Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

François Buot, Gay Paris : une histoire du Paris interlope entre 1900 et 1940

Paris, Fayard, 2013, 312 p.
Thierry Pastorello
Référence(s) :

François Buot, Gay Paris : une histoire du Paris interlope entre 1900 et 1940, Paris, Fayard, 2013, 312 p.

Texte intégral

  • 1 François Buot, Gay Paris : une histoire du Paris interlope entre 1900 et 1940, Paris, Fayard, 2013, (...)

1L’ouvrage de François Buot, agrégé d’histoire et spécialiste de la période surréaliste, nous plonge dans le Paris interlope, celui du plaisir et de la nuit entre 1900 et 1940. Il est dans cet essai essentiellement question du monde de l’homosexualité parisienne : masculine et féminine. L’auteur conteste la thèse d’un gay Paris discret. Bien au contraire, il montre, en faisant une analyse de terrain, la grande permissivité, et du coup, il met en garde les nombreux historiens qui concentrent leur attention sur les multiples discours officiels. Ces beaux discours demeurent souvent sans effet1.. Ceci constitue le piège d’une étude de l’homosexualité uniquement par les discours juridiques et médicaux et les législations. Ces dispositifs n’empêchent nullement un développement parfois florissant des subcultures homosexuelles.

  • 2 François Buot, op. cit., p. 19, p. 22.
  • 3 François Buot, op. cit., p. 29.
  • 4 François Buot, op. cit., p. 267.
  • 5 François Buot, op. cit., p. 193.
  • 6 François Buot, op. cit., p. 159-160..
  • 7 Olivier Blanc, L’amour à Paris au temps de Louis XVI, Paris, Perrin, 2002, p. 100.

2En premier lieu, François Buot réalise une géographie complète du Paris interlope des années 1900 à 1940 : brasseries, bains, vespasiennes et promenades publiques. Il note que le quartier de Montmartre est le port d’attache du Paris interlope. Il en constitue la vitrine. Le quartier de Montmartre est décrit comme un immense carnaval populaire mêlant musique, sexe, bonheur et tragédie2. . Il s’agit d’un milieu où toutes les audaces sexuelles semblent permises. Parmi les lieux de sociabilité homosexuelle, sont citées particulièrement les brasseries. Ces dernières ne sont pas en soit des établissements proprement homosexuels, mais des lieux où se rassemblent les intéressés3.. Un lieu incarne plus que tous cette volonté de s’amuser en toute liberté : il s’agit de la salle de bal du « Magic City ». Ainsi on peut y croiser invertis en grande tenue, garçonnes en bande4… Les homosexuels se réapproprient aussi les établissements de bains. L’auteur cite pour l’année 1900 les Bains d’Angoulême, situés dans le XIe arrondissement de Paris, qui sont signalés dans les fonds BM2 des archives de la préfecture de police de Paris. Les bains de la rue de Penthièvre préoccupèrent aussi les services de police dans les années 1900 et 1910. L’auteur note la tolérance de fait observée par ceux qui se rendent dans ces établissements5.. Il signale également les scènes de débauche et la grande mixité sociale. Enfin, parmi les établissements, il y a certains hôtels, servant complaisamment de lieu de rendez-vous pour des hommes en quête de rapports homosexuels. Ainsi, plusieurs lieux apparaissent dans les archives de la brigade mondaine, dont l’hôtel de Madrid dans le IIe arrondissement en 1913, ou un « bordel » pour hommes, rue de la Chaussée-d’Antin en 1928. Une ruse amusante est citée par l’écrivain Jean Lorrain (1855-1906) : dans un établissement désigné sous le nom de Maison Philibert, un duc vient avec une bande de garçons, ils montent avec des filles, mais ces dernières redescendent au bout d’une heure en signalant que ces messieurs n’ont pas besoin d’elles6.. Il faut signaler que de tels hôtels servant complaisamment de refuge pour des couples d’hommes ne sont pas une nouveauté de la fin du xixe siècle ou du début du xxe siècle. L’historien Olivier Blanc citait de semblables établissements pour le xviiie siècle7..

  • 8 François Buot, op. cit., p. 74.
  • 9 François Buot, op. cit., p. 90.
  • 10 François Buot, op. cit., p. 247.
  • 11 François Buot, op. cit., p. 25.

