Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le « moment utilitaire » ? L’utilitarisme en France sous la Restauration

Emmanuelle De Champs
p. 73-89

Résumé

La vie politique de la Restauration a souvent été présentée comme un moment fondateur dans l’histoire du libéralisme français. Pourtant, les historiens des idées politiques passent sous silence la réception française de l’utilitarisme anglais. Au cours des années 1820, autour de la figure de Jeremy Bentham, le radicalisme philosophique joue un rôle majeur, aux côtés du whiggisme, dans la redéfinition des termes de la vie politique britannique. Anglophiles, les libéraux français n’ignorent rien de ces débats et prennent position : si Madame de Staël et Benjamin Constant finissent par condamner les postulats utilitaristes, La Fayette et Jean-Baptiste Say, par exemple, entretiennent des liens étroits avec Bentham et ses disciples. Dix ans plus tard, Tocqueville se fera l’écho de l’ambivalence des libéraux français vis-à-vis de l’utilitarisme. à la fin du siècle, Élie Halévy opposera strictement un libéralisme français des droits de l’homme à un libéralisme anglais de l’utilité, contribuant à occulter durablement le rôle joué par l’utilitarisme dans la vie politique française de la chute de Napoléon à la Révolution de Juillet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stendhal, La chartreuse de Parme, Paris, Gallimard, Folio, 1962, p. 128.
  • 2 Bentham, J., La table des ressorts de l’action [1817], Paris, L’unebévue éditeur, 2008, p. 113. Pou (...)

1Dans La Chartreuse de Parme, le jeune Fabrice Del Dongo, voulant se concilier les faveurs du prince de Parme, affirme avec force que « les mots liberté, justice, bonheur du plus grand nombre sont infâmes et criminels : ils donnent au peuple l’habitude de la discussion et de la méfiance »1. En associant à la liberté et à la justice le « plus grand bonheur du plus grand nombre » comme caractéristiques du libéralisme européen du premier tiers du xixe siècle, le grand anglophile qu’est Stendhal ne peut ignorer qu’il cite mot pour mot la phrase-clé de l’utilitarisme. « L’utilitarisme », résume Jeremy Bentham en 1817, « établit comme seule fin qui convient à la visée du moraliste et du législateur le plus grand bonheur du plus grand nombre »2. Ce principe doit guider l’action publique.

  • 3 Bentham, J., Constitutional Code : vol. I, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 1.

2Les implications politiques de la doctrine sont formulées publiquement par le philosophe anglais après 1818, notamment par ses prises de position en faveur de la réforme radicale du système représentatif britannique. Au cours des années 1820, sous le nom de « radicalisme philosophique », le parti rassemblant les admirateurs de Bentham et de James Mill joue un rôle majeur dans la redéfinition des termes de la vie politique en Grande-Bretagne. Contre les conservateurs tories, mais aussi contre le gradualisme des whigs, les radicaux philosophiques prônent une réforme immédiate des institutions parlementaires et du système juridique. Pour nombre d’entre eux, cet engagement dans la vie politique s’accompagne d’un intérêt marqué pour les mouvements réformateurs européens. En 1830, Bentham publie un Code constitutionnel dont la rédaction a été suscitée par les révolutions libérales portugaises et grecques et qu’il destine à « toutes les nations et tous les gouvernements professant des opinions libérales »3.

  • 4 Welch, C.B., « “Anti-Benthamism” : utilitarianism and the French liberal tradition », dans R. Geene (...)

3Parmi les libéraux français de la Restauration, on trouve de nombreux anglophiles qui suivent également de près les mouvements émancipateurs dans le reste de l’Europe. Ils connaissent l’engagement de Bentham en Grande-Bretagne, mais aussi en Grèce, au Portugal et en Espagne, et prennent en compte l’apport de l’utilitarisme à la réflexion politique. Si Madame de Staël et Benjamin Constant finissent par condamner les thèses benthamiennes, La Fayette et Jean-Baptiste Say entretiennent des liens étroits avec Bentham et ses disciples. Dix ans plus tard, Tocqueville se fera l’écho de l’ambivalence des libéraux français vis-à-vis de l’utilitarisme tandis qu’à la fin du siècle, élie Halévy opposera strictement un libéralisme français des droits de l’homme à un libéralisme anglais de l’utilité, contribuant à dissocier les deux traditions et occultant durablement le rôle joué par l’utilitarisme dans la vie politique française entre la chute de Napoléon et la Révolution de Juillet. De façon générale, l’histoire des idées politiques en France ignorera ces débats et rejettera l’utilitarisme comme une doctrine anglo-saxonne pernicieuse4.

4S’il est vrai que les postulats utilitaristes sont rejetés dès 1830 par les plus influents des libéraux français, ces thèses n’en sont pas moins connues et discutées car elles s’inscrivent directement dans l’héritage des Lumières françaises, celles d’Helvétius et de Voltaire. Ainsi, le sort de l’utilitarisme anglais est indissociable du regard rétrospectif que portent les libéraux français sur leur propre histoire politique. C’est notamment en examinant les thèses de Bentham et de ses disciples que les penseurs du libéralisme à la française précisent leur position doctrinale. Il est donc important de retrouver la trace de ces débats pour comprendre comment le libéralisme français s’est constitué dans un dialogue avec les idées britanniques au sein d’un espace européen qui va de Londres à Lisbonne et à Athènes, et où Genève et Paris font office de plaques tournantes. On pourra ainsi retrouver les vecteurs de la circulation des idées utilitaristes en France à la Restauration : les traductions, la presse périodique, les réseaux philhellènes et paneuropéens, les contacts personnels, et apprécier les ambiguïtés de leur réception.

Traductions et circulation des idées

  • 5 Burns, J.H., « Bentham, Brissot and the Challenge of Revolution », History of European Ideas, 2009, (...)
  • 6 Le projet de prison panoptique est présenté en 1791 à l’Assemblée constituante dans une traduction (...)
  • 7 Traités de législation civile et pénale, éd. Étienne Dumont, Paris, Dalloz, 2010 ; Esquisse d’un ou (...)

