Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Un portrait intimiste de l’épopée du héros de la lutte contre l’apartheid

Mandela, un long chemin vers la liberté, film de Justin Chadwick, 2013.
Catherine Coquery-Vidrovitch
p. 235-237

Texte intégral

1C’était une hardiesse que de sortir ce film, entièrement tourné en Afrique du Sud, au moment de la mort de Nelson Mandela (la première londonienne a eu lieu le jour de sa mort), et donc de le concevoir de son vivant (avec son accord donné en 2002). À ma surprise, je dois l’avouer, c’est en son genre une réussite. D’abord parce que l’on y croit. Cela est dû évidemment en grande partie à l’excellence de l’acteur qui gagne le pari d’incarner le personnage, auquel d’emblée on adhère. La performance d’Idris Elba (comédien britannique) confère à son personnage charismatique une force et une authenticité bouleversantes. Certes, il ressemble un peu à Mandela, ne serait-ce que par sa grande taille, et il a travaillé sa gestuelle, mais ce n’est pas un sosie, c’est un personnage vivant que l’on accepte comme tel, et c’est très fort. Il se dégage du film une étrange sincérité. Je suis un peu moins convaincue par Winnie, mais je pense que l’essentiel est bien suggéré à son propos. Car le film veut rendre compte de l’autobiographie officielle – et très beau livre – de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, et c’était aussi une gageure que de restituer, en un peu plus de deux heures, toute une vie, du moins jusqu’à l’élection présidentielle triomphale de 1994.

2C’est donc un récit, et ce ne pouvait être autrement. Cela tient un peu de l’image d’Épinal par le choix des épisodes, tout en évitant l’écueil hagiographique, et le tout est porté par une conviction et une énergie magnifiques. Le cinéaste parvient à restituer avec clarté le parcours de l’homme politique, de son enfance puis de ses débuts en tant qu’avocat, à son rôle actif au sein de l’ANC, de son emprisonnement à son accession au pouvoir. Pour qui a lu le livre, les ellipses sont donc inévitables et dans l’ensemble légitimes. Pour qui ne l’a pas lu, je me demande dans quelle mesure le récit du film peut être bien compris. L’enfance dans sa brousse bien-aimée n’est évoquée que par de très belles images, et les années d’apprentissage sont à peine esquissées, jusqu’à ce qu’on le retrouve comme jeune avocat à Johannesbourg, où les réalités de l’apartheid sont peu suggérées. On aurait aussi aimé en voir un peu plus sur son amitié professionnelle et politique avec Olivier Tambo.

3Le film a choisi de porter l’accent sur le vécu affectif de Mandela. Le portrait intime de l’homme, qui a consenti beaucoup de sacrifices dans sa vie familiale et personnelle, permet de faire le lien entre la grande et la petite histoire. C’est tout à fait intéressant de rappeler ainsi qu’il s’agit d’un homme et non d’un héros, avec ses doutes, ses chagrins et ses faiblesses. On le voit affecté par la mort de sa mère, par celle de son fils, par les souffrances et les excès de Winnie qui provoquent l’éloignement affectif et idéologique entre le leader de l’ANC et son épouse, laquelle s’est lancée dans l’activisme politique alors que Mandela choisit la voie de la négociation. Tout ceci est vrai et excellemment montré. Mais, du coup, la politique est un peu mise de côté. Sa vie en prison apparaît comme une longue suite de souffrances intimes, car l’itinéraire politique est supposé connu, sauf l’épisode fameux du discours de son procès qu’il conclut en se déclarant prêt à être condamné à mort pour ses idées. Il n’y a pratiquement rien sur sa vie quotidienne en prison, où il a pourtant passé 28 ans. La façon extraordinaire dont il a continué le combat dans la discussion permanente avec ses co-détenus et ses gardiens est à peine esquissée. Sans doute sont-ce des éléments bien connus des spectateurs sud-africains, mais beaucoup moins des Français, qui retiendront de ces années de prison le fait qu’il a entretenu son corps par des exercices physiques dans sa cellule, cassé des cailloux dans la cour de la prison, et remporté sur la direction sa première victoire de dignité : le port de pantalons au lieu de shorts pour ce faire. Mais de tout ce que le livre évoque sur le travail de réflexion collective, sur la formation des jeunes qui arrivent en prison, sur l’importance de la cohésion du groupe pour tenir ensemble, et sur la façon dont il réussit à entamer, dissimuler et passer l’écriture de ses mémoires, on ne verra pratiquement rien. C’est un peu dommage. À trop focaliser sur l’humain, on oublie l’histoire. En revanche l’évocation des rencontres décisives avec De Klerk, dernier président de l’apartheid, est réussie.

4Les images du film sont magnifiques, le jeu des acteurs remarquable de naturel, le rythme toujours soutenu, l’utilisation de quelques images réelles très bien venue. C’est incontestablement un film à voir, émouvant mais jamais larmoyant, et très juste dans tout ce qu’il montre, ce qui n’était pas évident. Reste juste ce qu’il ne montre pas…

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/3839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Coquery-Vidrovitch, « Un portrait intimiste de l’épopée du héros de la lutte contre l’apartheid », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 124 | 2014, 235-237.

Référence électronique

Catherine Coquery-Vidrovitch, « Un portrait intimiste de l’épopée du héros de la lutte contre l’apartheid », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3839

Haut de page

Auteur

Catherine Coquery-Vidrovitch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page