Navigation – Plan du site
DOSSIER

Travailler chez les fouriéristes : du travail « attrayant » à la participation aux bénéfices

Bernard Desmars
p. 63-77

Résumé

L’article concerne le travail, non tel qu’il est prévu dans les communautés phalanstériennes imaginées par Fourier, mais tel qu’il est pratiqué dans les entreprises dirigées par quelques-uns de ses disciples. En effet, si la faible longévité des communautés phalanstériennes est souvent mise en avant, plusieurs entreprises fondées par des fouriéristes ont connu une existence de plusieurs décennies : outre la fabrique de poêles par Godin à Guise, l’établissement créé à la fin des années 1820 par Jean Leclaire et la coopérative Le Travail établie en 1882 par Henry Buisson. De façon générale, les dirigeants de ces entreprises modifient peu l’organisation du travail. Leurs convictions fouriéristes se traduisent principalement par la volonté « d’associer capital, travail et talent », selon la formule de Fourier, d’abord par la participation des salariés aux bénéfices, puis au capital et à la direction de l’entreprise.

Haut de page

Texte intégral

1Les fouriéristes, comme d’autres socialistes de la première moitié du xixe siècle, ont lié leur projet de transformation de la société au développement de l’association, en particulier dans le domaine du travail. Chez Fourier, la communauté idéale, la phalange, réalise « l’association intégrale » de ses habitants et modifie radicalement les conditions d’exercice du travail, qui, s’effectuant au gré des « attractions passionnelles » et rendu « attrayant » grâce à des « séances courtes et variées », est un élément essentiel de l’épanouissement des phalanstériens.

2On sait que les tentatives de réalisation sociétaire les plus connues (Condé-sur-Vesgre, au début des années 1830, puis à la fin de la monarchie de Juillet ; Cîteaux dans la première moitié des années 1840 ; Réunion (Texas) au milieu des années 1850) ont eu une durée de vie très brève qui n’a pas véritablement permis la mise en œuvre des principes fouriéristes de l’organisation du travail. L’Union agricole d’Afrique, à Saint-Denis-du-Sig (Algérie) a eu une existence plus longue, mais très tourmentée ; et ses fondateurs ont renvoyé l’application de la plupart des règles sociétaires à des temps où l’exploitation agricole, suffisamment stabilisée et prospère, pourrait constituer le cadre d’expérimentations sociales ; or ces conditions n’ont jamais été réalisées.

3Si on veut examiner la façon dont les fouriéristes ont concrètement tenté d’innover dans le domaine de l’organisation du travail, il faut se tourner d’un autre côté et regarder la façon dont ont fonctionné les entreprises que certains d’entre eux ont dirigées. Plusieurs disciples de Fourier ont en effet été à la tête d’établissements réunissant parfois plusieurs centaines de travailleurs ; pour beaucoup, on dispose de peu d’informations sur leurs méthodes de gestion, sur l’organisation de la production et sur la rémunération du personnel ; c’est le cas par exemple des sociétés de produits chimiques (allumettes, phosphates) et de construction administrées à Lyon, à Paris et à Saint-Denis par François Coignet, de la monarchie de Juillet à la Troisième République. Mais d’autres entreprises ont laissé une documentation plus abondante, d’abord parce que leurs dirigeants ont considéré leur établissement comme un modèle digne d’être connu et imité, et ensuite parce que leurs innovations ont suscité des débats, en particulier dans la presse. Deux d’entre elles, la maison Leclaire et la coopérative Le Travail, font l’objet de cette étude. Après les avoir sommairement présentées, j’examinerai successivement la façon dont y est organisé le travail, puis les mesures qui sont prises en faveur des travailleurs et enfin les débats autour de la propriété des entreprises et de la répartition de leurs profits.

Deux entreprises de peinture : la société Leclaire et la coopérative Le Travail

  • 1 Charles Robert, Biographie d’un homme utile – Leclaire, peintre en bâtiments, Paris, Imp. Collet, 1 (...)
  • 2 Claude Vallon, Origine et évolution des pratiques de la participation des salariés aux bénéfices de (...)
  • 3 Honoré-Antoine Frégier, Des Classes dangereuses de la population dans les grandes villes et des moy (...)
  • 4 Candidature du citoyen Edme-Jean Leclaire, Paris, imp. Bouchard-Huzard, s. d. [1848], affiche ; et (...)
  • 5 Le Travail associé - Compte rendu de la 31e assemblée générale de la Société de prévoyance et de se (...)

4Jean Leclaire (1801-1872) est issu d’une famille très modeste de l’Yonne. Après avoir quitté l’école à 10 ans pour garder les troupeaux, puis travaillé comme journalier agricole et comme maçon, il part à Paris à 17 ans et y apprend le métier de peintre dans des conditions très pénibles1. En 1826, il s’établit à son compte comme peintre-vitrier ; ses activités s’étendent et à la fin des années 1830, il a entre 60 et 80 salariés, puis près de 800 à la fin du Second Empire, et environ un millier au début des années 1870, ces chiffres incluant les « auxiliaires », c’est-à-dire la main-d’œuvre précaire, embauchée et débauchée au gré de l’ouverture et de la fermeture des chantiers2. Sa notoriété est importante auprès de ceux qui s’intéressent à la question sociale ; dès les années 1830, Frégier l’a cité en exemple dans Des Classes dangereuses, Jean Leclaire faisant partie de ces rares « entrepreneurs qui, par la saine direction imprimée à leurs ouvriers, et par les sacrifices pécuniaires qu’ils savent s’imposer en leur faveur en cas de maladie, ou dans les temps de chômage, doivent être distingués de la foule »3. À partir des années 1840, il s’occupe lui-même de la publicité de son entreprise et du modèle social qu’elle constitue selon lui ; en 1842, il publie Des Améliorations qu’il serait possible d’apporter dans le sort des ouvriers peintres en bâtiment ; candidat aux élections législatives d’avril 1848, il présente ses réalisations dans sa profession de foi et dans une brochure intitulée De l’organisation du travail4 ; à la fin du Second Empire et au début de la Troisième République, son entreprise fait l’objet d’ouvrages, d’articles et de conférences qui vantent sa politique sociale. L’assemblée générale de la société de secours mutuel de la maison Leclaire a lieu en 1870 dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, en présence de l’ancien ministre Victor Duruy, de députés, de hauts fonctionnaires, de journalistes, etc.5

  • 6 Charles Robert, Biographie…, op. cit., p. 37.
  • 7 École normale supérieure, fonds Victor Considerant, carton 13, dossier 1, lettre de Leclaire, 3 aoû (...)

