Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Pour une histoire du travail !

Interview de Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna, initiateurs de l’Association française pour l’histoire des mondes du travail (AFHMT), réalisée par David Hamelin.
David Hamelin
p. 147-158

Résumé

L’Association française pour l’histoire des mondes du travail (AFHMT) a été constituée le 15 juin 2013. Cette nouvelle structure, initiée par Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna, rencontre aujourd’hui un vif succès auprès de la communauté des historiens et plus largement encore, témoignant au passage du retour de la question du travail dans la sphère historienne. Retour avec ces trois chercheurs reconnus sur la création de l’AFHMT et ses enjeux, les projets de celle-ci et les collaborations naissantes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Europe

Chronologie :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Quelles sont les conditions ayant permis l’émergence d’une telle initiative et la création in fine d’une nouvelle association ?

2Michel Pigenet :

3L’histoire procède de deux temporalités. Il y a tout d’abord le temps court de l’initiative qui remonte à un ou deux ans. De premières discussions avec Nicolas Hatzfeld et Xavier Vigna ont stimulé l’envie que nous partagions de concourir au développement et à la visibilité de l’histoire du travail.

  • 1 Colloque-séminaire européen « Histoire des travailleurs au xxe siècle : Allemagne, Belgique, France (...)

4Après un délai de latence, nous nous sommes revus il y a un an et avons réfléchi aux modalités d’une initiative parallèle et complémentaire à échelle européenne. Il s’agissait cette fois d’aller vers une structure souple, du type réseau de chercheurs que l’organisation du colloque de Dijon1, tenu en janvier 2013, a permis de cristalliser. Le succès de cette rencontre a précipité la double démarche de construction d’un réseau européen et de création d’une association française.

5Sur le temps long, les deux projets prennent acte du renouvellement des terrains, approches et problématiques d’une histoire du travail qui vient de plus loin qu’on ne le pense parfois. Sa première reconnaissance institutionnelle remonte ainsi à 1900 avec la création d’une chaire d’histoire du travail au CNAM, puis en 1907 au Collège de France, inaugurée l’une et l’autre par Georges Renard. Une histoire du travail portée d’emblée, notons-le, à la pluridisciplinarité, notamment à travers les contributions des juristes et des économistes, actifs dans ce champ dès avant la Deuxième Guerre mondiale. Après celle-ci, l’histoire du travail gagne peu à peu en légitimité académique dans le sillage de l’histoire sociale « labroussienne » et de l’histoire du mouvement ouvrier qui en privilégie souvent la dimension politique. Par la suite, la recherche progresse sur tout ce qui touche tant aux conflits du travail ou aux organisations ouvrières qu’aux rémunérations, à la composition de la main-d’œuvre, ses origines, sa formation, etc. Ces avancées considérables contournent toutefois souvent l’ordinaire et le quotidien du travail, de ses lieux comme des activités et des relations sociales concrètes qui s’y développent.

6Au tournant des années 1970-1980, l’histoire du travail paye cependant au prix fort la remise en cause de la grille d’analyse labroussienne et du retournement de l’intérêt pour l’histoire d’un mouvement ouvrier passé de mode. Les perspectives ouvertes semblent se refermer en dépit d’avancées prometteuses, à l’exemple de celles explorées du côté de l’anthropologie historique par les recherches pionnières de Rolande Trempé.

7Dans les années 1980, peu d’historiens se risquent à cerner ce qui se joue dans les « usines » et au « travail », termes que Christian Chevandier et moi jugeons assez significatifs de nos préoccupations pour les inclure dans les titres de nos thèses. Sur le moment, ces orientations de recherche paraissent relever d’une queue de comète historiographique. Pour ce qui me concerne, l’interrogation initiale procédait, certes, d’interrogations initiales sur les modalités historiques de formation d’une classe, à ceci près que mes investigations et les sources mobilisées m’ont conduit en cours de route à recentrer ma problématique sur le travail comme composante majeure des identités et cultures ouvrières.

  • 2 Michel Pigenet, Jean-Louis Robert (dir.), « Histoire ouvrière », numéro spécial Historiens et Géogr (...)
  • 3 Anne Jollet (dossier coordonné par), « Comment les historiens parlent-ils du travail ? », Cahiers d (...)