5Quand Louis XVIII monte sur le trône de France, Jeremy Bentham a 66 ans. Sa renommée est déjà bien établie en Grande-Bretagne et sur le continent européen car certains de ses essais ont été publiés en langue française depuis 1801. Sa francophilie est également connue. Pour le soutien qu’il a apporté à la Révolution en 1789 et 1790, il a reçu en 1792 le titre de citoyen français aux côtés de Paine, Priestley et Mackintosh, ce qu’il doit sans doute à sa rencontre avec Brissot à Londres au milieu des années 17805. C’est également au cours des premières années de la Révolution qu’il a pu nouer des contacts significatifs en France grâce à son protecteur, l’ancien ministre Lord Lansdowne. Grâce à lui, il fait connaissance avec le Genevois Étienne Dumont, d’une part, et avec les philanthropes de l’entourage du duc de La Rochefoucauld-Liancourt qui s’intéressent très vite à son projet de prison panoptique6. En 1802, deux ouvrages tirés de ses papiers paraissent en France : les Traités de législation civile et pénale, une série d’essais rassemblés par Dumont, et l’Esquisse d’un plan en faveur des pauvres, traduit par Adrien Duquesnoy7. Exilé à Londres sous l’Empire, Dumont y fait paraître en 1811 un autre ouvrage tiré des écrits de Bentham, la Théorie des peines et des récompenses.

  • 8 The Correspondence of Jeremy Bentham, vol. 10, 1820-1821, Oxford, Clarendon Press, 1994, p. 378.

6Après la Restauration, le lectorat de Bentham en France se diversifie à mesure que la circulation des personnes, des livres et des idées entre les deux rives de la Manche devient plus facile et plus fréquente. Les publications des versions françaises de Dumont se succèdent à un rythme soutenu à Paris ou à Genève : Tactique des Assemblées législatives en 1816, Traité des preuves judiciaires en 1823 et De l’organisation judiciaire et de la codification en 1825. En 1821, le Genevois écrit à Bentham : « Les Traités de législation ont un succès qui va toujours en croissant et je ne serois pas surpris si l’on procède bientôt à une troisième édition. On en demande une seconde de la Tactique et des Sophismes »8.

  • 9 Schofield, P., Utility and Democracy : The Political Thought of Jeremy Bentham, Oxford, Oxford Univ (...)

7Systématiquement associé au nom de Bentham, Étienne Dumont a pourtant des positions politiques qui divergent de plus en plus explicitement de celles de son maître. Après 1818, le philosophe anglais se radicalise : dans le contexte du débat britannique sur la réforme du suffrage, il s’oppose de plus en plus violemment à l’establishment politique, y compris aux plus progressistes des whigs, et défend des positions ouvertement républicaines9. Dumont, quant à lui, est resté proche du cercle de Lord Holland, l’un des salons londoniens où les whigs influents se retrouvent. De retour à Genève après 1815, il est élu au Conseil des Représentants où, proche des réformateurs libéraux, il défend des positions modérées. Il refuse l’extension du suffrage et reste attaché à une réforme graduelle des institutions vers un parlementarisme à l’anglaise (dont Bentham est l’un des critiques les plus virulents).

  • 10 Rosen, F., « “You have set me a strutting, my dear Dumont”: la dette de Bentham à l’égard de Dumont (...)

8Ces divergences politiques croissantes entre l’auteur et le traducteur se retrouvent dans les versions qu’il donne en langue française. Ce ne sont pas, en effet, des traductions directes. Dumont coupe abondamment et réécrit. Il néglige également les textes les plus récents ou les plus radicaux. Pour ces raisons, la fiabilité de sa présentation de la doctrine de Bentham a été récemment remise en cause10. Il est vrai que Dumont n’hésite pas à couper les passages qui l’incommodent (sur la religion, notamment), qu’il ne mentionne pas les écrits ouvertement démocratiques, ou qu’il ajoute des fragments de sa plume (par exemple pour mettre en lumière les bénéfices du bicaméralisme que Bentham attaque avec force). La préface des Traités, de la main du traducteur, insiste sur le caractère graduel des réformes à adopter et fait un vibrant plaidoyer contre la violence révolutionnaire.

  • 11 Essais de Jérémie Bentham sur la situation politique de l’Espagne, sur la constitution et sur le no (...)
  • 12 Ibid., p. 5.

9La renommée de Dumont, ancien collaborateur de Mirabeau, figure de l’anglophilie dans les milieux politiques genevois et français, contribue à la réputation de ses traductions. Mais Dumont n’est pas le seul à traduire Bentham ni à faire connaître ses idées. D’autres textes circulent : les Essais sur la situation politique de l’Espagne, écrits en anglais en 1821 pour soutenir le gouvernement libéral espagnol, paraissent dans une traduction française moins de deux ans plus tard, alors que la France de Louis XVIII, avec l’accord de la Sainte-Alliance, est en passe d’écraser le régime des Cortès11. Si le traducteur, Philarète Chasles, s’oppose lui aussi à la vision entièrement sécularisée de la politique proposée par Bentham, il n’en loue pas moins le « courage intellectuel » du philosophe anglais qu’il peint en ces termes : « reprochant aux uns la timidité, l’inexpérience et la maladresse avec lesquelles leurs mains tremblantes ont essayé de nettoyer la rouille de leurs vieilles institutions ; écrasant les autres du poids d’une logique éloquente par sa seule force, et foudroyant ces principes conservateurs qui protègent avec tant d’humanité la source impure des misères humaines, et qui ménagent avec tant de tendresse la vieille lèpre des sociétés »12.

  • 13 Voir notamment Revelli, B., « Presse périodique, intellectuels et opinion publique sous la Restaura (...)
  • 14 The Correspondence of Jeremy Bentham, vol. 11, 1822-1824, Oxford, Clarendon Press, 2000, p. 127.

10Outre les traductions, la presse périodique contribue à diversifier les sources d’information des lecteurs français sur les idées utilitaristes. Par exemple, la Revue Encyclopédique de Marc-Antoine Jullien, l’un des organes principaux de l’opinion libérale, rend compte régulièrement des travaux de Bentham13. La Revue Encyclopédique ne se borne pas aux traductions de Dumont, elle annonce les pamphlets qui paraissent en Angleterre et rapporte les prises de positions publiques du philosophe dans la vie politique britannique. En 1822, Jullien écrit à Bentham : « Depuis longtemps j’ai lu avec le plus vif intérêt plusieurs de vos ouvrages, et j’ai connu à Genève votre honorable ami M. Dumont, qui m’a encore mieux appris à estimer votre noble caractère et à apprécier le but philanthropique de vos utiles travaux. Un des collaborateurs de la Revue Encyclopédique prépare, pour ce recueil, un compte rendu de vos ouvrages, et nous serions heureux, mes collègues et moi, de vous offrir un témoignage public de nos sentiments d’estime et de vénération »14.

