Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Nicolas Mariot, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple

Éd. du Seuil, coll. « L’Univers historique », 2013, 496 p.
Claudette Toulmonde
Référence(s) :

Nicolas Mariot, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, Éd. du Seuil, coll. « L’Univers historique », 2013, 496 p.

Texte intégral

1L’auteur, sociologue et historien, est chercheur au CNRS. Nicolas Mariot entreprend d’écrire une histoire sociale de la guerre de 1914-1918 dans les tranchées. Il constitue un corpus de 42 intellectuels selon trois critères : ce sont des « témoins combattants », le plus souvent simples soldats ou sous-officiers au moment de la mobilisation ; ils ont laissé des lettres, des « carnets », des témoignages ayant été rédigés sur le moment et publiés par la suite ; enfin l’auteur a pu établir une biographie conséquente sur chacun. Il relit ces divers écrits de professeurs, journalistes, avocats, artistes, dont Guillaume Apollinaire, Henri Barbusse, Marc Bloch, Roland Dorgelès, Maurice Genevoix, Jules Isaac, Fernand Léger entre autres. Ces intellectuels ont fait la guerre aux côtés d’hommes qu’ils n’auraient jamais croisés dans leur vie quotidienne, hors des tranchées, des cantonnements ou des trains les conduisant vers l’enfer.

2Le front a été pour ces hommes le lieu de rencontres extraordinaires avec les classes populaires. Ce livre a pour but de nous montrer l’ampleur de cette découverte et d’analyser ce moment particulier. Il nous présente des soldats appartenant aux 2 % de la société française ayant le baccalauréat, c’est-à-dire appartenant à la classe dirigeante, pour qui cette rencontre sera une révélation. Le corpus étudié n’est pas nouveau, mais il s’agit pour Nicolas Mariot d’introduire la différenciation sociale, car jusque-là elle n’avait jamais été prise en compte. La composition sociale de l’armée française n’ayant jamais été étudiée, la compréhension des rapports de classes reste complexe, d’autant qu’il y a de fait une imbrication des hiérarchies sociales et militaires. L’originalité du groupe retenu tient au fait que ces hommes sont isolés dans un milieu homogène. Ainsi leurs observations sont-elles très précieuses pour notre compréhension : quelle est l’importance des décalages entre l’expérience des auteurs et celle de la majorité des combattants ?

  • 1 Voir le texte fondateur de Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker « Violence et consentement : l (...)

3L’auteur s’interroge aussi sur une historiographie qui, depuis les années 1980, entretient l’idée d’une osmose entre des groupes sociaux qui auraient eu une culture commune et un consentement partagé1. Il veut montrer que le conflit a été au contraire le moment de la cristallisation des distances sociales.

  • 2 Louis Mairet, Carnet d’un combattant, 11/2/1915-16/4/1916, Paris, Éd. Georges Crès et Cie, 1919.

4Le livre est organisé en trois parties. La première s’intéresse essentiellement à la rencontre matérielle et à la vie ordinaire des « poilus ». L’auteur s’attache à leur vie quotidienne au fil des années en étudiant les soldes, les colis, le confort, l’hygiène, les distractions et les tâches assurées par ces hommes, qui forment un groupe socialement homogène. La différence entre les officiers et les hommes de troupe est sensible à tout moment. « Les poilus auront la paille, moi un lit » note le sous-lieutenant Mairet2. Le graphique des soldes (p. 96) est tout aussi édifiant, montrant la hiérarchie des hommes en fonction des écarts des soldes. Les manques sont comblés par les colis, mais là encore les revenus des familles montrent les différences sociales. Cependant, le groupe des « 42 » est lui aussi hétérogène. Il présente des différences d’âge, de 18 ans pour les plus jeunes, tout juste bacheliers, aux 46 ans du philosophe Alain. Certains sont alors restés six ans sous les drapeaux, en cumulant leur service militaire et le temps de guerre. Ils appartiennent à des horizons politiques différents, de la gauche socialiste et pacifiste avant la guerre à la droite nationaliste. De même, leurs convictions religieuses sont distinctes et éclectiques.

5Les conditions de vie pour ces membres des classes supérieures peuvent se révéler éprouvantes lors des marches sac au dos, ou quand il faut creuser des tranchées. Ces hommes se sentent alors inaptes, déclassés, et vivent des rapports de dominés. Cependant, à l’inverse, les habitudes anciennes de la vie civile de la bourgeoisie leur reviennent aisément. Ainsi les six normaliens, d’abord simples soldats et devenant au cours de la guerre officiers, trouvent naturel le fait d’avoir une ordonnance, puisqu’ils avaient l’habitude du personnel de service auparavant. En témoigne la réaction de Jules Puech, docteur en droit mais simple soldat, se révélant malhabile manuellement. Il est choqué par la proposition de devenir ordonnance, une situation pour lui impensable. Le plus souvent, ils ressentent une impression d’isolement, d’autant plus que leurs formations les amènent facilement à l’introspection. Ils s’interrogent sur ce qu’ils font là et sur le sens de leur engagement.

  • 3 Jean-Norton Cru, Témoins, Presses universitaires de Nancy, coll. « Histoire contemporaine », 2006 ( (...)

