Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Daniel Guérin, Front populaire, révolution manquée

Paris, Agone, 2013, 504 p.
Morgan Poggioli
Référence(s) :

Daniel Guérin, Front populaire, révolution manquée, avant-propos de Charles Jacquier, postface de Barthélémy Schwartz, Paris, Agone, 2013, 504 p.

Texte intégral

1Au croisement du témoignage, de l’autobiographie, de l’hommage (à Marceau Pivert, p. 17) et de l’histoire sociale, le livre de Daniel Guérin, réédité pour la quatrième fois, ne serait plus à présenter tant il est devenu un classique, s’il n’était agrémenté pour l’occasion de suppléments (photos, annexes, glossaire de militants, préface et postface).

2Je ne m’attarderai pas sur la postface de Barthélémy Schwartz, qui n’est que la réédition d’un texte à charge, « Juin 36 : l’envers du décor », datant de 1997, sorti à l’occasion de la troisième réédition chez Actes Sud et repris quelques années plus tard dans la publication : Le Front populaire au secours du capitalisme français. Au-delà de la thèse d’un Front populaire traître à la révolution et à la classe ouvrière, certains passages sont à la limite de la malhonnêteté intellectuelle, en particulier sur la question des étrangers, mais là n’est pas mon propos.

3La préface de Charles Jacquier, responsable de la collection « Mémoires sociales » aux éditions Agone, est à l’inverse particulièrement intéressante, remettant en contexte et en perspective l’histoire de la première publication de l’ouvrage et de ses différentes rééditions, ainsi que le parcours pour le moins original de Daniel Guérin, bourgeois lettré en rupture de ban volontaire, qui épouse la cause de la classe ouvrière dans les années 1930 pour ne plus jamais s’en détacher.

4Le livret-photos issu du fonds de la BDIC, différent de la première édition de 1963, donne à voir des illustrations personnelles de l’auteur et d’autres, plus politiques, en particulier sur les congrès du PSOP (Parti socialiste ouvrier et paysan). La partie « Annexes » regroupe principalement des textes de Léon Trotski et de Marceau Pivert, connus (« Tout est possible » de Pivert) ou moins connus (Lettre de Trotski à la rédaction de Juin 36, correspondance de Marceau Pivert avec le général De Gaulle en 1940), tout à fait intéressants. Enfin, le « Glossaire de militants » (anarchistes, anticolonialistes, socialistes de gauche, pivertistes, syndicalistes révolutionnaires, trotskistes, etc.), d’une cinquantaine de pages, conclut l’ouvrage en permettant de connaître un peu mieux les personnages croisés au fil de la lecture.

  • 1 Morgan Poggioli, « Syndicalismes révolutionnaires et Front populaire en France », Dissidences, n° 1 (...)
  • 2 Jean Rabaut, Tout est possible ! Les « gauchistes » français (1929-1944), Paris, Denoël-Gonthier, 1 (...)

5Concernant la lecture elle-même, la thèse défendue par l’auteur est connue : les principales organisations du Front populaire (SFIO, PCF et CGT) ont empêché (trahi) la révolution au printemps 1936 en cherchant une solution négociée à la vague de grèves avec occupations, au lieu de s’appuyer sur ce mouvement revendicatif pour renverser le système et instaurer le socialisme. Mais l’intérêt du livre ne réside pas dans cette version discutable/discutée des faits1, défendue d’ailleurs dans d’autres ouvrages2. Non, c’est ici le parcours « multiple » de l’auteur qui est de loin le plus instructif car, à travers Daniel Guérin, c’est une myriade d’organisations qui sont données à voir de l’intérieur, et pas seulement celles des « minorités agissantes » et de leurs militants trop souvent méconnus, qui sont évidemment au cœur du propos. Mais on entre aussi dans les arcanes des « poids lourds » du Front populaire comme la SFIO, la CGT, pour y mesurer les enjeux d’appareils, le poids des tendances conduisant tantôt à l’unité (CGT, 1936), tantôt à la scission (PSOP, 1938).

6Enfin, si l’auteur ne ménage pas ceux qui sont à ses yeux responsables de l’échec du Front populaire, il n’épargne pas non plus son camp en stigmatisant la faiblesse des organisations et des hommes dont il brosse par ailleurs plusieurs portraits très personnels, dont certains au vitriol, comme ceux de Dumoulin, Chambelland, Monatte, Blum…

7En somme, si l’ouvrage n’apporte pas d’éclairages nouveaux sur le Front populaire (mise à part sur le combat anticolonial de l’entre-deux-guerres), il n’en reste pas moins une source vivante, grâce au style de l’auteur, sur une période pleine d’espoirs et de frustrations, de convictions et de contradictions, qu’on ne peut que conseiller à ceux qui ne l’auraient pas encore lu.

Haut de page

Notes

1 Morgan Poggioli, « Syndicalismes révolutionnaires et Front populaire en France », Dissidences, n° 12, novembre 2012, Lormont, Éditions du bord de l’eau, p. 49-60.

2 Jean Rabaut, Tout est possible ! Les « gauchistes » français (1929-1944), Paris, Denoël-Gonthier, 1974, ou Jacques Danos et Marcel Gibelin, Juin 1936, Paris, Maspero, 1972.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgan Poggioli, « Daniel Guérin, Front populaire, révolution manquée  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 28 juillet 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3821

Haut de page

Auteur

Morgan Poggioli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page