Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Sur la Guerre d'Algérie

Les Éditions de Minuit et la guerre d’Algérie : publications et rééditions

Didier Monciaud
p. 225-231

Texte intégral

1L’engagement des Éditions de Minuit pendant la guerre en Algérie est célèbre. Pourtant, Jérôme Lindon, son directeur depuis 1948, reconnaîtra ultérieurement qu’il n’avait pas au départ d’inclination particulière pour le militantisme. La maison d’édition, fondée en 1942 dans la clandestinité par des résistants comme Vercors et Desvigne, gagne au lendemain du conflit mondial une réputation de découvreur de talents littéraires. On citera Samuel Beckett ou les figures du Nouveau Roman, Alain Robbe-Grillet, Claude Simon…

  • 1 Les « événements » ne sont officiellement reconnus comme une guerre qu’en 1999.
  • 2 Voir Anne Simonin, Les Éditions de Minuit : 1942-1955, le devoir d’insoumission, Paris, IMEC Éditio (...)
  • 3 Voir Nicolas Hubert, Éditeurs et éditions en France pendant la guerre d’Algérie, Saint-Denis, Bouch (...)
  • 4 Citons quelques ouvrages contre la guerre d’Algérie parus chez d’autres éditeurs : Frantz Fanon, L’ (...)

2Avec le déclenchement en novembre 1954 de ce qui sera longtemps réduit à la dénomination officielle « d’événements d’Algérie »1, les Éditions de Minuit2 vont donc agir avec d’autres maisons d’édition3 pour révéler ce que le gouvernement et une partie de l’opinion refusent : la torture pratiquée par les militaires français en Algérie, puis en France même. La publication d’ouvrages politiques4 s’inscrit dans une filiation avec l’esprit de la Résistance, encore fort vif à l’époque.

  • 5 Jean-Yves Mollier, « Les tentations de la censure entre l’État et le marché » dans Jean-Yves Mollie (...)
  • 6 Voir par exemple Rosa Moussaoui et Alain Ruscio, « L’Humanité » censuré. 1954-1962, un quotidien da (...)

3Le refus des autorités françaises de voir la vérité révélée se traduit par la censure de livres5 ou de journaux6, des poursuites judiciaires avec des inculpations d’atteinte au moral de l’armée, d’incitation à la désobéissance ou de diffamation de la police.

4De 1957 à 1962, Minuit publie vingt-trois des deux cent cinquante-trois ouvrages publiés sur cette guerre par soixante-dix-neuf éditeurs (voir ci-dessous). Douze d’entre eux sont saisis et un donne lieu à un procès. Jérôme Lindon subit la moitié des saisies. En décembre 1961, il est plastiqué par l’OAS.

  • 7 Anne Simonin, Le Droit de désobéissance. Les Éditions de Minuit en guerre d’Algérie, Paris, Éd. de (...)
  • 8 Le site laviedesidees.fr publie (mars 2012) un entretien avec Anne Simonin.
  • 9 http://www.leseditionsdeminuit.fr/images/3/droit_desobeissance.pdf

5À l’occasion du cinquantième anniversaire des accords d’Évian (mars 1962) qui mettent un terme à la guerre d’Algérie, les Éditions de Minuit republient sept ouvrages dont quatre épuisés (voir ci-dessous). Une riche et courte étude7 de l’historienne Anne Simonin8, intitulée Le Droit de désobéissance. Les Éditions de Minuit en guerre d’Algérie, présente cet engagement. Elle est offerte aux acheteurs de ces livres et disponible sur le net9.

Liste des vingt-trois titres concernant la guerre d’Algérie publiés par les Éditions de Minuit entre 1957 et 196210

  • 10 Annexe 1, Anne Simonin, p. 58.

