Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'histoire

Sur la route de Dijon : parcours croisés de deux militants anticolonialistes

Georges Vayrou
p. 157-162

Entrées d’index

Géographie :

Algérie, France

Chronologie :

XXe siècle

Schlagwortindex :

Yanelli, Justrabo, Algérie, guerre, militant, PCF

Palabras claves :

Yanelli, Justrabo, Algérie, guerre, militant, PCF
Haut de page

Texte intégral

Marcel Yanelli : « J’ai toujours mal à l’Algérie de mes 20 ans »1

  • 1 Cette notice est rédigée à partir d’entretiens avec Marcel Yanelli, sa famille et ses proches, et l (...)

1En cette fin d’année 2005, Marcel Yanelli a 67 ans. Il se décide à franchir le pas de la publication de ses carnets écrits en 1960 et 1961, durant les quatorze mois passés en Algérie, dans un commando de chasse : « Au vu et au su de tout le monde, j’écrivais sur des petits carnets, pendant les opérations ou après… Ces écrits, ainsi que les quelque 200 photos prises là-bas, sont restés longtemps dans un coin de mon bureau. Seuls, les plus proches de ma famille les avaient lus ». Vers la fin de l’année 1999, quelques pages paraissent dans un ouvrage édité par l’Amicale des vétérans du PCF intitulé La lutte des communistes de Côte d’Or contre les guerres coloniales, Indochine, Algérie, Vietnam. Des adaptations scéniques sont également produites. En 2002, il commence à « intégrer ses écrits dans son ordinateur ». « Ce ne fut pas aisé car mes notes étaient très serrées et fines et je dus avoir recours à une loupe… Pas aisé aussi car l’adulte que je suis devenu était parfois tenté de gommer ou de modifier les aspects naïfs, excessifs, ultra-sensibles ou trop intimes de mes écrits de l’époque. Ce que je me résolus à ne pas faire ».

2À la question, « Pourquoi ces écrits sortent-ils seulement maintenant ? » Marcel Yanelli pense que les choses doivent venir en leur temps, celui du mûrissement par exemple… « Ou encore celui du sentiment aigu de la précarité du temps, surtout pour les gens de mon âge qui ont vécu cette période… Celui, également, du travail de mémoire, de réparation que la France n’a pas voulu effectuer ».

3« Une vie riche de passions, d’engagement militant. Riche de certitudes aussi nombreuses que les doutes et remises en cause »

4Fils d’immigré, né à épinac, en Saône-et-Loire, « car les émigrés italiens et polonais des années 1920-1930 étaient utilisés pour les métiers les plus durs et à épinac aussi il y avait des mines ». Il a sept frères et sœurs, les deux aînés sont nés en Italie. « Nous avons vécu dans la pauvreté, mais nous avons été élevés dans la dignité, dans le respect des autres, de leur différence ».

5À l’âge de 15 ans, il est « éjecté » du circuit scolaire. Apprenti monteur en chauffage, il obtient un certificat d’aptitude professionnelle à 18 ans. « C’est par beaucoup d’efforts personnels que j’ai dû compenser mes manques de connaissances générales, et je sais que celles qui ne sont pas acquises dès le départ nous manquent toute la vie ».

6L’année de ses 15 ans, 1953, est également « l’année de la mort de Staline », il adhère au Parti communiste français. « Naturellement, parce que mes parents étaient devenus communistes et que les idées de solidarité, de justice, de liberté, de partage, de respect mutuel étaient mon pain quotidien et étaient attachées à l’idée, à l’idéal communiste ».

7Devenu dirigeant de la fédération de Côte-d’Or, il est candidat du PCF à différentes élections, élu au Conseil municipal de Dijon de 1983 à 1995 et au Conseil régional de Bourgogne de 1986 à 1992.

