Navigation – Plan du site
DOSSIER

Utopistes et exilés français aux États-Unis, 1848-1880

Michel Cordillot
p. 97-113

Résumé

Cet article examine la trajectoire politique des exilés politiques français partis aux États-Unis entre 1848 et 1880 et les formes diverses de leur engagement (colonies « utopistes », organisations politiques et sections francophones de l’AIT), avant d’esquisser un bilan de l’impact qu’ils ont pu avoir outre-Atlantique, concernant en particulier le processus qui entraîna une véritable révolution conservatrice dans l’opinion publique américaine au lendemain de la guerre de Sécession.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

exilés, socialisme, utopie, colonie, AIT

Géographie :

France, États-Unis

Chronologie :

XIXe siècle

Schlagwortindex :

exilés, socialisme, utopie, colonie, AIT

Palabras claves :

exilés, socialisme, utopie, colonie, AIT
Haut de page

Texte intégral

1Pour comprendre de quoi il est ici question, peut-être faut-il partir de la fin, plus précisément de l’énorme manifestation de solidarité avec les communards vaincus qui se déroule à New York le dimanche 17 décembre 1871 à l’appel de l’Association internationale des travailleurs (AIT). Cette manifestation, qui rassemble entre 5 000 et 10 000 participants, parmi lesquels un grand nombre d’exilés français, et qui attire des milliers et des milliers de curieux et de badauds, est à l’époque tout simplement la plus importante manifestation au monde en faveur de la Commune.

2Grâce au télégraphe électrique, des millions d’Américains interloqués découvrent le lendemain en ouvrant leur journal la présence parmi eux de centaines de révolutionnaires originaires de France, d’où leur inquiétude : ces hordes « rouges » ne risquent-elles pas d’essayer de rééditer outre-Atlantique les sinistres exploits qui leur ont valu de devoir fuir la vieille Europe ?

3Rétrospectivement, ces peurs peuvent bien sûr prêter à sourire tant elles apparaissent disproportionnées. Elles ont néanmoins le mérite d’attirer notre attention sur une réalité aujourd’hui largement oubliée : la présence sur le sol américain d’un contingent relativement important d’exilés politiques français. Car, de 1848 à la fin des années 1870, ce sont plusieurs milliers de démocrates et de socialistes français, soucieux de se protéger des menaces qui pesaient sur eux, qui ont effectivement choisi d’aller s’installer outre-Atlantique.

  • 1 Voir Michel Cordillot, Utopistes et exilés du Nouveau Monde. Des Français aux États-Unis, de 1848 à (...)

4C’est l’histoire de cette cohorte d’émigrés politiques français au sein de laquelle se côtoyèrent « utopistes » de différentes persuasions, émeutiers vaincus de juin 1848, républicains en fuite après le coup d’État du 2 décembre 1851, opposants politiques lassés de ruser avec les autorités impériales, et pour finir communards et internationaux traqués après la chute de la Commune que l’on va examiner ici : comment ces exilés se sont regroupés au sein de diverses organisations de langue française se réclamant d’idéaux de progrès et de transformation sociale, comment, depuis le milieu du xixe siècle jusqu’à la fin des années 1870, ils se sont efforcés soit de créer de toutes pièces une société nouvelle, soit d’agir au plan social, économique et politique, pour tenter d’améliorer la vie des plus défavorisés en contraignant la société américaine à offrir à ses déshérités un sort meilleur. Car il est important de redonner une existence à ce mouvement tombé dans l’oubli – et l’on sait combien la mémoire collective peut se montrer défaillante s’agissant des « classes subalternes » ou des vaincus de l’histoire –, tout en esquissant au passage une réflexion plus large à propos de certaines évolutions constitutives de l’identité américaine1.

5Dans l’histoire de l’exil, le cas américain constitue un cas à part. Car même s’il obéissait à certaines règles communes à tous les pays d’exil au xixe siècle, il possédait aussi une véritable spécificité. En effet, bien que le départ vers ce pays ait relevé d’un choix contraint – c’est la définition même de l’exil –, choisir les États-Unis comme destination finale fut rarement un choix par défaut. Ce fut au contraire le plus souvent un choix positif (parfois même volontaire dans le cas des utopistes), parfois aussi un choix de raison, après une première étape ou un premier séjour dans un pays limitrophe de la France, comme la Suisse, la Belgique, ou la Grande-Bretagne.

6Décider alors de s’embarquer pour les États-Unis était en effet une décision lourde de conséquences. Le voyage était long et coûteux, au moins jusqu’à la généralisation progressive du navire à vapeur dans les liaisons transatlantiques à la fin des années 1850, et choisir l’Amérique fut souvent le signe d’un renoncement au « retour » à court ou moyen terme. Certains avaient d’ailleurs brûlé leurs vaisseaux avant même leur départ, tels ces icariens ou ces fouriéristes qui avaient vendu tous leurs biens pour financer leur apport à la communauté à construire. D’autres retardèrent le moment de partir jusqu’à être bien certains qu’un retour en France était inenvisageable dans un avenir prévisible du fait d’une situation politique désespérément bloquée, et que, dans ces conditions, mieux valait tenter de se refaire une situation dans un environnement totalement neuf. Parce qu’ils se trouvèrent confrontés au défi d’une nouvelle vie à construire dans un pays neuf, les exilés français installés en Amérique allaient être non seulement les témoins, mais aussi les acteurs, des mutations sociales et culturelles spectaculaires qui allaient faire de leur pays d’adoption la première puissance économique mondiale en l’espace d’un gros demi-siècle. L’exil américain fut de ce fait un laboratoire où l’on peut observer comment des hommes et des femmes s’engagèrent dans des parcours de mobilité géographique, mais aussi professionnelle, et parfois sociale.

