Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’internationalisation de la question sociale au cours du premier xixe siècle : de l’internationalisme des « utopistes » à l’Association internationale des travailleurs

Olivier Chaïbi
p. 25-44

Résumé

Les histoires récentes des pensées liées au socialisme au xixe siècle ont permis de revenir sur de nombreux postulats marxistes, notamment l’opposition entre socialismes scientifiques et socialismes utopistes. Plus globalement, le terme même de socialisme est réinterrogé par la relecture de ceux qui furent considérés comme ses fondateurs. En soulignant l’intérêt des apports historiographiques récents, cet article a pour objet de revenir sur quelques polémiques de l’histoire du socialisme (la place des femmes, le rapport à la colonisation), mais surtout de sortir des cadres nationaux pour ébaucher quelques cheminements intellectuels de la question sociale à travers l’Europe, voire le monde. À travers les parcours et les échanges de quelques penseurs qualifiés par Karl Marx d’utopistes (Owen, Saint-Simon, Fourier), on constate que ces pensées ont joué un rôle prépondérant dans la mise en place d’associations internationales de travailleurs. Et si elles visaient également la suppression des antagonismes de classes et la justice sociale, les moyens qu’elles proposaient pour y parvenir, par leur pacifisme, leur rejet de l’autoritarisme ou l’association des droits individuels aux droits sociaux, étaient souvent aux antipodes de la pensée marxiste.

Haut de page

Texte intégral

1Socialisme et internationalisme semblent aller de pair. L’année 1848 en serait une preuve. Alors que paraissait un appel à l’union des prolétaires de tous les pays, des idées socialistes se diffusaient parmi les révolutionnaires de toute l’Europe. La révolution de Février s’imposait comme une révolution sociale et la « Sainte Alliance des peuples » devait devenir une « Sainte Alliance des travailleurs ». Les répressions qui s’ensuivirent unirent davantage les proscrits, tandis que les exilés du « printemps des peuples européens » formèrent un vivier duquel émergea un socialisme international dont l’AIT était l’aboutissement logique.

2Si de nombreuses expériences prétendues socialistes au cours du xxe siècle ont prouvé que le socialisme n’est pas nécessairement internationaliste, des questions liées à l’internationalisation du socialisme au xixe siècle gardent de leur pertinence. La volonté de tirer des leçons des expériences de travailleurs confrontés à une première mondialisation du capitalisme libéral y est sans doute pour quelque chose. Mais la restitution de cette histoire suppose encore la déconstruction de nombreux mythes socialistes et une grande vigilance à l’égard de tout anachronisme.

3Contesté dès ses débuts, le « socialisme scientifique » est tout de même resté longtemps la doctrine dominante. Si l’historiographie récente y est défavorable, son approche moins globale rend sa déconstruction plus difficile. Aussi, pour des raisons que nous allons voir, il est souvent préférable de parler de « question(s) sociale(s) » que du socialisme pour la période étudiée, même si ce terme peut également être sujet à des ambiguïtés ou anachronismes.

4Bien loin d’être exhaustif et de prétendre ouvrir de larges perspectives, cet article propose modestement de montrer à travers quelques personnages ou événements le rôle de ceux qui ont été qualifiés de « socialistes utopistes » dans la gestation d’une association internationale des travailleurs. Si leur rôle est connu par ceux qui s’y sont intéressés, l’importance du marxisme a tendu à le minorer. Nous traiterons dans une première partie de thématiques liées à ce sujet, avant de les confronter, dans une seconde, à quelques courants du « socialisme utopique » qui ont activement contribué à l’internationalisation de la question sociale et voulu de ce fait y trouver des réponses.

Espace-temps de la question sociale

5Revenir sur l’appellation socialiste au cours du premier xixe siècle permettra de justifier son étude et surtout le choix de lui préférer la notion de question sociale. Nous verrons ensuite dans quel espace l’inscrivent des théoriciens « prétendus éloignés de tout lieu », avant de montrer les limites de la société qu’ils appréhendent.

Le socialisme, un inconnu si présent ou une revendication anachronique ?

  • 1 Mathieu Léonard, L’émancipation des travailleurs, une histoire de la Première Internationale, La Fa (...)
  • 2 Charles Rappoport, « Un peu d’histoire : origines, doctrines et méthodes socialistes », in Encyclop(...)

6Une histoire récente de la Première Internationale rappelle que lors du meeting fondateur le 28 septembre 1864 à Saint-Martin’s Hall, où étaient rassemblés des délégués de nombreux pays, « aucune allusion directe au « socialisme » n’est de fait prononcée durant la soirée »1. Déjà, le récit de ce moment fondateur de l’AIT par l’Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière, éditée un demi-siècle plus tard par des hommes qui se revendiquaient clairement socialistes, faisait surtout ressortir l’attachement à la liberté et aux droits des peuples qui ressortait de la déclaration des Français, devenus alors « travailleurs de France » : « Un seul peuple opprimé met en danger la liberté des autres peuples. Au nom de sa dignité, tout homme libre ou qui veut l’être doit son concours à ses frères opprimés »2.

  • 3 Ibid., p. 489.

7On trouve là une rhétorique plus proche des discours en faveur des révolutions libérales et nationales que des révolutions socialistes. Toutefois, la dimension anticapitaliste de la suite du récit permet à son auteur, Charles Rappoport, qui souligne avoir connu Engels, d’associer ce moment à l’histoire du socialisme : « Le capitalisme est international. Il ne connaît pas de frontières. Il parcourt et conquiert le globe. Le socialisme moderne a le même caractère international. La première tentative sérieuse d’organisation internationale du prolétariat européen, conséquence inévitable de l’évolution capitaliste, se réalise à l’occasion d’un phénomène d’ordre capitaliste et international : l’exposition universelle de 1864 »3.

  • 4 Ibid., p. 490.

8Les paroles de l’AIT de 1864 sont à nouveau citées : « Donc, ceignons nos reins, préparons-nous avec joie à la lutte. Il faut que le peuple fasse entendre sa voix dans toutes les grandes questions politiques et sociales, signifiant ainsi aux despotes que la fin de leur tyrannique tutelle est arrivée. Travailleurs de tous les pays, qui voulez être libres, à votre tour d’avoir des congrès. C’est le peuple qui revient enfin sur la scène, ayant conscience de sa force, et se dressant en face de la tyrannie dans l’ordre politique, en face du monopole, du privilège dans l’ordre économique »4.

  • 5 Luc, 12, 35-40 : « Que vos reins soient ceints et vos lampes allumées… »

9On voit bien dans cet extrait, qui commence par une allusion aux Évangiles5, la volonté de lier combat politique et combat économique et social, volonté que l’on retrouve dans le socialisme français. Mais pourquoi les fondateurs de la Première Internationale se refusent-ils à utiliser le terme de « socialisme », pourtant bien connu en Europe depuis 1848 ?

