Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-10

Texte intégral

  • 1 Louis Reybaud, études sur les réformateurs ou socialistes modernes. La société et le socialisme, le (...)

1« Ces excursions dans le domaine de l’imagination peuvent être regardées soit comme une diversion innocente, soit comme un exercice utile à la pensée. » L’auteur, le prolixe Louis Reybaud, après avoir été indulgent pour ces exercices de la pensée, affirme en 1849 devenir plus sévère car désormais convaincu que ces « égarements troublent la marche régulière des idées, et sont une des causes de l’impuissance dans laquelle notre temps se débat. »1

2À la fois reconnaissance de l’efflorescence des pensées critiques des années 1830-1840 et de l’hostilité grandissante qu’elles suscitent, les propos de Louis Reybaud s’inscrivent dans une masse d’écrits qui deviennent de plus en plus acerbes au fur et à mesure que les mouvements sociaux prennent de l’ampleur au cours du siècle et assignent ces écrits critiques aux productions dangereuses de l’imagination.

3Nathalie Brémand, dans l’introduction qu’elle propose à ce dossier qu’elle a coordonné, montre combien la référence à l’imagination est une façon de déconsidérer ces critiques sociales au xixe siècle puis au xxe siècle. Discrédit lié aux dangers des projets d’égalité sociale pour tous les conservateurs, mais aussi à l’idée d’une déconnexion de ces projets avec les réalités sociales, telle que Engels et les marxistes de la fin du siècle l’ont mise en avant.

  • 2 Karl Marx, Le Capital, Messidor/Éditions sociales, Paris, 1983, p. 14-15 (cité par Solange Mercier- (...)

4Le présent dossier des Cahiers d’histoire reprend l’étude de ces socialismes du début du xixe siècle pour les historiciser, les sortir de leur devenir de socialismes « utopiques », rivés à l’opposition avec le socialisme dit scientifique, fondé sur une connaissance des sociétés pensées comme objet de savoir sorti de la gangue des idéologies et des errements de l’imagination. La construction de cette opposition, depuis sa formulation par Proudhon jusqu’à sa reprise par Engels et sa consolidation dans les courants marxistes du xxe siècle, n’est pas l’objet en soi du présent dossier. Il va cependant de soi que cette construction est à l’arrière-plan de toute réflexion sur les socialismes du premier xixe siècle, ceci en dépit de la revendication par lesdits utopistes de leur scientificité, ainsi qu’affirmée avec constance par Saint-Simon en particulier. Les rendre à leur diversité, à leur ancrage dans leur temps, est l’objectif de ce dossier. Donner aussi des éléments pour penser cette tension qui travaille notre présent entre analyse des réalités sociales, pensées sur le réel et projets de transformation de ce réel, orientés vers ce que Marx désigne dans la postface du Capital comme « les gargotes de l’avenir »2. Cependant, il ne s’agit ni de nostalgie, ni de la valorisation de propositions alternatives au matérialisme historique face aux désespérants échecs des pouvoirs politiques qui s’en sont réclamés au xxe siècle. Il s’agit d’histoire. D’histoire de productions intellectuelles, à la fois effort de compréhension et effort d’anticipation.

5L’introduction de Nathalie Brémand fait bien comprendre cette formidable intensité de la production intellectuelle d’un temps qui, à la fois, hérite des ambitions de bonheur social de la première République française et, en même temps, s’éloigne de ses références. Un temps marqué, non pas tant par la restauration politique que par des transformations sociales très rapides, qui s’ancrent notamment dans de nouvelles formes de production associées à la mécanisation et des moyens de circulation d’une puissance nouvelle. Ainsi ce temps reprend le rêve renouvelé des sociétés occidentales de créer, par une organisation sociale préalablement pensée, une société meilleure, ambition à la fois universelle et localement mise en œuvre.

6Dans le dossier, Olivier Chaïbi expose les diverses formes de ce décloisonnement des ambitions de justice sociale qui, par des biais divers, installe cette visée dans un horizon international fait de solidarités entre travailleurs au-delà des appartenances nationales. Il montre aussi, rejoignant les analyses de Michel Cordillot, comment les États-Unis sont encore vécus comme un espace ouvert à tous les possibles, comment tous ces penseurs font eux-mêmes, du fait des exils ou des départs volontaires, l’expérience de l’internationalisation des projets de transformation sociale. Il rappelle comment ils contribuent à l’internationalisation, de Saint-Simon à Flora Tristan, et suscitent des convergences qui rendent possibles en 1864 la première Association Internationale des Travailleurs.