7Aux États-Unis, les Français constituaient une petite minorité au sein de la minorité immigrée, ce qui favorisa la porosité entre le monde des exilés politiques et la fraction des migrants économiques qui professaient des valeurs républicaines. Leur rapprochement donna naissance, à l’intérieur d’une communauté française au sens large, à une sociabilité spécifique, avec ses cafés et ses salles de réunion servant d’espaces de socialisation, avec ses journaux et ses divers types d’organisations. Parce qu’ils étaient des hommes habitués à prendre la parole, à rédiger des articles de presse et à prendre en charge divers problèmes d’organisation, les exilés servirent souvent de porte-parole à une fraction de la communauté francophone allant bien au-delà de leurs rangs. Ils firent aussi œuvre dans son sein de passeurs d’idées et de gardiens vigilants d’une mémoire nationale menacée de tomber dans l’indifférence, puis dans l’oubli.

8Ces exilés politiques français, qui étaient-ils ? On distinguera en fait deux groupes distincts, même si les frontières entre eux, comme on le verra, furent loin d’être étanches : ceux que l’on qualifie généralement d’« utopistes » parce qu’ils se réclamaient d’Étienne Cabet, de Charles Fourier ou Pierre Leroux, et qui partirent pour tenter une aventure collective en fondant ex nihilo une communauté idéale au beau milieu de la prairie américaine ; et les exilés politiques plus « classiques », qui partirent pour tenter une aventure individuelle, seuls ou avec leur famille, et qui, eux, n’avaient pas de projet politique, mais seulement des valeurs.

9Quelques mots donc pour commencer sur les « utopistes », mot qui pose d’ailleurs problème, on y reviendra. Tout au long du xixe siècle et jusqu’à la Première Guerre mondiale, les États-Unis furent par excellence la terre d’élection des bâtisseurs d’utopie. Cette nation passait alors pour être ouverte aux idées neuves et aux tentatives audacieuses. Le pays était immense et marqué par une forte diversité culturelle vue comme un facteur de tolérance. Il n’était pas non plus prisonnier de traditions féodales anciennes, il y régnait une prospérité économique enviable et l’avenir y apparaissait plus dégagé que dans la vieille Europe. La conquête et la colonisation de l’Ouest offraient au peuplement de vastes espaces encore vierges de toutes les tares de la civilisation, et prêtes de ce fait à accueillir sans a priori des expérimentations novatrices.

10Parmi les très nombreuses tentatives de bâtir une communauté idéale qui eurent alors pour cadre les États-Unis, deux impliquèrent essentiellement des Français : celle des icariens, emmenés par Cabet, et celle des fouriéristes, emmenés par Considerant.

11L’histoire des icariens est longue (1848-1896), complexe parce que ponctuée de ruptures et de scissions ; elle couvre une grosse demi-douzaine de colonies distinctes dans autant d’États (Texas, Louisiane, Illinois, Missouri, Iowa, Californie) et impliqua plus de deux mille volontaires au total.

12Dans leur tentative de créer aux États-Unis une société idéale les communistes icariens se heurtèrent à différents obstacles. Les débuts au Texas se révélèrent calamiteux, du fait des incroyables difficultés matérielles et du manque de lucidité d’un chef trop sûr de lui, qui précipita le déclenchement d’une opération mal pensée et mal préparée. Mais la plus grande faiblesse du projet icarien fut sans doute son incapacité à vivre de ses ressources propres : recettes et dépenses ne parvinrent jamais à s’équilibrer autrement que par un financement extérieur, par le biais des souscriptions ou celui des apports des nouveaux membres. Ce qui revenait à vivre dans un perpétuel mouvement de fuite en avant.

13Il faut aussi revenir sur le rôle de Cabet lui-même. Dirigeant charismatique, il se révéla sur le terrain autoritaire et tatillon, apportant ainsi la preuve qu’un théoricien brillant ne fait pas nécessairement un bon meneur d’hommes dans l’adversité. Si bien qu’il se produisit au bout de quelques années une cassure entre le chef et ses disciples, avec ce résultat paradoxal que le fondateur d’Icarie fut exclu de la colonie par la majorité de ses membres. Ceux-ci, qui avaient tout vendu, tout abandonné pour partir pour l’Amérique, se voyaient désormais comme des exilés économiques définitivement en quête d’une autre vie, et le projet messianique initial prit progressivement la dimension plus terre-à-terre d’un projet pionnier ordinaire dans les circonstances qui étaient celles de l’Ouest américain, et dont la viabilité reposait avant tout sur les règles dictées par la nécessité de survivre économiquement.

14Quelques années après les cabétistes, une deuxième vague de départs volontaires emporta vers l’Amérique des disciples de Charles Fourier eux aussi désireux d’y fonder une communauté idéale. Leur histoire est en apparence plus simple, et surtout beaucoup plus brève, puisque qu’elle ne dura qu’un peu plus de deux années, et se limita à un seul site qui se trouve aujourd’hui à l’intérieur des limites de la ville de Dallas (Texas). Cette tentative, emmenée par le chef incontesté de l’École sociétaire, Victor Considerant, se déroula d’octobre 1854 à janvier 1857. Environ 350 colons venus de France, mais aussi de Belgique et de Suisse, y participèrent.