8En 1995, lors de la préparation d’un numéro spécial sur les ouvriers pour la revue Historiens et Géographes2, Noël Gérôme et moi sommes les seuls à poser frontalement la question du travail. S’agissant de l’expression éditoriale de cette préoccupation, il faut également mentionner le numéro spécial des Cahiers d’histoire3 intitulé « Comment les historiens parlent-ils du travail ? », auquel j’ai participé, en compagnie, notamment, de Philippe Minard, Catherine Saliou, Philippe Bernardini, Catherine Verna, Sandrine Kott et Anne-Sophie Perriaux.

9Comment peut-on expliquer ces réserves à traiter le travail parmi les historiens ?

10Michel Pigenet :

11Il y a d’une part le souci d’anciens praticiens de l’histoire du mouvement ouvrier de tourner la page d’une historiographie dont ils perçoivent le déclin, sinon l’épuisement. Il faut d’autre part compter avec la percée scientifique et médiatique d’une histoire culturelle « dopée » par la problématique des représentations dont profite, à travers la question des cultures politiques, la très institutionnelle histoire politique. En rupture, par indifférence ou incompréhension, ni l’une ni l’autre ne se préoccupent du travail.

  • 4 Christian Chevandier, Michel Pigenet, « L’histoire du travail à l’époque contemporaine, clichés ten (...)

12En 2002 encore, lors de la parution du numéro 200 du Mouvement social construit sur le mode d’un dictionnaire, la contribution consacrée au « travail », rédigée avec Christian Chevandier, ne va pas de soi4. Son titre et son contenu invitent à dépasser de trop évidentes réticences envers une thématique renouvelée. À la lecture de ce même numéro, on mesure d’ailleurs le chemin qu’il reste à parcourir pour faire admettre le travail comme objet spécifique et pertinent, point d’appui, aussi, pour repenser les autres domaines de l’histoire. Il y a dix ans, la création d’une telle association aurait sans doute été prématurée.

13Nicolas Hatzfeld :

14Cette initiative est liée à nos trois regards. Sur le temps court, cela a démarré il y a deux ou trois ans avec des envies comme le précisait Michel. Je me rappelle avoir consulté d’autres historiens qui avaient écrit et fait des recherches sur le travail. Ils trouvaient cela intéressant, mais n’étaient pas certains que ce thème soit le bienvenu et cela explique certaines lenteurs dans la communauté des historiens.

15Il y a eu synergie, je pense, entre deux visions (histoire du travail et histoire ouvrière), qui se voyaient comme un peu autonomes, un peu distinctes et se chevauchant. Il y a eu envie d’un rapprochement. Par rapport à d’autres chercheurs qui étaient plutôt centrés sur l’histoire économique et peut-être moins sur l’histoire du travail, cette initiative a permis d’assurer un croisement. Cette entreprise, comme le disait Michel Pigenet, vise à rénover et non à continuer comme telle. Il ne s’agit pas simplement de reprendre une tradition, mais bien de réinterroger tout cela.

16Ce qui a présidé à la constitution de cette association, c’est également l’idée d’ouvrir un avenir. Nous l’avons incarné un peu tôt dans l’idée de montrer à des jeunes susceptibles d’être intéressés par ces questions-là qu’il s’agissait de questions dignes de curiosité, de recherche. C’est la volonté d’afficher un signal, que cela vaut le coup d’investir dans la recherche sur ces champs-là. Et c’est là-dessus que très nettement nous avons fait affaire.

17Xavier Vigna :

18J’arrive beaucoup plus tard. Il y a des choses que je lis a posteriori, mais que je ne vis pas. Effectivement dans le numéro d’Historiens et Géographes de 1995 dont parlait Michel, il y a la conclusion d’un article qui était assez virulente. De même, dans le numéro 200 du Mouvement social, il y a, au moins dans mon souvenir, deux papiers qui évacuent un peu la question du travail et la question de l’histoire ouvrière. Ce qui m’avait frappé et ce qui m’avait donné envie d’essayer de bouger, c’est aussi le sentiment qu’il y avait pas mal de choses qui pouvaient se faire, que c’est un sentiment de dispersion et d’isolement que l’on pouvait conjurer. Avec cette conviction que ces champs de recherche ont des choses à dire et à apporter face à d’autres historiographies dont la portée critique me semble moins évidente.

19Comment, dans de telles circonstances, expliquer que vous ayez eu avec tant de facilité un tel succès ? De surcroît, on aurait pu imaginer que des conflits auraient pu germer au cours des discussions qui ont été menées en amont autour de la recherche d’un nom d’association, mais ce ne fut pas le cas. Comment interpréter ce climat apaisé ?

