Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Claude Liauzu (dir.), Dictionnaire de la colonisation française

Paris, Larousse, Coll. « À présent », 2007, 654 pages + cahier central de cartes en couleurs.
Sébastien Jahan
Référence(s) :

Claude Liauzu (dir.), Dictionnaire de la colonisation française. Paris, Larousse, Coll. « À présent », 2007, 654 pages + cahier central de cartes en couleurs.

Texte intégral

1Voici un ouvrage qui affiche d’emblée ses ambitions. « Une vulgarisation de qualité », « mobilisant quelque 70 auteurs », ouvrant de ce fait l’éventail des points de vue aux travaux des « jeunes chercheurs », à ceux, souvent méconnus, des historiens des « DOM/TOM » comme des « pays anciennement colonisés ». Ces « 775 articles » font de ce dictionnaire « un livre de référence », à l’adresse « des étudiants et des enseignants », mais aussi pour « tout un chacun ». Pour être tout à fait équitable, notons cependant que cet imposant travail collectif piloté par Claude Liauzu a été, en grande partie, écrit par lui-même, puisque 287 des 775 notices sont en fait de sa main. Une grande partie des 69 autres auteurs n’a souvent été sollicitée que pour une ou deux contributions.

2Le projet, justifié par la place marquante ces derniers mois de l’histoire de la colonisation dans le débat public, vise louablement à rendre compte dans sa complexité de la situation coloniale française des xixe et xxe siècles, perçue tant du point du colonisateur que du colonisé. Dans son introduction, Claude Liauzu développe quelques questions de fond (« Pourquoi la colonisation ? » « Y a-t-il des spécificités françaises ? », etc.) qui permettent de mieux saisir l’esprit de l’ouvrage. Le problème de la colonisation « positive ou négative » est ainsi abordé sous l’angle de l’historien idéal qui doit « aider à comprendre le passé » mais pas « dire le bien ou le mal ». Et l’auteur d’afficher pour seul parti pris celui de « ne pas penser à la place du lecteur ». Cet art de ne point trancher ne dispense pourtant pas de quelques contradictions. « La question de savoir si telle abomination du passé est un crime contre l’humanité est une question politique, juridique, peut être morale ou philosophique, mais pas historique », nous dit, en effet, Claude Liauzu. Pour déplorer aussitôt que les lois imposant ce type de jugement puissent « avoir des effets pervers en entravant un libre débat scientifique ». Or, c’est précisément parce que la loi Taubira délivre un message exclusivement politique et symbolique, conforme d’ailleurs au droit international, qu’elle ne devrait pas affecter la sérénité de l’historien qui travaille sur l’esclavage. Le fait que ce genre de législation, traitant de mémoire collective et non d’histoire, puisse perturber la corporation en dit finalement long sur l’incapacité de cette dernière à reconnaître que d’autres instances que l’Université soient susceptibles d’avoir leur mot à dire sur le passé national.

3La suite du propos enchaîne des remarques intéressantes, en particulier lorsqu’il s’agit de faire un sort à quelques idées reçues. Claude Liauzu rappelle ainsi avec justesse que l’Afrique et l’Asie n’ont pas été colonisées parce qu’elles étaient « colonisables » : les pays conquis n’étaient ni « bloqués », ni « immobiles », ni « fermés », mais au contraire engagés dans des dynamiques d’expansion territoriale et de modernisation, dans des échanges aussi déjà anciens avec l’Occident. Un récit chronologique s’ouvrant avec la perte de la Nouvelle France en 1763 rappelle ensuite avec clarté les temps forts de la colonisation, des conquêtes à l’ébranlement et à la dislocation de l’Empire.

4Mais c’est surtout le dictionnaire proprement dit qui impressionnera le plus par la variété et, souvent, l’originalité de ses entrées. Les grands ensembles géographiques, les acteurs collectifs (les femmes, l’armée, le christianisme, etc.), les aspects artistiques (cinéma, BD, danses et musiques…) bénéficient d’articles détaillés. La quantité de noms propres d’agents, de témoins, d’adversaires de la colonisation référencés force le respect. Enfin, des mots comme « bled », « bicot », « malabar », apparus dans la langue française pour dire le meilleur ou le pire, ne sont pas oubliés. Comme souvent, néanmoins, lorsqu’on prétend à une certaine exhaustivité, on s’expose à attirer la lumière sur les lacunes ou à susciter le doute sur la pertinence de ses choix. Je m’étonne, par exemple, de ne pas trouver d’article consacré au Parti communiste français. Claude Liauzu évoque certes cette organisation dans un paragraphe de son long développement sur l’anticolonialisme, mais il le fait dans des termes qui ressemblent plus à un règlement de comptes qu’à une analyse historique : des « stéréotypes raciaux évidents non seulement à la base, mais chez les dirigeants les plus importants », des mouvements nationalistes sacrifiés « sur l’autel de l’alliance antifasciste », des « cultures asiatiques et arabo-musulmanes ignorées », etc. « Ne pas penser à la place du lecteur », disait-on ? Ce dernier se consolera avec les articles sur Henri Martin et Henri Alleg, opportuns antidotes à cette appréciation sans nuance. Enfin, l’absence d’entrée « travail forcé » ou même « Congo-Océan » rend perplexe, dans un ouvrage de ce volume qui n’hésite pourtant pas à accorder une place à notre icône réconciliatrice à la retraite, Zinedine Zidane. A force de vouloir tout dire, en oublierait-on l’essentiel ? Sur le même sujet – sans Zizou, mais avec le travail forcé – le petit livre moins ambitieux mais aussi plus synthétique dirigé par Sophie Dulucq, Jean-François Klein et Benjamin Stora (Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008, 126 p., 10 euros) propose à mon sens au lecteur initié ou non une alternative plus maniable et plus intelligemment sélective…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jahan, « Claude Liauzu (dir.), Dictionnaire de la colonisation française », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 104 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/346

Haut de page

Auteur

Sébastien Jahan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page