Navigation – Plan du site
DÉBATS

Recherche historique et engagement militant : les Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez dans le dispositif culturel du PCF

Marco Di Maggio
p. 165-186

Résumé

Cet essai reprend en partie une étude sur le rôle des intellectuels dans le Parti communiste français dans les années soixante et soixante-dix, publiée en mars 2013 aux Éditions sociales sous le titre Les intellectuels et la stratégie communiste. Une crise d’hégémonie (1958-1981). Dans cet article, l’auteur reconstruit le rôle des Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez puis de l’Institut de recherches marxistes dans le dispositif culturel du PCF depuis 1972, année de naissance de la revue, jusqu’au début des années 1980. La relation entre la production historiographique des Cahiers et l’évolution de l’identité du communisme français est analysée en même temps que le lien entre la politique et l’engagement militant des intellectuels à travers les fluctuations de la politique de l’Union de la gauche.

Haut de page

Texte intégral

1Tout comme l’ensemble des disciplines, l’histoire en général, et celle du mouvement ouvrier et communiste en particulier, est soumise à un contrôle idéologique strict de la part du Parti communiste français durant la période de la Guerre Froide. Un tel contrôle conduit à la fabrication d’une histoire officielle du parti faite par des militants et des dirigeants. Parallèlement, les historiens communistes de profession mènent leurs recherches de façon autonome et exercent principalement dans la sphère académique. Dans la majorité des cas, ces recherches individuelles ne concernent pas l’histoire du mouvement ouvrier et communiste. Si elles traitent de thèmes sensibles dans l’idéologie du parti, comme, par exemple, la Révolution de 1789, elles sont soumises à un contrôle méticuleux et à une critique de la part du groupe dirigeant et des organismes théoriques du PCF. On peut illustrer cela à partir du cas d’Albert Soboul, militant communiste et historien de la Révolution française. En 1948, il publie son Précis d’histoire de la Révolution française aux Éditions sociales, dans lequel il introduit des analyses qui seront par la suite théorisées de façon définitive dans son ouvrage célèbre sur les sans-culottes parisiens. En mettant en exergue le caractère central des masses populaires et des formes d’auto-organisation dans le développement du processus révolutionnaire, Soboul propose une analyse du rôle des masses populaires du Paris révolutionnaire qui s’éloigne de la thèse selon laquelle il y aurait une nette démarcation entre révolution bourgeoise et révolution prolétarienne.

  • 1 K. Selenizov, « Le problème de l’histoire du peuple français dans Les Cahiers du communisme (1947-1 (...)
  • 2 François Hincker, « Quand Les Cahiers du communisme exécutaient Soboul », dans Christine Le Bozec e (...)

2C’est pour cela que les thèses de Soboul seront durement critiquées par les Cahiers du Communisme en 1951. À partir d’un article de l’historien russe Selenizov, Soboul est accusé de ne pas assez polémiquer sur « les falsifications réactionnaires, sociales-démocrates, et trotskiste, policières qui déforment l’histoire pour servir les fins de la propagande de guerre impérialiste »1. Ces critiques se voient renforcées par une prise de position d’intellectuels proches de la direction du PCF. Une critique de Jean Poperen – futur dirigeant socialiste – et d’autres textes du jeune François Furet accusent Soboul de donner trop d’importance à la spontanéité des masses populaires, et ainsi de déformer la thèse marxiste selon laquelle la Révolution française est une révolution bourgeoise. Durant la première moitié des années 1960, Soboul ne publiera aucune contribution historiographique importante dans les revues du parti. C’est seulement à partir du milieu des années 1960, avec la libération de la politique culturelle du PCF, que Soboul, ses élèves et ses collaborateurs fourniront une contribution fondamentale aux activités des Cahiers d’histoire2.

3Le caractère limité de la contribution d’un historien comme Soboul au développement de la politique culturelle du PCF – bien qu’il affiche une adhésion pleine et convaincue au parti – est encore plus accentué pour ceux qui, dans la mouvance de la déstalinisation, prennent des positions critiques sur la stratégie et le fonctionnement du PCF au-delà de leur activité de recherche. On peut penser à Jean Bruhat, historien du mouvement ouvrier du xixe siècle, ou encore à Jean Chesnaux, spécialiste de la Chine et de l’Orient, ou encore à Jean-Pierre Vernant, célèbre historien de l’Antiquité, qui sont identifiés comme des dissidents et de fait marginalisés en permanence dans la vie du parti et les débats internes.

4Avec l’abandon progressif des schémas idéologiques de la Guerre froide, on assiste à un dégel du champ culturel. Ainsi, le XVe congrès inaugure en 1959 la création du « Centre d’études et recherches marxistes » (CERM). Au nom du Comité central, Maurice Thorez définit les objectifs du centre en ces termes :

  • 3 « Intervention de Maurice Thorez au XVe congrès du PCF », dans Roland Leroy, La culture au présent, (...)

5« Cette activité [activité de recherche plus intense à la lumière du marxisme] nourrie par l’analyse et l’assimilation critique de tout ce qui est valable dans les travaux des spécialistes, y compris les non-communistes, préparera la réfutation convaincante des idées hostiles au matérialisme dialectique. »3

6Le secrétaire du PCF rend ainsi officielle la fin de l’opposition entre « science bourgeoise » et « science prolétaire », reconnaissant l’utilité des travaux scientifiques des spécialistes non communistes. La création du CERM pose donc comme objectif le développement systématique de la production théorique et la formation des intellectuels communistes sous l’égide du parti. Il s’agit de construire une politique culturelle à travers un organisme collectif destiné à la production théorique et permettant de dépasser en même temps les limites de l’activité individuelle et l’amère répétition des formules de Guerre froide.

7Cependant, selon les mots de Thorez, l’activité du CERM, et plus largement le travail scientifique, avec « l’assimilation critique de tout ce qui est valable dans les travaux des spécialistes », va au-delà d’un aspect cardinal de la stratégie du parti et se présente davantage comme une nécessité pour la bataille idéologique. Il ne s’agit ni de renforcer le lien entre production théorique et élaboration stratégique, ni de renforcer le parti comme un intellectuel collectif, mais seulement de favoriser la bataille contre « les idées hostiles au matérialisme dialectique ». L’élaboration et la discussion au sujet des lignes politiques du parti demeurent du domaine exclusif d’un cercle restreint de membres du groupe dirigeant, fondamentalement marqué par le marxisme doctrinaire de la bolchevisation, du stalinisme et de la Guerre froide.

  • 4 Lettre de Guy Lemarchand aux membres de la commission d’histoire du CERM, 1965, dans Archives du Pa (...)

8Dans ce cadre, le débat théorique entre les intellectuels communistes reprend de la vigueur principalement dans le champ de la philosophie. Cependant, le silence demeure absolu au sujet de l’histoire. En effet, si au début des années 1960 la philosophie devient le catalyseur des contradictions de l’élaboration stratégique du parti, l’économie commence de son côté à assumer un rôle de support technico-scientifique à ligne organisationnelle. La libéralisation qui amène au Comité central d’Argenteuil de mars 1966 ne réussit pas à impliquer l’histoire, en particulier l’histoire contemporaine, trop proche des questions épineuses de politique et de stratégie des PC et du mouvement communiste international. En 1965, le jeune Guy Lemarchand, historien de la Révolution française et élève de Soboul, met en évidence dans une lettre à la direction du CERM les maigres résultats de la commission histoire et signale de graves défaillances dans le travail collectif malgré le nombre élevé des membres de la commission4.

