Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Roger Gauvrit, Alain Malherbe et Jean-Yves Masson (coord.), Citroën par ceux qui l’ont fait. Un siècle de travail et de luttes

Éditions de l’Atelier/VO Éditions, Ivry/Montreuil, 2013, 223 p.
Christian Chevandier
Référence(s) :

Roger Gauvrit, Alain Malherbe et Jean-Yves Masson (coord.), Citroën par ceux qui l’ont fait. Un siècle de travail et de luttes, Éditions de l’Atelier/VO Éditions, Ivry/Montreuil, 2013, 223 p.

Texte intégral

1La troisième partie du livre s’intitule « L’ère de la 2CV, de la DS et des grèves. 1954-1968 ». La Dyane, l’Ami 6, la 2CV surtout : il est des noms d’automobiles qui s’inscrivent dans la mémoire de nombre de Français qu’elles ont véhiculés. C’est plus fortement le cas pour les hommes qui les ont fabriquées. Et plus encore lorsque, militants syndicalistes, ils ont dû s’opposer dans l’usine à un patronat de combat. Rassemblés depuis 2005 dans l’Association d’histoire sociale et de solidarité des usines Citroën, quelques-uns d’entre eux ont écrit cette histoire de leur « boîte », que nous proposent en coédition les Éditions de l’Atelier et celles de La Vie ouvrière.

  • 1 Auteur d’une thèse sur « Tourisme et Travail » parue en 2009 aux Presses de Sciences Po, l’historie (...)
  • 2 Marcel Caille, Les truands du patronat et L’assassin était chez Citroën, Paris, Éditions sociales, (...)

2L’approche est chronologique, en grandes séquences ponctuées de thèmes plus transversaux. C’est une histoire d’ouvriers de l’automobile, et d’ouvriers qui ont milité (et militent encore). Des portraits sont esquissés tout au long du livre, parmi lesquels ceux de héros de la Résistance qui ont travaillé chez Citroën, Henri Tanguy (pas encore Rol) et Missak Manouchian, qui n’était pas seulement étranger et notre frère pourtant, mais aussi poète et, chez Citroën quelques temps, ouvrier. Les passages consacrés à la Seconde Guerre mondiale rappellent le tribut payé par la classe ouvrière dans la lutte contre l’occupant, combat à la fois politique et social dont on peine aujourd’hui à prendre toute la mesure. Et surtout, il y a les grèves. Celle de « munitionnettes » en juin 1917, pendant la Grande Guerre, alors que les ateliers de Citroën étaient largement consacrés à la production de guerre. Celle de mars 1938, une des dernières de la série des mouvements du temps du Front populaire avant l’échec, au mois de novembre suivant, de celui qui a tenté de s’opposer à la confiscation des acquis du printemps 1936. Puis celles de l’après-guerre, et ensuite celle de mai et juin 1968. Il y a aussi eu la grève de 1982, loin d’être un échec parce que, en dépit de propos qui demeurent encore dans les mémoires, la gauche au pouvoir pesait encore du côté des ouvriers. Puis celles des décennies suivantes, les combats contre la fermeture, contre l’exportation de la production, là où la main-d’œuvre est moins chère, où les pouvoirs politiques n’hésitent pas à la faire taire1. Et, tout au long de ces années, la lutte contre le patronat et ses hommes de main recrutés parmi la pègre, les « truands du patronat2 » (c’est de chez Citroën qu’est venu le commando qui a attaqué en 1977 les grévistes d’une verrerie de Reims et tué l’ouvrier Pierre Maître), ses « syndicats maison » comme la CFT. Certains militants ont payé un prix lourd face aux nervis de la direction, comme cet ouvrier marocain qu’évoque le prêtre ouvrier Bernard Amiot et qui, au milieu des années 1970, était délégué CGT depuis peu lorsqu’il fut enlevé dans son hôtel à six heures du matin par des inconnus et que l’on n’a jamais revu.

