Navigation – Plan du site
LES CAHIERS RECOMMANDENT

Les Cahiers recommandent…

Chloé Maurel, Jean-François Wagniart et Georges Vayrou
p. 241-252

Texte intégral

Expositions

Été 1914, Nancy et la Lorraine dans la guerre

1Musée Lorrain, Nancy, du 15 février au 21 septembre 2014.

Exposition proposée dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre mondiale et labellisée par la Mission du Centenaire 14-18.

2

3« Rendre à Nancy et sa région la place qu’elles doivent occuper dans le souvenir de la Grande Guerre », tel est l’objectif que Gerd Krumeich, professeur émérite de l’université Heinrich Heine de Düsseldorf, président du comité scientifique de l’exposition, affiche d’emblée. En quelque sorte, Nancy réclame sa part de commémoration.

Une victoire dans la défaite ?

4Les historiens s’accordent généralement pour considérer « la bataille des frontières », qui ouvrit la Grande Guerre en août et septembre 1914, comme une défaite pour la France et ses alliés. Ça commence notamment par deux échecs retentissants au sud du front, à Morhange et Sarrebourg, suivis d’un repli (« tactique » bien entendu) sur Nancy avec les Bavarois aux trousses. Le général de Castelnau, commandant la 2e armée, n’est pas sûr de pouvoir défendre Nancy, « ville ouverte ». Mais Joffre lui demande de s’accrocher : la chute de « la capitale de l’Est » aurait un effet désastreux sur le moral du pays. S’ensuivent beaucoup de contradictions et d’hésitations, de part et d’autre du front.

5Les concepteurs de l’exposition estiment qu’entre le 24 et le 27 août, la bataille de la « trouée de Charmes » met un terme aux espoirs des généraux bavarois de jouer un rôle de premier plan dans la victoire allemande. Ensuite, la « bataille du Grand Couronné » marquerait l’échec de vouloir fixer les troupes françaises en Lorraine. Sur cette partie, le front va se stabiliser pour ne pratiquement plus bouger jusqu’au 11 novembre 1918. Dès le 3 septembre 1914, Joffre effectue les premiers prélèvements sur les armées de Lorraine pour transporter les troupes vers d’autres massacres sur la Marne… On cite alors Barrès (omniprésent dans les alentours), qui déclarera en 1920 : « Si Paris a été sauvé à la Marne, c’est parce que Castelnau avait vaincu à Rozelieures »…

« Guéguerre » entre généraux…

6Le général de Castelnau, « sauveur de Nancy », n’est pas n’importe qui. Il appartient à une famille de vieille noblesse. Il est écarté dans un premier temps de l’état-major pour ses positions antidreyfusardes. Mais Joffre le rappelle auprès de lui comme chef d’état-major, et il participe à l’élaboration du plan XVII, qui eut le succès que l’on vient de constater. Il est mis en non-activité sous Nivelle, puis Foch, qui fut l’un de ses généraux de corps d’armée, peu inspiré à Morhange, le rappelle et il aurait pu commander une offensive en Lorraine si l’armistice ne l’avait pas interrompue ! Son catholicisme exalté le fait surnommer « le Capucin botté ». Clemenceau le désigne comme « général de Jésuitière, indigne des responsabilités qu’il assume »… Il semble que cet engagement et… Foch lui coûteront un bâton de maréchal. Il n’avait pourtant pas démérité : 27 000 morts en une seule journée en août 1914, mieux que Verdun, paraît-il. Il sera député ERD (droite conservatrice) de l’Aveyron en 1919. Présidant la Fédération nationale catholique, il sera en 1924 en tête de l’opposition à Herriot contre la « laïcisation » de l’Alsace-Lorraine. Joffre, Clemenceau, Foch, Herriot contre soi… Cela peut-il expliquer l’oubli de l’homme et de la bataille ?

7Mais l’exposition de Nancy comporte d’autres volets : « l’attente de la guerre », et la mobilisation à Nancy. Avec la représentation et la propagande de l’été 1914, qui n’ont rien à voir avec ce qu’elles deviendront les trois années suivantes, l’exposition s’interroge enfin sur la mémoire, le souvenir et la postérité des combats de l’été 1914. Nous avons proposé un début d’explication, balayé d’un revers de main par le président du comité scientifique.