9Les « défaillances du travail collectif » révèlent un manque d’intérêt pour l’histoire de la part de la direction du PCF, qui préfère déléguer à ses membres la célébration de la mémoire et la représentation de l’histoire du parti. L’instrument principal de cette opération de création de la mémoire historique, dont le groupe dirigeant du parti continue par ailleurs à revendiquer le monopole, est l’Institut Maurice Thorez (IMT). Né en 1965, au lendemain de la mort du secrétaire du parti communiste, la direction de l’Institut est depuis le début placée sous l’autorité de Victor Joannès et de la présidence de George Cogniot, dirigeants de longue date et très proches de Thorez.

  • 5 Serge Wolikow, « Institut Maurice Thorez – Centre d’études et de recherches marxistes – Institut de (...)

10L’Institut est créé pour valoriser l’histoire du PCF et met en œuvre une activité de récupération et de conservation des archives des militants et des organismes dirigeants du parti. Sa revue, les Cahiers de l’Institut Maurice Thorez, est dirigée par Georges Cogniot lui-même. Elle se donne pour objectif le développement et la promotion de l’histoire du parti et du mouvement ouvrier et communiste5.

  • 6 « La Révolution d’Octobre et la France », dans Cahiers de l’Institut Maurice Thorez, n° 7-8, 1967 ; (...)

11Le premier numéro, daté de septembre 1966, confirme la faible participation des historiens de profession et présente un comité de rédaction composé d’une écrasante majorité de militants et de dirigeants du parti. La première série des Cahiers, dans la période 1966-1972, se caractérise donc par des apports historiques d’un faible niveau scientifique, réduits à des témoignages ou revêtant plus généralement un appareil idéologique et commémoratif, comme le montrent les nombreux numéros dédiés à la révolution russe de 1917 et à la naissance du PCF en 19206.

12Cependant, la formalisation de la liberté de recherche, à partir du Comité central d’Argenteuil, inaugure un scénario différent. En effet, durant la deuxième moitié de 1966, Jean Ellenstein, spécialiste d’histoire contemporaine, maître de conférences à l’université et membre de la commission d’histoire du CERM, écrit à Henri Krasucki, responsable de la « Section intellectuels et culture » (SIC), pour demander au parti d’organiser une réunion des historiens communistes, analogue à celles tenues peu de temps avant par les philosophes et les économistes. Ces réunions avaient stimulé l’esprit d’Argenteuil et avaient fourni une première série d’innovations dans le champ de la théorie économique, avec la systématisation de la nouvelle version de la théorie du « capitalisme monopoliste d’État ».

  • 7 Lettre de Jean Ellenstein à Henri Krasucki, 1966, dans Archives de la CGT (ACGT), Fonds Henri Krasu (...)

13Dans sa lettre, Ellenstein explique comment l’histoire est toujours traitée comme « le parent pauvre » des autres disciplines, ou alors réduite à un rôle de « vulgarisation élémentaire ». Pour faire face à la difficulté, il propose d’organiser une réunion d’historiens communistes et invite le groupe dirigeant à élaborer des mesures organisationnelles pour faciliter le travail collectif au CERM et à l’IMT. Ces mesures devraient aussi favoriser la participation des chercheurs aux initiatives du parti et promouvoir la publication des travaux des historiens communistes dans les revues7.

  • 8 Note de Nicolas Pasquarelli au Secrétariat sur les participants à la « Semaine de la Pensée marxist (...)

14Pourtant, les propositions d’Ellenstein restent sans réponse. En effet, les innovations d’Argenteuil, qui garantissaient pourtant un relâchement du lien entre recherche en sciences humaines et politique culturelle du parti, si étroit dans les années 1950, laissent au groupe dirigeant communiste le pouvoir d’intervention sur toutes les questions qui relèvent directement de la ligne et de l’identité du parti. Le fait qu’aucun historien de profession ne participe à la Semaine de la pensée marxiste, tenue du 14 au 20 novembre 1967 pour célébrer le cinquantième anniversaire de la révolution d’Octobre8, démontre une fois de plus la permanence des mécanismes de contrôle sur la production historiographique de la part du PCF.

15En 1968, la crise du mouvement communiste qui suit la répression du « Printemps de Prague » marque le commencement d’un changement. Dès 1970, Georges Marchais projette de construire une nouvelle image du parti à travers d’éventuels recours à la mémoire historique, en osmose avec la ligne politique d’Union de la gauche et avec l’objectif de renforcer l’image du PCF en tant que parti national, capable d’assumer des responsabilités de gouvernement. Ainsi, avec ce nouveau dynamisme dans la sphère de la politique culturelle, on cherche à garantir une meilleure adhésion du parti aux revendications portées par le mouvement de 1968.

  • 9 Rapport de Guy Besse au Secrétariat sur l’activité du CERM, 1971-1972, dans APCF FRL, 263 J 69.

16En 1970, Guy Besse donne une nouvelle impulsion au travail collectif des historiens communistes à travers la reconstruction organisationnelle du CERM, après l’expulsion de Roger Garaudy. Dans une note au secrétariat du parti, Guy Besse signale que la collaboration entre le CERM et l’IMT ne cesse de croître et annonce un cycle de conférences sur l’histoire de la France durant la période 1934-1958, un séminaire historique sur la « politique de la main tendue », ainsi qu’une journée d’études de chercheurs communistes sur les problèmes méthodologiques9. C’est donc avec ce dernier projet, trois ans plus tard, que les propositions de Jean Ellenstein sont finalement reconnues.

  • 10 Lettre de René Galissot à la direction du CERM et aux membres de la commission d’histoire, datée du (...)

17Toujours pour témoigner de cette dynamique de changement du climat et de la politique de la direction du parti dans son rapport à l’histoire, une note du CERM du 3 mars 1970 établit les thèmes de travail de la commission d’histoire : modes de production féodaux, communautés rurales, enseignement de l’histoire et de la géographie, impérialisme français. Il s’agit de sujets qui tendent à favoriser le développement d’un travail collectif, sur des thèmes qui relèvent dans une certaine mesure de la stratégie du parti. La thématique de l’impérialisme français, par exemple, révèle en effet de la volonté de donner vie à une activité de recherche sur un sujet directement politique. En effet, ce dernier thème était soit exclu de la réflexion du parti, soit relégué au domaine exclusif du groupe dirigeant. En revanche, le thème de l’enseignement témoigne de l’objectif d’orientation de la formation des enseignants communistes, pour rendre leur fonction sociale et politique plus efficace, et se retrouve pleinement dans la politique du PCF pour gagner l’hégémonie dans les syndicats de l’enseignement10.

18Cependant, malgré ce renouveau de la réflexion, l’activité du CERM dans le champ de la recherche historique demeure centrée sur des problèmes théoriques comme celui de la « transition », et des thématiques interdisciplinaires comme le mode de production asiatique. La restructuration de l’IMT et de sa revue, ainsi que l’activité d’intellectuels comme Jean Ellenstein, ont marqué au fer rouge l’ouverture d’une nouvelle phase dans le rapport du PCF à l’histoire, en général, et à sa propre histoire ainsi qu’à celle de l’URSS, en particulier.

19Le fait que l’espace culturel et la structure organisationnelle pour le développement de l’activité scientifique des historiens communistes soient rassemblés au sein d’un organisme déjà existant témoigne d’un aspect fondamental de la modernisation du parti, fondé sur un renouvellement dans la continuité de la tradition et de l’identité du parti.