20Michel Pigenet :

21Nous avons été surpris car nous tablions sur une quarantaine de personnes et en définitive trois fois plus se sont manifestées. Les mails reçus revêtent souvent une tonalité chaleureuse. À l’évidence, l’initiative vient à son heure et répond à de multiples attentes.

22Tel est du reste le parti pris initial : prendre en compte l’histoire des mondes du travail dans la diversité de ses pratiques, questionnements, terrains et périodes. En ce sens, l’association ne se réclame d’aucune école. Cette histoire existe et nous entendons assurer sa visibilité, condition de sa reconnaissance. Par-là, il s’agit tout à la fois d’aider nombre de collègues aux statuts les plus variés à sortir de leur relatif isolement, d’offrir un lieu de réflexion et d’échanges. Association de spécialistes, l’AFHMT ne concurrence pas les initiatives propres des laboratoires, universités et autres institutions, mais participe d’une double ambition scientifique et de sociabilité.

23Xavier Vigna :

24La volonté d’ouverture se manifeste également dans le souci de s’adresser à toutes les périodes pour justement éviter ce côté « école de contemporanéistes », mais aussi dans la reformulation des problématiques. Le débat portant sur le nom de l’association est en cela intéressant. Au départ il y a une discussion sur l’histoire du travail et l’histoire des ouvriers. Évidemment le terme « ouvrier » pose toute une série de problèmes et notamment pour les périodes plus anciennes.

25Nicolas Hatzfeld :

26On note évidemment des réticences formulées par certains modernistes, mais surtout par des contemporanéistes qui ont un peu surinterprété cette dichotomie. Pour nous, en effet, la dualité « histoire du travail » et « histoire ouvrière » permettait clairement l’affichage d’une autonomie possible de perspectives et d’un chevauchement possible.

27Les plus réticents formulaient les choses de cette façon : « vous resserrez puisque vous faites l’un à l’intérieur de l’autre. Vous avez vraiment une vision étroite des choses ». Dans un premier temps, nous nous sommes dit qu’ils lisaient mal les choses parce que pour nous, il est évident que si on met les deux termes, c’est pour délier.

28Au bout d’un moment, il a bien fallu se rendre à l’évidence que cela ne servait à rien de penser que les collègues lisaient mal. S’ils interprétaient les choses de cette façon, il existait donc une source de malentendus. Une partie des contemporanéistes ne voulait pas du risque de retomber dans ce qui avait été l’histoire « mouvementiste » du travail, alors que ce n’était absolument pas notre intention de développer une telle approche.

29Xavier Vigna :

30L’ouverture sur les terrains est également importante et nous avons été interrogés sur cette question par les collègues. Elle s’appelle « association française » parce que nous nous situons en France, mais les chercheurs qui travaillent sur les mondes étrangers ont toute leur place dans l’association et ils sont d’ailleurs au conseil d’administration.

31Comment l’articulation peut-elle se penser et se faire en l’état des discussions entre l’histoire et les autres disciplines qui ont également investi le champ historique ?

32Nicolas Hatzfeld :

33Je trouve que c’est assez clair. Nous sommes en effet petits par rapport à d’autres structures qui sont beaucoup plus puissantes que nous. Une mise au point devait être faite, notamment autour de la relative modestie de l’affichage de l’histoire autour de la question du travail. D’autres disciplines se sont saisies de perspectives historiennes et c’est très net pour les sociologues. Les économistes ne se sont jamais privés d’avoir un regard historien, de perspectives historiques plutôt qu’historiennes. Nous avons un peu laissé le champ libre et d’autres ne se sont pas privés d’y aller.

34La première chose, c’est de prendre acte de cela. Deuxièmement, il s’agit d’indiquer qu’il n’est pas question de défendre un pré carré, qu’il est question de promouvoir une dynamique chez les historiens et aussi de promouvoir des démarches historiennes.

35Quand des économistes se piquent de perspectives historiques et le font avec un peu de rigueur, c’est parfait, mais s’ils le font avec un peu de désinvolture, on peut aussi dialoguer avec eux en leur suggérant d’être vigilants. Nous avons donc un rôle à jouer qui est vraiment de promouvoir ce dialogue entre les disciplines. Cela posé, l’association est ouverte à tout le monde, toutes les disciplines, mais nous avons un travail qui consiste à promouvoir ces démarches historiennes.

36Michel Pigenet :

37J’enfonce le clou en direction des historiens : il paraît difficile, quels que soient la thématique et le domaine d’investigation, d’ignorer le travail. Il s’agit vraiment d’interpeller l’ensemble de la communauté historienne : il y a lieu aussi de repenser l’histoire par et à travers le travail.