6– Germaine Tillion, L’Algérie en 1957, 27 juin 1957

7– Georges Arnaud, Jacques Vergès, Pour Djamila Bouhired, 19 octobre 1957

8– Jean Draesch, Charles-André Julien, Henri Marrou, Alfred Sauvy, Pierre Stibbe, La Question algérienne, 31 janvier 1958

9– Henri Alleg, La Question, 18 février 1958

10– Pierre Vidal-Naquet, L’Affaire Audin, 22 mai 1958

11La Gangrène*, 16 juin 1959

12– Robert Davezies, Le Front, 2 octobre 1959

13– Maurienne, Le Déserteur, 7 avril 1960

14– Jacques Vergès, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Le Droit et la Colère, 27 avril 1960

15– Djamal Amrani, Le Témoin, 23 mai 1960

16– Francis Jeanson, Notre guerre, 22 juin 1960

17– Noël Favrelière, Le Désert à l’aube, 7 octobre 1960

18– Germaine Tillion, L’Afrique bascule vers l’avenir, 30 novembre 1960

19– Michel Habart, Histoire d’un parjure, 30 décembre 1960

20– Germaine Tillion, Les Ennemis complémentaires, 31 décembre 1960

21– Comité Maurice Audin, Sans commentaire, 20 février 1961

22– Georges Arnaud, Mon procès, 24 février 1961

23– Jacques Charby, L’Algérie en prison, 10 avril 1961

24– Henri Alleg, Prisonniers de guerre, 24 avril 1961

25– Pierre Leuliette, Saint Michel et le dragon, 27 novembre 1961

26– Charlotte Delbo, Les Belles Lettres, 24 mars 1961

27– Benoît Rey, Les Égorgeurs, 30 mars 1961

28– Robert Bonnaud, Itinéraire, 25 janvier 1962

29Provocation à la désobéissance, 25 janvier 1962

Présentation des ouvrages réédités par les Éditions de Minuit sur la guerre d’Algérie

30Henri Alleg, La Question (1958), suivi de « La torture au cœur de la République » par Jean-Pierre Rioux (2008)

31Ce livre devenu légendaire est le récit des sévices subis par ce dirigeant communiste algérien et directeur du quotidien Alger Républicain à partir de son arrestation le 12 juin 1957 par les parachutistes de la 10e DP et de sa détention à El-Biar pendant un mois. Il est achevé d’imprimer le 12 février 1958. Les rares journaux qui signalent son importance sont saisis.

32Le récit d’Henri Alleg devient emblématique avec son style bref, direct et sec. Seules les initiales des tortionnaires sont mentionnées mais cela reste d’une grande clarté. La première édition est achevée d’imprimer le 12 février 1958 et saisie. La seconde est saisie en raison d’une information contre X pour « atteinte au moral de l’armée ». Le jeudi 27 mars 1958, la police saisit une partie des stocks de la septième réédition, agissant sur commission rogatoire du commandant Giraud, juge d’instruction auprès du tribunal des forces armées de Paris. L’ouvrage reparaît en Suisse et circule largement « sous le manteau » pour devenir un classique.

33Charlotte Delbo, Les Belles Lettres (1961)

  • 11 Cette femme de lettres française et résistante communiste fut déportée. Son œuvre comprend des réci (...)
  • 12 Sur ce livre, voir Michael Rothberg, « Entre Auschwitz et Algérie. Une mémoire multidirectionnelle  (...)

34Les Belles Lettres propose un recueil de correspondances rassemblées par Charlotte Delbo (1913-1985)11, femme de lettres et résistante communiste déportée à Auschwitz. Elle s’engage dans l’opposition à la guerre d’Algérie, dénonce la torture et apporte son soutien aux insoumis et aux « porteurs de valises ». Elle présente ainsi son ouvrage12 : « Alors qu’auparavant, l’indignation explosait en manifestations et en actions collectives, elle n’a plus aujourd’hui le moyen de s’exprimer… Il n’y a plus de vie politique… Privé d’autres moyens d’agir, on écrit des lettres. » (p. 9). Le livre reproduit des lettres publiées depuis 1958, la plupart à propos de faits ou d’articles, comme La Question, le Manifeste des 121, des textes de Francis Jeanson ou Georges Arnaud. Il propose aussi une lettre adressée par le bénédictin Robert Gillet à Laurent Schwartz après ses démêlés avec le ministre des Armées, les derniers mots des exécutés de Montluc ou de la Santé. Certains des textes n’avaient jamais été publiés dans leur intégralité.