20Dans ce cadre, la fonction de l’IMT subit une évolution significative. En 1972, à la mort de Victor Joannès, Jean Burles est nommé directeur de l’Institut. Ouvrier autodidacte, Burles a adhéré au PCF à l’époque du Front Populaire. Il a participé à la Résistance et est devenu fonctionnaire du parti après la guerre, d’abord à l’organisation avec Marcel Servin et Georges Marchais, puis à l’École centrale. Jean Burles se distingue particulièrement dans l’organisation des activités de l’École centrale en faisant preuve d’une sensibilité aiguë dans le domaine des questions théoriques, intelligence qui s’exprime par exemple dans l’organisation de cours et séminaires sur le trotskisme, qui suscitent quelques inquiétudes à l’intérieur du parti.

21Selon le témoignage de Jean Burles lui-même, la raison qui explique sa nomination à la direction de l’IMT vient du fait que l’École Centrale du parti ne requiert pas une sensibilité théorique particulière ni une inclination à la recherche, alors qu’au début des années soixante-dix, l’activité de l’IMT nécessite une rénovation. Jean Burles arrive donc à l’Institut avec cette mission et s’entoure d’éléments de la nouvelle génération, formés au cours des années soixante. Il s’agit en effet de jeunes intellectuels favorables à la modernisation du parti, à sa démocratisation, et fermement convaincus de la justesse de la stratégie de l’Union de la gauche. Dans l’élaboration de la nouvelle équipe de l’IMT, Burles met en œuvre une forme de processus de rajeunissement, qui peut sembler iconoclaste par certains aspects. En effet, Richard Lagache, qui devient secrétaire des Cahiers, raconte comment Burles lui proposa, par exemple, d’éliminer une grande quantité de portraits, de bustes, d’objets souvenirs des locaux de l’Institut, dans l’objectif d’instaurer une atmosphère de modernité sur le lieu de travail. Cela avait comme objectif de permettre de se projeter au-delà des vieux rituels du mouvement communiste.

22La majorité des chercheurs qui feront partie du nouveau collectif de rédaction des Cahiers exercent une profession en dehors du parti, souvent dans la recherche ou dans l’enseignement. D’un point de vue culturel et idéologique, ils se reconnaissent dans un engagement politique et culturel d’ensemble, qui part de 1968 et passe par le « Printemps de Prague ». On peut citer l’idéal de construction démocratique et nationale, ou le Chili avec l’Union Popular, comme exemples de références communes. Ces chercheurs désirent faire partie d’un collectif d’intellectuels, d’un organisme opérant au sein de la structure du parti. Pour certains, il s’agit avant tout de poser une séparation entre l’histoire et l’idéologie, amenant ainsi une contribution théorique à la vie du parti. Pour d’autres en revanche, il s’agit d’apprendre à structurer sa propre capacité d’intervention politique, son propre militantisme d’intellectuel « aux côtés de la classe ouvrière ». À partir d’une politique unitaire, tous ces jeunes adhèrent ou participent à la stratégie du parti et à sa modernisation. C’est pour cette raison qu’ils sont tout à fait disposés à être intégrés dans les mécanismes de fonctionnement de l’organisation.

23Jean Burles apparaît donc comme le dirigeant responsable de cette intégration. Il doit atteindre l’objectif qui lui a été confié : contribuer au développement de la politique culturelle du PCF, sous l’impulsion et le contrôle du groupe dirigeant. Ainsi, les jeunes intellectuels de l’IMT qui adhèrent aux règles et aux mécanismes de l’organisation se révèlent être également des éléments politiquement contrôlables.

  • 11 Cahiers d’histoire de l’IMT, n° 1, novembre-décembre 1972.
  • 12 Jean Burles, Jean-Pierre Cotten, Claude Gindin, Philippe Herzog, « Dans la voie des congrès communi (...)
  • 13 Id., p. 21.

24C’est dans ce contexte qu’est publié en 1972 le premier numéro des Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez. Le fascicule intitulé Vers le Programme commun et l’union populaire propose une réflexion historico-scientifique entre passé et présent, entre le Front populaire et le Programme commun11. L’éditorial de Jean Burles – un éditorial ouvrira chaque numéro de la revue – explique le lien entre l’objectif théorico-scientique et la signification politico-idéologique. Avec l’apport de trois jeunes chercheurs, il fait la présentation du Programme commun en continuité avec l’histoire du parti et avec la ligne politique élaborée au cours des derniers congrès12. Le Programme commun représente ainsi la concrétisation de l’union populaire, l’une des réalisations les plus avancées du mouvement de mai-juin 1968. Par ailleurs, on retient de 1968 l’idée qu’une nature spontanée du mouvement n’existe pas. Celui-ci est interprété comme l’issue naturelle et nécessaire des luttes promues et conduites par le PCF au cours de la décennie précédente13.

  • 14 Jean-Louis Robert, Danielle Tartakowsky, « 1921-1924. Internationale, Parti et Front Unique », dans (...)

25Dans l’article à caractère scientifique de la revue, Jean-Louis Robert et Danielle Tartakowsky analysent la politique du PCF en 1921. L’essai s’applique à démontrer comment « le IIIe congrès de l’Internationale communiste avait le mérite de poser les fondements de la politique du front unique ». Le choix du sujet et les conclusions de l’article contribuent à fournir une cohérence de long terme à la politique du PCF dans la poursuite de l’unité de la classe ouvrière et de ses organisations, en parfait accord avec son engagement internationaliste et avec le rôle de premier plan du parti français dans le mouvement communiste14.

26Ce texte montre avant tout que la teneur politique de l’activité des Cahiers réside principalement dans le choix des sujets abordés et dans leur présentation, plus que dans une thèse idéologique qui inspirerait l’analyse scientifique. Par exemple, aucune analyse critique de la période de la bolchevisation n’est réalisée dans les débats sur la question de l’élément unitaire et frontiste de l’identité du parti et on s’attarde encore moins sur la période de la lutte contre le « social fascisme » menée par le PCF sous les directives de Staline et de l’Internationale communiste.

  • 15 « Le séminaire des historiens communistes », dans Cahiers d’histoire de l’IMT, n° 2, 1972, p. 96.

27Avec la publication du débat qui eut lieu au cours la réunion des historiens communistes, le deuxième numéro, daté de janvier-février 1973, retranscrit les débats de ces mêmes historiens sur les problèmes méthodologiques relatifs à l’histoire du parti. Trois rapports sont donc présentés : Syndicalisme révolutionnaire et naissance du PCF ; PCF et Front populaire ; Conditions objectives et subjectives de l’existence d’un puissant parti communiste au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le choix des thèmes témoigne de la volonté d’entreprendre une réflexion sur sa propre histoire et, dans le même moment, de se projeter au-delà du parti pour véhiculer une image des communistes comme protagonistes de l’histoire nationale15.

  • 16 Introduction de Bernard Chambaz à « Le séminaire des historiens communistes », id., p. 102-103.

28Après la discussion sur les relations, le débat se poursuit sur les questions méthodologiques et aborde le problème du rapport entre sciences historiques d’une part, idéologie et politique d’autre part, au point de toucher du doigt l’un des aspects centraux de l’identité idéologico-culturelle du PCF16.

