Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Un hymne à la tolérance envers l’homosexualité

À propos du film Les Invisibles, de Sébastien Lifshitz, 2012, 115 min.
Thierry Pastorello
p. 238-240

Texte intégral

  • 1 Ève Kosofsky-Sedgwick, Épistémologie du placard, Paris, Amsterdam, 2008, 258 p.

1Le film documentaire du cinéaste Sébastien Lifshitz croise sept ensembles de portraits d’hommes et de femmes ayant pour particularité d’être homosexuels. Le titre Les Invisibles n’est pas sans rappeler la « théorie du placard » de l’universitaire Ève Kosofvsky-Sedgwick (1950-2009), ou la double vie de l’homosexuel contraint à l’invisibilité dans le domaine public. En fait, il s’agit d’un système de pouvoir s’exerçant sur les homosexuels, entre dire ou ne pas dire son homosexualité à ceux qui la perçoivent déjà1. Au début du film, Yann et Pierre sortent un oisillon de sa coquille. Cet acte de donner la vie est touchant, si on établit un parallèle avec les déferlements de préjugés lors des débats sur la réforme du mariage pour tous, notamment ceux concernant le débat sur l’homoparentalité.

  • 2 Cf. sur ce personnage : Danielle Michel-Chich, Thérèse Clerc, Antigone aux cheveux blancs, Paris, É (...)

2Sept portraits croisés, et s’il faut donner un sentiment, il s’agit d’un hymne à la nature et à la tolérance. Il s’agit de femmes et d’hommes ayant su s’aménager une homosexualité intime heureuse. Aussi faut-il se méfier d’entrevoir l’homosexualité surtout par le biais des discours et de l’aspect public. Plusieurs ont rencontré des difficultés à s’accepter et à se construire comme homosexuels, avant d’y trouver leur bonheur et leur vérité. Ainsi Pierre, issu d’une famille catholique, connaît le placard et l’isolement. Yann, son ami, vient d’une famille communiste et doit se confronter à l’homophobie de son milieu. Christian souligne son isolement. Parallèlement, il connaît des difficultés à admettre ses désirs homosexuels. Thérèse a eu quatre enfants sans le vouloir vraiment, et elle assume son homosexualité dans le sillage de mai 1968. Ensuite, elle fait partie du Front homosexuel d’action révolutionnaire, mouvement homosexuel fondé en 1971. Elle milite pour le droit à l’interruption volontaire de grossesse2. Plusieurs de ces femmes et de ces hommes ont connu divers problèmes liés à leur homosexualité : la mère de Monique ne parvint jamais à admettre l’homosexualité de sa fille. Catherine et élisabeth quittent leur milieu professionnel, où elles rencontrent des difficultés. Elles gèrent une ferme désormais. Ces péripéties sont présentées parfois avec humour, comme pour Monique quand elle raconte comment sa mère lui déclare qu’elle connaîtrait bien son petit ami.

  • 3 Antoine Idier, Les alinéas au placard : l’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982), Paris, C (...)

3Ce film montre un bonheur d’être homosexuel, de la part de ces femmes et hommes, malgré la difficulté à vivre cette condition dans la France d’avant 1982, c’est-à-dire d’avant la dépénalisation de l’homosexualité. C’est en effet cette année-là que la pénalisation de l’homosexualité a été définitivement abrogée dans notre pays, après l’avoir été pendant la Révolution française, faisant de la France le premier pays au monde à l’avoir fait. Le texte en vigueur signé par le maréchal Pétain en 1942, et non aboli à la Libération, instaurait une atmosphère d’homophobie pesante. En 1960, sous De Gaulle, un amendement introduit par un député de droite classait l’homosexualité comme un « fléau social » et donnait au gouvernement le droit de légiférer par décret pour la combattre3. C’est à l’initiative de la gauche, dans la foulée de l’élection du président Mitterrand en 1981, et grâce à l’action de personnalités comme Gisèle Halimi ou Robert Badinter, que cette disposition répressive a été abolie. Robert Badinter, dans un discours resté célèbre, déclara : « Cette discrimination et cette répression sont incompatibles avec les principes d’un grand pays de liberté comme le nôtre. Il n’est que temps de prendre conscience de tout ce que la France doit aux homosexuels comme à tous ses autres citoyens dans tant de domaines. » L’homosexualité restera pourtant classée par l’OMS comme une maladie mentale jusqu’en 1992.

