Navigation – Plan du site

Les Cahiers recommandent

Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart
p. 241-253

Texte intégral

Expositions

1Du 8 avril au 20 juillet 2014 : Indiens des Plaines, au musée du Quai Branly

2Le musée du Quai Branly présentera avec cette exposition une vision globale et chronologique de toutes les traditions esthétiques des Indiens des Plaines du xvie au xxe siècle. Une sélection variée de 140 œuvres d’Indiens natifs américains : peintures et dessins, sculptures de pierre, de bois, de coquillages, broderies à base d’épines de porc-épic et de perles de verre, parures de plumes…, mettra en lumière la force de cette culture caractérisée par une continuité dans les formes et les dessins, alors que le territoire des Plaines a été soumis à des changements culturels et politiques fondamentaux au cours de trois siècles de contacts avec les Européens et les Américains.

3Cette exposition fait écho au très bon film Jimmy P. Psychothérapie d’un Indien des Plaines, sorti en 2013 : dans ce film d’Arnaud Desplechin, Mathieu Amalric incarne Georges Devereux, pionnier de l’ethnopsychiatrie, et Benicio del Toro incarne un Indien des Plaines, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, souffrant d’un mystérieux traumatisme psychique. Georges Devereux, par des entretiens quotidiens avec ce dernier, met au jour et guérit les blessures intimes de son patient, dues à l’expérience de la guerre, mais aussi à sa condition d’Indien et à la difficile relation, longtemps empreinte de domination, entre Indiens et Américains WASP.

4Signalons que l’œuvre de Georges Devereux et l’histoire de l’ethnopsychiatrie sont un intéressant objet d’étude historique à explorer : l’IMEC (Institut mémoire de l’édition contemporaine) de Caen conserve 180 boîtes d’archives constituant le fonds Georges Devereux :

5http://www.imec-archives.com/​fonds archives fiche.php?i=DEV. Avis aux amateurs !

6Jusqu’en juillet 2014 : exposition Indochine France Vietnam au musée de l’Histoire vivante de Montreuil

7Cette exposition a été conçue par éric Lafon et Alain Ruscio à l’occasion de l’Année croisée France-Vietnam (2013-2014), et notamment du 40e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques bilatérales et de la signature des Accords de Paris qui ont mis fin à la guerre du Vietnam. Le musée de l’Histoire vivante était bien placé pour accueillir cette exposition, abritant un espace intitulé « Espace Hô Chi Minh », où sont conservés les images et objets du président Hô Chi Minh.

8L’exposition illustre les relations entre les Français et les Vietnamiens, par des regards différents : les années 1925-1929 sont évoquées par les photographies anciennes d’une famille française, celles d’un ingénieur des Ponts-et-Chaussées et celles de Paul Monet, officier de l’armée française ; les années 1978-1980 sont illustrées par les photographies d’un correspondant de L’Humanité. Un autre volet de l’exposition présente des documents et archives sur la vie et le rôle de Vietnamiens en France : intellectuels, révolutionnaires, soldats. Par ailleurs, un espace du musée accueille l’exposition Les travailleurs indochinois en France 1939-1952, réalisée par l’association Histoires vietnamiennes et Pierre Daum. Enfin, un espace est consacré à une exposition d’affiches françaises, vietnamiennes et chinoises relatives à la guerre du Vietnam.

9La quasi-totalité des photos et objets des soldats vietnamiens et les affiches sur le soutien à la guerre du peuple vietnamien sont exposées pour la première fois.

10De mars à juillet 2014 : exposition Belle Époque. L’Été 14 : les derniers jours de l’ancien monde, à la BNF, site Mitterrand

11S’inscrivant dans le cadre des nombreuses manifestations culturelles organisées en 2014 à l’occasion du centenaire du début de la Grande Guerre, cette exposition s’organise autour de la chronologie resserrée des événements du 23 juillet au 4 août 1914 et analyse l’enchaînement des décisions diplomatiques, politiques et militaires qui aboutissent à la conflagration générale. Les répercussions de la crise à l’échelle des individus (célèbres ou anonymes) sont également évoquées. Sept séquences thématiques constituent des approfondissements à la chronologie :

121. Portrait de l’Europe, une longue période de paix.

132. Cosmopolitisme culturel et expansion économique.

143. Des tensions persistantes en Europe et aux colonies.

154. Pacifismes et bellicismes.

165. Présence du militaire dans la société.

176. Préparer la guerre.

187. Les mobilisations.

19La fin de l’exposition traite du choc et de la surprise que constituent, au front comme à l’arrière, les premiers effets concrets de la guerre.