29Jean-Louis Robert introduit la question autour de la notion de « parti de la classe ouvrière » comme une condition de départ non suffisante pour faire l’histoire du parti. Pour soutenir cette thèse, il affirme que, dans la période 1929-1931, le PCF n’a pas maintenu une ligne politique conforme à la théorie du parti de la classe ouvrière, transformant cette théorie en justification idéologique.

  • 17 Id., p. 105-106.

30Danielle Tartakowsky continue dans cette direction en se concentrant sur le rapport entre théorie et politique. L’analyse de ce rapport permet de comprendre d’une part les liens du parti avec la nation, d’autre part les liens du parti avec le mouvement communiste. Ainsi, le rapport pose le problème du dépassement de l’histoire en tant qu’idéologie et de sa valorisation comme théorie de base de la politique du parti. Les historiens communistes favorisent ainsi une certaine idéologisation de l’histoire en lui attribuant un statut de « théorie » en lien direct avec la politique, et en revendiquant leur participation à l’élaboration de la stratégie. Ils attribuent la cause des erreurs du passé au « doctrinarisme » dans la construction de la ligne politique du PCF17.

  • 18 Serge Wolikow, « 1928-1938. Le PCF et les questions de l’État », dans Cahiers d’histoire de l’IMT, (...)

31Ainsi, dès le deuxième numéro, les Cahiers subissent une nouvelle évolution, insistant sur la dimension scientifique et historiographique, tout en maintenant une certaine attention à la dimension théorique et politique. Par exemple, le septième numéro de la revue est un dossier monographique consacré à l’État. Parmi les nombreuses contributions, on trouve un long essai de Serge Wolikow composé de deux articles qui analysent le rôle de l’État dans le développement du capitalisme de la France contemporaine. L’auteur analyse également les rapports entre les classes dans le pays. Le premier texte de Wolikow, dans lequel il a recours à de nombreuses données statistiques, est un essai d’histoire économique qui tente de reconstruire une analyse des rapports entre classes sociales et institutions étatiques en France. La deuxième partie de l’essai, en revanche, parcourt l’évolution de la position théorique du PCF sur la question de l’État. Utilisant de nombreuses ressources documentaires concernant le débat interne, l’auteur reconstruit le conditionnement exercé par la stratégie de l’Internationale communiste sur la ligne du parti18. Les orientations stratégiques du PCF des années 1930 commencent à être analysées et critiquées avec prudence. Les spécificités françaises de la période stalinienne commencent également à être mises en lumière, au point de mettre en débat la cohérence et la linéarité de la politique du Parti au cours de son histoire. Une histoire qui, comme on l’a vu, avait toujours été présentée jusqu’alors comme la recherche de l’unité continue de la classe ouvrière et de ses organisations.

32Si les Cahiers jouent un rôle important dans la révision et la « désidéologisation » de l’histoire du communisme français, en se posant comme un acteur fondamental de la révision stratégique et identitaire du PCF après 1968, leur rôle dans le débat sur l’histoire du mouvement communiste et de l’Union soviétique paraît plus controversé. En effet, le débat relatif à l’histoire du communisme international est le lieu de confrontation entre différentes sensibilités internes au parti. Il s’agissait avant tout de diverses conceptions de l’internationalisme, du jugement sur l’expérience de l’URSS et des démocraties populaires par rapport aux conceptions du socialisme des communistes français.

33Pour comprendre tout cela, il est intéressant d’analyser la production historiographique des Cahiers sur l’Union soviétique, à travers le rapport qui s’établit entre le dispositif culturel du PCF, la revue et l’historien Jean Ellenstein.

  • 19 Jean Ellenstein, Histoire de l’URSS : La conquête du pouvoir, 1917-1921, Paris, Éditions sociales, (...)

34Jean Ellenstein, fils d’un petit industriel juif, adhère au PCF à la Libération, à l’âge de 17 ans, ayant réussi à échapper à la déportation nazie. Il travaille comme permanent au bureau de presse du PCF et dans les organisations de jeunesse du parti jusqu’en 1954. Par la suite, il devient professeur d’histoire et est élu maître de conférence à l’université en 1960. En 1970, suite à la marginalisation définitive de Garaudy, il est nommé vice-directeur du CERM et commence à travailler sur une histoire de l’Union soviétique en quatre volumes. Le premier tome, portant sur la période de la conquête du pouvoir, sort en 1972 sans susciter un grand engouement. Le deuxième tome en revanche, publié en 1973, affronte le moment de la période stalinienne. Il provoque des inquiétudes au sein du groupe dirigeant du PCF et l’intérêt de la presse nationale19. Ellenstein peut être considéré comme l’un des principaux protagonistes de la révision théorico-idéologique du PCF des années 1970. Pourtant, comme Garaudy avant lui, il glissera rapidement dans la dissidence durant le repli identitaire du PCF à la fin de la décennie.

35Le 14 novembre 1972, peu de temps après la publication du manuscrit du second volume de l’Histoire de l’URSS, Jacques Chambaz, principal collaborateur de Roland Leroy, lui adresse une note dans laquelle il livre ses analyses sur le livre de l’historien communiste.

36Devenu peu après responsable de la SIC, Chambaz livre une série de considérations à partir de sa lecture du manuscrit :

37– « L’impossibilité pour les Éditions sociales de le publier en l’état. Lucien [Sève] en est d’accord. Le livre, dit-il, « marche sur une jambe ».

38– « La nécessité d’une discussion ferme avec l’auteur (une première discussion aura lieu cette semaine entre Bédrine et Ellenstein) […] Tel est le processus suivi, tel que Lucien vient de me l’indiquer et tu vois ses implications ».

39– « Après discussion, Lucien pense, comme moi, qu’il s’agit moins de corrections que d’une réécriture fondamentale de notre point de vue ».

40– « Il propose que les Éditions Sociales engagent sur cette base la discussion avec Ellenstein, et après de premiers entretiens, l’élargissent à des spécialistes qu’elles consulteront. Ceci dit, je suis d’accord pour ce processus mais je m’interroge beaucoup sur la capacité d’Ellenstein de procéder à cette réécriture ».

  • 20 Note de Jacques Chambaz à Roland Leroy, 14 novembre 1972, dans APCF, Fonds Roland Leroy, 263 J 64.

41Chambaz exprime son désaccord profond avec la thèse d’Ellenstein et évoque la nécessité de rééquilibrer le prestige dont il est l’objet à l’intérieur du parti, surtout dans l’éventualité où il se refuserait à accepter des modifications à son livre : « C’est ici que des questions nouvelles peuvent se poser, y compris la question des raisons qui font que, depuis plusieurs années, Ellenstein semble avoir eu sur cette orientation le monopole de l’histoire de l’URSS à l’école de 4 mois. J’ai l’intention d’en discuter avec Burles. Je suis pour aborder ces problèmes avec la volonté de trouver si possible une issue, mais dans des limites sans équivoque, car il y a notre point de vue, et il y a aussi la nécessité de ne pas marcher sur les plates-bandes des Soviétiques. Or, la phrase de l’article du Monde sur le parti unique que tu as soulignée n’est rien à côté de ce second volume qui, en l’état, est, qu’on le veuille ou non, une « histoire du stalinisme » à la Medvedev »20.