10Un premier élément de réponse serait la crainte qu’inspirait le socialisme. Charles Rappoport le souligne en évoquant la « terreur » que suscita la fondation de 1’AIT et la « légende » que l’on créa au sujet de ses adhérents et de son « trésor de guerre fabuleux ». Dès les années 1830 et l’apparition du mot « socialisme », cette appellation est un repoussoir. D’abord associés aux utopistes, les socialistes deviennent associés aux émeutiers de juin 1848, avant d’incarner la Commune. L’appellation évoque les moments sanglants de l’histoire de France, et a d’autant plus de mal à se développer à l’étranger. Même les proscrits de la Seconde République qui se sont réclamés du socialisme évitent d’afficher sous ce nom leurs convictions. De plus, le socialisme est divisé en tant d’écoles que ses chefs en récusent même l’appellation. Au lieu de revendiquer le socialisme, les théoriciens du social revendiquent « la Sociale ».

11Le Comité international permanent de 1855 en témoigne. Il doit beaucoup aux exilés à New Jersey qui publient en 1853 L’Homme, journal de la démocratie universelle et dont le mot d’ordre fut « Vive la République universelle, démocratique et sociale ». Étudié par Rémi Gossez dans « La proscription et les origines de l’Internationale », il émane du Comité central démocratique européen, fondé en 1850 par des exilés majoritairement républicains : Ledru-Rollin, Mazzini, le Polonais Daratz et l’Allemand Ruge. Il avait pour journal Le Proscrit, dont le principal rédacteur était Charles Delescluze, l’un des chefs de la Société fraternelle des démocrates socialistes français proscrits. Mais cette organisation se divisa, ce qui affecta le Comité central démocratique européen. On constate que les plus radicaux parmi eux rejoignirent la « Commune révolutionnaire » dont l’almanach L’Exilé revendique la « République universelle » mais pas le socialisme. Par ailleurs, si le terme pouvait inquiéter les modérés, notamment les chrétiens socialistes et les coopérateurs, il ne suscitait pas non plus l’adhésion des communistes à Londres.

  • 6 Rémi Gossez : « La proscription et les origines de l’Internationale. 1. Le « Comité international p (...)

12Seuls les proscrits de juin 1848 osent reprendre le flambeau du socialisme, comme en témoigne « La Fraternité universelle » liée à la Commune révolutionnaire de Londres. L’ouvrier ébéniste Adrien Delaire a rédigé un « Chant des casemates » dans lequel il affirme : « Et grâce au sang versé par nos blessures, le Socialisme éclaire l’univers. »6 Boichot confirme l’orientation socialiste de la « Commune révolutionnaire » en affirmant qu’elle essaya de constituer un Parti socialiste révolutionnaire.

13Mais de tels exemples de revendications socialistes des années 1850 aux années 1870 furent rares. La volonté de résoudre les problèmes sociaux ou la question sociale prime dans les discours. Il aura fallu attendre la fin du xixe siècle pour que l’appellation socialiste soit revendiquée. Quant à son internationalisation, elle ne découle pas non plus de source comme le laissaient sous-entendre les socialistes du xxe siècle.

La question de l’espace : jusqu’où s’étend l’internationalisme des socialistes ?

14De même que la temporalité du socialisme pose problème, sa spatialité n’est pas toujours évidente. Le socialisme se revendique internationaliste, or son universalisme est critiquable. Il semble justifié par l’histoire du xxe siècle et l’existence de partis socialistes dans pratiquement tous les pays. Mais de même que l’on ne saurait nier ses origines occidentales, force est de constater qu’il a pu se fondre parfois dans des traditions nationales ou civilisationnelles bien éloignées de l’Occident.

  • 7 La distance entre le socialisme européen et les expériences russes est notamment mise en valeur dan (...)
  • 8 Why is there no socialism in the United States ?, actes d’un colloque organisé par le Centre d’étud (...)
  • 9 Albert Fried, Socialism in America, from the Shakers to the Third International, New York, 1970.
  • 10 Carl J. Guarneri, The Utopian Alternative, Fourierism in nineteenth-Century America, Cornell Univer (...)
  • 11 Michel Cordillot, La Sociale en Amérique, dictionnaire biographique du mouvement social francophone (...)

15Si notre étude traite essentiellement d’Européens, on constate que les limites de l’européanisme sont visibles au sein du socialisme. La place du socialisme en Russie a toujours suscité des débats de ses premiers théoriciens jusqu’à l’implosion de l’URSS7. À l’opposé, l’existence du socialisme aux États-Unis a pu être minorée au point que certaines formulations provocatrices ont tendu à le nier : « Pourquoi n’y a-t-il pas de socialisme aux États-Unis ? » se sont demandé l’historien allemand Werner Sombart et l’historien américain Eric Foner à près d’un siècle d’intervalle8. Le développement du capitalisme libéral et de l’industrie qui justifierait l’apparition du socialisme se voit là confronté à un contre-exemple. L’importance parfois évoquée des richesses disponibles grâce à l’immensité du territoire qui aurait permis l’accès de tous à la propriété et limité les frustrations ne tient pas face à l’immensité d’autres territoires qui ont connu des expériences socialistes. Pourtant, les Amériques et en grande partie les États-Unis ont été des terres de développement du socialisme ou du moins des questions sociales, comme en témoignent les travaux d’Albert Fried9, de Carl J. Guarneri10 ou Michel Cordillot11.

  • 12 Parmi les principales histoires du socialisme concernées : L’histoire générale du socialisme sous l (...)

16Si une approche par pays a souvent été privilégiée dans les études globales sur le socialisme12, les études intellectuelles et les parcours individuels permettent de décloisonner les espaces nationaux. Afin d’évoquer quelques aspects de cette diffusion internationale des idées et théories sociales, nous allons évoquer des éléments idéologiques qui y contribuent et permettent de faire le lien entre des thématiques singulières et la prétention universaliste de l’internationalisme : la religion, le romantisme, le colonialisme et le féminisme.

La question de la religion et la culture chrétienne des théoriciens du social

17Le christianisme joue un rôle important dans la dimension universaliste de la question sociale. L’association du socialisme à la laïcité, à l’athéisme ou à l’anticléricalisme a conduit à faire du socialisme chrétien un oxymore ou une catégorie spécifique et particulière au sein du socialisme. Pourtant, les racines du socialisme sont majoritairement chrétiennes et ce sont des chrétiens qui mettent en valeur les questions sociales. Certes, l’Église catholique condamne le socialisme à partir du Syllabus. Force est encore de constater que la même année où l’AIT omet d’utiliser le terme, le pape l’utilise pour le condamner. Mais durant le premier xixe, entre la condamnation des excès de la Révolution et la crainte suscitée par les « quarante-huitards », une grande partie de l’Église partage sa vision des inégalités sociales avec celle des réformateurs sociaux.

  • 13 Religion saint-simonienne. Enseignement central, Paris, Everat, 1831, p. 5-6.

