Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-9

Texte intégral

  • 1 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 122, Frank Noulin et Jean-François Wagniart (dir. (...)

1Après nous être confrontés dans le précédent dossier des Cahiers aux enjeux de l’histoire enseignée aujourd’hui1, nous poursuivons avec les urgences du présent, cette fois en prenant du champ du côté des enracinements idéologiques de l’offensive néolibérale.

2Le néolibéralisme est en effet aujourd’hui dans une situation paradoxale, qui mérite l’analyse. Surplombant, il sature de ses évidences l’espace médiatique, l’espace de l’enseignement, en histoire notamment ! Mais par bien des aspects, ce néolibéralisme triomphant, mondialisé, qui nous vaut l’extraordinaire fiction que, dans une société de salariat omniprésent, nous soyons sommés de nous vivre en entrepreneurs, est aussi de tous côtés en difficulté. D’où l’introduction du dossier de ce numéro 123 des Cahiers, titrant sur « la double défaite du libéralisme ».

  • 2 L’un et l’autre sont puissamment relayés par les médias. La planète entière a pu entendre le nouvea (...)

3En effet, il est temps de mesurer à quel point le libéralisme, tout en imposant ses politiques à grand renfort de ces « coups d’autorité » que dénonçaient les libéraux du xviiie siècle, suscite partout de puissants mouvements d’opposition. Face à la destruction massive des outils de production provoquée par la mise en concurrence mondialisée, les résistances des peuples se multiplient, associant grèves, occupations, manifestations, en même temps que des formes nouvelles de mobilisation, mettant en cause les fonctionnements de la démocratie libérale. Au fur et à mesure que le libéralisme met à jour l’incapacité du capitalisme à produire le bonheur promis, mais au contraire sa propension à dévaster les liens sociaux aussi bien que les milieux naturels, il met en cause sa forme politique en même temps que sa faculté à produire de la richesse pour l’ensemble social. L’expression de l’égalité politique par le vote, par l’accès à la représentation, à l’information, au savoir, est mise à mal par l’immense inégalité de puissance sociale, légitimée par le libéralisme lui-même. D’où un développement massif de l’abstention, d’où le discrédit des élus/es, soupçonnés/es au mieux d’impuissance, au pire de compromission ou de soumission aux pouvoirs non élus. D’où, face au développement des technostructures d’« experts » non élus, la recherche de formes nouvelles de la délibération et de la prise de décision. La défaite du libéralisme politique est signée par le fait même que ses tenants idéologiques sont amenés constamment à le nier pour pouvoir gouverner, en refusant informations, débats et choix à leurs concitoyens. Le danger est très vivement ressenti de cette débâcle qui pourrait porter des remises en cause radicales, d’où la mobilisation au chevet du malade des grands médecins de la planète, puissance morale comme le pape François, ou puissance de l’expertise comme celle de l’économiste français Thomas Piketty, devenu conseiller des gouvernants inquiets2.

  • 3 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 99, Sébastien Jahan (dir.), « Relecture d’histoir (...)

4Ainsi la défaite du libéralisme se mesure-t-elle tous les jours davantage en termes d’échec idéologique. Comment faire pour légitimer la poursuite d’une telle mise à mal du plus grand nombre, accompagnée de l’inévitable déferlement de la violence guerrière, dressant les peuples les uns contre les autres, détruisant les frontières tout en bâtissant des murs ? La guerre idéologique s’est, notamment, portée sur l’histoire. Guerre devenue permanente, passant d’un front à l’autre en fonction des anniversaires, des drames sociaux, guerre évoquée d’un volume à l’autre des Cahiers d’histoire, à travers recensions d’ouvrages, débats historiographiques ou dossiers. Guerre des relectures d’histoire coloniale, guerre de l’histoire enseignée, guerre des relectures des libéralismes au cœur du présent dossier3. Il est impressionnant de constater les assauts de notre modernité sur le passé, devenu la grande réserve à « leçons », à nostalgie, à autorités légitimantes. Voilà le passé à nouveau jalonné de hauts faits, de grands hommes disposés à nous expliquer le temps présent. Parmi ces grands, des penseurs écrivant sur les voies de la liberté des hommes en société. Parmi ceux-ci, des auteurs de textes, repris, découpés, critiqués, des auteurs conjugués en corpus de références obligées et installés, au gré de nos besoins contemporains, en généalogies glorieuses. Aussi n’est-ce pas tant « les libéralismes » que « les histoires du libéralisme » que les auteurs rassemblés ici mettent en question, cette façon de construire une cohérence, des filiations entre des auteurs dont les visées intellectuelles et sociales sont singulières. Non, le néolibéralisme ne sommeille pas dans la pensée de Montesquieu, non plus que dans celle de Tocqueville. Non, Tocqueville n’est pas l’anti-Marx construit par les penseurs libéraux de la fin du xxe siècle. L’histoire fait ici son travail de déconstruction des lectures rétrospectives, rendant aux acteurs du passé leur part d’étrangeté, leur distance native face à nos préoccupations. Ces auteurs qui, comme le rappelle Christian Laval, ont beaucoup à nous dire, Montesquieu, Tocqueville, Bentham, sont rendus à leur complexité, qui ne permet pas de les réduire à des moments dans une généalogie du libéralisme dont l’acmé serait notre présent. En ce sens, les auteurs du présent dossier, philosophe comme Catherine Larrère, sociologue comme Christian Laval, historiens comme Emmanuelle de Champs, Jérôme Lamy ou Jérémy Perrin, font bien le même métier, de « resocialisation » des auteurs écrit Christian Laval, d’historicisation, de contextualisation, dirions-nous, et contribuent à la déconstruction scientifique de la doxa libérale.

