Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France, de 1814 à nos jours

Paris, La Découverte, 2012, 800 p.
Paul Boulland
Référence(s) :

Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France, de 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2012, 800 p.

Texte intégral

1L’histoire des mouvements sociaux dirigée par Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky se fixe et relève un défi ambitieux. Sur le plan éditorial, la première réussite, et non des moindres, tient à la publication de ce recueil de 800 pages. Cette ampleur s’accorde avec l’étendue chronologique des objets étudiés, du xixe siècle jusqu’aux périodes les plus contemporaines. Plus profondément, elle trouve son origine et sa nécessité dans le projet historiographique qui fonde la démarche et structure l’ensemble de l’ouvrage. Celui-ci vise à rendre compte du foisonnement des objets et de la diversité des approches disciplinaires, en se tenant à bonne distance des effets potentiellement réducteurs d’une synthèse surplombante, des typologies ex post ou des périodisations rigides. D’où le choix d’un ouvrage collectif, réunissant plus de soixante contributions et autant d’auteurs, dont une part importante de jeunes chercheurs. D’où également le choix d’un avant-propos volontairement concis, centré sur la notion de « mouvement social ». Le texte revient ainsi sur la formation de l’expression, employée dès 1823 par Benjamin Mazel (Traité du mouvement social) et sur ses usages ultérieurs, jusque dans les années 1960. En rapprochant la notion de celle de « mobilisations collectives », les auteurs proposent une définition qui s’extrait des catégorisations politiques et s’impose par son caractère opératoire, en englobant « toutes les interventions collectives destinées à transformer les conditions d’existence de leurs acteurs, de contester les hiérarchies ou les relations sociales, et à générer, pour cela, des identités collectives et des sentiments d’appartenance ».

2L’ouvrage s’organise en quatre périodes : « La question sociale en quête d’espaces publics » (de 1814 aux années 1880) ; « Le social à la rencontre du politique » (années 1880-années 1930) ; « Institutionnalisation et mobilisations au temps de l’État social » (années 1930-années 1970) ; « Désaffiliations et recompositions » (années 1980 à nos jours). Ces quatre parties sont précédées d’introductions qui analysent les configurations au gré desquelles se construisent et s’ajustent les frontières entre espace public, espace politique et espace « du social ». On pourra peut-être regretter que ces textes denses n’explicitent pas suffisamment leur dialogue avec les différentes contributions par le jeu des renvois. Les chapitres se répartissent ensuite selon une structure commune à chaque période : « Repères et influences » / « Temps forts » / « Émergences ». Ce cadre contribue à restituer l’espace poreux et labile des mobilisations, dont l’émergence et les évolutions opèrent à différentes échelles spatiales (locales, nationales, internationales) et dans des temporalités qui articulent transformations macro-historiques et surgissement d’événements ou de thématiques ponctuelles. Les contributions se concentrent majoritairement sur l’espace métropolitain, à l’exclusion donc des espaces coloniaux, comme l’assume l’avant-propos, mais sans négliger les connexions ou les comparaisons, notamment par les évocations de la Grande-Bretagne (F. Bensimon), de la Belgique (M. Pasture) ou des États-Unis (M. Debouzy), de la circulation de références internationales (l’AIT par M. Cordillot, le modèle soviétique par B. Pudal), ou de la projection des mobilisations au-delà du cadre hexagonal (le tiers-mondisme par C. Kalter, l’altermondialisme par E. Agrikoliansky). Dans la même perspective, les chapitres alternent le traitement de questions transversales et les études de cas plus circonscrites. Les temps forts attendus sont interrogés à nouveaux frais (1848, la Commune, le Front populaire, Mai 68) et côtoient des objets nouveaux ou mal connus. À défaut de pouvoir traiter ici de l’ensemble des contributions, citons, à titre d’exemple, l’article consacré au luddisme (F. Jarrige). Le texte présente à la fois la diffusion du phénomène dans l’Europe en cours d’industrialisation, sa place dans un continuum de pratiques et de mobilisations, ainsi que les luttes symboliques dont il fut l’enjeu et qui en ont imposé une perception réductrice, sur le registre de « l’archaïsme ». Soulignons également l’intérêt des articles qui examinent une série de « cas limites » tels que le boulangisme (J. Guarrigues), les mouvements xénophobes (L. Dornel) ou le poujadisme (F. Tristram). En évoquant les répertoires d’action, les thématiques ou les acteurs communs aux autres mouvements sociaux, ces exemples interrogent non seulement les frontières de la notion, mais aussi la production et l’appropriation de ces frontières elles-mêmes, sur le plan individuel et collectif. Le chapitre consacré à la Résistance (C. Andrieu) propose également une relecture féconde, à partir de la confrontation avec la sociologie des mobilisations. La quatrième partie de l’ouvrage, qui porte sur la fin du xxe et le début du xxie siècle, s’avère également très stimulante, en particulier parce qu’elle ne cède pas au « fétichisme du nouveau » qui traversa un temps l’étude des mouvements sociaux. L’histoire contribue par exemple à mettre en perspective l’essor des mobilisations sur la thématique de la santé au travail (N. Hatzfeld) et donc à en comprendre les ressorts. Surtout, cette section ne délaisse pas les formes d’action et les cadres « traditionnels » que constituent en apparence le syndicalisme ou la grève, et elle continue au contraire d’en interroger les recompositions ou les évolutions (J.-M. Pernot, S. Béroud, D. Bucco, etc.)

3Au-delà de la richesse et des apports de l’ensemble des contributions, que nous ne pouvions qu’effleurer ici, cette histoire des mouvements sociaux a le grand mérite d’illustrer les bénéfices du croisement des approches et des objets d’étude. Par son contenu, qui met en œuvre ce dialogue, et parce qu’il est appelé à devenir un ouvrage de référence tant en histoire qu’en sociologie et en science politique, ce livre participe activement de la nécessaire résorption des distances disciplinaires qui affectent l’analyse des mouvements sociaux et des mobilisations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Boulland, « Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France, de 1814 à nos jours », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3609

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page