  • 15 Saint-Amand [Bazard], « Notice sur les ouvrages de Jérémie Bentham ; suivie d’une analyse des pièce (...)

11Il faut attendre 1826 pour que le grand compte rendu promis par Jullien paraisse effectivement. Dû à Saint-Amand Bazard – disciple de Saint-Simon dont nous reparlerons plus bas – l’article donne un long aperçu rétrospectif de la vie et de l’œuvre de Bentham. Il souligne la véhémence du propos de Bentham dans le débat politique britannique, présentant en ces termes son Plan of Parliamentary Reform : « Voici l’ouvrage par lequel M. Bentham est devenu l’oracle du parti radical en Angleterre, c’est-à-dire du parti qui veut une refonte totale de la Chambre des communes, par une élection annuelle et des suffrages universels ou presque universels. Nous ne prétendons point énoncer une opinion sur ce système ; mais nous sommes surpris d’y trouver un ton de véhémence et d’âpreté, que l’auteur a souvent condamné avec raison dans les discussions philosophiques »15.

12Si l’auteur manifeste son étonnement vis-à-vis de la virulence des positions politiques de Bentham, c’est sans doute parce qu’il a en tête la modération et le gradualisme prônés par Dumont dans ses traductions. Mais même si les thèses les plus radicales de Bentham ne trouvent pas un écho direct en France, elles y sont connues et discutées lorsque l’on présente la vie politique britannique. Malgré les silences de Dumont, on n’ignore pas que les propositions utilitaristes donnent lieu en Angleterre à des débats importants sur les modalités de la réforme politique et sur son ampleur. En France, vingt ans après la Révolution, le ton politique est plus modéré.

Libéralisme cosmopolite et réseaux personnels

  • 16 Rosen, F., Bentham, Byron and Greece. Constitutionalism, Nationalism and Early Liberal Political Th (...)
  • 17 Rosen, F., Bentham, Byron and Greece, op. cit., p. 132 [ma traduction].

13Tant en France qu’en Grande-Bretagne, le libéralisme des années 1820 se structure autour de grandes causes nationales et internationales. Les réformes du trienio liberal en Espagne et celles du régime portugais sont suivies de près en France. Tout au long de la décennie, le soulèvement des Grecs contre l’empire Ottoman mobilise une grande partie de l’opinion publique. Ces débats (notamment sur la Grèce) ne sont pas cantonnés aux milieux libéraux, mais ils jouent un rôle important dans la structuration des réseaux politiques et la formulation des doctrines. Depuis Londres, Bentham porte un intérêt direct à ces mouvements : il est sollicité par des Portugais, des Espagnols et des Grecs pour contribuer à la création de nouvelles institutions politiques et juridiques16. Autour de lui un réseau important de propagandistes se met en place : Edward Blaquiere, Leicester Stanhope et John Bowring sillonnent l’Europe afin de lever des fonds pour les insurgés grecs ou pour mobiliser l’opinion en faveur des libéraux espagnols et portugais. Pour ces militants, Paris fait office de plaque tournante dans la structuration de réseaux européens. Ainsi, en novembre 1820, Blaquiere écrit à Étienne Dumont pour lui demander son aide pour organiser le soutien à la cause grecque. Il voudrait « établir un bureau de correspondance à Paris, qui recevrait des communications d’endroits différents et les publierait une ou deux fois par mois. Nous devrions ainsi pouvoir concentrer l’opinion publique de l’Europe dans la capitale française. Il n’est sans doute pas nécessaire que je fasse remarquer à votre sagacité l’influence puissante qu’une telle entreprise exercerait, ni quels effets elle pourrait avoir contre les violations tyranniques du pouvoir arbitraire »17.

  • 18 Barau, D., La cause des Grecs. Une histoire du mouvement philhellène (1821-1829), Paris, Honoré Cha (...)

14La jonction des comités philhellènes européens souhaitée par Blaquiere n’aura pas lieu, mais les contacts resteront toujours importants entre le comité de Londres et celui de Paris18. Bentham connaît personnellement plusieurs personnalités du comité de Paris, notamment celles qui sont engagées dans les réseaux philanthropiques qui s’intéressent à ses écrits depuis la Révolution : La Rochefoucauld-Liancourt, Delessert, Lasteyrie et Ternaux. Ces deux derniers lui rendent d’ailleurs visite à Londres.

  • 19 Bentham, J., Correspondence, vol. 11, op. cit., p. 164.

15Jusqu’à la Restauration, les réseaux français de Bentham restaient largement tributaires des contacts noués à la fin de l’Ancien Régime et durant les deux premières années de la Révolution. La reprise des communications entre les deux pays après 1815 coïncidant avec la renommée croissante du philosophe, un certain nombre de visiteurs français et de correspondants se présentent à celui qui se désigne comme « l’ermite de Queen’s Square Place ». Il les accueille plus ou moins volontiers, prenant aussi l’habitude de leur faire parvenir gracieusement « un exemplaire de chacun de tous les ouvrages de [sa] façon dont l’édition n’est pas épuisée »19. En examinant la liste de ces visiteurs et de ces correspondants, on voit se dessiner un panorama complexe des milieux libéraux français.

  • 20 The Correspondence of Jeremy Bentham, vol. 9, 1817-1820, Oxford, Clarendon Press, 1989, p. 286 et s (...)

16Le premier groupe de visiteurs est aussi le plus radical. Jean-Baptiste Say a fait la connaissance de Bentham à la fin de l’Empire, par le biais de Ricardo et de Francis Place. Ne cachant pas ses idées républicaines, Say se montre d’emblée extrêmement critique du retour des Bourbons et ne mâche pas ses mots dans ses lettres à Bentham : « Le tort que nous ont fait 14 années d’une tyrannie diligente ne saurait se réparer en peu. […] Longtemps encore le bon public sera faussé par les mauvaises directions qu’on lui a données. Longtemps nous aurons à gémir des institutions illibérales par lesquelles Bonaparte a successivement remplacé toutes celles de la République. [… U]n gouvernement faible et sot, amené sous les plus mauvais auspices et mal soutenu. [… L]e ministère a peu de partisans hors des salariés ou de ceux qui aspirent à l’être. […] Les ultra-royalistes […] n’ont d’autre regret que de n’être pas en place et ne réclament les principes qu’à leur profit particulier »20.

