Navigation – Plan du site
DOSSIER

La double défaite du libéralisme

Anne Jollet et Jérôme Lamy
p. 13-19

Texte intégral

  • 1 Paul Krugman, « The Smith/Klein/Kalecki Theory of Austerity », New York Times, 16 mai 2013.
  • 2 « Subprimes. La seconde mort de Milton Friedman », Revue des Livres et des Idées, septembre-octobre (...)
  • 3 « EDF et GDF Suez pénalisés par la douceur de l’hiver » par Anne Feitz et Véronique Le Bihon, Les.E (...)

1Mettons en regard deux documents. Le premier est un article de Paul Krugman, le très médiatique prix Nobel d’économie de 2008, dans le New York Times. Publié en mai 2013, l’éditorial est une critique des thèses du recours à l’austérité qui caractérisent le néolibéralisme1. En conclusion de l’article, Krugman suggère que le néolibéralisme renverse totalement la proposition hippocratique en refusant d’atténuer les souffrances des peuples. Le deuxième document est un dossier, paru à l’automne 2008, de feu la Revue internationale des livres et des idées, dont le titre était « La seconde mort de Milton Friedman » suite à la crise des subprimes2. Qu’un éditorialiste social-démocrate nobelisé et qu’une revue militante se retrouvent sur l’obsolescence du néolibéralisme témoigne assez de son échec en termes d’efficacité sociale. Les constats emplissent les colonnes des journaux, sans que les conclusions politiques n’en soient tirées à ce jour. Encore plus récemment, le 14 mars 2014, le journal d’information économique, Les Échos, pouvait très sérieusement titrer, « EDF et GDF Suez, pénalisés par la douceur de l’hiver ». La douceur de l’hiver ne fait pas que des heureux, poursuit en substance l’article. Horreur pour les marchands, « la consommation de gaz a chuté de 25 % en février »3. L’article pudique parle de ralentissement de la production et non de la baisse des gains des entreprises, mais c’est bien ceux-ci que la baisse de la dépense des ménages met en cause. Voici la sagesse du libéralisme dans des moments où toute la communauté internationale semble se mobiliser sur les économies d’énergie !

  • 4 Voir notamment Keith Dixon, Les évangélistes du marché, Paris, Éditions Raisons d’agir, 1998.
  • 5 Les publications d’un mensuel généraliste comme Le Monde diplomatique et la création d’une associat (...)

2De ces flagrantes contradictions de l’économie de marché, les rayons des librairies (les meilleures) se remplissent. Ce n’est pas vraiment un fait nouveau et un spécialiste de la société britannique comme Keith Dixon a décrit les conséquences sociales du néolibéralisme thatchérien il y a près de vingt ans déjà4. Mais les critiques sont devenues massives et les formes de la critique se diversifient, les auteurs tentent d’échapper au huis clos du monde des spécialistes et cherchent de plus en plus à articuler la critique sociale à des propositions d’alternatives5. Ainsi des « économistes atterrés » qui depuis 2011 essaient d’animer le débat public autour de la contestation du fonctionnement économique imposé par les doxa néolibérales. Ainsi de l’économiste Jean-Marie Harribey, quand il publie Les Feuilles mortes du capitalisme. Chronique de fin de cycle et affirme que « le capitalisme ne proposera plus jamais de projet émancipateur pour l’humanité ». Comment faire entendre ces constats sur la nocivité sociale d’un marché qui favorise la spéculation financière alors que tous les grands médias sont aux mains des grandes entreprises qui s’en nourrissent ?

  • 6 Jean-Marie Harribey, Les Feuilles mortes du capitalisme. Chronique de fin de cycle, Paris, Éditions (...)

3Les contradictions patentes sont débattues, traduites en manifestes, mais aussi mises en scène ou montées comme des enquêtes policières ainsi que transposées par Harribey dans l’ouvrage cité ci-dessus6. Elles sont aussi mises en image à travers leurs conséquences sociales. Ainsi la cinéaste Marie-Monique Robin titre son documentaire sur l’ALENA, « Les déportés du libre-échange ». Elle y montre comment ce traité de libre-échange entre les pays d’Amérique du Nord qui promettait le bien-être général a laminé l’agriculture mexicaine, détruit l’auto-suffisance alimentaire, condamné les paysans mexicains à l’exil, notamment vers les États-Unis. Importer du maïs OGM et exporter ses hommes, voilà pour le Mexique la conséquence du libre-échange. Les conséquences sociales, mal bouffe, violence des migrations clandestines, souffrance des familles éclatées, la clarté du documentaire est à même d’aider à la réflexion (et à la mobilisation) en ce moment où le gouvernement français est en train de participer en catimini à la négociation de l’accord de partenariat transatlantique (APT) ou plus explicitement en anglais, le Trans Atlantic Free Trade Area (TAFTA).