15De nombreuses difficultés matérielles non anticipées surgirent, et il en résulta conflits, éclatement du groupe, constitution de clans rivaux et découragement général, et là encore une profonde césure entre le chef et ses troupes. On retrouve en fait dans l’histoire de cette colonie baptisée « Réunion » un certain nombre de similitudes avec celle de l’entreprise icarienne, et notamment plusieurs des approximations et des erreurs qui avaient marqué cette tentative avortée dans ce même État. En 1860, plus de la moitié des colons étaient rentrés en Europe ; les autres finirent par s’intégrer dans le comté de Dallas. L’échec paraît donc sans appel.

16Pourtant, si le bilan de l’expérience communautaire de Réunion en tant que telle apparaît largement négatif, les choses apparaissent sous un jour quelque peu différent lorsque l’on examine l’itinéraire individuel et collectif des protagonistes. Il apparaît en premier lieu que l’échec de Réunion fut pour tous ces hommes (et ces femmes) une simple péripétie. Au moins pour ceux qui restèrent en Amérique, il serait injuste de dire qu’ils échouèrent sur toute la ligne puisque, à défaut d’avoir réussi à construire une cité idéale, ils avaient du moins contribué à développer une cité tout court, et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit de Dallas (le village ne comptait que 500 habitants à leur arrivée). Beaucoup d’anciens de Réunion réussirent en l’espace de quelques années à créer une situation économique prospère. En deuxième lieu, l’attachement des anciens de Réunion, sinon au fouriérisme, du moins à une forme plus ou moins clairement définie de socialisme, demeura longtemps fort. Certes, ils ne rêvaient plus guère de phalanstère, mais nombre de ces rescapés de l’Utopie se rallièrent sans hésiter à la fin des années 1860 à l’organisation qui portait alors le drapeau du socialisme mondial, l’Association internationale des travailleurs. Ce fut vrai aux États-Unis comme ailleurs.

17Mais si icariens ou fouriéristes peuvent à bon droit être qualifiés de quarante-huitards, tous les exilés politiques de la Seconde République ne doivent pas être assimilés à ces bâtisseurs d’utopie.

18L’arrivée des premiers exilés politiques victimes des convulsions de la Deuxième République fut pratiquement contemporaine de celle des colons icariens. En fait, chaque revers important infligé à la gauche en France entraîna une vague de départ pour l’exil. Et l’on vit arriver successivement aux États-Unis des participants aux sanglantes journées de juin 1848, puis des « démoc-soc » compromis dans les événements du 13 juin 1849, et enfin la grande masse des républicains pourchassés au lendemain du coup d’État du 2 décembre 1851 et des tentatives de résistance armée à l’usurpateur – en attendant l’arrivée, vingt ans plus tard, des proscrits de la Commune. Soit au total peut-être deux ou trois milliers de personnes, qui dans leur grande majorité élurent domicile à New York, suscitant ainsi un effet de loupe qui leur conféra une importante visibilité non seulement locale, mais aussi nationale dans la mesure où la vie newyorkaise était constamment scrutée par la presse du pays tout entier. Dans les quelques endroits où les exilés français se retrouvèrent suffisamment nombreux, la proscription commença à se regrouper à la fois pour tâcher de maintenir la flamme républicaine et pour se serrer les coudes. On vit notamment se multiplier les journaux en langue française. En matière d’organisation, les débuts furent toutefois lents et hésitants, jusqu’à l’arrivée à New York de Marc Caussidière, un des principaux dirigeants de la Commune révolutionnaire, fondée à Londres en 1852. Avec son aide, la Société de la république universelle (SRU) fut fondée à New York en octobre 1853. Se tinrent alors à son initiative toute une série de manifestations et autres meetings commémoratifs. La SRU prônait l’unité de tous les républicains par-delà leurs nuances de pensée et l’union des démocrates de toutes les nations. Si le succès fut notable à New York, l’essaimage vers les autres grandes villes fut plus difficile en dépit de quelques échos à San Francisco, La Nouvelle-Orléans, ou encore Saint-Louis.

19Mais durant les années 1850, l’histoire de l’exil fut aussi celle d’un premier divorce entre républicains et socialistes, car si tous les socialistes étaient républicains, l’inverse n’était pas forcément vrai. Dans un premier temps, les thèmes fédérateurs et consensuels s’étaient assez naturellement imposés afin de rassembler une communauté encore à la recherche d’elle-même ; mais les polémiques se trouvèrent relancées à partir de 1854-1855, marquant ainsi le début des controverses entre républicains « rouges » et modérés professant des points de vue de moins en moins conciliables. À New York comme ailleurs, les socialistes étaient ceux des républicains qui insistaient sur le primat de la question sociale par rapport à la question politique. Sauf que contrairement à d’autres pays, ce débat n’avait aux États-Unis rien d’abstrait, car la réalité américaine de tous les jours constituait aux yeux des socialistes la meilleure preuve possible que l’instauration de la République comme forme politique de gouvernement ne suffisait pas à faire disparaître tous les problèmes sociaux comme par enchantement.