42Chambaz rejette une historiographie qui met en discussion la version officielle sur l’histoire de l’URSS. Le rapprochement du livre d’Ellenstein avec celui de l’historien Medvedev montre par ailleurs comment une partie du groupe dirigeant du PCF ne manifeste aucune intention de se risquer à des positions qui, sur le stalinisme, sont analogues à celles qui se développent en Italie et en Espagne au sujet de l’eurocommunisme. En effet, Roy Medvedev, né en Georgie en 1925, est un historien soviétique, fils d’un vieux bolchevique victime des répressions staliniennes et réhabilité après le XXe congrès du PCUS. Professeur à l’Académie des sciences pédagogiques de Moscou entre la fin des années soixante et le début des années soixante-dix, Medvedev entreprend des études sur l’histoire de la révolution de 1917 et sur la période stalinienne, publiant divers livres sur le sujet. Ses thèses sont critiquées en Union soviétique car assimilées à celles qui avaient opposé Boukharine à Staline. Au contraire, Medvedev recueille de nombreux compliments dans les milieux du PCI. La maison d’édition du parti italien, les Editori Riuniti, a déjà traduit et publié nombre de ses livres.

  • 21 Roy Medvedev, Le Stalinisme, origine, histoire, conséquences, Paris, Le Seuil, 1972.

43En France par contre, comme en témoigne l’affirmation de Chambaz, les livres de Medvedev n’apparaissent pas dans le catalogue des Éditions sociales. C’est seulement au cours des années soixante-dix que ses livres seront publiés, essentiellement par des maisons d’édition proches de la gauche mais non communistes21. De façon analogue à ce qu’il advint des travaux de Medvedev en URSS, les recherches de Jean Ellenstein sur l’Union soviétique, et en particulier sur la période stalinienne, sont perçues par certains dirigeants du PCF comme une tentative révisionniste. Ils requièrent pour cela une réponse du parti.

44Les observations de Chambaz révèlent également le comportement du groupe dirigeant du PCF dans la gestion des équilibres entre les intellectuels communistes. Il s’agit en effet d’atténuer la visibilité d’Ellenstein au profit d’une valorisation de l’activité rédactionnelle des Cahiers d’histoire et des intellectuels de l’IMT, ce qui est confirmé par le débat sur les deux premiers volumes de l’Histoire de l’URSS, publié en 1973 dans le numéro 5 des Cahiers d’histoire. Dans l’éditorial, Burles souligne que le jugement des deux tomes de l’œuvre d’Ellenstein « ne peut se résumer en un mot, ni positif ni négatif » et que « les questions sont telles que le débat ouvre en lui-même une discussion avec les lecteurs ». Selon Burles, ce qui émerge de la discussion entre les historiens communistes est que « le socialisme est réel », qu’il n’est « ni à inventer ni à réinventer », et que « malgré les erreurs, son processus interne tend vers le progrès et vers son progrès propre ».

45À la suite de l’intervention du directeur, on trouve le texte du débat auquel participent Alexandre Adler, Jean Bruhat, Jean Ellenstein, Jean Gacon, Richard Lagache et Claude Willard. La discussion s’ouvre sur la question de l’accès aux sources. Gacon met en évidence le fait que l’Occident demande à l’URSS et au PCF d’avoir un libre accès aux archives, alors que ces mêmes sollicitations ne sont pas adressées aux gouvernements et aux partis de la bourgeoisie occidentale.

46Ellenstein valide cette version des faits, mais signale que les conditions de la presse et de la littérature ne sont pas comparables. Par exemple, on peut trouver de nombreux contenus critiques dans la presse française des années trente, mais non dans la presse soviétique. Ellenstein rappelle comment la forte répression en URSS durant le stalinisme a uniformisé la presse soviétique, réduisant l’importance de cette source pour la recherche historique par rapport à la presse occidentale. Ainsi, il valide la thèse selon laquelle la nature même du régime stalinien aurait été un obstacle à la recherche historique, conditionnant la nature même des sources. Une telle affirmation aurait été formellement condamnée si elle avait été formulée à l’époque où l’on proclamait la supériorité du socialisme dans tous les champs du savoir.

47La controverse entre les historiens communistes se poursuit sur le développement économique de l’URSS. Ellenstein souligne que son caractère « anarchique » est un phénomène essentiellement politique, en tant que conséquence de l’extrême bureaucratisation qui caractérise le système stalinien. Même si on reconnaît que le développement de l’URSS n’a pas été « cristallin » comme a voulu le faire croire la lettre des plans quinquennaux, Adler conteste cette thèse. Il fournit une explication du développement contradictoire du socialisme comme le fruit de l’explosion de la guerre civile contre le pouvoir soviétique, où les kulaki se battent contre le jeune État ouvrier. C’est ainsi qu’il justifie la thèse de Staline sur « l’aggravation de la lutte des classes qui se transforme en guerre civile », utilisée pour justifier l’extermination des petits paysans propriétaires et la collectivisation forcée de l’agriculture.

48De cette façon, face à l’audace des thèses d’Ellenstein, les historiens de l’IMT cherchent à interpréter le phénomène stalinien comme le résultat des rapports de classe dont il est nécessaire de comprendre la nature. Ainsi, même en affirmant la légitimité d’une exigence scientifique, ils cherchent à déplacer l’axe d’analyse du plan politique au plan social, pour éviter de poser des éléments de critique politique du stalinisme et du modèle de socialisme soviétique.

49La polémique se poursuit donc sur le plan théorique, en particulier sur la catégorie interprétative du « stalinisme ». Pour Ellenstein, parler de « culte de la personnalité » est insuffisant car cela ne permet pas de rendre compte de la complexité du phénomène stalinien dans son ensemble. Il affirme en revanche que pour lui la notion de « phénomène stalinien » dans sa dimension politique, sociale et idéologique, est d’une meilleure efficacité. À l’inverse, les historiens de l’IMT cherchent à maintenir une dimension essentiellement théorico-idéologique, se limitant à identifier dans le mot « stalinisme » l’édifice théorique élaboré par Staline, « qui constitue par certains aspects une déviation ».

  • 22 « Histoire de l’URSS », dans Cahiers d’histoire de l’IMT, n° 5, 1973, p. 76.

50Lagache conclut le débat en mettant en évidence comment les historiens communistes « auxquels a été nié le droit de parler scientifiquement de l’histoire de leur parti ou de l’histoire du socialisme », montrent à travers ce débat que « politique et science historique sont deux aspects d’une même réalité, ouverte en URSS en 1917 »22.

51La discussion qui se développe autour des livres d’Ellenstein, ainsi que la conclusion du secrétaire de rédaction des Cahiers, confirment la volonté élargie d’analyser le « phénomène stalinien » et ses conséquences. Cependant, le groupe dirigeant cherche à contrôler et à limiter une fois de plus cette analyse. Le PCF a l’intention de réviser la lecture du stalinisme telle qu’elle est faite jusque-là, mais sans toutefois trop approfondir la critique du modèle de socialisme soviétique, et surtout sans remettre radicalement en question les points fermes de l’idéologie et le lien entre URSS et bloc soviétique.

52L’activité d’Ellenstein d’une part, celle des chercheurs de l’IMT d’autre part, s’insèrent dans cette dynamique. En effet, à partir de la moitié des années 1960, avec le soutien de Jean Kanapa et de Georges Marchais, Ellenstein fait la promotion d’une approche critique de l’histoire de l’URSS, qui est aussi une approche partisane sur le plan politique et culturel d’une position similaire à celle des partis espagnol et italien. Néanmoins, l’ambiguïté de la position du parti français sur la possibilité de relance d’une prospective communiste autonome en Europe occidentale et d’une critique du socialisme réel fera d’Ellenstein le catalyseur des contradictions internes dans l’élaboration stratégique du parti, amenant à la fin de la décennie l’historien communiste à une situation similaire à celle de Garaudy.