3L’ouvrage aussi nous fait rencontrer des personnages illustres de ce monde gay parisien de la première moitié du xxe siècle. Jean Lorrain est un des protagonistes essentiels de ce « Paris inverti » au début du xxe siècle. On le surnomme le « dandy de la fange8 ». Maurice Rostand (1891-1968) est un autre de ces personnages, en qui François Buot voit un symbole d’une sorte de fierté homosexuelle avant l’heure9. Ceci est confirmé par un autre homosexuel militant, André du Dognon. Ce dernier, dans un ouvrage intitulé Le monde inversé paru en 1949, décrit certains aspects du monde homosexuel à Paris. Maurice Rostand s’assume sans discrétion. Michel du Coglay est également un protagoniste de ce Paris gay. Il laisse des témoignages précis, notamment dans un essai, Les mauvais garçons, paru en 1937. Il narre des anecdotes sur le public de certains établissements, les rencontres dans les promenoirs des salles de music-hall ou des théâtres… André Gide (1869-1951) publie son Corydon en 1922 et provoque des remous : il discute les théories médicales et dénonce la domination de l’hétérosexualité, à travers un dialogue entre un jeune homme et un médecin. Jean Cocteau est avide de tout et il est un personnage également incontournable de cet univers-là. Dans les années trente, il forme un couple avec le champion du monde de boxe panaméen Al Brown (1902-1951)10. Bien d’autres personnages sont cités dans cet ouvrage, comme le journaliste et auteur Daniel Guérin (1904-1988). Le monde lesbien semble aussi florissant au début du siècle et sont citées la danseuse Liane de Pougy (1869-1950), la comédienne Sarah Bernhardt (1844-1923). La poétesse d’origine anglaise Renée Vivien (1877-1909) qui se voue au culte féminin : refus des hommes et glorification de l’homoérotisme. Cependant, bien que ce monde lesbien soit assez bien abordé, l’ouvrage semble insister davantage sur le monde homosexuel masculin. La mode de l’efféminement et l’attrait pour le monde des voyous sont décrits également. Les tantes et les travestis occupent une place de choix dans ce monde interlope. La tante est exagérément féminine. Cependant, et comme le souligne François Buot, le personnage de la tante gêne moins, car il confirme l’ordre sexuel établi11.. Mais on peut se demander si ces personnages qui semblent assumer une vie libre sont bien les témoignages d’une permissivité des mœurs.

  • 12 Voir : Julian Jackson, Arcadie : la vie homosexuelle en France, de l’après-guerre à la dépénalisati (...)
  • 13 Voir, pour la Suisse, l’ouvrage de Thierry Delessert, Les homosexuels sont un danger absolu : homos (...)
  • 14 Flora Leroy-Forgeot, Histoire juridique de l’homosexualité en Europe, Paris, PUF, 1997, p. 81.
  • 15 François Buot, op. cit., p. 32-33.
  • 16 François Buot, op. cit., p. 152-153.
  • 17 François Buot, op. cit., p. 124.
  • 18 François Buot, op. cit., p. 206.
  • 19 François Buot, op. cit., p. 278.