8Utile prolongement d’une visite éventuelle par deux expositions complémentaires : au musée des Beaux-Arts, « L’art et la guerre » évoque les rapports entre les artistes et la guerre (Jacques Callot, Jochen Gerner…). L’accrochage change tous les trois mois selon quatre thèmes (batailles, misères, résistances, mémoires). Au musée de l’École de Nancy, « Les artistes de l’École de Nancy et la guerre de 14/18 » donne à voir une sélection d’œuvres de Victor Prouvé, Henri Bergé, Louis Hestaux, Louis Majorelle… qui participent au grand élan patriotique. On doit également mentionner un superbe catalogue d’exposition.

La bande dessinée à l’honneur

9Pour fêter le 70e anniversaire de la Libération de la France, le Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne présente jusqu’au 2 janvier 2015 une exposition intitulée : « Toutes les couleurs de la liberté. La Résistance et la Libération vues par la bande dessinée et les publications pour la jeunesse, 1944-1949 ». Elle montre les représentations de la Résistance et de la Libération à travers la bande dessinée, et se fonde sur un minutieux recensement des publications pour la jeunesse de l’après-guerre, à l’image des magazines Vaillant ou Tintin.

10Ces publications pour la jeunesse ont, quelques années à peine après les événements, mis en scène la Résistance en s’appropriant ses figures héroïques, comme le général Leclerc ou le colonel Fabien, et en inventant des héros de fiction comme « Fifi gars du maquis », « le capitaine invisible » ou encore « les trois mousquetaires du maquis ».

11L’exposition, qui présente une centaine d’objets (planches de BD, scénarios de BD et de films, jouets), montre bien l’importance réelle et symbolique de la Résistance dans l’imaginaire collectif des années d’après-guerre, imprégnées du « résistancialisme », et dans la construction de la société actuelle.

12Parallèlement, les éditions L’Harmattan s’attachent depuis quelques années à faire connaître la BD africaine. La collection « L’Harmattan BD », lancée parallèlement au 1er Salon de la Bande dessinée africaine qui s’est tenu en décembre 2010 à Paris, dirigée par Christophe Cassiau-Haurie, permet aux auteurs africains de BD de toucher le lectorat français.

13Parmi les œuvres les plus remarquables, on peut signaler la BD Aya de Yopougon, écrite par l’écrivaine ivoirienne Marguerite Abouet et illustrée par le dessinateur français Clément Oubrerie.

14L’action de cette BD humoristique se situe à la fin des années 1970, en Côte d’Ivoire à Yopougon, quartier populaire d’Abidjan. La jeune Aya, 19 ans, partage ses journées entre l’école, la famille et ses deux meilleures amies : Adjoua et Bintou, qui ne pensent qu’à aller « gazer » en douce à la nuit tombée dans les « maquis » et à partir à la pêche au mari. La situation se corse lorsque Adjoua se retrouve enceinte par mégarde… On croise plusieurs personnages amusants, comme Grégoire, le « Parisien » qui, de retour de la capitale française où il a échoué à se trouver une situation, se fait mousser en vantant ses costumes du grand couturier parisien « Tati » et ses relations dans le quartier chic de Château-Rouge…

15Six volumes sont parus entre 2005 et 2010, et Aya de Yopougon a obtenu le prix du premier album au Festival d’Angoulême 2006. En 2013, la BD a été adaptée par Marguerite Abouet en un film d’animation, qui, sorti en France, a conquis le public.

16En outre, à la fin 2013, les éditions L’Harmattan ont publié, sous la direction de Christophe Cassiau-Haurie, un Dictionnaire de la bande dessinée d’Afrique francophone.

17Ce livre rend compte de près de 70 ans d’écriture de la bande dessinée dans cette partie du continent africain et a le mérite de faire connaître au public français des auteurs et dessinateurs de talent, souvent jusque-là peu ou pas connus en France.

18Ce dictionnaire complète ainsi utilement le beau livre L’art de la bande dessinée, paru aux éditions Citadelles et Mazenod en 2012 sous la direction de trois historiens spécialistes du sujet, Pascal Ory, Sylvain Venayre et Laurent Martin.