20En août 1856, une organisation baptisée « Association internationale » (AI) avait été fondée à Londres. Cette organisation, qui préfigurait déjà ce qu’allait être moins de dix ans plus tard l’Association internationale des travailleurs, regroupait Anglais, Polonais, Français et Allemands. Tous ensemble, ils se proposaient de propager les principes de la révolution sociale. Or, dans les faits, ce projet d’alliance universelle des peuples correspondait déjà à une réalité au niveau de la pratique pour les exilés installés aux États-Unis. Très vite, un Conseil central y fut donc mis en place, et plusieurs sections locales de l’Association internationale furent constituées à New York, Boston, Cincinnati et Chicago, révélant ainsi l’existence de réseaux militants demeurés jusqu’alors quasiment invisibles. Ces débats entre exilés auraient pu rester largement ignorés de l’opinion publique américaine si la tentative d’assassinat de Napoléon III, perpétrée en France le 14 janvier 1858, n’avait pas propulsé l’AI sur les devants de la scène. L’exécution le 13 mars des deux conjurés italiens, Piéri et Orsini, créa une vague d’émotion internationale, laquelle se traduisit par l’organisation de plusieurs manifestations outre-Atlantique. À New York, une retraite aux flambeaux rassembla environ 5 000 personnes. Du coup la presse américaine se montra plus attentive à l’action de l’AI.

21Le déclin de cette organisation fut toutefois rapide. Pour deux raisons principalement : l’aggravation de la situation politique intérieure aux États-Unis liée à la crise sécessionniste, et les effets de l’amnistie générale décrétée en France le 15 août 1859. Aux États-Unis, l’essor des organisations rassemblant les exilés français s’était fait en réponse à l’appel de leurs frères d’armes londoniens. Pendant quelques années, la dynamique suscitée par les exilés londoniens fut suffisamment forte pour entraîner les exilés américains à s’aligner sur leurs choix politiques. Mais l’amnistie ayant pratiquement tué les organisations d’exilés londoniens en les privant de la masse de leurs adhérents, les exilés américains se retrouvèrent livrés à eux-mêmes, et il n’exista plus dès lors de dynamique suffisamment forte pour les inciter à rester organisés. Si bien que leur désir de s’insérer dans la société américaine reprit alors le pas sur les autres considérations.

22La crise sécessionniste allait finir de disperser les derniers membres encore actifs de l’Association internationale, et surtout de déplacer l’attention des proscrits de leurs luttes intestines ou des questions de politique intérieure française vers les questions de politique intérieure américaine.

23Car les exilés français n’étaient pas indifférents à l’environnement politique dans lequel ils avaient désormais choisi de vivre, et les années 1850 furent avant tout dominées par la question de l’esclavage. Or, l’anomalie que constituait l’existence de cette institution honnie dans un pays se réclamant de la démocratie constituait pour tous les républicains conséquents, socialistes ou non, une cause de profond malaise, et il existe des preuves nombreuses de l’aversion des exilés français pour l’esclavage.

24À peine l’élection de Lincoln acquise, la crise sécessionniste éclata, et les ultras sudistes prirent l’initiative d’ouvrir les hostilités. La guerre étant devenue inévitable, les deux camps firent appel aux volontaires. Convaincus que la lutte contre le régime esclavagiste rejoignait la cause universelle de la lutte contre la tyrannie, nombre de républicains français exilés répondirent à cet appel. Rien qu’à New York, deux autres unités combattantes enrôlèrent un nombre important d’exilés français. Il y eut également des dizaines d’engagements parmi les icariens et les Français de Saint-Louis. Un nouveau contingent de volontaires français, qui avaient participé à l’expédition des Mille organisée en 1860 par Garibaldi, arriva quelques mois plus tard pour soutenir la cause nordiste. Parmi eux figurait notamment le jeune colonel Gustave Cluseret, futur chef militaire de la Commune de Paris.

25Pour les exilés français, l’heure était de nouveau au rassemblement, d’autant que le soutien notoire apporté à la cause sudiste par l’empereur français leur fournissait une raison supplémentaire de prendre le parti du Nord. Lorsqu’elle vit enfin triompher la cause à laquelle elle avait d’emblée apporté son soutien, la communauté républicaine francophone avait toutes les raisons de se réjouir. Directe ou indirecte, leur implication dans les enjeux de la guerre civile américaine avait conduit ses membres à se voir autrement que comme des proscrits rêvant de revanche.

26Dans les mois qui suivirent la fin de la guerre de Sécession, on assista à une forte poussée de militantisme parmi les Français installés aux États-Unis, et les années 1868-1874 furent marquées par un important mouvement de remobilisation. Ce mouvement se trouva en fait porté par trois dynamiques distinctes : une dynamique spécifiquement française, liée à la détérioration rapide de la situation politique dans l’Hexagone ; une dynamique de mobilisation internationale, qui se traduisit par la fondation et les rapides progrès de l’Association internationale des travailleurs, jusqu’à l’éclatement de conflits ouverts dans son sein ; et enfin une dynamique américaine complexe et contradictoire, nourrie à la fois par la montée des tensions sociales et des luttes revendicatives, par l’évolution défavorable de l’opinion publique, et par les désaccords qui allaient faire éclater la Fédération nord-américaine de l’AIT fin 1871. Au final, ces dynamiques se conjuguèrent pour donner naissance à une politisation et à une radicalisation des milieux francophones, avec une forte montée en puissance au niveau du pays tout entier. Puis, quand ces dynamiques s’inversèrent, on assista à une retombée progressive de la mobilisation, et pour finir à la quasi-disparition pour presque une décennie de toute forme d’activité militante francophone organisée.

