Navigation – Plan du site
FILMS

Raisons d’État

de Robert de Niro (2006)
Didier Monciaud

Texte intégral

1Cette seconde réalisation de Robert de Niro après l’autobiographique Il était une fois dans le Bronx évoque un jeune homme brillant Edward Wilson (Matt Damon) qui est recruté au lendemain du second conflit mondial pour intégrer la première structure qui va devenir la célèbre Central Intelligence Agency (CIA), l’agence fédérale de renseignement à l’extérieur des États-Unis. Diplômé de la prestigieuse université Yale, il va être formé à ses nouvelles fonctions : repérer, interpréter, évaluer.

2L’intrigue se situe entre deux moments clés : la Seconde guerre mondiale et le début des années 1960. On est en pleine Guerre froide. L’atmosphère est faite de suspicion, de paranoïa. Les personnages sont aux antipodes des héros musclés et violents. Un peu comme dans les formidables romans de John Le Carré, ils ne sont que des hommes discrets, transparents, insignifiants mêmes. Des employés dévoués et appliqués à leurs tâches. De simples éléments d’un rouage énorme.

3Un questionnement existentiel existe cependant chez eux : comment exiger la transparence des autres quand on pratique soi-même la permanente dissimulation ? Le patriotisme américain est au coeur de la démarche de ces hommes. Le rythme est lent et exprime quelque chose comme une fatigue.

4La CIA est née des activités de l’OSS pendant la guerre contre le nazisme et le Japon. Elle provient aussi d’une société secrète de Yale, la confrérie Skull and Bones qui ne regroupait au départ que des membres de l’élite, les fameux WASP (white anglo saxon protestants), des blancs d’origine anglo-saxonne et protestants bien sûr. Bref, c’est la toute puissante élite patriarcale des grandes familles de la côte Est qui oriente cette politique, laissant certains de ses enfants rejoindre ce nouveau secteur d’activité sensible.

5Le thème classique des relations père-fils est central : Wilson se retrouve confronté à un fantôme, son père, dont le nom de code pour le KGB est Mother ! Trahison paternelle donc.

6Précisons enfin que le titre anglais original, The good shepeard (le bon berger), était bien plus pertinent que le titre choisi pour la diffusion en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Raisons d’État », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 104 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 30 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/350

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page