Cinéma et photographie

Un pan méconnu de l’histoire de la récupération des œuvres d’art spoliées par les nazis

19Le film Monuments Men, de George Clooney, sorti en 2014, s’inspire d’un épisode réel de la Seconde Guerre mondiale : en 1944, le général Eisenhower a créé le Monuments, Fine Arts, and Archives Program. Surnommé « Monuments Men », les sept hommes qui le constituent (conservateurs de musées, artistes, architectes, historiens d’art) sont chargés de suivre les Alliés afin de récupérer les œuvres d’art volées par les nazis à leurs propriétaires, souvent des juifs, afin de les restituer à ces derniers. Ce film, dans lequel jouent des stars comme George Clooney et Matt Damon, présente cet épisode de l’histoire à la manière hollywoodienne, comme un film d’aventures avec du suspense et de nombreux rebondissements. Embarqués dans ce qui apparaît comme la plus grande chasse au trésor du xxe siècle, les Monuments Men risquent leur vie pour défendre les précieux trésors artistiques de l’humanité et empêcher la destruction du patrimoine artistique et culturel mondial.

20Il est dommage que le réalisateur, afin de faire de l’histoire des Monuments Men un film à grand spectacle, prenne des libertés avec la vérité historique et, attaché à présenter en héros cette équipe d’Américains, n’évoque pas ou pas assez le rôle d’Européens et de femmes, telle Rose Valland. Cette dernière (1898-1980), historienne d’art, résistante et capitaine de l’armée française, a activement participé pendant la guerre au sauvetage et à la récupération d’œuvres d’art volées par les nazis. Diplômée des Beaux-Arts de Paris, docteure en histoire de l’art, elle est, au début de la guerre, attachée de conservation au musée du Jeu de Paume. Pendant l’Occupation, les Allemands, sous l’administration du « personnel spécial pour l’art pictural » (Sonderstab Bildende Kunst) commencent à travers la France un pillage systématique des œuvres des musées et des collections privées. Ils utilisent le musée du Jeu de Paume comme dépôt central avant d’envoyer les œuvres volées en Allemagne. Pendant ces quatre années, Rose Valland dresse un inventaire précis des œuvres qui transitent par le musée du Jeu de Paume et essaie de connaître leurs destinations et les numéros des convois. Pour cela, à ses risques et périls, elle déchiffre les papiers carbone allemands dans les poubelles du musée, et écoute les conversations des officiels nazis. Elle fournit également des informations à la Résistance sur les trains qui transportent les œuvres, afin que les résistants évitent de bombarder ces convois. En outre, dès l’automne 1944, elle informe les Américains afin que, dans leurs bombardements sur l’Allemagne, ils épargnent les sites de stockage des œuvres volées. Le lieutenant américain James Rorimer, l’un des Monuments Men, témoignera de l’action de Rose Valland dans son livre Survival, en 1950. Après la Libération, Rose Valland est intégrée à la Commission de récupération artistique qui a fonctionné de 1944 à 1945. Puis en 1947, elle est nommée au poste central de la récupération artistique en Allemagne et contribue à la récupération des œuvres volées, mais aussi à la reconstruction des musées allemands. Elle témoigne également au procès des dirigeants nazis à Nuremberg. À son retour en France en 1953, elle est nommée en 1955 conservatrice des Musées nationaux, couronnement de sa carrière. En 1961, elle publie ses expériences sous l’Occupation dans le livre Le Front de l’art, qui sera la source d’inspiration du film Le Train de John Frankenheimer (1964), avec Jeanne Moreau et Burt Lancaster, où Suzanne Flon interprète son personnage.

L’exclusion en images : redonner la parole aux SDF

21Claus Drexel, Au bord du monde, film documentaire (2013).

22Photographies de Mariano Garate : http://marianogarate.fr/​Mariano_Garate.html

  • 1 http://next.liberation.fr/cinema/2014/01/28/dialoguez-avec-le-realisateur-de-au-bord-du-monde_97602

23Claus Drexel déclare à Libération : « Mon idée était de donner la parole aux SDF, à eux, et à eux seuls ». Ces paroles illustrent parfaitement la démarche de son documentaire, qui possède toutes les qualités d’une véritable œuvre de reconnaissance pour ces personnages démunis, occupant enfin tout l’écran. Ce n’est pas une œuvre sociologique que réalise Drexel, mais son film se situe bien dans la tradition de la Chanson des gueux de Richepin (1876), en nous faisant vivre, avec un grand talent de réalisation et une formidable esthétique de la nuit parisienne, la profondeur de champ de ces êtres riches dans leurs malheurs, leurs désespoirs, mais aussi dans leurs plaisirs, et par leur humour décapant vis-à-vis de ce monde qui les rejette. Finalement, et c’est ce que l’on ressent encore longtemps après avoir vu le film, il crée un effet de miroir grâce à ces personnages attachants qui nous rappellent que l’essentiel dans la vie n’est pas la cupidité et les faux-semblants qui nous étouffent, mais, comme le dit si bien le réalisateur, « l’amitié, le respect et l’amour » 1.