27Au départ, ce fut le regain d’espoir suscité par la perspective d’une chute rapide du régime en France qui suscita les premières mobilisations afin de soutenir l’opposition à l’Empire. Le processus de réorganisation débuta véritablement le 20 octobre 1868, avec la création à Saint-Louis (Missouri) de l’Union républicaine de langue française (URLF), qui lança très vite un appel à tous les groupes existants pour qu’ils se fédèrent nationalement. Cet appel fut entendu, et en l’espace de quelques mois, le mouvement gagna de nombreux autres centres urbains. La décision fut alors prise de fonder un journal, le Bulletin de l’Union républicaine, qui commença à paraître à New York le 15 novembre 1869, pour permettre aux différentes sections d’échanger leurs expériences et de faire connaître leurs actions. Début 1870, les banquets qui marquèrent la célébration du vingt-deuxième anniversaire de la révolution de Février 1848 attirèrent des foules relativement considérables : 800 personnes à St Louis, 500 à New York, 600 à Chicago.

28La ligne politique de l’URLF restait toutefois relativement floue. En fait, comme au temps de la Société de la république universelle, des influences idéologiques extrêmement diverses, voire quasiment contradictoires, cohabitaient en son sein, sans que cela entraîne pour autant des frictions perceptibles. Anciens icariens, néofouriéristes, proudhoniens, ou encore Montagnards partisans de Louis Blanc semblent avoir réussi à cohabiter sans trop de problème autour d’une position syncrétique finalement assez consensuelle caractérisée par une adhésion sincère aux valeurs républicaines et par une haine indicible du régime impérial de l’usurpateur Napoléon III – et plus généralement de tous les régimes « monarchiques » ou « despotiques ». Mais si l’Amérique incarnait encore aux yeux de la majorité de ses membres le type de république démocratique qu’ils appelaient de leurs vœux, ce n’était pas sans une certaine inquiétude qu’ils y constataient l’essor d’un capitalisme industriel agressif, dynamisé par la victoire du Nord à l’issue de la guerre de Sécession, et voyaient le Parti républicain se comporter de plus en plus ouvertement comme le porte-parole des intérêts de la finance et des grands capitalistes.

29La création à New York, le 8 juin 1870, de la première section américaine francophone de l’Association internationale des travailleurs, marqua l’ouverture d’une deuxième étape dans la radicalisation du mouvement. Cela s’inscrivait à la fois dans la dynamique générale de développement de l’AIT qui, partie d’Europe, avait finalement touché l’Amérique, et dans le prolongement de ce qui se passait en France. En dépit de sa tentative de se « libéraliser », l’empire avait en effet de plus en plus de mal à contenir la contestation sociale et politique qui s’exprimait désormais chaque soir dans la fièvre des réunions publiques où se pressaient des milliers de personnes. Les funérailles du journaliste Victor Noir, assassiné par un membre de la famille impériale, avaient donné lieu le 12 janvier 1870 à une manifestation monstre. L’affrontement avec la troupe avait été évité de justesse, mais ce n’était que partie remise. Une vague de grèves, née à l’automne 1869, touchait les centres industriels de la France les uns après les autres (Le Creusot, Mulhouse, Fourchambault, Rouen, les mines de la Loire, etc.), et l’Internationale, qu’on avait cru moribonde suite à l’emprisonnement de ses dirigeants parisiens en 1868, était de nouveau à l’offensive. En quelques mois, elle avait réussi à fédérer sous son égide un grand nombre de sociétés ouvrières comptant plusieurs dizaines de milliers d’adhérents. Acculé, le gouvernement annonça la tenue le 8 mai d’un référendum. Dans sa volonté de reprendre la main, Napoléon III décida de s’attaquer à l’adversaire jugé potentiellement le plus dangereux, et le 30 avril, ordre fut télégraphié aux préfets de diligenter des poursuites contre tous les dirigeants locaux de l’Internationale. L’indignation qui s’empara des membres de l’Union républicaine lorsqu’ils eurent connaissance des mesures répressives qui venaient de frapper leurs camarades dans l’Hexagone fut directement à l’origine de la fondation de l’Internationale à New York. L’impulsion qui amena la création de la première section française de l’AIT outre-Atlantique était cette fois venue directement de France, sans passer par des relais londoniens.

30Entre-temps, les événements s’étaient de nouveau accélérés. Le 19 juillet, la France impériale avait foncé tête baissée dans le piège tendu par Bismarck et déclaré la guerre à la Prusse. Dès l’annonce du conflit, les républicains francophones se mobilisèrent partout aux États-Unis. La proclamation de la République le 4 septembre fut accueillie avec soulagement, mais si la situation politique en France se trouva ainsi clarifiée, il fut rapidement évident que la Prusse n’avait pas l’intention de suspendre son offensive et que la guerre allait se poursuivre. Pour les plus impétueux, l’idée de rester l’arme au pied alors que les combats faisaient rage en France fut très vite insupportable. Aussitôt la République rétablie, de nombreux exilés se portèrent volontaires pour rentrer se battre. À New York, le Comité de défense nationale formé début septembre décida de prendre en charge l’acheminement de volontaires avant d’être rapidement confronté à un trop-plein de candidatures quand 800 volontaires, dont plusieurs dizaines de membres de l’URLF, se présentèrent en deux jours. La contribution militaire de ces volontaires, relativement limitée par la force des choses, n’en eut pas moins une grande portée symbolique et morale.