6La deuxième partie révèle un moment rare et étonnant. En étudiant la réalisation des travaux pour les tranchées, l’auteur constate que les relations s’inversent dans la mesure où ce sont les hommes issus des milieux populaires qui sont les plus compétents pour organiser les ouvrages et les plus résistants physiquement. Les intellectuels essaient quant à eux de préserver ce qui faisait leur quotidien avant la guerre, c’est-à-dire lire, écrire, réfléchir. Alors qu’ils sont souvent perçus comme différents, ils vont se placer eux-mêmes à l’écart du bruit, des jeux de cartes, de l’alcool, pour pouvoir rester eux-mêmes. La promiscuité est un des thèmes majeurs de leurs écrits. L’entassement des corps, le manque d’hygiène, ainsi que les odeurs, reviennent régulièrement dans leurs lettres. Pour ces intellectuels qui se sont engagés dans la guerre pour défendre des valeurs, la rencontre avec les hommes du peuple dans la guerre va être une longue déception : « J’ai une conscience, eux semblent s’en passer » écrit Jean Norton Cru3. De plus, certains vont devenir des souffre-douleurs en raison de leurs attitudes ou de leurs incompétences techniques.

7La troisième partie met en évidence les raisons de l’engagement des « 42 », dès 1914, parmi les hommes du rang. L’essentiel pour eux, ce sont les valeurs républicaines qu’il s’agit de défendre face aux « envahisseurs barbares ». Ils veulent revivre la Révolution de 1789 et plus encore « la levée en masse » afin de réaliser l’unité nationale, l’unité du peuple. C’est donc une guerre de volontaires pour des valeurs. La guerre est l’occasion d’un brassage majeur, car tous les soldats sont à égalité devant les obus et la mort. Cette union au front, « l’union sacrée », tous mais surtout les officiers en ont payé le prix. Ils ont tenu grâce à leur patriotisme. C’est le début de la « brutalisation » des sociétés du nouveau siècle. Cependant, ces valeurs ne rencontrent pas les mêmes échos auprès des hommes qui les entourent, ce qui accentue la lente et longue déception tout au long de la guerre. Ils ne relâchent pas pour autant leurs efforts, car ils veulent comprendre le pourquoi de cette attitude, et au besoin ils vont essayer de leur donner des leçons de civisme. Leur déception sera de plus en plus grande au fil des années, certains vont réagir par un jusqu’au-boutisme dans leur volonté de rester au front, d’autres seront tentés de revenir vers l’arrière ou de se présenter aux concours leur permettant de devenir officiers.

8La conclusion de cette belle étude est que si le brassage des classes sociales a bien eu lieu, les distances entre les groupes sociaux se sont élargies, car leurs façons de vivre et de penser étaient trop éloignées. Dans les tranchées, ces hommes ont pris profondément conscience de leur appartenance à une classe différente de celle des autres soldats du rang. Pour Nicolas Mariot, l’engagement idéologique est lié à l’appartenance sociale. Il propose alors de considérer que s’il y a eu une « union sacrée » il faut la redéfinir autrement qu’elle l’a été jusqu’à maintenant, en retrouvant les points communs entre les différentes classes sociales.

9Dans sa postface, intitulée « Échafaudages », Nicolas Mariot revient sur sa méthode de travail, sur l’arrière-plan scientifique de l’étude, ainsi que sur les modalités de la constitution du corpus menant au choix des « 42 ». Il l’inscrit enfin dans l’historiographie de cette question. Pour lui, cette étude doit permettre au lecteur, quelles que soient ses compétences, de valider le propos en connaissance de cause.

10Un regret cependant : parmi les « poilus » il y avait aussi certainement d’autres intellectuels comme les instituteurs, ces « hussards noirs de la République » qui n’ont pas tous été sous-officiers ou officiers. Les lettres à leurs familles apporteraient des témoignages intéressants, car beaucoup venaient des milieux populaires (agricole ou ouvrier). Ils sont évoqués indirectement, mais quelques exemples auraient permis de conforter ou de nuancer le point de vue. On peut regretter aussi, dans la présentation des « 42 », l’oubli des dates de vie de ces héros, dont près de la moitié vont mourir au cours de la guerre ou des suites de leurs blessures. Mises à part ces remarques mineures, il reste que ce livre issu d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches intitulé « La lutte des classes, 1914-1918. Comment les intellectuels découvrent le peuple dans les tranchées », est une œuvre dense et bien documentée. Nicolas Mariot ouvre une nouvelle piste de recherche, de nature à diversifier les manières d’aborder la Grande Guerre.

Haut de page

Notes

1 Voir le texte fondateur de Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker « Violence et consentement : la culture de guerre dans le premier conflit mondial », dans Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli, Pour une histoire culturelle, Paris, Éd. du Seuil, 1997.

2 Louis Mairet, Carnet d’un combattant, 11/2/1915-16/4/1916, Paris, Éd. Georges Crès et Cie, 1919.

3 Jean-Norton Cru, Témoins, Presses universitaires de Nancy, coll. « Histoire contemporaine », 2006 (1re édition 1929).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudette Toulmonde, « Nicolas Mariot, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 28 juillet 2014, consulté le 22 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3819

Haut de page

Auteur

Claudette Toulmonde

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page