8« Je suis un passionné de la vie. J’étais contre cette guerre faite à tout un peuple »

9D’autres ont préféré déserter. Pour lui, il n’en a pas été question : « Appelé en Algérie, je n’y suis pas allé pour faire la guerre mais pour gagner mes compatriotes à la conscience que cette guerre n’avait rien à voir avec les intérêts de la France. Le moment était venu pour moi, comme pour d’autres jeunes communistes ou chrétiens, non de refuser de partir, mais de me retrouver avec les gars du contingent - les appelés - pour faire mon travail de militant de la paix en Algérie. Cette dernière ne pouvait survenir que si les appelés aussi comprenaient les véritables enjeux de la pacification ». Et puis la stratégie du parti a changé. Il va parler, discuter sans relâche, dénoncer les manipulations. « Par exemple : opération en hélicoptère. Arrivée sur un camp de nomades, sur les hauts plateaux. Dans le fracas des hélices il fallait sauter sur le sol, des coups de feu partout. De quoi être effrayé : fouillez, détruisez tout ! La peur n’aidant pas à la sérénité, les gars s’exécutaient… Mais pour apprendre plus tard que les coups de feu en question venaient exclusivement des officiers et sous-officiers… Oui mais le mal était fait et, pour ne pas avouer sa peur, il fallait justifier les destructions comme un mal nécessaire ».

10« Je souhaite que mon témoignage écrit à vif, en situation, il y a quelque 44-45 ans, contribue à ce que le voile se lève sur cette guerre ».

11La torture. Il cite Hervé Bourges : « Le crime commis dans un camp n’excuse pas le crime commis dans l’autre camp. Mais le crime commis dans mon camp, moi, j’en suis responsable ». Les traumatismes causés par cette guerre sont gravés dans la mémoire, et le temps ne soigne pas les traumatismes : « Ce sont les mots qui soignent et seulement les mots ! Faire ce travail n’est pas réveiller de vieilles culpabilités… C’est, au contraire, leur régler leur compte, c’est permettre de “faire la paix”, individuellement et au niveau de la société elle-même. C’est permettre à ceux de ma génération qui sont encore en vie de transmettre leur histoire à leurs enfants, de ne plus porter des fautes et des crimes qu’ils n’ont pas à porter ».

12L’intégralité des « carnets d’Algérie de Marcel Yanelli », accompagnés de nombreuses photos et commentaires, peut être lue sur : <http://perso.wanadoo.fr/​marcel.yanelli>.

René Justrabo, maire et délégué à l’Assemblée algérienne de l’Algérie française2

  • 2 La deuxième partie de cette notice est rédigée à partir de témoignages oraux de sa famille et de se (...)

13René Justrabo est né en 1917 à Mascara (centre de l’Algérie), et décédé à Dijon en 2013. Après des études à l’École normale d’Oran, il est nommé instituteur à Froha, poste qu’il ne rejoint pas pour raisons de santé. Il se rend alors en France pour se soigner et parfaire sa formation. À son retour en Algérie, il enseigne dans un quartier populaire de Sidi-Bel-Abbès, puis à l’école primaire supérieure de la ville.

14Maire de Sidi-Bel-Abbès

15Il adhère au Parti communiste algérien en 1943, est élu au comité central en 1947. Cette même année, il conduit à Sidi-Bel-Abbès la liste du « Front Démocratique ». Elle sera triomphalement élue, et il devient maire à 30 ans. « ça a posé des problèmes de cohabitation considérables, et notre vie municipale a été dominée par le fait qu’on était communistes et par le fait qu’on était dans la ville de la Légion ». Un puissant lobby colonial va faire annuler trois fois les élections, mais il reste maire jusqu’en 1953. « Quand j’ai été maire, j’ai tenté d’instaurer un climat de confiance et de tolérance, c’est l’une de mes fiertés, nous avons agi dans l’action sociale, en direction des plus misérables. J’ai aussi restauré le conservatoire et la bibliothèque municipale où j’ai mis un bibliothécaire arabe et un communiste. À part ça, c’était la séparation. L’apartheid existait dans tous les domaines ».

16En 1948, il est candidat du PCA à Sidi-Bel-Abbès, aux élections à l’Assemblée algérienne, dans le premier collège. Il est élu et sera le seul communiste de l’assemblée. « Bête rouge du colonat et de la droite nationaliste, il dénonça les pratiques (habitat, fiscalité, école) et le système colonial ». En décembre 1955, René Justrabo démissionne. « C’est une décision collective prise par l’ensemble des élus appartenant audeuxième collège (“musulmans”) et aupremier collège (ayant la nationalité française) affiliés au PCA ou aux partis nationalistes, avec cette particularité que les élus “musulmans” du deuxième collège qui avaient pourtant eu le soutien de l’administration coloniale pour obtenir leurs sièges, ont eux même démissionné ».