31À New York pendant ce temps, internationaux français et allemands faisaient cause commune pour soutenir la jeune République française et exiger la cessation des opérations militaires. Un rassemblement commun contre la guerre organisé le 19 novembre 1870 attira plus de 2 000 participants et bénéficia d’une très forte couverture nationale et internationale, qui souligna l’attitude internationaliste et fraternelle conséquente des participants. En réaction, plusieurs nouvelles sections de l’AIT se constituèrent au cours des semaines suivantes.

32Tout en travaillant à renforcer l’Internationale, les militants français d’Amérique gardaient les yeux rivés sur l’Hexagone, où la situation continuait d’évoluer rapidement. Les républicains franco-américains avaient jusqu’au bout espéré qu’un nouvel élan révolutionnaire faisant écho à celui de l’An II renverserait la situation au plan militaire. Aussi l’annonce de la défaite fut-elle vécue comme un traumatisme. Une nouvelle désillusion suivit lorsque fut élue en février une nouvelle assemblée dominée par les éléments conservateurs et ouvertement monarchistes.

33Vue depuis l’autre rive de l’océan Atlantique, l’instauration d’un gouvernement révolutionnaire à Paris après l’insurrection du 18 mars constitua un moment de rupture important. Une véritable tempête se déchaîna outre-Atlantique. Déjà fortement choquées par la guerre franco-prussienne, les communautés francophones des États-Unis suivirent avec une émotion et une inquiétude croissantes la lutte fratricide opposant Parisiens et Versaillais. Dès le 9 avril, la section newyorkaise de l’Union républicaine de langue française se déclara publiquement solidaire des « communiers ». Elle fut rapidement imitée par les sections de Saint-Louis et de La Nouvelle-Orléans. Preuve de la sympathie et de l’élan mobilisateur que suscita la révolution du 18 mars au sein des communautés francophones, pratiquement la moitié des sections de l’AIT qui se formèrent aux États-Unis de fin mai à octobre 1871 étaient des sections françaises. Si leur activité fut particulièrement visible à New York dans la mesure où elles apparurent à l’occasion de diverses manifestations publiques, l’implantation de sections francophones de l’AIT concerna en fait l’ensemble du territoire américain. La Commune constitua donc pour les socialistes francophones (mais aussi pour tous les internationaux des États-Unis), à la fois un symbole et une grande cause autour de laquelle se mobiliser. À partir de la fin du mois d’août 1871, l’arrivée de plusieurs dizaines de réfugiés fournit au mouvement alors en plein essor des cadres instantanément opérationnels et qui jouissaient en outre d’un réel prestige aux yeux des militants locaux. En fait, ils exercèrent rapidement au sein de ces organisations un formidable ascendant, et d’importantes responsabilités leur furent aussitôt confiées, tant à la tête des différentes sections que dans la presse du mouvement durant les années 1872-1873, notamment à New York, qui était alors incontestablement le centre nerveux du socialisme aux États-Unis. C’est dans ce contexte que se tint la fameuse manifestation newyorkaise du 17 décembre 1871. Preuve de la radicalisation d’une fraction non négligeable des communautés françaises des États-Unis, on compta au total 17 sections françaises sur les 60 recensées aux États-Unis, qui représentaient pratiquement un tiers des 4 000 adhérents de l’AIT dans ce pays. Mais des désaccords de fond allaient bientôt créer les conditions d’une scission opposant les sections nord-américaines entre elles, avant même que l’éclatement de l’AIT au congrès de La Haye (septembre 1872) ne vienne marquer le début de sa fin.

34Si l’arrivée de ce nouveau contingent d’exilés et l’ascendant qu’ils exercèrent très vite au sein du mouvement socialiste francophone contribuèrent dans un premier temps à apporter à celui-ci un surcroît de dynamisme, le revers de la médaille fut aussi l’éloignement progressif d’une grande partie des modérés. Pour des centaines de Franco-Américains restés profondément démocrates et républicains après de longues années d’exil, l’émotion suscitée par la guerre et les tragiques événements de la Commune, puis l’énorme élan de solidarité qu’elle entraîna – eux ne savaient que trop ce qu’il en coûtait de figurer parmi les vaincus –, purent sembler, durant quelques mois, tenir lieu d’adhésion politique à la ligne radicale impulsée par les nouveaux arrivants. Toutefois, après l’éclatement de l’Internationale, la logique politique guidant l’action de ces derniers se trouva tout entière tournée vers la France et les enjeux de sa politique intérieure. Car eux n’avaient pas choisi de venir s’installer définitivement en Amérique, mais seulement de venir y attendre le moment où ils pourraient rentrer en France. Ce fut alors que le fossé commença à se creuser.

35La dynamique liée aux événements survenus dans l’Hexagone, qui avait initialement constitué un puissant facteur de mobilisation, était maintenant en train de retomber. Si bien qu’à terme, tous ceux dont la priorité restait de construire leur réussite dans le pays où ils avaient choisi de s’installer reprirent naturellement leur distance pour faire ce qu’ils avaient à faire et vivre leur vie. Même si les dramatiques événements de 1870-1871 les avaient amenés à se redécouvrir profondément français, la logique d’intégration l’emporta au final. Et ce fut en vain qu’une poignée de militants s’efforça de compenser par sa radicalisation et son activisme effréné cette désaffectation et cette démobilisation progressives. Il fallut alors attendre dix ans pour voir se produire une nouvelle période de mobilisation : mais c’étaient désormais les migrants économiques et non plus les exilés politiques qui étaient concernés.

