Navigation – Plan du site
FILMS

Apocalyto

de Mel Gibson (2006)
Didier Monciaud

Texte intégral

1Le dernier film de Mel Gibson se déroule en Amérique centrale pendant les derniers moments de la civilisation Maya à la veille de l’arrivée des conquérants espagnols. Un village tranquille de chasseurs et de cueilleurs est attaqué et détruit par un groupe de violents guerriers. Ses habitants seront massacrés ou capturés.

2Un jeune homme, Jaguar Paw, réussit toutefois à échapper au massacre et cache sa femme et son enfant dans un puit avant d’être finalement pris et déplacé comme les autres captifs. Un terrible voyage commence vers une ville maya où règne la sécheresse et la peste. Les prisonniers doivent être sacrifiés dans le grand temple pour apaiser le dieu soleil Kukulkan selon les croyances de la foule affamée. Il s’agirait ainsi de satisfaire ce dieu tenu responsable pour la plague qui touche la cité. Un par un, les prisonniers sont menés au sommet de la pyramide. Le grand prêtre leur ouvre le cœur et sort l’organe sanguinolent. La tête de la victime expiatoire est ensuite tranchée et jetée à la foule excitée.

3Par miracle naturel, le héros, bien que blessé, s’échappe dans la jungle. Il est désormais pourchassé par les sanguinaires guerriers. Il va plus tard choisir de faire face et de contre-attaquer. Le suspense est alors lancé. Le film est tourné en langue yucatèque et la distribution exclusivement indienne.

4La violence est au cœur de cette réalisation. La complaisance envers les têtes coupées, les gorges tranchées, l’arrachage de cœurs, les éventrations et autres blessures par arme (épée, lance…) est intense. La succession d’images rapides renforce l’extrême violence. La peur constitue un second élément clé. Visages et regard marqués par la peur, la terreur. L’arrivée des Espagnols engendre la terreur des Mayas.

5En fait de civilisation maya, le film est surtout une présentation très particulière du réalisateur et de son co-scénariste Farhad Safinia. Le monde maya est essentiellement montré à travers cette sauvagerie exacerbée. Seule exception, le héros qui apparaît humain.

6Les Mayas sont dépeints comme des êtres sanguinaires, sauvages et extrêmement violents. Les spécialistes ont à l’unanimité critiqué une telle perspective qui ne correspond pas aux faits établis. Aucune des réalisations de la civilisation maya en termes de sciences, mathématique, astronomie, écriture, art, architecture, système hydraulique, n’est mentionnée. On a l’impression de voir resurgir les poncifs et les stéréotypes qui ont servi à justifier la conquête espagnole et ses exactions… Notamment, jamais la culture maya n’a pratiqué le sacrifice humain.

7La scène finale est édifiante. A l’arrivée des Européens avec à leur tête un prêtre qui brandit une croix, les Mayas observent. C’est l’annonce de la fin de cette civilisation et de ses pratiques sacrificielles. Le christianisme arrive… On peut y voir une quasi-justification de la future politique brutale des Conquistadors, comme mettant un terme à ces pratiques barbares.

8L’idée fondamentale défendue par le réalisateur peut se résumer dans les termes suivants : la dénonciation de la ville et de la civilisation urbaine comme barbarie, l’apologie de l’individu et le rejet de tout collectif humain conduisent à trouver dans la nature, ici la forêt, la paix et la sécurité. L’hostilité au monde urbain est exprimée à travers cette vision apocalyptique : la ville est polluée, sèche, ensablée, sale. Ses habitants sont des gens sans « âme », déments, adorateurs de violences gratuites qui apprécient la décapitation et autres sacrifices humains. Les habitants des villages semblent vivre en harmonie et en paix alors que les citadins sont des esclavagistes sanguinaires, véritables monstres de violence. Une telle perversion semble bien engendrée par la ville. Gibson éco-fondamentaliste ? Le fait que Gibson commente le monde d’aujourd’hui est lourdement induit.

9L’orientation chrétienne fondamentaliste du réalisateur est palpable. Une scène montre quasiment une crucifixion : le héros et un autre captif sont attachés de la même manière que Jésus. Un pasteur britannique, Giles Fraser, a publié une riche critique du film dans The Guardian, dans laquelle il considère que Mel Gibson a réalisé « Mad Max dans la jungle »1. Véritable film gore ! Et nauséabond en vérité qui repose sur une fascination pour le sacrifice et sur une dialectique de la violence et de la rédemption.

Haut de page

Notes

1  The Guardian, 10/01/2007

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Apocalyto », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 104 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/348

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page