5Son ami et biographe Charles Robert rapporte que Leclaire, ayant « lu les œuvres de Charles Fourier », a été l’un des commanditaires du journal La Démocratie pacifique et « professait pour quelques-unes des vues de Fourier la plus grande admiration » ; cependant, toujours selon Charles Robert, lui-même très peu favorable au socialisme, si « au cours d’un entretien sur le principe d’association, il lui arrivait parfois de s’écrier tout à coup : “Ah ! divin Fourier !” », il « n’avait jamais été aveuglé par l’esprit de système ; il n’avait suivi, les yeux fermés, ni Fourier, ni Saint-Simon, ni Louis Blanc »6. Certes, il participe semble-t-il assez peu aux manifestations phalanstériennes ou n’y prend guère la parole ; mais il souscrit en 1866 en faveur de la parution d’un nouveau périodique fouriériste, puis devient l’un des actionnaires de la société anonyme formée en 1869-1870 pour développer la propagande sociétaire autour de la Librairie des sciences sociales7.

  • 8 « Participation des ouvriers aux bénéfices des maîtres. Exemple tiré d’un atelier de peinture en bâ (...)
  • 9 L’Économiste français, 20 janvier 1868 ; La Science sociale, 1er juin 1869 et 1er août 1870.
  • 10 De l’Association de l’ouvrier aux bénéfices du patron, étude adaptée à la mise en pratique de ce sy (...)
  • 11 101e anniversaire natal de Charles Fourier, Paris, Librairie des sciences sociales, 1873, p. 8.
  • 12 Bulletin du mouvement social, 1er juillet 1878 ; et les articles de Morin, Pellarin et Sauvestre, d (...)

6Les fouriéristes le considèrent comme un praticien de la théorie sociétaire : dès les années 1840, les publications de l’École sociétaire vantent son action8 ; La Phalange, La Démocratie pacifique dans les années 1840, L’économiste français de Jules Duval et La Science sociale dans les années 1860 font l’éloge de l’entrepreneur9 ; Julien Le Rousseau publie en 1870 un ouvrage consacré à son œuvre10 ; et lors du banquet phalanstérien d’avril 1873, la nécrologie des fouriéristes récemment décédés fait l’éloge de « ce brave et honnête Leclaire » qui « a eu […] le mérite d’appliquer, avec non moins d’intelligence que de succès, une des dispositions primordiales de l’Association »11 ; la presse fouriériste dans les années 1870 continue à faire de l’entreprise Leclaire un exemple à suivre, puisqu’elle restaure l’harmonie entre dirigeants et salariés, évite les conflits sociaux et constitue une réponse concrète aux doctrines de lutte des classes12.

  • 13 Voir sa notice biographique dans le Dictionnaire biographique du fouriérisme, en ligne sur www.char (...)

7La seconde entreprise examinée ici est la coopérative ouvrière Le Travail ; elle a été fondée à Paris en 1882 par huit peintres en bâtiment, dont Henry Buisson (1854-1935), l’inspirateur des orientations de l’établissement. L’entreprise bénéficie d’un rapide développement ; elle emploie en moyenne plus de 500 personnes chaque année dans la première décennie du xxe siècle, certaines d’entre elles n’étant cependant vraisemblablement embauchées que pendant une partie de l’année en raison du caractère saisonnier des activités du bâtiment. Buisson devient dans les années 1890 une des personnalités du monde coopératif et appartient aux organes dirigeants de la Chambre consultative des associations ouvrières de production, de la Banque coopérative, de l’Union coopérative des sociétés de consommation, de l’Alliance coopérative internationale. Proche des milieux solidaristes, il est également lié aux réformateurs du Musée social13.

  • 14 D’après les comptes rendus des assemblées générales des actionnaires, publiés en brochures et dans (...)
  • 15 Entreprise générale de peinture Le Travail – Assemblée générale du 15 février 1919, Paris, 1919, p. (...)

8Pendant la même période, il participe à plusieurs manifestations et banquets fouriéristes et contribue à la réalisation de la statue de Fourier, érigée à Paris en 1899. Et dans la documentation de la coopérative, qu’il dirige au moins jusqu’à la fin des années 1920, il se réfère fréquemment à « notre maître Fourier »14, « le sociologue dont nous nous réclamons »15.

  • 16 Marion Loire, Le Familistère de Guise, architecture, habitat, vie quotidienne (1858-1968), mémoire (...)
  • 17 Pour l’entreprise de Godin, je me suis principalement appuyé sur le livre de Michel Lallement, Le T (...)

9À l’étude de ces deux entreprises, j’ajoute dans les pages qui suivent quelques observations portant sur l’usine d’appareils de chauffage dirigée par Jean-Baptiste Godin (1817-1888), qui, d’une trentaine de salariés à ses débuts à Guise (Aisne) en 1846, passe à environ 1 500 travailleurs vers 188016. Godin a participé aux travaux de l’École sociétaire jusqu’au milieu des années 1850, quand l’échec de Réunion le convainc de compter sur ses propres forces pour édifier une cité ouvrière, à côté de l’usine où il s’efforce d’introduire des innovations concernant le travail et le personnel17. S’il prend ses distances avec le mouvement phalanstérien – sans toutefois rompre avec lui – et conteste certains aspects du fouriérisme, il reste néanmoins influencé par la théorie sociétaire et est considéré par beaucoup de disciples de Fourier comme l’un des leurs, même s’il n’applique que partiellement les principes de leur maître.