  • 7 Parmi une production critique abondante, on peut voir à ce sujet « Le traité transatlantique, un ty (...)

4Si le néolibéralisme a – c’est assez visible pour ne pas qu’on s’étende pas davantage sur le sujet – échoué dans sa volonté de transformer le réel pour en faire un univers de pure marchandise et de calculs permanents du coût/bénéfice devant produire le mieux-être pour tous, il n’abandonne pas le combat. Il cherche par l’autoritarisme, par la mise en cause des droits des peuples à imposer ses règles, mettant toujours mieux en évidence son échec puisqu’il en devient incompatible avec la liberté qu’il prétend mettre en œuvre. Ainsi l’accord transatlantique porterait-il l’interdiction pour les États de mettre en cause les cadres sociaux permettant la recherche du profit maximal pour les entreprises. En substance, l’organisation sociale fait perdre la liberté de ne pas être libéral7. Face à cette débâcle, la lutte idéologique va évidemment bon train. La construction idéologique qui valide les politiques libérales en les ancrant dans une prestigieuse généalogie associant à travers l’époque moderne libéralisme et liberté tente de maintenir coûte que coûte son autorité.

5Tandis que le constat se précise aujourd’hui en effet de l’échec du néolibéralisme à produire un corpus d’idées qui soit autre chose que de simples pétitions de principe fondées sur une vision simpliste des rapports humains (i.e. la lutte de tous contre tous), la façon dont il a réussi à mobiliser à son service les penseurs politiques de la modernité mérite encore notre travail de lecture critique.

  • 8 Voir la lutte de l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales de l’enseignemen (...)

6Pour construire ce dossier des Cahiers d’histoire, nous sommes donc partis de la nécessité de contribuer à la diffusion des pensées qui permettent la déconstruction de la doxa libérale sur laquelle le néolibéralisme fonde sa légitimité. Les lectures simplistes de « guerre froide », selon la formule utilisée par Christian Laval, continuent à marquer beaucoup d’analyses, généreusement relayées par les grands médias, les programmes d’enseignement et autres instances de diffusion de masse8. Or le travail critique qui vise à rendre à chacun des penseurs de la modernité libérale sa singularité et sa participation à des réseaux de références culturelles historiquement datés et sociologiquement ancrés dans les spécificités d’un temps, ce travail critique se déploie. Il participe à la double défaite sous nos yeux du néolibéralisme. Il s’agit en historiens de rendre compte de l’historicité des penseurs « libéraux » unifiés a posteriori à des fins de lutte idéologique en corpus.

  • 9 Jean Goldzink, La solitude de Montesquieu. Le chef-d’œuvre introuvable du libéralisme, Paris, Fayar (...)

7La faillite théorique du libéralisme est probablement aujourd’hui, dans l’historiographie, la plus visible et la plus manifeste. Les racines conceptuelles du libéralisme s’amenuisent au fur et à mesure que les textes (soi-disant) canoniques sont revisités. Prenons l’exemple de Montesquieu, grande figure surplombante, régulièrement présentée comme le chantre du « doux commerce », comme le théoricien du libéralisme politique, le passeur du libéralisme de Locke. Les travaux contemporains appréhendent cet auteur dans la spécificité de son apport à la pensée politique dans l’exigence de sa démarche comparatiste, l’apport de son relativisme culturel. Ainsi Jean Goldzink, dans son remarquable ouvrage, La solitude de Montesquieu. Le chef-d’œuvre introuvable du libéralisme, entendait s’opposer à un véritable « blanchiment d’idées ». Prenant au sérieux Montesquieu qui refusait de penser avec Locke, il recontextualisait la pensée de Montesquieu, l’extirpant des lectures généalogiques construites du xixe siècle à nos jours, le rangeant du côté de « l’inactualité »9. Il faut « penser l’hétérogénéité des méthodes et des options » de ces penseurs, insiste Jean Goldzing.

8Dans le présent dossier, les textes de Catherine Larrère, de Christian Laval et de Jérôme Lamy s’inscrivent explicitement dans cette démarche.

