Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers et Pierre Serna (dir.), 1792. Entrer en République

Armand Colin, Paris, 2013, 330 p.
Jean-Baptiste Le Cam
Référence(s) :

Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers et Pierre Serna (dir.), 1792. Entrer en République, Armand Colin, Paris, 2013, 330 p.

Texte intégral

11792. Entrer en République, publié sous la direction de Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers et Pierre Serna, rassemble les contributions d’une vingtaine d’historiens français et étrangers au colloque international organisé à Paris les 20 et 21 septembre 2012, à l’occasion du 220e anniversaire de la Première République. Dans cet ouvrage divisé en trois parties (« La république, un mot, une construction et des modèles » ; « Élire la Convention nationale » ; « Fonder et faire reconnaître le nouveau régime »), il est donc question de ce moment de l’été-automne 1792, ouvert par l’assaut des Tuileries et la suspension des pouvoirs de Louis XVI décrétée par l’Assemblée le 10 août 1792, et marqué par ce qu’Alphonse Aulard qualifiait en 1893 de « proclamation modeste et embarrassée », le 22 septembre 1792, d’un nouveau régime dont le nom de « république » est encore perçu et prononcé avec méfiance par de nombreux contemporains.

2Si la République voit le jour à la Convention, sa naissance est discrète et progressive. Ainsi, tandis qu’ils viennent de voter l’abolition de la monarchie le 21 septembre, les députés présents à la Convention le lendemain, soit tout juste la moitié de l’ensemble des 749 conventionnels élus, décrètent que « tous les actes publics porteront dorénavant la date de l’an premier de la République française ». Trois jours plus tard, un nouveau décret est voté, affirmant que « la République française est une et indivisible ». Pourtant, comme le souligne Michel Biard, ces séances n’ont donné lieu à aucun débat d’envergure sur le contenu du nouveau régime qu’il convient de bâtir. Dans les semaines qui suivent, le mot « république » est rarement prononcé par des conventionnels qui discutent avant tout des questions militaires, du rôle et de la légitimité de la Commune de Paris et des troubles intérieurs. Cette succession de votes à défaut d’une proclamation formelle, cette absence de débats autour de l’idée républicaine au sein de la Convention, et enfin le nombre de votants, posent deux problèmes formulés par Hervé Leuwers et Michel Biard : cette entrée en République, votée en l’absence de nombreux députés qui, élus hors de Paris, ne sont pas encore arrivés dans la capitale, est-elle légale et, surtout, se fait-elle par défaut ?

3La réponse à la première question est claire : ces votes ont eu lieu dans le respect de la légalité fixée par les décrets du 11 et 12 août, d’après lesquels la Convention est autorisée à commencer ses travaux à condition qu’elle compte dans ses rangs au moins 200 députés. La réponse à la seconde appelle, quant à elle, davantage de nuances. En effet, fonder une république —idée certes débattue depuis l’été 1791 dans les sociétés politiques, les assemblées de section et la presse, mais qui rime encore, pour de nombreux patriotes, avec instabilité politique, oligarchie antique ou dictature cromwellienne— est loin d’être une perspective évidente pour de nombreux élus à la Convention. Côme Simien montre par exemple qu’aucun des conventionnels élus dans les départements de l’Ariège, de l’Aude et des Pyrénées-Orientales ne développe de positions explicitement favorables à un nouveau régime républicain, dans les mois ou les semaines qui précèdent son élection. De même, dans sa contribution, Philippe Bourdin révèle toute la part d’hésitation institutionnelle qui s’exprime à travers les positions politiques défendues par les législateurs ou futurs conventionnels auvergnats au cours de l’été 1792 : si le 10 août renforce leur hostilité à l’égard du roi, le mot « république » est absent de leur discours jusque fin septembre.

4Toutefois, ces conventionnels sont aussi élus parce qu’ils incarnent, aux yeux des électeurs, une adhésion sans réserve à des principes fondamentaux qu’ils partagent avec les républicains les plus convaincus en cette fin d’été 1792. Ainsi, en votant l’entrée en république, les conventionnels confirment leur rejet de la royauté mais proclament aussi et surtout leur volonté commune de continuer la Révolution en faisant advenir une nouvelle ère, celle d’une liberté renforcée par l’égalité et la souveraineté complète du peuple. Pour les conventionnels, choisir la république, ce n’est pas seulement abolir définitivement la royauté, c’est aussi donner corps à ces principes. Dès lors, comme le souligne Michel Biard, si la République naît bien « d’une négation, celle de la royauté », elle ne peut être considérée comme un simple choix par défaut.

5Plusieurs contributions tentent de répondre à un autre problème posé par cette période de naissance de la République : comment les Français apprivoisent-ils ce nouveau régime issu de la chute d’une monarchie multiséculaire, dans un contexte d’autant plus anxiogène qu’une partie du territoire français est en proie à la menace d’une invasion étrangère, qui devient même une réalité pour les habitants de certains départements du Nord et du Nord-Est ?