Les conditions de travail

  • 18 Théorie des quatre mouvements et des destinées générales, Paris, Librairie sociétaire, 1846 (3e éd. (...)
  • 19 Jonathan Beecher, Fourier. Le visionnaire et son monde, Paris, Fayard, 1993 (1986 pour l’édition or (...)
  • 20 Solutions sociales, Guise, éditions du Familistère, 2010 (1re édition en 1871), p. 116 et p. 117-11 (...)

10Dans le monde harmonien, promet Fourier, « l’industrie [c’est-à-dire ici, le travail] devient un divertissement » et le « travail [sera] plus attrayant que ne sont aujourd’hui les spectacles et bals »18. Mais si le thème du « travail attrayant » est central dans la théorie de Fourier19, il est à peu près absent des discours et des pratiques des entreprises observées. Les activités n’y sont pas organisées de façon à faire du labeur un divertissement ; ni Leclaire, ni les coopérateurs du Travail n’abordent la question dans les textes où ils présentent leurs projets et lors des assemblées générales où ils indiquent leurs orientations pour l’avenir. Seul Godin s’y confronte en affirmant qu’il ne peut « admettre le travail attrayant tel que Fourier l’a exposé » ; en effet, « le fréquent alternat des fonctions qu’il suppose faire partie des besoins de la nature humaine s’accorde assez peu avec l’assiduité nécessaire à la perfection des connaissances pratiques »20. Aucune des entreprises observées ne se donne pour objectif, même lointain, une organisation du travail répondant aux aspirations phalanstériennes, c’est-à-dire permettant de choisir ses activités en fonction de ses goûts ou de ses passions, de ne passer que deux heures au plus à la même tâche, et de varier les travaux au sein de la même journée et d’un jour à l’autre. Le travail, dans ces entreprises, constitue davantage un devoir et une nécessité qu’un plaisir.

  • 21 Candidature du citoyen Edme-Jean Leclaire, op. cit.
  • 22 Le Travail, Règlement intérieur, Paris, Imp. nouvelle, 1898, article 15.

11Pourtant, les entrepreneurs fouriéristes ne négligent pas tout à fait la question des conditions de travail, même si elle ne tient pas une place prépondérante dans leurs travaux. Tout d’abord, si Fourier prévoyait de longues journées de travail, qui seraient d’ailleurs très appréciées par les harmoniens grâce à la variété des fonctions et au plaisir éprouvé à les remplir, les entreprises fouriéristes s’efforcent – mais très prudemment et très modestement – de réduire le temps de travail quotidien. Leclaire, en fixant la journée de travail à dix heures dès 1841, anticipe sur une mesure adoptée par le gouvernement provisoire au lendemain de la révolution de février 184821. À la fin du siècle, le règlement de la coopérative Le Travail fait varier la durée de la journée de travail de sept heures et demi au creux de l’hiver à dix heures de mars à septembre22 ; mais rien dans les perspectives dressées dans les assemblées générales n’annonce une prochaine diminution du temps de travail, et en particulier la satisfaction de la revendication de la journée de huit heures, centrale au sein du mouvement ouvrier vers 1900.

  • 23 Journal des débats, 28 janvier 1902.
  • 24 Le Travail, Compte rendu des opérations de la société pendant l’année 1899-1900, Paris, Imp. nouvel (...)

12La santé des travailleurs constitue un second thème pour ces deux entreprises de peinture. En effet, les peintres utilisent alors de la céruse (ou blanc de plomb) dans leur travail, ce qui les expose au saturnisme. En 1846, Leclaire décide de substituer au blanc de céruse le blanc de zinc pour tous les travaux réalisés par son entreprise, initiative qui lui vaut plusieurs récompenses (prix Monthyon de l’Institut en 1849, Légion d’honneur en 1850) et des hommages rendus à plusieurs reprises devant sa statue23. Cependant, la céruse reste encore largement employée dans les décennies suivantes dans de nombreuses entreprises de peinture, malgré les plaintes des syndicats ; elle l’est en particulier à la société Le Travail qui, en 1900 seulement, prend « la résolution de restreindre, si ce n’est de supprimer complètement dans nos travaux, l’emploi des matières premières à base de plomb et notamment du blanc de céruse », ce qui est présenté comme une avancée sociale24.

  • 25 Michel Lallement, Le Travail…, p. 314 ; et le passage « Cycle de production et organisation du trav (...)
  • 26 Ibid., p. 311-312.

13Certes, Fourier et ses disciples comptent sur les progrès scientifiques et les inventions techniques pour réduire la pénibilité du travail. « Aux usines Godin, le travail ouvrier ne ressemble guère […] à l’idéal du parangon sociétaire. L’ouvrage est dur, épuisant, usant »25 ; mais le moulage, l’une des phases de fabrication les plus pénibles, est assuré à partir de la fin des années 1870 à l’aide de machines26. Chez les peintres du Travail et de la maison Leclaire, la production repose principalement sur l’activité manuelle de l’homme et nulle innovation technique n’est envisagée par les dirigeants de ces entreprises pour transformer les conditions de travail.

  • 27 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société pendant l’année 1892, Paris, Imp. nouvelle, 1 (...)
  • 28 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société (exercice 1901-1902), Paris, Imp. nouvelle, 1 (...)

14De façon générale, chez Leclaire comme au Travail, les directions se montrent très prudentes quand il s’agit de diminuer la longueur ou l’intensité de la charge de travail ; elles insistent sur la contrainte que fait peser la concurrence dans une économie de marché ; les prix des travaux réalisés doivent rester compétitifs et il faut veiller à ne pas trop alourdir le coût du travail. Peut-être ces entreprises offrent-elles de meilleures rémunérations que les établissements similaires ? Les témoignages divergent pour la maison Leclaire. Lors de l’assemblée générale de la coopérative Le Travail de 1893, la direction se plaint du niveau trop élevé des salaires distribués dans l’entreprise, « bien supérieurs à ceux payés par la plus grande partie des maisons de peinture de Paris »27 ; et en 1902, elle avertit : « nous serons forcément obligés, si nous voulons soutenir la lutte, d’arriver à une diminution de la main-d’œuvre qui est chez nous très chère, beaucoup trop chère, si nous considérons ce que la payent nos concurrents. La différence sans exagération est d’au moins 10 à 15 % »28.