  • 21 F. Démier note l’admiration de Say pour Bentham, mais présente l’économiste uniquement comme « le r (...)

17Le ton de Say et son opinion générale sur le gouvernement de Louis XVIII se retrouvent d’ailleurs dans le jugement que porte le philosophe anglais sur la vie politique française. La réaction de février 1820 conduit les deux correspondants à adopter de plus en plus de précautions dans leurs lettres, à éviter la poste royale et à remettre les missives à des voyageurs sûrs21.

  • 22 Guéniffey, P., « La Fayette ou les impasses du libéralisme », dans Histoires de la Révolution et de (...)
  • 23 Correspondence, vol. 10, op. cit., p. 395.

18Say recommande aussi à Bentham ses amis exilés, comme son beau-frère, Charles Comte, forcé de quitter la France suite à des écrits hostiles au roi. D’autres exilés comme Louis Le Dieu et Joseph Rey, proches de la Charbonnerie, rendent visite à Bentham à Londres. Ces réseaux radicaux et conspirateurs conduisent à mettre le philosophe en relation épistolaire avec La Fayette en 1821 – bien qu’on ne sache pas exactement par quel biais. Après Say, La Fayette est le correspondant français principal du philosophe entre 1820 et 1830. Dix années à peine séparent les deux hommes. Tous deux se sont radicalisés dans la dernière période de leur vie et font figure d’icônes auprès d’une génération de jeunes militants22. Dans leur correspondance, Bentham et La Fayette discutent politique, recommandent l’un à l’autre un certain nombre de jeunes disciples. L’écossaise Frances Wright réside parfois chez Bentham à Londres et chez La Fayette en France. Dans ses lettres, La Fayette fait souvent référence à un combat commun pour la liberté politique qui dépasse les frontières nationales : « La cause de la liberté sur laquelle vous avez porté tant d’affection et jeté tant de lumières se trouve aujourd’hui dans une crise générale dont le mouvement plus puissamment contrarié que jamais, mais soutenu par l’union sympathique des patriotes de plusieurs nations, ne peut manquer d’avoir un heureux résultat. »23

  • 24 Il s’était précédemment rendu à Paris en 1764, 1770 et 1802.
  • 25 The Correspondence of Jeremy Bentham, vol. 12, 1824-1828, Oxford, Clarendon Press, 2006, p. 161.

19En 1825, Bentham séjourne en France pour la dernière fois, sur la recommandation de son médecin qui l’engage à consulter à Paris et à prendre les eaux de Saint-Amand24. Certains journaux se font l’écho de sa visite, à l’image du Frondeur qui le présente comme « de tous les publicistes modernes, celui dont les idées ont le plus de hardiesse et d’originalité »25. Il dîne chez Jean-Baptiste Say et chez Marc-Antoine Jullien (le rédacteur en chef de la Revue Encyclopédique est aussi un ardent philhellène). Il pose pour Aimée Pagès, portraitiste en vogue, et pour David d’Angers qui réalise une médaille commémorative et un buste à son effigie.

  • 26 Gans, E., « Visite à Jéremie Bentham », La Revue de Paris, 1836, vol. 27, p. 214‑247.
  • 27 Ibid. p. 246.

20En 1836, la Revue de Paris publie un essai du juriste allemand Édouard Gans intitulé « Visite à Jérémie Bentham », dans laquelle il relate son dîner chez le philosophe en 1831, peu avant la mort de ce dernier26. C’est, encore une fois, l’ardeur réformatrice du vieil homme qui surprend le plus le voyageur. Il note son opinion tranchante contre le Reform Bill proposé par les whigs, « des mesures qui ne sont qu’un changement de décorations et qui feront seulement de cette chambre enfumée d’Angleterre un salon dans lequel on ne sera pas mieux assis »27. Le 6 juin 1832, le jour même de la mort de Bentham, le texte définitif du projet de réforme du suffrage proposé par les whigs reçoit l’assentiment royal.

21Les contemporains français de Bentham ont ainsi, malgré la modération de Dumont, une appréciation claire du positionnement des penseurs utilitaristes dans le champ politique britannique. Les correspondants les plus assidus du philosophe se retrouvent dans la frange la plus radicale du libéralisme français, ce qui correspond à la position de Bentham dans le champ politique britannique. C’est notamment ce radicalisme sans concessions qui contribue à éveiller la méfiance d’une partie des libéraux français, politiquement plus proches des whigs anglais.

L’utile, la raison et l’héritage des Lumières

  • 28 Cité dans Bentham, J., Correspondence, vol. 12, op. cit., p. 176.

22« Pour chaque disciple dans mon pays, j’en compte au moins cinquante en France », écrit Bentham à Robert Peel en 182628. Il ne cessera jusqu’à sa mort de se féliciter de l’ampleur de la réputation qu’ont acquise ses idées dans le monde entier. Pourtant, c’est aussi en France que les oppositions les plus claires à la doctrine utilitariste sont formulées à cette époque.

  • 29 Welch, C.B., « “Anti-Benthamism” », art. cit.
  • 30 « Article on Utilitarianism », dans J. Bentham, Deontology ; together with A table of the Springs o (...)

23Paradoxalement, c’est en raison de ses origines françaises que l’utilitarisme benthamien est d’abord décrié en France29. En effet, Bentham ne cache pas ce qu’il doit à Helvétius dans la formulation de la doctrine. À l’auteur de De l’esprit, il a emprunté la définition du bonheur en termes d’intérêt, l’idée que les plaisirs et les douleurs sont quantifiables, la certitude que le rôle du législateur est de promouvoir l’utilité publique en s’appuyant sur le ressort de l’intérêt individuel, ainsi qu’un matérialisme assumé. Bentham explique clairement cette généalogie en montrant comment sa propre approche combine l’héritage d’Helvétius avec celui des empiristes britanniques (au premier plan desquels Locke et Hume)30.

  • 31 Le terme « Idéologue » est employé, d’abord par dérision, pour désigner les intellectuels sensualis (...)
  • 32 Welch, C.B., Liberty and Utility. The French Idéologues and the Transformation of Liberalism, New Y (...)