7Cependant Jean-Louis Marçot rappelle comment cet universalisme et cette recherche d’espaces où expérimenter des réalisations sociales neuves peuvent prendre d’autres voies, potentiellement moins pacifiques et respectueuses de la liberté, comme celle de la colonisation. En effet, les socialistes de ce xixe siècle envisagent la possibilité de meilleures organisations sociales à condition d’échapper aux contraintes du « déjà là ». Les États-Unis, comme le rappelle Michel Cordillot dans son article, apparaissent encore comme l’un de ces espaces qui, par leurs dimensions, leur faible population, leur cadre politique démocratique, peuvent être favorables à la mise en œuvre des projets socialistes. L’Algérie en sera un autre. Jean-Louis Marçot montre comment ce projet s’inscrit chez un penseur comme Fourier dans une perspective plus vaste de diffusion du mieux-être social par l’industrialisation à l’ensemble du globe. C’est donc pour lui l’ensemble du monde qui doit être colonisé sous le « règne de l’Harmonie », colonisation justifiée par la « prescription d’abandon » qui rend légitime à ses yeux l’exploitation de toutes les ressources naturelles inexploitées. On trouve là ce qui deviendra le cœur de la justification des entreprises coloniales. Jean-Louis Marçot montre la diversité des argumentaires et les oppositions farouches des socialistes entre eux, mais il montre aussi la convergence sur la justification de la colonisation qui fera, selon Enfantin cité par l’auteur, « un excellent lieu d’essai, pour quelques grandes questions sociales qui agitent la France ».

8La question de la forme de l’impôt et de sa fonction dans l’organisation sociale est une autre façon de mettre en évidence la diversité des outils pensés par ces socialistes pour réduire les inégalités en favorisant le développement des activités. L’impôt doit permettre de faire passer l’argent des mains des « oisifs », des rentiers, aux mains de ceux qui le mettront au service du travail. Dans ce domaine aussi, la contribution de Clément Coste met en évidence à la fois l’importance attachée aux analyses économiques (et leur ancrage dans l’économie politique du xviiie siècle), en même temps que les voies divergentes des propositions de ces penseurs sociaux de ce premier xixe siècle. Le dossier fait sa part aussi à la question cruciale de l’organisation du travail, travail qui, pour les fouriéristes, doit devenir « attrayant ». Les mises en œuvre de la doctrine sont peu durables ou bien fonctionnent, comme dans les entreprises citées ici en exemple par Bernard Desmars, selon des formes d’organisation assez éloignées du modèle de l’« association » pensé par Fourier. Il n’en reste pas moins que la proposition de partage des bénéfices entre « capital, travail et talent », telle que Fourier la pensait décisive à l’harmonie sociale, est partiellement mise en œuvre dans quelques entreprises.

  • 3 Alain Maillard (dossier coordonné par), « Les communistes dans la première moitié du xixe siècle », (...)

9On comprendra que ce volontarisme social, ces recherches passionnées pour maîtriser dans le sens de l’intérêt des travailleurs des transformations spectaculaires des formes de production, suscitent l’intérêt des historiens d’un xxie siècle qui se confronte lui aussi à une organisation économique mondialisée, dont les transformations malmènent les travailleurs. Évidemment, comme dans le numéro des Cahiers d’histoire de 1999 consacré aux « Communistes dans la première moitié du xixe siècle », le xxe siècle et les échecs des mises en œuvre sociales qui se sont réclamées du socialisme scientifique conduisent à considérer avec un intérêt renouvelé la diversité des analyses et des expériences qui fraient les voies d’une sortie de l’exploitation de l’homme par l’homme3.

10Mais comme les autres, ce numéro des Cahiers d’histoire est bien plus qu’un dossier spécialisé. C’est une diversité de rubriques que la rédaction veut ouverte à l’actualité de la recherche et de sa diffusion.

11Actualité de la recherche à travers l’article de « Chantiers ». L’article de Jean-Lucien Sanchez conduit à cet envers des ambitions d’harmonie sociale qu’est la relégation. La mise en marge de la société dans les bagnes est, elle aussi, portée par cet espoir partagé du xixe siècle que des espaces lointains ouvrent des possibles neufs, y compris pour ceux que leurs actes ont mis hors la loi. Ces récidivistes, « relégués » dans la Guyane française, sont ici étudiés en acteurs qui eux aussi espèrent et protestent quand la réalité de la relégation s’avère être bien autre chose que ce que les espoirs laissaient attendre. Acteurs marginalisés mais qui, comme les autres travailleurs du temps, recourent à la grève pour tenter d’améliorer leur condition.

  • 4 Anne Jollet (dossier coordonné par), « Comment les historiens parlent-ils du travail ? », Cahiers d (...)