18Qu’ils s’en revendiquent comme Lamennais, Lacordaire, Buchez ou Leroux, ou les combattent comme Proudhon ou Marx, les réformateurs sociaux ont du mal à s’émanciper de la culture et des cadres religieux dans lesquels ils ont été élevés. L’association de la réforme sociale à une nouvelle Église ou religion était une évidence chez les saint-simoniens qui se voulaient les apôtres du nouveau christianisme légué par Henri de Saint-Simon. Jules Lechevalier, originaire de la Martinique et qui a étudié la philosophie en Allemagne avant de devenir un missionnaire de l’Église dirigée par les « pères suprêmes » Bazard et Enfantin, compare le Paris de 1830 à une nouvelle Rome : « depuis le xviiie siècle, Paris est devenue ce que Rome fut deux fois, et sous les Césars et sous les pontifes, la ville capitale du globe ». Et il insiste ensuite sur la dimension internationale du progrès dans l’histoire en clamant : « la vraie patrie de l’homme c’est l’Humanité »13.

19Dans l’esprit des présocialistes « quarante-huitards », le christianisme est le creuset qui doit permettre l’union des valeurs républicaines (liberté, égalité, fraternité) avec celles de leurs théories sociales : refus de la misère et des inégalités, souci de l’aumône aux pauvres par charité, qui deviendra solidarité, rejet des richesses qui peut aller jusqu’à la condamnation de l’usure et du prêt à intérêts. Si le contexte clérical de l’époque – l’Église gère alors encore un grand nombre d’écoles et d’institutions de charité au sein desquelles elle est témoin de la paupérisation des travailleurs – explique la diffusion des œuvres de Lamennais ou Lacordaire bien au-delà des frontières françaises, il importe de souligner combien les réformateurs sociaux veulent conserver un lien avec elle et imprègnent leurs discours ou leurs écrits de références chrétiennes.

  • 14 Christensen Torben, Origin and History of Christian Socialism, Aarhus, Universitetsforlaget, 1962.
  • 15 Gregory Claes, Citizens and saints, Politics and anti-politics in early British socialism, Cambridg (...)

20En Angleterre, après l’échec du chartisme en 1848, les christian socialists14 réunis autour de Frederic Denison Maurice, John Ludlow ou Charles Kingsley reprennent le flambeau du progrès social et se lient au mouvement coopératif issu de l’owenisme et auquel participe activement le « séculariste » George Jacob Holyoake. L’union entre les chrétiens et les laïcs est alors facilitée par des exilés qui peuvent laisser de côté leurs querelles de chapelles face aux nécessités de recomposer un mouvement pour le droit des peuples et des travailleurs. La dimension religieuse du socialisme est également mise en avant dans l’œuvre de Gregory Claeys intitulée « citoyens et saints » sur l’émergence d’une pensée politique liée à la critique sociale, principalement à travers l’owenisme. Mais en inscrivant le socialisme britannique dans la tradition du puritanisme ou du quakerisme, il montre l’évolution progressive du langage socialiste et la rupture induite par les socialistes étrangers, notamment les Français ou Karl Marx15.

L’« âme romantique » et les complexités d’un socialisme international

  • 16 Sarane Alexandrian, Le Socialisme romantique, Paris, Le Seuil, 1979.
  • 17 Paul Bénichou, Le Temps des prophètes : doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977.

21Le socialisme « quarante-huitard » a souvent été qualifié de romantique. En effet, le romantisme a bien contribué non seulement à mettre en valeur les problèmes sociaux à travers des œuvres littéraires, mais aussi à donner une dimension universelle à leur dénonciation. Le romantisme a pu servir d’étendard à toute la génération post-révolutionnaire méfiante à l’égard de l’individualisme et qui dans le contexte de paix maintenue par la Sainte-Alliance a dû trouver d’autres manières d’exprimer sa fougue qu’à travers la guerre. L’association du socialisme utopique au romantisme a surtout été mise en valeur dans les années 1970 par Sarane Alexandrian16 ou Paul Bénichou17. Si la dimension générationnelle et la rencontre des deux phénomènes sont évidentes, leurs liens le sont moins. Le romantisme d’un Chateaubriand, d’un Byron ou d’un Goethe ne semble pas mener au socialisme. Seules la sentimentalité religieuse et l’âme romantique pourraient faire le lien avec le premier socialisme. Le « mal du siècle » au tout début du xixe n’est pas l’usure dont est victime le paysan ou la misère urbaine à laquelle est confrontée la famille ouvrière. Il faut attendre une seconde génération de romantiques pour que l’union se fasse entre la dénonciation des maux de la société et l’expression d’un sentiment d’injustice tant individuel que collectif. Par sa spiritualité religieuse et son emphase littéraire, la critique sociale des romantiques prend une dimension universelle et influence le discours politique pré quarante-huitard. L’Europe littéraire témoigne de ce basculement. Ce journal hétéroclite, qui avait pour but de faire connaître les arts et lettres, notamment d’Allemagne, avec Heine, d’Espagne, avec Juan Floran ou de Russie avec Tolstoï, regroupait des littéraires comme Balzac, Eugène Sue ou Victor Hugo et des écrivains de la question sociale comme Jules Lechevalier, qui donna un contenu social à l’entreprise littéraire. À la même période, Byron avait appelé au combat pour la liberté de la Grèce, ouvrant ainsi une brèche au sein du système de Metternich. Le romantisme pouvait alors devenir le fer de lance d’une révolution politique et sociale internationale, et Lamartine, président provisoire de la IIe République, incarna cette figure avant que les préoccupations sociales ne reprennent le dessus sur les aspirations littéraires, et que le réalisme évince à gauche le romantisme.

Des limites de l’universalisme socialiste : de l’abolition de l’esclavage aux questions coloniales

  • 18 Michel Levallois, Ismaÿl Urbain (1812-1884) : une autre conquête de lAlgérie, Paris, Maisonneuve e (...)
  • 19 Christian Schnakenbourg, Histoire de lindustrie sucrière en Guadeloupe aux xixe et xxe s., tome I, (...)
  • 20 Anti-Slavery Reporter, March 1st, 1853.

22Si le socialisme s’est d’abord diffusé en Europe, ses racines intellectuelles sont dès les origines mondialisées. Plusieurs des pionniers de la question sociale ont des carrières transocéaniques et ont été confrontés à la question de l’esclavage. Question politique et morale au xviiie, elle devient davantage économique et sociale au xixe, et toutes ces dimensions interviennent lors de ses abolitions, abolitions proclamées dans des contextes de révolutions politiques et sociales au niveau international : 1794 et 1848. Si la République est alors représentée de manière allégorique comme une déesse apportant à des êtres soumis la libération, l’émancipation des esclaves peut être considérée comme l’œuvre des esclaves eux-mêmes, tant les nombreuses rébellions et le marronnage ont contribué à affaiblir le modèle et le rendre trop coûteux à préserver. La théorie marxiste basée sur l’exploitation des moyens de production fait de l’esclavage un modèle économique et social de production, comme le servage ou le salariat qui lui ont succédé en Occident. Si Marx est éloigné de l’esclavage, l’activité économique de son temps y est encore liée. L’abolition dans les colonies anglaises se fait entre 1833 et 1838 et l’expérience est suivie avec attention par de nombreux théoriciens du social. Parmi eux, Ismayl Urbain18, un affranchi de Guyane converti au saint-simonisme. L’abolitionnisme est un combat qui unit à la fois des libéraux attachés au travail libre et des premiers socialistes soucieux de mettre fin à un système qui tend à maintenir l’oppression chez les travailleurs. Elle peut aussi servir des intérêts économiques et sociaux, comme ceux de l’industrie du sucre de betterave, qui espère se débarrasser de la concurrence du sucre de canne19. En Angleterre, dans les années 1850, ce sont des socialistes chrétiens proches du milieu coopératif qui proposent de faire du « commerce équitable » en refusant d’acheter des produits issus de l’esclavage20.

