Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Démonter le discours idéologique sur l’histoire de l’Europe

Chloé Maurel
p. 141-145

Résumé

Compte rendu de l’atelier sur l’histoire de l’Europe organisé par Transform ! Europe, le 14 février 2014 à l’Espace Niemeyer (Paris). Avec les interventions d’Élisabeth Gauthier, Marie-Christine Vergiat, Francis Wurtz, Jean-Numa Ducange, Gilles Pécout, Serge Wolikow et Sia Anagnostopoulou. Débat transcrit avec la collaboration de Jean-Numa Ducange.

Haut de page

Texte intégral

1Cette journée d’étude, qui a rassemblé des participants de huit pays d’Europe, est axée sur l’analyse critique de la vision de l’histoire de l’Europe qui émane du projet de « Maison de l’histoire de l’Europe » (MHE) et des différentes commémorations de la guerre de 1914-1918 organisées en 2014.

2Élisabeth Gauthier, directrice d’Espaces Marx et membre du comité directeur de Transform ! Europe rappelle l’historique du projet de MHE lancé par la Commission européenne et prévu pour ouvrir en 2015. Elle dénonce le caractère d’« histoire officielle » de ce projet, qui gomme l’aspect émancipateur au profit d’un discours libéral.

3Marie-Christine Vergiat, eurodéputée GUE/NGL, souligne que les pays d’Europe de l’Est, qui ont une influence croissante au Parlement européen, portent une vision inquiétante de l’histoire de l’Europe, très conservatrice. Ainsi, ils tentent de réhabiliter les régimes fascistes au pouvoir en Europe de l’Est avant 1945, comme celui de Horthy en Hongrie.

4Francis Wurtz, longtemps président du groupe GUE au Parlement européen, rappelle la genèse du projet de MHE. Ce projet a été annoncé en février 2007 par le président du Parlement européen d’alors, Hans-Gert Pöttering (CDU), aujourd’hui président de la fondation Adenauer. Pöttering préside le conseil de direction du projet. Cette Maison vise à entretenir la mémoire de l’histoire européenne et de la construction européenne, par une exposition permanente et des expositions temporaires. Le Bureau du Parlement européen en a adopté les lignes directrices, écrites par un groupe d’experts présidé par le président de la République allemande (CDU). Francis Wurtz donne des exemples précis montrant à quel point le projet est conçu avec une idéologie conservatrice et anticommuniste : la révolution de 1917 y est qualifiée de « putsch de bolcheviks », le conflit Est-Ouest est décrit comme un « combat entre la dictature communiste et la démocratie libérale », la période commençant en 1933 est présentée comme « le temps des idéologies totalitaires qui ne prend fin qu’avec 1989 ». La Résistance est mentionnée en une ligne et sans préciser le rôle majeur des communistes. Mai 1968 fait l’objet d’une analyse sommaire.

5Les différents textes diffusés récemment aux membres du conseil de direction du projet, dont fait partie Francis Wurtz, permettent à ce dernier de critiquer la vision lénifiante de l’histoire de l’Europe sous-jacente au projet. Il critique aussi l’omniprésence de la notion fourre-tout de « totalitarisme », qui assimile le nazisme au communisme. Il observe d’ailleurs l’emploi récurrent du terme « national-socialisme » au lieu de celui de nazisme, comme pour minimiser la gravité de cette idéologie. Francis Wurtz, lors des réunions préparatoires du conseil, a émis ses plus expresses réserves et a plaidé pour qu’une place soit faite à des événements majeurs comme la révolution allemande de 1918 et l’assassinat de Rosa Luxemburg et de Karl Liebknecht, la guerre du Vietnam, le coup d’État au Chili. Pour la période la plus récente, il suggère que la MHE présente le rôle controversé de la Troïka et la crise de légitimité de l’Union européenne.

  • 1 Robert O. Paxton, Julie Hessler, L’Europe au xxe siècle, Paris, Tallandier, 2011, 741 p.