La vertu morale et la protection sociale

  • 29 Journal des débats, 4 novembre 1869. Le « lundi » dont parle Duval est la « saint lundi », jour de (...)
  • 30 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société pendant l’année 1900-1901, Paris, Imp. nouvel (...)
  • 31 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société pendant l’année 1892, Paris, Imp. nouvelle, 1 (...)
  • 32 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société (exercice 1901-1902), op. cit., p. 9.

15Chez Leclaire comme au Travail, la direction insiste sur l’ordre et la discipline qui doivent régner dans les ateliers et sur les chantiers. Dans la maison Leclaire, « le lundi est inconnu, sans qu’aucun règlement ne le défende », écrit Jules Duval dans le Journal des débats en 1869 ; et « partout où ils sont envoyés, à Paris ou dans les départements, [les ouvriers] se montrent des modèles d’activité, de conduite et de tenue. Aussi l’harmonie règne-t-elle entre eux, au-dedans et au dehors de la maison »29. Vers 1900, Buisson incite les chefs d’atelier à faire preuve de sévérité à l’égard « des paresseux, des ivrognes et des fauteurs de discorde »30. Il leur demande aussi de veiller « à ce qu’on ne perde pas de temps aux heures du repas » et de sanctionner « quiconque arrive en retard le matin »31 ; peu après, le conseil d’administration déplore que « même dans les associations ouvrières, à côté d’hommes ayant conscience de leurs devoirs et se rendant compte des sacrifices […] travaillant tant qu’ils peuvent, et produisant en raison du prix élevé qui leur est donné, [il y en ait] d’autres au contraire qui se laissent vivre, restant pour ainsi dire figés dans leurs habitudes anciennes, ne s’inquiétant ni de la lutte à soutenir, ni des piètres résultats que leur manière d’être peut entraîner »32.

  • 33 Le Travail, Statuts, Paris, Imp. nouvelle, 1898, article 3.
  • 34 Michel Lallement, Le Travail…, op. cit., « Les institutions de prévoyance, de secours et de retrait (...)

16Exigeantes à l’égard de la main-d’œuvre, ces entreprises prétendent en même temps mieux la protéger, grâce à la mise en place de sociétés de secours mutuel. La coopérative Le Travail indique au début de ses statuts de 1898 qu’elle a pour objet « les travaux de peinture, teinture, vitrerie, miroiterie, dorure et décoration », mais aussi « la création d’institutions de prévoyance destinées à procurer le plus de bien-être possible au personnel attaché à la Société »33. Leclaire a créé dès 1838 une mutuelle dont le fonds est alimenté par les cotisations des ouvriers ; elle leur permet d’obtenir gratuitement les soins du médecin et les remèdes. À partir de 1854, cette mutuelle, désormais financée grâce à des prélèvements sur les bénéfices de l’entreprise, propose des pensions de retraite, en plus des soins médicaux. De telles institutions existent aussi à Guise34.

  • 35 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société pendant l’année 1892, op. cit., p. 11.
  • 36 Compte rendu par M. Leclaire aux clients de sa maison des résultats qu’ils lui ont aidé à obtenir p (...)
  • 37 Le Travail associé. Compte rendu de la 31e assemblée générale de la Société de prévoyance et de sec (...)
  • 38 Michel Lallement, Le Travail…, op. cit., p. 167. Pour l’éducation, voir plus particulièrement Natha (...)

17Enfin, ces différentes entreprises mettent en avant leurs efforts en faveur de l’éducation et de l’apprentissage. Dans la coopérative Le Travail, il ne s’agit d’ailleurs pas seulement de former des ouvriers, mais de futurs coopérateurs, voire de futurs directeurs d’associations ouvrières ; « c’est surtout dans leurs rangs [ceux des apprentis] que, plus tard, nous devons espérer trouver des hommes imbus de nos sentiments et capables de continuer notre œuvre » ; aussi faut-il les encourager, par des gratifications monétaires, à s’instruire, à suivre des cours du soir35. Chez Leclaire, « des cours spéciaux de peinture, dorure, tenture, vitrerie et de comptabilité, des entretiens sur l’hygiène et des lectures sur divers sujets instructifs, ont été ouverts spécialement pour les ouvriers de la maison », et une bibliothèque pour les ouvriers est établie en 1864 dans les locaux de la société de secours mutuel de l’entreprise36 ; des prix « pour bonne conduite et assiduité au travail » sont attribués aux apprentis par la société de secours mutuel de l’entreprise37. Au Familistère, « avec le logement, l’éducation est le deuxième grand équivalent de la richesse que Godin veut offrir aux familles des ouvriers »38.

18Au total, le travail tel qu’il est effectué au sein des entreprises dirigées par des disciples de Fourier ne diffère sans doute pas fondamentalement de celui que l’on trouve dans d’autres établissements : peut-être la journée y est-elle un peu moins longue, sans doute y insiste-t-on sur la santé des travailleurs et sur l’allocation de ressources quand ils sont malades ou âgés, et prévoit-on des dispositifs d’éducation populaire. Mais outre que les progrès qui peuvent être observés dans ces domaines sont modestes, ils peuvent, au moins pour certains d’entre eux (écoles, mutuelles), se retrouver dans des entreprises inspirées par de tout autres principes, comme le catholicisme social et le paternalisme.