20Du 21 novembre 2013 au 27 avril 2014 : exposition Lyon, centre du monde ! L’exposition internationale urbaine de 1914, aux musées Gadagne de Lyon

21Cette exposition revient sur l’Exposition internationale urbaine de 1914, qui, s’étendant sur près de 75 hectares, et réunissant des pavillons de différents pays à l’instar des Expositions universelles, a mis en avant la modernité urbaine, en particulier de la ville de Lyon qui y a alors promu son projet d’une cité moderne et originale, répondant aux besoins nouveaux, en matière d’hygiène et de progrès social notamment. L’exposition explique les objectifs et les ambitions, l’organisation, le financement et les modèles de l’Exposition internationale urbaine. Elle en appréhende le caractère international et politique. Une place particulière est réservée à l’architecture et aux projets de l’architecte et urbaniste lyonnais Tony Garnier ainsi qu’à l’accueil réservé, autant dans la presse que par le public, à cette exposition située dans un quartier alors peu fréquenté.

22Du 16 novembre 2013 au 21 septembre 2014 : exposition Permis de construire. Des Romains chez les Gaulois, au musée Saint-Raymond de Toulouse

23Prenant appui sur les différentes fouilles de sites gaulois effectuées récemment dans la région toulousaine, cette exposition révèle une architecture où se mêlent tradition gauloise et influences méditerranéennes.

Cinéma

24The Act of Killing (Jabal) de Joshua Oppenheimer, film dano-norvégo-britannique, sorti en salles en 2012. Version intégrale inédite disponible en DVD.

25N’hésitons pas : ce documentaire est un chef-d’œuvre, dont il faut se procurer au plus vite le DVD. Pourtant, son visionnage est des plus éprouvants, tant il nous met en contact avec l’horreur la plus profonde. En effet, Joshua Oppenheimer ressuscite sous nos yeux effarés un épisode quelque peu oublié de l’histoire contemporaine, à savoir le massacre à grande échelle de communistes ou supposés tels, perpétré en Indonésie en 1965-1966, sous l’impulsion du général Suharto (un ou deux millions de victimes ?). Faute de pouvoir faire témoigner sereinement les familles des victimes, encore ostracisées 50 ans après, Joshua Oppenheimer choisit de centrer son film sur les bourreaux, auteurs impunis de multiples atrocités commises au nom de la nation indonésienne et de la liberté. Il donne donc la parole à différents exécuteurs, notamment un certain Anwar Congo, mafieux devenu tueur à Sumatra, ainsi qu’au pittoresque chef local d’une milice paramilitaire (qu’on peut admirer en pleine action, rackettant des commerçants chinois apeurés). Entourés d’acolytes respectueux, nos tueurs n’hésitent pas à décrire leurs méthodes et à expliquer leurs motivations, plus matérielles qu’idéologiques. Aucun remords apparent, mais bien plutôt le souci de réécrire l’histoire, ce qui passe par le tournage d’un film, tant ils sont fascinés par le cinéma, surtout étatsunien. Et voilà nos bourreaux qui reconstituent, avec application et même délectation, interrogatoires et exécutions. En contrepoint de ces scènes abominables, d’étonnantes séquences musicales, qu’ils mettent en scène avec le même souci exhibitionniste, viennent exprimer leur imaginaire, kitsch et coloré.

26Et qu’on n’attende pas trop de l’Indonésie contemporaine une quelconque condamnation de ces agissements, comme nous le montrent deux scènes où l’on hésite entre le rire et l’effroi. Tout d’abord, le passage de nos tueurs dans une surréaliste émission télévisée. Mais, surtout, un discours du vice-président indonésien devant des paramilitaires, durant lequel il se lance dans un éloge du gangstérisme, expliquant que, finalement, un gangster n’est jamais qu’une sorte d’entrepreneur, audacieux et déterminé, analyse abrupte mais lucide du libéralisme en pays émergent.

27Voilà donc un grand film, terrible mais indispensable, qui nous rappelle à quel point l’être humain sait être cruel et prendre plaisir à faire souffrir ses semblables. Cependant, une lueur d’espoir émerge, quand Anwar Congo, taraudé par des cauchemars, s’interroge sur les actes qu’il a commis : ainsi va l’homme, capable de s’infliger les pires cauchemars, mais aussi de s’en éveiller.