6Jean-Numa Ducange, maître de conférences à l’université de Rouen, critique les lacunes du projet de MHE, qui fait l’impasse sur les luttes sociales et la conflictualité sociale, et suggère que la future MHE fasse de la place à ces thèmes. Il les développe en un « fil rouge », appelant à ce que soient pris en compte les travaux de Marcel Van der Linden sur une approche transnationale des mouvements sociaux et ceux de Xavier Vigna sur l’histoire ouvrière. Il rappelle aussi qu’Eric Hobsbawm a montré que le capitalisme ouest-européen s’est réformé sous l’influence des modèles planifiés d’Europe de l’Est. Il souligne aussi qu’en RDA il y avait un certain pluripartisme et critique la présentation monolithique du bloc de l’Est portée par le projet de MHE. Il propose que l’on approfondisse l’histoire des internationales (socialiste, communiste), la question balkanique (notamment la construction de la Yougoslavie post-1945), et l’histoire de l’eurocommunisme. Il appelle aussi à développer l’histoire par en bas, par exemple par l’étude des pratiques sportives (ainsi des individus en sont arrivés à la politisation par le sport). Il suggère également qu’on étudie les dernières décennies, des années 1980 à nos jours, avec l’émergence de nouvelles formes de radicalité (luttes féministes, écologistes, altermondialistes). Il appelle à faire une recension des grands travaux faits sur l’histoire des gauches en Europe, comme par exemple l’œuvre de Robert Paxton1.

7Gilles Pécout, professeur à l’École normale supérieure, spécialiste de l’histoire du xixe siècle et de l’Europe méditerranéenne, partage la vision critique du projet de Maison de l’histoire européenne, dispositif qui, estime-t-il, pose problème comme usage politique et public de l’histoire. Il fait le parallèle avec le projet abandonné de Maison de l’histoire de France, auquel une grande partie de la communauté historienne s’était opposée. Il appelle à la vigilance des historiens à l’égard des manipulations de l’histoire et il identifie une telle manipulation dans le projet de MHE. Il observe un rapport schizophrénique de l’institution européenne à l’histoire, écartelée entre d’une part une volonté d’inventaire scientifique profond, et d’autre part une ignorance claire et voulue de certains travaux importants publiés sur l’histoire de l’Europe.

8Gilles Pécout observe que le projet de MHE semble calqué sur celui des Musées de l’histoire allemande créés à Berlin, à Bonn et à Leipzig à partir des années 1980 sous l’impulsion d’Helmut Kohl (qui avait fait des études d’histoire) pour lutter contre le déclin de la culture historique des Allemands et pour favoriser le sentiment européen. La future MHE apparaît porteuse d’une vision téléologique, didactique et idéologique de l’histoire de l’Europe, focalisée sur l’histoire politique au détriment des aspects sociaux et centrée sur le passé récent. Elle apparaît comme la généralisation continentale d’un discours idéologique national (allemand). Gilles Pécout rappelle aussi un autre projet analogue, celui d’un Musée de l’histoire de l’Europe, décidé en 2003-2004, et qui semble avoir été abandonné. La MHE est, dit-il, un projet manichéen : ainsi sur l’un des panneaux de la future Maison, le plan Marshall est présenté comme porteur « de la démocratisation du marché » et on l’oppose aux contraintes de l’économie à l’Est, sans rappeler qu’il était en fait très contraignant et porteur d’une influence idéologique américaine.

9Gilles Pécout critique le centrage de l’exposition permanente prévue sur le xxe siècle, les siècles antérieurs n’étant abordés que par des « détours rétrospectifs ». Ainsi l’histoire d’avant le xxe siècle est considérée comme annexe. Ce compactage de la périodisation pose problème. Il rappelle l’importance des projets européens au xixe siècle, avec par exemple le groupe « Jeune Europe » fondé par Mazzini ou l’idée de Victor Hugo d’« États-Unis d’Europe ». Enfin, il appelle à ce que cette future Maison s’intéresse autant aux « Européens » qu’à l’Europe.

