Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Julien Chuzeville, Fernand Loriot. Le fondateur oublié du Parti communiste

Paris, L’Harmattan, coll. « Historiques », 2012, 237 p.
Jacques Girault
Référence(s) :

Julien Chuzeville, Fernand Loriot. Le fondateur oublié du Parti communiste, Paris, L’Harmattan, coll. « Historiques », 2012, 237 p.

Texte intégral

1Julien Chuzeville, auteur de la nouvelle notice sur Fernand Loriot écrite dans le Maitron, créateur d’un blog riche « Histoire du socialisme pendant la Première Guerre mondiale » (http://julienchuzeville.blogspot.fr/​), collabore à des revues engagées à l’extrême gauche. Utilisant les méthodes de l’histoire scientifique, ces travaux s’inscrivent dans un ensemble de recherches sur les origines françaises du communisme, le rôle du pacifisme et du syndicalisme révolutionnaire. Voilà qui constitue un ensemble différent, plus productif et stimulant de l’historiographie du communisme. De tels travaux s’opposent à la domination quasiment exclusive et durable de ceux qui, inspirés par la greffe bolchevique, préparant l’explication totalitariste, ont paralysé le renouvellement des connaissances permis notamment par l’ouverture des archives, la mise en perspective de textes politiques et la disponibilité de chercheurs, choisissant la recherche historique libérée.

2L’itinéraire politique de Loriot, très classique, se rapproche de ceux de Monatte ou de Rosmer. On aurait pu souhaiter trouver l’évocation des similitudes et des différences avec ces contemporains. Mais Julien Chuzeville a choisi un exposé strictement chronologique de l’évolution idéologique de Loriot jusqu’à son décès en 1932. Quatre chapitres correspondent à quatre tranches de sa vie militante, avec textes et illustrations en annexe. Les sources d’archives ouvrent des perspectives compensant l’absence d’index. Cependant le choix de proposer une bibliographie trop sélective ne paraît pas devoir être imité.

3Fernand Loriot, emprisonné, est désigné, avec Boris Souvarine, comme président d’honneur du congrès de Tours, décision acceptée par tous les délégués. Il fut pourtant « oublié » comme « fondateur » du communisme français. Instituteur d’inspiration libertaire, devenu socialiste en 1901, aspirant à l’unité des courants socialistes, à l’aise après la naissance de la SFIO, il rejoint le syndicalisme révolutionnaire au début des années 1910 et devient le trésorier national de la Fédération nationale des syndicats d’instituteurs. Après le déclenchement de la guerre, il s’affirme pacifiste, se reconnaît dans les analyses des minoritaires socialistes autour de Jean Longuet, évolue vers une attitude plus révolutionnaire à la manière des nombreux instituteurs syndicalistes signataires en août 1915 de la résolution pacifiste adoptée par la CGT, « Cette guerre n’est pas notre guerre ». Franc-maçon de 1905 à 1909 (et c’est là une des lacunes de l’ouvrage, car la franc-maçonnerie fut aussi traversée de discussions favorables au courant révolutionnaire), il choisit le zimmerwaldisme et milite dans le Comité pour la reprise des relations internationales. Sa brochure, Les Socialistes de Zimmerwald et la guerre, son engagement au Comité de défense syndicaliste précisent son choix pacifiste et expliquent son entrée à la Commission administrative permanente de la SFIO en octobre 1918, dont il devient le trésorier intérimaire. Son ralliement au bolchevisme puis à la révolution mondiale « pour empêcher une nouvelle guerre » intervient avant la reparution de La Vie ouvrière en avril 1919, qui renforce la compatibilité entre lutte pour la paix et soutien au communisme par la révolution.

4Loriot, veuf depuis mai 1919, en congé d’un an, menacé de révocation, « situation ambiguë » qui dure jusqu’en 1926, en militant, orateur, parcourt la France socialiste, se rend en Allemagne et en Italie. Il contribue, avec Souvarine, la plume du « binôme », à ce que leur choix devienne majoritaire dans le Parti socialiste. Son arrestation en mai 1920 n’empêche pas son action, sous le pseudonyme de « Flory » maintenant, dans le cadre du comité pour la Troisième Internationale.

5Le premier contact avec la Russie lors du congrès de la Troisième Internationale en juillet 1921, la rencontre avec Lénine, auraient pu se traduire par une intégration dans l’appareil dirigeant de l’Internationale. Il n’en fut rien pour des raisons mal définies dans l’ouvrage. Loriot reste le dirigeant de la gauche communiste dans un parti français en construction idéologique. Mais il n’occupe plus de responsabilités dans la direction nationale après le congrès de Marseille en décembre 1921. Une période de relatif effacement commence avec des changements dans sa vie privée (remariage, acquisition d’une librairie exploitée jusqu’en 1924, tardive réintégration dans l’enseignement en 1926) qui s’accompagnent d’une entrée progressive dans l’opposition au processus de bolchevisation marqué par la rédaction d’une lettre, en février 1925, signée par 80 militants. Dès lors, tout en exprimant sa fidélité au parti et au communisme, il devient peu à peu le « camarade exposé ». Dans un premier temps, son opposition reste interne, mais très vite elle s’exprime à l’extérieur des organisations. Il apparaît, selon l’auteur, comme l’archétype de la résistance « de militants communistes face à la bureaucratisation et à la stalinisation ». Et un jugement péremptoire ne manque pas d’arriver : « Force est de constater que l’IC qu’ils rejoignent en 1919 n’est pas celle qui se révèle quelques années plus tard ; mais ils ont néanmoins mis du temps à comprendre la nature réelle de la politique des bolcheviks. »

6Engagé dans la voie correspondant aux aspirations des syndicalistes révolutionnaires et des socialistes pacifistes, il se heurte au bolchevisme au pouvoir et retrouve avec ses amis syndicalistes-révolutionnaires, dont il a toujours partagé les convictions, la voie dissidente qui s’exprime autour de La Révolution prolétarienne. Il quitte le Parti communiste en 1926 et « sa position passe dès lors de la défense du parti contre la direction à la défense du communisme contre le parti. » La coopérative d’édition « La Librairie du Travail » publie en 1928 un recueil de ses articles sous le titre Les problèmes de la révolution prolétarienne.

7L’absence d’une définition de la démarche conduit l’auteur à un simple relevé d’activité politique. Et pourtant, on continue, par exemple, à s’interroger sur la présence relativement importante d’instituteurs parmi ces militants aspirant à des changements radicaux. Certains occupent déjà des responsabilités syndicales, comme Loriot, alors que d’autres plus jeunes viennent seulement de s’engager. Sans tomber dans un déterminisme social, l’étude de l’idéologie de ce milieu professionnel ne reste que téléologique. Et les premiers moments de cette expérience fondamentale se trouvent traités en sept pages ! Par la suite, fait nullement anecdotique, militant dans le syndicat CGTU, dirigé par des communistes orthodoxes dans la section parisienne, il la quitte pour rejoindre en 1930 la section du Syndicat national des instituteurs, syndicat CGT.

8Caractéristique essentielle soulignée par Julien Chuzeville, Loriot « a incarné avec d’autres une éthique révolutionnaire, ainsi que le refus de parvenir et la fidélité à une conception libératrice et auto-émancipatrice du communisme ». Restons-en là !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Girault, « Julien Chuzeville, Fernand Loriot. Le fondateur oublié du Parti communiste », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3612

Haut de page

Auteur

Jacques Girault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page