  • 3 Le livre de Robert Linhart, un intellectuel maoïste venu travailler chez Citroën, est cité avec d’a (...)
  • 4 À propos de la mémoire de ces oppositions chez les travailleurs des centres de tri postal, voir Chr (...)

3Souriant et grave, un ouvrier montre fièrement sa « carte de gréviste PSA » lors du mouvement d’Aulnay de 2007. Il a un autocollant CGT tandis que pause à ses côtés, avec une semblable expression, un autre ouvrier avec un adhésif du syndicat SUD. Car c’est une des caractéristiques de cet ouvrage que d’assumer le pluralisme du mouvement ouvrier, loin des années de sectarisme dont on peut percevoir aujourd’hui à quel point elles ont contribué à diviser, à affaiblir. L’ouvrage n’hésite pas à rappeler le rôle d’une CFDT certes différente pendant ses premières décennies de ce qu’elle est devenue, ni même celui de militants d’une extrême gauche dont la surenchère mettait alors les syndicalistes mal à l’aise3, et qui aujourd’hui encore teinte d’amertume le souvenir des luttes de l’après-684. En une démarche rigoureuse, les auteurs prennent en compte la nécessité de comprendre l’histoire du patronat pour appréhender celle des entreprises et donc des salariés qui y ont travaillé, qui y ont lutté. Symboliquement, la chronologie commence avec la naissance d’André Citroën, polytechnicien et grand admirateur d’Henry Ford, qu’il a eu l’occasion de rencontrer.

  • 5 Gilbert Meynier, Histoire intérieure du FLN, 1954-1962, Paris, Fayard, 2002, p. 454-456.
  • 6 La Révolution prolétarienne, n° 422, novembre 1957.
  • 7 Voir sa biographie dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

4Bien sûr, comme devant tout document, l’historien se livre par la lecture de cet ouvrage à une analyse qui, dans ce cas, lui permet d’appréhender le rapport à l’histoire d’un groupe à la fois professionnel et militant. C’est presque en souriant qu’on constate qu’aucune allusion n’est faite à la période qui suit la signature du pacte germano-soviétique, et qu’on passe ensuite directement de l’Occupation à la grève du 23 juin 1947. L’attitude de la direction du Parti communiste entre août 1939 et juin 1941 n’a plus à susciter la curiosité des historiens, qui savent bien ce qu’il en fut, et ne présente désormais aucun enjeu. Mais elle semble continuer à mettre mal à l’aise les militants de la génération des auteurs. Tout aussi significatif, le silence sur la présence des communistes dans les gouvernements de la Libération, qui est souvent mise en avant par certaines fédérations de la CGT, comme celle des mines et de l’énergie, car l’œuvre accomplie dans leur secteur est considérable. Le productivisme défendu ces années-là et l’hostilité aux mouvements sociaux sont encore difficiles à assumer dans l’industrie automobile privée. Mais le plus intéressant est sans nul doute le traitement de « la mobilisation contre la guerre d’Algérie », présentée de manière manichéenne, laissant de côté l’extrême complexité de la situation et les caractéristiques de la classe ouvrière en Algérie. Un meeting avec Benoît Frachon à Oran le 2 novembre 1954, donc sans le moindre rapport avec la « Toussaint rouge » sinon un hasard de calendrier, n’a pu que réunir dans cette ville européenne des ouvriers qui pour la plupart ne purent pas rester dans l’Algérie indépendante. Surtout, puisque n’est pas évoqué le MNA messaliste, très fort en France au sein de la classe ouvrière venue d’Algérie, et qu’est occultée la terrible guerre civile FLN/MNA qui « provoqua, à partir de 1956, des hécatombes des militants des deux côtés5 », 4 000 morts et plus de 12 000 blessés parmi les Algériens en métropole, c’est une amputation de la mémoire qui perdure ainsi. Rares sont ceux qui, comme Albert Camus, avaient été capables de demander sur le moment, dans un périodique syndicaliste-révolutionnaire, après l’assassinat d’ouvriers messalistes : « Allons-nous laisser assassiner les meilleurs militants syndicalistes algériens par une organisation qui semble vouloir conquérir, au moyen de l’assassinat, la direction totalitaire du mouvement algérien6 ? ». Ces affrontements sanglants ont eu lieu dans les quartiers populaires, jusque dans les usines, et la classe ouvrière française en fut le témoin horrifié. Il n’est pas sûr que, à propos de cette tragédie, un silence qui confine au déni soit très sain. Quant aux militants algériens, il aurait été possible de prendre conscience de leur rôle en s’attardant sur Si Djilani Mohammed, militant après la Grande Guerre au jeune Parti communiste français, un des fondateurs de l’Étoile nord-africaine, qui a été corroyeur à l’usine Saint-Ouen de Citroën où il militait à la CGT 7.