6Face à cette angoisse alimentée à la fois par l’effondrement des repères politiques traditionnels, la menace austro-prussienne et les massacres de septembre, l’adhésion des Français à la république naissante passe donc par la capacité du nouveau régime à les rassurer en assurant leur sécurité et en leur montrant que cette rupture politique d’une radicale nouveauté n’est pas incompatible avec la continuité de l’État et le maintien de l’ordre. Comme le souligne Gaïd Andro, c’est pour répondre à cet enjeu fondamental que les conventionnels maintiennent les procureurs généraux syndics, institution pourtant instaurée sous la Constituante. En outre, plusieurs articles insistent sur le rôle capital que jouent les victoires militaires obtenues à l’automne 1792 dans la naissance d’une république dotée d’une véritable légitimité aux yeux de la population. Ainsi, pour Laurent Brassart, elles contribuent fortement à modifier l’état d’esprit de nombreux citoyens à l’égard du nouveau régime : l’acceptation prudente d’un nouvel état de fait se transforme en une adhésion enthousiaste à une république victorieuse, capable d’assurer la sécurité des Français et le salut de la nation. De même, Virginie Martin montre combien le rôle de ces victoires militaires s’avère décisif dans le ralliement des diplomates au nouveau régime. En effet, en l’absence d’épuration de l’appareil diplomatique, les diplomates de la République naissante sont d’ex-ambassadeurs du roi, nommés sous la monarchie constitutionnelle et donc peu suspects de sympathies républicaines. Mais au fil des succès obtenus par les armées républicaines, leur méfiance initiale évolue vers un enthousiasme assumé pour une république qui, à l’inverse de la monarchie finissante, parvient à redonner à la France son prestige et sa puissance. Le regard que portent les évêques constitutionnels sur la rupture politique évolue lui aussi en fonction de la situation militaire. Paul Chopelin souligne ainsi que la victoire de Jemmapes, le 6 novembre 1792, est interprétée par plusieurs d’entre eux comme le signe irréfutable que la république possède une légitimité divine. Il s’agit dès lors pour eux de convaincre les fidèles que la proclamation de la république relève bien d’une volonté divine.

7Mais c’est aussi en participant aux assemblées primaires et électorales de la fin de l’été 1792 que des citoyens politiquement indécis deviennent des républicains convaincus. Cette entrée en république est en effet marquée par un « fait exceptionnel dans l’histoire des pratiques électorales » (Serge Bianchi). Pour la première fois en France, les conditions de cens pour voter et être élu sont abolies par le décret du 12 août 1792. Tous les citoyens de sexe masculin âgés d’au moins 21 ans sont autorisés à participer aux élections primaires, à l’exception des domestiques et de tous ceux qui ne vivent pas de leur revenu ou du produit de leur travail. Plusieurs articles de l’ouvrage sont donc consacrés à ce moment électoral de l’été 1792. Leurs auteurs se livrent à des analyses précises, nuancées et contextualisées, bien loin des discours polémiques et des sentences hâtives prononcés en leur temps par François Furet et Denis Richet et, plus récemment, par Patrice Gueniffey. Le cliché —construit par cette « école critique »— d’élections confisquées par une minorité « jacobine » et délaissées par une majorité de citoyens, effrayés ou indifférents à l’égard de la Révolution, ne résiste pas à la lecture de ces articles. En se fondant sur une approche locale, menée à l’échelle des départements, Serge Bianchi, Jean-Baptiste Le Goff ou Jean-Paul Rothiot évitent le double écueil de l’extrapolation et de la décontextualisation, révélant ainsi les multiples nuances des niveaux de participation et mettant au jour des assemblées primaires et électorales où l’on ne se contente pas de voter mais aussi où l’on débat et délibère.

8Par conséquent, comme l’affirme Serge Aberdam, ces élections de l’été 1792 sont bien un moment de démocratisation de la vie politique. Des citoyens, jusqu’alors exclus du processus électoral, peuvent non seulement élire leurs représentants mais aussi exprimer diverses positions politiques et même, dans certains cas, participer à des prises de décisions dans le cadre d’assemblées primaires et électorales qui estiment incarner la souveraineté populaire. À ce titre, ils n’hésitent pas à exercer des pouvoirs de police et d’administration —empiétant sur les prérogatives des directoires de département— ou à discuter et voter des mesures sociales radicales. En entrant en république, de nombreux citoyens font donc l’expérience d’une intervention plus importante et directe dans le processus de délibération. Cette idée selon laquelle les citoyens réunis en assemblées primaires ne doivent pas se contenter de voter, mais peuvent aussi délibérer et intervenir dans l’élaboration de la loi est d’ailleurs discutée au sein des assemblées électorales et de la Convention en cette fin d’été et ce début d’automne 1792, suscitant des prises de position contrastées qui seront reformulées lors des débats de 1793 sur le procès du roi et la rédaction d’une nouvelle constitution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Le Cam, « Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers et Pierre Serna (dir.), 1792. Entrer en République », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 28 juillet 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3816

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page