24En France, les héritiers d’Helvétius, souvent appelés les Idéologues, ce sont ceux qui ont continué à fréquenter le salon de sa veuve jusqu’en 1800, et parmi lesquels on trouve les fondateurs et les rédacteurs de la Décade philosophique. Ils ont connu sous le Directoire leur principale heure de gloire en politique31. Elle a pourtant pris fin en 1802 lorsque Bonaparte, une fois élu consul à vie, a choisi de les écarter du pouvoir. Ainsi que l’ont relevé plusieurs commentateurs, l’absence de contact direct entre Bentham et le groupe des Idéologues a de quoi surprendre, tant convergent leurs analyses de la situation sociale et politique de part et d’autre de la Manche32. Non seulement il n’existe pas de relations personnelles entre Bentham et Destutt de Tracy, Cabanis ou Daunou, mais on ne trouve pas non plus de références réciproques dans leurs travaux. Cela s’explique sans doute par le fait que les ouvrages de Bentham ne sont connus en France qu’à l’été 1802, au moment où les Idéologues perdent de leur influence en politique. Dumont n’est pas non plus proche de ces cercles philosophiques et intellectuels.

  • 33 Le Mercure de France, 3 vendémiaire an XI, n° LXV, p. 19-27.

25Le rapprochement entre Bentham et les Idéologues est dû aux journalistes et publicistes conservateurs qui attaquent dans les deux courants utilitaristes l’héritage matérialiste et rationaliste des Lumières. En 1802 le Mercure de France dont Chateaubriand et Fontanes sont alors les rédacteurs met en lumière la filiation entre Helvétius et Bentham dans leur critique des Traités, alors même que Dumont s’était bien gardé de souligner la dette du philosophe anglais à l’égard de l’auteur de De l’esprit. Selon le Mercure, « Bentham s’est égaré sur les traces d’Helvétius, pour lequel il montre beaucoup trop d’estime : après lui d’autres s’égareront encore ; le législateur qui seul a le droit de rencontrer la vérité est celui qui, pour diriger l’homme, ne le sépare point de son créateur. »33

  • 34 Staël, G. de, Corinne ou l’Italie, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 109.
  • 35 Leroy, M.-L., « Constant lecteur de Bentham : égoïsme, droit, utilité », dans E. de Champs, J.-P. C (...)

26Plus de quinze ans plus tard, tandis que l’héritage rationaliste et athée des Lumières et de la Révolution est de plus en plus mis à distance au sein même du mouvement libéral, la référence à Helvétius servira également à rejeter les thèses de Bentham. L’ambivalence de Germaine de Staël et de Benjamin Constant vis-à-vis des Lumières joue sans doute un rôle important dans leur rejet de l’utilitarisme. L’un comme l’autre connaissent bien Dumont : Genève est proche de Coppet et Dumont s’y rend à plusieurs reprises. Si dans Les Circonstances actuelles qui peuvent terminer la Révolution, écrit en 1797 et publié l’année suivante, Germaine de Staël avait marqué par une note l’intérêt qu’elle portait à Bentham, le tournant du siècle signale un revirement sensible dans son attitude. Dix ans plus tard, dans Corinne ou l’Italie, elle critique abondamment « cet aride principe d’utilité qui fertilise quelques coins de terre de plus, en frappant de stérilité le vaste domaine du sentiment et de la pensée. »34 À la morale de l’intérêt, il faut substituer une morale des devoirs et de la vertu qui fasse une large place à l’émotion et aux sentiments, une morale du « dévouement » et de l’abnégation. On ne s’étonnera pas de trouver des arguments identiques sous la plume de Benjamin Constant quelques années plus tard35.

  • 36 Staël, G. de, De l’Allemagne, Paris, Garnier Flammarion, 1968.
  • 37 King, N., « “The airy form of things forgotten” : Madame de Staël, l’utilitarisme et l’impulsion li (...)

27En 1812, Madame de Staël quitte la Suisse pour l’Angleterre. Elle souhaite rencontrer Bentham et sollicite une entrevue par l’intermédiaire d’Étienne Dumont : elle ne veut faire la connaissance de personne à Londres, dit-elle, avant de l’avoir rencontré. Bentham, rapporte son biographe, lui fait répondre sèchement qu’elle « ne verra donc personne ». C’est sans doute à ce moment qu’elle ajoute à son manuscrit De l’Allemagne une note qui dénonce les appels à cet « intérêt bien entendu » incapable, selon elle, de fonder la morale. Il faut au contraire réhabiliter « les beautés intellectuelles dans les arts qui raniment le foyer de l’existence sans qu’on puisse en tirer… aucune utilité, ni même aucune lumière pour la conduite de la vie »36. Les soirées londoniennes de Madame de Staël sont occupées alors en débats et en polémiques avec ses amis britanniques à propos de l’utilité. Étienne Dumont, témoin partial de ces scènes, raconte : « Mme de Staël a été dans tout son lustre. Seule contre nous tous dans ses attaques contre Locke, contre l’utilité, contre les classifications et les définitions benthamiques, nous accusant de tuer la religiosité, l’imagination, la poésie, l’enthousiasme du grand et du beau, de réduire les hommes à de viles machines arithmétiques, et de les tromper en morale en leur disant que la vertu étoit la même chose que le bonheur, elle nous étonnoit de la foiblesse de sa raison et de la vivacité de son éloquence. »37

28L’attaque contre l’utilitarisme et le rejet du rationalisme se confondent chez Madame de Staël qui ouvre ainsi la voie aux nombreux critiques romantiques de la doctrine.

Utilité et droits

  • 38 Ce point et le suivant sont développés dans mon livre Enlightenment and Utility. Bentham in France (...)
  • 39 Binoche B., Cléro, J.-P., Bentham contre les droits de l’homme, Paris, Presses universitaires de Fr (...)
  • 40 Constant, B., « De l’obéissance à la loi », Mercure de France, 1817, IV, 8 novembre, note p. 248-24 (...)

