Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Sur la Guerre d'Algérie

Rafid Keramane, La Pacification

Éditions Les Petits Matins, Paris, 2013, 320 p.
Didier Monciaud
Référence(s) :

Rafid Keramane, La Pacification, présenté par Nils Andersson, Éditions Les Petits Matins, Paris, 2013, 320 p.

Texte intégral

1Publié en février 1960 en Suisse, ce livre est interdit dès sa sortie en France. En effet, il aborde la gestion française de la guerre en Algérie et montre l’ampleur de la violence avec tortures, exécutions sommaires, incendies de villages et déplacements de population… Ce que la France « officielle » nomme du cynique euphémisme de « pacification » signifie en fait le recours à un vaste répertoire de moyens répressifs contre les militants et combattants algériens, la population civile, sans oublier les opposants à la guerre d’Algérie.

2L’ouvrage repose sur un travail de militants anticolonialistes avec la Fédération de France du FLN, pour sélectionner et authentifier les témoignages de victimes et d’appelés, sans oublier la collecte de documents (lettres aux autorités politiques et judiciaires, plaidoiries d’avocats, articles de presse).

  • 1 http://lequotidienalgerie.org/2012/11/27/disparition-de-hafid-keramane-hommage-a-un-grand-patriote. (...)

3En 1960, l’auteur, Hafid Keramane1 (1931-2012), est un jeune militant algérien parti faire ses études à Paris en 1956. Rejoignant le mouvement estudiantin algérien, il en devient l’un des dirigeants. Le FLN le nomme responsable de la délégation des affaires étrangères en Allemagne fédérale. Il participe à l’acheminement vers la RFA de l’argent des Algériens et à la prise en charge de militants algériens recherchés. Il rassemble un large soutien à la lutte du peuple algérien. Outre la publication et la diffusion de bulletins et de tracts, il participe aussi à l’élaboration et à l’édition par le FLN de cet ouvrage qu’il signe de son nom. Le livre est traduit en une vingtaine de langues.

4Au début de l’année 1960, Hafid Keramane est nommé chef de la mission diplomatique du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) en Tunisie. Après l’indépendance, il poursuit une carrière diplomatique qui s’achève en décembre 2001.

  • 2 Nils Andersson, Suisse d’origine suédoise, a été un éditeur très actif. En 1957, il fonde la maison (...)

5La réédition de ce livre s’accompagne d’une mise en contexte par son premier éditeur, Nils Andersson2. Ce dernier explique son histoire, de son élaboration jusqu’à sa diffusion clandestine. Il en profite pour rappeler le combat des éditeurs engagés.

6La réédition se justifie par le besoin d’aborder le rôle de l’État et de l’armée française dans cette guerre, à l’heure de l’affirmation d’une vague nostalgique sur le colonialisme et l’Algérie française.

Haut de page

Notes

1 http://lequotidienalgerie.org/2012/11/27/disparition-de-hafid-keramane-hommage-a-un-grand-patriote. Voir aussi : http://www.keramane.free.fr/wakka.php?wiki=refBiblioWeb

2 Nils Andersson, Suisse d’origine suédoise, a été un éditeur très actif. En 1957, il fonde la maison d’édition « La Cité Éditeur ». En 1958, suite à l’interdiction de La Question en France, Jérôme Lindon lui demande de le rééditer. L’ouvrage reparaît quatorze jours après sa saisie, avec le texte de Jean-Paul Sartre « Une victoire ». Il débute la diffusion des éditeurs français critiques comme Jérôme Lindon (Éditions de Minuit), Jean-Jacques Pauvert, Robert Voisin (Éditions de l’Arche) ou François Maspero. Nils Andersson réédite ainsi La Gangrène, Les Disparus, établi par des avocats avec une postface de Pierre Vidal-Naquet, le témoignage du journaliste Henri Deligny, rappelé en Algérie, le livre de Mohammad Boudia sur le théâtre militant ou Naissances sur l’aliénation colonialiste. En 1961, il est arrêté à Lyon avec Robert Davezies, qui doit lui remettre le manuscrit Le temps de la justice sur son engagement avec le FLN. Il est interdit d’entrée en France. Le manuscrit saisi paraît en Suisse à La Cité-éditeur. Voir François Valloton (dir.), Livre et militantisme. La Cité-Éditeur 1958-1967, Lausanne, Éditions d’En-Bas, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Rafid Keramane, La Pacification », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3622

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page