Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Christophe Granger (dir.), À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au xxie siècle

Autrement, Paris, 2013, 318 p.
Guy Lemarchand
Référence(s) :

Christophe Granger (dir.), À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au xxie siècle, Autrement, Paris, 2013, 318 p.

Texte intégral

1Le titre de ce livre en affirme clairement le but : dresser le bilan de l’historiographie non pas sur une large période depuis les bouleversements matériels et intellectuels liés à la Deuxième Guerre mondiale, ce qui a déjà été fait largement dans ces dernières années, mais établir en quoi les transformations techniques, sociales, politiques et idéologiques spectaculaires les plus récentes que connaît la planète ont agi sur le métier d’historien, ses conditions concrètes de travail, ses méthodes, son inspiration. Pour ce faire, Christophe Granger a réuni avec lui 17 collaborateurs qui ont rédigé 16 contributions, et il s’est adressé, à côté de quelques auteurs chevronnés, à des hommes et femmes de 35-45 ans, entrés dans la carrière depuis assez peu de temps, ceux que le CNU appelle les « jeunes collègues », peut-être plus ouverts à la nouveauté que les chercheurs plus âgés. La période d’observation va de 1995-2000 à 2012, et il s’agit aussi bien de l’historiographie française que, même plus largement, des apports de l’étranger, avec ou sans écho en France. Sont cités de nombreux travaux allemands, italiens, anglais et surtout américains, l’Espagne, la Belgique, qui sont cependant actives, étant laissées dans l’ombre.

2Les trois premiers articles énumèrent les quelques éléments qui donnent une certaine unité à cette quinzaine d’années. Ce sont, entre autres, le facteur exogène de « l’économie du savoir » à laquelle a adhéré Lionel Jospin et qui a été maintenue jusqu’à Hollande inclus, avec les pressions et financements de l’OCDE et de l’ANR, tandis que les crédits d’État stagnent ou se restreignent, le développement de la professionnalisation des enseignements, l’essai d’instrumentalisation de la discipline sous Sarkozy. Centrées sur la reproduction capitaliste, ces données générales aboutissent à la spécialisation étroite du métier et à la restriction des emplois dont Christian Granger lui-même est une des victimes, « chômeur des universités » selon sa biographie. Mais sont intervenus aussi des changements endogènes. En ce qui concerne l’épistémologie d’abord : avec l’écroulement de l’URSS, la régression d’une dogmatique largement répandue dite marxiste, en fait plus stalinienne qu’attribuable à Marx (mais le livre ne se prononce pas là-dessus), a facilité le rapprochement entre histoire et sociologie, tandis que, contradictoirement, l’individualisme triomphant a stimulé la réflexion critique sur les sources et la subjectivité. Enfin, des thèmes relativement nouveaux sont apparus : la poussée de la préoccupation écologique a suscité l’intérêt pour l’environnement dans le passé ; les progrès de la communication, physique avec les transports modernes, informative avec le numérique, les bases de données et les moteurs de recherche, ont facilité l’élaboration d’une histoire comparée à une échelle mondiale ; l’omniprésence de la télévision et la rapidité de la circulation de la photographie ont imposé l’étude de l’image et de sa diffusion. La littérature elle-même est questionnée à nouveaux frais par les historiens, non plus seulement comme document sur les temps révolus, mais comme facteur de façonnement d’identités influentes, sociales, régionales ou nationales.

