Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Sarah Mombin, Michèle Rossellini (dir.), Usages des vies. Le biographique hier et aujourd’hui (xviie-xxie siècle)

Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2012, 384 p.
Pierre Crépel
Référence(s) :

Sarah Mombin, Michèle Rossellini (dire.), Usages des vies. Le biographique hier et aujourd’hui (xviie-xxie siècle), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2012, 384 p.

Texte intégral

1Histoire et biographie ont partie liée de mille façons. De Plutarque à Paris-Match, en passant par La Vie de Beethoven de Romain Rolland et le monumental Dictionary of Scientific Biography, dirigé par C.C. Gillispie (1970-1980), on voit bien que la biographie ne se limite pas à un seul « genre ». Les hommes politiques en vue, les historiens, les romanciers, les psychanalystes, les académiciens, les journalistes, les érudits locaux, les « savants sur le retour », ont tous leurs façons d’écrire des vies, des éloges, des nécrologies, des notices biographiques.

2Quatorze historiens de la littérature (des femmes en majorité) nous proposent ici un parcours, ni exhaustif ni sans principes, dans ce monde multiforme. Parmi les personnages biographiés, on notera Pascal, Montesquieu, Napoléon et bien d’autres, connus ou non. Parmi les auteurs biographes, ce sera bien sûr un pionnier comme Bayle, mais aussi Charles Perrault, La Harpe, Stendhal, Lamartine, etc. qui retiendront l’attention.

3Ces exemples ne sont pas livrés en vrac comme ci-dessus, mais organisés selon trois parties de dimensions semblables : « I. La vie d’un genre : histoire et méthodes » ; « II. Les grands hommes : fonctions sociales et politiques du biographique » ; « III. La vie et l’œuvre : usages littéraires du biographique ».

4Dans la première partie, la biographie est située (assez bas) dans la hiérarchie des genres, face à l’histoire en général et aux différents types d’histoire tels qu’ils évoluent notamment au xixe siècle, mais aussi face à l’autobiographie, au roman, aux dictionnaires (individuels ou collectifs). Dans la deuxième partie, le lecteur naviguera, au milieu de cas concrets, entre objectivité et apologie, entre « la vie » et « l’œuvre » ; dans tous les cas de figure, l’efficacité des ouvrages étudiés est analysée en fonction des objectifs recherchés par leurs auteurs. La troisième partie, qui prolonge la seconde, se concentre plutôt sur des montages bien particuliers et fort peu innocents, comme La Vie de M. Pascal par Gilberte Périer, soeur du savant et penseur, ou les biographies auto et non-autobiographique de Mme de Villedieu, ou enfin l’utilisation de Montesquieu par les auteurs de manuels, dont les fameux Lagarde et Michard.

5En prenant conscience des pièges, des ruses, des récupérations, des constructions légendaires qui guettent tout auteur, même non militant et de bonne foi, l’historien osera-t-il encore écrire des biographies ? En tout cas, il sait à quoi il s’expose. Sainte-Beuve et Contre Sainte-Beuve, Barthes, Kundera, Bourdieu, avaient déjà frappé et pourtant personne ne s’est découragé : les biographies sont en plein essor, qu’elles soient écrites pour être lues d’une traite ou conçues comme instruments de travail à références austères et minutieuses. Mais l’ouvrage que nous recensons ici contribuera peut-être à accroître notre lucidité et notre prudence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Crépel, « Sarah Mombin, Michèle Rossellini (dir.), Usages des vies. Le biographique hier et aujourd’hui (xviie-xxie siècle) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 16 juin 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3580

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page