  • 2 À voir également : les albums consacrés à « la maison des enfants de la rue, Brésil », aux « couple (...)

24Sur le site consacré au photographe Mariano Garate, on consultera en particulier les 109 photos en noir et blanc consacrées aux SDF 2 qui nous replongent dans l’univers des exclus des années 1980, au moment où beaucoup découvraient tout juste que la misère frappait la société française à peine sortie du rêve de prospérité des Trente Glorieuses. Aujourd’hui, nous nous sommes habitués à traiter le problème de façon très théorique ou institutionnelle, et à considérer trop souvent cette présence comme naturelle. À l’opposé, l’objectif tendre de Mariano Garate donne, comme la caméra de Drexel, une vision humaniste de ce monde, une approche quasi charnelle. Ses photographies, qui savent saisir l’instant d’échange ou de complicité, doivent nous inciter, comme le veut sciemment leur auteur, à réagir et à nous révolter, pas seulement pour ces indigents victimes d’un hiver plus ou moins rigoureux, mais surtout contre une société toujours plus inégalitaire et égoïste qui fabrique, sans aucune honte, de plus en plus d’exclus.

Quand on aime l’histoire critique, on va au cinéma.

25Luis García Berlanga, Le bourreau (El Verdugo), 1963.

26Pawel Pawlikowski, Ida, 2013.

27Lionel Baier, Les grandes ondes (à l’Ouest), 2013.

28Ces trois films ont en commun de revisiter des périodes noires de l’histoire européenne avec un regard particulièrement critique.

29Le bourreau (El verdugo) est une reprise attendue par la critique cinématographique qui nous propulse dans l’univers de la comédie grinçante de Berlanga, à qui l’on doit également ¡ Bienvenido, Mister Marshall ! (Bienvenue, monsieur Marshall !, 1952) et La escopeta nacional (La carabine nationale, 1978), sur l’Espagne des dernières années de la dictature. Celui qui fut le chroniqueur attentif et critique du franquisme nous offre un scénario à l’humour réaliste sur le parcours chaotique d’un apprenti bourreau, forcé d’accepter ce métier déconsidéré pour obtenir un logement. La séquence de l’exécution, particulièrement révélatrice des qualités esthétiques du maître espagnol, est par ailleurs une scène d’anthologie du cinéma, lorsque le bourreau doit être traîné par les gardes pour garrotter sa victime.

30Ida raconte, à travers l’histoire d’une merveilleuse « nonne juive », l’amnésie volontaire d’un pays entier au tournant des années 1960 : la négation de l’extermination des juifs polonais, à laquelle beaucoup d’habitants ont participé, par haine mais aussi par intérêt. La tante, hantée par le souvenir et qui a vécu son métier de procureur « rouge » dans l’idée de la vengeance contre cette Pologne réactionnaire, devra également disparaître comme les corps des juifs assassinés. La petite nonne ne pourra que fuir la férocité et le vide de cette société sans histoire, sans mémoire, et surtout sans culpabilité, en retournant dans son couvent. Pawlikowski, avec ses plans fixes en noir et blanc, sait parfaitement mettre en scène cette douleur et cette mélancolie qui nous envahissent, à l’image de ses deux personnages féminins rejetés du monde.

  • 3 En référence à l’un des seuls films très honnêtes sur la « révolution des œillets », de Maria Medei (...)
  • 4 Ce cinéma à la fois engagé, intimiste et souvent comique, qu’incarnait particulièrement Alain Tanne (...)

31Le troisième film, Les grandes ondes (à l’Ouest), sur la fin de la dictature portugaise, est sans aucun doute le plus optimiste et le plus délibérément comique. Le scénario est simple : une équipe improbable de la radio suisse se trouve propulsée dans l’euphorie de la « révolution des œillets ». Lionel Baier sait parfaitement utiliser tous les ressorts de l’humour et de la poésie pour nous montrer l’empathie profonde que lui inspire cette révolution, qui n’a pas seulement mis fin à la dictature, mais portait aussi un idéal de société plus juste. En ces temps de commémoration très discrète, de la révolution des Capitaines d’avril 3, le réalisateur sait nous rappeler les beaux moments du cinéma suisse 4 en finissant son film, avec force et justesse, sur les trahisons de cet espoir que représentent les politiques d’austérité au Portugal et ailleurs !

