Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Chloé Maurel, Che Guevara, entre mythe et réalité

Ellipses, 2011, 502 p.
Bruno Ventrone
Référence(s) :

Chloé Maurel, Che Guevara, entre mythe et réalité, Ellipses, 2011, 502 p.

Texte intégral

1Mon père était un artiste, un communiste aussi. Quand j’étais encore un jeune homme et que nous échangions nos idées, nous parlions d’art contemporain, de sport, de politique, d’automobiles et souvent de l’Italie. Mais je ne me souviens pas avoir évoqué le Che avec lui.

2Un jour, j’ai appris que le « grand homme » que papa admirait était Victor Hugo.

3J’avais 6 ans quand Ernesto Guevara fut assassiné en Bolivie, le 9 octobre 1967. C’est bien plus tard, pendant mes années lycée, que je découvris son visage. Il était partout : sur des classeurs, sur des briquets, sur des tasses, sur les teeshirts de nos copines et même sur des sacs U.S. Mais je l’avoue, à cette époque je ne me suis pas du tout intéressé à lui. Comme beaucoup d’adolescents, je n’étais pas concerné par les conflits qui se déroulaient dans le monde et encore moins par la politique. Longtemps après, en 1995, le hasard mit une nouvelle fois le Che sur ma route. Je suivais des cours d’espagnol aux Nations unies à Genève et nous devions lire des ouvrages en version originale. J’empruntai à la bibliothèque Diarios de motocicleta, notas de viaje por America Latina, d’Ernesto Guevara. Malgré la barrière de cette langue que je maîtrisais à peine, je dévorai ce récit de voyage. En racontant son long périple avec son ami Alberto, Ernesto Guevara dévoilait l’homme qu’il était à 23 ans. En parcourant ses notes, j’imaginais ce jeune étudiant en médecine qui avait soif de culture et d’aventure. Après cette première lecture, très intéressé par le personnage, je me mis à lire ses récits de guérillas, ses discours et de nombreux ouvrages qui lui étaient consacrés. Ainsi, contrairement à ses innombrables portraits que j’avais vus dans ma jeunesse, il devenait bien réel à mes yeux. C’était « un homme de chair et de sang qui était toujours resté fidèle à ses principes, et non une sorte de créature mythologique » (Alberto Granado, Sur la route avec Che Guevara, La Havane, 2004).

4Le révolutionnaire et ses idées sont aujourd’hui encore un sujet inépuisable. Ses biographies, publiées dans toutes les langues, sont innombrables. Celle de Chloé Maurel, Che Guevara, Entre mythe et réalité, s’inscrit dans ce flux.

5Chloé Maurel est enseignante et chercheuse associée à de nombreux laboratoires. Elle a signé plusieurs ouvrages qui témoignent de son ouverture à une histoire à l’échelle du globe, dont La Chine et le monde (2008), Géopolitique des impérialismes (2009), Histoire des relations internationales depuis 1945 (2010), et Histoire de l’Unesco - Les trente premières années, 1945-1974 (2010).

6Sa biographie de Che Guevara se démarque nettement de toutes les autres parues précédemment. On devine l’historienne et l’enseignante derrière l’écrivain. Choisissant un plan chronologique rigoureux, qui a pour fil conducteur la vie du révolutionnaire, Chloé Maurel nous offre un voyage épique très documenté, qui couvre la période 1928-1967, avec un intérêt plus particulier pour les difficiles relations Nord-Sud, les conflits de la guerre froide et les décennies 1950-1960.

7Le style est clair et précis, le ton monotone met à distance de la réalité, rappelant certains reportages documentaires. La narration, qui fait référence à une multitude de sources, oscille entre le compte rendu d’enquête et l’analyse. Quelquefois, la manière dont elle découpe son texte en petits paragraphes, eux-mêmes ponctués par des citations du Che ou de ses compañeros, peut faire penser aux Notas de viaje por America Latina rédigées par l’aventurier argentin.