35Robert Bonnaud, Itinéraire, préface de Pierre Vidal-Naquet (1962)

  • 13 Voir aussi La Cause du Sud. L’Algérie d’hier et d’aujourd’hui, la Palestine, les nations… Écrits po (...)

36Avec Itinéraire, Robert Bonnaud (1929-2013)13 propose un livre magnifique. En 1956, ce jeune agrégé d’histoire et chercheur militant est rappelé en Algérie. Il envisage de refuser mais il part. Il se livre alors à une propagande active contre la guerre, fraternisant avec les « indigènes ». En 1957, sur les conseils de Pierre Vidal-Naquet, ami de lycée, il publie dans Esprit un article intitulé « La Paix des Némentchas », dénonçant les massacres perpétrés par l’armée française auxquels il a assisté en Algérie fin octobre 1956. Il cherche à faire l’union des partis de gauche pour imposer la paix, contribuant à la création de l’UGS (Union de la gauche socialiste) sans la rejoindre pour autant. Actif dans le soutien au FLN au sein de « Jeune Résistance », il est arrêté en juin 1961 et incarcéré à la prison des Baumettes. Il est libéré en juin 1962, deux mois après les Accords d’Évian.

37Itinéraire comprend des lettres écrites d’Algérie, comme ses « lettres du djebel » ou la « paix des Némentchas », une correspondance avec Marius Chatignon, collaborateur de la revue Esprit, et des lettres de la prison des Baumettes. Ces documents témoignent tant de son engagement que de sa pensée critique. Sa réflexion dynamique associe anecdotes, émotions et analyses de fond.

38Provocation à la désobéissance. Le procès du déserteur (1962)

  • 14 Maurienne, Le Déserteur, Paris, Éd. de Minuit, 1960.

39En 1960, Jérôme Lindon publie le roman Le Déserteur14 de Jean-Louis Hurst, dit « Maurienne ». L’auteur, sous-officier de l’armée française, déserte et devient « porteur de valises », soutenant le Front de libération nationale (FLN). Pour préserver l’anonymat de l’auteur, Jérôme Lindon choisit pour pseudonyme « Maurienne », nom d’une vallée voisine du Vercors. Le livre est aussitôt saisi en avril 1960 et Lindon poursuivi pour « incitation de militaires à la désobéissance ». Finalement fin décembre 1961, il est condamné par contumace pour la « ligne générale des ouvrages », ainsi que Jean-Louis Hurst.

40Il profite d’une « faille » dans le droit français et propose avec Provocation à la désobéissance le fidèle compte rendu du procès et quelques annexes (lettres et autres documents). Curieuse situation de voir la justice française poursuivre un éditeur sur les aspects autobiographiques d’un récit narratif et lui reprocher les opinions d’un personnage !

  • 15 Paul-Louis Thirard, Tribune socialiste, 24 février 1962.

41Le livre restitue les différentes opinions des différents camps, avec des arguments contradictoires apparaissant au grand jour dans un livre sur la publication d’ouvrages interdits ! Il devient une critique sévère de l’absurdité de la censure. Voir juges et procureurs affirmer que « tout le monde est d’accord contre la torture » et condamner Jérôme Lindon apparaît pour un progressiste de l’époque comme une situation où « le côté farce prime le côté drame »15.

42Le livre fait ainsi connaître le Déserteur. La réponse des autorités est rapide : la loi autorisant les comptes rendus des procès est supprimée, et les saisies judiciaires remplacées par des saisies administrative.

43La gangrène (1959)

44La Gangrène, à peine publié, est saisi par les autorités le 19 juin 1959. Il reproduit des déclarations de cinq détenus algériens, pour la plupart étudiants, qui affirment avoir été torturés dans les locaux de la DST, rue des Saussaies, à Paris, entre le 2 et le 12 décembre 1958. Une information est ouverte contre Jérôme Lindon et les auteurs pour « diffamation de la police ». Un communiqué officiel des autorités explique une telle décision par le caractère « infamant et mensonger » du livre. Interpellé au Sénat par Gaston Defferre, le Premier ministre explique que cet « ouvrage infamant » n’est qu’une « affabulation totale qui ne saurait représenter en quoi que ce soit l’ombre de la vérité » et qu’il avait été en fait « rédigé par deux écrivains stipendiés du parti communiste ».