3Dans le travail même des historiens, la notion d’archive s’est étendue et complexifiée. En une centaine d’années, on est passé d’abord des « vieux papiers », manuscrits surtout, consignant les actes du pouvoir d’État et des autorités locales, parfois édités dans des collections telles que les Recueils de l’histoire de la France, à la collecte de tous documents de toutes les administrations qui n’ont cessé de grossir. S’y sont ajoutés les documents privés et personnels, des archives d’entreprises aux mémoires non destinés à publication, et depuis moins de cinquante ans les archives audiovisuelles. En face de cette masse de données, le grand problème est que les classements indispensables risquent d’orienter les recherches des historiens en fonction des préjugés éventuels des archivistes. Avec l’ordinateur, la quantification, loin d’être répudiée, ne porte plus seulement sur la macro-économie et les patrimoines, l’histoire sociale est précisée par la prosopographie. Même l’histoire de l’art s’ouvre aux statistiques avec, par exemple, l’étude des goûts collectifs et des modes à travers la carrière des 1 000 exposants aux salons de peinture de 1791 à 1848. Le débat sur les catégories sociales de base, prendre celles de l’époque ou celles de la sociologie, est de plus en plus tranché par l’emploi de plusieurs codages sur le même objet. Dans les relations entre histoire et sociologie, on est passé du refus réciproque où les historiens voyaient dans la sociologie une discipline qui les concernait peu parce que, selon eux, réservée au contemporain à sources multiples et pratiquant une modélisation sans capacité explicative pour le passé, les sociologues, eux, répliquant en relevant l’empirisme irréfléchi de l’histoire et son incapacité à la conceptualisation. Puis, avec la socio-histoire chez les historiens, l’œuvre chez les sociologues de Bourdieu et de Boltansky se référant aux travaux des historiens, est venu un rapprochement qui a commencé plus tôt et plus fort que ne le dit l’article de Stéphane Van Damme, chez des historiens comme Roland Mousnier en dépit de ses choix idéologiques, Jacques Dupâquier ou Michel Vovelle, mais il est vrai, sans recours aux instruments théoriques. Se sont introduits alors dans la discipline historique la rationalité des systèmes de représentation, les identités sociales, les réseaux et diasporas, le pouvoir des symboles jusqu’à la « violence symbolique », le pouvoir reproducteur mais également créateur des institutions comme la justice, le façonnement des mémoires collectives à travers les représentations-interprétations d’événements saillants. Du même coup les catégories sociales employées par les historiens ont changé également. Avec les recherches sur les racines sociales et les différenciations sociales dans le discours des sociétés sur la culture et les idées, avec également l’appropriation par les groupes divers des modèles culturels et leurs variations en fonction des circonstances particulières de cette opération, s’imposent la division dominants-dominés et, à travers elle, plus ou moins masquée, la division des classes. Le débat classes sociales réelles ou illusion créée par l’expression linguistique s’évanouit, de même que l’oscillation entre essentialisme des catégories et simple adaptation aux circonstances, quoique cet effacement soit plus net, me semble-t-il, que ne l’écrit l’auteur de la contribution. La forme elle-même de l’histoire a changé récemment. Le récit classique ordonné par la chronologie, tout en étant présent comme narration conductrice, tend à être remplacé par une fresque plus romanesque, proche à la fois du roman à la Balzac et du cinéma, rompant la continuité, avec des retours en arrière, brisant les enchaînements par une succession d’angles de vue du même objet, recourant même à la fiction et au « presque vrai » en plaçant des détails matériels ou factuels et des dialogues imaginés entre les acteurs, qui sont tous vraisemblables mais non assurés par leur présence dans les documents. Le « retour de l’événement » et la vogue de la biographie par contre ne sont ici guère analysés.

4Enfin l’ouvrage rend compte de quelques thèmes nouveaux inscrits dans l’histoire d’aujourd’hui, mais développés ici sans indiquer les raisons de ces choix, alors que d’autres pistes d’égal intérêt et d’égales nouveautés ne sont pas traitées. Ainsi les émotions sont comptées dans les objets d’histoire, particulièrement avec Norbert Elias (1939) et son schéma de la modernité comme marche vers une maîtrise des impulsions. L’anthropologie et l’anti-autoritarisme surgi de mai 1968 et de l’échec des états-Unis dans la guerre du Vietnam dans les années 1970 ont conduit à nuancer cette vision trop simple. Dépassant la psycho-histoire, sont apparus des « systèmes émotionnels » de contenu différent suivant les espaces et les époques. On saisit les émotions collectives reposant sur une communication à travers les institutions sociales, églises, assemblées politiques… qui forgent des « communautés émotionnelles », lesquelles diffusent des émotions qui auraient pu rester individuelles et isolées ; s’établissent des « régimes émotionnels » encadrant et ritualisant l’interprétation de l’événement stimulateur. De même l’environnement, longtemps limité en France aux paysages agraires, est devenu un thème obligé à large champ, des climats aux paysages urbains. Le milieu « naturel » n’existe plus guère, tant l’action humaine modifie la variété des espèces animales et la pédologie, souvent sans le savoir. Plus récemment encore s’est ajoutée la considération de l’échelle de la planète dans l’évolution des sociétés. L’histoire connectée se penche sur le déroulement des premiers contacts entre sociétés différentes et éloignées les unes des autres, qui se sont multipliés avec le commerce et la colonisation. Les effets de la rencontre sur chacune de ces sociétés sont très différents selon le but de l’événement, l’intensité précédente du commerce, la structure politique en place, les codes sociaux de conduite en face de l’étranger. Mais l’article ne parle pas de l’histoire comparative globale qui évalue les niveaux et formes de développement à travers les continents.