53De leur côté, les jeunes chercheurs de l’IMT sont facilement contrôlables et parfois même utilisés pour contrebalancer l’influence d’un personnage comme Ellenstein. La rubrique « Histoire de l’URSS » qui apparaît dans la revue au cours des années soixante-dix et jusqu’au début des années quatre-vingt accueille des thèses historiographiques de critique moins radicale que celles contenues dans les œuvres de Jean Ellenstein.

  • 23 Danielle Tartakowsky, « Le Marxisme introuvable de Daniel Lindenberg », dans Cahiers d’histoire de (...)
  • 24 Daniel Lindenberg, Le Marxisme introuvable, Paris, Calmann-Levy, 1975 ; Louis Althusser, Pour Marx, (...)

54Un autre aspect important de la vie des Cahiers est sa rubrique de recensions d’ouvrages. À travers elle, la rédaction participe à la bataille culturelle du parti au sein de la gauche française. La rubrique devient notamment un outil dans la polémique des historiens communistes au sujet du « gauchisme ». De nombreuses recensions d’ouvrages édités chez Maspero, la maison d’édition de référence de l’extrême gauche française, y sont publiées. L’une des plus marquantes est celle de Danielle Tartakowsky23 sur le fameux livre de Daniel Lindenberg, Le marxisme introuvable, publié en 1975 chez Calmann-Lévy. Dans ce texte, qui demeure encore aujourd’hui une importante référence en matière d’histoire du marxisme en France, Lindenberg avance la thèse d’une rupture en France entre un marxisme idéologico-politique propre au mouvement ouvrier et au PCF et un marxisme académique des intellectuels non communistes. La thèse de Lindenberg se rapproche de celle exposée par Althusser dans son introduction à Pour Marx, sur la pauvreté théorique du mouvement ouvrier français24. Dans sa recension, Tartakowsky considère certaines observations de Lindenberg sont partielles, ce qui l’amène à ne pas comprendre que les limites de la diffusion du marxisme en France sont liées à la nature de la révolution bourgeoise dans ce pays, donc au fort enracinement de l’idéologie jacobine et républicaine. Pour Danielle Tartakowsky, l’auteur n’est pas en mesure de rendre compte de la façon dont le mouvement ouvrier français et le parti communiste surtout, conjuguant tradition révolutionnaire nationale et marxisme, ont été capables de transformer le marxisme en une pratique militante et, à travers le Front populaire, d’en faire un instrument de transformation politique et sociale en France. De cette façon, la position théorique soutenue dans l’œuvre de l’intellectuel d’extrême gauche peut être mise en relation avec le schéma frontiste et unitaire du PCF. Cette vision devient le centre de l’explication de la réalité française, jusqu’à être présentée comme la version unique du marxisme, seule capable d’indiquer une voie efficace pour la transformation politique et sociale de la France.

  • 25 Roger Bourderon, « À propos d’une thèse universitaire et de sa publication », dans Cahiers d’histoi (...)

55Avec la littérature théorique d’extrême gauche, l’historiographie du mouvement ouvrier est l’un des centres d’intérêt de la rubrique des recensions des Cahiers. Là aussi, les critiques ne manquent pas envers certains auteurs, comme l’historienne Annie Kriegel et son équipe de chercheurs. En 1975 et 1981, deux longs articles sur les œuvres de l’ancien communiste Philippe Robrieux sont publiés. Sa biographie de Maurice Thorez et son Histoire intérieure du PCF sont respectivement recensées par Roger Bourderon et Roger Martelli25. L’un et l’autre déplorent la faible valeur scientifique des travaux de l’ancien secrétaire de l’Union des étudiants communistes, due notamment à un recours trop limité aux fonds d’archives. Ces critiques lui sont pourtant adressées dans une période où le PCF interdit ou limite très fortement l’accès à ses archives aux chercheurs, qu’ils soient ou non communistes.

56À partir de cette analyse partielle et sommaire de quelques recensions, on peut voir comment, dans le courant des années 1970, les Cahiers constituent un instrument important pour le parti qui, après avoir rejoint le Programme commun, traverse une phase dans laquelle la lutte pour l’hégémonie au sein de la gauche se situe avant tout sur le champ idéologique et culturel. À travers leur activité scientifique au service du parti, les intellectuels membres de la rédaction cherchent à conférer une base théorique et analytique efficace à l’élaboration de la stratégie, constituant un appareil de politique culturelle important. Par ailleurs, considérant le fait que les lecteurs des Cahiers sont principalement des militants, les Cahiers d’histoire représentent un moyen de production et de justification qui s’adapte également à la défense de l’image du PCF contre les attaques provenant de ses concurrents.

57À l’inverse de la période allant de sa naissance jusqu’en 1972, la production des Cahiers dans la décennie 1972-1981 s’avère être d’une bonne qualité scientifique. La qualité historiographique élevée de la revue se retrouve en parfaite syntonie avec la politique du PCF et avec la modernisation de la première phase du secrétariat Marchais. Les Cahiers deviennent un important vecteur pour l’enrichissement des contenus de la nouvelle image moderne et populaire du PCF, protagoniste de l’Union de la gauche, dans un parti où l’on accorde un rôle identitaire fondamental à la conservation de la mémoire.

58Tout en maintenant cette fonction, la revue se trouve confrontée à un changement de contexte, celui de la fin de l’alliance autour du Programme commun de gouvernement en septembre 1977. À l’inverse d’autres publications comme La Nouvelle Critique ou France Nouvelle, les membres de la rédaction des Cahiers d’histoire demeurent en majorité proches de la ligne du parti, à partir du moment où il s’agira pour le PCF de gérer le désaccord qui naît après la fin de l’alliance avec les socialistes, surtout dans les secteurs intellectuels. Dans cette situation, les Cahiers acquièrent un espace plus important dans l’objectif de défendre l’image moderne et d’ouverture face aux accusations d’un retour de l’orthodoxie ouvriériste et soviétophile. Selon plusieurs membres de la rédaction, assumer un rôle plus important dans le dispositif culturel du parti permettrait de contribuer au dépassement du déficit historique relatif à la capacité d’élaboration stratégique. Cela permettrait également de renforcer la capacité du PCF à mener la bataille pour l’hégémonie à l’intérieur de la gauche.

59En ce qui concerne la gestion et la normalisation du désaccord entre septembre et la fin de l’année 1977, le groupe dirigeant cherche à éviter le renforcement du front des contestataires en manifestant publiquement une certaine disponibilité à la discussion. Il s’agit également d’éviter que les dissidents aillent s’exprimer dans la presse « bourgeoise », comme cela avait été le cas jusque-là. Dans cette tentative de récupération mise en œuvre par la direction du parti, de nombreux historiens de la rédaction des Cahiers jouent un rôle de médiation et deviennent en même temps les principaux représentants des thèses officielles du PCF sur un grand nombre de questions théoriques au cœur des conflits internes.

  • 26 Alexandre Adler, Francis Cohen, Maurice Décaillot, Claude Frioux, Léon Robel, (dir.) L’URSS et nous (...)
  • 27 APCF, fonds sonore du Comité central, 4AV 2617-2618.
  • 28 Daniel Blumé (dir.), Histoire du réformisme en France depuis 1920, Paris, Éditions sociales, 1977.
  • 29 Jean Burles (dir.), Le Parti communiste dans la société française, Paris, Éditions sociales, 1979.

