Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-Marie Le Gall, L’Ancien Régime (xvie-xviie siècles), tome IV de Une histoire personnelle de la France

PUF, Paris, 2013, 198 p.
Guy Lemarchand
Référence(s) :

Jean-Marie Le Gall, L’Ancien Régime (xvie-xviie siècles), tome IV de Une histoire personnelle de la France, PUF, Paris, 2013, 198 p.

Texte intégral

1Signe des temps, l’histoire nationale en France se porte bien. Depuis une quarantaine d’années ont été publiées sur l’histoire de notre pays de l’Antiquité à nos jours en continuité chronologique, pas moins de cinq grandes collections d’ouvrages, à quoi s’ajoute une autre série découpée suivant les périodes canoniques de Clovis aux années 2000, la partie contemporaine étant actuellement en cours de renouvellement systématique. Mentionnons aussi une collection limitée aux temps contemporains. Et depuis 2013 commence à arriver cette huitième collection dirigée par Claude Gauvard. Il s’agit de courts volumes de 200 pages seulement et de typographie aérée, couvrant chacun plusieurs siècles, confiés à un unique auteur et non pas trois ou quatre comme c’est souvent l’usage. On peut noter également que le prix de vente en est faible. L’intitulé de l’ensemble, Histoire personnelle de la France, l’adjectif « personnelle »  étant important, révèle les intentions de ses promoteurs. Il ne s’agit pas de refaire une autre collection mettant à jour les précédentes. Tout en tenant évidemment compte de l’état de la recherche, les collaborateurs de l’entreprise sont appelés à exprimer ce qui leur paraît essentiel dans la construction pluriséculaire, voire plurimillénaire, de la nation française, avec ce qui à la fois distingue celle-ci et la rapproche de l’histoire des autres États européens. Par conséquent, le récit national tel qu’il a été élaboré aux xixe-xxe siècles, avec ses vérités, ses erreurs et ses déformations nationalistes, tient la première place et est soumis à critique. Dans le plan de chaque livre, l’histoire politique, l’histoire religieuse, la mémoire, les représentations et l’historiographie au sens d’histoire de l’histoire, occupent le plus grand nombre de pages. On renonce à la prétention à l’objectivité parfaite qui caractérisait le positivisme historique, mais, beaucoup plus que ne le faisait ce dernier, on cherche à saisir des chaînes causales et la dialectique entre les facteurs matériels, sociaux et idéologiques aux prises. Également, au lieu de s’enfermer dans le francocentrisme d’autrefois, la comparaison internationale et l’environnement planétaire sont pris en considération, en particulier avec les débuts de la colonisation.

2Un tel cadre suppose des choix. Dans cet ouvrage plus que dans les trois précédents parus de la collection, économie et démographie ont une place très réduite. Des connaissances classiques que l’on attendrait sont passées sous silence, le Camp du drap d’or, signe de la magnificence du roi de France dès François Ier face à l’Angleterre, ou la répartition de la propriété foncière sous Louis XIV qu’on connaît mieux aujourd’hui par l’exploitation quantitative d’une documentation plus abondante qu’au xvie siècle. L’auteur répondra à juste titre qu’il ne pouvait et ne voulait pas tout dire. Et cela ne l’empêche pas d’aborder de grandes questions que se pose tout honnête homme à propos de la formation sociale de la nation France et de son évolution. Ainsi Jean-Marie Le Gall relève que notre pays « pas seulement l’État »  a eu un rôle moins insignifiant qu’on ne l’a dit pendant longtemps dans le développement des grandes découvertes et que les Français ont su s’embarquer pour le nord de l’Amérique pour se livrer à la recherche des morues et des fourrures. Mais ont limité les opérations la déception due à l’aventure du Québec, l’hostilité des Espagnols et surtout la polarisation sur le rêve paradisiaque italien fondé sur les héritages de Naples et du Milanais. L’aristocratie guerrière y trouvait la renommée et la fortune, la monarchie de nouvelles et riches possessions. Rien de durable n’en est résulté, sauf tout de même l’éclosion d’une vraie Renaissance française qui ne s’est d’ailleurs pas contentée de copier le modèle d’au-delà des Alpes.

3Pourquoi la France n’est-elle pas devenue protestante comme l’Angleterre ou les Provinces-Unies ? Alors que le courant évangélique y était actif. Luther y a été mal connu, mais le radicalisme de Calvin y a séduit une minorité sensible de la bourgeoisie, de la noblesse et avec elle des dépendants paysans. Paradoxalement, insiste Jean-Marie Le Gall, la prédestination absolue rassure le fidèle toujours dans la crainte de l’apocalypse. Mais fondées sur l’obéissance et une vision hiérarchisée de la société, ni la monarchie tendant vers l’autoritarisme, ni l’Église papiste, ni la majorité des nobles et seigneurs ne pouvaient l’accepter. Très vite avec l’iconoclasme et l’accusation réciproque d’hérésie, la violence physique s’est déchaînée des deux côtés. L’instrumentalisation des croyances par la grande noblesse et les rivalités des familles pour les places dans l’État et les dons royaux ont fait le reste d’une guerre civile qui dure jusqu’à la paix d’Alès. 