36Étrange et passionnante histoire donc que celle de ces utopistes, de ces « démoc-soc » et de ces communards français exilés aux États-Unis, de leurs tentatives de peser sur le cours de choses et de leurs espoirs déçus, dont il faut maintenant essayer de dresser un bilan.

37Si l’on se place du point de vue des exilés eux-mêmes, quel bilan pouvaient-ils tirer au terme d’une telle aventure ? Au plan individuel, le bilan était forcément contrasté, et sans doute globalement plutôt positif. Beaucoup avaient espéré se construire une vie nouvelle outre-Atlantique et, devenus du même coup des immigrés presque comme les autres, ils partagèrent les mêmes difficultés et les mêmes espoirs, et finirent eux-aussi par se créer une place relativement enviable dans la société américaine.

38Collectivement en revanche, ils avaient en grande partie échoué. Leurs tentatives de construire une société nouvelle au Texas et ailleurs ne donnèrent pas les résultats escomptés, et les organisations politiques auxquelles ils apportèrent successivement leur adhésion disparurent toutes sans avoir atteint leurs objectifs les plus modestes. Et quand la République – pas vraiment démocratique et sociale – fut définitivement rétablie en France après 1876, le mouvement était déjà pratiquement mort de sa belle mort outre-Atlantique.

39Un des points sur lesquels le bilan de leur histoire est peut-être le plus intéressant a trait à ce qu’elle nous enseigne concernant la conception qu’ils se faisaient du socialisme. L’examen de plusieurs centaines d’itinéraires individuels tend en effet à démontrer que, pour la plupart des militants révolutionnaires des années 1848-1880, combattre sur les barricades, s’organiser en coopérative, partir labourer la terre en Icarie, ou encore militer à l’intérieur des syndicats et des partis socialistes naissants d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique constituaient autant de facettes différentes d’un seul et même combat, le combat contre l’oppression du travail par le capital et pour une société plus juste. Ces mêmes militants n’établissaient visiblement pas de hiérarchie qualitative entre ces diverses formes d’engagement, optant simplement pour celle qui leur paraissait le mieux correspondre aux réalités du moment. Sans doute faut-il encore pousser plus avant la réflexion, et se demander s’il ne convient pas dans ces conditions de s’interroger sur le degré de pertinence de la distinction, longtemps opérée au plan théorique, entre un socialisme dédaigneusement qualifié d’utopique (ou de romantique) et un socialisme prétendument scientifique (ou réaliste) ? La question est posée, et force est en tout cas de constater qu’au niveau des pratiques et des choix individuels, la réalité semble avoir été infiniment moins tranchée.

40Mais le bilan de l’épopée des exilés français ne serait pas complet si l’on omettait de réfléchir à l’impact qu’ils ont pu avoir outre-Atlantique, en particulier dans le processus qui entraîna une véritable révolution conservatrice dans l’opinion publique américaine.

41Durant toute la première moitié du xixe siècle, encore très majoritairement imprégnés des conceptions jeffersoniennes, les Américains parlaient avec fierté des origines révolutionnaires de leur nation. Les doctrines égalitaires étaient alors profondément ancrées dans leur culture politique, ce qui explique d’ailleurs que la société étatsunienne se montra, plus que toute autre, ouverte aux courants réformateurs, voire radicaux, et l’attrait exercé en retour par ce pays sur les utopistes et les révolutionnaires européens. On peut même aller plus loin. Au nom de ces valeurs politiques et de ces attitudes communes qui transcendaient les divisions politiques partisanes, dans leur immense majorité, les Américains se proclamaient alors spontanément prêts à soutenir les révolutionnaires du monde entier dans leur lutte contre le despotisme et la monarchie, considérant que leurs efforts pour se libérer des chaînes de la tyrannie faisaient écho à la liberté qu’ils avaient eux-mêmes conquise les armes à la main, et dont ils s’estimaient devenus les porte-drapeaux planétaires. Une nation elle-même née d’une révolution violente pouvait difficilement nier la légitimité des tentatives de renverser des gouvernements plus ou moins dictatoriaux ou absolutistes. Ainsi, lorsque éclatèrent début 1848 en Europe les mouvements révolutionnaires du Printemps des peuples, les applaudissements furent pratiquement unanimes aux États-Unis. Tout se passait donc jusque-là comme si la République américaine avait vocation à être une source d’inspiration universelle pour tous ceux qui rêvaient de liberté partout dans le monde.

42Mais les Américains furent effrayés par l’insurrection ouvrière parisienne de juin 1848, car le droit de propriété apparaissait cette fois directement menacé. Dès lors le spectre du communisme commença aussi à hanter l’Amérique, et une génération suffit ensuite pour voir se produire une rupture définitive, suivie d’un renversement complet de perspective. Aux yeux d’une opinion publique américaine déstabilisée et inquiète, le terme de révolution devint en l’espace de quelques années, très majoritairement synonyme de désordre social, et non plus de progrès démocratique. Il en résulta alors une transformation complète des représentations dominantes.