17Il est expulsé de sa ville en mai 1956 et s’installe à Alger dans le quartier de Belcourt, où il reprend son métier d’enseignant. Sa famille le rejoint après un séjour en France. Il sera arrêté en novembre : « Ils sont arrivés à l’aube, dans la lumière d’automne qui filtre à travers les volets. Au moment où la ville s’éveille doucement. « Police ! Ouvrez ! ». Le commissaire du 8e arrondissement d’Alger a surgi, deux inspecteurs sur les talons, un papier dans la main droite. « Vous êtes bien René Justrabo, né le 15 juin 1917 à Mascara ? Vous êtes en état d’arrestation. Voici votre avis d’assignation à résidence ». Il n’y a que quelques mots : « Atteinte à la sécurité et à l’ordre public », signés du préfet d’Alger. Cela fait plusieurs jours déjà que la police et l’armée raflent, les uns après les autres, les anciens membres du Parti communiste algérien (PCA). Suspect d’être trop proche des indépendantistes, il a été dissous en septembre 1955. René Justrabo est interné au camp de Lodi où il sera détenu sans jugement jusqu’en juin 1960, date à laquelle il est expulsé vers la France, et s’installe une première fois à Dijon.

18Partir, revenir…

19Au lendemain de l’indépendance il retourne dans son pays, plein d’espoir. Il y exerce son métier, prend des responsabilités syndicales (Sidi-Bel-Abbès est une ville de cheminots), mais le vent de la révolution algérienne commence à tourner. Le parti est « seulement toléré » (il est « interdit d’activité » en novembre 1962). Les Justrabo reviennent définitivement en France en juillet 1963. Une nouvelle vie professionnelle (professeur de collège) et militante commence très progressivement : « Après toutes ces années, j’avais d’abord envie de souffler, de retrouver la vie tout court ! J’ai été très bien accueilli, mais je n’ai pas repris ma carte au PC tout de suite, je ne pouvais pas me déshabiller du PCA pour m’habiller en PCF immédiatement ».

20Mais commence un fort engagement associatif et syndical : Association des combattants de la cause anticolonialiste (ACCA), Les amis d’Alger Républicain en France, France-URSS dont il sera le président départemental, Fédération des Œuvre Laïques (FOL) dont il assurera également la présidence. Il sera encore secrétaire départemental de la Fédération de l’éducation nationale (FEN), Délégué départemental de l’éducation nationale, avant de franchir le pas et d’adhérer au PCF en 1972.

21« Son dévouement au service de la collectivité et son militantisme républicain ont été récompensés en 1984 par l’Ordre national du Mérite pour quarante-six ans de service civil », affirme un quotidien dijonnais.

22« Bel-Abbès » se souvient encore de son maire et l’honore régulièrement, même si certains médias locaux évoquent parfois sa réticence à répondre aux interviews, et ses amis regrettent qu’il n’ait pas rédigé ses mémoires. Il aimait pourtant l’histoire, puisqu’il était un abonné fidèle de nos Cahiers.

Haut de page

Notes

1 Cette notice est rédigée à partir d’entretiens avec Marcel Yanelli, sa famille et ses proches, et la consultation du site cité dans le corps du texte.

2 La deuxième partie de cette notice est rédigée à partir de témoignages oraux de sa famille et de ses proches, dont William Sportisse. Par ailleurs, René Justrabo est cité dans René Galissot (dir.), Algérie : Engagements sociaux et question nationale. De la colonisation à l’indépendance de 1830 à 1962, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. Maghreb, Le Maitron, éditions de l’Atelier, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/3556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Vayrou, « Sur la route de Dijon : parcours croisés de deux militants anticolonialistes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 123 | 2014, 157-162.

Référence électronique

Georges Vayrou, « Sur la route de Dijon : parcours croisés de deux militants anticolonialistes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3556

Haut de page

Auteur

Georges Vayrou

Historien, membre du Comité de rédaction des Cahiers d’histoire (RHC)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page