Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Sur la Guerre d'Algérie

Marcel et Paulette Péju, Le 17 octobre des Algériens

Paris, La Découverte, 2012, 198 p.
Didier Monciaud
Référence(s) :

Marcel et Paulette Péju, Le 17 octobre des Algériens, suivi de Gilles Manceron, La triple occultation d’un massacre, Paris, La Découverte, 2012, 198 p.

Texte intégral

1Le 17 octobre 1961, Paris connaît le plus grand massacre de civils depuis la Semaine sanglante pendant la Commune de Paris en 1871. Des dizaines de milliers d’Algériens, qui manifestent pacifiquement à l’appel de la Fédération de France du FLN, sont violemment réprimés par des policiers qui suivent les consignes du préfet de police, Maurice Papon.

2Le bilan, toujours sujet à évaluation, est probablement de cent à trois cents morts. Les images d’Algériens sévèrement battus et jetés à la Seine, des corps flottant sur le fleuve… vont pourtant disparaître de la mémoire, malgré des initiatives pour faire connaître cette tragédie.

  • 1  Marcel Péju (1922-2005) et Paulette Péju (1919-1979) sont aussi les auteurs de Ratonnades à Paris, (...)

3Ainsi, Marcel et Paulette Péju préparent un livre qui doit paraître à l’été 1962 à partir de nombreux témoignages d’Algériens recueillis à chaud. Le livre est finalement interdit1.

  • 2 Passionné de journalisme, Marcel Péju collabora jusqu’au bout avec l’hebdomadaire Jeune Afrique. Co (...)

4Marcel Péju, secrétaire général des Temps modernes de Jean-Paul Sartre, est le secrétaire du philosophe existentialiste. Ancien résistant, il s’engage pour de nombreuses causes dans l’après-guerre. Ce Lyonnais signe ainsi le « Manifeste des 121 » pour le droit à l’insoumission et contre la guerre d’Algérie. Sartre étant en tournée de « campagne algérienne » en Amérique latine, il participe avec Claude Lanzmann à la préparation du texte et à la collecte des signatures. Il s’engage dans les réseaux de soutien au FLN2 avec son épouse Paulette Flachat, ancienne journaliste du quotidien de gauche Lyon libre, disparu en 1949, devenue traductrice.

5La force de l’ouvrage repose sur les témoignages de victimes ayant survécu aux massacres du 17 octobre 1961. Il se décompose en quatre chapitres : « La bataille de Paris », « Le 17 octobre : pourquoi ? comment ? », « Ce soir-là » et « La manifestation des femmes ». On y brosse la genèse du mouvement qui remonte au 17 septembre 1961, suite à une rafle de la police parisienne dans un hôtel parisien qui se solde par plusieurs morts algériens. Motivée par l’idée de « casser » l’organisation du FLN en France et d’assécher le financement de la révolution, la police de Maurice Papon n’hésite pas à recourir à des exactions contre les militants du FLN.

6On soulignera le quatrième chapitre, qui évoque un épisode méconnu : le 20 octobre 1961, femmes et enfants descendent dans la rue. Un millier de femmes et 595 enfants sont interpellés lors de cette initiative de protestation (p. 79 et suivantes).

7La postface de Gilles Manceron propose une très riche analyse des raisons qui conduisent à ce terrible événement. Dans La Triple occultation d’un massacre, le spécialiste français montre les appuis dont bénéficie Maurice Papon au sommet de l’État français, notamment parmi ceux qui sont en désaccord avec les orientations de De Gaulle en faveur de négociations sur l’indépendance de l’Algérie. Le préfet de police de Paris organise les conditions de la violente répression, accordant quasi de facto un « permis de tuer » aux policiers. Le livre apporte ainsi des éléments sur cette répression d’État française.

8Gilles Manceron s’intéresse aussi aux causes de cette longue et terrible occultation, occultations au pluriel en fait. Elle émane d’abord des responsables politiques et sécuritaires français. Sa disparition s’opère aussi au bénéfice de la journée de Charonne en février 1962. Enfin, les premières autorités algériennes indépendantes choisissent le silence, car les organisateurs de la manifestation sont devenus opposants.

9Ce document exclusif est une saisissante présentation de l’engrenage des faits. Devant tant d’amnésie volontaire et de déni, la publication du livre s’imposait.

Haut de page

Notes

1  Marcel Péju (1922-2005) et Paulette Péju (1919-1979) sont aussi les auteurs de Ratonnades à Paris, Paris, Maspero, 1961, réédité en 2000 par La Découverte.

2 Passionné de journalisme, Marcel Péju collabora jusqu’au bout avec l’hebdomadaire Jeune Afrique. Condamné avec les membres des réseaux de soutien, il poursuivit son engagement au service de l’Algérie indépendante en devenant collaborateur d’Ahmed Ben Bella. Opposant au putsch qui renverse ce dernier en 1965, il dut alors quitter l’Algérie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Marcel et Paulette Péju, Le 17 octobre des Algériens », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3617

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page