Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean Lebrun, Notre Chanel

Bleu autour, Saint-Pourçain-sur-Sioule, 2014, 276 p.
Annie Burger-Roussennac
Référence(s) :

Jean Lebrun, Notre Chanel, Bleu autour, Saint-Pourçain-sur-Sioule, 2014, 276 p.

Texte intégral

1Notre Chanel, de l’homme de radio et historien Jean Lebrun, est à la fois un récit à la subjectivité assumée de la vie de la créatrice Gabrielle Chanel et celui de l’enquête faite pour y parvenir. Les deux récits, inextricablement liés l’un à l’autre comme les deux C du monogramme de la maison Chanel, ou comme les brins d’une cordelette, existent l’un par rapport à l’autre, l’un grâce à l’autre.

  • 1 Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2006.

2Commençons par l’enquête. Loin de condamner la valeur du récit historique produit, le récit de l’enquête donne une profondeur nouvelle, dévoile les coulisses de l’atelier de l’historien et les enjeux personnels de la recherche menée. L’historien n’écrit plus à partir d’un point de vue en surplomb, mais en assumant ses liens avec son objet de recherche. On pense au livre d’Ivan Jablonka, Aux grands-parents que je n’ai pas eus (2012), construit entre récit, mémoire et travail de deuil, mais aussi à la réflexivité, ce travail d’objectivation préalable préconisé par Pierre Bourdieu, mis en œuvre par Nicolas Renahy dans son livre Les gars du coin (2006)1.

3Faite à quatre mains entre 1988 et 1990, l’enquête de Jean Lebrun s’achève une première fois le 29 novembre 1990 avec la disparition de son inspirateur principal, le journaliste de mode Bernard Costa, mort du sida à l’âge de 36 ans. Puis il faut attendre 2013. Vingt-trois ans plus tard, quand avec l’aide de son éditeur « Bleu autour », Jean Lebrun parvient enfin à donner une forme au livre projeté. Il choisit celle du tombeau littéraire. « À Bernard, (ce livre) rend le supplément de vie dont je lui étais redevable », conclut le prologue. Affirmation de la fidélité post mortem, de la durabilité des amours homosexuelles d’un homme ancré dans le catholicisme (Jean Lebrun a dit publiquement sa foi dans un article de La Croix en 2006), le livre dialogue dès lors avec tous les croyants (et incroyants) de notre époque. En racontant l’enquête dans sa matérialité et son déroulement, il éclaire deux années de la vie quotidienne de deux hommes amoureux en lutte avec la pandémie mortelle. Ces deux années de voyages dans toute la France à la recherche des témoins, « d’un lieu l’autre », et d’un appartement à l’autre quand la maladie progresse, disent les lâchetés des connaissances, les brutalités des soignants effrayés par le mal nouveau, la férocité des familles, autant de notations, de pistes pour une histoire à écrire des effets sociaux du sida au début de la pandémie.

4Enquêteurs, Jean Lebrun et Bernard Costa convoquent surtout des témoins (une volonté de Bernard), des proches pris hors du cercle des courtisans de Gabrielle Chanel. « Voyagez plutôt dans les autres cercles » (p. 18) leur suggère Boris Kochno, le secrétaire de Diaghilev. Ils suivent son conseil et vont voir successivement « tante Roselyne et tante Guite », les nièces d’Étienne de Balsan, Alain Cuny, Madame Madoux, dont le mari était l’homme de confiance de Gabrielle Chanel. Ces rencontres sont documentées et donnent lieu dans le texte à de magnifiques portraits. Les renseignements recueillis sont croisés avec d’autres, provenant d’archives aussi. Dans le même temps, et au moment de rédiger surtout, Jean Lebrun lit et convoque toute la littérature parue. Il ne recule devant aucune vérification, évaluation et recoupement imposés par le travail de l’historien. Dans le récit, ce travail s’exprime à travers les usages fréquents du conditionnel. L’ambition affichée de produire « quelques compléments qui ne sont pas négligeables » (p. 11) sur la vie de « Mademoiselle Chanel » nous semble largement atteint.

5Pourtant les faits rapportés vont uniquement jusqu’en 1954, là où l’enquête commune s’est arrêtée en 1990. Jean Lebrun en justifie ainsi le parti pris. Cette date a également une autre cohérence. En focalisant sur la première période de Gabrielle Chanel, en évitant de raconter la renaissance de la « Grande Mademoiselle », rendue possible par les Wertheimer, les actuels propriétaires de la marque, Jean Lebrun et Bernard Costa ont préservé leur liberté d’analyse, un bien rare dans le milieu de la mode à l’époque, moins aujourd’hui, alors que la mode se constitue en objet scientifique. Leur travail s’est construit sans la maison Chanel, à bonne distance du mythe mille fois décliné par la toute-puissante communication de cette dernière.