5Hors de l’imposition des pensées dominantes et de l’anti-marxisme, aussi vieux que Marx lui-même, « Chantiers » nous amène au cœur de la marmite de celles et ceux qui veulent changer le monde et qui, sans donner tort à Tocqueville pour qui « le développement graduel de l’égalité des conditions est donc un fait providentiel », veulent en accélérer la venue. Alain Cuénot montre comment, dans l’effervescence de l’après Première Guerre mondiale, des intellectuels, dont Henri Barbusse, se rassemblent autour du pacifisme et fondent pour le défendre la nouvelle revue Clarté. L’auteur montre comment ce pacifisme ne peut être qu’anticapitaliste pour ces hommes blessés par le conflit, tant le capitalisme est désormais synonyme de pourvoyeur de guerre. L’article restitue la vitalité d’une époque passionnée et passionnante de grandes tensions et de grands espoirs, associés notamment à la révolution soviétique : espoirs d’un art nouveau, d’une éducation nouvelle, d’une liberté nouvelle pour les femmes, d’une nouvelle liberté sexuelle. « Débats » poursuit cette réflexion sur l’horizon communiste du xxe siècle, sur un tout autre tempo : ici, ce sont davantage les fonctionnements politiques que les intellectuels eux-mêmes qui sont au cœur de la démarche. Les ambitions des communistes des années 1970, évoquées par le spécialiste italien Marco Di Maggio, passent moins par des expérimentations sociales d’avant-garde que par une capacité d’adaptation aux champs des savoirs tels qu’ils existent hors du Parti, et par la capacité des directions à maîtriser ces adaptations.

  • 4 Claude Juin, Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à (...)
  • 5 Nous saluons ici la mémoire de René Justrabo, notre fidèle abonné des Cahiers, décédé ce mois d’aoû (...)
  • 6 Débat organisé par les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, avec le soutien de la Fondati (...)

6Autre front de luttes abordé dans ce numéro, la colonisation française, ou plus singulièrement sa fin, en Algérie. Ce numéro 123 des Cahiers d’histoire poursuit la publication, entamée avec le numéro 122, de chroniques autour de la guerre. Ici, on trouvera dans « Métiers » la transcription d’une rencontre avec Claude Juin, ancien appelé du contingent, devenu l’auteur d’une thèse importante autour du comportement des appelés dans cette « sale guerre »4. Les souffrances et dilemmes de cette génération, c’est-à-dire les jeunes de 20 à 25-26 ans, isolée par la singularité d’une expérience cruelle mal reconnue, comme le souligne Claude Juin, sont aussi rendus présents par l’évocation de deux militants anticolonialistes de la Côte d’Or, Marcel Yanelli et René Justrabo. Georges Vayrou met en évidence comment deux trajectoires qui se croisent entre France et Algérie en guerre se retrouvent dans le même militantisme, définitivement marqué par cette guerre5. Ce dossier sur la guerre d’Algérie est complété par des comptes rendus d’ouvrages, souvent des rééditions bien salutaires qui nous rappellent le vaillant travail de quelques éditeurs, recensions présentées par notre collègue Didier Monciaud. Nous poursuivrons ces éclairages croisés, d’acteurs, d’auteurs, sous forme d’entretiens, de récits et de recensions dans les prochains numéros des Cahiers d’histoire de l’année 2014. Nous y rappellerons notamment le travail pionnier de Jean-Luc Einaudi, qui vient de nous quitter, et publierons la transcription de la rencontre avec l’historienne de l’université de York, Allison Drew, sur le Parti communiste algérien6.