28César doit mourir (Cesare deve morire) des frères Paolo et Vittorio Taviani, italien, sorti en 2012. Disponible en DVD.

29Ce film a obtenu l’Ours d’or au Festival de Berlin en 2011. Cette distinction est fort méritée, tant on y retrouve le talent vibrant des Taviani, quelque peu perdu depuis leurs grandes œuvres des années 1970, comme Padre Padrone (palme d’or en 1977). Des détenus du quartier de haute sécurité de la prison de Rebibbia à Rome jouent une adaptation de Jules César de Shakespeare. La caméra les suit, depuis le casting jusqu’aux répétitions et enfin la représentation. Des prisonniers dangereux, condamnés à de lourdes peines, voire à la perpétuité ; souvent des mafieux. Dire qu’ils jouent Jules César est faible : ils le vivent bien plutôt, tant cette histoire de trahison, sang et mort fait écho à leur propre destin. Ils incarnent avec toute la force de leurs corps tourmentés et noueux cette tragédie séculaire qui est aussi la leur, celle de la violence humaine, de la passion du pouvoir, des haines et des ambitions. Les locaux – sinistres – de la prison deviennent autant de lieux où le drame est interprété avec fougue et vécu avec douleur.

30Ni documentaire, ni fiction, mais un objet filmique singulier, serti dans un somptueux noir et blanc, au propos humaniste : il n’y aura sans doute pas de rédemption pour nos détenus, qui retournent à leurs cellules sitôt les applaudissements terminés, mais peut-être une meilleure compréhension de leur destinée fatale. C’est le propre des chefs-d’œuvre que de parler au cœur de tous les hommes : après tout, chacun finit par rencontrer tôt ou tard ses Ides de mars.

31« The lebanese rocket society » de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, franco-libano-qatari, sorti en salles en 2013.

32Voilà une histoire méconnue et qui méritait d’être contée, celle du programme spatial libanais. Ce n’est pas un canular, mais l’entreprise un peu folle d’un professeur de mathématiques, Manoug Manougian, et de ses élèves de l’université arménienne de Beyrouth durant les années 1960. Ceux-ci croyaient à la fois en la science et en la paix – naïveté roborative pour notre époque cynique férue de drones – et entreprirent donc de faire voler des fusées dans le ciel libanais. Au-delà du défi scientifique, il s’agissait de fédérer autour de ce projet pacifique les citoyens d’une nation fragile, marquée par la crise récente de 1958 (les tensions entre les différentes « communautés », suite notamment au conflit de Suez, dégénérèrent en affrontements, conduisant le président Chamoun à solliciter une intervention militaire des États-Unis). Les débuts furent modestes, puis, au fur et à mesure des essais, la petite fusée devint grande, sous l’œil de plus en plus intéressé des militaires. La dernière version atteignit même la stratosphère…

33

34Ce programme spatial finit par inquiéter les puissances « amies » du Liban, qui conseillèrent alors fortement au pays du Cèdre d’y renoncer, du fait d’un contexte international tendu, débouchant par la suite sur la guerre des Six-Jours. Car le Liban, sur le fil du rasoir entre ingérences étrangères et déchirements internes, sentait déjà son destin lui échapper, quelques années avant la tragédie.

35Les auteurs nous font découvrir cette aventure oubliée avec beaucoup de sensibilité, évitant la nostalgie d’un prétendu âge d’or, cette parenthèse plus ou moins paisible entre deux guerres, et se permettent même un surprenant exercice d’uchronie final : ils imaginent un Liban du futur, que l’odieuse guerre civile de 1975-1990 n’aurait pas déchiré, et devenu une puissance spatiale…

36On recommande donc de voir ce film étonnant, en salle ou en DVD, qui tisse des liens subtils entre le passé et le présent, et nous laisse espérer qu’à nouveau des utopies fleurissent à l’ombre du Cèdre.

BD, cinéma, histoire et littérature, allers-retours

  • 1 Parmi les nombreux volumes à inspiration historique, on rappellera quelques belles réussites qui mê (...)
  • 2 Le Cri du peuple est une bande dessinée en quatre tomes de Jacques Tardi en noir et blanc adaptée d (...)