43Dans un climat national délétère, qui vit la nation américaine se diviser, puis se déchirer dans la sanglante guerre civile qui déboucha sur la période agitée de la reconstruction, la peur du désordre social (et racial) généralisé gagna du terrain. Du fait de la victoire totale, militaire, politique, économique, idéologique, du capitalisme industriel, confortée par un développement économique foudroyant des États-Unis, qui faisait que les possibilités de réussite individuelle y demeuraient réelles, l’opinion publique tout entière, y compris dans les milieux populaires, intériorisa une transformation en profondeur de l’héritage idéologique républicain au nom d’une relecture darwinienne de la réalité sociale. Sans que les notions égalitaires originelles soient explicitement rejetées en tant que telles, il se produisit un glissement qui allait avoir d’importantes conséquences à terme : l’égalité des chances fut mise en avant de préférence à l’égalité sociale, et des voix de plus en plus nombreuses s’élevèrent pour repousser toute espèce d’égalitarisme, et donc toute forme de socialisme.

44Le véritable moment de rupture intervint dans une période que l’on peut très précisément situer entre 1871 et 1877. Ce furent en premier lieu les événements de la Commune de Paris qui rendirent irréversible cette véritable révolution des valeurs dans l’imaginaire collectif des Américains. Cette insurrection populaire et la répression brutale qui suivit furent perçues comme un avertissement prémonitoire au sujet de la menace universelle que représentaient désormais les classes ouvrières pour l’ordre et la propriété, voire pour la République elle-même.

45Dans ces conditions, l’arrivée aux États-Unis de quelques dizaines de réfugiés de la Commune de Paris, leur présence fortement médiatisée au premier rang de toute une série de manifestations organisées à New York et dans les grandes villes du pays sous les auspices de l’Association internationale des travailleurs, ne contribuèrent pas à apaiser les esprits. Et lorsque se produisirent à New York les graves affrontements de Tompkins square (janvier 1874), sur fond d’aggravation spectaculaire du chômage lié à une crise économique dramatique, et plus encore avec les grèves semi-insurrectionnelles des chemins de fer en 1877, une page se trouva définitivement tournée.

46Au terme d’une lente maturation, l’esprit de conservation l’emporta définitivement sur l’esprit de progrès, y compris dans les classes populaires. Pour la grande majorité des Américains petits ou grands propriétaires ou aspirant à le devenir, l’idée même de révolution cessa de s’identifier à la lutte des peuples opprimés cherchant à conquérir une plus grande liberté, pour prendre le visage hideux d’une menace brandie contre la propriété. La volonté d’en finir avec les séquelles de la guerre de Sécession par l’acceptation d’un compromis qui mettait fin à l’agitation liée à la reconstruction en consacrant la suprématie économique et politique du capitalisme industriel du Nord en échange de l’abandon des Noirs du Sud à leur triste destin, ainsi que l’effroi causé par les événements de la Commune de Paris au moment même où la menace de graves désordres sociaux se profilait au plan intérieur, vinrent attester que la masse des Américains se rangeait désormais instinctivement dans le camp conservateur et était prête à rejoindre sa croisade contre les risques de subversion sociale.

47Ce bouleversement de l’idée que les Américains se faisaient des valeurs fondatrices de leur république, et donc de celle qu’ils se faisaient de leur identité nationale, allait avoir, avec un décalage de quelques décennies, des conséquences importantes. Alors qu’elle s’était longtemps vue en héraut d’un type nouveau de société montrant la voie au monde, l’Amérique s’abandonna progressivement à un repli identitaire. Confrontée à des mouvements sociaux de plus en plus durs, confrontée aussi à la montée de l’immigration de masse, la société américaine se durcit. Les événements violents survenus à Chicago (4 mai 1886) dans le cadre de la lutte pour la journée de huit heures et leur épilogue tragique avec la pendaison des dirigeants syndicalistes anarchistes le 11 novembre 1887 montrèrent que les autorités n’hésiteraient pas à recourir à une répression impitoyable. Le mouvement syndical américain en tira les leçons, optant majoritairement pour une approche résolument réformiste et renonçant à remettre en cause le capitalisme. Si bien qu’après Haymarket, la gauche socialiste et révolutionnaire se trouva réduite, au sein du mouvement ouvrier américain, à un rôle de force contestataire, certes toujours active et parfois entendue, mais irrémédiablement minoritaire. Plus généralement, le socialisme s’identifiait désormais dans l’imaginaire politique d’une opinion publique traumatisée à une idéologie condamnable, profondément incompatible avec les valeurs héritées des Pères fondateurs, et véhiculée par des agitateurs essentiellement étrangers. Marginalisés électoralement, les « rouges » se retrouvèrent également mis au ban de la communauté nationale.

48Certes, cette évolution était bien davantage le produit d’une évolution historique spécifique que la conséquence de l’action des exilés français. Mais ces derniers n’y étaient pas restés totalement étrangers. Et au bout du compte, c’est dans sa dimension symbolique davantage que dans ses effets immédiats qu’il faut chercher la trace la plus durable de la présence sur le sol américain d’une petite cohorte d’exilés politiques français.

Haut de page

Notes

1 Voir Michel Cordillot, Utopistes et exilés du Nouveau Monde. Des Français aux États-Unis, de 1848 à la Commune, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cordillot, « Utopistes et exilés français aux États-Unis, 1848-1880 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 124 | 2014, 97-113.

Référence électronique

Michel Cordillot, « Utopistes et exilés français aux États-Unis, 1848-1880 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3733

Haut de page

Auteur

Michel Cordillot

Professeur émérite, Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page