Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Xavier de Castro, La découverte du Japon par les Européens (1543-1551)

Paris, Chandeigne, 2013, 414 p.
Sébastien Jahan
Référence(s) :

Xavier de Castro, La découverte du Japon par les Européens (1543-1551), préface de Rui Loureiro, Paris, Chandeigne, 2013, 414 p.

Texte intégral

1Les éditions Chandeigne ne se contentent pas de fabriquer des livres, sobres et beaux, au papier sensuel, à la typographie élégante et à l’iconographie soignée. Elles mettent aussi à la disposition du public, à un prix raisonnable, des documents originaux et souvent difficiles d’accès, assortis de présentations et d’annotations qui en éclairent judicieusement le contexte. Le volume consacré à la découverte du Japon par les Européens ne déroge pas à la règle, ses concepteurs accompagnant le lecteur de leur érudition rigoureuse et discrète, dans un passionnant voyage parmi les sources de ces tout premiers contacts.

2Le parti adopté n’est pas ici, en effet, de publier un récit de voyage dans son intégralité, mais plutôt de compiler les témoignages qui, directement ou non, font état de la rencontre entre les Portugais qui fréquentaient la mer de Chine et les habitants de la mythique Cipango. Les textes les plus anciens retranscrits sont d’ailleurs les extraits de trois versions de la relation de Marco Polo, premier Occidental à mentionner les fabuleuses richesses de l’île de Cypangu (ou Ciampagu) où, comme on sait, il ne s’est point rendu, mais dont il entendit parler lors de ses séjours en Chine. Son Devisement du monde était connu des Portugais au xve siècle, mais aussi de l’érudit florentin Paolo Toscanelli, qui aurait été, par sa correspondance, l’inspirateur du projet de Christophe Colomb. L’examen de différents passages du journal de l’illustre navigateur, cités eux aussi, confirme que Colomb était bien convaincu d’avoir atteint le Cipango de Marco Polo et qu’il le pensa sans doute jusqu’à sa mort. La méprise, comme le souligne Xavier de Castro, fut lourde de conséquences. Échauffés par le mythe des trésors de l’Orient, les Espagnols, déçus de ne pas trouver à Hispaniola ce que leur avaient fait miroiter les récits du marchand vénitien, n’en furent que plus rapaces et brutaux avec les Amérindiens, précipitant ainsi leur anéantissement.

3Moins connues que ces derniers épisodes sont les tentatives espagnoles pour rallier Cipango, une fois l’Amérique dûment identifiée comme nouveau monde. En 1525, la flotte commandée par Jofre de Loaysa a bien pour objectif initial Cipango, avant que le mauvais temps et la mort de ses capitaines ne détournent ce qu’il en reste vers les Moluques. En novembre 1542, la quête des îles de l’ouest du Pacifique anime toujours les marins de l’expédition Villalobos, partie du Mexique et naufragée aux Philippines. L’un des survivants, Escalante de Alvarado, prisonnier des Portugais à Malacca, apprend en août 1548 au vice-roi Mendoza comment les Espagnols ont été devancés par leurs rivaux lusitaniens, premiers à mettre le pied sur « une île qu’ils nommèrent Os Japões, qui semble être les Cipangas et ses richesses, dont parlent tant les écrits ». Croisé avec la célèbre Pérégrination de Mendes Pinto et la chronique japonaise dite de « l’arquebuse », le texte d’Escalante permet de préciser les circonstances et la chronologie d’une « découverte » dont on peut d’ailleurs s’étonner qu’elle se soit produite si tard, les marins portugais ayant repris leurs voyages en mer de Chine dès 1530. Ce sont, quoi qu’il en soit, des marchands qui établissent ce premier lien avec le monde nippon : en 1542 d’abord, dans l’archipel des Léquios (Ryûkyû), puis dès l’année suivante - sans doute en septembre - sur l’île de Tanegashima. Les documents témoignent tous de la rapidité avec laquelle la nouvelle circule dans l’espace luso-asiatique, entraînant « une véritable ruée sur l’argent nippon » puis une sorte de trafic triangulaire entre l’Insulinde, la Chine et le Japon, dans lequel s’échangent les épices contre la soie, et la soie contre l’argent.