  • 21 Jules Lechevalier, Réorganisation des colonies à esclaves, Paris, Firmin-Didot, 1845.
  • 22 Jean-François Crétinon et François-Marie Lacour, Allons en Icarie : deux ouvriers viennois aux État (...)
  • 23 Pierre Mercklé, « Le Phalanstère » , charlesfourier.fr, rubrique « Découvrir Fourier », mars 2006, (...)

23Toutefois, l’abolition de l’esclavage suscite également des inquiétudes chez les réformateurs sociaux. Libérer l’esclave pour en faire un salarié agricole ou un prolétaire n’est pas perçu comme un progrès. Ainsi, des projets de colonisation avec l’ancienne main-d’œuvre servile sont ébauchés21. Les colonies sont en effet des terrains d’expérimentations sociales pour les théoriciens qualifiés d’utopistes. L’Amérique continue d’être le « Nouveau Monde » pour les militants européens en quête d’une nouvelle société. Owen tente un projet à New Harmony dans l’Indiana en 1826. Les cabétistes font des États-Unis leur Icarie22. Les fouriéristes sont sans doute ceux qui ont le plus créé de communautés liées aux théories sociales sur l’organisation du travail au xixe à travers le monde : des projets de phalanstère ou inspirés par ce modèle furent développés au Brésil, en Algérie ou aux États-Unis23.

  • 24 Michel Levallois et Sarga Moussa (dir.), L’orientalisme des saint-simoniens, Paris, 2006.
  • 25 Jean-Louis Marçot, Comment est née l’Algérie française (1830-1850) La belle utopie, Paris, La Diffé (...)

24Dès le projet originel, le phalanstère était conçu comme un projet de colonie, au sens de mise en culture de terres inexploitées. Toutefois, on ne peut occulter le lien entre cet aspect et la dimension colonialiste du premier socialisme. Un colloque récent sur l’orientalisme des saint-simoniens a révélé à quel point le système de la Méditerranée de Michel Chevalier, et plus globalement les théories sur l’Orient des saint-simoniens témoignaient d’une vision supérieure des Européens sur les autres peuples, vision à laquelle les théoriciens du social n’échappent pas24. Pour Jean-Louis Marçot, les premiers socialistes, revendiqués ou ainsi appelés, constituent même l’avant-garde d’une « belle utopie » : la colonisation de l’Algérie25. À l’exception notable d’Auguste Comte, saint-simoniens, fouriéristes, mais aussi Cabet, Leroux, Buchez, etc., cherchaient dans les colonies le moyen de réaliser les projets qui ne pouvaient aboutir en métropole. Évidemment, ils n’en appelaient pas à la violence à l’égard des colonisés. Mais aujourd’hui les affrontements coloniaux semblaient inévitables à l’image de ceux qui opposèrent aux Kanaks les déportés de la Commune en Nouvelle-Calédonie, à l’exception de Louise Michel. L’internationalisme au xixe ne resta accessible qu’à ceux qui avaient le sentiment d’appartenir à une nation, tout comme il fut souvent fermé à une moitié de l’humanité, qui pourtant y contribua.

Le socialisme, c’est quel genre de mouvement ? Le rôle des femmes dans l’internationalisation des questions sociales.

25La figure exceptionnelle de Louise Michel témoigne des difficultés qu’ont connues les femmes dans les questions sociales au xixe. Moins susceptibles de migrer que les hommes, elles n’en sont pas moins coupées des relations internationales. Flora Tristan incarne sans doute le mieux la figure de la « femme socialiste et ouvrière féministe » au parcours international. Née en 1803 d’un père aristocrate péruvien et d’une mère française, sa famille émigre en Espagne où la mort de son père la laisse sans héritage. Ouvrière à Paris, elle est contrainte de se marier jeune et subit les violences de son mari, duquel elle se sépare. Elle part alors voyager au Pérou, puis en Angleterre. Elle rédige ensuite ses Pérégrinations d’une paria en 1837 et ses Promenades dans Londres en 1840, dans lesquelles elle dépeint les dangers d’une société industrielle fondée sur le libéralisme. En 1835, elle a écrit un ouvrage intitulé Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères, un projet d’association de prise en charge des femmes seules. Elle se rapproche alors de Fourier tout en restant en lien avec les saint-simoniens qu’elle fréquente depuis les Trois Glorieuses. En 1837, elle soutient Owen dans ses conférences parisiennes. En 1843, elle publie l’Union ouvrière, un véritable manifeste dans lequel elle appelle à « l’Union universelle des ouvriers et des ouvrières. » Elle décède l’année suivante au cours d’un tour de France où elle milite pour le développement d’associations ouvrières. Son œuvre a rapidement un écho à l’étranger et est traduite en anglais, en allemand ou en espagnol.

26Si Flora Tristan contribue à l’internationalisation des questions sociales, son œuvre témoigne également de la difficulté qu’ont les premiers socialistes à la suivre et à soutenir son combat pour les femmes. Victor Considerant, Charles Fourier et Prosper Enfantin sont plusieurs fois interpellés par elle. Même George Sand reste méfiante à son égard. Flora Tristan rappelle la division des premières écoles socialistes sur la question de la femme, qui joua un rôle prépondérant dans la division du mouvement saint-simonien, au sein duquel Enfantin voulut faire la promotion de la femme… par un appel à la mère, qu’il espérait trouver en Orient ! Force est de constater que les courants les plus favorables à l’émancipation des femmes étaient également contrôlés par des hommes. Toutefois, à l’image de Flora Tristan qui lisait Mary Woolencraft, les mouvements féministes se développeront également par leur internationalisation.

La carrière internationale des pionniers de la question sociale

27La proximité évoquée de Flora Tristan avec les saint-simoniens, Owen ou les fouriéristes rappelle l’importance de ces théoriciens dans l’émergence de la question sociale. Avant de montrer leur rôle, rappelons les éléments qui permettent de les rattacher au socialisme.

28Michel Winock fait ainsi ressortir cinq éléments desquels le socialisme procède : un imaginaire utopique ; une philosophie de l’histoire ; une base « scientifique » : la critique de l’économie politique ; une base politique : l’aspiration démocratique ; une base sociale : la formation d’un prolétariat issu de la révolution industrielle. Ces cinq éléments sont constitutifs de la formulation contemporaine de la question sociale. Ils sont en lien avec les événements majeurs qui marquent une rupture dans l’histoire des sociétés humaines à partir du xixe siècle : la rencontre entre le développement de l’industrie, la constitution des nations et les revendications de souveraineté populaire, en même temps que s’intensifient les échanges internationaux et les revendications individuelles.