5Citroën par ceux qui l’ont fait, c’est le titre du livre. Par ceux qui les ont faites aussi, surtout peut-être, puisque la plupart des dix-sept auteurs de l’ouvrage ont fabriqué des automobiles, et que tous ont travaillé chez Citroën. Les quatre pages de présentation des hommes et de la femme qui ont fait également ce livre sont peut-être les plus précieuses, en ce qu’elles nous permettent une prosopographie, un jeu d’échelle qui révèle ce qu’est aujourd’hui un militant syndicaliste retraité capable de s’investir (et susceptible d’être investi) dans l’entreprise civique que constitue un ouvrage d’histoire et de mémoire. Ils se sont donc attelés à cette histoire, aidés par une multitude d’amis, de militants, de collègues, conseillés également par l’historien Alexandre Courban. Deux pages serrées de remerciements montrent à quel point ce livre est, plus encore, collectif. La connaissance des ouvrages d’historiens sur ce thème (notamment de Sylvie Schweitzer, de Jean-Louis Loubet et de Nicolas Hatzfeld) expliquent aussi la qualité de l’approche. Une seule femme parmi ces auteurs, employée du comité d’entreprise après une formation d’assistante sociale. Nés entre 1928 et 1954, appartenant donc à des générations où l’on pouvait se trouver à l’usine à 14 ans, tous les autres ont été (et sont !) militants CGT, neuf au moins au PCF et pour plus de la moitié s’engageant dans le parti après s’être syndiqués (le plus souvent dans l’année qui suit).

  • 8 Georges Frischmann, Histoire de la fédération CGT des PTT, Paris, Éditions sociales, 1967.
  • 9 Pierre Sémard, Histoire de la Fédération des cheminots, Bourges, fédération CGTU des cheminots, 193 (...)
  • 10 Joseph Jacquet (dir.), Les cheminots dans l’histoire sociale de la France, Paris, Éditions sociales (...)
  • 11 Michel Pigenet, « Les Cheminots dans l’histoire sociale de la France. Une relecture à quarante ans (...)

6Cette autobiographie collective n’est pas nouvelle dans l’histoire de la CGT. Dès l’entre-deux-guerres, des fédérations syndicales se sont attachées à éditer leur histoire. Souvent écrite par des historiens de métier, militants ou sympathisants sollicités à cette occasion, elles le furent parfois par des militants de premier ordre, comme l’Histoire de la fédération CGT des PTT écrite dans les années 1960 par le leader postier Georges Frischmann8, secrétaire de la fédération, ou de celle des cheminots que l’on doit à Pierre Sémard à la veille du Front populaire9. Le précédent historique que peut évoquer cet ouvrage sur Citroën est le livre collectif de la Fédération nationale des cheminots CGT10, somme de recherches menées par un collectif de militants mandatés par le congrès fédéral précédent, et coordonnées par Joseph Jacquet. Il demeure, près d’un demi-siècle plus tard, une référence pour les historiens11. Remarquons dans Citroën par ceux qui l’ont fait la mise à distance de réflexes hérités des crispations de la guerre froide. Si l’ouvrage de la fédération des cheminots repoussait violemment en 1967 l’usage des papiers de la police (il y est question notamment de « dégoût » et d’« inaptitude à juger sainement »), celui-ci comprend, parmi les services que remercient les auteurs, les archives de la préfecture de police de Paris.