4Le cheminement de ce savoir s’apprécie aussi très avantageusement dans le remarquable dossier cartographique qui ouvre le volume. On y voit le Japon s’extraire des représentations imaginaires fondées sur le récit de Marco Polo ou les illusions de Christophe Colomb, pour s’installer progressivement dans la position et les contours que nous lui connaissons aujourd’hui. Le mot Japão se substitue pour la première fois à celui de Cipango dans une carte anonyme portugaise de 1550, sept ans après la « découverte ». Mais il faut attendre la fin du xvie siècle pour que la représentation de l’archipel se rapproche de la réalité, certainement à la faveur du séjour sur place d’un jésuite cartographe, Inácio Moreira.

5Vecteurs importants du savoir sur le pays et sur ses occupants, les missionnaires emboîtent très vite le pas aux négociants. Ils se trouvent logiquement bien représentés dans l’ouvrage, avec François Xavier, figure emblématique de l’évangélisation du Japon. Chargé de fonder la mission orientale de la toute récente Compagnie de Jésus, le religieux séjourne à Malacca en 1547, où la rencontre du capitaine de navire Jorge Álvares, de retour de l’archipel, ainsi que les informations données par un trafiquant fugitif nommé Yajirô, le convainquent d’organiser un voyage vers le Japon dont les habitants seraient bien disposés à la conversion, du fait de leur « ardent désir de s’instruire ». Les premières lettres de François Xavier, écrites de Kagoshima en 1549, arrivent au Portugal en 1551 et sont rapidement publiées et traduites, révélant véritablement à l’Europe la découverte du Japon. Elles témoignent des premières impressions favorables du missionnaire et de son optimisme, à peine tempérés par ce qu’il apprend de la religion locale, des enseignements des bonzes et de l’estime dont certains jouissent. La réalité des difficultés rencontrées par les jésuites affleure plutôt dans les fascinants premiers chapitres de l’Historia do Japam du père Luís Fróis, relatant les premières prédications de François Xavier et de ses compagnons, ainsi que leurs efforts pour les inciter à abandonner leurs vices, idolâtrie, sodomie et avortement en tête. L’énergie et l’audace prosélytes déployées par ces étrangers vagabonds provoquent manifestement bien moins l’adhésion que l’amusement, la raillerie ou, au mieux, la compassion de la population et des notables. Ces derniers les reçoivent toutefois, autant sans doute plus par curiosité que pour se divertir.

6François Xavier n’est pourtant pas qu’un exalté naïf. Ses lettres montrent aussi qu’il est bien conscient de la stratégique nécessité d’adosser la présence catholique à des échanges commerciaux réguliers entre l’archipel et l’Estado da India. Dès 1549, il offre son entremise « auprès du roi du Japon pour qu’il envoie en Inde [portugaise] un ambassadeur » qui négocierait l’établissement à Sakai d’une « factorerie de grand profit temporel ». François Xavier comprend d’ailleurs très vite que l’autorité de l’empereur n’est que purement symbolique et oriente sa médiation en direction des daimyô qui se partagent la réalité du pouvoir sur le territoire nippon. Certains de ces derniers finissent par se convertir, probablement par intérêt, instrumentalisant les missionnaires pour faire venir dans leur seigneurie les négociants portugais et les plus prisées de leurs marchandises. L’arquebuse figure, on le sait, en bonne place parmi les objets qui attirent l’attention des Japonais. L’unique source asiatique du recueil, le Teppô-Ki (ou « Chronique de l’arquebuse ») relate ainsi comment le daimyô Tokikata de Tanegashima se fait expliquer le fonctionnement de l’arme par les trois premiers Portugais débarqués sur son île, avant de chercher à la faire reproduire par ses forgerons. Le texte, écrit en 1606 - soit une soixantaine d’années après les faits -, sur la base de souvenirs et d’archives familiales, est également passionnant pour ce qu’il donne à voir de la compréhension par ces nobles japonais des manières - jugées visiblement méprisables - et de l’univers mental des « barbares du sud » (nanban-jin). Le passage le plus savoureux est peut-être celui où un Portugais conseille à Tokikata de fermer un œil et de se concentrer pour atteindre une cible lointaine. Le daimyo s’extasie alors : « Cela correspond à ce que Lao Tseu disait : “Ceux qui voient les choses les plus infimes, on les appelle les clairvoyants”. N’est-ce pas ce que vous vouliez dire ? ». On ignore ce que répondit le « barbare », mais il est peu probable qu’il fût jamais conscient des usages spirituels de l’art de viser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jahan, « Xavier de Castro, La découverte du Japon par les Européens (1543-1551) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3602

Haut de page

Auteur

Sébastien Jahan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page