Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Sur la Guerre d'Algérie

Anne Simonin, Le Droit de désobéissance. Les Éditions de Minuit en guerre d’Algérie

Paris, Éditions de Minuit, 2012, 64 p.
Didier Monciaud
Référence(s) :

Anne Simonin, Le Droit de désobéissance. Les Éditions de Minuit en guerre d’Algérie, Paris, Éditions de Minuit, 2012, 64 p.

Texte intégral

  • 1 Nicolas Hubert. Éditeurs et éditions pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962, Saint-Denis, Éditions (...)
  • 2 Anne Simonin, Le déshonneur dans la République. Une histoire de l’indignité 1791-1958, Paris, Grass (...)
  • 3 Voir Anne Simonin, Les Éditions de Minuit, 1942-1955 : Le devoir d’insoumission, Paris, IMEC, 1994, (...)
  • 4 http://www.leseditionsdeminuit.fr/images/3/droit_desobeissance.pdf

1Les Éditions de Minuit, avec d’autres maisons d’édition1, ont joué un rôle décisif dans l’opposition à la guerre d’Algérie. À l’occasion du cinquantième anniversaire des Accords d’Évian, elles publient une courte étude de l’historienne Anne Simonin2 sur cette page d’histoire. Le livre, une réédition3, est offert en librairie et téléchargeable gratuitement4.

  • 5 Voir Julien Hage, « Une brève histoire des éditions Maspéro », dans François Maspéro et les paysage (...)

2Fondées dans la clandestinité sous l’Occupation, les Éditions de Minuit publient de 1957 à 1962 vingt-trois ouvrages dénonçant la torture et défendant le droit à la désertion. Sur les deux cent cinquante-trois titres publiés par soixante-dix-neuf maisons d’édition entre 1955 et 1962, les Éditions de Minuit représentent 10 % de la production française. Les éditions François Maspéro5 publient dix-neuf titres, soit 8 %. Elles subiront des saisies et des poursuites judiciaires. « Minuit » subit la moitié des saisies.

  • 6 La reconnaissance officielle de la guerre n’aura lieu qu’en 1999.

3Influencé par les idéaux de la résistance, Jérôme Lindon, son directeur, n’a pas au départ d’approche militante. Les développements en Algérie, nommés alors officiellement « événements d’Algérie »6, avec notamment la torture, le pousseront à dénoncer cette pratique et, à partir de 1960, à valider la désertion.

4Anne Simonin rappelle le climat politique et intellectuel qui règne alors et les énormes difficultés auxquelles sont confrontés ceux et celles qui cherchent à faire connaître ce que les autorités françaises et une partie significative de l’opinion française refusent de reconnaître. Suivant l’approche de Pierre Vidal-Naquet qui identifiait « dreyfusards », « bolcheviques » et « tiers-mondistes », elle intègre ce combat dans la tradition « dreyfusarde » qui transforme une mobilisation « morale », la dénonciation de la torture, en une position politique.

5L’évocation de la pratique de la torture est non seulement niée par les autorités françaises mais refusée. Elles interviennent avec la saisie ou des poursuites judiciaires contre l’évocation de la torture dans des livres et des périodiques, qu’elle émane de victimes, de témoins ou d’historiens. Ainsi, les poursuites judiciaires contre Jérôme Lindon et ses amis ont pour motif « atteinte au moral de l’armée », « diffamation de la police », « incitation de militaires à la désobéissance » ou encore « provocation à l’insoumission et à la désertion ». La trahison est utilisée dans le cas de La Question d’Henri Alleg ou La Gangrène, témoignages de cinq Algériens soumis à la torture en métropole. Les Éditions de Minuit ne renoncent pas, bénéficiant du soutien actif de nombreux intellectuels, à l’instar du jeune historien Pierre Vidal-Naquet.

6Jérôme Lindon contre-attaque même : il porte plainte pour censure du roman Le Déserteur de Maurienne, alias Jean-Louis Hurst, sous-officier déserteur devenu « porteur de valises ». Devant la XVIIe chambre du tribunal de Paris, le livre est alors discuté et « étudié » par l’accusation, la défense, les témoins. Lindon se retrouve finalement condamné. La loi française n’interdisant pas la publication des minutes de procès, « Minuit » profite de cet espace et publie Provocation à la désobéissance. Le Procès du déserteur, le compte rendu du procès de décembre 1961. Ensuite, les autorités supprimeront la loi autorisant les comptes rendus des procès et procèderont non à des saisies judiciaires mais à des saisies administratives…

7Si le procès est perdu, l’écho est important et les livres sont réédités par d’autres maisons d’édition, notamment à l’étranger. Le total des réimpressions pendant la guerre d’Algérie est de 222 922 exemplaires (p. 59), hors éditions militantes et semi-légales.

8Une telle politique éditoriale n’est pas sans risques. Au début du procès du Déserteur, un attentat de l’Organisation de l’armée secrète (OAS) détruit en partie l’appartement de Jérôme Lindon. Deux jours plus tard, des bouteilles enflammées sont jetées contre la boutique des Éditions de Minuit.

9L’ouvrage comporte trois annexes : la liste des vingt-trois titres concernant la guerre d’Algérie publiés par les Éditions de Minuit entre 1957 et 1962, la liste des livres saisis (voir infra) et un article de Maurice Duverger, « Les deux trahisons », publié dans Le Monde du 27 avril 1960.

  • 7 Voir l’entretien avec Anne Simonin réalisé par Bruno Bernadi (mars 2009) : http://www.laviedesidees (...)

10Devant l’incompréhension actuelle de la dénonciation de la guerre d’Algérie7, les Éditions de Minuit décident en 2012 de rééditer sept ouvrages de leur catalogue algérien (voir présentation infra).

11Ce petit livre est un rappel essentiel...

Haut de page

Notes

1 Nicolas Hubert. Éditeurs et éditions pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962, Saint-Denis, Éditions Bouchène, 2012 ; Benjamin Stora, « La guerre en librairie 1955-1962 », dans Laurent Gervereau, Jean-Pierre Rioux et Benjamin Stora (dir.), La France en guerre d’Algérie, Paris, musée d’histoire Contemporaine-BDIC, Marval, 2004 ; Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir), La guerre d’Algérie et les intellectuels français, Bruxelles, éditions Complexe, 1991.

2 Anne Simonin, Le déshonneur dans la République. Une histoire de l’indignité 1791-1958, Paris, Grasset, 2008.

3 Voir Anne Simonin, Les Éditions de Minuit, 1942-1955 : Le devoir d’insoumission, Paris, IMEC, 1994, réédité sous une forme augmentée en 2008 aux Éditions de Minuit.

4 http://www.leseditionsdeminuit.fr/images/3/droit_desobeissance.pdf

5 Voir Julien Hage, « Une brève histoire des éditions Maspéro », dans François Maspéro et les paysages humains, Paris, À plus d’un titre/La fosse aux ours, 2009, p. 93-209

6 La reconnaissance officielle de la guerre n’aura lieu qu’en 1999.

7 Voir l’entretien avec Anne Simonin réalisé par Bruno Bernadi (mars 2009) : http://www.laviedesidees.fr/La-Republique-et-ses-hommes.html

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/3837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Anne Simonin, Le Droit de désobéissance. Les Éditions de Minuit en guerre d’Algérie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 28 juillet 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3837

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page