Association du capital, du travail et du talent, et participation aux bénéfices

19Si la coopérative Le Travail et la société Leclaire ont prétendu constituer un modèle et ont été considérées comme tel par un certain nombre d’observateurs, et en particulier ceux qui se réclament du fouriérisme, ce n’est donc pas en raison de la façon dont le travail est organisé. Ce qui est mis en avant par Buisson et Leclaire, ainsi que par leurs partisans, c’est d’une part « l’association du capital, du travail et du talent » et d’autre part la participation des travailleurs aux bénéfices de l’entreprise, censée assurer une répartition équitable des profits. À vrai dire, ces deux éléments sont liés et doivent être examinés ensemble.

20La maison de peinture Leclaire appartient d’abord à son fondateur. Celui-ci, au début des années 1840, envisage la distribution d’une partie des bénéfices annuels au personnel ; la proposition est observée avec méfiance, par les autorités qui refusent à Leclaire le droit de réunir ses salariés, mais aussi par certains de ses ouvriers qui craignent que la mesure n’ait pour contrepartie une diminution du salaire. La première distribution a lieu en 1842. Elle est ensuite renouvelée chaque année.

  • 39 Compte rendu par M. Leclaire aux clients…, op. cit., p. 13.
  • 40 Charles Robert, Biographie…, op. cit., p. 40.
  • 41 Claude Vallon, Origines et évolution des pratiques de la participation…, op. cit., p. 182.
  • 42 Charles Robert, Biographie…, op. cit., p. 56.

21Toutefois, tout le personnel ne bénéficie pas de ce complément de rémunération dans les premiers temps. Seuls le reçoivent les ouvriers « les plus méritants », qui sont aussi les seuls à être admis à la société de secours mutuel39. Ainsi se forme-t-il un « Noyau », selon l’appellation donnée par Jean Leclaire, ou encore « une aristocratie ouverte à quiconque est honorable et laborieux »40 ; les membres de ce groupe disposent d’avantages et de prérogatives dont sont exclus les autres salariés. Comment sont-ils désignés ? Par Jean Leclaire lui-même dans les premières années, puis par cooptation : des commissions du Noyau examinent les dossiers des candidats que l’assemblée générale du Noyau décide par un vote d’admettre ou de refuser. Sont généralement prises en compte l’ancienneté et la stabilité dans l’entreprise, la qualification professionnelle et la moralité (un ouvrier vivant en concubinage ou trouvé en état d’ivresse ne sera pas admis au Noyau ; s’il y est déjà quand il se rend coupable d’actes ou de comportements répréhensibles, il peut en être exclu). Ce Noyau représente environ 10 % du personnel aux différentes époques de l’entreprise selon Claude Vallon41. Cependant, les chiffres indiqués par Charles Robert permettent d’élever un peu la proportion : au cours de l’année 1877 – peu après la mort de Leclaire, les statuts étant restés les mêmes – 984 individus figurent sur les registres de l’entreprise, certains pour un laps de temps réduit ; en moyenne, 450 ouvriers sont présents chaque jour dans les ateliers et sur les chantiers ; le Noyau comprend 117 membres, tandis que 104 autres ouvriers, qui travaillent toute l’année dans l’entreprise et possèdent les qualités requises, « sont considérés comme candidats au Noyau »42.

22En 1863, la maison Leclaire est transformée en société en commandite réunissant Leclaire, Defournaux (adjoint et bientôt remplaçant de Leclaire à la direction de l’entreprise) et la société de secours mutuel, qui détient désormais une part du capital. Il s’agit tout d’abord pour Leclaire de reporter les charges de la direction sur Alfred Defournaux, qui a commencé dans la maison comme apprenti – son père y avait travaillé comme ouvrier – avant de s’élever dans la hiérarchie et d’accéder à la fonction de cogérant ; mais le fondateur de l’entreprise, veuf, âgé et sans héritier, souhaite aussi préparer la transmission de son œuvre et garantir son existence après sa propre disparition.

  • 43 En novembre 1848, Leclaire avait déjà organisé une consultation des membres du Noyau à propos d’amé (...)
  • 44 Texte de Leclaire de 1864, reproduit dans Charles Robert, Biographie…, op. cit., p. 49.
  • 45 Les proportions semblent avoir varié : à partir de 1863, les deux dirigeants reçoivent chacun un qu (...)

23Pour cela, il instaure en 1868 une commission de neuf membres avec laquelle il rédige une « charte du travail associé » adoptée par une assemblée générale du Noyau et prolongée par un acte notarié (5 janvier 1869)43 : Leclaire cède le fonds de l’entreprise (le matériel et la clientèle) à la société de secours mutuel. Ainsi, « les membres de la société de secours mutuel ne sont plus de simples journaliers qui agissent machinalement et qui quittent l’ouvrage avant que l’horloge ait frappé son dernier coup de marteau. Tous sont devenus des associés qui travaillent pour leur propre compte ; à ce titre, rien dans l’atelier ne doit leur être indifférent ; tous doivent veiller au soin des outils et des marchandises comme s’ils en étaient spécialement les gardiens »44. Cette charte prévoit aussi le mode de désignation des dirigeants, de préférence choisis au sein du personnel de l’entreprise : il y en a deux (ainsi le décès de l’un d’eux ne provoque pas de rupture brutale) qui sont élus par le Noyau. Un conseil de conciliation de neuf membres, là encore choisi par et dans le Noyau, règle les conflits et sanctionne les infractions. Enfin, les bénéfices sont répartis entre les deux gérants, la société de secours mutuel et les individus qui composent le personnel de l’entreprise, proportionnellement à leur temps de travail annuel et aux rémunérations obtenues pendant l’année ; les membres du Noyau ne sont donc plus seuls à en profiter, même s’ils en perçoivent sans doute la plus grande partie, en raison de leur plus grande stabilité et de leur meilleure position dans la hiérarchie de l’entreprise45.