29Mais c’est surtout sur la question des droits de l’homme que Benjamin Constant et Germaine de Staël attaquent les arguments utilitaristes en politique38. L’opposition de Bentham aux déclarations des droits de l’homme et du citoyen (qui remonte à la Déclaration d’indépendance américaine de 1776) n’est connue en France qu’à partir de 1816 lorsque Dumont fait paraître l’essai intitulé Sophismes anarchiques. On en discute des passages à Coppet pendant l’été. Bentham y accuse les déclarations de créer de faux droits reposant sur de fausses promesses : la loi n’est pas en mesure de garantir le respect des droits qu’elle déclare comme universels. Ces fausses promesses engendrent des attentes démesurées et ne laissent que la violence comme recours à ceux qui se pensent floués de droits qu’ils n’ont jamais véritablement détenus39. Dans un compte rendu de cet ouvrage paru en 1817, Constant conteste directement ces arguments : il faut asseoir le droit positif sur des droits naturels car l’utilité n’est pas en mesure d’assurer la sécurité des personnes ni des biens : « Dites à un homme : vous avez le droit de n’être pas mis à mort ou dépouillé arbitrairement : vous lui donnez un bien autre sentiment de sécurité et de garantie que si vous lui dites : il n’est pas utile que vous soyez mis à mort ou dépouillé arbitrairement. […] En parlant du droit, vous présentez une idée indépendante de tout calcul. En parlant de l’utilité, vous invitez à remettre la chose en question, en la soumettant à une vérification nouvelle »40.

  • 41 Staël, G. de, De l’Allemagne, Paris, Garnier Flammarion, 1968, p. 185.

30Pour les mêmes raisons, Germaine de Staël dénonce le fait que le calcul utilitariste ne puisse s’opposer au sacrifice d’un innocent si le salut du plus grand nombre est à ce prix. Anticipant des arguments développés plus tard par John Rawls, elle s’interroge : « les individus ne se considérant plus entre eux que comme des obstacles ou des instruments, ils se haïront comme obstacles et ne s’estimeront pas plus que comme moyens »41. Ainsi, l’opposition de Bentham à la rhétorique des droits de l’homme constitue une ligne de fracture de plus en plus claire entre son approche et celles d’une majorité de libéraux français. En effet, après la Restauration, le mouvement libéral trouve dans la revendication du respect des droits un argument politique fort contre les atteintes autocratiques.

L’utilitarisme, la société industrielle et la démocratie

  • 42 Whatmore, R., Republicanism and the French Revolution. An Intellectual History of Jean-Baptiste Say (...)
  • 43 Bellet, M., « On the Utilitarian roots of Saint-Simonism : from Bentham to Saint-Simon », History o (...)

31Les admirateurs français de Bentham, au premier rang desquels Jean-Baptiste Say, entendent répondre à ces attaques. Tout au long des années 1820, il tente de défendre la méthode utilitariste comme instrument précis de mathématique sociale : seule la prise en compte des intérêts peut fonder une science du comportement humain42. Parce que la démarche utilitariste a partie liée avec la science économique, elle fournit de nouveaux outils pour l’analyse des actions individuelles. Ce sont ces liens qui expliquent l’intérêt que portent aux thèses de Bentham, à la suite de Say, les industrialistes du groupe de Saint-Simon43.

  • 44 Bentham, J., Défense de l’usure ou Lettres sur les inconvénients des lois qui fixent le taux de l’i (...)

32Ainsi, Saint-Amand Bazard, qui avait rédigé deux ans auparavant le long compte rendu des ouvrages de Bentham dans la Revue Encyclopédique, publie-t-il en 1828 une nouvelle traduction de Défense de l’usure assortie d’une longue préface. Dans ce pamphlet rédigé en anglais en 1788, Bentham s’opposait aux lois limitant les taux usuraires au motif qu’elles représentaient un frein pour l’innovation. Si le taux des emprunts était plafonné, les inventeurs ne pourraient pas, pensait Bentham, fournir suffisamment de garanties à des prêteurs classiques pour voir leurs demandes accordées. Au contraire, les taux élevés, dits usuraires, correspondent à une prise de risque nécessaire à l’innovation. Ce sont ces arguments que Bazard choisit de reprendre dans sa préface : la classe productive des travailleurs et des inventeurs doit pouvoir accéder au capital. En retour, la libéralisation du crédit placera la confiance mutuelle au cœur du développement économique44.

  • 45 Comte, C., Traité de législation, ou exposition des lois générales suivant lesquelles les peuples p (...)

33Inspiré lui aussi par les thèses de Say et prenant, comme lui, ses distances vis-à-vis de Saint-Simon après 1817, Charles Comte fournit dans son Traité de législation une autre illustration de la modernité des thèses utilitaristes. Pour lui, qui a fréquenté Bentham lors de son exil londonien, la société de l’ère industrielle requiert une nouvelle organisation sociale, politique et morale. Pour appréhender cette société nouvelle et pouvoir légiférer, il faut prendre en compte un nombre croissant de faits sociaux et économiques. Comte crédite Bentham et Dumont pour avoir jeté les bases d’une science de la législation adaptée à l’ère industrielle. Il faut pourtant au préalable, explique Comte, réconcilier l’utilité avec les droits de l’homme45.

  • 46 Tocqueville, A. de, De la démocratie en Amérique, Paris, GF-Flammarion, 1981, II, p. 154.

34Tocqueville, qui voyage en Angleterre en 1833 lors de la rédaction de De la démocratie en Amérique, fera lui aussi de la doctrine de l’« intérêt bien entendu » le fondement moral d’une société démocratique et industrielle. Loin de considérer comme Germaine de Staël et Benjamin Constant que l’utilité n’est qu’une doctrine égoïste qui ne peut servir de guide sûr à l’action, il montre comment le discours de l’utile tel qu’il est employé en Amérique permet de renforcer la cohésion de la société : « Les Américains […] se plaisent à expliquer, à l’aide de l’intérêt bien entendu, presque tous les actes de leur vie ; ils montrent complaisamment comment l’amour éclairé d’eux-mêmes les porte sans cesse à s’aider entre eux et les dispose à sacrifier volontiers au bien de l’État une partie de leur temps et de leurs richesses. »46

35Le discours de l’intérêt, poursuit Tocqueville, loin d’enfermer les individus dans la contemplation de leur propre plaisir, recrée des liens mutuels dans une société d’égaux. Parce qu’il permet à chacun de prendre en compte son propre intérêt, l’appel à l’utilité est adapté aux sociétés démocratiques. En reconnaissant le rôle social de l’intérêt et l’articulation du bonheur individuel avec le bonheur collectif, Tocqueville répond pour partie aux objections formulées par Benjamin Constant ou par Germaine de Staël. Pourtant, est-ce encore la doctrine de Bentham ? Réduit à l’expression de ses idées forces, le discours de l’utilitarisme abandonne très vite toute référence à la politique radicale de Bentham pour devenir, sous la plume de Tocqueville comme plus tard sous celle d’Halévy, un trait culturel et linguistique spécifique du monde industriel anglo-saxon.