7Ce numéro des Cahiers d’histoire fait place, comme c’est désormais l’habitude, à l’actualité de l’histoire dans la cité. Thierry Pastorello, dans la suite de nos publications sur l’histoire des sexualités comme champ d’analyse des dominations, analyse le film de Sébastien Sébas Lifshitz, Les Invisibles. Chloé Maurel et Jean-François Wagniart présentent pour la rédaction des Cahiers un choix d’événements, expositions, spectacles, publications qui contribuent à la présence de l’histoire hors les murs, et diffusent ses lectures dans un public espéré grand. Entre les tentations des promotions marchandes, de la fabrication de « produits culturels », sur lesquelles il nous faudra revenir, et la diversité des initiatives éditoriales, éducatives, citoyennes, ils nous font partager cette abondance des traces de l’histoire dans nos vies sociales. évidemment, ils nous invitent aussi à ne pas nous laisser étourdir par cette déambulation et à en demeurer des acteurs critiques !

8Le prochain numéro des Cahiers aura en son cœur une relecture des « premiers socialismes », que la coordonnatrice du dossier, Nathalie Brémand, spécialiste des courants socialistes du premier xixe siècle, introduira avec le dessein d’« en finir avec le socialisme utopique ».

9Nous retrouverons donc la grande question des formes de l’organisation sociale la plus propice au bonheur, question qui nous ramène aussi à l’ambition, examinée dans ce volume des Cahiers, des penseurs de la liberté de l’homme en société.

Haut de page

Notes

1 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 122, Frank Noulin et Jean-François Wagniart (dir.), « L’histoire dans le secondaire, un enseignement en péril », p. 13-118. En ligne sur http://chrhc.revues.org/

2 L’un et l’autre sont puissamment relayés par les médias. La planète entière a pu entendre le nouveau pape dénoncer « l’exclusion économique » et affirmer que « le manque d’équité est à la racine des maux sociaux ». Thomas Piketty est l’auteur de propositions de réformes qui font du livre qu’il vient de publier un des succès mondiaux de la littérature économique : Thomas Piketty, Le Capital au xxie siècle, Paris, Le Seuil, 2013 (déjà traduit en anglais sous le titre Capital in the Twenty-first Century, Harvard University Press). Voir pour l’importance du flux médiatique autour de ces prises de parole l’article du Huffington Post du 12 mai 2014, au titre accrocheur : « Les frères Marx ? Le pape François et Thomas Piketty veulent tous les deux redistribuer les richesses ». Il se termine sur la conclusion que l’on est bien loin du dangereux Marx, qu’ « il faudra beaucoup de “décisions radicales” pour changer le système, mais qu’il faut le changer. Cela nécessitera une conversion tant de l’esprit que du cœur » (http://www.huffingtonpost.fr/rev-dr-susan-brooks-thistlethwaite/pape-francois-thomas-piketty_b_5309471.html?utm_hp_ref=France)

3 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 99, Sébastien Jahan (dir.), « Relecture d’histoires coloniales », p. 6-81 ; Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 93, Danièle Pingué (dir.), « Enseigner l’histoire au présent », p. 11-113, en ligne sur http://chrhc.revues.org/

4 Claude Juin, Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable, Paris, Robert Laffont, 2012.

5 Nous saluons ici la mémoire de René Justrabo, notre fidèle abonné des Cahiers, décédé ce mois d’août 2013 à l’âge de 96 ans. Ce militant dijonnais, aussi ancien maire de Sidi Bel Abbès, ancien élu de l’assemblée algérienne de 1948 à 1956, était resté toute sa vie attaché à l’idéal des luttes anticoloniales, des luttes pour l’égalité et la liberté, ainsi qu’à une connaissance rigoureuse et exigeante du passé.

6 Débat organisé par les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, avec le soutien de la Fondation Gabriel Péri, le vendredi 7 mars 2014, Espace Niemeyer à Paris, animé par Didier Monciaud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 123 | 2014, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3461

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page