4D’une part, l’ouvrage constitue un tableau du monde interlope parisien au cours de la première moitié du xxe siècle, et il ne relate la situation de l’homosexualité que dans ce cadre-là. Il est vrai, et l’auteur a raison de le rappeler, que la législation française ne contient aucun texte spécifique sur les activités homosexuelles depuis 1790-1791 et ceci jusqu’à Vichy12.. Ceci constitue à l’époque un cas assez original car, dans le même temps, et dans plusieurs pays d’Europe, l’homosexualité est pénalisée en elle-même. En Grande-Bretagne, l’homosexualité est illégale jusqu’en 1967 ; en Allemagne, le paragraphe 175 pénalise les relations homosexuelles ; en Suisse, l’homosexualité entre adultes consentants est dépénalisée en 194213.. En 1938, Benito Mussolini publie en Italie des décrets anti-homosexuels14. Cette absence de législation a eu certainement une influence sur la forme de la répression de l’homosexualité dans Paris, et sur le développement d’un milieu homosexuel important. Néanmoins, les contrôles par la brigade mondaine de certains établissements connus pour accueillir une clientèle homosexuelle semblent réguliers : ainsi, le Bousca, en 1929, surnommé « bar à tantes »15ou certains hôtels, comme l’hôtel Marigny, situé au 11 rue de l’Arcade, et qui sera réquisitionné pour loger en 1918 des militaires alliés. Le gérant sera condamné à quatre mois de prison pour incitation de mineurs à la débauche16.. Ce type d’accusation, antérieurement au xxe siècle, devient une arme de choix contre les homosexuels. D’autre part, l’absence de législation homosexuelle n’empêche pas la répression sociale, et celle-ci fragilise d’autant les homosexuels. De ce point de vue, l’ouvrage donne des éléments : notamment à l’occasion de la Première Guerre mondiale et, comme le rappelle à cette occasion l’auteur, « les invertis vont devenir plus que discrets car ils deviennent la cible des patriotes les plus exaltés »17.. Certains font le lien entre l’homosexualité et l’ennemi allemand en rappelant l’affaire Eulenburg, du nom d’un conseiller de l’empereur Guillaume II, le prince Eulenburg (1847-1921), qui fut accusé d’entretenir des relations avec le général Kuno Von Moltke (1847-1923). Est cité un ouvrage qui connut dix éditions successives : Les invertis, les déséquilibres de l’amour ou le vice allemand d’Armand Barry (1836-1910), publié une première fois en 1896. André Breton affirme : « J’accuse les pédérastes de proposer à la tolérance humaine un déficit mental et moral »18.. Il serait aussi intéressant d’examiner, à travers la répression policière, ce qui peut être identifié comme de la répression diffuse du voisinage. L’ouvrage donne quelques pistes, comme ces lettres anonymes retrouvées au milieu des dossiers de la brigade mondaine, conservées aux archives de la préfecture de police de Paris. Ces courriers donnent un aperçu de ce qui constitue la surveillance du voisinage de certains lieux étiquetés homosexuels. De ce fait, cette liberté octroyée paraît fragile et pour le moins informelle. Une trop grande visibilité peut valoir des ennuis. L’ouvrage donne d’autres éléments pour percevoir la répression sociale. Il signale, à partir des années vingt, les campagnes de diffamation et de haine contre les minorités19.. L’auteur arrête son étude en 1940 avec l’arrivée de Philippe Pétain (1856-1951) à la tête de l’État français. Celui-ci annonce une reprise en main et, en 1942, un alinéa, ajouté à l’article 334 du Code pénal, punit les relations homosexuelles entre un adulte et un jeune en dessous de 21 ans dans le cas « d’actes contre nature ».

5Finalement, cet ouvrage constitue un voyage complet, fort bien documenté par des sources littéraires et policières, dans le monde homosexuel parisien au cours de la première moitié du xxe siècle, avant la Seconde Guerre mondiale. Il décrit un monde de plaisir et de liberté, liberté tolérée plus qu’octroyée.

Haut de page

Notes

1 François Buot, Gay Paris : une histoire du Paris interlope entre 1900 et 1940, Paris, Fayard, 2013, p. 14.

2 François Buot, op. cit., p. 19, p. 22.

3 François Buot, op. cit., p. 29.

4 François Buot, op. cit., p. 267.

5 François Buot, op. cit., p. 193.

6 François Buot, op. cit., p. 159-160..

7 Olivier Blanc, L’amour à Paris au temps de Louis XVI, Paris, Perrin, 2002, p. 100.

8 François Buot, op. cit., p. 74.

9 François Buot, op. cit., p. 90.

10 François Buot, op. cit., p. 247.

11 François Buot, op. cit., p. 25.

12 Voir : Julian Jackson, Arcadie : la vie homosexuelle en France, de l’après-guerre à la dépénalisation, Paris, Autrement, 2009.

13 Voir, pour la Suisse, l’ouvrage de Thierry Delessert, Les homosexuels sont un danger absolu : homosexualité masculine en Suisse durant la Seconde Guerre mondiale, Lausanne, éditions Antipodes, 2012.

14 Flora Leroy-Forgeot, Histoire juridique de l’homosexualité en Europe, Paris, PUF, 1997, p. 81.

15 François Buot, op. cit., p. 32-33.

16 François Buot, op. cit., p. 152-153.

17 François Buot, op. cit., p. 124.

18 François Buot, op. cit., p. 206.

19 François Buot, op. cit., p. 278.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Pastorello, « François Buot, Gay Paris : une histoire du Paris interlope entre 1900 et 1940 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3606

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page