9Catherine Larrère ouvre son article par un retour salutaire sur le mot de « libéralisme » lui-même pour rappeler que, dans son acception de pensée politique, il n’apparaît qu’au début du xixe siècle et est donc étranger à la conceptualisation du réel par Montesquieu. Son article autour de la « douceur » des mœurs induite par le commerce montre certes que celui-ci limite pour Montesquieu « les grands coups d’autorité ». Montesquieu est bien le penseur qui affirme que « Le développement du commerce renforce donc le lien social, assure les libertés individuelles en confortant l’opinion dans laquelle chacun se trouve de sa sûreté (ce en quoi Montesquieu fait consister la liberté politique) et régule les excès du pouvoir. » Mais pour lui, comme pour beaucoup de ses contemporains, le commerce a aussi des effets corrupteurs du fait de la généralisation de « l’esprit de calcul » : « on trafique de toutes les actions humaines, et de toutes les vertus morales : les plus petites choses, celles que l’humanité demande, s’y font ou s’y donnent pour de l’argent ». Catherine Larrère conclut que Montesquieu, au regard des caractérisations actuelles, est un penseur de la complexité puisque « tout est extrêmement lié » selon la formule bien connue du livre XIX de De l’Esprit des lois. Le « doux commerce » correspond à un moment historiquement daté de l’histoire de la pensée : il n’est « pas le modèle du libéralisme à venir. Il est une parenthèse libérale (au sens de La Rochefoucauld) dans un monde bien peu libéral. »

  • 10 Karl Marx et Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste, (1848).
  • 11 Voir notamment, François Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978. La critique (...)

10Montesquieu, décidément référence d’autorité entre toutes, est également au centre de la critique par Christian Laval de l’histoire de la sociologie construite par Raymond Boudon et les penseurs libéraux, notamment nord-américains. Pour reprendre les mots de Christian Laval, la construction d’une tradition libérale « a permis de faire de Montesquieu, de Tocqueville ou de Weber des sortes de remparts contre l’extension des lectures marxistes de la société et de l’histoire. Tocqueville surtout a été transformé en anti-Marx ». Ceci en dépit de la condamnation par Marx, bien dans la lignée de Montesquieu (et de Tocqueville) de « l’esprit de calcul », que rappelle dans son article Catherine Larrère, reprenant le passage bien connu du Manifeste du Parti communiste, accusant la bourgeoisie de tout noyer « dans les eaux glacées du calcul égoïste » et de substituer « aux nombreuses libertés, si chèrement conquises, l’unique et impitoyable liberté du commerce »10. Les historiens retrouveront cependant dans l’usage de Tocqueville contre Marx une forme de lecture qu’ils connaissent bien, mise en œuvre notamment par François Furet, lui-même impliqué, comme cela est maintenant bien connu, dans les thinks tanks néolibéraux états-uniens11. Il s’agit pour Christian Laval en travaillant ici sur « la place de l’intérêt dans la pensée de Montesquieu et de Tocqueville », de montrer « à quel point ces auteurs restent une source primordiale de connaissance et de réflexion sur nous-mêmes ».

  • 12 Analyse d’Isabelle Rochet dans Mouvements, 2005/4.
  • 13 Michel Foucault, Naissance de la biopolitique, Paris, Le Seuil-Gallimard, 2004, p. 24.
  • 14 Michel Foucault, Sécurité, territoire, population, Paris, Le Seuil-Gallimard, 2004, p. 50.

11Jérôme Lamy emprunte à la suite de Foucault la même voie. Il s’agit de relire Foucault pour y retrouver son approche du libéralisme, approche qui, elle aussi, insiste sur le caractère hétérogène, « la discontinuité, la multiplicité des points d’ancrage de ce que l’on nomme libéralisme »12. Jérôme Lamy met en évidence la spécificité de l’approche de Michel Foucault qui articule le libéralisme à ce qui est, pour lui, le cadre social neuf de la modernité, la coercition des corps, la biopolitique. Pour Foucault, écrit-il, le libéralisme est bien le « cadre général de la biopolitique »13. Le libéralisme n’est pas une théorie, une idéologie, mais une pratique, une « technologie de pouvoir »14.

