Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Isabelle Durand-Le Guern, Le Roman de la Révolution. L’écriture romanesque des révolutions, de Victor Hugo à George Orwell

Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2012, 290 p.
Laure Lévêque
Référence(s) :

Isabelle Durand-Le Guern, Le Roman de la Révolution. L’écriture romanesque des révolutions, de Victor Hugo à George Orwell, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2012, 290 p.

Texte intégral

1Le projet d’examiner la révolution au prisme de ce qu’en retient la littérature est des plus alléchants et c’est fort de ce que promet le titre que l’on aborde ce livre, qui s’ouvre sur l’écho que le printemps arabe donne aujourd’hui à un processus révolutionnaire bien vivant, dont il semble ainsi postuler l’actualité.

2Pourtant, si Isabelle Durand-Le Guern rappelle en introduction les batailles idéologiques qui ont entouré la référence révolutionnaire, on est vite gêné par l’expression « mythe révolutionnaire » (p. 9), qu’il ne faut manifestement pas rapporter à ce qui pourrait passer dans les œuvres littéraires qui constituent le corpus d’étude de l’auteur (de Victor Hugo à George Orwell donc, en passant par Dickens, Flaubert, Zola, Döblin, Leo Perutz, Victor Serge et Jean Cassou) de l’épopée révolutionnaire, mais bien à une prise de position qui arrache la révolution à l’histoire, quand ce mythe révolutionnaire fait écho au « mythe marxiste » : « Hier encore il semblait peu aventureux d’affirmer que la fin du mythe marxiste renvoyait dans le domaine de l’histoire conjointement 1789 et 1917 » (p. 7). Une prise de position méthodologique qui a tout d’une prise de position idéologique, que viennent confirmer les références épistémologiques qui guident l’auteur, de François Furet à Raymond Aron, et ce, quand bien même ce mythe s’entourerait, p. 12, de guillemets.

3Ce livre ambitieux se propose une synthèse de l’image que, des années 1860 aux années 1930, la littérature des domaines français, britanniques et allemand fixe de la révolution – ou, plus exactement, des révolutions. Ainsi, cinq événements sont ici envisagés : 1789, 1848, la Commune de Paris, la révolution russe, la révolution spartakiste. La position ruptrice de la Révolution française est, après Hannah Arendt, fort justement rappelée et référée au rapport au temps inédit, annonciateur des temps nouveaux, qui s’inaugure avec les Lumières, ce qu’a fort bien montré Daniel Milo. Malheureusement, à aucun moment n’est articulé le contenu assigné à la révolution. Même, en posant « la possibilité de considérer la révolution comme un concept relativement autonome, indépendant de son ancrage chronologique et de sa réalisation historique » (p. 10), voilà la révolution ravalée au rang de simple thème romanesque, chu d’un désastre obscur, et, partant, toute considération relevant de la philosophie de l’histoire rendue vaine. Une telle perspective ne peut qu’ignorer les vrais enjeux inhérents au sujet, la critique thématique considérant toutes choses égales, au mépris du contexte, et au risque de méconnaître la place spécifique qui revient à la Commune dans ce corpus événementiel, statut singulier qui aurait peut-être permis de comprendre les discordances que l’auteur repère chez Victor Hugo, entre Les Misérables (1862) et Quatrevingt-treize (1874), deux textes que sépare, précisément, l’expérience de la Commune.

4Certes, le champ abordé est l’espace littéraire et, dans ces romans historiques, Isabelle Durand-Le Guern reconnaît bien un discours qui n’entre pas en rivalité avec l’histoire des historiens, mais on n’en demeure pas moins surpris de certaines affirmations gênantes qui émaillent la première partie, narratologique, où l’auteur s’attache à repérer l’écart entre énoncé et énonciation, prenant à revers, pour les besoins de la cause, un siècle d’analyse du discours en n’hésitant pas à avancer que « derrière le narrateur se fait à l’évidence entendre la voix de Hugo » (p. 24).

5Car, si « Ces romans fonctionnent comme espace d’exploration littéraire des modèles politiques » (p. 15), il s’agit d’observer la mise en œuvre d’une idéologie et la résistance qu’offre le roman à simplement traduire une idéologie explicite. Romans de vaincus, très largement, ce ne sont en rien des romans à thèse, mais des textes qui brouillent tout message explicite. C’est là la marque même de la textualité, ce qui ne signifie en rien qu’il s’agisse là d’une revendication de liberté de la part de l’écrivain comme l’avance l’auteur (p. 15) : Balzac était mu par une idéologie expressément réactionnaire et revendiquait écrire à la lumière du trône et de l’autel, il n’en était pas moins, dans son écriture, sa textualité, de la « race des écrivains révolutionnaires » (Hugo).

6Profondément, c’est la conception même de l’ouvrage qui pose question. Comment « dire la révolution » – qui fait l’objet de la première partie – peut-il se désolidariser de « penser la révolution » (seconde partie) quand, après Henri Focillon et Jean Rousset, on ne peut ignorer que « toute forme est forme d’un contenu » ? Avant la dernière partie, « imaginer la révolution », qui met au jour les images que suscite la révolution, que l’auteur situe largement du côté du mythe, entre figures archétypiques et visions d’apocalypse préparées par l’examen des modes narratifs mis en œuvre dans le corpus, qui amène notre collègue à conclure à une représentation de la révolution qui tient du « chaos » (p. 43), les moyens narratifs étant mis au service d’une vision fragmentaire des événements qui fait obstacle à toute dialectique ascensionnelle. Isabelle Durand-Le Guern s’attarde notamment sur ce qu’elle reconnaît comme une modalité privilégiée : l’ironie, vecteur de dérision, qui met en évidence la duplicité des discours révolutionnaires, parodiés dans la prolifération mimétique d’une rhétorique tentaculaire, étant entendu que sont en question, dans cette réplique dérisoire, les rapports de la parole et de l’action, en raison inverse l’une de l’autre. De telles tartines, qui visent à la stéréotypie, videraient la révolution de tout contenu, la « fonction poétique » prenant le pas sur « le contenu sémantique » (p. 95) et orchestrant la réduction du langage révolutionnaire à une réalité de signes, la saturation du signifiant valant effacement du signifié et, alibi au service de la justification des dérives autoritaires (p. 97), pointant l’abandon des principes fondateurs, l’autorité de ces principes ne servant plus, comme dans La Ferme des animaux, qu’un discours qui tourne à vide, dégradé en argument d’autorité dans une logique qui implique la déshumanisation. Appliquée au langage, l’ère du soupçon s’exerce sur ses pouvoirs transformateurs, réduits à néant : dans l’instrumentalisation qui s’opère, toute velléité d’agir pour « changer la vie » est oubliée et, comme dans les villages Potemkine, les seules transformations sont de façade : la révolution n’est pas un humanisme.

7Comme dans les villages Potemkine aussi, ce sont la profondeur et le regard perspectif qui font défaut à cet ouvrage dont on ne peut que déplorer la vision à sens unique, l’épaisseur de la dialectique, qu’un corpus moins unidimensionnel eût permis de ménager.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Lévêque, « Isabelle Durand-Le Guern, Le Roman de la Révolution. L’écriture romanesque des révolutions, de Victor Hugo à George Orwell », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3604

Haut de page

Auteur

Laure Lévêque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page