10Lors de la discussion qui suit, Birgit Daiber, ancienne dirigeante du bureau de la fondation Rosa Luxemburg à Bruxelles, appelle à ce que la MHE rappelle que le plan Marshall a exclu les communistes italiens de la vie politique en Italie ; Sigfrido Ramirez appelle à ce qu’elle présente l’héritage colonial et impérialiste des pays européens ; Anne Jollet suggère d’aborder la question de l’histoire de l’Europe par approches thématiques, transversales sur le plan chronologique et spatial et d’étudier aussi l’histoire des droites ; Jean-Numa Ducange suggère d’approfondir l’étude de la manière dont le concept de totalitarisme s’est imposé.

  • 2 http://arcmc.hypotheses.org/

11L’après-midi est consacré à l’analyse des commémorations de la Première Guerre mondiale en Europe. Serge Wolikow, professeur émérite à l’université de Dijon et président du conseil scientifique de la fondation Gabriel Péri, dresse un panorama des commémorations en préparation en Europe pour le printemps et l’été 2014. Il replace dans un contexte plus large les initiatives commémoratives, très présentes et régulières en France depuis le bicentenaire de la Révolution française en 1989. En écho aux discussions précédentes, Serge Wolikow revient sur la façon dont il pourrait être utile de mettre en perspective nos analyses critiques dans le cadre commémoratif, qui ne se réduit pas à la seule année 2014, mais qui se prolongera nécessairement les années suivantes. En effet, outre les conférences pacifiques de 1915-1916, l’année 1917 devra faire l’objet d’une attention particulière (intervention américaine et révolutions russes). L’importance des mouvements révolutionnaires en Europe en 1918-1919 (Allemagne, Hongrie, Italie, voire vague de grèves en France) devra être considérée également. Serge Wolikow propose que ces multiples initiatives à venir soient fédérées autour de l’idée d’un musée virtuel en ligne. Prenant quelques exemples déjà existants, il souligne qu’un tel objet peut constituer un outil de premier ordre, multilingue et relativement peu coûteux. La proposition reçoit l’aval des participants, qui envisagent de rediscuter cette proposition de façon plus précise à l’occasion d’une prochaine réunion. Serge Wolikow, à la tête du consortium « Archives des mondes contemporains »2, propose de réfléchir à l’architecture concrète que pourrait prendre ce musée virtuel. Plusieurs participants reviennent sur la liste des initiatives qui pourraient s’inscrire dans le « long centenaire » 2014-2018.

12Enfin, Sia Anagnostopoulou, professeure à l’université Panteion d’Athènes, a proposé une communication présentant un document de travail (qui sera bientôt mis à disposition dans la revue Transform !) relevant à la fois les insuffisances régulièrement rencontrées dans les récits linéaires européens les plus répandus, tout en soulignant les points sur lesquels notre équipe devra se concentrer pour mieux dégager quelques éléments fondamentaux. Au-delà de l’histoire des gauches, il y a en effet une nécessité de prendre à bras-le-corps les éléments fondamentaux de la construction européenne depuis ses « origines » supposées…

13Le groupe de travail prévoit de se revoir prochainement, avec notamment comme perspective possible un grand colloque au début de l’année 2015, qui mobiliserait plus largement une partie de la communauté historienne autour de ces problématiques. Il est aussi souligné que ces initiatives pourraient être prises en lien avec d’autres partenaires, comme la fondation Gabriel Péri, et être élargies à un plus grand nombre de partenaires européens.

14Au total, cette rencontre a entrepris un travail salutaire d’analyse et de déconstruction des discours idéologiques sur l’histoire de l’Europe et a lancé des pistes pour promouvoir une histoire plus critique et progressiste.

Haut de page

Notes

1 Robert O. Paxton, Julie Hessler, L’Europe au xxe siècle, Paris, Tallandier, 2011, 741 p.

2 http://arcmc.hypotheses.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, « Démonter le discours idéologique sur l’histoire de l’Europe », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 124 | 2014, 141-145.

Référence électronique

Chloé Maurel, « Démonter le discours idéologique sur l’histoire de l’Europe », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3793

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Agrégée et docteure en Histoire, membre du Conseil scientifique d’Espaces Marx

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page