Conclusion

36En raison de son importance dans la vie politique britannique de la décennie 1820, le « radicalisme philosophique » de l’école de Bentham est connu et discuté en France. Ainsi, en France, la doctrine de l’« intérêt bien entendu » connaît-elle une fortune diverse pendant le premier tiers du xixe siècle. Si les grandes figures du libéralisme français ont trouvé davantage d’inspiration auprès du parti whig britannique, d’autres plus radicaux ont su voir dans les thèses de Bentham de nouvelles pistes pour aborder la société et la politique à l’ère industrielle. Pourtant, même pour ces derniers, la critique nourrie à laquelle Bentham soumet les doctrines des droits de l’homme constitue un point d’achoppement, tant le discours des droits devient, dès les années 1820, constitutif de celui de la liberté dans le champ politique français.

  • 47 Halévy, É., La formation du radicalisme philosophique, Paris, Presses universitaires de France, 199 (...)

37Ainsi, quand Élie Halévy s’intéresse à La formation du radicalisme philosophique à la fin du xixe siècle, il fait du discours de l’utilité un idiome propre à la langue et à la culture anglaise. L’utilité est selon lui le concept qui permet de comprendre la société industrielle telle qu’elle apparaît en Grande-Bretagne au tournant du xviiie siècle. Il l’oppose clairement au discours des droits de l’homme qui se développe en France à la même période et signale une autre façon de rendre compte de la modernité politique. « Car l’Angleterre », écrit Halévy, « a eu comme la France son siècle de libéralisme ; et au siècle de la Révolution française correspond de l’autre côté de la Manche le siècle de la Révolution industrielle ; à la philosophie juridique et spiritualiste des droits de l’homme, la philosophie utilitaire de l’identité des intérêts »47.

  • 48 Foucault, M., Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France 1978-1979, Paris, Gallimard, (...)

38Mais cette dichotomie a largement contribué à occulter les points de dialogue et de rencontre entre les traditions libérales française et anglaise, faisant ainsi oublier le moment où la France a connu et examiné la tradition utilitariste britannique. Sur un plan plus théorique, il faudra attendre les cours que Michel Foucault donne au Collège de France en 1979 pour comprendre comment la voie juridique du libéralisme, celle des droits de l’homme, se combine en France comme en Grande-Bretagne avec le « gouvernement des intérêts » propre à l’approche utilitariste du libéralisme48.

Haut de page

Notes

1 Stendhal, La chartreuse de Parme, Paris, Gallimard, Folio, 1962, p. 128.

2 Bentham, J., La table des ressorts de l’action [1817], Paris, L’unebévue éditeur, 2008, p. 113. Pour une formulation précise de la doctrine utilitariste, voir Bentham, J., Introduction aux principes de morale et de législation [1789], Paris, Vrin, 2011.

3 Bentham, J., Constitutional Code : vol. I, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 1.

4 Welch, C.B., « “Anti-Benthamism” : utilitarianism and the French liberal tradition », dans R. Geenens, H. Rosenblatt, (dir.), French liberalism from Montesquieu to the present day, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 134‑151. L’héritage utilitariste dans la vie politique française a longtemps été négligé en France, voir par exemple Rosanvallon, P., « L’utilitarisme français et les ambiguïtés de la culture politique prérévolutionnaire », in Baker, K. (dir.), The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, Oxford, Pergamon Press, 1987. à l’exception de Lucien Jaume, qui prend en considération la relation entre Bentham et Constant dans L’individu effacé, ou le paradoxe du libéralisme français, Paris, Fayard, 1997, p. 91-95, les travaux récents sur la Restauration n’en font pas mention. Voir Yvert B., La Restauration. Les idées et les hommes, Paris, CNRS éditions, 2013 et Démier, F., La France de la Restauration (1814-1830). L’impossible retour du passé, Paris, Gallimard, 2012.

5 Burns, J.H., « Bentham, Brissot and the Challenge of Revolution », History of European Ideas, 2009, vol. 35, p. 217‑239.

6 Le projet de prison panoptique est présenté en 1791 à l’Assemblée constituante dans une traduction de Dumont et imprimé sur ordre du Comité des secours publics. Voir la préface de Christian Laval à l’édition récente, Le Panoptique, Paris, Mille et Une Nuits, 2002.

7 Traités de législation civile et pénale, éd. Étienne Dumont, Paris, Dalloz, 2010 ; Esquisse d’un ouvrage en faveur des pauvres, adressée à l’éditeur des Annales d’agriculture, par Jérémie Bentham, publiée en français par Ad. Duquesnoy, Paris, Imprimerie des Sourds-Muets. Agasse, Henrichs, Treuttel & Wurtz, 1801.

8 The Correspondence of Jeremy Bentham, vol. 10, 1820-1821, Oxford, Clarendon Press, 1994, p. 378.

9 Schofield, P., Utility and Democracy : The Political Thought of Jeremy Bentham, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. 221-249.

10 Rosen, F., « “You have set me a strutting, my dear Dumont”: la dette de Bentham à l’égard de Dumont », dans E. de Champs et J.-P. Cléro (dir.), Bentham et la France. Fortune et infortunes de l’utilitarisme, Oxford, SVEC, 2009, p. 85‑96.

11 Essais de Jérémie Bentham sur la situation politique de l’Espagne, sur la constitution et sur le nouveau code espagnol, sur la constitution du Portugal, etc., traduits de l’anglais (par Ph. Chasles), précédés d’observations sur la révolution de la péninsule… et suivis d’une traduction nouvelle de la constitution des Cortès, Paris, Brissot-Thiwars, 1823.

12 Ibid., p. 5.

13 Voir notamment Revelli, B., « Presse périodique, intellectuels et opinion publique sous la Restauration : La Revue Encyclopédique (1819-1831) », dans W. Bérélowitch, M. Porret (dir.), Réseaux de l’esprit en Europe : des Lumières au xixe siècle, Actes du colloque international de Coppet, Genève, Droz, 2009, p. 217‑229.

