ». Au cœur du drame se situe la guerre civile de 1944-1949 qui opposa les forces progressistes de l’EAM (Front de libération nationale), dominée par le KKE (Parti communiste grec) aux forces réactionnaires voulant imposer le retour à l’ordre social traditionnel, avec le soutien des Britanniques et des Étatsuniens, hantés par le « péril rouge ». La Grèce fut donc, on l’oublie trop souvent, le premier champ de bataille de la guerre froide, alors que la lutte contre l’Axe n’était pas terminée.

40Le camp fut ouvert sur cette île aride et rocheuse des Cyclades en 1947 par les Britanniques, nouvelle force occupante, avec l’aide des fonds du plan Marshall. Le pouvoir monarchiste en fit un lieu de « rééducation » et de « réhabilitation ». Le nazisme était à peine vaincu que retentissaient à nouveau, dans les haut-parleurs du camp, de sinistres slogans nationalistes et xénophobes —car le communiste était assimilé à l’ennemi slave, de par une rhétorique fantasmatique du corps national souillé par l’élément étranger, impur, pathogène. Menaces, mauvais traitements, tortures devaient amener les « dévoyés » à reconnaître leurs erreurs et à demander leur pardon. Mais ceux que porte un idéal font preuve d’une incroyable force de résistance, qui s’exprima notamment par l’écriture. Car parmi les déportés se trouvaient de nombreux intellectuels et créateurs, dont le poète Yannis Ritsos (dont un des vers écrits au camp donne son titre au film) et le compositeur Mikis Theodorakis.

41Le camp vit donc une production poétique d’une rare beauté, conservée souvent par miracle, qu’Olivier Zuchuat nous donne à entendre avec une grande justesse, entrelacée avec les témoignages, archives d’époque et images contemporaines. Remercions-le pour ce film sensible et nécessaire, et écoutons la voix vibrante des déportés qui exaltèrent la foi de tout un peuple en un monde meilleur face au soleil noir de l’obscurantisme.

42Ajoutons qu’on peut lire la poésie de Makronissos en français grâce aux éditions Ypsilon :

43– Yannis Ritsos : Temps pierreux. Makronissiotiques

44L’amertume et la pierre, poètes au camp de Makronissos (1947-1951)

45D’autre part, on lira avec profit l’éclairant ouvrage de Joëlle Fontaine sur cette période tragique : « De la résistance à la guerre civile en Grèce, 1946-1951 », La Fabrique, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, Héloïse Morel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 124 | 2014, 243-253.

Référence électronique

Chloé Maurel, Héloïse Morel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3842

Haut de page

Auteurs

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Héloïse Morel

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page