12Ce morceau d’histoire de l’enfermement rejoint donc aussi les questions de l’histoire du travail que présente la rubrique « Métiers ». Il s’agit de l’histoire en train de se faire, spécifiquement de l’importance des structures pour inciter à la recherche, unifier et promouvoir l’histoire du travail à travers la création d’une association. L’Association française pour l’histoire des mondes du travail (AFHMT) a été initiée en juin 2013 par trois historiens, Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna, qui partagent la conviction que l’histoire du travail connaît un renouveau après des années d’éclipse, renouveau qui mérite d’être encouragé. Cet entretien, mené par David Hamelin pour la rédaction des Cahiers, renoue avec l’intérêt que la revue a toujours manifesté pour l’histoire du travail, intérêt traduit notamment par un dossier historiographique qui posait précocement la question de la crise de cette histoire et, plus récemment, par un dossier important sur les bourses du travail4.

13La fabrique de l’histoire est également présente avec la présentation par Chloé Maurel du travail de Transform! Europe sur la production en cours d’une histoire officielle de l’Europe, qui sera présentée au public à travers la « Maison de l’histoire de l’Europe ». Bien loin de l’histoire du travail et de ses conflits, il s’agit d’une histoire des institutions et des doctrines politiques, valorisant le devenir libéral, politique et économique, de la construction européenne. Face à cette doxa qui nie les conflits d’intérêts cruciaux dans la société capitaliste, la convergence des historiens critiques s’impose pour produire une autre histoire de l’Europe. Cette journée en présage donc d’autres qui viseraient à la création d’une histoire alternative, notamment via un site en ligne.

14Ce numéro des Cahiers, c’est aussi une longue réflexion de nos collègues historien et sociologue des sciences, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, sur la place faite aux apports de la pensée marxiste dans l’histoire des sciences, ou Sciences studies dans le langage hégémonique de ce monde intellectuel. Cette réflexion sur un champ en plein développement de l’histoire conduit, comme dans le cas de l’histoire de l’Europe, à appréhender la violence des effets de domination idéologique qui se déploie dans le champ de l’histoire.

15De façon moins âpre, « Les Cahiers recommandent », comme les « Livres lus » et les « Films vus », nous conduisent à déambuler dans l’actualité de l’histoire, à travers des choix qui, espérons-nous, contribuent à diffuser cette histoire sociale des processus de domination et des luttes émancipatrices, pour nous cruciales quant à la compréhension des fonctionnements sociaux.

  • 5 Frank Noulin, Jean-François Wagniart (sous la coordination de), « L’Histoire dans le Secondaire. Un (...)

16Cette histoire, nous la poursuivrons à travers le prochain dossier des Cahiers d’histoire consacré aux « Rebelles à l’usine ». Ce dossier, coordonné par David Hamelin, donnera lieu à une table ronde dans le cadre des « Rendez-vous de l’histoire » de Blois les 9-12 octobres prochains. Une autre table ronde, initiée avec l’association « Sortir du colonialisme », sera coordonnée par Didier Monciaud autour des « Rebelles en situation coloniale ». Et avant Blois, la rédaction des Cahiers donne rendez-vous aux lecteurs, lectrices et ami/es pour une rencontre-débat autour de « L’histoire enseignée à l’heure du néolibéralisme », synthèse de nos deux précédents dossiers, qui aura lieu au « Village du livre » de la fête de l’Humanité, le dimanche 14 septembre 20145. Et immédiatement, ami/es lecteurs et lectrices, bons cheminements dans la riche diversité des approches de l’histoire critique.

Haut de page

Notes

1 Louis Reybaud, études sur les réformateurs ou socialistes modernes. La société et le socialisme, les communistes, les chartistes, les utilitaires et les humanitaires, Paris, Guillaumin et Cie, 6e édition, 1849.

2 Karl Marx, Le Capital, Messidor/Éditions sociales, Paris, 1983, p. 14-15 (cité par Solange Mercier-Josa, « L’Utopie comme mouvement du réel de Considerant à Marx », Michèle Riot-Sarcey (dir.), L’Utopie en questions, Saint-Denis, PUV, 2001, p. 127).

3 Alain Maillard (dossier coordonné par), « Les communistes dans la première moitié du xixe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 77, 1999.

4 Anne Jollet (dossier coordonné par), « Comment les historiens parlent-ils du travail ? », Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n° 83, 2001, 158 p. ; David Hamelin (dossier coordonné par), « Retour sur les bourses du travail. Aux sources de l’histoire syndicale française », Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n° 116-117, 2011, 274 p.

5 Frank Noulin, Jean-François Wagniart (sous la coordination de), « L’Histoire dans le Secondaire. Un enseignement en péril ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 122, 2014, 254 p. ; Anne Jollet, Jérôme Lamy, « Les libéralismes en question xviiie-xxie siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 123, 2014, 252 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 124 | 2014, 5-10.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 124 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3658

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page