6Les deux hommes avouent sans fard leur fascination pour la révolutionnaire de la mode. « Chanel avait ouvert une rupture décisive » (p. 9). Dans le récit, parler de cette œuvre ne nécessite pas de la montrer. Il s’agit d’en saisir l’esprit, le « chanélien », leur principe unificateur, « l’esthétique de la diminution » (p. 29), née dans le cadre austère de l’abbaye cistercienne d’Aubazine, en Corrèze, où l’orpheline de condition très modeste vécut de 12 à 18 ans. Biographes, Jean Lebrun et Bernard Costa cherchent aussi le « noyau » de leur héroïne. Ce faisant, ils trouvent les ressorts qui permettent à la Belle Époque et dans les années 1920 de construire à Paris un empire de mode. Des hommes au début, ses amants, y jouent un rôle clé de pygmalions fortunés. Étienne Balsan et Boy Capel, cavaliers acharnés comme bien des membres de la haute société, mettent à Gabrielle Chanel le pied à l’étrier au sens propre et figuré du terme. Ils lui ouvrent les portes du « monde », la vieille aristocratie française et anglaise dont le mode de vie donne toujours avant 1914 le « bon ton ». Avec eux Gabrielle Chanel grimpe les marches de la société. La « gommeuse » de Beuglade Moulins (Allier) devient une femme entretenue, puis, quand elle démarre sa boutique de modiste, une femme indépendante, vivant de son travail et capable à son tour d’entretenir une foule de dépendants. Cette indépendance, elle la conquiert en moins de dix années. Le monde de la mode de la Belle Époque permet à quelques femmes d’origine modeste de faire des fortunes rapides, quand leurs produits sont en phase avec les aspirations du marché. Madeleine Vionnet et Jeanne Lanvin, qui ont sensiblement le même âge que Gabrielle Chanel, ont au même moment des origines, parcours et réussites similaires. Elsa Schiaparelli, la rivale, en revanche, est issue d’un milieu aisé. Toutes ces femmes portent le nom de leur père, sont chefs d’entreprise, et vivent sans mari. En quatre années de guerre, Gabrielle Chanel gagne de quoi s’offrir une villa à Biarritz et une Rolls Royce. Pendant l’entre-deux-guerres, sa maison de couture emploie 4 000 ouvrières et livre 28 000 commandes par an. Elle est alors la plus importante maison de couture parisienne. Femme d’affaires, Gabrielle Chanel est alors dotée d’un réseau d’amis parmi les artistes et les gens du monde. Visionnaire, elle rompt avec la spécialisation des métiers, et construit aussi autour de sa maison de couture, un univers complet (parfum, joaillerie). Ces faits ici nommés laissent entrapercevoir les apports possibles d’une histoire économique genrée de la mode et complexifient la vision du possible pouvoir économique des femmes avant la Seconde Guerre mondiale.

7Les compromissions, la collaboration de Gabrielle Chanel durant l’Occupation sont moins largement documentées car « le temps a manqué » et « les archives demeuraient en France encore fermées » (p. 223). Jean Lebrun s’appuie ici sur les recherches récentes. Les manœuvres de Gabrielle Chanel pour déposséder les frères Wertheimer de leur entreprise, utiliser l’aryanisation à son profit, ses amours avec le baron Günter Von Dincklage, un agent infiltré dans le « monde », la mission à Madrid en service commandé par le général allemand Walter Schellenberg, sont analysés dans le détail comme ceux d’une femme du monde manipulée par les Allemands. Le « monde » demeuré en France vit sous l’Occupation en plantant « d’innombrables paravents pour préserver sa vue des horreurs de la guerre » (p. 247) et continuer comme avant. Le comportement de Chanel relève de cette même logique.

8Tout au long du récit, des photos constituent autant de preuves supplémentaires et pour le lecteur la possibilité de comprendre les gens et les lieux liés à « leur » Gabrielle Chanel, et à Bernard Costa. Au final, ce livre très maîtrisé ouvre de nombreuses pistes de recherche sur les femmes, la mode et le sida. Dans la génération disparue des homosexuels contemporains de Bernard Costa, Michel Boué par exemple, son alter ego de l’Humanité, foudroyé par le sida au même âge deux ans plus tard, mérite lui aussi une biographie. Tout aussi prometteuse est l’étude du monde de la mode comme lieu de mobilité sociale et professionnelle pour les femmes.

Haut de page

Notes

1 Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Burger-Roussennac, « Jean Lebrun, Notre Chanel », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 28 juillet 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3823

Haut de page

Auteur

Annie Burger-Roussennac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page