12Deux autres articles de ce dossier abordent la pensée libérale en en mettant en évidence « les prescriptions pratiques » pour reprendre l’expression utilisée ici par Jérémy Perrin. Dans la suite de l’ambition réformatrice des Lumières, la pensée de Bentham étudiée par Emmanuelle de Champs établit comme fin de l’organisation sociale « le plus grand bonheur du plus grand nombre ». Le libéralisme de Bentham passe par un volontarisme politique qui le conduit à présenter des « Traités de législation civile et pénale », une « Théorie des peines et des récompenses », un « Plan de réforme parlementaire ». Jusqu’à la fin de ses jours, il ne cessera de revendiquer une réforme politique radicale permettant à chacun de manifester et de défendre son « intérêt ». Le libéralisme politique, au sens de l’égal droit d’expression et de l’égal pouvoir politique de chaque individu, est la seule façon de permettre à chacun de faire valoir ses intérêts. L’utilitarisme de Bentham associe bien la forme du gouvernement, démocratique, et la possible expression du libéralisme économique. Il s’agit d’étudier comment des penseurs libéraux se sont saisis du pouvoir politique, à l’opposé de l’idéal de « frugalité gouvernementale » mis en avant par Foucault pour asseoir la dimension économique du libéralisme, mais cela dans des formes politiques bien diverses en fonction des contextes sociaux. Jérémy Perrin, dans son évocation du courant néolibéral du second xxe siècle, reprend l’expression de Hayek traduisant cette nécessaire adaptation dans La route de servitude en 1943 : « Cela fait aujourd’hui bien longtemps que l’idéal de liberté qui inspire la civilisation occidentale, et dont la réalisation partielle a permis son essor, n’a pas bénéficié d’une reformulation efficace ». En fait de reformulation efficace, il s’agit de mettre en place une organisation politique « dans laquelle c’est l’État lui-même qui œuvre activement en faveur de l’ordre concurrentiel et de l’efficacité des marchés ». Comme cela a été montré par de nombreux politistes depuis une vingtaine d’années, la contre-offensive libérale a déployé une lutte idéologique très concertée, appuyée sur les moyens des grandes entreprises capitalistes, finançant think tanks, chaires dans les universités, programmes de recherches, médias. Friedman l’avait dit clairement, rappelle Jérémie Perrin : « dans une société capitaliste, il suffit de parvenir à persuader quelques riches pour lancer une idée, si étrange soit-elle ». Les années 1970 ont montré combien le néolibéralisme savait imposer par la force politique – et aussi militaire comme dans le Chili de Pinochet – la libre circulation des capitaux et tous les cadres sociaux assurant la maximalisation du profit. L’article de Jérémy Perrin permet de mieux comprendre l’archéologie des limites mises aujourd’hui aux fonctionnements démocratiques, y compris dans les plus anciennes démocraties politiques, au nom d’un fonctionnement « naturalisé » du marché et de la toute puissance de la lutte des intérêts des entreprises capitalistes.

13Ainsi, ce dossier nous place-t-il au cœur des luttes présentes et passées autour de la forme légitime du gouvernement à partir du moment où s’impose au xviie siècle la pensée contractualiste et l’horizon d’une égalité naturelle des hommes. Dans ce cadre, l’organisation sociale nécessite la production d’un complexe arsenal de pensées réflexives, justifiant les limites mises à la liberté politique pour pouvoir ajuster, au mieux des intérêts des plus puissants, les contraintes dans la sphère économique dont la spécificité émerge. Désormais, l’articulation des pouvoirs entre politique et économie pose dans chaque société de façon cruciale la question de la liberté pour qui et à quelles fins.

Haut de page

Notes

1 Paul Krugman, « The Smith/Klein/Kalecki Theory of Austerity », New York Times, 16 mai 2013.

2 « Subprimes. La seconde mort de Milton Friedman », Revue des Livres et des Idées, septembre-octobre 2008.

3 « EDF et GDF Suez pénalisés par la douceur de l’hiver » par Anne Feitz et Véronique Le Bihon, Les.Echos.fr 17 mars 2014.

4 Voir notamment Keith Dixon, Les évangélistes du marché, Paris, Éditions Raisons d’agir, 1998.

5 Les publications d’un mensuel généraliste comme Le Monde diplomatique et la création d’une association de citoyens comme ATTAC (Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne) en 1998, son déploiement dans une quarantaine de pays aujourd’hui sont autant d’exemples de la large diffusion de la critique du néolibéralisme.

6 Jean-Marie Harribey, Les Feuilles mortes du capitalisme. Chronique de fin de cycle, Paris, Éditions du Bord de l’eau, 2014.

7 Parmi une production critique abondante, on peut voir à ce sujet « Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens », par Lori M. Wallach, Le Monde diplomatique, novembre 2013

http://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/WALLACH/49803

8 Voir la lutte de l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales de l’enseignement secondaire (APSES) en France pour conserver la dimension pluridisciplinaire et critique de leur enseignement.

9 Jean Goldzink, La solitude de Montesquieu. Le chef-d’œuvre introuvable du libéralisme, Paris, Fayard, 2011.

10 Karl Marx et Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste, (1848).

11 Voir notamment, François Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978. La critique de la lecture dite « soboulienne » passe notamment par le recours à Tocqueville.

12 Analyse d’Isabelle Rochet dans Mouvements, 2005/4.

13 Michel Foucault, Naissance de la biopolitique, Paris, Le Seuil-Gallimard, 2004, p. 24.

14 Michel Foucault, Sécurité, territoire, population, Paris, Le Seuil-Gallimard, 2004, p. 50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet et Jérôme Lamy, « La double défaite du libéralisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 123 | 2014, 13-19.

Référence électronique

Anne Jollet et Jérôme Lamy, « La double défaite du libéralisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3462

Haut de page

Auteurs

Anne Jollet

Université de Poitiers, laboratoire CRIHAM

Articles du même auteur

Jérôme Lamy

Laboratoire PRINTEMPS, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page