24La société Le Travail est dès ses débuts une coopérative de production ; mais la faiblesse du capital détenu par les huit ouvriers qui la fondent en 1882 limite son expansion, alors qu’elle bénéficie de nombreuses commandes. Aussi, dans les années 1890, Buisson propose d’accroître les moyens de la coopérative en associant « capital, travail et talent », selon la formule fouriériste ; le Travail devient en 1898 une société anonyme ; des actionnaires, dont le banquier Paul Bernhard, qui s’occupe en outre de l’émission des actions de la nouvelle société, entrent dans le capital. L’entreprise comprend désormais : des sociétaires, c’est-à-dire des travailleurs possédant des actions dans la société ; des actionnaires détenteurs d’une part du capital, mais ne participant pas à l’activité de l’entreprise ; et des « participants », c’est-à-dire des travailleurs salariés (employés, ouvriers, apprentis), qui ne possèdent aucune part de la société, les uns embauchés de façon durable, les autres pour une durée limitée (ces derniers sont parfois dits « auxiliaires »).

  • 46 L’Association ouvrière, septembre 1898.
  • 47 Arthur Fontaine, « Revue des questions ouvrières et de prévoyance », Revue politique et parlementai (...)

25Cette solution adoptée par Buisson et ses amis fait l’objet de vives discussions au sein des milieux coopératifs ; certains demandent que Le Travail soit exclu de la Chambre consultative des associations ouvrières de production puisqu’elle n’est plus véritablement une « association ouvrière » ; une commission recueille des avis de coopérateurs, mais aussi de diverses personnalités s’intéressant à la coopération ; son rapport provoque un long débat à la Chambre consultative le 12 septembre 189846. Buisson et ses partisans soulignent que le manque de capitaux propres constitue un important facteur de disparition des coopératives quand elles doivent affronter des difficultés conjoncturelles, et que cela constitue aussi une entrave à leur développement. Au-delà de la question de principe – l’entrée d’actionnaires non travailleurs, qui peuvent spéculer sur leurs actions et les vendre, n’est-elle pas une entorse à la doctrine coopérative ? – c’est aussi la capacité des sociétaires à garder le contrôle de leur entreprise qui est discutée : selon les statuts, indique Buisson, le conseil d’administration doit être en majorité composé de sociétaires ; mais ceux-ci peuvent être choisis lors de l’assemblée générale grâce aux voix des actionnaires non travailleurs, ces derniers disposant ainsi d’un moyen de pression important, répliquent certains coopérateurs. Le débat est d’autant plus vif que plusieurs coopératives sont tentées de suivre l’exemple du Travail. Selon Arthur Fontaine, dès fin 1898 ou début 1899, cinq associations de production ont déjà adopté les mêmes statuts, et deux autres sont en train de les étudier47. Finalement, mais avec une faible majorité, Le Travail garde sa place dans la Chambre consultative.

  • 48 Le Travail, Statuts, Paris, Imp. nouvelle, 1898, article 40.

26La société Le Travail pratique la répartition des bénéfices entre le capital, le travail (sociétaires et auxiliaires) et le talent (la direction), une autre partie allant à la société de secours mutuel de l’entreprise. Cependant, les travailleurs sociétaires disposent de certains avantages par rapport aux auxiliaires : quand le travail vient à manquer, ils sont les derniers à être mis au chômage ; leur rémunération quotidienne est plus élevée ; ils sont membres de la société de secours mutuel et reçoivent donc des secours en cas de maladie et une pension quand ils prennent leur retraite ; ils participent bien sûr à l’assemblée générale de la coopérative et y votent ; ils élisent un « comité du travail » chargé « de maintenir l’harmonie et l’union dans la Société » et d’élaborer le règlement intérieur48.

  • 49 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société (exercice 1902-1903), Paris, Imp. nouvelle, 1 (...)
  • 50 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société (exercice 1908-1909), Paris, Imp. nouvelle, 1 (...)

27Or, l’effectif de ces travailleurs sociétaires est modeste : en 1903, ils sont 41, tandis que le nombre des participants dépasse 66049 ; en 1909, les chiffres s’élèvent respectivement à 79 et 45850. Même si le décalage se réduit, cette situation attire à la société de Buisson de nouvelles critiques : leurs auteurs dénoncent l’utilisation massive d’une main-d’œuvre précaire, disposant de peu de droits, par un petit groupe de sociétaires protégés par leur statut.

  • 51 Michel Lallement, Le Travail…, op. cit., p. 294.

28Des questions similaires peuvent être observées à Guise, avec cependant un sens plus développé de l’innovation managériale chez Godin : en témoignent ses tentatives pour faire désigner par le personnel les ouvriers et employés les plus méritants, et pour créer des groupes et des unions, parallèlement à la hiérarchie de l’entreprise, afin de favoriser l’implication des travailleurs et de leur permettre de présenter des propositions susceptibles d’améliorer la production et les conditions de travail. À partir de 1873, il pratique la participation des salariés (ou du moins d’une partie d’entre eux) aux bénéfices ; et en 1880, il fait adopter de nouveaux statuts qui transforment son entreprise en « Association du capital et du travail » ; le personnel faisant partie de l’association est réparti en plusieurs catégories (associés, sociétaires et participants), qui bénéficient de prérogatives différenciées ; mais les auxiliaires (571 ouvriers sur 1271 et 65 employés sur 191, soit 45 et 34 %) restent en dehors de l’association51.

  • 52 Émile Zola, Travail, Paris, L’Harmattan, 1993 (1re éd. en 1901), p. 643.

29« Quel bon travail, facile et délicieux ! À peine quelques heures par jour, et d’une besogne de surveillance, tellement les nouvelles machines, puissantes, ingénieuses, avaient fini par avoir des pieds et des mains, comme les anciens esclaves. […] Grâce à elles, l’homme achevait de conquérir la nature, d’en faire sa dépendance et son paradis. Et de quelle prodigieuse richesse elles le comblaient, une abondance toujours croissante des fleurs et des fruits de la terre, un luxe de plus en plus grand des objets manufacturés, chaque citoyen regorgeant de tous les biens, vivant en prince de ses quelques heures de travail, lui que la faim étranglait autrefois, après d’abominables corvées de dix heures52 ! ».