  • 26 Écho de la Fabrique de 1841, 15/10/1842.

29Si les révoltes des canuts lyonnais ont pu être inscrites dans cette histoire du socialisme international, c’est parce qu’elles répondent à ces critères, comme en témoigne cet extrait de L’écho de la Fabrique, journal rédigé par des ouvriers lyonnais : « La nombreuse classe des travailleurs a besoin d’organismes spéciaux ; la raison, c’est qu’au sein de la société actuelle, il y a entre cette classe et celles qui se prétendent supérieures, lutte morale et lutte d’intérêts matériels. »26 Les journaux de la Croix-Rousse proches des canuts lyonnais témoignent d’un internationalisme émergent du début des années 1830 à la fin des années 1840. Des correspondances sont organisées avec l’étranger. Et si les intérêts des travailleurs lyonnais, plus particulièrement ceux de la soie, sont défendus, l’antagonisme de classe est perçu au niveau international. Les révolutions industrielles et politiques, sur lesquelles est venue se greffer la question sociale, témoignent de nombreuses divisions, d’où la recherche constante de l’unité chez les théoriciens du social. Cette recherche d’unité, chère à Leroux et à un grand nombre de Montagnards de 1848, peut prendre des formes religieuses, comme chez Lamennais et Buchez, ou des formes systémiques. La dialectique marxiste, les antinomies de Proudhon ou encore le positivisme historique d’Auguste Comte ont pour but de dépasser les antagonismes sociaux. La dimension romantique de cette période révèle également le tourment individuel de ces oppositions que l’histoire retient essentiellement dans sa dimension collective. Saint-Simon, Fourier, Owen et Proudhon sont parmi les premiers à poser la question sociale en ces termes et à lui donner une dimension internationale.

De la carrière internationale de Saint-Simon à l’internationalisme des saint-simoniens

30Les Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains parues en 1803 donnent d’emblée une dimension internationale à la pensée d’un auteur qui a eu une influence considérable sur le premier xixe. Rédigées depuis la Suisse, elles appellent à réaliser une souscription devant la tombe de Newton à Londres pour soutenir les sciences. Saint-Simon se place alors dans l’héritage de la Renaissance, son correspondant faisant d’ailleurs référence aux académies françaises, anglaises ou italiennes qu’il juge devenues trop sclérosées. Mais son projet a pour but de mettre à profit les richesses des propriétaires à disposition des savants, artistes et autres inventeurs qui agissent dans l’intérêt général. Il s’adresse alors aux propriétaires de tous les pays d’Europe qu’il désigne clairement comme une classe menacée par les mouvements populaires.

31Si les Lumières et les révolutions du xviiie ont contribué à l’internationalisation des théories scientifiques et politiques, la proposition de Saint-Simon a également une dimension économique et sociale et évoque « les classes de la société » dans un cadre international.

  • 27 Claude-Henri de Saint-Simon, « Lettres d’un habitant de Genève », in Œuvres, tome I, Genève, Slatki (...)

32Certes, l’internationalisme de Saint-Simon est « européanocentré ». Il songe à une humanité unie autour d’un culte à Newton et dominée par quatre divisions : l’Angleterre, la France, l’Allemagne et l’Italie. Mais « TOUS LES HOMMES TRAVAILLERONT »27. Une prophétie que Paul Lafargue à la fin du siècle aurait considérée comme une malédiction. Mais chez Saint-Simon, il s’agit avant tout de combattre l’oisiveté, c’est-à-dire ceux qui ne produisent pas. Saint-Simon oppose dans un cadre plus large que celui d’un seul État ceux qui ne disposent que de leur force de travail pour produire et les propriétaires qui n’ont pas besoin de travailler pour vivre et peuvent jouir de la production des autres. Une distinction promise à un grand avenir et que Proudhon et Marx reprendront sans en assumer totalement l’héritage.

33L’internationalisme du saint-simonisme est en germe dans la vie même de son « prophète ». Dans sa Vie de Saint-Simon écrite par lui-même, au sein de laquelle il revendique avoir fait tous ses efforts « pour connaître, le plus exactement […] possible, les mœurs et les opinions des différentes classes de la société », l’itinéraire de Saint-Simon s’inscrit d’emblée dans cet espace transatlantique développé au cours de cette première phase de la mondialisation dont les Lumières témoignent de l’internationalisation des idées. Sa carrière le mena en Amérique, au Mexique, en Hollande, en Espagne, en Angleterre, en Suisse et en Allemagne.

  • 28 Raymond Aron, L’Opium des intellectuels, 1955.

34Le procès de 1820 offre une tribune aux théories de Saint-Simon et dans les années qui suivent Olinde Rodrigues et Auguste Comte s’en rapprochent. Ces derniers recueillent en 1824 les derniers feuillets du Catéchisme des industriels et contribuent à la diffusion de la pensée saint-simonienne. Les œuvres de Saint-Simon ont connu une postérité fascinante. La transformation d’une pensée en une doctrine, qui devint même une Église avec son culte, est un phénomène en soit rare. Elle peut annoncer « l’ère des tyrannies » mise en relief par Élie Halévy ou expliquer la comparaison chez certains du socialisme, et plus particulièrement du marxisme avec les religions28. Si cette dimension globalisante d’un certain nombre de pensées sociales du xixe peut être mise en lien avec l’internationalisation des questions sociales, nous nous contenterons d’évoquer la dimension internationale du mouvement saint-simonien qui se développa de la fin des années 1820 aux années 1860.

  • 29 The earlier letters of John Stuart Mill, 1812-1848, edited by F.E. Mineka, University of Toronto Pr (...)

35La diffusion du saint-simonisme doit beaucoup à la personnalité d’Enfantin, au point même qu’il conviendrait parfois mieux de parler d’« enfantinisme » que de saint-simonisme. Barthélémy Prosper Enfantin fait partie du groupe qui recueille l’héritage spirituel de Saint-Simon. Il a lui aussi voyagé à l’étranger : en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suisse et en Russie. Comme lui, un grand nombre de saint-simoniens sont issus de la bourgeoisie cosmopolite et initiés au voyage par le métier des armes ou du commerce. Au début des années 1830, les saint-simoniens cherchent à tirer profit de leurs réseaux pour exporter leur doctrine. Des numéros du Producteur, le journal de la doctrine saint-simonienne, sont envoyés à des universités allemandes où ont étudié Lerminier, Gustave d’Eichthal ou Jules Lechevalier, profondément fasciné par la philosophie de Hegel, au point de vouloir la diffuser au sein du mouvement. Des missions saint-simoniennes sont entreprises en 1831 et 1832 vers la Belgique, l’Allemagne et l’Angleterre, où Gustave d’Eichthal est en lien avec John Stuart Mill qui suit de près l’émergence d’une science sociale en France29.