37Depuis quelques années, la tendance à recourir à l’histoire s’est accentuée pour les scénaristes de BD qui deviennent de plus en plus documentées en la matière, ceux-ci n’hésitant pas à consacrer des pages entières de leurs albums pour faire état de leurs recherches1. Ainsi des auteurs comme Tardi ont bien popularisé la Première Guerre mondiale et touché un large public, tout en maintenant un travail de grande qualité. Le même dessinateur a su également associer la littérature quand il s’est attaqué à la Commune dans une grande fresque épique2. Le cinéma est devenu également source d’inspiration de la BD. Quelques exemples récents, présentés ici, illustrent cette tendance aux imprégnations mutuelles, à la fois souvent respectueuses et novatrices, permettant de toucher un large public sur des thèmes historiques critiques qui nous sont chers.

38Jason Aaron et Cameron Stewart, De l’autre côté, Éditions Vertigo, octobre 2013, 120 pages couleurs + 20 pages de bonus…

39Oliver Stone, Platoon, 1987, disponible en DVD et Blu-ray, 20th Century Fox.

40Stanley Kubrick, Full Metal Jacket, 1987, DVD et Blu-ray, Warner Bros.

41Le premier ouvrage, De l’autre côté, est un comics qui apporte une vision réaliste, cruelle, quasi horrifique et psychédélique de la tragédie de la guerre du Vietnam, très originale dans la BD. Le dessinateur Cameron Stewart et le scénariste Jason Aaron parviennent à donner une vision au plus près des hommes, ceci des deux points de vue, américain et vietnamien. La trame de l’ouvrage s’appuie sur une vision bicéphale de l’histoire. Bill Everette, jeune américain, nourri des rêves de son âge, se trouve contraint de quitter le fin fond de l’Alabama pour combattre dans un pays inconnu. Face à lui, Vo Dai, le Vietnamien, n’hésite pas à s’engager contre l’envahisseur lorsque l’Armée populaire appelle à la mobilisation. On comprend dès le premier chapitre qu’une guerre ne se gagne jamais par la force, mais grâce à la conviction des combattants de chaque camp. De l’autre côté étonne par le choix des cadrages, par les couleurs en permanente opposition. La découpe incisive des images séduit autant qu’elle déstabilise, et le renvoi à de multiples scènes d’hallucination et de rêves laisse penser à l’inventivité, à la fois onirique et réaliste, des années 70 qui révolutionna les arts visuels et plastiques.

  • 3 Référence à un troisième film mythique de cette période prolifique du cinéma américain : The Deer H (...)

42La référence de cet ouvrage au cinéma apparaît évidente et explicite. L’auteur de l’introduction (le capitaine Dale Dye) a travaillé notamment sur Platoon et l’ouvrage est dédicacé en postface par le scénariste à son cousin, vétéran des marines et auteur du roman The short-timers (édité aux États-Unis en 1979 et paru en France sous le titre Le Merdier, Stock, 1985) qui a inspiré Full Metal Jacket de Stanley Kubrick. Toute la BD est nourrie, plans comme séquences, de ces références qui hantent encore la mémoire cinématographique américaine et débouchent sur un véritable Voyage au bout de l’enfer3.

43Chloé Cruchaudet, Mauvais Genre, Éditions Delcourt, 160 p.

44Fabrice Virgili et Danièle Voldman, La garçonne et l’assassin. Histoire de Louise et de Paul, déserteur travesti, dans le Paris des années folles, Paris Payot, 2011 (poche, Petite Bibliothèque Payot, 2013).

45D’un essai des historiens Fabrice Virgili et Danièle Voldman, curieuse histoire criminelle extirpée des archives, brassant de multiples questions, dont celles des traumatismes de guerre, du travestissement, de l’homosexualité et de la virilité, des violences conjugales et de la complexité des sentiments amoureux, Chloé Cruchaudet a su tirer une bande dessinée recherchée jusqu’au moindre détail d’époque, magnétique, sensuelle et sombre, au dessin toujours fin et élégant.

46Elle aborde directement, à travers l’histoire de ce déserteur travesti en femme, les questions de la virilité et de la féminité et plus généralement celle des « troubles dans le genre ». Un vrai bonheur pour ceux qui, dans ces temps de commémoration, s’intéressent à l’autre face (cachée) de la guerre.

47Delphine Le Lay et Alexis Horellou, Plogoff, Delcourt, 2013, 190 p.

48Nicole Le Garrec, Plogoff, des pierres contre des fusils, 1980, disponible en DVD.