30Ainsi Zola décrit-il le travail dans la cité de Beauclair, la communauté des temps futurs dont la présentation clôt le roman Travail, œuvre qui puise une partie de son inspiration chez Fourier. Mais la société Leclaire et la coopérative le Travail, tout comme l’entreprise Godin, sont bien éloignées de cette vision enchanteresse. L’essentiel de leurs efforts porte, non sur ce qui peut rendre le travail attrayant, mais sur la participation des travailleurs (ou d’une partie d’entre eux) au capital et au pouvoir, ainsi que sur des formes de rémunération complétant le salaire (distribution des bénéfices, indemnités en cas de maladie, retraite). Au final, trois objectifs prédominent : sortir les travailleurs de la misère en leur offrant certaines garanties de revenus, y compris dans leur plus grand âge, et en leur permettant d’acquérir une instruction élémentaire et une formation professionnelle ; apaiser les relations sociales au sein des entreprises, en établissant de nouvelles relations entre capital et travail ; et au terme d’une évolution plus ou moins longue, permettre aux travailleurs associés de devenir maîtres de leur outil de travail, même en s’associant avec des actionnaires quand cela paraît utile au développement de l’entreprise, et même si ces travailleurs associés ne constituent d’abord qu’une part réduite du personnel de l’entreprise.

  • 53 Michel Lallement, Le Travail…, op. cit., p. 401.
  • 54 Élysée Sarin, Introduction conceptuelle à la science des organisations, Paris, L’Harmattan, 2001, p (...)
  • 55 http://www.ressources-solidaires.org/125-ans-de-perennite-cooperative, article publié en 2007 sur l (...)

31Soulignons pour finir la longévité de ces entreprises : si l’usine fondée par Godin abandonne la forme coopérative en 1968, puis est rachetée en 1970 par l’entreprise Le Creuset53, la maison créée par Jean Leclaire survit en conservant pour l’essentiel les principes adoptés au xixe siècle jusqu’aux années 1980, quand elle doit déposer son bilan54. Enfin, la coopérative Le Travail poursuit ses activités à Champigny-sur-Marne55.

Haut de page

Notes

1 Charles Robert, Biographie d’un homme utile – Leclaire, peintre en bâtiments, Paris, Imp. Collet, 1878, p. 8-9 et 15-16.

2 Claude Vallon, Origine et évolution des pratiques de la participation des salariés aux bénéfices de l’entreprise (1842-1923), thèse de doctorat en histoire, EHESS, 1991, p. 196.

3 Honoré-Antoine Frégier, Des Classes dangereuses de la population dans les grandes villes et des moyens de les rendre meilleures, Paris, J.-B. Baillière, 1840, tome 1, p. 301-302.

4 Candidature du citoyen Edme-Jean Leclaire, Paris, imp. Bouchard-Huzard, s. d. [1848], affiche ; et De l’Organisation du travail. Compte rendu des essais tentés dans l’entreprise de peinture en bâtiments depuis 1842 jusquà ce jour, Paris, Bouchard-Huzard, 1848, 31 p.

5 Le Travail associé - Compte rendu de la 31e assemblée générale de la Société de prévoyance et de secours mutuels des ouvriers et employés de la maison Leclaire, A. Defournaux et Cie, tenue le 15 mai 1870 dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, Paris, Bouchard-Huzard, 1870, p. 1-2.

6 Charles Robert, Biographie…, op. cit., p. 37.

7 École normale supérieure, fonds Victor Considerant, carton 13, dossier 1, lettre de Leclaire, 3 août 1866 ; carton 3, dossier 3, conseil d’administration du 3 novembre 1869 qui admet de nouveaux actionnaires ; et La Science sociale, 16 février 1870, liste des actionnaires.

8 « Participation des ouvriers aux bénéfices des maîtres. Exemple tiré d’un atelier de peinture en bâtiments à Paris », L’Almanach phalanstérien pour 1845, p. 176-180.

9 L’Économiste français, 20 janvier 1868 ; La Science sociale, 1er juin 1869 et 1er août 1870.

10 De l’Association de l’ouvrier aux bénéfices du patron, étude adaptée à la mise en pratique de ce système depuis 1842, dans la maison Leclaire, A. Defournaux et Cie, Paris, Hachette, 1870 (réédité en 1886), 376 p.

11 101e anniversaire natal de Charles Fourier, Paris, Librairie des sciences sociales, 1873, p. 8.

12 Bulletin du mouvement social, 1er juillet 1878 ; et les articles de Morin, Pellarin et Sauvestre, dans La Finance nouvelle, organe publié par le fouriériste Spiess, où l’entreprise Leclaire est plusieurs fois montrée en exemple (La Finance nouvelle, 6 janvier 1876, 18 mars et 26 août 1880 ; 31 mars 1881, 12 janvier 1882).

13 Voir sa notice biographique dans le Dictionnaire biographique du fouriérisme, en ligne sur www.charlesfourier.fr.

14 D’après les comptes rendus des assemblées générales des actionnaires, publiés en brochures et dans L’Association ouvrière. L’expression « notre maître Fourier » est notamment utilisée lors de l’assemblée générale annuelle des actionnaires, 19 décembre 1925, L’Association ouvrière, 5 avril 1926.

15 Entreprise générale de peinture Le Travail – Assemblée générale du 15 février 1919, Paris, 1919, p. 14.

16 Marion Loire, Le Familistère de Guise, architecture, habitat, vie quotidienne (1858-1968), mémoire pour le diplôme d’archiviste paléographe de l’École nationale des chartes, 1998, vol. 1, p. 137-138.

17 Pour l’entreprise de Godin, je me suis principalement appuyé sur le livre de Michel Lallement, Le Travail de l’utopie. Godin et le Familistère de Guise, Paris, Les Belles-Lettres, 2009, 511 p.

18 Théorie des quatre mouvements et des destinées générales, Paris, Librairie sociétaire, 1846 (3e éd., 1re édition en 1808), p. 295 ; et Le Nouveau monde industriel et sociétaire ou invention du procédé d’industrie attrayante et naturelle distribuée en séries passionnées, Paris, Bossange, 1829, p. 27.