  • 30 Jean-Marc Olivier : « Les influences saint-simoniennes en Norvège au xixe siècle. Volontarisme et e (...)

36Mais l’internationalisme saint-simonien ne se limite pas à l’Europe, où la diffusion des idées reste assez restreinte, même si l’on peut en trouver quelques influences jusqu’en Norvège30 ou en Russie. Après 1833, une partie du mouvement part dans une quête mystique vers l’Orient, un tournant qui put néanmoins justifier la colonisation.

  • 31 Jeanne Désirée Gay (née Véret) qui a été saint-simonienne et membre de l’AIT constitue une rare exc (...)

37Au moment de la formation de la Première Internationale, les saint-simoniens sont pour la plupart éloignés de l’événement31. Mais la contribution saint-simonienne à l’internationalisation des questions sociales reste un fait majeur et deux éléments symboliques au moins le rappellent : l’allusion à « l’oisif » dans l’Internationale d’Eugène Pottier et le monument aux combattants de la liberté, appelé aussi « Obélisque aux penseurs révolutionnaires », situé dans le jardin d’Alexandre au pied du Kremlin, sur lequel figurent gravés, entre autres, les noms de Saint-Simon, Fourier, Proudhon et Bakounine, en dessous bien évidemment de Marx et Engels…

De l’harmonie universelle des fouriéristes à l’internationalisation du phalanstère

38À la suite de la division du mouvement saint-simonien, plusieurs anciens membres ont rejoint Fourier autour de son projet du phalanstère. Si le but était alors de créer une colonie agricole et industrielle dans une campagne française pour la mettre en exploitation, le projet du phalanstère a essaimé dans de nombreux pays, conformément au souhait de son père fondateur, qui espérait voir l’expérience faire tâche d’huile.

  • 32 The earlier letters of John Stuart Mill, Lettre à T. Carlyle, India House, 27 décembre 1832.

39La carrière de Charles Fourier a été moins internationale que celle de Saint-Simon et dans les années 1830, les fouriéristes étaient moins tournés vers l’étranger que les saint-simoniens. Cela ne les empêcha pas pour autant d’essayer d’y faire connaître leurs théories. Fourier s’était déjà tourné dès 1824 vers Robert Owen pour lui soumettre sans succès son plan de phalanstère. Par ailleurs, les conceptions fouriéristes s’inscrivent dans une cosmogonie universelle qui inclut bien évidemment l’intégralité du globe dans sa pensée. Mais au-delà de cet aspect, la diffusion du fouriérisme reste avant 1832 très limitée. L’arrivée de saint-simoniens, plus expérimentés dans la diffusion et la communication, et qui se révèlent en cela des pionniers dans la construction des réseaux d’idées, a été déterminante pour inscrire les théories sociétaires dans un cadre international. Préoccupé par les questions sociales en France, John Stuart Mill découvre l’existence de Charles Fourier, « un homme qui a écrit pendant des années de larges et obscurs livres pour chercher comment sauver le monde », auquel il n’accorde toutefois qu’un crédit modéré32.

  • 33 Albert Brisbane, Letters to K.A. Varnhagen von Ense, Heidelberg, Carl Winter, 1986. Lettre de Paris (...)

40D’autres fouriéristes contribuèrent à diffuser sa pensée à l’étranger bien avant que ne partent des communautés tenter la création de phalanstère. En Allemagne, Gans fut mis au courant des évolutions du saint-simonisme et du fouriérisme par Brisbane33 ; tandis que Lechevalier envoya à Heinrich Heine, au printemps 1833, une brochure rédigée par Abel Transon et son exposition du système de Charles Fourier. Albert Brisbane contribua activement à l’internationalisation de la question sociale et à son élargissement outre-Atlantique. Cet Américain qui a étudié la philosophie en Allemagne se rapprocha des fouriéristes et développa la théorie sociétaire aux États-Unis. En 1849, il était à Paris et participait également à la Banque du peuple auprès de proudhoniens.

Robert Owen ou une internationalisation centrée sur l’Angleterre

  • 34 Serge Dupuis, Robert Owen, Socialiste utopique 1771-1858, Paris, CNRS, 1991, p. 87-88.
  • 35 Charles Fourier, Pièges et charlatanisme des deux sectes : Saint-Simon et Owen, 1831.
  • 36 « Les relations entre socialistes de France et d’Angleterre au début du xixe siècle » par J. Gans i (...)

41Le prestige dont jouissait Robert Owen chez les théoriciens sociaux est prouvé par l’intérêt que les saint-simoniens ou les fouriéristes ont pu lui porter. Il témoigne également de l’avance que pouvait avoir la Grande-Bretagne dans les questions sociales. L’influence saint-simonienne ou fouriériste sur Owen fut faible34 et la jalousie que l’on peut ressentir à son égard chez Enfantin ou Fourier en témoigna35. Les travaux de J. Gans36 ou de R. Pankhurst témoignent encore au début des années 1830 de la faiblesse des liens entre socialistes de France et d’Angleterre au début du xixe, même si ceux-ci jetèrent les bases intellectuelles d’une future association internationale des travailleurs.

  • 37 Robert Owen, Société fraternelle centrale, 7e et 8e discours du citoyen Cabet sur les élections. Di (...)

42Plus sensible est l’influence d’Owen sur Cabet, en exil de 1834 à 1839 en Angleterre, où il lit More, Fourier, Saint-Simon et s’entretient avec Owen fréquemment. En avril 1848, Owen se rendit en France auprès des membres de la Société fraternelle centrale. Cabet lui dit au sujet de ses doctrines : « Le système socialiste se rapproche tellement du nôtre qu’on pourrait dire qu’il se confond avec lui : son principe fondamental, c’est la fraternité, comme chez nous. »37

43Owen incarne en effet la volonté de l’association de toutes les classes de toutes les nations. En rupture avec les luttes sociales et ouvrières du chartisme, il écrit en 1835 le Book of the New Moral World, dans lequel il souligne la division de la société entre producteur et non producteur, condamne la propriété privée et manifeste sa volonté d’ériger un système rationnel de société. La diffusion de ses idées à l’étranger passe par ses voyages, notamment en 1837-1838 à Paris, Vienne, ou Berlin. Le 1er mai 1835, il participe à la fondation de l’Association de toutes les classes de toutes les nations qui succède à l’Association britannique étrangère et unifiée de l’industrie, de l’humanité et de la connaissance. Le but est clairement de mettre en place le système social préconisé par Owen, un système qui accorde un grand rôle à l’éducation, aux associations de travailleurs et aux coopératives. Nombreux seront les premiers internationalistes inspirés par Owen, surtout chez les Anglo-Saxons. Mais à côté de l’influence britannique, le principal bras de fer entre les internationalistes semble avoir été davantage entre les Français et les Allemands ou plutôt entre Marx et Proudhon.

De la « Sainte-Alliance intellectuelle » franco-germanique aux divergences internationalistes : Proudhon et Marx

  • 38 Correspondance Marx-Ruge, in Deutsch-Französische Jahrbücher, Paris, février 1844, dixit Pierre Hau (...)