49Emmanuel Lepage, Un printemps à Tchernobyl, Futuropolis, 2012, 168 p.

50La troisième bande dessinée, elle aussi en rapport avec le cinéma, évoque un moment fondateur de la lutte contre le nucléaire en France. En février 1980, toute la population de Plogoff refuse l’installation d’une centrale nucléaire près de la Pointe du Raz, face à l’île de Sein. À ce moment, Nicole (réalisatrice) et Félix (producteur) Le Garrec décident de filmer jour après jour ces luttes quotidiennes et réalisent en 1981 un documentaire long-métrage Plogoff, des pierres contre des fusils. Film militant antinucléaire, il rencontre un large public lors de sa sortie en salle avec 250 000 entrées.

51La référence au film dans la BD se fait d’abord par la préface rédigée par les Le Garrec qui voient dans la bande dessinée une continuité, une transmission de témoin militante qui unit différentes générations d’antinucléaires. Pour eux, il s’agit à la fois de repopulariser une lutte symbolique trop souvent oubliée des années 1980 et de faire le lien avec les luttes actuelles (notamment contre l’aéroport Notre-Dame-des-Landes). C’est aussi un rappel historique et militant d’autant plus fort au regard des catastrophes de Tchernobyl et, plus récemment, de Fukushima.

52Comme dans beaucoup de romans graphiques sociaux, le travail de Horellou et Le Lay privilégie l’efficacité, au détriment du dessin, peu attrayant avec des gris envahissants et des personnages grossièrement dessinés. Mais le découpage et surtout la parfaite alternance entre scènes dialoguées et images d’action sans commentaires, alimentent un récit mené sans faiblesse.

53Le dernier ouvrage, Un printemps à Tchernobyl, est un magnifique témoignage de l’inventivité et de la création de la BD quand elle associe la qualité du dessin, la force de l’événement, l’analyse et le découpage quasi cinématographique des planches où se succèdent en harmonie plans larges et gros plans.

54Ce carnet de voyage sensible et illustré d’Emmanuel Lepage est le fruit d’un séjour à Tchernobyl en 2008 effectué par l’auteur et un collectif d’artistes militants. C’est d’abord une dénonciation terrible de l’horreur nucléaire qui occupe une grande partie de l’ouvrage. Dans la seconde partie, le printemps se réveille et l’auteur découvre lentement, avec des couleurs de plus en plus vives, une beauté qui aurait pu paraître incongrue avec ces habitants qui continuent de sourire et d’espérer, et une nature qui a repris ses droits. La vie continue même si nous n’avons, comme l’auteur, rien oublié.

Haut de page

Notes

1 Parmi les nombreux volumes à inspiration historique, on rappellera quelques belles réussites qui mêlent déjà documentaires filmés et littérature comme celle de Kris et Étienne Davodeau, Un homme est mort, Paris, Futuropolis, 2006. Cet ouvrage permet de revivre la réalisation épique du film du même nom (1950) de René Vautier sur la mort de l’ouvrier Édouard Mazé lors des manifestations et des grèves de Brest (mars-avril 1950). Le titre de ce film vient lui-même d’un poème de Paul Éluard tiré du recueil Au rendez-vous des Allemands (1944), rédigé à l’origine en hommage au résistant Gabriel Péri. Là encore, les auteurs de la BD exhument un symbole des luttes ouvrières et font revivre un film, malheureusement aujourd’hui disparu. Autre exemple, également réussi, l’album d’Emmanuel Reuzé, Cannibale, Emmanuel Proust éditions, 2009, d’après un roman de Didier Daeninckx (1998) qui rappelle les souffrances des Kanaks présentés comme des anthropophages lors de l’Exposition coloniale de 1931.

2 Le Cri du peuple est une bande dessinée en quatre tomes de Jacques Tardi en noir et blanc adaptée du roman éponyme de Jean Vautrin, publié entre 2001 et 2004. Le roman est lui-même fortement inspiré du roman de Vallès L’insurgé et le titre emprunté au quotidien communard dirigé par Jules Vallès qu’il republie après son retour d’exil en 1883. Il fut dirigé par Séverine après sa mort (1885) et cela, jusqu’en 1888.

3 Référence à un troisième film mythique de cette période prolifique du cinéma américain : The Deer Hunter (Voyage au bout de l’enfer) de Michael Cimino, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 122 | 2014, 241-253.

Référence électronique

Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3445

Haut de page

Auteurs

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page