60En effet, à la fin de l’été 1977, un ouvrage collectif, L’URSS et nous, est publié et présenté comme une contribution à la réflexion sur le rapport entre les communistes français avec l’Union soviétique26. Pendant les séances du Comité central, qui se tient du 99 au 28 septembre 1977, Charles Fiterman cite l’ouvrage comme un exemple de réflexion collective sur le passé des communistes et comme une contribution nécessaire à une réflexion sur l’histoire du parti27. Selon les mots de Fiterman, la publication de L’URSS et nous représente pour les dirigeants une opération de politique culturelle et d’image, dans le but de démontrer que le PCF est un parti qui promeut la recherche et la production théorique de ses intellectuels. On peut opérer la même analyse pour la publication de L’histoire du réformisme28, qui est livré aux maisons d’édition durant la période de la rupture des négociations sur le programme commun, et on peut penser la même chose de la publication de l’ouvrage Le PCF dans la société française29, qui sortira en 1979 pour le XVIIIe congrès. Cependant, pour les historiens des Cahiers, ces publications sont davantage une occasion de dépasser les limites dans la réflexion théorique du parti. Quoi qu’il en soit, ces opérations sont aussi une façon de fixer les limites de la réflexion théorique au sujet de la stratégie du parti et d’apporter une critique historiographique à l’histoire du PCF et du communisme international.

  • 30 APCF, Fonds du BP, réunion du 10 octobre 1979.

61À l’automne 1977, plusieurs réunions du bureau politique sont dédiées à la question des intellectuels. Une des discussions les plus importantes porte sur l’organisation d’une rencontre publique entre les intellectuels communistes et la direction du parti, à laquelle pourront participer 350 à 400 personnes, pour débattre sur « l’exposé général de notre analyse sans entrer dans des problèmes particuliers »30.

62La rencontre publique, composée d’environ 400 intellectuels communistes et sympathisants, a effectivement lieu les 9 et 10 décembre à Vitry. L’introduction de Georges Marchais met en avant le droit de la direction de prendre les décisions pour la stratégie du parti et rappelle le devoir de chaque militant de l’appliquer. De plus, le secrétaire du PCF confirme le lien de solidarité avec le socialisme réel, rappelant que la bataille des communistes ne peut être qu’essentiellement nationale, mais doit s’inscrire dans la lutte des classes au niveau mondial. Même s’il semble que la teneur de la discussion ne laisse aucune place à l’autocensure, les critiques qui pourraient être émises de la part de ceux qui avaient publiquement mis en cause la ligne du PCF sont soigneusement évitées. La tactique de la direction lors de cette rencontre est clairement la même que celle mise en œuvre précédemment : récupérer le plus possible le consensus des intellectuels, en isolant les contestataires les plus tenaces, pour pouvoir ensuite exercer un contrôle ferme sur la discussion interne. Dans cette démarche, les membres de la rédaction des Cahiers appliquent avec diligence, dans leurs interventions, la ligne du parti. La nécessité d’alimenter la stratégie et le discours politique du parti de contenus théoriques et culturels, que beaucoup d’entre eux ont perfectionnés au cours des années, confère un rôle de premier plan aux membres de la rédaction, et plus largement à l’ensemble du collectif de rédaction, dans la restructuration du dispositif de la politique culturelle mise en œuvre pour répondre à la crise et à l’explosion de la dissidence.

63Le XVIIIe congrès, qui se tient à Saint-Ouen du 9 au 13 mai 1979, décide de la fusion entre les deux centres culturels du PCF : l’Institut Maurice Thorez et le Centre d’études et de recherches marxistes, qui donnent naissance à l’Institut de recherches marxistes. Francette Lazard, dirigeante d’origine intellectuelle par son statut d’enseignante, proche de Marchais, est nommée à la direction de ce nouveau centre. Les revues France Nouvelle et la Nouvelle Critique, qui étaient en crise depuis 1977 à cause de l’effondrement rapide du nombre de lecteurs à la suite de la rupture d’alliance avec les socialistes et de l’entrée en dissidence de nombreux intellectuels membres de la rédaction, disparaissent pour être remplacées par un nouvel hebdomadaire, Révolution. Au cours de cette restructuration, Jean Burles deviendra le directeur de la nouvelle revue communiste et son poste à la direction des Cahiers sera repris par Roger Martelli, qui entrera au Comité central au cours du XXIVe congrès en 1982. Serge Wolikow, en revanche, se retrouvera membre d’un collectif d’intellectuels chargés de contribuer à la rédaction des discours publics de Georges Marchais. Il deviendra peu après directeur de la nouvelle revue de recherche théorique Société française.

64Voilà quelques exemples de chercheurs qui avaient travaillé sous la direction de Jean Burles depuis 1972 et qui entrèrent à plein titre dans la nouvelle cellule d’intellectuels en charge de soutenir idéologiquement la nouvelle posture politique du PCF inaugurée avec la rupture de l’Union de la gauche. Les membres de la rédaction des Cahiers ont tenu un rôle fondamental lors de la modernisation des années soixante-dix et se sont montrés d’une fidélité constante pendant la crise. Selon les intentions du groupe dirigeant, la contribution de ces membres aurait dû être de faire apparaître un nouveau discours politique. Ce discours, mené après la rupture de l’alliance avec les socialistes et avec le soutien à l’intervention soviétique en Afghanistan, ne devait pas apparaître comme un simple repli identitaire, mais bel et bien comme la nécessaire évolution de la stratégie unitaire dans une phase où la perspective radicale était considérée comme nécessaire face à la dérive opportuniste des socialistes et à l’évolution des rapports de force entre socialisme et capitalisme au niveau international.

65Inspirés par la volonté de moderniser le parti et toujours plus conscients de la nécessité d’une révision qui mette en discussion les fondements théoriques et organisationnels du parti, de nombreux membres de la rédaction commencent à affronter les questions relatives à la stratégie, avec plus de détermination que la décennie précédente. Pourtant, au début des années quatre-vingt, comme en témoigne le traitement réservé aux dissidents, les historiens des Cahiers demeurent encore convaincus qu’une révision stratégique profonde devrait se dérouler avec le consentement de toute l’organisation, pour ne provoquer aucune rupture traumatisante avec l’identité et la tradition du communisme français.

  • 31 Cahiers d’histoire de l’IRM, n° 1, 1981.

66Ainsi, en 1981, on assiste à une nouvelle série de publications, la troisième série, qui porte le nom de Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes. On observe un changement dans la ligne éditoriale dès le premier numéro, consacré au radicalisme en France. La ligne est plus ouverte aux contributions d’historiens non communistes, allant même jusqu’à faire entendre les voix d’ex-communistes entrés en dissidence avec le parti31.

  • 32 Roger Martelli, « Notions de stratégie et histoire du PCF » dans Cahiers d’histoire de l’IMT, n° 5, (...)

67Dans le numéro 5 de 1982, intitulé Stratégie et tactique du PCF, on trouve deux articles, l’un de Roger Martelli sur la notion de stratégie et l’autre de Roger Bourderon sur la politique du PCF en 1940, qui montrent une volonté d’approfondir la réflexion critique et publique autour des axes fondamentaux de la stratégie du parti. Dans ce même numéro, on peut lire un remarquable compte rendu de Serge Wolikow d’un colloque sur Boukharine organisé par le PCI à Rome, avec en annexes une biographie et un texte sur les rapports du dirigeant bolchevique avec le PCF. Jusque-là, autant l’objet du colloque, Boukharine, que l’organisateur du colloque, le PCI, constituaient deux objets relativement délicats, peu évoqués dans le débat interne du PCF32.