38Nicolas Hatzfeld :

39Au cours du xxe siècle, ce n’est pas la première fois que cette question du rapport des historiens à la question du travail est ambiguë. Il y a eu tendance à plusieurs occasions à déléguer ces sujets-là à d’autres disciplines pour ce qui est de l’étude du passé du travail. On entend donc recaler un peu les choses.

40Au-delà des enjeux historiographiques, subsiste-t-il des questions institutionnelles et des carrières possibles ? Travailler sur l’histoire du travail permet-il aujourd’hui de faire carrière à l’université ?

41Xavier Vigna :

42Il est possible de partir des profils de postes ouverts au concours cette année pour regarder la situation. À ma connaissance, il n’y avait aucun profil où la question du travail était présentée. Il y avait des postes d’histoire religieuse, beaucoup d’histoire culturelle, de rares postes d’histoire sociale. Cela a des effets extrêmement lourds d’abord sur les nombreux jeunes docteurs ayant soutenu des thèses souvent très remarquables. Il y a vraiment un sentiment de colère à voir parfois des collègues de ce niveau-là végéter, au mieux dans le secondaire. Nous avons tous fait du secondaire et n’avons donc vraiment aucun mépris pour cela, mais c’est douloureux et nous aimerions bien les avoir comme collègues dans nos universités respectives. C’est un signal, et Michel Pigenet le disait, aux collègues du CNRS et des universités afin que ces questions soient désormais intégrées aux profils.

43Michel Pigenet :

44Si l’on revient quelques années en arrière, la situation n’était guère plus favorable en termes de profil des postes universitaires. Dans le cas du CNRS, les recrutements sont beaucoup moins nombreux pour les contemporanéistes et ont peu à voir avec le travail, pourtant classé parmi les priorités thématiques de l’institut SHS qui semble plutôt les réserver à d’autres disciplines que l’histoire.

45L’année dernière il y a eu un poste « colorié » métiers et professions. On ne peut pas dire qu’au moment du recrutement final, ce profil ait été réellement suivi.

46Il y a un vrai et grave problème pour les collègues titulaires d’un doctorat qui certifie leurs compétences et qui, malgré de solides publications et d’intéressants projets, demeurent aux portes de l’université et des institutions de recherche. Ce défaut de reconnaissance professionnelle concerne notamment nombre d’enseignants du secondaire. À défaut de pouvoir remédier à cette situation, l’existence d’une association ne permettra plus de les ignorer. Les choses peuvent bouger. Quand on se bat et s’exprime à plusieurs, on a plus de chance d’être entendu.

47Quels sont les moyens économiques dont l’association pourra disposer afin d’assurer ses activités régulières ? Quels sont également les projets de collaborations que vous souhaitez développer à l’avenir ?

48Michel Pigenet :

49Les cotisations des quelque 120 adhérents ne vont pas nous permettre de faire des folies et nous devrons en passer par le bénévolat. Nous devrons également veiller à trouver des soutiens institutionnels.

50Xavier Vigna :

  • 5 Le Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale (Codhos) est un réseau do (...)

51Nous n’avons pas forcément besoin d’énormément de moyens pour démarrer. Réfléchir et travailler, ça ne coûte pas forcément d’argent et, de surcroît, nous avons hélas l’habitude de travailler sans moyens. En réalité, c’est plus de la dynamique scientifique qu’on a besoin que de moyens financiers. En revanche c’est vrai qu’il y a un certain nombre de relais dont on va disposer assez vite. Les membres du CODHOS5 ont par exemple manifesté un grand intérêt pour l’initiative. Nous n’avons pas souhaité formaliser un partenariat, mais nous allons travailler en très étroite collaboration avec ce collectif. Nous allons sans doute aussi être amenés à développer, je ne sais pas le nom que ça prendra, partenariat, collaboration… avec les archives du monde du travail à Roubaix parce qu’il y a là un espace, une institution qui à nos yeux est très importante.

52Par ailleurs un certain nombre de collègues qui ont manifesté leur volonté de rejoindre l’association animent des associations locales. Le plus souvent, il s’agit d’histoire contemporaine, sur des thématiques qui recoupent celles de l’association. On espère irriguer aussi par ce biais.