19 Jonathan Beecher, Fourier. Le visionnaire et son monde, Paris, Fayard, 1993 (1986 pour l’édition originale), chapitre XIV, « Le travail en Harmonie », p. 293-314.

20 Solutions sociales, Guise, éditions du Familistère, 2010 (1re édition en 1871), p. 116 et p. 117-118.

21 Candidature du citoyen Edme-Jean Leclaire, op. cit.

22 Le Travail, Règlement intérieur, Paris, Imp. nouvelle, 1898, article 15.

23 Journal des débats, 28 janvier 1902.

24 Le Travail, Compte rendu des opérations de la société pendant l’année 1899-1900, Paris, Imp. nouvelle, 1900, p. 31. Dans les années suivantes, Le Travail est vivement attaqué, notamment dans l’Humanité (31 mars 1909), car la céruse continue à être utilisée dans certains travaux.

25 Michel Lallement, Le Travail…, p. 314 ; et le passage « Cycle de production et organisation du travail », p. 309-314.

26 Ibid., p. 311-312.

27 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société pendant l’année 1892, Paris, Imp. nouvelle, 1893, rapport du conseil d’administration.

28 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société (exercice 1901-1902), Paris, Imp. nouvelle, 1902, p. 9.

29 Journal des débats, 4 novembre 1869. Le « lundi » dont parle Duval est la « saint lundi », jour de repos que s’octroient des ouvriers, mais pratique combattue par le patronat.

30 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société pendant l’année 1900-1901, Paris, Imp. nouvelle, 1901, p. 14-15.

31 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société pendant l’année 1892, Paris, Imp. nouvelle, 1893, p. 7.

32 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société (exercice 1901-1902), op. cit., p. 9.

33 Le Travail, Statuts, Paris, Imp. nouvelle, 1898, article 3.

34 Michel Lallement, Le Travail…, op. cit., « Les institutions de prévoyance, de secours et de retraite », p. 296-301.

35 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société pendant l’année 1892, op. cit., p. 11.

36 Compte rendu par M. Leclaire aux clients de sa maison des résultats qu’ils lui ont aidé à obtenir pour le bien-être de ses ouvriers, Paris, imp. Bouchard-Huzard, Paris, 1865, p. 18 ; et Charles Robert, Biographie…, op. cit., p. 9.

37 Le Travail associé. Compte rendu de la 31e assemblée générale de la Société de prévoyance et de secours mutuels des ouvriers et employés de la Maison Leclaire, A. Defournaux et Cie, tenue le 15 mai 1870 dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, Paris, 1870, p. 9.

38 Michel Lallement, Le Travail…, op. cit., p. 167. Pour l’éducation, voir plus particulièrement Nathalie Brémand, Les Socialismes et l’enfance. Expérimentation et utopie (1830-1870), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 255-317.

39 Compte rendu par M. Leclaire aux clients…, op. cit., p. 13.

40 Charles Robert, Biographie…, op. cit., p. 40.

41 Claude Vallon, Origines et évolution des pratiques de la participation…, op. cit., p. 182.

42 Charles Robert, Biographie…, op. cit., p. 56.

43 En novembre 1848, Leclaire avait déjà organisé une consultation des membres du Noyau à propos d’aménagements du système de répartition des bénéfices. D’après Charles Robert, Biographie…, op. cit., p. 55.

44 Texte de Leclaire de 1864, reproduit dans Charles Robert, Biographie…, op. cit., p. 49.

45 Les proportions semblent avoir varié : à partir de 1863, les deux dirigeants reçoivent chacun un quart des bénéfices ; la Société de secours mutuel a 20 %, tandis que les 30 % restants sont distribués aux employés et ouvriers composant le Noyau. Puis, les dirigeants se partagent le quart des bénéfices ; un autre quart va à la société de secours mutuel tandis que le personnel - élargi on l’a vu à des personnes extérieures au Noyau – reçoit la moitié restante.

46 L’Association ouvrière, septembre 1898.

47 Arthur Fontaine, « Revue des questions ouvrières et de prévoyance », Revue politique et parlementaire, janvier-mars 1899, p. 150.

48 Le Travail, Statuts, Paris, Imp. nouvelle, 1898, article 40.

49 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société (exercice 1902-1903), Paris, Imp. nouvelle, 1904, 22 p.

50 Le Travail, Compte rendu des opérations de la Société (exercice 1908-1909), Paris, Imp. nouvelle, 1909, 32 p.

51 Michel Lallement, Le Travail…, op. cit., p. 294.

52 Émile Zola, Travail, Paris, L’Harmattan, 1993 (1re éd. en 1901), p. 643.

53 Michel Lallement, Le Travail…, op. cit., p. 401.

54 Élysée Sarin, Introduction conceptuelle à la science des organisations, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 21, note 1 ; CEDIAS, Musée social, lettre de M. Nestier, de l’Amicale Jean Leclaire, 27 mars 1996, signalant la disparition en 1987 de « la Société de prévoyance des ouvriers et employés de la maison Leclaire […] suite au dépôt de bilan de la société commerciale à laquelle elle était intimement liée » (Je remercie Antony Lorry, du CEDIAS, de m’avoir communiqué cette lettre). Il existe actuellement (2013) à Ivry-sur-Seine une entreprise de peinture, immatriculée sous la raison sociale Trouvé-Leclaire, mais gardant l’enseigne Maison Leclaire, et annonçant : « fondée en 1826 ».

55 http://www.ressources-solidaires.org/125-ans-de-perennite-cooperative, article publié en 2007 sur les 125 ans de la coopérative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Desmars, « Travailler chez les fouriéristes : du travail « attrayant » à la participation aux bénéfices », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 124 | 2014, 63-77.

Référence électronique

Bernard Desmars, « Travailler chez les fouriéristes : du travail « attrayant » à la participation aux bénéfices », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 22 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3709

Haut de page

Auteur

Bernard Desmars

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lorraine (Metz)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page