68Cependant, dans leur volonté d’influencer la stratégie du parti à travers leurs travaux, les nombreux chercheurs qui animent la revue se heurtent à un parti et à un groupe dirigeant profondément désorientés après leur échec aux primaires de la gauche, dans l’isolement international qui suit la fin de l’eurocommunisme, alors même que les communistes français avaient exprimé leur soutien à l’intervention soviétique en Afghanistan. Au cours de la longue crise que traverse le PCF dans les années quatre-vingt, les intellectuels qui avaient cru pouvoir contribuer à changer le parti se retrouvent à formuler progressivement des critiques au sujet de la direction et de la structure bureaucratique de l’organisation. Ces critiques se rapprochent de celles émises par leurs prédécesseurs dans les années soixante et soixante-dix. Pour autant, la majorité d’entre eux ne fera pas le choix de la dissidence et de l’expulsion, mais plutôt le choix d’un éloignement progressif de l’engagement militant, pacifique en quelque sorte, pour se concentrer d’avantage sur l’activité scientifique de recherche historique. Un éloignement qui, dans son versant négatif, est aussi le résultat de la difficulté du parti à conserver et à développer son patrimoine culturel et à mettre à profit les énergies de ses intellectuels, qui avaient pourtant contribué à la rénovation stratégique et identitaire du parti.

Haut de page

Notes

1 K. Selenizov, « Le problème de l’histoire du peuple français dans Les Cahiers du communisme (1947-1950) », dans Les Cahiers du communisme, septembre 1951.

2 François Hincker, « Quand Les Cahiers du communisme exécutaient Soboul », dans Christine Le Bozec et Eric Wauters, Sur la Révolution française. Recueil d’études en hommage à Claude Mazauric, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1998, p. 509-513.

3 « Intervention de Maurice Thorez au XVe congrès du PCF », dans Roland Leroy, La culture au présent, Paris, Éditions Sociales, 1972, p. 37.

4 Lettre de Guy Lemarchand aux membres de la commission d’histoire du CERM, 1965, dans Archives du Parti communiste français (APCF), Fonds Jean Suret-Canale (en cours de classement), dossier « Intellectuels-CERM 1967-1971 ». Archives du Parti communiste français, APCF dans la suite de l’article.

5 Serge Wolikow, « Institut Maurice Thorez – Centre d’études et de recherches marxistes – Institut de recherches marxistes », dans Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Le Seuil, 2002, p. 729-730.

6 « La Révolution d’Octobre et la France », dans Cahiers de l’Institut Maurice Thorez, n° 7-8, 1967 ; « Cinquante ans du PCF au service de la classe ouvrière, du peuple et de la Nation », dans Cahiers de l’Institut Maurice Thorez, n° 20, 1970.

7 Lettre de Jean Ellenstein à Henri Krasucki, 1966, dans Archives de la CGT (ACGT), Fonds Henri Krasucki, dossier B7.

8 Note de Nicolas Pasquarelli au Secrétariat sur les participants à la « Semaine de la Pensée marxiste » ayant pour thème le cinquantième anniversaire de la révolution d’Octobre, dans APCF, Fonds Roland Leroy, 263 J 69.

9 Rapport de Guy Besse au Secrétariat sur l’activité du CERM, 1971-1972, dans APCF FRL, 263 J 69.

10 Lettre de René Galissot à la direction du CERM et aux membres de la commission d’histoire, datée du 4 mars 1970, dans APCF, Fonds Jean Suret-Canale (en cours de classement), dossier « Intellectuels-CERM 1967-1971 ».

11 Cahiers d’histoire de l’IMT, n° 1, novembre-décembre 1972.

12 Jean Burles, Jean-Pierre Cotten, Claude Gindin, Philippe Herzog, « Dans la voie des congrès communistes », dans Cahiers d’histoire de l’IMT, n° 1, novembre-décembre 1972, p. 8-11.

13 Id., p. 21.

14 Jean-Louis Robert, Danielle Tartakowsky, « 1921-1924. Internationale, Parti et Front Unique », dans Jean Burles, Jean-Pierre Cotten, Claude Gindin, Philippe Herzog, Dans la voie des congrès, op. cit., p. 22.

15 « Le séminaire des historiens communistes », dans Cahiers d’histoire de l’IMT, n° 2, 1972, p. 96.

16 Introduction de Bernard Chambaz à « Le séminaire des historiens communistes », id., p. 102-103.

17 Id., p. 105-106.

18 Serge Wolikow, « 1928-1938. Le PCF et les questions de l’État », dans Cahiers d’histoire de l’IMT, n° 6, 1974, p. 47.

19 Jean Ellenstein, Histoire de l’URSS : La conquête du pouvoir, 1917-1921, Paris, Éditions sociales, 1972 ; Le socialisme dans un seul pays, Paris, Éditions sociales, 1973 ; L’URSS en guerre, 1939-1946, Paris, Éditions sociales, 1974 ; L’URSS contemporaine, Paris, idem, 1975.

20 Note de Jacques Chambaz à Roland Leroy, 14 novembre 1972, dans APCF, Fonds Roland Leroy, 263 J 64.

21 Roy Medvedev, Le Stalinisme, origine, histoire, conséquences, Paris, Le Seuil, 1972.

22 « Histoire de l’URSS », dans Cahiers d’histoire de l’IMT, n° 5, 1973, p. 76.

23 Danielle Tartakowsky, « Le Marxisme introuvable de Daniel Lindenberg », dans Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez, n° 16, 1976, p. 202-205.

24 Daniel Lindenberg, Le Marxisme introuvable, Paris, Calmann-Levy, 1975 ; Louis Althusser, Pour Marx, Paris, Maspero, 1965.

25 Roger Bourderon, « À propos d’une thèse universitaire et de sa publication », dans Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez, n° 15, 1975, p. 206-210 ; Roger Martelli, « À propos d’une histoire intérieure » dans Ibid., n° 11, 1982, p. 103-126.

26 Alexandre Adler, Francis Cohen, Maurice Décaillot, Claude Frioux, Léon Robel, (dir.) L’URSS et nous, Paris, Éditions sociales, 1978.

27 APCF, fonds sonore du Comité central, 4AV 2617-2618.

28 Daniel Blumé (dir.), Histoire du réformisme en France depuis 1920, Paris, Éditions sociales, 1977.

29 Jean Burles (dir.), Le Parti communiste dans la société française, Paris, Éditions sociales, 1979.

30 APCF, Fonds du BP, réunion du 10 octobre 1979.

31 Cahiers d’histoire de l’IRM, n° 1, 1981.

32 Roger Martelli, « Notions de stratégie et histoire du PCF » dans Cahiers d’histoire de l’IMT, n° 5, 1982, p. 8-42 ; Roger Bourderon, « La politique du PCF durant l’été 1940. L’Humanité clandestine (juin-juillet 1940) et l’appel de juillet », dans Ibid., p. 43-74 ; Serge Wolikow, « Un colloque Boukharine à Rome », dans ibid., p. 179-197.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Di Maggio, « Recherche historique et engagement militant : les Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez dans le dispositif culturel du PCF », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 123 | 2014, 165-186.

Référence électronique

Marco Di Maggio, « Recherche historique et engagement militant : les Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez dans le dispositif culturel du PCF », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3624

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page