Skip to navigation – Site map
LIVRES LUS

Jean Vigreux, Le clos du maréchal Pétain

PUF, Paris, 2012, 114 p.
Annie Burger-Roussennac
Bibliographical reference

Jean Vigreux, Le clos du maréchal Pétain, PUF, Paris, 2012, 114 p.

Full text

1Dans ce petit livre de 114 pages, une réédition augmentée d’un travail de 2005, Jean Vigreux démonte et analyse, à travers une « étude de cas » totale très éclairante, les multiples ressorts du projet politique, culturel et symbolique du régime de Vichy, qui ont fonctionné et se sont construits en interaction entre le niveau national et le niveau local, l’administration préfectorale, les édiles cadres de l’État français et la population.

2Au cœur de son étude se trouve l’histoire d’un « clos prestigieux » des Hospices de Beaune, de 51 ares et 10 centiares, situé au lieu-dit « les Teurons », une vigne achetée et donnée en pleine propriété au maréchal Pétain au printemps 1942 par les notables de Beaune sous la houlette de leur maire, le vétérinaire radical-socialiste Roger Duchet. Bornée dans la foulée et vendangée en grandes pompes l’année suivante, cette vigne est, à la Libération, mise sous séquestre, rendue aussitôt à l’anonymat et restituée aux Hospices, comme si rien ne s’était passé.

3Manifestation durable du culte du maréchal en zone occupée, le don bourguignon est unique en son genre (seul don de terre), mais il n’est pas un fait isolé. Les cadeaux d’aliments et d’objets commémoratifs destinés au maréchal Pétain affluent à Vichy de toute la France jusqu’à la Libération. Les négociants de Beaune envoient par exemple « 66 caisses de vins fins » le 30 mai 1942. Si certains cadeaux sont spontanés, d’autres, comme dans le cas du « clos », ont été sollicités par les autorités préfectorales. Tous disent la ferveur du lien entre le maréchal et les Français. La mise en scène du don du « clos du maréchal », son bornage et ses vendanges traduisent de façon tangible localement les idéaux de la révolution nationale à l’heure où ils commencent à se fragiliser à l’échelle nationale. Ces vendanges manifestent l’idéologie agrarienne, « la terre (qui) ne ment pas », du terroir, du travail manuel et du petit propriétaire autrement que par le discours de l’image. Elles contribuent à faire pleinement de Philippe Pétain le « maréchal paysan » « sauveur » de la France, dernier avatar de la figure du soldat-laboureur, le mythe national et nationaliste forgé au cours des xviiie et xixe siècles. 

4Elle montre aussi le jeu des élites locales bourguignonnes durant les années noires et immédiatement après la Libération. L’allégeance personnelle au régime du maréchal des notables acteurs du don du « clos » est incontestable. Elle se veut au service de la promotion de leur ville, mais sert beaucoup leurs carrières politiques et leurs affaires. La vente des vins de novembre 1943 atteint des « sommets historiques ». Le maire de Beaune, Roger Duchet, prend sa revanche sur le Front populaire et le socialiste Jean Bouhey. Il réussit à faire oublier à la Libération son rôle de premier plan dans cette histoire et retrouve son poste d’édile municipal après quelques mois seulement de mise à l’écart. Sous la quatrième République, en 1949, il fonde un nouveau parti conservateur de droite, le Centre national des indépendants dont les leaders nationaux (Antoine Pinay) jouent un rôle de tout premier plan.

5Pour rendre compte de cette histoire complexe, longtemps oubliée et refoulée comme d’autres épisodes vichystes, Jean Vigreux fait feu de tout bois. Il convoque évidemment toutes les traces existantes dans les archives publiques et privées (traces textuelles, images, films). Il va également sur les lieux à la recherche de traces matérielles (les bornes en pierre retournées). Les photos de certains documents figurent dans l’ouvrage et donnent au lecteur la possibilité d’entrapercevoir l’atelier de l’historien, un parti pris qui fait penser aux ouvrages de la défunte et regrettée collection « archives » et participe au plaisir et à l’intérêt de la lecture de cet ouvrage.

6L’ensemble forme au final une intéressante étude locale et nationale d’anthropologie historique de la politique du régime de Vichy.

Top of page

References

Electronic reference

Annie Burger-Roussennac, « Jean Vigreux, Le clos du maréchal Pétain », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 123 | 2014, Online since 17 June 2014, connection on 18 October 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3614

Top of page

About the author

Annie Burger-Roussennac

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page