44Une étape jugée importante a posteriori dans la formation d’une association internationale des travailleurs fut le projet de « Sainte-Alliance intellectuelle » franco-germanique. Elle fut moins importante par sa portée que par la notoriété de ses principaux protagonistes : Karl Marx, Pierre-Joseph Proudhon, Karl Grün et Michel Bakounine. Dès 1843, Feuerbach, Arnold Ruge, Marx et Bakounine avaient un projet d’Annales franco-allemandes destinées à opérer « la synthèse de la philosophie française et de la philosophie allemande »38. Il ne parut qu’un numéro double en février 1844, composé essentiellement par des Allemands de la Jeune Gauche hégélienne. Mais les jeunes philosophes allemands avaient découvert dans les années précédentes les premiers écrits de Leroux, Considerant, Louis Blanc et Proudhon avec lesquels ils souhaitaient nouer des liens. Marx comparait d’ailleurs ce dernier à Wilhelm Weitling, un personnage central dans la diffusion du communisme en Europe. Influencé par Hess, Baboeuf et Buonarotti, il est en exil à Paris en 1836 où il fonde la Ligue des justes, une société formée pour l’essentiel d’ouvriers, qui se rapprochera de la Société des saisons d’Auguste Blanqui et d’Armand Barbès. À la suite d’une insurrection échouée en 1839, plusieurs de ses membres doivent s’exiler, notamment pour la Suisse ou l’Angleterre, où la Ligue installe son bureau central à Londres, et où elle devient en 1847 la Ligue des communistes sous l’influence de Marx et Engels, qu’il avait contribué à « convertir » au communisme.

  • 39 Karl Grün, Die soziale Bewegung in Belgien und Frankreich, Darmstadt, 1845, p. 410, dixit Pierre Ha (...)

45L’intérêt des Allemands pour les Français, et plus particulièrement pour les Franc-Comtois est manifesté par Karl Grün ainsi en 1845 : « Je ferai plaisir aux antinationalistes allemands en leur parlant de ce natif des hauts plateaux et j’attirerai leur attention sur ce thème, que Fourier, Considerant, Muiron, Proudhon, Jean-Jacques Rousseau, tirent tous leur origine des contreforts du Jura. Ils ont tous des têtes carrées, des caractères entiers. »39 Si cette citation est révélatrice de la diffusion d’un sentiment international chez les théoriciens du social, elle témoigne également des querelles de personnalités et de doctrines en germe.

  • 40 Lettre du 17 mai 1846, Correspondance de Proudhon, Paris, Lacroix, 1875.

46Bien que Proudhon n’entende rien aux langues étrangères, ses premières œuvres étaient connues des Allemands, mais aussi des Russes Herzen et Bakounine. Son brûlot contre la propriété et ses charges contre la religion en firent une figure de proue du socialisme. Marx parvint à rencontrer le Franc-Comtois en 1844 et il l’entretint longuement de la pensée hégélienne, tout en prenant sa défense dans la Sainte-Famille. Les influences réciproques entre les deux figures majeures du socialisme portent essentiellement sur la critique de la propriété privée et aboutiront à la critique de la plus-value, la dénonciation de l’extorsion de la force collective ou encore la capacité du capital à produire des intérêts au détriment des travailleurs. Des idées présentes sous la plume d’autres auteurs socialistes, mais popularisées avec plus de force par Marx et Proudhon. Mais les moyens de parvenir à l’émancipation des travailleurs divergent chez les deux auteurs. Au matérialisme historique de Marx s’oppose le système des antinomies de Proudhon. Si le Français est souvent plus virulent à l’égard de la religion que l’Allemand, il ne croit pas en la nécessité de sa disparition : « Cherchons ensemble, si vous voulez, les lois de la société, le mode dont ces lois se réalisent, le progrès suivant lequel nous parvenons à les découvrir ; mais pour Dieu ! Après avoir démoli tous les dogmatismes a priori, ne songeons point à notre tour à endoctriner le peuple ; ne tombons pas dans la contradiction de votre compatriote Martin Luther, qui, après avoir renversé la théologie catholique, se mit aussitôt, à grand renfort d’excommunications et d’anathèmes, à fonder une théologie protestante. »40

  • 41 Lettre d’Engels au Comité de Bruxelles, septembre 1846, dixit Pierre Haubtman, op. cit., p. 504.

47Aussi, dès 1846, Proudhon commence à ébaucher les premières lignes du mutualisme quand Engels les réfute en s’appuyant sur les difficultés des premières coopératives anglaises41. L’année suivante, la Misère de la philosophie rend publique l’opposition entre Marx et Proudhon, opposition qui sera lourde de conséquences au sein du mouvement international des travailleurs…

48Au sujet de l’émancipation des travailleurs, le préambule des statuts de l’AIT de 1864, rédigé en partie par Marx lui-même, rappelle « que tous les efforts tendant à ce but ont jusqu’ici échoué, faute de solidarité entre les travailleurs des différentes professions dans le même pays et d’une union fraternelle entre les classes ouvrières des divers pays ». En effet, les divisions internes au mouvement social l’ont sans doute autant affaibli que les vagues de réactions. Mais s’il est difficile de parler d’un véritable mouvement international, encore moins universel, les théoriciens du social ont au moins contribué à l’émergence d’un mouvement européen qui dépasse les considérations nationales d’avant 1848. Si, dès le début du xixe, Saint-Simon aurait pu écrire que l’émancipation du travail n’est « un problème ni local ni national, mais social » et de ce fait « embrasse tous les pays dans lesquels existe la société moderne », s’il aurait pu également appeler au « concours théorique et pratique des pays les plus avancés », il ne pouvait anticiper que « l’émancipation de la classe ouvrière [deviendrait] l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ».

49Bien sûr, l’internationalisation de la question sociale n’a pas conduit uniquement à la volonté de chercher sa réponse par le bas. La présence des délégués français à Londres en 1864 a été possible en partie grâce à Napoléon III, influencé également par le saint-simonisme. La longue mise en place des « États providence » et des systèmes de sécurité sociale dans des cadres nationaux émanent également d’échanges et d’influences internationales. Si cette étude s’est davantage intéressée aux « socialismes utopiques », elle doit rappeler que la question sociale a également été portée internationalement par les différents courants de l’économie sociale, tant ceux proches des socialismes que ceux plus proches du paternalisme ou des christianismes sociaux. Et là encore, les frontières idéologiques sont parfois encore plus floues que les frontières territoriales.

  • 42 Citée par Michèle Riot-Sarcey, Le réel de lutopie. Essai sur le politique au xixe siècle, Paris, A (...)