53Nicolas Hatzfeld :

54Ce qui sera intéressant c’est la coopération histoire-mémoire. En effet, une partie de ces associations agissent plus ou moins clairement dans une perspective mémorielle. Ceci permettra des partenariats gagnant-gagnant de contributions historiennes et de dynamiques mémorielles, chacun ayant sa spécificité.

55Michel Pigenet :

56Notre souci est d’éviter une monopolisation parisienne. Cela vaut aussi sur le plan universitaire. À ce stade, il était difficile toutefois de statuer très précisément, mais tout est envisageable.

57Il existe un certain nombre d’associations du même type dans plusieurs pays européens ou ailleurs. Poursuivent-elles des objectifs similaires et comment imaginez-vous des collaborations possibles à l’avenir ?

58Xavier Vigna :

59Le président de la société italienne d’histoire du travail qui a un an d’existence, Stefano Musso, était présent au colloque de Dijon et il se trouve qu’un certain nombre de collègues italiens membres de l’association italienne travaillent et vivent en France. Il y a donc des liens par ce biais. Cette association a été créée aussi dans la perspective de constituer un réseau européen. L’initiative dijonnaise a suscité un écho très favorable chez nos collègues européens. Les Espagnols en particulier étaient tout à fait enthousiastes, tout comme les Belges et les Italiens. Les Allemands ont demandé à venir alors que nous ne disposions pas de contact avec eux. On constate ainsi que la dynamique que nous retrouvons en France existe également du côté de nos collègues européens. Marcel Van Der Linden, de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam a saisi la balle au bond pour proposer une réunion en octobre à l’institut, qui débouche sur la création d’un réseau européen d’histoire du travail. Nous avons le souci de travailler à créer un réseau européen qui ne se cantonne pas à l’ancienne Europe de l’Ouest. Cela étant, tout est à faire et cela prendra sûrement un certain temps.

60Ces dynamiques que vous avez repérées sont d’essence récente, mais pourquoi selon vous émergent-elles presque toutes en même temps ?

61Nicolas Hatzfeld :

62Les Portugais c’est très récent, les Italiens, ça date d’un an, les Allemands, ce n’est pas fait, les Britanniques ont peut-être plus d’ancienneté là-dessus et nous commençons à établir des contacts avec ces derniers.

63Le discours des collègues italiens, et leur appel en particulier, est très intéressant. Il se place dans une certaine temporalité en précisant qu’ils tournent une page… ce qui fait tout à fait écho avec ce que nous imaginions. Il faudra vérifier que cette dynamique européenne se confirme, mais également qu’elle soit synchrone.

64Xavier Vigna :

  • 6 Voir son site : http://workersoftheworldjournal.net/

65Il faut noter au niveau international l’existence d’une association qui s’est créée et qui dispose d’un journal en ligne intitulé Workers of the world6 qui a aussi fédéré en partie les chercheurs. Je pense que ce sentiment d’isolement qu’on percevait en France était largement partagé ailleurs.

66Michel Pigenet :

67Il faut cependant noter que certaines initiatives disposent de moyens beaucoup plus importants que la nôtre, ceux qu’offrent des cotisations jusqu’à cinq fois supérieures aux nôtres. Il était exclu de partir sur de telles bases lors de l’assemblée générale constitutive.

68Xavier Vigna :

69Le réseau européen est très important pour nous parce que c’est une manière aussi de montrer que ce que l’on fait rencontre d’une part la préoccupation des collègues étrangers et d’autre part, montrer aussi à nos collègues français que nous ne nous situons pas dans une histoire franco-centrée surannée, mais que ce que nous faisons intéresse aussi nos collègues étrangers.

70Pour conclure, quelles sont vos sources de satisfaction et vos souhaits pour l’avenir de cette nouvelle association ?

71Michel Pigenet :

72Pour nous c’est un contentement partagé. On a beaucoup débattu, sur Internet, à propos du titre de l’association. Cela n’est pas allé sans refus explicites et affirmations véhémentes, mais jamais désagréables, constitutifs, d’un bout à l’autre, d’une démarche commune d’écoute et de construction.

73Il existait sans doute des craintes et des préjugés, mais nul n’a jamais érigé son point de vue en ultimatum. Cet état d’esprit s’est confirmé à l’occasion de l’assemblée générale où les échanges et les votes furent parfois serrés, sans recherche du clivage à tout prix. C’est de bon augure pour la suite.

74Xavier Vigna :

75Nous sommes attachés au fait que les collègues du secondaire puissent s’investir dans l’association. Nous aimerions que cela donne aussi envie à des collègues du secondaire de reprendre des recherches ou d’en entamer sur ces questions liées au travail.