4Il n’est pas original de dire que le xviie siècle est le long moment d’une guerre presque incessante depuis 1635, voire 1620, jusqu’à 1713. Mais le mérite du livre est d’en dégager d’abord fortement les conséquences. Avec Richelieu mais davantage encore avec Louis XIV, il faut contre les coalitions européennes toujours plus de soldats, plus d’armes à feu, des approvisionnements réguliers qui assurent l’ardeur des combattants, une diplomatie active, c’est-à-dire pour y subvenir un effort fiscal sans précédent de la part des peuples. Le besoin et les difficultés rencontrées conduisent à resserrer l’autorité de l’État. La liturgie de sacralisation du monarque en sa cour, le faste des fêtes royales, la propagande stipendiée avec ses statues, ses tapisseries, ses médailles, ses libelles louangeurs, ses estampes et ses almanachs visent à ce que tous les sujets obéissent avec ferveur. En dépit des querelles avec la papauté et des entorses à l’immunité fiscale, le clergé avec l’abrogation officielle du protestantisme, la haute noblesse avec les postes dans les commandements et les cadeaux et pensions royaux accrus, y trouvent l’un et l’autre leur compte. Jean-Marie Le Gall réfute point par point la légende venue de Saint-Simon et entretenue par la IIIe République d’une alliance entre la monarchie et la bourgeoisie contre une noblesse brisée et appauvrie. Il s’ensuit sous Louis XIV, aristocrate qui veut tout soumettre et acquérir dans les batailles une gloire digne d’Alexandre, des palais, un cercle de fer de forteresses aux frontières et de ports militaires, des essais d’urbanisme monumental en quelques villes, un ordre classique imposé dans les arts et les lettres à la place du baroque.

5Mais l’absolutisme, quoi qu’il proclame, est loin de gagner sur tous les tableaux. Le renfermement des pauvres laisse divaguer des cohortes de mendiants. La crue de l’impôt gonfle les rangs des mécontents et pèse sur nombre de paysans et d’artisans des villes jusqu’à soulever une poussière d’incidents multiples qui mériterait quelques lignes de plus. Reparaît une opposition nobiliaire à la fin du règne du roi-soleil. Surtout, ce qui est apparu dès le xvie siècle, en face de la dépense en augmentation incessante, les moyens matériels manquent de plus en plus au souverain. Et le déficit budgétaire le rend dépendant des financiers qui, par le service de crédit qu’ils assurent, alimentent et dévorent à la fois le trésor royal et se hissent même dans la haute noblesse. Celle-ci trouve également profit à entrer dans les sociétés des « partisans »  en dépit de ses préjugés. En face, la virulence des habituelles crises de subsistance est aggravée par les prélèvements divers, tandis que s’abat la charge de la milice et de l’inscription maritime.

6Enfin, parcourir les deux siècles permet à l’auteur de suggérer une certaine continuité dans les grands axes de la politique extérieure des rois successifs. Le mirage italien et éventuellement de croisade du pauvre Charles VIII, puis de Louis XII, et la candidature de François Ier à la couronne du Saint-Empire sont une préface manquée mais mobilisatrice à la reconstitution d’un empire romain sous l’égide franque. Charles-Quint avec la conquête de l’Amérique, Philippe II en y joignant le Portugal et ses possessions de l’Asie au Brésil réalisent théoriquement l’empire universel. Ce faisant, ils menacent la monarchie française et déclenchent des guerres fréquentes de 1520 à 1659. Jusqu’à la guerre de la Ligue d’Augsbourg. Louis XIV reprend sous une nouvelle forme l’aspiration à une suprématie qui réduirait à une vassalité, qu’ils ne pouvaient accepter, les États en construction de l’Europe occidentale. Ce nouvel empire serait planétaire contre les Hollandais et les Anglais, allant des Antilles et leur sucre, jusqu’à l’Inde et ses calicots. De la guerre chevaleresque de la fin du xve siècle à la guerre encore pour l’éclat des armes mais aussi pour les bonnes affaires du xviie siècle.

7Ces notations en fait ne donnent pas la mesure de la richesse de cette synthèse brève qui aborde de nombreuses questions et se révèle extrêmement stimulante, confrontant avec soin le légendaire et la réalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Jean-Marie Le Gall, L’Ancien Régime (xvie-xviie siècles), tome IV de Une histoire personnelle de la France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 16 juin 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3583

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page