45Pierre Vidal-Naquet, L’Affaire Audin (1957-1978), préface de Laurent Schwartz (1958)

46Le 11 juin 1957, Maurice Audin, mathématicien, assistant à la faculté des sciences d’Alger et militant du Parti communiste algérien, est arrêté chez lui par les parachutistes du 1er RCP. Le 21 juin, ses gardiens affirment qu’il se serait évadé. Personne ne l’a revu vivant depuis cette date. Un comité Audin se constitue à Paris et lance une enquête.

47Dans la première édition, en mai 1958, Pierre Vidal-Naquet démontre l’impossibilité d’une évasion et affirme que Maurice Audin est mort pendant une séance de tortures. L’enquête judiciaire débute à Alger mais est très vite transférée à Rennes et dure jusqu’en 1962. L’ouvrage réimprimé comprend des informations supplémentaires, car Pierre Vidal-Naquet a eu accès aux dossiers des enquêtes successives et aux archives du ministère de la Justice. Ces documents illustrent l’état de crise de la société française et ses difficultés à aborder la question de la guerre en Algérie.

48Noël Favrelière, Le désert à l’aube (1960)

  • 16 L’ouvrage reparaît plus tard sous le titre Le Déserteur, Publications premières, 1974. Voir Hélène (...)
  • 17 Sylvie Dallet (dir.), Guerres révolutionnaires : histoire et cinéma, Paris, Publications de la Sorb (...)

49Ce livre est le récit de l’expérience d’un sous-officier parachutiste rappelé et déserteur. Sorti en octobre 1960, il est saisi la semaine suivante et sa diffusion interdite16. Son récit sert de base au scénario écrit par René Vautier pour son film Avoir vingt ans dans les Aurès (1972)17.

  • 18 Voir Pierre Vidal-Naquet, Les crimes de l’armée française, Algérie 1954-1962, Paris, Maspero, 1975. (...)

50Pendant son service militaire en Algérie avant le soulèvement de 1954, Noël Favrelière est scandalisé par le sort réservé aux « indigènes musulmans ». En 1956, il participe à ce que l’on nomme alors la « pacification », avec des opérations de ratissage dans la région d’Aumale. Au cours d’une de ses opérations, sa compagnie tue une fillette algérienne de sept ou huit ans. D’autres exactions renforcent son hostilité à cette guerre18. Le 19 août 1956, il est chargé de garder un prisonnier « rebelle » algérien qui va subir la « corvée de bois », c’est-à-dire être exécuté. Il le libère et fuit avec lui. Après une semaine dans le désert, ils réussissent à rejoindre l’Armée de libération nationale (ALN).

51Pendant six mois, il combat au sein de l’ALN dans la partie du Sahara et des montagnes à la frontière de la Tunisie. Blessé au pied après une attaque de l’aviation française, il passe en Tunisie et témoigne dans la presse. Il demande ensuite un visa pour les États-Unis afin de rejoindre sa sœur. En 1958, il est condamné une première fois à mort par contumace par le tribunal militaire de Constantine, puis une seconde fois en 1960. En 1962, il retourne en Algérie. En 1963, il rentre clandestinement en France où il tient, grâce à Jean-Paul Sartre, une conférence de presse. Il vit en Yougoslavie à partir de 1964. Amnistié de ses deux condamnations à mort en 1966, il revient en France.

52Saluons les Éditions de Minuit pour avoir pris l’initiative de proposer à nouveau cet ensemble riche et varié de documents historiques. À diffuser et à faire lire sans modération…

Haut de page

Notes

1 Les « événements » ne sont officiellement reconnus comme une guerre qu’en 1999.

2 Voir Anne Simonin, Les Éditions de Minuit : 1942-1955, le devoir d’insoumission, Paris, IMEC Éditions, 1994

3 Voir Nicolas Hubert, Éditeurs et éditions en France pendant la guerre d’Algérie, Saint-Denis, Bouchène, 2012. Pour un exemple suisse, voir Léonard Burnand, Damien Carron, Pierre Jeanneret, François Valloton, Livre et militantisme. La Cité-Éditeur 1958-1967, Lausanne, Éd. d’En-Bas, 2007.