8Après tout ce qui a été écrit sur le héros de la révolution cubaine, entre ses partisans qui en faisaient une icône sans aucun défaut et ses détracteurs qui dessinaient le portrait d’un monstre sanguinaire, cette biographie s’éloigne de ces deux extrêmes en adoptant une position plutôt neutre. Dans ce but, il semblerait que Chloé Maurel ait délibérément voulu faire abstraction de certaines références trop partisanes. Elle montre comment les rencontres illustres qu’Ernesto Guevara a faites pendant son second périple en Amérique latine, et aussi son séjour au Guatemala, l’ont transformé en révolutionnaire. Les plus marquantes sont sans aucun doute celles qu’il fit au Costa Rica avec quelques survivants de la bataille de Moncada, et bien sûr celle avec Fidel Castro, en 1955 au Mexique, rencontre qui sera décisive. Un vrai coup de foudre selon l’historienne, qui lui consacre tout un chapitre (p. 106 et suivantes). Soulevant aussi la question de la véritable appartenance politique du Che, elle répond de manière efficace en nous faisant observer toute l’évolution du jeune Ernesto. Cet Argentin, étudiant en médecine, qui montre une étonnante tolérance pour le régime de Perón, qui plus tard affichera clairement, à l’opposé de Castro, ses idées communistes, qui sera ensuite fasciné par l’URSS, la Chine populaire ou la Corée du Nord, c’est bien cet homme qui, à Alger, en février 1965, « livre l’une des plus claires expressions de la pensée guevariste, ou guevarisme, davantage tournée vers le tiers-monde que vers l’idéologie communiste soviétique » (p. 315).

9L’auteure aborde toutes les facettes du caractère tourmenté du révolutionnaire. Pendant la campagne de Guevara au Congo, Chloé Maurel montre un homme déterminé, aveuglé par son besoin d’action, qui néglige des données essentielles de la situation politique du pays et qui va droit au fiasco. Cette lourde défaite en Afrique marquera profondément le guérillero. Chloé Maurel s’arrête d’ailleurs sur son « Journal du Congo », écrit pendant sa retraite à Dar Es-Salaam, et dans lequel, sans se chercher d’excuses, il reconnaît sa grande responsabilité dans cet échec (p. 362).

10Parallèlement, l’historienne met en évidence à de nombreuses reprises le côté humain du Comandante, par exemple entre les combats de guérillas à Cuba ou en Bolivie, lorsqu’il cesse d’être un soldat et redevient médecin, soignant avec beaucoup de bienveillance les blessés des deux camps ainsi que les paysans. Et puis, avec une volonté évidente de rester la plus objective possible, quelques chapitres plus loin, citant les mots de Régis Debray, elle nous dévoile un Che cruel envers ses hommes et inflexible pour atteindre son but (p. 389).

11Plus nous avançons dans la lecture et plus le héros que nous dépeint Chloé Maurel semble complexe. Choisissant de s’approcher au plus près de la réalité en s’appuyant sur les témoignages et les faits historiques, elle démystifie le Che qui, sous sa plume, redevient un homme avec ses rêves et ses faiblesses. Un jour, il est le leader de la révolution, dur avec lui-même, exigeant avec ses barbudos et rempli d’abnégation jusqu’à donner sa vie pour défendre sa cause, puis d’autres soirs de guérilla nous livrent un soldat fatigué, solitaire, qui doute et se remet en question. En suivant l’Argentin tout au long de sa vie, l’auteure revient assidûment sur une vertu qui ne quittera jamais Ernesto Guevara : son besoin vital de lutter contre les inégalités. Évidemment, elle laisse ainsi apparaître son inclination pour le personnage, mais elle a raison d’insister car c’est certainement ce qui a fait de lui une icône pour tous ceux qui, de nos jours, réclament une justice sociale. Elle consacre d’ailleurs le dernier chapitre de son livre à l’héritage idéologique laissé par le révolutionnaire dans le monde entier.

12Aujourd’hui, de nombreuses questions restent en suspens : la CIA a-t-elle fait assassiner Ernesto Guevara ? Ce dernier avait-il des convictions et un caractère trop forts pour se laisser manipuler par Fidel Castro ? La mort du Comandante n’est-elle pas devenue l’arme la plus efficace des combats révolutionnaires ? Ses écrits, comme par exemple Justice globale, sont-ils toujours d’actualité ? Qu’aurait pensé le Che de cette poignée de main entre Raúl Castro et Barack Obama aux obsèques de Nelson Mandela ?

13Cette biographie de Chloé Maurel donne de nombreuses réponses, et surtout elle permettra au lecteur de se forger ses propres sentiments. En dépit de ses 502 pages, ce livre très bien documenté se dévore comme un roman d’aventures et reste un ouvrage fantastique pour tous ceux qui voudraient connaître, dans les moindres détails, la vie de cet homme au destin hors du commun.

14Pour ma part, dès l’épigraphe, je fus accroché par cette citation choisie par l’auteure : « Ceux qui vivent sont ceux qui luttent » (Victor Hugo, 1853).

15Ceux qui luttent sont nombreux de nos jours, ceci est la réalité. Ils ont souvent besoin d’un mythe pour vivre. Che Guevara, lui, n’a jamais cessé de lutter. Il vit encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Ventrone, « Chloé Maurel, Che Guevara, entre mythe et réalité », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3615

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page