  • 12 Collection IHS CGT de Rennes.

7Mais ce livre est surtout celui d’une fierté, celle d’appartenir à la seule classe désormais indispensable, l’amour donc d’un travail bien fait. La reproduction d’une carte syndicale rappelle qu’en 1952 la confédération soulignait le devoir, « professionnellement, d’être le meilleur sur le chantier, à l’atelier, au bureau ». L’honneur du labeur, tous le conservent lorsqu’ils sont devenus auteurs. Insistons aussi sur la qualité de l’ouvrage comme objet : il s’agit à l’évidence d’un « beau livre ». Et ne boudons pas notre plaisir. Les clichés nous plongent dans le monde ouvrier, dans le milieu populaire. Des œuvres de grands noms de la photographie illustrent ce volume, qu’il s’agisse de clichés de Willy Ronis sur la grève de 1938 ou de la photographie du meeting dans le hall de l’usine Balard par Georges Azenstarck, sans doute le photographe le plus fécond d’un printemps dont il fut d’autres acteurs que des étudiants ou des CRS. Il y a aussi la photographie, prise en 1982, d’une poignée de main entre le ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives, Anicet Le Pors, et Maryvonne Dalibot, une militante CGT de l’usine Citroën de Rennes, qu’observe, un peu crispé, le directeur de l’usine12. Et il y a enfin toutes ces photos privées, celles de militants qui les ont mises à la disposition de leur histoire.

Haut de page

Notes

1 Auteur d’une thèse sur « Tourisme et Travail » parue en 2009 aux Presses de Sciences Po, l’historien Sylvain Pattieu vient de publier Avant de disparaître - Chroniques de PSA Aulnay, Paris, Éditions Plein Jour, 2013.

2 Marcel Caille, Les truands du patronat et L’assassin était chez Citroën, Paris, Éditions sociales, 1977 et 1978.

3 Le livre de Robert Linhart, un intellectuel maoïste venu travailler chez Citroën, est cité avec d’ailleurs un contresens : il ne s’agissait pas pour ces militants d’aller porter une parole révolutionnaire, ils voulaient véritablement se mettre à l’écoute de « la classe », Robert Linhart, L’Établi, Paris, Éditions de Minuit, 1978.

4 À propos de la mémoire de ces oppositions chez les travailleurs des centres de tri postal, voir Christian Chevandier, La Fabrique d’une génération. Georges Valero, postier, militant et écrivain, Paris, Éditions Les Belles Lettres, 2009, p. 162-165 (l’exclusion de Valero de la CGT en 1969) et p. 182-192 (l’exclusion de Valero et de plusieurs syndicalistes de Lyon-gare de la CFDT en 1977).

5 Gilbert Meynier, Histoire intérieure du FLN, 1954-1962, Paris, Fayard, 2002, p. 454-456.

6 La Révolution prolétarienne, n° 422, novembre 1957.

7 Voir sa biographie dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

8 Georges Frischmann, Histoire de la fédération CGT des PTT, Paris, Éditions sociales, 1967.

9 Pierre Sémard, Histoire de la Fédération des cheminots, Bourges, fédération CGTU des cheminots, 1934.

10 Joseph Jacquet (dir.), Les cheminots dans l’histoire sociale de la France, Paris, Éditions sociales, 1967.

11 Michel Pigenet, « Les Cheminots dans l’histoire sociale de la France. Une relecture à quarante ans de distance », Revue d’histoire des chemins de fer, n° 36-37, printemps-automne 2007, p. 73-76.

12 Collection IHS CGT de Rennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Chevandier, « Roger Gauvrit, Alain Malherbe et Jean-Yves Masson (coord.), Citroën par ceux qui l’ont fait. Un siècle de travail et de luttes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 28 juillet 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3827

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page