4 Citons quelques ouvrages contre la guerre d’Algérie parus chez d’autres éditeurs : Frantz Fanon, L’An V de la révolution algérienne, François Maspéro, 1960 ; Maurice Maschino, Le refus, François Maspéro, 1960 ; Jean-Michel Darboise, Maurice Heynard et Jacques Martel, Officiers en Algérie, François Maspéro, 1960 ; Hocine Bouhazer, Des voix dans la casbah, François Maspéro, 1960 ; Jules Roy, La guerre d’Algérie, Julliard, 1960 ; Thomas Oppermann, Le problème algérien, François Maspéro, 1961 ; André Mandouze, La révolution algérienne par les textes, François Maspéro, 1961 ; Abdessamad Benabdallah, Maurice Courrégé, Mourad Oussedik, Jacques Vergès, Michel Zavrian, Défense politique, François Maspéro, 1961 ; Jacques Verges, Michel Zavrian, Maurice Courrégé, Les disparus, La Cité, Lausanne, 1959 ; Hafid Keramane, La pacification, La Cité, Lausanne, 1960 ; Claude Dufresnoy, Des officiers parlent, Julliard 1961 ; Robert Davezies, Le temps de la justice, La Cité, Lausanne, 1961 ; Mouloud Mammeri, L’opium et le bâton, Plon, 1965 ; Les enfants d’Algérie. Récits et dessins, François Maspéro, 1962.

5 Jean-Yves Mollier, « Les tentations de la censure entre l’État et le marché » dans Jean-Yves Mollier, Où va le livre ?, La Dispute, coll. « États des lieux », 2007.

6 Voir par exemple Rosa Moussaoui et Alain Ruscio, « L’Humanité » censuré. 1954-1962, un quotidien dans la guerre d’Algérie, Paris, Éditions Le Cherche Midi, 2012.

7 Anne Simonin, Le Droit de désobéissance. Les Éditions de Minuit en guerre d’Algérie, Paris, Éd. de Minuit, 2012.

8 Le site laviedesidees.fr publie (mars 2012) un entretien avec Anne Simonin.

9 http://www.leseditionsdeminuit.fr/images/3/droit_desobeissance.pdf

10 Annexe 1, Anne Simonin, p. 58.

11 Cette femme de lettres française et résistante communiste fut déportée. Son œuvre comprend des récits, des pièces de théâtre et des poèmes, essentiellement autour du thème de la déportation. Voir http://www.charlottedelbo.org/

12 Sur ce livre, voir Michael Rothberg, « Entre Auschwitz et Algérie. Une mémoire multidirectionnelle », Témoigner entre histoire et mémoire, n° 105, octobre-décembre 2009, p. 105-127.

13 Voir aussi La Cause du Sud. L’Algérie d’hier et d’aujourd’hui, la Palestine, les nations… Écrits politiques 1956-2000, Paris, L’Harmattan, 2001.

14 Maurienne, Le Déserteur, Paris, Éd. de Minuit, 1960.

15 Paul-Louis Thirard, Tribune socialiste, 24 février 1962.

16 L’ouvrage reparaît plus tard sous le titre Le Déserteur, Publications premières, 1974. Voir Hélène Bracco, Pour avoir dit non : actes de refus dans la guerre d’Algérie, 1954-1962, Paris, Paris-Méditerranée, 2003.

17 Sylvie Dallet (dir.), Guerres révolutionnaires : histoire et cinéma, Paris, Publications de la Sorbonne, L’Harmattan, 1984.

18 Voir Pierre Vidal-Naquet, Les crimes de l’armée française, Algérie 1954-1962, Paris, Maspero, 1975. Voir aussi « Vingt-cinq ans après : réflexions sur un retour », préface de l’historien pour la réédition de cet ouvrage chez La Découverte en 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Les Éditions de Minuit et la guerre d’Algérie : publications et rééditions », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 124 | 2014, 225-231.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Les Éditions de Minuit et la guerre d’Algérie : publications et rééditions », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3836

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page