14 The Correspondence of Jeremy Bentham, vol. 11, 1822-1824, Oxford, Clarendon Press, 2000, p. 127.

15 Saint-Amand [Bazard], « Notice sur les ouvrages de Jérémie Bentham ; suivie d’une analyse des pièces relatives à la codification », Revue Encyclopédique, 1826, XXXI, n° 92 & 93, p. 3‑12.

16 Rosen, F., Bentham, Byron and Greece. Constitutionalism, Nationalism and Early Liberal Political Thought, Oxford, Oxford University Press, 1992. Pour la péninsule ibérique, voir Jeremy Bentham, On the Liberty of the Press, and Public Discussion, and other Legal and Political Writings for Spain and Portugal, Oxford, Oxford University Press, 2012.

17 Rosen, F., Bentham, Byron and Greece, op. cit., p. 132 [ma traduction].

18 Barau, D., La cause des Grecs. Une histoire du mouvement philhellène (1821-1829), Paris, Honoré Champion, 2009.

19 Bentham, J., Correspondence, vol. 11, op. cit., p. 164.

20 The Correspondence of Jeremy Bentham, vol. 9, 1817-1820, Oxford, Clarendon Press, 1989, p. 286 et suivantes.

21 F. Démier note l’admiration de Say pour Bentham, mais présente l’économiste uniquement comme « le représentant d’un courant minoritaire ». La France de la Restauration, op. cit., p. 385. Pour une analyse plus détaillée, voir Steiner, P., « Say, les Idéologues et le groupe de Coppet. La société industrielle comme système politique », in Revue française d’histoire des idées politiques, 18, 2003/2, p. 331-353.

22 Guéniffey, P., « La Fayette ou les impasses du libéralisme », dans Histoires de la Révolution et de l’Empire, Paris, Perrin, 2011, p. 31‑64 ; Neely, S., La Fayette and the Liberal Ideal, 1814-1824. Politics and Conspiracy in an Age of Reaction, Carbondale and Edwardsville, Southern Illinois University Press, 1992.

23 Correspondence, vol. 10, op. cit., p. 395.

24 Il s’était précédemment rendu à Paris en 1764, 1770 et 1802.

25 The Correspondence of Jeremy Bentham, vol. 12, 1824-1828, Oxford, Clarendon Press, 2006, p. 161.

26 Gans, E., « Visite à Jéremie Bentham », La Revue de Paris, 1836, vol. 27, p. 214‑247.

27 Ibid. p. 246.

28 Cité dans Bentham, J., Correspondence, vol. 12, op. cit., p. 176.

29 Welch, C.B., « “Anti-Benthamism” », art. cit.

30 « Article on Utilitarianism », dans J. Bentham, Deontology ; together with A table of the Springs of Action ; and the Article on Utilitarianism, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 283-329.

31 Le terme « Idéologue » est employé, d’abord par dérision, pour désigner les intellectuels sensualistes comme Destutt de Tracy, Daunou, Volney et Cabanis. Sous le Directoire, ils forment un groupe influent et diffusent leurs idées dans La Décade philosophique. Voir Gusdorf, G. La conscience révolutionnaire. Les Idéologues, Paris, Payot, 1978. Pour une analyse de leurs idées politiques, voir les articles rassemblés dans Bacot, G., (dir.), Les Idéologues et le groupe de Coppet, Revue française d’histoire des idées politiques, 18, 2003/2.

32 Welch, C.B., Liberty and Utility. The French Idéologues and the Transformation of Liberalism, New York, Columbia University Press, 1984, p. 135 et suivantes.

33 Le Mercure de France, 3 vendémiaire an XI, n° LXV, p. 19-27.

34 Staël, G. de, Corinne ou l’Italie, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 109.

35 Leroy, M.-L., « Constant lecteur de Bentham : égoïsme, droit, utilité », dans E. de Champs, J.-P. Cléro (dir.), Bentham et la France. op. cit., p. 153-163 et Ravix, J.-T., et Deschamps, M., « La liberté contre le bonheur : Morellet et Constant face à Bentham », dans ibid., p. 165-176.

36 Staël, G. de, De l’Allemagne, Paris, Garnier Flammarion, 1968.

37 King, N., « “The airy form of things forgotten” : Madame de Staël, l’utilitarisme et l’impulsion libérale », Cahiers staëliens, 1970, vol. 11, p. 5-26.

38 Ce point et le suivant sont développés dans mon livre Enlightenment and Utility. Bentham in France / Bentham in French, Cambridge, Cambridge University Press, à paraître.

39 Binoche B., Cléro, J.-P., Bentham contre les droits de l’homme, Paris, Presses universitaires de France, 2007.

40 Constant, B., « De l’obéissance à la loi », Mercure de France, 1817, IV, 8 novembre, note p. 248-249.

41 Staël, G. de, De l’Allemagne, Paris, Garnier Flammarion, 1968, p. 185.

42 Whatmore, R., Republicanism and the French Revolution. An Intellectual History of Jean-Baptiste Say’s Political Economy, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 210-212.

43 Bellet, M., « On the Utilitarian roots of Saint-Simonism : from Bentham to Saint-Simon », History of Economic Ideas, 2009, vol. 17, p. 41-64.

44 Bentham, J., Défense de l’usure ou Lettres sur les inconvénients des lois qui fixent le taux de l’intérêt de l’argent, suivi d’un Mémoire sur les prêts d’argent, par Turgot, et précédé d’une introduction contenant une dissertation sur le prêt à intérêt, Paris, Malher, 1828, p. 4-37.

45 Comte, C., Traité de législation, ou exposition des lois générales suivant lesquelles les peuples prospèrent, dépérissent, ou restent stationnaires, Paris, Sautelet, 1826.

46 Tocqueville, A. de, De la démocratie en Amérique, Paris, GF-Flammarion, 1981, II, p. 154.

47 Halévy, É., La formation du radicalisme philosophique, Paris, Presses universitaires de France, 1995, I, p. 6.

48 Foucault, M., Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France 1978-1979, Paris, Gallimard, 2004, p. 29-48 et passim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle De Champs, « Le « moment utilitaire » ? L’utilitarisme en France sous la Restauration », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 123 | 2014, 73-89.

Référence électronique

Emmanuelle De Champs, « Le « moment utilitaire » ? L’utilitarisme en France sous la Restauration », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3498

Haut de page

Auteur

Emmanuelle De Champs

Maître de conférences HDR en civilisation britannique, Université Paris 8 (EA 1571)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page