  • 4 Malick Briki, Psychiatrie et homosexualité : lectures médicales et juridiques de l’homosexualité da (...)

4Dans le film, on rencontre des couples aimants, comme Catherine et élisabeth, Pierre et Yann, Bernard et Jacques. On perçoit une vraie complicité chez ces couples homosexuels, à travers une activité, voire une passion commune, comme chez Catherine et élisabeth ou chez Yann et Pierre. Une homosexualité assumée et heureuse est aussi parfaitement discernable, dans le cas de Monique notamment. Cette dernière affirme avoir toujours été lesbienne, et elle raconte sa passion pour les filles. Pierrot est âgé de 82 ans. C’est un paysan en parfaite harmonie avec la nature qui l’entoure. Il est bisexuel. Il raconte son initiation à la sexualité et ses rencontres au bord de l’eau. Il est un homme heureux. Ce bonheur d’être homosexuel contredit les discours officiels d’alors. Il faut rappeler à ce titre l’émission de la journaliste Ménie Grégoire intitulée « L’homosexualité, ce douloureux problème » le 10 mars 1971 à la salle Pleyel à Paris, et qui eut comme conséquence la naissance du Front homosexuel d’action révolutionnaire. On sait comment l’émission fut interrompue par un groupe d’homosexuels clamant qu’ils ne souffraient pas4. Le bonheur de ces homosexuels, soit dans leur couple, soit dans l’authenticité qu’ils affichent par rapport à leurs désirs sexuels, s’inscrit en faux contre ces affirmations sur la difficulté et la souffrance de l’homosexuel.

5Le plus remarquable dans ce film est la distance que ces femmes et hommes ont vis-à-vis d’eux-mêmes. Cette dernière s’accompagne d’une maturité permettant un regard apaisé sur son parcours, par-delà les aléas, ainsi Pierrot affirmant de manière détachée : « Je pouvais faire l’homme ou la femme ». Yann et Pierre racontent leurs difficultés respectives avec une distance qui force le respect, de même pour Christian. De plus, ces femmes et hommes sont filmés dans leurs cadres de vie respectifs. Ceci ajoute à la sincérité de leurs attitudes, et leur environnement constitue un charme supplémentaire, comme par exemple pour Pierrot filmé dans son cadre champêtre. Le cinéaste, dans l’interview complémentaire, et à juste titre, voit en cet homme un digne enfant de Jean-Jacques Rousseau, ceci appuyé sur son harmonie avec la nature. Parfois, la distance que ces femmes et hommes prennent vis-à-vis d’eux-mêmes donne lieu à un humour savoureux.

6Ce film est un hymne à la liberté et à la sincérité. Il montre des homosexuels épanouis, heureux et aimants. Ces derniers ont surmonté l’incompréhension à laquelle ils ont dû se confronter. Ce film est donc important, il constitue une pièce primordiale pour tordre le cou aux préjugés et aux stéréotypes. Il est particulièrement bienvenu dans le contexte actuel, où l’homophobie grandit dans certains pays et où une législation répressive se met en place, comme en Russie, sans oublier les plus de 70 pays dans le monde où l’homosexualité est encore illégale.

Haut de page

Notes

1 Ève Kosofsky-Sedgwick, Épistémologie du placard, Paris, Amsterdam, 2008, 258 p.

2 Cf. sur ce personnage : Danielle Michel-Chich, Thérèse Clerc, Antigone aux cheveux blancs, Paris, Éditions des femmes, 2007, 132 p.

3 Antoine Idier, Les alinéas au placard : l’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982), Paris, Cartouche, 2013, 202 p.

4 Malick Briki, Psychiatrie et homosexualité : lectures médicales et juridiques de l’homosexualité dans les sociétés occidentales, de 1850 à nos jours, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2009, 232 p., p. 103.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/3573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Pastorello, « Un hymne à la tolérance envers l’homosexualité », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 123 | 2014, 238-240.

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Un hymne à la tolérance envers l’homosexualité », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3573

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page