50Enfin, si l’on trouve parfois des tendances à une prétention universelle dans le traitement de la question sociale par les réformateurs sociaux, l’AIT résulte de l’existence d’une classe ouvrière opprimée qui aspire à s’affranchir. Elle suppose donc une homogénéité des travailleurs, ou au moins une union suffisante d’intérêts, quelle que soit leur nation. C’est sans doute en cela que réside l’utopie, utopie facile à dénoncer au regard des histoires nationales du xxe siècle. Mais comme l’écrivait à Victor Considerant l’ancienne saint-simonienne et fouriériste devenue membre de l’AIT, Désirée Gay : « L’utopie est aussi vieille que le monde organisé. Elle est l’avant-garde des nouvelles sociétés et elle fera la société, l’harmonie, quand le génie des hommes en fera une réalité par des démonstrations savantes qui la dégageront des obscurités et des impossibilités temporaires. »42

Haut de page

Notes

1 Mathieu Léonard, L’émancipation des travailleurs, une histoire de la Première Internationale, La Fabrique éditions, Paris, 2011, p. 31.

2 Charles Rappoport, « Un peu d’histoire : origines, doctrines et méthodes socialistes », in Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière, publiée sous la direction de Compère-Morel à Paris chez Aristide Quillet, 1912, p. 490.

3 Ibid., p. 489.

4 Ibid., p. 490.

5 Luc, 12, 35-40 : « Que vos reins soient ceints et vos lampes allumées… »

6 Rémi Gossez : « La proscription et les origines de l’Internationale. 1. Le « Comité international permanent » », réédition de l’article paru dans 1848 Revue des révolutions contemporaines, n° 189, décembre 1951, p. 97-115 in Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 22, 2001, p. 3.

7 La distance entre le socialisme européen et les expériences russes est notamment mise en valeur dans l’ouvrage de Bruno Naarden, Socialist Europe and Revolutionary Russia, perception and prejudice, 1848-1923, Cambridge, 1992.

8 Why is there no socialism in the United States ?, actes d’un colloque organisé par le Centre d’études nord-américaines de l’EHESS en 1983, publié par Jean Heffer et Jeanine Rovet, Paris, 1988.

9 Albert Fried, Socialism in America, from the Shakers to the Third International, New York, 1970.

10 Carl J. Guarneri, The Utopian Alternative, Fourierism in nineteenth-Century America, Cornell University Press, 1991.

11 Michel Cordillot, La Sociale en Amérique, dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis, 1848-1922, Paris, 2002.

12 Parmi les principales histoires du socialisme concernées : L’histoire générale du socialisme sous la direction de Jacques Droz ; Michel Winock, Le socialisme en France et en Europe, XIXeXXe, Paris, Seuil, 1992 ; ou plus ancien mais publié récemment : Élie Halévy, Histoire du socialisme européen.

13 Religion saint-simonienne. Enseignement central, Paris, Everat, 1831, p. 5-6.

14 Christensen Torben, Origin and History of Christian Socialism, Aarhus, Universitetsforlaget, 1962.

15 Gregory Claes, Citizens and saints, Politics and anti-politics in early British socialism, Cambridge University Press, 1989.

16 Sarane Alexandrian, Le Socialisme romantique, Paris, Le Seuil, 1979.

17 Paul Bénichou, Le Temps des prophètes : doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977.

18 Michel Levallois, Ismaÿl Urbain (1812-1884) : une autre conquête de lAlgérie, Paris, Maisonneuve et Larose, 2001.

19 Christian Schnakenbourg, Histoire de lindustrie sucrière en Guadeloupe aux xixe et xxe s., tome I, La crise du système esclavagiste (1835-1847), Paris, L’Harmattan, 1980.

20 Anti-Slavery Reporter, March 1st, 1853.

21 Jules Lechevalier, Réorganisation des colonies à esclaves, Paris, Firmin-Didot, 1845.

22 Jean-François Crétinon et François-Marie Lacour, Allons en Icarie : deux ouvriers viennois aux États-Unis en 1855, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1980. Claude Francis et Fernande Gontier, Partons pour Icarie : des Français en Utopie, une société idéale aux États-Unis en 1849, Paris, Perrin, 1983.

23 Pierre Mercklé, « Le Phalanstère » , charlesfourier.fr, rubrique « Découvrir Fourier », mars 2006, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article328

24 Michel Levallois et Sarga Moussa (dir.), L’orientalisme des saint-simoniens, Paris, 2006.

25 Jean-Louis Marçot, Comment est née l’Algérie française (1830-1850) La belle utopie, Paris, La Différence, 2012.

26 Écho de la Fabrique de 1841, 15/10/1842.

27 Claude-Henri de Saint-Simon, « Lettres d’un habitant de Genève », in Œuvres, tome I, Genève, Slatkine, 1977, p. 55.

28 Raymond Aron, L’Opium des intellectuels, 1955.

29 The earlier letters of John Stuart Mill, 1812-1848, edited by F.E. Mineka, University of Toronto Press, 1963.

30 Jean-Marc Olivier : « Les influences saint-simoniennes en Norvège au xixe siècle. Volontarisme et essor du socialisme. » in Le Mouvement saint-simonien, op. cit., p. 76.

31 Jeanne Désirée Gay (née Véret) qui a été saint-simonienne et membre de l’AIT constitue une rare exception.

32 The earlier letters of John Stuart Mill, Lettre à T. Carlyle, India House, 27 décembre 1832.

33 Albert Brisbane, Letters to K.A. Varnhagen von Ense, Heidelberg, Carl Winter, 1986. Lettre de Paris, 12 septembre 1833.

34 Serge Dupuis, Robert Owen, Socialiste utopique 1771-1858, Paris, CNRS, 1991, p. 87-88.

35 Charles Fourier, Pièges et charlatanisme des deux sectes : Saint-Simon et Owen, 1831.

36 « Les relations entre socialistes de France et d’Angleterre au début du xixe siècle » par J. Gans in Le Mouvement social, n° 46.

37 Robert Owen, Société fraternelle centrale, 7e et 8e discours du citoyen Cabet sur les élections. Discours de Robert Owen, Paris, Bureau populaire, 1848.

38 Correspondance Marx-Ruge, in Deutsch-Französische Jahrbücher, Paris, février 1844, dixit Pierre Haubtman, Pierre-Joseph Proudhon, Paris, 1982, p. 441.

39 Karl Grün, Die soziale Bewegung in Belgien und Frankreich, Darmstadt, 1845, p. 410, dixit Pierre Haubtman, op. cit., p. 475.

40 Lettre du 17 mai 1846, Correspondance de Proudhon, Paris, Lacroix, 1875.

41 Lettre d’Engels au Comité de Bruxelles, septembre 1846, dixit Pierre Haubtman, op. cit., p. 504.

42 Citée par Michèle Riot-Sarcey, Le réel de lutopie. Essai sur le politique au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Chaïbi, « L’internationalisation de la question sociale au cours du premier xixe siècle : de l’internationalisme des « utopistes » à l’Association internationale des travailleurs », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 124 | 2014, 25-44.

Référence électronique

Olivier Chaïbi, « L’internationalisation de la question sociale au cours du premier xixe siècle : de l’internationalisme des « utopistes » à l’Association internationale des travailleurs », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3661

Haut de page

Auteur

Olivier Chaïbi

Enseignant, docteur en histoire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page