Littératures féminines sociales du monde entier

32Xinran, Mémoire de Chine, Paris, Éditions Picquier, 2014.

33L’écrivaine chinoise Xinran, née à Pékin en 1958, a été dans son enfance victime de la révolution culturelle. Enlevée avec son frère, car ses parents avaient été jugés comme réactionnaires, elle a grandi dans un orphelinat militaire. Devenue journaliste et critique du pouvoir politique en place, elle s’est installée en Angleterre en 1997. Avec son livre, Chinoises (2002), dans lequel, inspirée par son émission de radio, elle dépeint les conditions de vie difficiles des femmes de son pays d’origine, elle a touché un large public en Occident. Avec ce nouveau livre, intitulé Mémoire de Chine, elle rend compte de l’histoire de deux générations sacrifiées par la guerre, la famine, la révolution culturelle, la répression. Ayant parcouru pendant plusieurs années la Chine jusqu’aux provinces les plus reculées, elle a rencontré et interrogé de nombreuses personnes âgées. Le livre qui en résulte est un témoignage intéressant sur les souffrances endurées par le peuple chinois au cours du xxe siècle.

34Kaouther Adimi, L’envers des autres, Actes Sud, 2011.

35Ce premier roman de Kaouther Adimi, jeune écrivaine algérienne née en 1986, raconte avec une tonalité intimiste la vie d’une famille algérienne, coincée dans un petit appartement d’un quartier populaire d’Alger, où s’entassent trois générations sous le même toit. C’est un roman sensible et lucide, qui dépeint des individus enfermés dans un pays sans perspectives, écartelés entre tradition et modernité, à la limite de la schizophrénie, dans une société étriquée par les convenances.

36La structure narrative est polyphonique, donnant la parole successivement aux différents personnages. L’auteure mêle noirceur et espoir, par une écriture caustique et fine. Face à des hommes absents ou décevants, ce sont, dans ce roman, les filles qui incarnent l’espoir, par leur vitalité, leurs rêves, et leur esprit rebelle. Ce roman a reçu le Prix littéraire de la vocation en 2011. Auteure à suivre !

37Silvia Avallone, Marina Bellezza, Milan, Rizzoli, 2013.

38Dans son premier roman, D’acier (Liana Levi, 2011), adapté au cinéma en 2012 (film de Stefano Mordini), la jeune écrivaine italienne Silvia Avallone décrivait la province de Piombino en proie à la désindustrialisation et à la paupérisation sous l’ère Berlusconi. Avec son nouveau roman, Marina Bellezza (Rizzoli, 2013), Silvia Avallone plante le décor sur les lieux de son enfance, les montagnes de Biella dans le Piémont, région touchée par l’exode rural. À travers une histoire d’amour, elle dépeint le malaise et les désillusions d’une génération qui subit la crise et a du mal à envisager un avenir. La prose d’Avallone est toujours envoûtante par sa sensualité et remarquable par sa préoccupation sociale.

Haut de page

Notes

1 http://next.liberation.fr/cinema/2014/01/28/dialoguez-avec-le-realisateur-de-au-bord-du-monde_976020

2 À voir également : les albums consacrés à « la maison des enfants de la rue, Brésil », aux « couples, années 80 » et à « la rue », qui renvoient à l’intérêt que le photographe porte à ceux qui sont à la fois rejetés de ce monde et abandonnés à la solitude de la ville.

3 En référence à l’un des seuls films très honnêtes sur la « révolution des œillets », de Maria Medeiros (2000), disponible en DVD France Télévisions Distribution.

4 Ce cinéma à la fois engagé, intimiste et souvent comique, qu’incarnait particulièrement Alain Tanner (La Salamandre, 1971) dans les années 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, Jean-François Wagniart et Georges Vayrou, « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 123 | 2014, 241-252.

Référence électronique

Chloé Maurel, Jean-François Wagniart et Georges Vayrou, « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3570

Haut de page

Auteurs

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart

Articles du même auteur

Georges Vayrou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page