5Avec un tel élargissement de ses centres d’intérêts, l’historien est de plus en plus présent dans la vie de la société. En particulier, il est convoqué pour la célébration des commémorations. Une contribution prenant l’exemple de la guerre de 1914 rappelle que ces cérémonies ont lieu à dates régulières, à proximité de l’événement, puis cinquantenaire, etc… Elles font l’objet d’une préparation avec, pour la Première Guerre mondiale, tout un appareil administratif et scientifique, avec une dimension transnationale, ici la Nouvelle-Zélande même y participant. Mais aussi, entrent dans la célébration, à côté des États, les régions et les communes, avec chacune leurs historiens.

6Ce livre couvre donc une matière de vaste dimension et traduit un souci réel d’approfondissement épistémologique. Pourtant des lacunes étonnent le lecteur. L’histoire économique, en dépit des chantiers nouveaux qu’elle a ouverts, n’est vue que fugitivement. Sont complètement absents la démographie historique, pourtant aussi élargie récemment, de même que l’appréhension à la suite de Pierre Renouvin de la géopolitique dans les relations internationales, l’étude récente de la guerre comme phénomène englobant, celle de la violence et la criminalité, la considération des âges de la vie. Pas une ligne non plus sur le maintien et l’élargissement d’une histoire rurale dans la suite de ce qui s’était fait dans les années 1960 avec Pierre Goubert ou Gilbert Garrier. Jugée ringarde vers 1980-2000 selon une historiographie idéaliste, elle est maintenant en pleine activité avec l’Association d’histoire des sociétés rurales, née en 1994, dont le succès est significatif d’un mouvement d’opinion chez les historiens français. Autre spécificité française qui n’est pas mentionnée : l’utilisation par les mêmes de concepts et méthodes de la géographie à laquelle beaucoup des historiens sont liés par leur formation – les professeurs d’histoire-géographie de l’enseignement secondaire – et qui a su elle aussi évoluer récemment. Centré sur l’histoire contemporaine, l’ouvrage parle moins des Temps modernes et pas du tout du Moyen Âge et de l’Antiquité. Parfois est considéré comme nouveauté de 2000 ce qui a commencé en réalité bien avant. Ainsi, concernant les émotions et les mentalités, l’apport de Robert Mandrou est oublié. Le contraste entre les inspirations du xxie siècle et celles dominantes, libérales, de 1980-2000, n’est guère appréhendé, ce qui, à l’inverse, minore la rupture de 2000. Par exemple, n’y a-t-il pas aujourd’hui, plus fortement que ne le dit la contribution sur les catégories sociales, une renaissance du concept de « classe sociale », non pas à l’identique par rapport à la notion de 1960, mais nuancé, relativisé et débouchant sur l’autre concept de « conscience de classe » ? En fait, le plan d’ensemble du livre n’est pas assez analytique, sans doute afin de laisser plus de liberté aux intervenants. De plus, le style inutilement jargonneur de quelques articles n’est pas toujours éclairant.

7Néanmoins, l’ouvrage est d’autant plus utile qu’il met en valeur une évolution de la discipline plus rapide qu’on aurait pu croire, et qu’il souligne combien la super-structure intellectuelle dépend d’événements, donc d’histoire, et d’infrastructures diverses et combien, également, la même super-structure n’est pas sans efficacité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Christophe Granger (dir.), À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au xxie siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 16 juin 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3574

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page