Informations sur l’Association française pour l’histoire des mondes du travail (AFHMT) :

76Siège social :

779 rue Malher, 75004 Paris

78Bureau :

79Michel Pigenet (président), Nicolas Hatzfeld (secrétaire), Alexandre Fernandez (trésorier), Xavier Vigna (secrétaire-adjoint), Laure Machu (vice-présidente), Corine Maitte.

80Conseil d’administration :

81Christos Andrianopoulos (doctorant en histoire, Paris X) ; Paul Boulland (docteur en histoire, contractuel CNRS, CHS) ; Robert Carvais (juriste, directeur de recherche CNRS, Institut d’histoire du droit, Assas) ; Alexandre Fernandez (professeur d’histoire contemporaine, Bordeaux III) ; Marion Fontaine (maître de conférences, Avignon, Centre Norbert Elias) ; Vincent Gay (doctorant, Evry-EHESS) ; Frank Georgi (historien, maître de conférences, Paris 1, CHS) ; Nicolas Hatzfeld (professeur d’histoire contemporaine, évry, IDHE) ; Ingrid Hayes (docteure en histoire, CHS, enseignante dans le secondaire) ; François Jarrige (historien, maître de conférences, Dijon, centre Georges Chevrier) ; Isabelle Lespinet (historienne, maître de conférences, Paris X, IDHE) ; Laure Machu (docteure en histoire, IDHE, enseignante dans le secondaire) ; Corinne Maitte (professeur d’histoire moderne, Marne-la-Vallée, ACP) ; Philippe Minard (professeur d’histoire moderne, Paris 8, IDHE) ; Michel Pigenet (professeur d’histoire contemporaine, Paris 1, CHS) ; Nathalie Ponsard (historienne, maître de conférences, Clermont-Ferrand, CHEC) ; Christelle Rabier (historienne, maître de conférences, EHESS, centre Norbert Elias) ; Judith Rainhorn (historienne, maître de conférences, Valenciennes, ESOPP) ; Claude Rocatti (doctorante en histoire, Le Havre) ; Catherine Rouvière (docteure en histoire, enseignante dans le secondaire) ; Bernard Thomann (historien, maître de conférences, INALCO, HSTM) ; Rossana Vaccaro (historienne, ingénieure de recherche, CHS) ; Xavier Vigna (historien, maître de conférences, Dijon, centre Georges Chevrier).

82Pour rejoindre l’association :

83Barème des cotisations 2014 : Doctorant : 10 € ; autre membre : 20 €

84Demande d’adhésion et chèque à l’ordre de l’AFHMT, à adresser à M. Alexandre Fernandez, 241 rue Turenne, 33000 Bordeaux (ou au siège de l’association : 9 rue Malher, 75004 Paris).

Haut de page

Notes

1 Colloque-séminaire européen « Histoire des travailleurs au xxe siècle : Allemagne, Belgique, France, Espagne, Grande-Bretagne, Italie) organisée à la Maison de sciences de l’homme de Dijon, les 24-25 janvier 2013.

2 Michel Pigenet, Jean-Louis Robert (dir.), « Histoire ouvrière », numéro spécial Historiens et Géographes, n° 350, oct. 1995, p. 197-396.

3 Anne Jollet (dossier coordonné par), « Comment les historiens parlent-ils du travail ? », Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique, n° 83, 2e trimestre 2001, 158 p.

4 Christian Chevandier, Michel Pigenet, « L’histoire du travail à l’époque contemporaine, clichés tenaces et nouveaux regards », Le mouvement social, n° 200, 2002/3, p. 163-169.

5 Le Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale (Codhos) est un réseau documentaire, une fédération d’institutions (centres de recherches universitaires, fondations privées, organismes proches des partis et des syndicats, des grandes institutions publiques). Cette association a pour but de faciliter l’information et les échanges entre ses membres, de réaliser des instruments documentaires et des outils informatiques concernant le mouvement ouvrier et social, à partir des fonds détenus par chaque organisme adhérant à l’association. Le site : http://www.codhos.asso.fr/

6 Voir son site : http://workersoftheworldjournal.net/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Hamelin, « Pour une histoire du travail ! », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 124 | 2014, 147-158.

Référence électronique

David Hamelin, « Pour une histoire du travail ! », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 22 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3805

Haut de page

Auteur

David Hamelin

Chercheur en histoire sociale du monde contemporain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page